Partagez | 
 

 Remuer les poussières du passé [ Pv. Lil]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Remuer les poussières du passé [ Pv. Lil]   Jeu 19 Avr - 16:47

Son buste adossé à la rambarde, Lil écoutait le monologue de la jeune femme. Les bras croisés, sa cigarette au bec, on aurait dit qu’il était totalement indifférent. Mais derrière son air nonchalant, Lil étouffait toute sorte d’interrogation. C’est avec discernement et intérêt qu’il l’avait écouté. Un petit sourire satisfait illuminait de mystère le visage de la chimère. Les propos de la jeune femme n’étaient pas surprenant. Il s’était attendu à ce genre de réponse, c’était d’ailleurs celle qu’il espérait. Elena était prête à joindre ses forces aux siennes, l’entendre lui suffisait pour rembarrer ses inquiétudes à son égard. L’avoir à ses côtés serrait bien plus pratique pour veiller sur elle. Il décroisait bras, prêt à lui faire part de son point de vue une fois qu’elle aurait terminé lorsque celle-ci s’arrêté net. Elena pointait son doigt sur ses lèvres pour mimer le silence au garçon. Il avait senti une présence, mais rien de bien inquiétant vu qu’ils se trouvaient dans un quartier fréquenté. Sa main dans le creux de celle de la jeune femme, il se laissait entraîner, surpris. Malheureusement elle avait prit la mauvaise main… Mais ça, elle l’ignorait. La main crispée par la douleur, il ne bronchait pas il avait étouffé l’extériorisation de sa douleur, et notamment celle de ses côtes..

Une rue familière, Elena avait soupiré d’aise en constatant que ce n’était juste qu’un autre chemin pour regagner l’appartement de Macdougall. Il fixait la jeune femme avec une intrigue non dissimulée. Il se rendit compte de son absence lorsqu’elle lâchait sa main. Il détournait le regard et aussitôt songeait à reprendre le fil de leur conversation. Mais où en était-il ? Nulle part justement… La jeune femme l’avait devancé, le pas sûr, elle comptait bien rentrer. La pause dîner avait décontracté notre ami qui massait doucement son bras gauche. Il plongeait ses mains dans les poches, le regard baladeur.. Il ne porta pas jugement sur la paranoïa de la jeune femme, il n’y fit pas attention au final.


"-En réalité je suis content de t’entendre dire ça. Je peux te protéger, mais pas t’imposer quoi que ce soit."

Son tube nicotine entre les doigts, il tirait quelques barres sur sa clope. Son regard avait dévié de la jeune femme qu’il avait relookée agréablement depuis sa position secondaire. Il soupirait, il semblait plus joviale à présent, les vapeurs d’alcool qui s’échappaient de ses lèvres parlaient d’elles même concernant son bien être. S’il n’avait pas été un tantinet anesthésié, il aurait sûrement hurlé lorsqu’elle aurait prit sa main pour tirer sur son bras et du même coup réveiller ses côtes. Il reprit, un sourire mystérieux au bord des lèvres il annonçait d’un air enjoué..

"Et bien sûr que je vais faire quelque chose, je m’y suis déjà employé…"

Beaucoup de chose étaient en jeux, pas seulement sa vengeance, d’ailleurs il ne voyait pas les choses ainsi. La mort d’Isaac avait été le début d’un engrenage, le point de départ d’une nouvelle mission. Si Lil s’engageait dans cette cause, ce n’était pas tant pour venger son maître, mais surtout pour arrêter ce meurtrier aliéné. Si son plan était bel et bien de créer la Pierre Philosophale à partir d’Amestris et ses pays environnants, alors il aurait tout intérêt de se dévouer corps et âme. Il y avait bien plus à la clef, bien plus qu’une histoire de meurtre… Il reportait son regard sur Elena.

"Je te demande juste de ne pas agir puérilement ou sur un coup de tête. La vengeance n’est pas une voie à suivre. Mais si tu décides de te perdre volontairement dedans, je ne te suivrais pas…"

Agir puérilement, hm? Le garçon se surprenait à mettre en garde cette fille contre ses propres défauts. Cependant, même ayant été prudent, il avait failli mourir une semaine plutôt... Il s'était engagé dans une sacrée galère.La vengeance engendre la folie, Lil en était parfaitement conscient. Si Isaac avait échoué, c’est justement parce qu’il avait sombré dans cette voie, succombant à la folie. Agir seul n’était pas toujours une bonne chose…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: Remuer les poussières du passé [ Pv. Lil]   Jeu 19 Avr - 17:30

Ayant ralenti le pas, j’observais le jeune homme un tube de nicotine aux lèvres qui semblait pensif. Quel homme curieux, me sommant de ne rien faire pour ensuite me dire presque l’inverse. Je ne pus m’empêcher de sourire, légèrement amusée par sa réponse. Cependant, je haussais légèrement les sourcils en entendant la suite, perplexe. Alors comme ça, il avait déjà commencé à agir ? Sans savoir pourquoi, je n’étais même pas surprise! J’eus l’impression quelque seconde qu’il s’adressait à une enfant, m’intimant de rester sage et de ne pas faire de bêtises. La moue légèrement boudeuse, je haussais les épaules tout en continuant à avancer en direction de l’appartement. Si au départ j’avais effectivement été obnubilé par la vengeance, le problème semblait autre désormais. Plus grand, plus grave, il ne me concernait plus seulement. Peut-être était-ce pour cela que je m’appliquais autant à vouloir en apprendre plus, pour simplement essayer d’éviter d’autres morts inutiles.

"Je comprends ton point de vue."


Soupirant légèrement, je levais les yeux vers le ciel tout en continuant d’avancer sans vraiment faire attention à la route.

"Isaac m’a sorti du pétrin, sans son aide, qui sait dans quelle rue je serais en train de trainer aujourd’hui. J’aurais aimé pouvoir le lui rendre d’une manière ou d’une autre. Mais cet idiot est mort avant … "

Mon regard se perdit dans le vide quelques instants avant que je ne me secoue pour reprendre une certaine contenance, arrivant non loin de notre destination. Fouillant dans la poche de mon jean, j’en sortis mon jean, relevant les yeux vers la fenêtre du premier encore ouverte d’où dépassait la tête de ma voisine, une vieille dame tout ce qu’il y avait de plus commère mais avec un bon fond. Lui adressant un léger signe de la main, je repoussais la porte pour laisser rentrer le jeune homme, le suivant de près. Une fois dans l’appartement, je repoussais la porte du pied pour la fermer, sans grande délicatesse et posais les clefs sur la table de verre du salon, me débarrassant de ce qui ne m’était plus utile pour enfin me tourner vers le jeune homme.

"Je pourrais peut-être t’aider Lil …"

Agenouillée par terre, je ramassais les diverses paperasses qui trainaient, que j’avais abandonné lors de ma sieste inopinée un peu plus tôt, formait un tas à peu près droit et posait le tout sur une chaise non loin. Mon regard tomba sur la première page du paquet, une image du corps de mon oncle, prise peu de temps après son décès. Je m’empressais de retourner vivement la feuille pour cacher cette dernière, et restais un certain temps immobile, le regard dans le vague avant de me tourner lentement pour faire face à Lil. Une main enserrant mon bras opposé, je le fixais intensément avant de reprendre.

"Je ne suis pas la petite fille craintive que tu as connue. J’ignore s’il savait que ce jour viendrait, mais Isaac m’a formé pendant un certain temps pour pouvoir me défendre seule. Et puis …"

Je détournais le regard, me mordant la lèvre, j’étais encore hésitante. Néanmoins, j’étais de plus en plus persuadé que Lil était probablement la seule personne capable de faire perdurer son alchimie, il en possédait déjà les bases après tout. Je n’étais pas apte à le faire, son héritage risquait de se perdre. Et puis, si cela pouvait permettre de lutter efficacement contre les faits de l’armée, je n’aurais aucun regret à avoir. Passant une main nerveuse dans les mèches blanches qui me barrait le front, je lui fis face avec sérieux.

"Si je te donne le moyen d’accroitre ta puissance, utiliseras-tu celle-ci pour m’aider à trouver ce qui cloche dans l ‘armée et à corriger ça ? J’ai besoin de pouvoir croire en toi Lil."

Le regard neutre, une boule me nouait toutefois la gorge à cause de ce que je m’apprêtais à faire. Seule, je ne pouvais pas faire vivre l’art de mon oncle, seul ce garçon en serait capable. Mais Isaac ne m’ayant laissé aucune directive concernant son héritage, j’étais désormais la seule à pouvoir juger ce qu’il serait bon d’en faire. Même si je ne voulais pas me l’avouer, j’avais besoin de lui pour lutter efficacement. J’ignorais ce à quoi nous étions censés faire face, mais s’attaquer à l’armée n’était pas une chose simple. Même si je me fichais des risques, après tout, je vivais seule désormais, ma disparition n’attendrait plus personne, je souhaitais tout de même pouvoir parvenir à mes fins qui pour le coup étaient probablement les mêmes que les siennes, alors autant faire front commun. J’attendais sa réponse, bien que je me doutais quelque peu déjà de sa teneur, fixant le jade de ses yeux dans lequel j’espérais voir passer des émotions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Remuer les poussières du passé [ Pv. Lil]   Jeu 19 Avr - 19:18

D’une pichenette, Li envoyait paître son mégot sur la route pendant qu’Elena ouvrait le portail. Un dernier regard pour la rue, il entrait.
Son courage et sa motivation en avait prit un coup lorsqu’il avait aperçu les escaliers. Il n’y avait pas grand-chose à gravir, mais le garçon devait limiter ses efforts, n’était-ce pas trop tard ? Toujours à la traîne, il gravit cet infini.
Il fut le premier à entrer dans l’appartement, suivit d’Elena qui refermait la porte avec tout sauf de la grâce. Un sourcil levé par ce geste, il l’a suivait du regard. C’est prêt de la table en verre qu’elle lui fit une révélation…


"Je pourrais peut-être t’aider Lil …"

Peut être ? Qu’est-ce qui la laissait en douter ? Le jeune homme sortait de sa torpeur, d’un pas lent il approchait doucement, le regard rivé sur le foutoir. Il déposait sa veste de costard sur le dossier du canapé, rajoutant sa touche au fouillis. De son air détaché il touchait aux bibelots qui se trouvaient sur une commode. Du bout du doigt il frôlait une sculpture, un objet fait à la main et non transmuté. Il demandait dans le vide, tandis qu’Elena ramassait son bordel informatif..

"J’demande à voir… "

C’était une ironie sans expression, pas un sourire narquois pour montrer qu’il ne le pensait pas. Pourtant, c’était le cas. La jeune femme s’était redressée, dans une posture que notre ami aurait qualifiée de gêne inopinée, elle reprenait…

"Je ne suis pas la petite fille craintive que tu as connue. J’ignore s’il savait que ce jour viendrait, mais Isaac m’a formé pendant un certain temps pour pouvoir me défendre seule. Et puis …"

La bouche entrouverte, il la fixait, un regard semi maussade. Il baissait le bras et se tournait à son tour face à elle, gardant toujours sa position près de la commode. Le jeune homme n’avait pas idée du message qu’elle voulait faire passer, il pensait juste qu’elle tentait de lui donner des arguments pour lui prouver qu’elle lui serrait utile. Lil répondait, calmement, faisant le lien avec ce qu’il lui avait balancé un mois plutôt..

" -T’es encore là-dessus, je t’ai dis que je m’excu-
-Si je te donne le moyen d’accroitre ta puissance, utiliseras-tu celle-ci pour m’aider à trouver ce qui cloche dans l ‘armée et à corriger ça ? J’ai besoin de pouvoir croire en toi Lil.
-…"

Le ton implacable employé par la jeune femme avait rapidement couvert le son de sa propre voix. C’est pourquoi il s’était tût. De plus, il réalisait son erreur de jugement. Visiblement il ne s’agissait pas de ça. Soudain intrigué, il demeurait silencieux, son regard grave fixé sur celui intrépide d’Elena. Lui donner le moye, d’accroître sa puissance ? Un tas de probabilité se bousculaient dans la tête du décoloré. Ce moyen, il avait une idée de que c’était. Il détourna le regard, un profond soupire brisait le silence. Aucun des deux n’avait eu la présence d’esprit d’allumer la lumière. En conséquent, la lumière du couché du soleil éclairait la pièce, une ambiance charmante. Les cheveux clairs de la jeune femme apparaissaient orangés, un peu comme les siens. Seul le regard de Lil reflétait cette lueur orangée, pour cause, il était le seul à être face à une fenêtre.
Ses doigts entremêlaient à des mèches, il se frottait la nuque un sourire aux lèvres, il portait son regard sur elle, il avait cet air confiant qui traduisait l’évidence du dernier bout de phrase d’Elena…


"-Bien évidemment que tu peux ! "

C’était donc un échange équivalent. Sauf que, Elena n’aurait rien à faire, les informations qu’elle voulait, le garçon les avait déjà. Et ca, ca avait été presque au prix de sa vie. Inconsciemment il passait sa main droite sur son flanc blessé, il sentit la lame le transperçait à nouveau. Cette route dans laquelle il s’était embarqué, elle était encore plus dangereuse qu’il avait imaginé. Un tel monstre, une telle influence du généralissime, plus qu’un pays concerné… Il regardait Elena, son sourire s’était dissipé, il songeait. Le croirait-elle sans la moindre preuve de ce qu’il lui révélerait ? C’était tellement énorme, Reï elle-même ne s’en était pas remise. Elle avait même songé à abandonner son titre d’Alchimiste d’Etat, dégoûtée, trahie, horrifiée par ceux avec qui elle pensait protéger les citoyens. Une alliée en plus dans leur rang n’était de refus…

"En réalité moi aussi je peux t’apporter mon lot d’info’…mais à la base je n’étais pas venu pour ça…"

Le regard balayeur, il cherchait la boîte en carton renfermant la montre en argent. Ménageant sa marche et ses mouvements, il se dirigeait vers la bibliothèque, nouvel emplacement de la boîte en question.
La montre était scellé par alchimie, Lil ne doutait pas que ce fut par la forme complète du cercle de transmutation de l’art d’Isaac. C’était d’ailleurs cette forme achevée qu’il recherchait, et non celle simplifiée qui limitait son pouvoir. Observant minutieusement l’objet il reprit aussitôt, seulement quelques secondes s’étaient écoulées.


"Avant que tu ne dises quoi que ce soit, je vais te ressasser un souvenir. Tu comprendras alors pourquoi nous étions destinés à nous rencontrer… "

La montre en main, il prit place sur le fauteuil où il avait attendu patiemment le réveil de la jeune femme, deux heures plutôt… La chaîne en argent entremêlée dans ses doigts, il était incliné à l’avant, repoussant momentanément la douleur de ses côtes.

"Isaac m’a prit sous son aile dans son unique intérêt, c’était pas pure égoïsme. Je l’ai toujours su, et après ? "

Il haussait les épaules de manière impertinente, cela prouvait à quel point il en avait cure de ce détail concernant le défunt. Il reprenait, toujours aussi nonchalant…

"Cette idée était au départ insoupçonnée, mais elle germa aussitôt dans son esprit dés notre première rencontre. Je n’étais qu’un pauvre délinquant sans morale, alors il a tenté d'immiscer en moi sa haine contre l’armée d’Amestris. Moi, originaire de Drachma, on peut dire que j’avais le profil type du pigeon. désolé Elena, mais Isaac n'était pas un saint... Plus tard, il s’est aperçut que je n’étais pas tant maniable. …Lil sortait une cigarette, toujours dans la pochette de sa chemise. C’est ainsi que naquit nos liens, il vit en moi une sorte de porte de secours. Il voulut m’apprendre son art, il savait qu’entre les mains d’un être sensé il ne serrait pas gâché ni répandu. Car vois-tu, les alchimistes sont des êtres un peu maso’… Ils aiment consacrer leur vie à cette science pour en percer tous les mystères. Mais une fois que c’est fait, ils détruisent une partie de leurs découvertes pour qu’un jour un ambitieux à leur auteur reprennent la relève. Isaac voyait ca en moi, il m’a donné les moyens et les arguments pour assurer sa relève, cependant, il savait que je créerais ma propre destinée, et ca, avec son alchimie.
Le rapport avec cette montre et toi, c’est notre pacte. J’ai toujours convoité cet objet, on a convenu que j’en hériterais le jour où je maîtriserais son art. Par conséquent, il a scellé quelque chose à l’intérieur et t’as légué toute sa vie en sachant pertinemment que je reviendrais achever mon apprentissage et par la même occasion, honorer notre pacte. "

Sa façon de parler de son maître avec aisance prouvait qu'il le connaissait bien, il connaissait la nature de cet homme. Un homme prêt à des sacrifices pour la réalisation de ses plans, un meurtrier. Mais Lil n'en était pas loin, lui qui avait été rongé par la vengeance, ou plutôt par la folie des alchimistes. Non, il ne faut pas rejeter la faute sur ces alchimistes fous, le garçon avait été conscient de ses gestes.C'est pourquoi il pouvait garder la tête haute, car il savait ce qu'il était.

Les déductions du garçon étaient étonnantes, mais il n’avait pas tellement de mérite, il avait réfléchis avec discernement. C’est parce qu’il avait beaucoup respecté cet homme qu’il avait pu se souvenir de détails croustillants. Des détails qui aujourd’hui lui permettaient de voir clair dans les intentions de l’armée. Cependant, il n’arrivait pas à comprendre la création des chimères. En quoi elles pouvaient être utile exactement ? La création d’une simple armée ne lui semblait pas assez complexe. Lil songeait, perdu dans ces réflexions, puis après quelques secondes il reprenait pour achever son récit…


"Mais, il va falloir que je trouve la raison de notre rencontre et où est-ce que cette vieille buse à planquer la finalité…. Héhé ! C’était un grand stratège "

Un large sourire aux lèvres, le garçon avait soulevé le mauvais bras dans l’intention de se frotter la nuque. Il était presque embarrassé d’avoir autant monopolisé la parole. Il reprit un air plus ou moins sérieux.

"Mais bon, ca peut encore attendre. On pourrait parler de nos découvertes… "

Le regard posé sur la cheminée, il tentait déjà de préparer ses mots pour contourner l’aspect mortel de ses trouvailles. Cependant, la mettre au jus de cet détail poignant pouvait permettre à la jeune femme de prendre conscience de la dangerosité de leurs fait et gestes contre l’armée…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: Remuer les poussières du passé [ Pv. Lil]   Jeu 19 Avr - 20:07

Le premier geste, ou presque, du jeune homme, fut de chercher la boite contenant la montre d’alchimiste de mon oncle. Un sourcil haussé sous le signe de la surprise, je me demandais s’il avait enfin changé d’avis la concernant et qu’il désirait l’emporter avec lui. J’étais rassurée par sa réponse, si courte fut-elle, le garçon semblait sincère. Qui plus est, j’avais beaucoup de mal à pouvoir douter réellement de lui. Moi qui d’ordinaire n’accordais que rarement ma confiance, le jeune homme semblait l’avoir conquis sans trop de difficulté, ce que je ne m’expliquais que moyennement. Appuyée contre la commode, j’observais le jeune homme qui s’était installé sur le fauteuil qui semblait être devenu sa place de prédilection, et observais l’objet argenté avec un intérêt non dissimulé. La voix douce, il entreprit de m’exposer des souvenirs. Ses souvenirs.

Il m’expliqua, longuement, sa rencontre avec l’alchimiste un peu étrange qu’était mon oncle. M’exposant son ressenti, l’intérêt de ce dernier, ses expériences, ses déductions. Attentive, je l’écoutais me parlait d’un aspect de mon parent que je ne connaissais en réalité que très peu. Isaac avait toujours été un véritable père pour moi, même si parfois il délirait quelque peu, du moins c’est ce que je croyais à l’époque, je ne l’avais jamais trop vu comme quelqu’un d’égoïste, car au fond, j’étais persuadée que ce n’était pas le cas. Même s’il semblait faire les choses pour lui. Le symbole marquant mon dos de manière définitive était pourtant la preuve qu’il agissait en partie pour lui. Ce signer, ce cercle complexe traduisant des années entières de recherches, d’expériences, de sacrifices, il n’avait pas voulu le perdre. Sachant dans quoi il s’embarquait dans sa guerre contre Amestris et son armée, il avait voulu être sûr que ces efforts puissent perdurer un jour, si ce n’était par lui, par un autre alchimiste talentueux. C’était probablement dans ce but qu’il avait pris le garçon sous son aile peu de temps après, pour être certain d’avoir une personne à qui léguer son savoir vu que je ne faisais bien évidemment pas le poids.

J’appris également le pourquoi du refus du jeune homme d’avoir à emporter la montre, un mois plus tôt. Sur l’instant, je trouvais sa décision honorable, car son maitre mort, il aurait très bien pu profiter de ce fait pour s’emparer de la montre malgré le fait qu’il n’ait pas totalement achevé son apprentissage. Vu comment il tournait délicatement l’objet entre ses mains, il ne faisait aucun doute pour moi que le jeune homme y accordait une importance non négligeable. Cela m’en apprit davantage sur la manière de réfléchir de Lil. Il honorait sa parole, peu importe comment. Le regard songeur, je scrutais le sol comme si j’y trouvais un intérêt tout particulier tout en écoutant ses dires avec attention. Un bref silence, je relevais la tête pour le fixer avant qu’il reprenne, la mine plus enjouée. Pas la peine d’être devin pour comprendre pourquoi le vieil alchimiste avait agis ainsi. La raison m’apparut comme une évidence, c’était si bête. Je me mordis la lèvre, gênée, et restais silencieuse. Cette vision de mon oncle ne me réjouissait pas, c’était certain. Je le savais calculateur, toute sa vie lorsque je vivais à ses côtés il n’avait que ça, calculer, comprendre, manipuler. Mais malgré ça, l’affection que je lui portais n’en avait jamais été altérée. Lors de mes recherches, j’avais eu vent de certains actes qu’il avait commis, plusieurs soldats étaient morts sous son alchimie destructrice. Même si apprendre ça m’avait choquée sur le moment, je n’en révisais pas pour autant mon point de vue sur cet homme qui m’avait élevé. Chacun à ses raisons pour avancer, s’il avait choisis cette voie, ce n’était pas par cruauté, j’en restais certaine. L’alchimiste de glace avait beau être obstiné, dérangé, froid et manipulateur, il n’en restait pas moins humain. Je savais que son séjour à Ishval l’avait rongé de l’intérieur durant des années, voilà pourquoi je n’étais pas vraiment surprise qu’il ait tué des innocents pour parvenir à ses fins. Il avait déjà fait pire, bien pire, et ne s’en était d’ailleurs jamais vraiment remis. De son point de vue qu’il m’expliqua un jour, il ne s’était pas rendu compte qu’il avait dirigé sa haine contre les mauvaises personnes. A l’époque je n’avais pas saisi, aujourd’hui, je comprenais désormais un peu mieux le sens de ces quelques mots.

Je lâchais un léger soupir et me laisser tomber dans le canapé faisant face au fauteuil dans lequel résidait Lil. J’avais chaud, j’ignorais si c’était l’appartement ou moi, aussi j’ouvris le premier bouton de ma chemise avant de me laisser aller contre le dossier, scrutant le garçon tout en réfléchissant. Nos découvertes hm ? J’avisais le tas de paperasses sur la chaise non loin, je n’avais pas besoin de le reprendre, je connaissais leur contenu par cœur pour les avoir relus plus d’une centaine de fois, à la recherche de choses m’ayant encore échappé. Quelque chose manquait cependant. Je sentis la sécheresse envahir ma gorge, et me relevais aussitôt pour aller chercher de quoi me déshydrater. Au passage, j’attrapais une bouteille d’un alcool que j’avais dégotté dans un placard, pas mauvais du tout et rafraichissant, pour l’avoir déjà gouté, ainsi que deux verres et posais le tout sur la table, remplissant les deux récipients avant de m’emparer d’un, laissant l’autre à mon invité tout en retournant m’assoir sur le canapé. Le liquide frais m’inonda la gorge et je lâchais un soupir de satisfaction avant de le reposer sur la table basse, restant légèrement penchée vers l’avant, coudes sur les genoux, les yeux fixés sur Lil.

"J’ai pu dégoter quelques informations sur la mort d’Isaac, ainsi que sur son accusation. J’ai vu les photos prises par les médecins légistes. Et j’ai lu les rapports. Enfin, ceux que j’ai pu trouver, mais c’est déjà suffisant. Il a été tué par le généralissime en personne. Son statut de terroriste le plaçait en tête des arrestations, tu te doutes bien. Cependant, il aurait du être arrêté et jugé par la cour militaire pour ses actes. Au lieu de ça, Bradley l’a retrouvé avant et l’a exécuté. Officiellement, il l’aurait fait car mon oncle aurait refusé de se rendre, ce que je veux bien croire. Mais je reste persuadé qu’il y a une autre raison. Il avait découvert quelque chose sur l’armée c’est sûr. Pour y avoir bien réfléchie, je pense que le généralissime s’en doutait également et qu’il a voulu le faire taire. Lui laisser accéder à un procès, fut-il pour une condamnation à mort juste après, lui aurait fait une tribune. Isaac aurait très bien pu tout déballer en plein milieu du procès, tout ce qu’il savait bien que j’ignore de quoi il s’agisse vraiment, et je doute fort que les concernés dans cette histoire auraient beaucoup appréciés d’être ainsi incriminés. Car même si certains n’y auraient pas crus, il y a toujours des fouineurs qui vont chercher à savoir si ces dires n’étaient que les délires d’un alchimiste un peu dérangé où s’il y avait un fond de vérité."

J’attrapais mon verre pour avaler une autre gorgée puis le gardait dans ma main tout en faisant doucement danser le liquide. Lâchant un léger soupir, je finis par détourner le regard, déçu quelque part par ce que j’avais pu apprendre.

"C’est tout ce que je sais pour le moment. Ce n’est pas grand-chose certes, mais ça confirme bien qu’il y a du louche. Je comptais aller faire un tour de nuit à la bibliothèque militaire, histoire de fouiner un peu. Je suis sûre qu’il y aurait une mine d’informations là-bas …"

Relevant le regard sur mon interlocuteur, je lui adressais un faible sourire.

"Passons. A toi, qu’as-tu appris de plus ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Remuer les poussières du passé [ Pv. Lil]   Jeu 19 Avr - 21:18

Le fauteuil perpendiculaire au sofa, Lil était assez loin de l’apéro. Drôle de moment d’ailleurs pour sortir une telle chose. Est-ce que le court récit du garçon l’avait ébranlée, un tant soit peu, pour daigner prendre un remontant corsé.. C’était là rien par rapport au reste. Il écrasait sa cigarette dans une coupelle, un déchet alimentaire. Les informations d’Elena ne lui apprenaient rien d’intéressant si ce n’est le côté perspicace de la jeune femme. Elle aussi avait émit une hypothèse, pour Lil elle était fondée. Détournant son regard de la bouteille, l’idée de boire lui était passée au dessus de la tête. Il avait besoin de conserver sa lucidité pour trouver les recherches d’Isaac. Il était persuadé que celles-ci se trouvaient dans son propre appartement. Quelque part dissimulé, peut être sur les murs, sous le plancher, dans la bibliothèque qui sait ? Le cercle complet était quelque part. Son esprit cessait aussitôt ses divagations lorsque la jeune femme avouait vouloir se rendre à la bibliothèque du QG militaire. Chose inutile. Reï l’avait fouillé, c’est pourquoi ils s’étaient rabattus sur le quartier général. Leur plus grosse mission. Une belle victoire, mais des séquelles mortelles… Il fronçait doucement les sourcils d’un air résigné à l’en dissuader.

" Bien.."

Il se levait, déposant d'un geste lent la montre sur la petite table basse. Dans un soupire mélangeant lassitude et amertume, il avait commencé à déboutonner sa chemise. Debout, dans la pénombre, seulement illuminé d’une petite lampe qui conférait une certaine intimité à la pièce, Lil retirait sa chemise. Non ce n’était pas un striptease, juste une mise en garde…

" Si mes mise en garde orales ne suffisent pas, j’espère que ceci te parlera d’avantage… "

Son torse nu comportait une vulgaire compresse épaisse non loin du cœur tendit qu’un bandage entourait ses côtés. Une tâche d’hémoglobine coagulée recouvrait le centre de la compresse, preuve qu’il avait été mal rafistolé. Reï ne pouvait être douée en tout… Quant à son bras gauche, c’était un peu le même travail, une bande enroulée autour de son avant bras pour plaquer deux morceaux de bois de part et d’autre de son os fêlé. Un spectacle dépravant, mais il ne s’arrêtait pas là. Il décollait la compresse sans toucher à son bandage, celle-ci était indépendante. Il laissait apparaître une plaie cousue avec négligence, celle-ci mesurait environs 15 cm. Il remballait sa plaie et se tournait, laissant cette fois apparaître la même compresse dans son dos. Inutile de justifier, Elena avait probablement compris qu’il avait été embroché, et ca juste en dessous de son organe vital, le cœur. Les fermés, la mine grave, il récupérait sa chemise.

"Je dois parfaire mon entraînement.. tu comprends ? ..."

Il boutonnait sa chemise, lentement, difficilement. Sa cravate pendouillait, entièrement défaite, il avait cessé son geste à mi chemin jusqu’en haut. Ce petit tour n’avait fait que raviver ses douleurs. Il reprit aussitôt pour en venir au principal…

"J'aurais dû mourir... Ne t’aventures pas en camps ennemi, ses moyens de répressions sont pire que tu ne peux l’imaginer… "

Etait-ce le moment de lui faire part de ses découvertes ? Il hésitait, il aurait aimé devenir l’alchimiste accompli qu’espérait son maître avant de ne mettre d’autre vie en danger par ce savoir. Mais après tout, Elena était libre de mener sa vie comme elle l’entendait. Difficilement il reprit place sur le fauteuil, ses efforts lui revaudraient ca probablement dans la nuit. Il n’en avait pas fini, sa convalescence débutait. Il fallait ménager la fièvre. Il s’était appuyé avec son bras droit pour lui permettre de s’asseoir délicatement. Cette situation l'insupportait, il faisait tout pour ne pas être la chochotte plante, mais il fallait se rendre à l’évidence que tout simagrées auraient été appropriées…

"Je ne veux pas t’inciter à renoncer, non…au contraire, ton aide me sera précieuse, seulement, n’évolue pas seule."

C’était la deuxième fois qu’il lui disait, Lil insistait volontairement. Cette nuit là, il n’aurait rien pus accomplir sans Reï et sa vie n’aurait pas été épargnée sans ses soins, aussi minables fussent-ils. Il se mit à sourire, soudainement amusé.

" De toute façon je t’ai devancée… Ce que l’armée d’Amestris trame, je l’ai découvert. "

Son sourire blême adoucissait l’expression blafarde de son visage. Lui qui d’ordinaire avait ce teint hâlé. Le poids de la fatigue, la redescente de l’alcool, trop de facteur d’un coup.
La chimère laissait en suspens ses derniers mots. Il voulait savoir si elle était prête à encourir le risque que sa vie soit mise en danger.


"On tue tous ceux qui sont dans le secret… Je ne sais pas si c’est sage de te mettre dans la confidence… "

Il pensait ce qu’il disait, cependant, il n’allait pas s’y tenir. Comme des milliers de personnes, peut être même millions, Elena était concernée. Ce choix ne pouvait lui revenir. Le fessier au bord du fauteuil, il fixait sa main gauche, engourdie par le bandage après avoir jeté un coup d’œil mystérieux à la jeune femme . En réalité, il attendait sa réaction, comme à cet instant, sur le ponton.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: Remuer les poussières du passé [ Pv. Lil]   Jeu 19 Avr - 22:05

J’observais le jeune homme se levait après quelques mots, e fronçais les sourcils lorsque je le vis défaire les boutons de sa chemise. L’espace d’un instant, une idée tordue ma traversa l’esprit, que je refoulais bien vite toutefois. Lorsqu’il se retrouva torse nu, j’écarquillais les yeux, une main devant la bouche, incapable de masquer ma stupeur. Son torse était couturé de pansements. Le plus imposant entourait ses côtes alors que le plus inquiétant, orné d’une magnifique tâche rouge foncée, se plaçait juste sous le cœur. Lentement mais sûrement, il tourna sur lui-même et je me rendis compte de l’étendue des dégâts. Son bras semblait également avoir souffert, maintenue tant bien que mal par un bandage rudimentaire mais efficace. Un instant, je repensais à notre marche dans la rue, j’avais du lui faire assez mal à la tirer ainsi sans scrupules. Mon attention se reporta immédiatement sur lui lorsqu’il soulevait son bandage le plus abimé, dévoilant une plaie mal refermée à la largeur plutôt imposante.

"Lil … "

Son nom m’avait échappé dans un murmure alors que, les larmes aux yeux, menaçant de sortir, je scrutais le torse meurtri du garçon. Je comprenais à présent un peu mieux pourquoi le jeune homme m’avait dit que s’attaquer à l’armée comportait des risques. J’acquiesçais lorsqu’il reprit, lentement mais ne pus détacher mon regard des blessures avant qu’il ne referme sa chemise. C’était donc ça le prix à payer pour chercher la vérité dans ce monde de fous ? Les enjeux devaient être énormes pour qu’ils n’hésitent pas à s’attaquer à des civils, à vouloir les éliminer sans scrupules. Je relevais le regard vers le visage du garçon, ses mouvements semblaient le faire souffrir, compréhensible au vue du nombre de blessures qu’il portait. Jamais je ne me serais doutée d’une telle chose lorsqu’il était arrivé, un peu plus tôt. Je commençais à comprendre pourquoi il tenait temps à ce que je ne fasse pas route à part. Le danger était bel et bien réel, et il était sûrement plus simple de pouvoir lutter efficacement à plusieurs. Je fronçais les sourcils en le voyant soudain sourire, perplexe. Ce qu’il venait de me dire n’était pas vraiment plaisant, aussi je ne comprenais pas la raison de ce revirement d’humeur. Ce n’est que lorsqu’il exposa la suite que je compris. Après un léger silence il continua sur sa lancée, me disant quelque chose dont je me doutais déjà. A savoir que la seule chose qui attendrait ceux qui seraient pris à fouiner serait un aller simple vers l’au-delà. Les sourcils froncés, je lui lançais un regard à la fois maussade et déterminé.

"Mourir ne me fait pas peur. Et je ne compte pas me laisser tuer comme ça, rassure-toi."

J’inspirais doucement, bu une longue gorgée du nectar ambrée avant de fixer mon regard sur le jeune homme, un air déterminé gravé sur le visage.

"Si tu veux mon aide, je te l’apporterais. Mais si tu ne me dis pas ce à quoi nous sommes censés faire face, comment veux-tu que je sois efficace ? Je ne resterais pas inactive, avec ou sans toi. Mais je préfèrerais que ce soit avec."

Je lui adressais un léger sourire avant de baisser le regard sur son bras meurtri.

"Fais moi confiance. Je crois que nous avons autant besoin l’un de l’autre …"

Par là, je pensais à son besoin de parfaire son apprentissage. Je repensais à ses blessures, à la chance qu’il avait dû avoir pour échapper de peu à la mort. D’ailleurs, un détail me revint en mémoire, une chose que je ne lui avais pas encore demandé. Les sourcils légèrement froncés, je ne détournais pas les yeux de la blessure.

"Qui t’as fait ça ? Les militaires ?"


Si tel était le cas, alors il était probablement surveillé de près, et peut-être même en cavale désormais. Auquel cas, les ennuis risquaient bien d’arriver de pointer le bout de leur nez à nouveau. Mais pour le moment, tout était plus ou moins paisible, autant en profiter pour mettre les choses à plat. Sans attendre la réponse à me question, j’enchainais presque immédiatement avec une autre.

"Et explique moi ce que complote l’armée s'il te plait."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Remuer les poussières du passé [ Pv. Lil]   Jeu 19 Avr - 23:12

Notre ami relevait la tête, Elena était déterminée à lui venir en aide. Il n’en avait pas douté un instant. Il reportait son regard sur elle, elle n’avait pas l’air si taraudée par les blessures du garçon. Peut être était-il trop habitué à l’attention de Reï. Après tout, Elena n’était pas aussi aimante que l’autre jeune femme. Ils étaient deux vieilles connaissances en train de tisser des liens autour d’une même cause. Elle fixait ses blessures, plus par curiosité que peine. Après lui avoir prouvé sa motivation et sa détermination, la jeune femme voulut s’informer sur l’auteur de ses blessures. Un sujet bien complexe. Elle était hâtive, intéressée que par les informations qu’il avait glanées, elle ne semblait même pas l’avoir prit au sérieux. Lil soupirait face à son impatience, face à cette réaction. Etait-ce un soupçon de déception sous ce masque de lassitude ? Elena n’avait que ca à la bouche au final, l’armée… Même le passage du restaurant avait eu son lot de question avant d’être interrompu par le jeune homme. Il était temps de faire part des horreurs de l’armée, inutile de la faire languir d’avantage...
Il recouvrait son bras, faisant descendre sa chemise jusqu’à son poignet.


" "Te laisser tuer comme ca" ? Comment? Comme moi ? Ne me sous-estime pas, Elena…Ce type…"

Il cherchait ses mots, un adjectif, ou bien quelque chose de rationnel, mais rien ne venait, rien. Ce type n’’avait rien d’humain voilà tout, c’était un monstre. Le garçon fronçait les sourcils, plus sérieux, plus dur..

" Ce type s’affranchissait des lois de la nature et de l’alchimie même. Je n’avais encore jamais vu un être capable de modeler son corps à sa guise. Je l’ai tué, deux fois, non.. "

Il songeait rapidement, le regard de biais sur le plancher.

"Quatre fois. A chaque fois il se relevait, et d’une manière qui m’échappe, les réactions alchimiques avaient lieu dans son corps. Un immortel, bien pire ... qu'une chimères… Tss. "

Il coupait court à cette révélation. Lil se levait, ne tenant visiblement plus en place…Il contournait le fauteuil pour rejoindre la fenêtre, la même que lors de sa dernière visite. Une main sur son abdomen, il fixait les toits de la ville, le ciel, la ville… Il se lançait..

" Ca peut paraître invraisemblable, voir effrayant… Mais saches que l’armée d’Amestris à l’intention de sacrifier son pays et les pays conquis voisins dans le but de créer la Pierre Philosophale. Il manque encore quelques territoires. Est-ce là leur unique objectif ? J’en doute fort. A côté de ça, l’armée à crée en secret des être hybrides en combinant un animal à un humain… cette source là est certaine. J’ignore encore quel est leur but si ce n’est créer une armée de chimère super-entraînée… Et tout ça sous la directive du Généralissime. "

Il restait calme, sa voix avait perdu de sa dureté pour terminer doucement. Il y avait encore certains points brouillés, mais ca, il pourrait les éclairer autrement qu’en fouinant. Il fallait qu’il retrouve le monstre, qu’il retrouve le laboratoire n°5, qu’il ouvre la montre… Un nouveau soupire. L’idée de retourner vivre à Drachma lui avait effleuré l’esprit, demandé de l’aide à sa terre native. Cependant, qui croirait une telle histoire, c’était tellement énorme.
Lil jetait un furtif regard à la jeune femme avant de ne reporter son regard de jade sur l’extérieur.


" Bien…satisfaite ? Tu m’avais l’air tellement obnubilée par mes info’. Est-ce que la mort d’Isaac a emporté avec elle une partie de ton humanité ? Ne suis pas les traces de ton oncle, fraye toi ton propre chemin, même si tes objectifs sont les mêmes… "

Un manque d’humanité, Lil avait enfin mis le mot sur ce qui le dérangeait. Elle était tellement entêtée, tellement obnubilée qu’elle n’était pas intéressée par le reste, ou du moins plus. Peut être une façon pour elle de détourner la solitude en se focalisant sur un point. Ou bien une façon de prouver qu'elle était forte. Tant d’hypothèses… Lil espérait que ce fut juste de passage chez la jeune femme, il espérait que sa dernière phrase soit écoutée. C’était dure de juger, il ne la connaissait pas, ou plutôt pas comme il le pensait. On a tous nos démons, le garçon le premier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: Remuer les poussières du passé [ Pv. Lil]   Ven 20 Avr - 0:10

L’attitude du jeune homme se modifia, je l’avais assurément blessé sans le vouloir. Plus froid, il se mit à m’en dire plus sur son agresseur, une espèce de monstre si je comprenais tout bien. Capable de muter, de ressusciter malgré les coups fatals qu’il avait reçus. L’alchimie pouvait donc également faire naitre ce genre de choses ?Il aborda également le sujet épineux qu’était les chimères, ce qui me fit frémir imperceptiblement alors que je gardais le regard baissé. Je l’écoutais en silence, encaissant les différentes informations qu’il me donnait mais même si je les enregistrais, enfin, le plus gros, quelque chose d’autre me taraudait alors que le jeune homme continuait de s’expliquer. Les mains jointes, je n’osais pas relever le regard, sentant soudain comme une certaine colère dans la voix du jeune homme. Je fus choquée d’apprendre que l’armée créait des chimères. Je ne pensais que des personnes soit disant sensées auraient également eu une telle idée. Et cette histoire de pierre philosophale … j’avais toujours cru qu’il ne s’agissait que d’un mythe, un conte raconté aux enfants. Néanmoins, ce fut sa tirade finale qui m’interpella plus que le reste. Son air agacé me fit percuter qu’à force de vouloir rester trop détachée pour ne pas m’impliquer, j’en devenais désagréable et passais sans peine pour une intéressée. Me concentrer sur ce que je pouvais faire, sur ce que je devais faire, c’était le meilleur moyen de ne pas se laisser gagner par ses émotions. Les émotions, cette chose que j’avais zappé depuis un bon moment déjà, que je ceinturais le plus possible pour ne pas souffrir ou trahir quoi que ce soit. Ce garçon venait de me renvoyer ça en pleine poire. Mon inquiétude dissimulée à son égard, il avait pris ça, probablement à juste titre, pour de l’intérêt uniquement envers ses informations.

Les mains jointes devant moi, les avant bras appuyés sur les genoux, je fixais le sol, tête basse, pour cacher mon visage le plus possible. Je sentais la peine me submerger, ainsi qu’une certaine culpabilité. A force de vouloir paraitre trop forte, on finit par bousiller tout le reste, tout ce qui fait de nous un être humain. Et bien que je ne sois plus vraiment humaine, au fond je tenais à garder cette petite part qu’il me restait d’avant.

"Une partie de mon humanité tu dis ? Y’a bien longtemps que j’en ai perdu plus qu’une partie … "

Je relevais les yeux vers lui, laissant enfin les larmes que j’avais retenues un peu plus tôt s’écouler doucement.

"Je suis navrée, je ne voulais pas que tu te sentes insulté."

D’une main, j’essuyais doucement l’eau qui inondait mes yeux avant de soupirer.

"Je ne suis qu’une imbécile …"

Je ne pouvais m’empêcher de détruire ce qui m’entourait. Pourquoi ? Je l’ignorais. Peur de la mauvaise influence que je pouvais engendrer, de l’animalité que je dégageais, de perdre à nouveau un proche, toujours est-il que je ne voulais pas accepter mes émotions. En voyant les blessures du jeune homme, je n’avais eu qu’une seule envie, le prendre dans mes bras. Je m’étais abstenue, par défiance, par peur de m’attacher, ce qui au fond était bien trop tard. Et voilà qu’il me renvoyait ce fait pourtant parfaitement choisit en pleine face, en reproche. Etait-ce au fond la bonne méthode ? Je m’étais détachée de tout durant ces dernières années, ne gardant que mon affection pour mon oncle. Lors de sa mort, ma conviction avait grandi que s’attacher aux gens était une mauvaise idée. Mais je ne pensais pas le revoir, lui ; Je ne pensais pas que cela s’avèrerait aussi compliqué en réalité. Ses paroles me firent mal, il était trop tard pour le cacher désormais, mais je fus incapable de m’expliquer, la culpabilité me rongeait.

"Je veux te protéger Lil … Je ne veux plus reperdre quelqu’un. J’en ai assez vu."

Les pleurs intarissables, je m’essuyais à nouveau les yeux tout en gardant une voix relativement posée malgré mes sanglots.

"Je me fous de l’armée, je me fous de ce qu’elle complote. Bien évidemment, ça nous concerne tous. Mais si je veux savoir tout ça, c’est parce que je veux pouvoir t’aider efficacement. "

Je finis par me calmer, doucement mais sûrement. Le regard déterminé, je venais de me décider. Je me levais et m’approchais du jeune homme doucement, m’arrêtant à une cinquantaine de centimètres. Le fixant quelques secondes, je repris.

"Le moment est mal choisit, mais je ne me le pardonnerais pas si tu meurs par ma faute."

D’une main, je déboutonnais ma chemise, silencieuse, et le laissais glisser le long de mes bras, attendant qu’elle chute au sol en fixant le jeune homme puis me retournais, la tête baissée.

"Voilà ce que tu cherchais … les recherches d’Isaac."


Le corps frissonnant légèrement, je me contentais de fixer le sol, attendant une quelconque réaction. J’espérais que cette fois-ci, mon geste ne serait pas mal interprété, mais si tel était le cas, j’aurais une assurance supplémentaire qu’il puisse se défendre seul. Si l’armée en avait après lui, si ce monstre en avait après ce qu’il savait, je comptais bien mettre tous les moyens dont je disposais en œuvre pour pouvoir le protéger. Et cela passait aussi par lui procurer les recherches de mon oncle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Remuer les poussières du passé [ Pv. Lil]   Ven 20 Avr - 2:07

"Une partie de mon humanité tu dis ? Y’a bien longtemps que j’en ai perdu plus qu’une partie … "

Lil fermait les yeux, ces derniers plissés par cette idée qui avait germé dans son esprit lors de leurs retrouvailles. Cette idée, il y avait renoncé, il avait espéré qu’elle soit détrompée. L’idée que son père l’ait utilisée comme cobaye pour ses abominations. Difficile de définir ce qui était le plus douloureux… entre coupé du monde deux ans et entraîné à tué, et tuer pour sa propre survie ou bien… être trahie par sa propre famille, sa propre chaire en qui vous avez une confiance aveugle ? Cela demande réflexion, disons que les deux sont douloureux. Il fixait le trottoir d’en face, sa colère le fit serrer ses poings, son bras gauche lui décrochait un pic de douleur. C’était une probabilité, mais à combien de pourcentage se défendait-elle ?

"Tsss… Ne me dis pas que… "

Il s’était retourné, observant la jeune femme toujours assise sur le sofa. Et alors qu’elle fit de même, ses joues étaient perlées. Sa chevelure claire et légèrement ondulée recouvrait l'intégralité de son front, nul doute que les mèches qui barraient son doux visage étaient collées par l'humidité créer par des larmes. Un tableau bien pire que son précédent air indifférent. Le visage maussade, le jeune homme regardait le fruit de ses conneries. Unique coupable n’ayant pas été assez ouvert pour comprendre la nature de la carapace d’Elena. Sa crédulité avait encore frappé.

"Je suis navrée, je ne voulais pas que tu te sentes insulté. Je ne suis qu’une imbécile …"


Il déglutit, la culpabilité envahissait cet être se déferlant sur son visage pourtant intouchable. Pourquoi ces larmes ? Etait-ce l’accumulation de toutes ces informations ? Le garçon avait du mal à croire qu’elle était uniquement rongée par la culpabilité. Il ne put le deviner ca, il était perspicace, mais lorsqu’il s’agissait des émotions, des sentiments, il était alors ignorant. Ces larmes, elles lui rappelaient celles de Reï, des larmes douloureuses, refoulées. Il ne pouvait imaginer qu’elle avait prit conscience subitement de la situation, de ses convictions brisées. Au final, le plus blessant avait été Lil. Lui qui pensait avoir été un simple pantin qu’on peut sacrifier, tant que les infos remontaient… Une pensée horrible, quel être torturé pouvait penser une telle chose ? Un homme brisé par les siens.
Elena semblait chamboulée, ses larmes coulaient à flot, et tandis qu’elle essayait de se maîtriser, elle lui confiait son ressentit. Il écarquillait les yeux, surpris, déboussolé. Son cœur avait loupé un battement, douleur et culpabilité entremêlées, c’était la seconde fois qu’il se heurté à une telle tristesse, une telle situation. Il regrettait de ne pas avoir été plus à l’écoute de cette âme en peine. Un sentiment protecteur partagé, ils avaient l’air fin, tout les deux au pied du mur. Pourquoi fallait-il en venir aux larmes pour extraire le bon chez autrui ?

Tandis que le maladroit était figé de stupeur, Elena le rejoignait. C’était comme cette fois là, un mois plutôt.


"Le moment est mal choisit, mais je ne me le pardonnerais pas si tu meurs par ma faute."

Silencieux, brusqué par l’ambigüité de cette fille, Lil l’observait. Il ne savait plus quoi penser, il regardait couler une dernière larme rescapée. On aurait dit du cristal avec la lumière de la lune postée au dessus de la fenêtre. L’astre faisait réfléchir sa blondeur sur cette perle transparente. Elena se dévêtit, le jeune homme fronçait les sourcils. Tout lui échappait, lui d’ordinaire serein et posé. Il ne comprenait la signification d’un tel acte, c’était insensé. Sans avoir le temps de lui demander des comptes, la jeune femme laissait glisser sa chemise laissant à libre vue sa poitrine. Les yeux rivés sur ses yeux bleus gonflés par les sanglots, il ne daignait pas les baisser. Il ne le pouvait, il était bien trop blessé dans sa dignité de grand protecteur pour oser se rincer l’œil sur cette pauvre créature. Au lieu de ça, son regard de jade si dur et doux à la fois faisait navette dans les joyaux de la belle. Deux saphirs. Aussi belle fut-elle, il gardait cette part de gentleman, un homme respectueux envers le sexe qui lui avait causé tant de tracas par le passé...

"Voilà ce que tu cherchais … les recherches d’Isaac."

Elle s’était retournée, Lil baissait lentement les yeux. Quelle fut sa surprise de découvrir un cercle de transmutation complexe dans le bas du dos de la jeune femme. C'était un sacrilège d'avoir souiller son corps avec l'alchimie. Sa peau pale donnait une impression de douceur. Il fallait être fou pour ne pas succomber. Bouche bée, il ne put détourner son regard de l’œuvre tatouée durant quelques secondes. Le cercle était tout simplement magnifique, une vrais chef d’œuvre. Sa porteuse en était digne, une beauté sur une beauté, où est le problème? Puis il plissait les yeux, la mélancolie brumait ses réjouissances. Bon sang, une nouvelle voie s’ouvrait à lui, alors pourquoi cette tristesse ? Tout simplement parce qu’il pensait l’avoir brusquée, peut être mise au pied du mur pour la forcer à dévoiler cette majeure information. Il avait du mal à réaliser. Réaliser que les réponses étaient là devant lui. Réaliser les liens qui les liaient, car sans s’en rendre compte, la colère de Lil et la culpabilité d’Elena traduisaient l’importance que l’un avait pour l’autre. Sa main droite fraiche entre le creux des omoplates de la jeune femme, il laissait sa tête chavirée par le poids de ces réalités. Son front finement plaqué au dessus de ses omoplates il serrait les dents, le visage accablé. Par ce geste, il pouvait sentir les vibrations de son cœur, une mélodie désordonnée. Il pouvait ressentir sa gêne, son embarras. Mais ne l'était-il pas lui même?

" Excuse-moi… je ne voulais pas te blesser…Je suis l’unique coupable…
Tu sais, cette humanité, on me l’a arraché alors que je pensais protéger ce pays… "


Lentement, il se baissait, de sa main gauche il saisissait entre ses doigts engourdis la chemise de la jeune femme. Là, accroupi, il ouvrait les yeux, son front décollé il pouvait voir l’œuvre d’Isaac. S’il avait espéré cet instant depuis des années, et bien ce n’était pas après avoir provoquer les sanglots d’une jeune femme. Ce détail cuisant couvrait sa joie, il n’avait pas la tête à l’étudier. Il se redressait avec cette même lenteur, un geste qui avait suscité la douleur de son flanc. Il fit passer le tissu dans son autre main et recouvrit l’abdomen de la jeune femme, plaquant le chemisier sous son bras il en profitait pour l’enlacer, son autre bras vint délicatement s’additionner.

"Merci…"

Cet unique mot soufflé près de l’oreille de l’intéressé, Lil signifiait beaucoup de chose à travers ce mot. Il avait eut le temps de humer le parfum de sa soigneuse chevelure en cascade qui couvrait également sa poitrine. Il s’en voulait encore d’avoir provoqué les larmes de celle fille. Des larmes qui auraient pu être contournée s’il n’avait pas été aussi bourru. Il se retirait doucement. L’heure avait tourné… Il voulut fuir, un geste tellement simple face aux sentiments.

"Je crois…je crois qu’il est temps que je parte…Maintenant je sais…Où chercher "


Bien qu'il ait annoncé son départ, quelque chose le retenait. Il repensait à sa dernière disparition, celle-ci avait duré un mois. Il se mit à sourire en repensant au parapluie, chose oubliée. Il doutait d'être gratifié d'un baiser cette fois-ci. Il ne l'aurait pas mérité. Il s'était juré ne plus provoquer de larmes depuis qu'il était gamin. Mais adulte, il semblait être plus doué pour le contraire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: Remuer les poussières du passé [ Pv. Lil]   Ven 20 Avr - 10:17

Frissonnante, les bras croisés sur mon ventre, j’attendais un mot, une parole qui traduirait quelque chose, la moindre réaction du jeune homme. Je n’osais pas me retourner pour le voir, mes larmes étaient encore trop proches. A la place d’une parole, je sentis un contact froid en plein milieu de mes omoplates, léger d’abord puis un peu plus appuyé. Je compris alors ce que faisait le jeune homme mais contre toute attente, ne ressentais pas vraiment de gêne. Seulement l’idée que ce n’était peut-être pas ce qu’il attendait en fin de compte. Doucement, Lil prit la parole, s’excusant de m’avoir blessée. Surprise, je me contentais de secouer négativement la tête sans pour autant me tourner vers lui pour lui faire comprendre qu’il n’y était pour rien. La suite de sa phrase attira mon attention et mon regard se voila le temps de comprendre le véritable sens de sa phrase. Ainsi, nous étions tous les deux de la même espèce … Retenant un sanglot étouffé, je n’affichais plus vraiment l’attitude de la femme forte que j’avais cru être. Seulement une gamine fragile et perdue, rien de plus. Le contact de mon dos se rompit, je frissonnais légèrement. Malgré l’absence de chaleur du jeune homme, sa présence m’avait réchauffé d’une certaine manière.

Croyant qu’il était en train d’analyser le cercle pour l’avoir senti se baisser, je fermais les yeux, consciente qu’il me faudrait être patiente. Mais lorsque le fin tissu de ma chemise me ceignit les hanches, couvrant mon ventre avec douceur, je portais mon regard sur le bras qui m’enlaçait doucement, rejoint par son conjoint blessé. Je fixais les membres avec une certaine surprise. C’était la première fois depuis des années que j’avais une telle proximité avec quelqu’un. Le simple mot du jeune me fit trembler doucement tant il semblait chargé d’émotions que je ne pouvais voir. Timidement, je reculais à peine, posant l’arrière de ma tête contre son cou en inspirant son odeur discrètement. Un léger silence s’installa, j’oubliais momentanément pourquoi j’en étais arrivée là, rassurée par ses bras qui malgré leur fraicheur naturelle dégageait suffisamment de chaleur pour me faire rougir.

Un léger mouvement, les bras se délièrent, le contact se rompit doucement. Je soupirais doucement, avant de tourner légèrement le regard vers le jeune homme qui m’annonçait son départ, sans pour autant bouger. Indécise, je finis par me tourner vers lui tenant d’une main le chemisier sur mon buste, de l’autre je me saisis de la sienne, celle qui était toujours valide, portant mon regard sur le sien. Les doigts légèrement serrés sur sa paume, je restais hésitante.

"Lil, je …"

Je finis par pousser un profond soupir avant de sourire. C’était si bête. De quoi avais-je peur en réalité ? Je ne risquais plus rien maintenant. Je fis un pas puis deux avant de me blottir contre son torse, le visage enfouie dans sa chemise pas complétement fermée. Je tenais toujours sa main que je me refusais à lâcher.

"Que comptes-tu faire maintenant ?"

Je levais les yeux vers lui, souriant doucement. Maintenant que les choses avaient été mises à plat, maintenant que nous nous étions tous les deux expliqués, chacun à sa manière, je me sentais mieux. Même mes yeux rougis par les larmes ne pouvaient couvrir le léger sourire gêné que j’arborais en ce moment.

"Je ne veux pas que tu partes … Ne me laisse pas seule maintenant."

Caprice d’une enfant ou parole d’une jeune femme mûre et réfléchie ? Probablement un peu des deux. L’adulte souhaitait être sûr qu’il serait en sécurité, or sortir en pleine nuit alors qu’il avait déjà été attaqué n’était pas la meilleure option. L’enfant souhaitait juste garder la proximité rassurante et agréable du jeune homme. La solitude m’effrayait ce soir. L’un dans l’autre, je voulais égoïstement peut-être, le garder près de moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Remuer les poussières du passé [ Pv. Lil]   Sam 28 Avr - 14:56

Son bras barré sur sa poitrine, Elena s’était tournée face au jeune homme. Un silence mystérieux les enveloppait, elle le rompit, hésitante, monotone..

"Lil, je …"

Quasiment inexpressif, les yeux de notre ami étaient rivés sur le visage de la belle. Ses joues portaient encore l’humidité des larmes. Sa main pressée par les longs doigts fins de la jeune femme Lil demeurait serein. Ses yeux verts faisaient navette entre les deux joyaux d’Elena Il avait l’air un brin intrigué par son silence, ses sourcils à peine froncés traduisaient l’interrogation de son regard. Sous l’effet d’une mince surprise, le garçon avait légèrement inspiré, bouche entrouverte. Comme figé, il eut un temps de réflexion lent. La jeune femme blottie contre lui il en prit rapidement conscience lorsqu’elle lui demandait ses futures intentions. Ses yeux n’ayant pas bougés, il fixait toujours droit devant lui, seule sa main libre bougea. Son bras entourant superficiellement son dos, Lil baissait enfin les yeux. Le geste de la jeune femme ne lui avait soutiré aucune douleur tant elle avait été gracieuse. Elena le regardait, en baissant le menton il pouvait à présent sentir son souffle dans son cou. Il n’avait pas besoin de réfléchir, il savait déjà ce qu’il aurait à faire. Inconsciemment, sa main s’était légèrement rétractée sur la peau nue de la demoiselle. Ses doigts à quelques centimètres d’un héritage bénéfique il détournait le regard, fixant de nouveau droit devant lui. De sa voix mielleuse, Elena exposait de manière non retenue son besoin de réconfort en plus de ses gestes. Tant de familiarité qui prenaient au dépourvu notre chimère engourdi. L’aveu avait eu le don d’embarrasser le décoloré. Quelque part flatté il souriait tendrement. Pas de timidité, ni de pudeur seulement la gêne éprouvée par le manque de contact agréable. Il abandonnait momentanément sa réponse concernant sur ses prochaines intentions pour se concentrer sur l’appel de la jeune femme. Il avait froncé les sourcils partageant l’expression de son visage entre la tendresse et la culpabilité.
Comme prévu, il serrait resté si elle le lui avait demandé, en l’occurrence, c’était le cas. Il songeait l’espace de quelques secondes. Des interrogations fusaient dans son esprit. A quoi pensait-elle ? Qu’espérait-elle ? Ou encore, pourquoi ce besoin maintenant ?


"Hmm… Je ne bougerai pas."

Son regard de nouveau posé sur celui de sa prisonnière, un sourire réconfortant au bord des lèvres, il avait déposé un baiser sur son front avant de ne relever le menton pour le poser sur le dessus de la tête de la jeune femme. Enfin il se retirait. Lil avait de nouveau soupiré, soudainement blasé…

"Je dois passer un coup de fil… "

Une annonce plutôt inattendue et inappropriée pour un tel moment. Brisant cet instant de pure affection, le garçon se tut, les yeux rivés sur l’être qui lui faisait face. Il repensait à la nature d’Elena. Était-elle réellement une chimère ? Ce détail lui ne lui était pas égal dans le sens moral, le reste lui importait peu. Bien que cela l’intéressait beaucoup, il jugeait l’instant inadapté pour un tel sujet. Après un court instant de silence il daignait enfin bouger. Il murmurait doucement pour lui même

"Il faut que je la prévienne…"

L’appartement de Macdougall étant dépourvu d’une ligne téléphonique, Lil devait s’en aller en quérir une. Ce genre de moyen de communication n’était d’aucune utilité pour le défunt qui n’avait pas tellement d’attache. Et puis, s’il en avait eu un, qui sait si celui-ci n’aurait pas été trafiqué…
A quelques pas de la porte, il s’arrêtait afin de reporter son attention sur la demoiselle. Celle-ci avait profité de cet instant pour revêtir sa chemise. Le jeune homme n’avait pas détourné le regard…


"Je n’en ai pas pour longtemps."

Il était déjà un peu tard, Reï avait sûrement eut le temps de s’imaginer tout un tas de scénario glauque concernant le garçon. Il savait où se diriger pour accomplir sa besogne. Dés sa première visite il avait pu repérer les lieux avec un minimum d’attention. En conséquent, il avait prit connaissance de l’emplacement d’une cabine à quelques mètres de l’appartement, dans la rue. La main sur la poignée, Lil lui fit un signe de la main avant de ne passer la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: Remuer les poussières du passé [ Pv. Lil]   Sam 28 Avr - 15:34

Un contact furtif sur mon front me fit plisser les yeux, un léger sourire aux lèvres, alors que je ne quittais pas la proximité du jeune homme. Rassurée et contente que le jeune homme accède à ma demande, je me sentais à nouveau sereine. Quelques secondes après, je l’observais s’écarter doucement, m’indiquant qu’il devait téléphoner. Un bras sur ma poitrine pour maintenir le fin tissu, je détournais d’instinct la tête pour chercher le combiné dans la pièce, fronçant les sourcils en ne l’apercevant pas, avant de me souvenir que l’appartement de mon oncle n’en contenait pas, et ce depuis son installation ici semblait-il. Un fait que je n’avais pas vraiment tenu à changer, je n’avais aucun contact qui pourrait vouloir me joindre par ce biais, et la réciproque était également vraie. De ce fait, un combiné aurait été totalement inutile. Sentant le regard perçant du garçon me détailler, je tournais à nouveau le visage vers lui et acquiesçais à sa remarque, comprenant par-là qu’il faudrait qu’il sorte. Je le suivis du regard quelques secondes alors qu’il se dirigeait vers la porte et profitais qu’il ait le dos tourné pour pouvoir enfin repasser ma chemise, commençant à frissonner de manière régulière et désagréable. Trois boutons de fermés, cela suffirait. Croisant le regard du jeune homme en relevant la tête, je lui fis un léger sourire.

"D’accord."

Je l’observais passer le pas de la porte, attendis que cette dernière soit refermée pour me laisser tomber dans la fauteuil, abattue par une vague de lassitude. Je ressentais malgré moi une vague de honte très prononcé à avoir pleuré devant Lil. Ma fierté, parfois bien trop prononcée, ne supportait pas cette marque de faiblesse. Qui plus est, en trois rencontres, deux fois j’avais versé des larmes, même si à la première, j’avais une dizaine d’années. Même si ces pleurs avaient en partie permis de débloquer la situation, elles n’en restaient pas moins dégradantes à mon goût. J’essuyais de ma manche ce qu’il restait de larmes sur mes joues avant de fixer le canapé. Cet appartement était petit, il ne possédait qu’une chambre. J’étais bien maligne de l’avoir prié de rester, mais je me rendais compte que le faire dormir risquer d’être compliqué. Enfin, pas tant que ça en réalité. Il me suffisait de faire comme Isaac par le passé.

Profitant de l’absence du jeune homme, je me redressais, soudainement emplie d’un certain dynamisme, et me rendis dans ma chambre pour récupérer tout ce qui trainer par terre et l’entassais de manière plus ou moins adroite dans l’armoire que je fermais non sans mal. J’attrapais les draps du lit, les roulais en boule tout en les amenant à laver et installer sur le matelas des draps propres ainsi qu’une couverture. Après avoir vérifié rapidement qu’il ne trainait rien de vraiment gênant dans la pièce, j’attrapais dans la placard, faisant ainsi tomber tout le bazar que j’avais eu du mal à y faire tenir, un coussin et une couverture, puis remis le tout en place, en vrac, dans le placard. Mon artefact sous le bras, j’éteignis la lumière du coude et ramenais le tout dans la salle, déposant ma trouvaille sur le canapé où j’allais passer la nuit. Non que ça me dérange, j’y avais déjà dormi cet après-midi qui plus est, je n’étais pas fatiguée à cause de cette longue sieste. Je passais le bout de mes doigts sur mon front quelques secondes avant de secouer la tête pour me sortir ça de l’esprit. Sur la table se trouvait toujours les restes de boisson, dont je m’emparais pour déposer tout ceci dans l’évier. J’en profitais pour m’emparer, sur la pointe des pieds en maudissant une fois de plus ma petite taille, d’un paquet de gâteaux et l’ouvris sans attendre. La gourmandise était sans conteste un de mes plus gros défauts. Fouillant dans la bibliothèque tout en grignotant un biscuit, je posais les yeux sur un ouvrage qui attira mon attention. Traitant bien évidemment d’alchimie, de toute façon, il n’y avait que cela ici, ou presque. L’emportant avec moi, j’allais m’assoir sur le canapé, en tailleur, le paquet de gâteaux posé sur le tas de couverture à côté de moi et déposais le livre sur mes jambes tout en le consultant et en mangeant. J’ignorais combien de temps Lil mettrait, j’ignorais même où il avait bien pu aller pour passer son coup de fil. Inconsciemment, l’inquiétude me rongeait, j’avais tendance à relever fréquemment la tête pour observer la porte quelques secondes, avant de me rendre compte que ça ne le ferait pas revenir plus vite et de retourner à ma lecture.

Malgré ça, je n’arrivais pas à bien me concentrer sur les lignes qui dansaient presque sous mes yeux. Mes pensées partaient aux paroles du jeune homme, à ce que j’avais plus ou moins appris de lui durant la soirée. Il avait dit ne pas avoir de vie, malgré cela, il semblait pourtant vivre et ce en compagnie d’autres personnes. Du moins, c’est ainsi que j’avais interprété son appel téléphonique. Peut-être me trompais-je complétement en réalité, même si je me garderais bien de lui poser la question tant cela ne me regardait pas. Je ne pouvais toutefois m’empêcher de penser que peut-être quelqu’un l’attendait ailleurs et que par ma faute, il ne rejoindrait pas cette personne ce soir. Et même si au fond, je n’avais pas la moindre idée de sa vie, je ne pouvais pas m’abstenir de me prendre la tête pour des futilités pareilles, probablement pour m’empêcher de m’inquiéter réellement pour le jeune homme, même s’il ne risquait probablement pas grand-chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Remuer les poussières du passé [ Pv. Lil]   Sam 28 Avr - 18:10

La porte se refermait doucement dans un silence de mort. Lil descendait les escaliers, le pas lents il commençait seulement à relâcher la pression. Une pression embarrassante due à l’atmosphère et à la jeune femme. La lourde porte du portail claquait sourdement faisant trembler sa jumelle. De sa main droite il replaçait sa chemise, il soupirait encore extériorisant d’avantage le poids des précédents évènements. Là, devant le portail il jetait un bref coup d’œil aux alentours avant de ne bifurquer sur la gauche. Il avait coincé un caillou afin de lui éviter une gueulante au retour.
Clope au bec, il replaçait cette fois sa cravate de manière à récupérer un minimum de prestance. Des regards, de l’ignorance, Lil semblait indifférent au monde qui l’entourait. Il tendit le bras, sa main ouverte il ouvrait la porte en verre afin de s’introduire dans le mètre carré qu’était la cabine téléphonique.
Un nouveau soupire, le jeune homme tâtait ses poches à la recherche de monnaie. Il trouvait son bonheur dans la poche droite de son pantalon. Le tout introduit dans la fente prévue pour recevoir ses pièces Lil décrochait enfin. Le combi à son oreille droite, il avait cette posture avachie qui faisait de lui un homme nonchalant. Epaule droite appuyée contre la vitre, il attendait que son interlocutrice daigne décrocher avant que l’oxygène soit submergé par un nuage opaque et toxique.
Après une courte attente pesante Reï décrochait faisant entendre sa faible voix à l’autre bout du fil. S’ensuivit une discussion plus ou moins longue. Un bref résumé de la situation, Lil mettait en avant la fin proche de son apprentissage. Parfois il lui arrivait de lever les yeux vers une certaine fenêtre. C’est avec une pointe d’anxiété qu’il raccrochait…
Ses doigts encore mêlés au combi, il la retirait, il agitait son autre main. Un geste futile qui ne dégageait en rien la fumée. Il quittait la cabine quelques minutes plus tard, les mains fourrées dans les poches de son pantalon il faisait chemin inverse. Ce n’est qu’à cet instant, à quelques mètres du portail qu’il réalisait l’incommodité du bâtiment. Allait-il devoir hurler le nom de son amie pour pouvoir regagner l’appartement ? Ca ne le dérangeait pas, cependant, le voisinage n’en dirait pas autant. L’imbécile avait déjà oublié son stratagème du caillou.

A quelques pas de la porte il plaquait le profil de son indexe près de ses lèvres pour s’apprêter à réveiller tout le quartier lorsqu’une tête se pointa.


" Encore toi "

La vieille femme était de nouveau là, plantée à sa fenêtre elle semblait se délecter de la vue.

" -Allon bon, est-ce une heure pour rendre visite à une dame ?
-Quelle commère…
-Quel garçon impétueux.
-Erf… Ne vous dérangez pas pour moi"

Lil venait de remarquer la fente formée par le caillou, sa main à plat sur la porte mobile il écoutait la vieille rétorquer prêt à pousser le bois.

" -Je n’y comptai pas "

Un sourire aux lèvres, notre ami poussait la porte pour entrer. La vieille femme souriait également, comme si que cette courte altercation l’avait diverti. Une vraie merdeuse dans l’âme. Une fois à l’intérieur, le garçon se débarrassait de la pierre d'un coup de pied modeste.

La porte s’ouvrit de nouveau en silence, la chimère entrait poussant un soupire sonore.
Elena était de nouveau assise sur le sofa, là entre couverture et quelque distraction divers, elle semblait plus ou moins sereine. Ayant déjà chassé ses démons, le garçon avait retrouvé sa nonchalance naturelle.


"Je réquisitionne cette place, les sofas ça me connait."

En réalité, sa fierté de gentleman l’empêchait de réquisitionner l’unique confort en présence d’une dame. De plus, il serrait probablement parti lorsqu’elle se réveillerait… Il avait le tour du canapé pour regagner e fauteuil en perpendiculaire du canapé. Une place qu’il s’était déjà approprié plus d’une fois. Là, affalé dans le confort de l’objet moelleux, il reprit la parole après un court silence songeur…

"-Je…je tâcherais de faire vite… "

Il détournait le regard, observant de nouveau la cheminée inerte il se frottait l’arrière de sa tête avec une lenteur fatidique. Il aurait tout intérêt à recopier le cercle de transmutation sur une feuille. Il ignorait combien de temps lui prendrait cette dernière étape, sa modestie lui empêchait de prononcer un pronostic valable. Il appréhendait cet instant tout comme il se languissait de sa venue. Un sentiment ambivalent. Il avait renversé sa tête en arrière, sa main sur le nœud de sa cravate il l’a desserrait. Jambes écartées, il avait pris ses aises une fois de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: Remuer les poussières du passé [ Pv. Lil]   Sam 28 Avr - 18:45

L’oreille aux aguets malgré mon apparente concentration sur l’œuvre que je tenais posée en équilibre précaire sur mes genoux, j’entendis la porte du bâtiment se refermer dans un claquement sec, tout comme je l’avais entendue s’ouvrir quelques temps plus tôt. Il faut dire qu’avoir la fenêtre ouverte aidait pas mal. Il y avait peu de gens qui vivait ici, aussi il y avait bon nombre de chances pour que ce soit le jeune homme qui rentrait. Mon intuition fut confirmée quelques minutes plus tard lorsque la porte s’ouvrit. Je levais les yeux vers Lil qui semblait plus fatigué qu’en partant un peu plus tôt. Les sourcils légèrement froncés, je l’observais avancer à travers la pièce, l’air ailleurs, les mains dans les poches. Quelque part, je m’en voulais un peu de l’avoir incité à rester, mais je me disais que s’il avait voulu refuser, il l’aurait fait. Le garçon ne semblait pas avoir sa langue dans sa poche, bien au contraire. Refermant l’ouvrage d’un geste sec, je le posais sur le tas de couverture à ma gauche, et en profitais pour attraper un nouveau gâteau après avoir bataillé quelques secondes avec le paquet pour l’en sortir. Grignotant mon biscuit comme une enfant, je scrutais le jeune homme du regard, suivant ses mouvements avec attention avant de hausser un sourcil sous la surprise. Avalant la dernière bouchée de mon casse-croute, je lâchais un sourire amusé.

"Je rêve ou tu veux me piquer la place en fait ?"

Je dépliais mes jambes doucement, les fourmis commençaient tranquillement à s’y installer, et les fis bouger quelques secondes pour en retrouver la mobilité avant de me laisser retomber contre le dossier alors que le jeune homme prenait ses aises sur le fauteuil non loin. Probablement que c’était sa bonne éducation qui l’incitait à vouloir dormir ici. La mienne m’obligeait à la faire dormir dans un endroit un peu plus confortable, quoi que le sofa ne soit vraiment pas désagréable, pour le nombre de fois où j’avais fini par m’endormir dessus. Bref, on n’était pas sorti de l’auberge si on passait le temps à se renvoyer l’obligation de dormir ici. Qui plus est, je n’avais pas vraiment envie de me battre en réalité. Je lâchais juste d’une voix douce.

"Je t’avais laissé la chambre en fait … quitte à te retenir un peu plus longtemps, je voulais au moins que tu dormes bien, et à moins que tu veuilles dormir avec moi dans le lit, c'était la seule solution que je voyais. Le canapé me suffit, néanmoins, je te laisse le choix, à celui que tu préfères."


M’étirant comme l’hybride féline que j’étais, je sentis ma colonne vertébrale craquer doucement et un frisson me traversa l’échine avant que je ne retrouve une certaine fluidité dans mes gestes. Je n’étais pas resté longtemps assise, mais ça avait visiblement suffit à m’empâter. J’avais les yeux mi-clos, je les rouvris en entendant la voix de mon comparse. Le fixant curieusement, je ne comprenais pas vraiment le sens de ses paroles.

"A quel sujet ?"


Faire vite … Diverses interprétations me venaient à l’esprit, dont certaines pas vraiment adaptées à la situation, ou qui auraient pu l’être dans d’autres circonstances, mais que je chassais bien vite tellement elles étaient peu recommandables. L'art de penser aux mauvaises choses, au mauvais moment. Les sourcils légèrement froncés en signe de réflexion, j’avais l’impression de passer pour la pire des imbéciles en ne comprenant pas de quoi le jeune homme parlait exactement. Lorsque la réponse me vint dans un sursaut de lucidité, du moins, je le croyais. Il s’agissait probablement du tatouage, et de l’étude de ce dernier. Un sourire désolé accroché aux lèvres, je finis par acquiescer, demandant tout de même confirmation.

"Je vois … Ca te prendras sûrement du temps pour le recopier en détails. Ne t’en fait pas, je ne suis pas pressée. J’espère juste que cela pourra t’aider. "


J’attendrais que Lil me demande de lui-même de voir à nouveau le cercle pour la lui montrer à nouveau. Tournant et retournant un biscuit entre mes doigts, je l’observais comme s’il était tout à coup très important. Avant de reprendre la parole, d’une voix plus incertaine.

"Lil. Promet-moi que tu ne tenteras rien seul. Surtout si tu devais recroiser ce …. Cet homme. Je ne supporterai pas de recevoir un autre avis de décès, surtout pas le tien. "

Je levais les yeux vers le jeune homme, croisant son regard de jade. Même si nous étions quelque part de vieilles connaissances, au fond, nous ne nous connaissions presque pas. Pourtant j’avais pu cerner quelques points de la personnalité du jeune homme. Et celui-ci semblait plutôt imprévisible. Sans savoir pourquoi, je nourrissais désormais envers lui une affection profonde, rien que ses blessures m’avaient profondément heurtées. Je savais que je supporterai très mal, probablement pas du tout, s’il venait lui aussi à disparaitre. Pour pallier à l’atmosphère triste, et aussi par politesse, je lui tendis mon paquet de gâteau déjà bien entamé, lui indiquant qu’il pouvait le finir s’il avait faim. Le repas n’était pas très loin, mais après tout, nous n’avions pas pris de dessert, l’envie de sucré pouvait toujours se manifester.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Remuer les poussières du passé [ Pv. Lil]   Sam 28 Avr - 21:56

Des poutres en bois, une peinture blanche parfaite, le plafond était nickel, tout comme le reste de l’appartement. La peinture étant blanche, l’unique lumière de chevet allumée suffisait à l’éclairage, aussi faible fut-il. Lil l’observait avec un semblant d’intérêt, un sourire aux lèvres il s’était abstenu de rétorquer à la politesse d’Elena. Son esprit lubrique lui avait dicté une réponse quelque peu salace concernant la fausse probabilité qu’ils puissent dormir ensemble. Son côté coureur de jupon avait tendance à prendre le dessus même dans les moments les moins appropriés. La timidité d’Elena amusait notre ami en plus de ne le toucher. Il passait sa main valide dans ses cheveux, repoussant toute sa chevelure en arrière. Quand il rouvrit les yeux, il vit de nouveau ce plafond orangé. La jeune femme lui faisait comprendre en même temps que ca lui était égal le nombre d’heure qu’il passerait à scruter son dos. Sa main sur son front, il restait ainsi, le coude en l’air.

"Lil. Promet-moi que tu ne tenteras rien seul. Surtout si tu devais recroiser ce …. Cet homme. Je ne supporterai pas de recevoir un autre avis de décès, surtout pas le tien. "

Sa main glissait doucement, il sentit sous son auriculaire la cicatrice qui barrait une petite partie de son visage. Il insistait inconsciemment dessus en redessinant ses contours. Il avait parfaitement entendu Elena, en réalité il songeait de nouveau. Cette mise en garde lui réchauffait le cœur en plus de lui serrer. Il donnait l’impression d’être indifférent mais au fond il avait peur que la solitude ne revienne le chercher. Reï avait été la première à combler sa solitude, à présent Elena s’était ajoutée prenant à son tour une part importante pour notre chimère. Lil avait toujours été un aimant à problème, il suffisait de voir son parcours jusqu’ici. Cette fois-ci c’était son indexe qui traçait la longueur de sa cicatrice, il retira sa main une fois achevé. Que répondre ? Comme d’habitude…
Redressé, il gémit discrètement pour étouffer la douleur de ses côtes, sa fatigue était du à la fièvre, il n’avait cessé de desserrer sa cravate depuis son retour. Soudain sérieux, il observait Elena sans vraiment s’en rendre compte, il détourna le regard au bout de quelques secondes pour reprendre son air nonchalant. Il ne pouvait lui faire cette promesse, car il n’y croyait pas. N’était-ce pas ce que lui avait appris Heaven ? Il ne pouvait lui mentir ni lui faire entendre ce qu’elle voulait entendre, notre ami était bien trop sincère pour ca.



"T’en fais pas pour ça va ! Et puis…j’suis encore là !"


Son regard se perdit, sa main frôlait son flanc blessé. Il avait encore un peu de mal à réaliser la chance qu’il avait eu. Une chance qui était surtout due à ses capacités. Il souriait il voulait regagner cette nonchalance perpétuelle qui lui avait toujours évité les inquiétudes de Reï et aujourd’hui Elena. Il détestait ce genre d’ambiance, à son retour du laboratoire il s’était juré de profiter de sa vie. Cependant, il avait beau être acteur de sa vie il avait du mal à tenir sa promesse. Les avant-bras sur ses cuisses, Lil s’était penché en avant tout minimisant le poids soumis à son bras gauche. La jeune femme lui tendait une barquette en plastique contenant les vestiges d’un paquet jadis plein. Il lui jeta un furtif coup d’œil railleur avant de fourrer le reste du paquet de gâteau en entier dans son gosier. La mastication difficile, il lui arrivait de grimacer pour avaler le tout sans débordement ou déficit. De son côté, Elena semblait épuisée, malgré la lumière tamisée il n’était pas compliqué de discerner lorsque ses yeux étaient fermés ou ouverts. Chassant le début d’une fièvre épuisante, Lil tentait encore de détendre l’atmosphère.

"Oh et évite de me faire des propositions pareilles, pas au troisième rendez-vous."


Un large sourire narquois pendu au bord des lèvres il lui avait fait un clin d’œil. Enjôleur, Lil n’avait pu s’empêcher de placer un commentaire sur les précédentes paroles de la jeune femme. Il attendait de voir un joli sourire différent des précédents pour détourner le regard et s’enfoncer de nouveau dans son siège. Son bras droit croisé derrière sa nuque, il avait reprit ses aises.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: Remuer les poussières du passé [ Pv. Lil]   Sam 28 Avr - 22:33

Sans savoir réellement pourquoi, sa réponse ne me satisfaisait pas. J’avais ressenti comme une vague absence avant qu’il reprenne la parole, néanmoins, je décidais de ne pas réagir, lâchant seulement un léger soupir désolé. La confiance n’était probablement pas de mise des deux côtés, c’était d’ailleurs totalement illogique que j’ai accordé la mienne au jeune homme de manière aussi rapide et entière. Nos antécédents peut-être. Sûrement même. Détendant toutefois quelque peu l’atmosphère comme je l’avais espéré, Lil me tira un léger rire lorsqu’il fourra dans sa bouche tout le contenu du paquet de biscuits sans distinction, mâchant difficilement le trop plein de nourriture. Il ressemblait momentanément à un hamster ce qui ne manqua de provoquer mon rire quelques secondes, un peu plus appuyé. Je me calmais toutefois rapidement, n’ayant pas spécialement envie qu’il croit que je me foutais de lui, ce qui n’étais pas le cas. Je sentis le poids de la fatigue peser doucement sur mes épaules, néanmoins je savais pertinemment que je n’étais certainement pas prête de dormir, l’adrénaline et les précédents évènements m’en empêcheraient tant que mon cerveau n’aurait pas un minimum déconnecté. M’allongeant à moitié sur le tas de couvertures, je fixais l’extérieur par la fenêtre ouverte. La nuit était bien tombée, malgré ça on pouvait distinctement voir dehors grâce aux éclairages publics, récemment remis à neuf. Il y avait peu de bruit, peu de mouvement. Il faut que ce n’était pas un quartier très fréquenté, surtout de nuit. Il ne faisait pas vraiment bon se promener dans ses petites ruelles passé la tombée du jour. L’ambiance pesante avait enfin disparu, balayé par la scène comique du jeune homme et le rire consécutif. Ce garçon tenait plus de l’ange gardien que de la vieille connaissance par moment. Amusé, je gardais toutefois cette réflexion pour moi, doutant qu’il puisse me prendre au sérieux une seconde. Interpellée par le son de sa voix, je tournais la tête vers lui. Sa tirade me tira un sourire à la fois gêné et blagueur.

"Pas au troisième hm ? Alors je penserais à te le redemander au quatrième !"

Je lui rendis son clin d’œil, arborant désormais un sourire presque charmeur pour finalement baisser la tête en me mettant à rire doucement. Il n’était pas toujours bon rentrer dans ce genre de jeu, même si c’était agréable. Reprenant un minimum de sérieux, du moins assez pour ne pas continuer à le chercher, je croisais les jambes sur l’accoudoir du canapé, bras derrière la tête, je me mis à l’aise sans gêne tout en l’observant. L’envie de nicotine me prit, mauvaise habitude, passagère toutefois, que j’avais prise à l’internat. Mais mon paquet de tabac était loin et j’avais une flemme impressionnante de me bouger du canapé. Ca attendrais. Demain probablement. Une question me vint à l’esprit, je m’empressais de la poser au jeune homme, l’air curieuse.

"Lil … Pourquoi tu t’es décoloré ? J’ai pas le souvenir que tu avais les cheveux ainsi lorsque je t’ai vu le première fois. Peut-être que je me trompe, c’était il y a un bail après tout … Et on était gamins."


Depuis toutes ces années, il avait du se passer tellement de choses à vrai dire. Je ne pouvais m’empêcher de penser que le jeune homme était resté très vague lorsque je l’avais questionné à mon tour sur sa vie passé. L’ambiance étant bien plus détendu, je me permettais donc de fouiner un peu pour savoir comment il vivait jusque là. Ne pas vivre était bien trop vague pour satisfaire ma curiosité maladive, néanmoins, s’il se refusait à nouveau à en parler, je tâcherais de ne pas insister. Me tournant sur le côté pour le voir, la tête maintenue sur une main, j’avais la bougeotte, incapable de rester statique plus de cinq minutes. Je ne m’étais pas échiner plus tôt à reboutonner correctement ma chemise, seuls les trois boutons centrales étaient noués, ce qui laissait un pan de ma chemise glisser sur ma hanche, laissant l’air frais de l’extérieur souffler sur la peau mise à découvert. Loin de me faire frissonner, cette légère brise était même très agréable, l’appartement étant peu ventilé et l’air y étant toujours assez chaud. Je regrettais soudain d’avoir rangé les verres, m’enfile rune demi boite de gâteaux avait déclenché ma soif … Je n’avais plus qu’à puiser le courage de bouger mes fesses pour me relever, chose de plus en plus difficile à mesure que le temps passait et que le flemme s’installait. Confortablement installée ainsi, qui aurait envie de se bouger ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Remuer les poussières du passé [ Pv. Lil]   Dim 29 Avr - 12:18

Un rire amer, Lil secouait doucement et négativement la tête face à la réponse de la jeune femme. Ils blaguaient ouvertement mais qui sait s’il n’y avait pas un soupçon de vérité dans ces propos. Elena était une belle femme, nier cette évidence serait un crime. Son bras derrière sa nuque, il ne bougeait plus. Le silence commençait à s’imposer, chacun avait son degré de fatigue qu’il tentait de camoufler. Mais alors que les paupières de nos deux compères commençaient à faire des siennes, Elena se lançait dans un sujet inattendu. En commençant ses phrases par la prononciation du prénom du garçon, ce dernier s’attendait à chaque fois à un sujet sérieux et contractait donc une petite appréhension à chaque fois. La décoloration de notre chimère, sa mémoire lui avait plus ou moins rappelé la chevelure dorée de Lil. Ce dernier fit une moue comme si qu’il réfléchissait à ce détail.

"Pour devenir personne, pour tirer un trait sur le passé et probablement parce que ca lui faisait plaisir. "

Un sourire amusé en coin, Lil redressait le menton pour apercevoir son interlocutrice. Toutes ces raisons exposées étaient vraies. Reï lui avait coupé les cheveux après les lui avoir décolorés à l’aide de l’alchimie, tout comme sa propre chevelure à elle. Faut dire que les deux vieux amis d’enfance étaient très originaux, pas un pour rattraper l’autre mais plutôt pour l’encourager. Il souriait. Elena avait également décoloré sa chevelure ébène, mais le plus surprenant fut la couleur blanche semblable à celle de notre ami. Chacun de leur côté ils avaient eut la même idée.

" Tu as eu la même idée que moi."


Son sourire ne s’était pas estompé, cependant son air enjôleur était dominé par la fatigue. Son flanc le faisait de plus en souffrir. Cependant il était serein, son apprentissage n’était plus qu’une question de temps. Avoir trouvé les recherches d’Isaac le soulageait d’un poids. Il soupirait discrètement, lui aussi avait son lot de question. Des interrogations noires qui effaceraient sans aucun doute le doux sourire de la jeune femme. Lil se redressait, ce geste bref projeta sa fatigue, retardant celle-ci. Ses nuits fiévreuses étaient de vraies tortues tant bien dans le monde oniriques que physiquement. Si cette nuit il pouvait se passer de Morphée ce serait parfait. Il regrettait d’avoir accepté l’invitation de la demoiselle, il ne pouvait prévoir si cette nuit serrait douloureuse. Cela faisait une semaine qu’il n’avait pas quitté l’appartement de Reï, une semaine que celle-ci le dorloter. Il se trouvait enfantin, mais il ne pouvait contrer la fièvre car ses plaies n’avaient pas été refermées correctement. Cependant, en restant ici il s’était donné pour mission de la questionner une dernière fois. Il devait savoir pour boucler cette interrogation une bonne fois pour toute. Un nouveau soupire, contrit cette fois-ci. Il passait à nouveau ses doigts dans sa chevelure incolore, il cachait une partie de sa cicatrice en faisant retomber quelques mèches sur son front. Sa cravate était nouée mais desserrée, sa chemise baillait toujours. Des frissons, notre chimère avait les mains tiède.. Il se lançait d’une voix monotone tandis que son visage gardait cet aspect neutre et froid à la fois..

"Elena, tu es une chimère… C’est ton père, n’est-ce pas ?"

Il repensait à l’une de leur conversation concernant son paternel. Ce dernier ne travaillait pas pour l’armée, alors pourquoi avoir transmuté sa propre fille ? Le jeune homme ne doutait pas de l’amour qu’il lui avait porté, il pouvait encore entendre les cris déchirant de cet homme.
Là sous un torrent de pluie en pleine nuit, il hurlait le prénom de sa petite fille la sommant désespérément de revenir près de lui. Une vision bien triste qui ne fit pourtant pas froncer notre chimère. L’amour parental, il n’avait pas la moindre idée de ce que c’était. L’amour, il pensait l’avoir connu une fois, lorsqu’il était adolescent. Un sentiment qu’il n’avait su contrôler ou profiter. C’est pourquoi Lil n’avait ni l’air triste ni réprobateur, juste intrigué. Son tact avait tendance à lui fausser compagnie. Il ajoutait juste après son interrogation.


"Ton père avait un lien avec l’armée… je ne comprends pas pourquoi ils l’ont laissés agir indépendamment du laboratoire."

C’est étrange, une phrase qu’il ne cessait de se répéter. En réalité tout ca avait peu d’importance. Lil était juste surpris qu’Isaac n’ait pas découvert les agissements de son frère. Mais il y avait quelque chose de bien plus étrange dans tout ca…

"C’est étrange que l’armée n’ait pas réquisitionnée cet appartement… As-tu été questionnée par l’armée ? Est-ce l’armée qui t’as présenté son "testament" ?"

Isaac était au courant des plans d’Amestris, Lil était persuadé que cet appartement n’était pas connu aux yeux de l’armée. En tant que fugitif, il devait vivre prudemment. Son raisonnement lui avait déjà traversé l'esprit quelques semaines avant, mais c'est seulement maintenant qu'il en faisait part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: Remuer les poussières du passé [ Pv. Lil]   Dim 29 Avr - 13:08

Manifestement, les moments d’allégresse n’étaient probablement pas faits pour durer. Le léger sourire qui s’était formé sur les lèvres du jeune homme venait de disparaitre alors qu’il reprenait la parole. Instinctivement, je me renfermais alors qu’il venait d’aborder un sujet sensible et presque prohibé en réalité. Malgré tout, ce n’est pas comme si c’était n’importe qui étant au courant de ma véritable nature d’animal, après tout, Lil était dans le même cas. Lâchant un léger soupir, je me redressais, m’asseyant face à lui et croisait les jambes, la tête tournée vers l’extérieur. Me souvenir de ça n’était pas spécialement agréable, mais je fus surprise de m’apercevoir que je n’en souffrais plus vraiment. C’était du passé, une chose horrible certes, mais désormais, cela restait juste un fragment de ma mémoire, rien de plus. Reportant mon regard sur le visage fatigué de mon vis-à-vis, je pu m’apercevoir qu’il semblait assez mal en point, mais ne dit rien. A la place, je répondais tranquillement, la voix songeuse.

"C’est bien lui oui … Après tout, tu es le mieux placé pour savoir qu’il n’avait plus toute sa tête. "


Un sourire contrit vint prendre place sur mon visage, alors que je baissais les yeux, me sentant coupable pour ce que mon père avait failli lui faire subir. Au final, l’ironie du sort avait voulu que Lil subisse finalement cette épreuve, d’une manière ou d’une autre. Je l’écoutais reprendre d’une voix froide, un peu trop à mon goût et lâchais un léger soupir. Si seulement l’armée avait été au courant.

"Mon père n’était pas surveillé tu sais … du moins pas à ce point. Personne hormis lui, mon oncle, et toi ne connait ma vraie nature. Mais c’est eux qui lui en ont donné l’idée d’après ce que j’ai compris. "

Je me frottais la nuque avant de m’étirer pour prendre une position plus confortable, prête à m’expliquer plus en détails.

"Ce que je sais, c’est qu’ils lui ont demandé de tester de nouveaux croisements. A l’époque, je l’ignorais. C’est Isaac qui m’a appris tout ça, ce qu’il avait découvert en allant retrouver son frère à l’époque. Il s’est mis à le détester pour ça. En clair, l’armée demanda à mon père de créer des chimères, indépendamment dans un premier lieu, et s’il s’en sortait suffisamment – il devait leur remettre toutes les résultats régulièrement – il aurait pu intégrer le laboratoire en tant que scientifique pour les aider. Mais ce n’est pas pour ça que j’ai été croisé …"

Les chimères n’étaient que le moyen, pas le but. J’ignore pourquoi, mais parler de ça me faisait du bien au final. Même si cela ne changeait rien dans le fond. Mais m’expliquer pourrait peut-être apporter des réponses au jeune homme, qui sait.

"Ma mère l’a abandonné, il ne l’a jamais supporté et craignait que je fasse de même. Pour ça, il m’a changé en bête. En monstre qu’il disait, pour que « personne d’autre que lui ne puisse m’aimer ». Un but purement égoïste certes, mais peut-être que si j’avais pu voir ce qu’il craignait plus tôt, j’aurais pu l’éviter. Ou pas, je n’en sais trop rien, ce qui est fait est fait. "

Je haussais les épaules d’un geste las.

"Ce n’était qu’un homme blessé et dévoré par la paranoïa finalement."


Je relevais le regard vers le jeune homme lorsque celui-ci reprit, d’un air un peu plus intrigué et esquissais un sourire amusé en l’entendant. Sur ce coup là, c’est vrai que mon oncle avait bien joué ! Les bras derrière la tête, les jambes tendues et croisées devant moi, je fixais Lil, le regard amusé.

"L’armée n’a aucune idée que cet appartement appartenait à Isaac. Pour le reste, oui j’ai été questionné, mais de manière très vagues lorsqu’ils ont vu que j’ignorais tous des derniers agissements de mon oncle à ce moment-là. Et je n’ai pas eu de testament papier … J’ignore même si Isaac en avait fait un en réalité. La seule chose que j’ai récupéré, ce sont ses vêtements, sa montre scellée, et rien de plus. Les clefs de l’appartement, je les avais déjà, mon oncle m’en avait fait faire un double au cas où je n’ai nulle part où vivre après les études. Mais même si cela avait été le cas, je n’aurais pas voulu y remettre les pieds sans lui. Du moins, c’est ce que je me disais à l’époque …"

Et au final, j’y vivais maintenant. Comme quoi … Je penchais légèrement la tête sur le côté en l’observant, scrutant son visage qui semblait receler une espèce de douleur muette. Les sourcils légèrement froncés, j’hésitais entre me lever pour m’enquérir de l’état du jeune homme et ne rien dire. L’inquiétude eut raison de la bienséance et je me levais pour m’approcher du jeune homme et posais la main sur son front sans la moindre gêne, passant sous ses mèches blanches. Il était moite de sueur et sa peau si fraiche d’ordinaire était tiède. Pas besoin d’être devin pour comprendre qu’il était fiévreux. Les sourcils légèrement froncés, je baissais le visage à son niveau.

"Tu n’aurais pas pu me dire que ça n’allait pas ?"

Je levais les yeux au ciel avant d’aller vers la cuisine. Les hommes se ressemblaient beaucoup sur ce point là. Du moins les deux que je connaissais le mieux. Son maitre était pareil, il cachait ses problèmes à tout bout de champ, refusant de se faire plaindre. Résultat, il se retrouvait souvent dans la panade. Farfouillant dans un placard, j’en sortis de l’aspirine, attrapais un verre d’eau et tendis le tout l’air autoritaire au jeune homme.

"Quel idée de bouger avec un trou pareil dans le torse aussi … Ma parole, tu es pire que lui, et je croyais pas que ça existait ! "

Si je râlais, c’était surtout pour cacher mon inquiétude grandissante. C’était le seul moyen efficace que je connaissais …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Remuer les poussières du passé [ Pv. Lil]   Dim 29 Avr - 17:09

"-C’est bien lui oui … Après tout, tu es le mieux placé pour savoir qu’il n’avait plus toute sa tête.
-Hmm, ouais"

Sa jambe gauche pliée sur son genou il la regardait, attentif. Elena souriait, le même sourire contrit que lui quelques minutes avant. C’était le sourire typique de quelqu’un qui se voilait la face. Le garçon ne doutait pas de la peine qu’elle devait encore avoir en y pensant, c’est pourquoi il avait cet air sérieux. C’était inutile de dramatiser, inutile de regretter le passé, il n’allait pas la ménager, c’était vain maintenant. Dans le cas contraire, il n’aurait que fait d’attiser sa peine.
Calmement, Elena lui exposait les raisons qui avaient poussé son père à faire d’elle une chimère. Par amour, tout simplement. Le jeune homme souriait, quelque part attendri. C’était bien mieux que d’être endoctriné puis trahis par l’armée. Elle avait probablement moins souffert. Sa douleur venait du geste de son propre père, peut être s’était-elle sentie trahie. Lil préférait son histoire à la sienne car il ignorait ce que c’était l’amour d’un parent et d’être trahi par cet être. Pour lui ce n’était pas un drame, il ne comprenait donc pas ses sentiments.
Il déglutit, fiévreux.


"Tu ne peux pas rester dans…"

La jeune femme s’était levée, toujours aussi peu vêtue. La distance qui les séparait étant minime, Lil n’eut pas le temps de la questionner que sa main touchait son front.

"Tu n’aurais pas pu me dire que ça n’allait pas ?"

Il haussait un sourcil, les yeux plissés. Comment pouvait-on définir l’état par un simple touché ? De plus, notre ami avait une température corporelle bien plus basse que la normale. Il fit une moue faussement blasée tandis qu’Elena le réprimandait d’avantage. Elle quittait sa position pour gagner la cuisine. A son retour elle avait un verre d’eau qu’elle tendit à notre chimère. Il soupirait, aberré et détournait la tête avant de prendre le verre et avaler tout rond le comprimé. Le comprimé aurait aucune utilité, mais il lui laissait croire cette probabilité ne voulant pas attirer d’avantage d’inquiétude. C’était son problème, son manque de puissance. Il déglutit à nouveau et porta aussitôt le verre à ses lèvres. Gêné par le comportement de son amie, Lil arborait cet air blasé qui trahissait son embarras. Bien qu’il eut toujours détesté être ménagé, depuis cette semaine et encore ce soir il était plutôt content. Il s’était parfois montré exécrable à cause de son invalidité pesante, dans ces moments, ce fut Reï qui du encaisser son sal caractère. Il but plusieurs gorgées avant de ne lever les yeux vers la demoiselle, un regard redevable, un soupir.

"... c'est ridicule... Je vais bien."

Il passait sa main sur son front pour prendre à son tour connaissance brièvement de la température de celui-ci. Il reprit sans quitter son sourire ravageur.

" Elena tu ne peux pas rester dans cet appartement. L’armée doit te surveiller, si ca se trouve ca a déjà commencé. "

Il suggérait la chose mais espérait de tout cœur que ça ne soit pas le cas. Lil était à présent connu et très probablement sur liste noir en attente de finir refroidi plus qu’il ne l’était déjà. Cette idée lui faisait prendre conscience de la gravité des choses. Et si Reï était en danger à cause de lui ? Et si l’armée s’en prenait à Elena ? Ou ce monstre… Autant dire qu’ils étaient tout les trois dans de beaux draps. Lil n’était que le précurseur de ce qui leur arriverait. Son envie d’achever son apprentissage n’en était que plus ardente.

Sans scrupule, il avait replacé le verre dans la main de la jeune femme, un demi-sourire aux lèvres. N’importe qui connaissant bien notre ami aurait compris la petite provocation. Il ne l’a prenait pas pour sa bonne, il se moquait juste de sa vaine attention.
Le jeune homme se laissait de nouveau choir dans le fond du fauteuil. Son regard mi-clos rivé sur le visage de la belle il gardait son air enjôleur. La fatigue avait reculé tandis que la fièvre avançait. Décidément, il y avait toujours quelque chose pour se mettre en travers de son chemin…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: Remuer les poussières du passé [ Pv. Lil]   Dim 29 Avr - 17:36

J’attendis de pied ferme, les bras croisés devant lui, qu’il daigne avaler le cachet, même si j’ignorais s’il serait utile et à quel point il allait mal. Sa phrase me fit froncer un peu plus les sourcils. A qui voulait-il faire croire une chose pareille après m’avoir montré ses diverses blessures. Focalisée sur autre chose, je n’avais pas réalisé combien il avait probablement dû puiser dans ses réserves pour se rétablir et se maintenir dans une forme apparente. Je l’écoutais néanmoins plus sereinement après qu’il ait avalé le médicament, assise sur l’accoudoir du fauteuil sans aucune gêne en fixant le mur en face. L’air songeuse, je lui jetais toutefois de fréquent coup d’œil puis finis pas hausser les épaules.

"Je n’ai nulle part ailleurs où vivre désormais. Mon dernier boulot remonte à plus d’un mois, j’ai juste les quelques sous laissées ici par Isaac, rien de plus. "


Je m’étirais, les bras derrière la tête avant de sentir un coup sur ma cuisse. Lil me rendait le verre que j’attrapais sans trop m’en rendre compte. Me levant pour aller le reposer, je retournais dans le canapé face à lui, sans pour autant le quitter trop souvent du regard avant de continuer en lâchant un léger soupir.

"Et puis, elle me surveille probablement déjà non ? Si je quitte l’appartement, ils le seront, et me suivront. Ne vaut-il pas mieux rester ici et donner le change ? "

En réalité, je n’en savais foutrement rien, je n’étais pas douée du tout pour élaborer des plans complexes et efficaces. Les épaules affaissées, jambes de nouveaux croisées, je songeais à l’éventualité de les rouler. Combien de chances y avait-il pour que cela réussisse ? Très peu.

"Je ne sais pas Lil … J’avoue être un peu perdue là. S l’armée surveille bien l’appartement, alors je suis surprise que personne n’ait encore débarqué pour t’achever étant donné ce qu’ils t’ont déjà fait. J’imagine pourtant que tu as raison, il va bien falloir que je parte d’ici tôt ou tard."

Les yeux dans le vague, je réfléchissais à l’éventualité de retourner chez ma colocataire avant de me souvenir que cette dernière ne vivait désormais plus seule ce qui réduisait bien les possibilités. L’hôtel ou la rue. Pour l’instant. Je ne pus retenir un baillement, la fatigue n’était pas loin, néanmoins, je n’en avais pas terminé.

"Jusqu’à présent, je n’ai pas eu de problèmes. Mais je me doute que ça ne va pas rester éternellement ainsi. "


La tête penchée, je le scrutais tranquillement à la lumière tamisée que dégageait le plafonnier.

"Oui je vais bouger. Il faut juste que je trouve la destination, rien de plus. Et que je te permette avant d’emporter avec toi les recherches d’Isaac au cas où …"


Je ne terminais pas ma phrase, laissant en suspens diverses hypothèses. Après tout, qui sait ce que réservait l’avenir ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Remuer les poussières du passé [ Pv. Lil]   Dim 29 Avr - 19:49

"Je n’ai nulle part ailleurs où vivre désormais. Mon dernier boulot remonte à plus d’un mois, j’ai juste les quelques sous laissées ici par Isaac, rien de plus. "

Il avait juste à lever légèrement le menton pour croiser son regard. Il soupirait, désespéré. Notre ami jugeait inutile les questionnements sur sa famille et autre probable proche. Il était évident qu’elle était seule et peut être sans bagage. Il se sentait d’avantage proche d’elle. Il détournait le regard. Elena reprenait après s’être de nouveau affalée là où il passerait sa nuit.

"Peut être qu’ils attendent quelque chose. Enfin bref.. si c’est l’argent le problème, alors cesse de te tracasser, y’a pire…"

Comme les plans de l’armée. Il fit une grimace, cette fois c’était son bras qui lui causait du tord. Après cette discussion le silence reprit place laissant nos deux compères à leurs réflexions. La respiration soudainement lente, Lil sentit la fièvre le gagner. Sa peau d’ordinaire fraiche était brulante. Il ne put lutter longtemps contre le sommeil. Les yeux fermés, il sentait les battements de son cœur ralentir. Contrairement aux autres nuits, cette fois Morphée venait le chercher avec douceur. La douleur fut momentanément apaisée, il se sentit partir. Voguant entre conscience et inconscience, ses yeux quasiment clos se posèrent une dernière fois sur Elena avant de ne se refermer définitivement. Sans crier gare Morphée l’avait attiré dans ses filets pour lui arracher sa conscience. Il s’était endormi très rapidement, trop rapidement même…
La tête inclinée, sa joue touchait presque son épaule, la bouche entrouverte il semblait apaisé. Ses bras étaient à demi croisés sur son ventre, ses jambes encore pliées, pouvait-il vraiment faire sa nuit dans une telle posture ? Certainement pas, le bougre se réveillerait dans la nuit épris d’une crise étrange qui le tiraille depuis une semaine.

Un vent doux soufflait, ses pics faisaient à peine trembler les fenêtres. Son sifflement était le seul bruit audible. La montre argent bien gardée affichait 4 heures du matin. Affalé de tout son long sur un fauteuil de bonne qualité, Lil dormait. Ses rêves étaient troublés par des événements de sa vie entremêlés. La mort d’un ami cher, l’assassinat d’Elena et Reï, le visage d’une brune au sourire malsain qui brisait tout ses rêves. Pour finir, un mystérieux tueur immortel qui transperçait son abdomen. A cet instant il sentit la lame l’embrocher pour le tirer avec frayeur de ses rêves cauchemardesques. Les yeux grands ouverts il s’était réveillé en sursaut et courbé, la main sur son flanc. Son geste brusque le fit gémir. La respiration haletante il ne put bouger le temps que sa blessure soit à la limite du supportable. Des gouttes de sueurs perlaient sur son visage, la fièvre l’avait gagné pendant son sommeil. Déformait par la douleur, son visage traduisait son mal être. Alors qu’il réalisait où il se trouvait, il tentait de se relever. Elena dormait paisiblement sur le sofa. Finalement elle aussi s’était laissé aller. Les membres tremblants, il prit appuie sur son bras valide pour se tirer du fauteuil. Les jambes flageolantes il fit quelques pas maladroit avant de prendre appuie sur la cheminée.

Il gagnait la salle de bain après difficulté. Les mains agrippées au lavabo Lil observait son visage blafard, il haletait encore sans pouvoir se contrôler. Les mains joints il fit couler de l’eau dans le creux formé par ses mains pour s’humidifier le visage. Cette vague de fraicheur lui faisait du bien. Il répétait son geste plusieurs fois. Il avait complètement retiré sa cravate, délaissant celle-ci sur le lavabo. Il restait quelques minutes dans cette pièce, juste le temps de prendre suffisamment de force pour partir.

Le malade revenait dans le salon. Elena dormait, son silence le lui laissait croire en tout cas. Debout face à l’endormie il bloquait la couverture entre son indexe et son pouce pour couvrir les épaules de la demoiselle. Ses yeux jade dévisageaient la jeune femme, il voulut lui dire au revoir mais son état le hâtait. Son majeur et indexe sur ses lèvres il feintait baiser pour ensuite effleurer le front de la demoiselle. Un baiser indirect. Sans un mot, il tournait les talons, direction la porte de sortie. Lil quittait l’appartement pour gagner celui de Reï. Elle seule pouvait l’aider, du moins, il en était persuadé et n’avait pas encore assez d’affinité avec Elena pour quémander son aide.

Notre chimère déambulait dans Central, lentement, faiblement il fit de nombreuses pauses retardant à chacune d’elle une perte de conscience. Un vrai calvaire auquel il était décidé à mettre un terme en appelant un vrai médecin…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Remuer les poussières du passé [ Pv. Lil]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Remuer les poussières du passé [ Pv. Lil]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Le reflet du passé [Terminé]
» Pour l'histoire , que s'est-il passé en 1994 entre le Dr Theodore et Lavalas
» Quelques interventions de Nickie dans un passé ...recent.
» Il est de retour ... Mais que s'est il passé depuis 3ans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fullmetal alchemist ::  :: Les Rps terminés ou abandonnés-