Partagez | 
 

 On ne juge pas un livre par sa couverture. [ PV:Selim/Pride] FINISH

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: On ne juge pas un livre par sa couverture. [ PV:Selim/Pride] FINISH   Dim 22 Avr - 3:34



| Je ne suis pas sur de l'endroit, mais je pense que Selim a le droit d'accédé a la bibliothèque des Alchimistes d’États. Si je me suis trompé on déplacera le sujet xD|

Le son clair de quelques clochettes environnantes, tapant lourdement leurs glottes de métal sur la surface brute de leurs jupes d’argent, avaient eu pour effet de réveiller péniblement le pauvre Colonel Mustang. Cette nuit avait été à demi-douce. Roy se trouvait d’ailleurs actuellement dans les bras d’une ravissante conquête rencontrée la veille au soir, dans un petit bar chic où il mettait rarement les pieds. Petite de taille, elle s’emboitait dans ses bras à la perfection. Le parfum de ses cheveux noirs et de sa peau laiteuse était tout bonnement exquis, mais encore fallait-il que le reste suive. Belle et sensuelle certes, mais dotée d’un caractère exécrable que même les manières gentleman de ce cher Alchimiste n’arrivait pas à dissiper son comportement égoïste. Ne pensant qu’à elle et à son bonheur elle n’était en rien la femme de sa vie. On la devinait pourtant croquante et mignonne sous ses petites formes voluptueuses mais à part son physique avantageux, elle n’était rien d’autre qu’une de ces princesses aux pères un peu trop amoureux. C’était encore une histoire sans lendemain et il était temps pour lui de prendre un peu l’air et de quitter en douce les bras quelques peu dodu de sa charmante compagnie qu’il ne reverrait pas de sitôt.

Irrité par le bruit strident des cloches qui avaient le malheur de lui rappeler le massacre d’Ishval, le militaire décroisa avec adresse les bras de la jeune femme et s’extirpa de son étreinte. Étant à moitié nu, le Colonel ramassa ses affaires éparpillaient dans la petite chambre coquette de sa conquête. Il y avait encore quelque reste de fillette dans cette pièce. Une poupée, chiffon de tissus aux odeurs parentales. Des jouets en plastique la disaient plus richarde que mendiante. Il laissa échapper un soupire et en bon gentleman qui se respecte lui donna un fin baiser sur le front et s’éclipsa hors de l’appartement, dans des vêtements civil. Tout de cuir et de tissus, Roy ajusta un simple chapeau panama noir en guise de couvre-chef. Cette confortable coiffe ne le serait point et ses cheveux avaient leur entière liberté, virevoltant à leur guise sous une brise qui se faisait presque chaude. Il était en congé aujourd’hui, pas de bureau, pas de dossier, pas l’odeur de l’encre qui le prend à la gorge. Non, rien de tout cela n’allait entraver son agréable ballade, avec seule compagnie, un certain dénommé silence.

Le jeune homme se trouvait dans une petite ruelle tranquille dont les effluves de fleurs provenant de la fleuriste d’en face lui chatouillaient les narines. Il fut fort surpris de voir qu’au bout de la rue, un bon nombre de personnes, aussi grande que petites, étaient déjà debout a une heure aussi matinale. Il s’engouffra avec hâte dans la foule et bouscula un vielle homme qui d’un coup de canne rappela le militaire à l’ordre. Roy s’excusa brièvement et repris sa route, marchant au même rythme lent des citoyens.

Ses pensées n’étaient ni pour son travail, ni pour la demoiselle qu’il venait de quitter. Regard presque vide, il marchait sans savoir où aller. Il pensait avant tout à son meilleur ami qui l’avait quitté un peu précipitamment. Rien qu’à l’idée de le voir étendu dans cette mare de sang, mort, transpercé d’une balle, le rendait fou et il serra les poings dans ses poches. Il n’était en rien facile d’oublier ce drame qui ne réussissait qu’à lui serrer le cœur au point d'en avoir le souffle coupé. Retenant les larmes qui s’étaient faufilées sur le coin de ses yeux il tourna les talons pour essayer de se changer les idées, direction la bibliothèque. Roy prit son temps, se baladant à droite et à gauche, faisant tour des boutiques que son regard curieux n’avaient sus se désintéresser. Tout ce petit manège lui prit une bonne heure.

Une fois près du grand bâtiment blanc qui inspirait plus à l’image d’un établissement médical ou politique, Mustang monta les marches l'une après l'autre pour atteindre la grande porte de bois cirés aux motifs excessifs. C’est sans surprise que les demoiselles ici présentes le dévorèrent du regard. Il observa avec attention les longues et étroites étagères qui se présentées devant lui et se faufila entre deux, n’ayant comme guide que son instinct et le hasard. Il attrapa un livre, le feuilleta discrètement, et fini par le reposer. Il refit cette manœuvre d’investigation sur une vingtaine d’ouvrages dont les couvertures n’étaient rien d’autre qu’une bout de cuir sans motif autre que leur titre en fausse dorure.

Une des bibliothécaires, l’observant maintenant depuis un long moment, s’avança timidement vers lui. Elle le sortit de ses songes en tapotant doucement l’une de ses épaules osseuses du bout des doigts.

❝ Excusez-moi Monsieur Mustang, vous cherchez quelques chose ?

Et oui. Il était assez connu ici. Ce n’était pas la première fois qu’il venait et ce ne serait surement pas la dernière. Il lui répondit simplement que non. Il ne cherchait vraiment rien en particulier. Soucieuse mais respectueuse, la jeune fille, dizaine de livres dans le creux de ses bras qui écrasés méchamment sa généreuse poitrine, s’éloigna, le laissant à ses « recherches ». Roy se résigna à prendre deux-trois livres dont aucun n’avaient eu la chance d’être du même sujet et s’en alla s’installer à une table au centre même de la grande salle de lecture. Il ferma les yeux et laissa tomber son doigt sur l'un des bouquins et commença a le lire, mais quelque chose de pesant l’empêchait de se concentrer. Le Colonel releva doucement son regard vers se qui semblait être un petit bout d'homme, ou plutôt d'enfant.



Dernière édition par Roy Mustang le Mar 15 Mai - 0:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

■ Mes messages : 656
■ Age : 29
■ Localisation : ne te tourne pas... car ton ombre pourrait s'en prendre a toi... vu que je suis toujours dedans...

Feuille de Compétence
■ Niveau: Homonculus (= confirmé)
■ Capacités : se servir de l'ombre comme une arme
■ Barre D'XP:
1200/1200  (1200/1200)

MessageSujet: Re: On ne juge pas un livre par sa couverture. [ PV:Selim/Pride] FINISH   Dim 22 Avr - 16:26

Les alchimistes d'Etats... Pour nombre de gens au travers du monde, ces hommes et femmes aux capacités assez impressionnante, était une arme très puissante, et surtout une aide indéfectible pour la plupart des gens, mais pour Pride, ces chiens de l'armée comme ils étaient surnommés n'était rien de plus que des pantins très aisément manipulable. Quand il y pensait, Pride trouvait cela trop drôle, ces hommes et femmes qui croyaient se battre pour le bien de tous et qu'en fait, ils étaient tous manipuler comme des jouets jusqu'aux jours tant attendu par le père de Pride...

Le jeune Pride était calmement assis dans la maison de son beau-père et de sa belle-mère, en train de lire un livre calmement, mais bien que son corps soit présent ici, il n'était pas la en vérité, il continuait de tourner dans le tunnel que creusait ce gros balourd de Sloth. Il lui faudrait combien de temps pour finir ce putain de tunnel? Pride l'ignorait, mais cela le gonflait vraiment de devoir jouer la nounou pour ce gros fainéant. Mais bon, ils avaient tous une tâche à accomplir et lui c'était cela, en plus il devait bien avouer qu'il s'en sortait mieux que les autres membres de sa famille. C'était vrai âpres tout, un des membres de cette armée au service de son petit frère Wrath un certain... comment déjà, oui Mae Hugues, Pride s'en souvenait avait tout découvert sur leur plan et alors que Lust allait le tuer, elle avait misérablement échoué cette idiote, heureusement que Envy avait réussi à mettre fin à sa vie, pour une fois que ce crétin se rendait utile. Seulement, maintenant un problème était survenu, pas ce nabot blond non... Lui n'était pas un problème, ce Roy Mustang par contre le voilà le vrai problème....

Pride était loin d'être stupide, il c'était renseigner comme il le faisait toujours âpres la mort de ce Mae Hugues, il n'avait rien découvert d'amusant et d'intéressant sur ce type, par contre il avait découvert qu'il était le meilleur amie de ce Mustang. Il avait alors cherché tout ce qu'il pouvait sur ce Mustang et outre le fait que c'était un homme qui ne pensait qu'à courir les femmes et a devenir le président a la place de Wrath. Cela ne posait pas de problème a Pride, qui s'en moquait royalement, car jamais ce Mustang, ne parviendrais là où il voudrait, mais le problème était que depuis la mort de ce Hugues, il ne faisait que chercher son meurtrier et ces recherches pouvaient finir par risquer de nuire aux projets de la famille. Cela ne pouvait se faire au que non, mais avant d'agir de manière folle et de s'attaquer à ce Mustang, il valait mieux avant tout voir a qu'elle genre de personne il avait à faire...

Selim qui était toujours assis devant ces cours, se leva d'un coup fermant son livre de cours et annonça à sa mère, qu'il allait sortir voir son père et s'en a la. Il partit flanquer comme la plupart du temps deux énormes gardes du corps vêtue de noir, bien qu'il n'en avait pas besoin, mais vu que personne n'était au courant de son petit secret, il valait mieux jouer le jeu jusqu'au bout, bien que cela le gonflait énormément. Il marchait paisiblement dans la rue en regardant ce qui se passait à gauche et à droite, quand il se stoppa devant le grand bâtiment blanc qui regroupait tous les alchimistes d'Etats. Il entra dans l'immense bâtiment et se mit à marcher dans les longs couloirs envahis d'alchimiste et autres ouvriers qui travaillaient dedans, sans que personne ne le remarque et pour cause, qui pourrait s'intéresser ainsi à un enfant comme lui, qui se baladait dans un bâtiment d'alchimiste d'état. Il fini par entrer dans la bibliothèque, car il avait remarqué que l'homme qu'il cherchait était là, bien sûr il c'était servie de son apparence réel pour le voir, mais avait fait en sorte de ne pas se faire remarquer, quand il entra dans la salle demandant aux deux gardiens, de ne laisser entrer personne, il ne voulait pas se faire déranger, quand il marcha jusqu'au colonel Mustang et remarqua que celui-ci était en train de lire un livre, a ce qu'il semblait et en avait un ou deux autres a coté de lui, quant d'un coup il remarqua que le Colonel leva les yeux vers lui et Selim même s'il le trouvait misérable et stupide, car ce n'était qu'un humain insignifiant, mais il regarda Mustang avec les yeux emplit d'étoile et de joie de le rencontrer, quand il dit en souriant:

- Vous êtes le fameux Flamme Alchimiste, celui qui a découvert l'alchimiste rikiki pas vrais!

Selim continuait de fixer Roy avec un regard emplit d'admiration et avant même que celui-ci puisse dire ou faire quoi que ce soit Selim demanda:

- C'est quoi le livre que vous êtes en train de lire, il a l'air compliquer... vous faites des recherches sur un sujet précis?

Il continuait de regarder cet homme attendant ces réponses et se demandant toujours si les recherches qu'ils menaient en ce moment, pouvaient être un risque pour les plans de Father ou non, car si c'était le cas, il devrait surement le tuer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: On ne juge pas un livre par sa couverture. [ PV:Selim/Pride] FINISH   Lun 23 Avr - 3:03

Des doutes, Roy en avait bien assez qui se battaient dans sa tête pour l’assaillir, et de toutes sortes, sur sa décision de venir ici pour tenter d’oublier définitivement les images cauchemardesque de son ami se vidant de son sang. Doutes et doutes… Par lambeaux d’imagination et de souvenir amer, il revoyait en boucle l’instant où Maes, sourcils fronçaient de surprise, tombé à la renverse par la puissance du tire. Il se rendit alors compte que malgré les apparences a toujours vouloir lui raccrocher au nez, ses commentaires concernant sa fille Elysia et sa femme Gracia lui manqués énormément. Ses âneries, sa bonne humeur, rien que sa présence commençait à construire un vide dans son être. On lui sentait le désespoir à fleur de peau à ce Colonel. On lisait le désir de vengeance dans ses prunelles sombre, mais le petit sourire qui s’était accroché à ses lèvres rendait le tout bien ironique. Il était difficile de deviner quoi que ce soit, là, tout de suite, sauf peut-être de la fatigue et du mépris, avec une petite touche de remord, très discrète. C’était pourtant suffisant pour voir qu’il n’était pas dans son assiette.

Un sourire fluorescent lui explosa au visage. Planté devant lui, du haut de son un mètre vingt, un garçonnet qui ne lui était en rien inconnu lui adressa la parole, les yeux brillant d’admiration et de malice.

❝ Vous êtes le fameux Flamme Alchimiste, celui qui a découvert l'alchimiste rikiki pas vrais! S’exclama l’enfant, n’ayant rien apporté en guise de bagage ou de livre. Il était clair que ses yeux n’en avaient qu’après le Militaire qui en fut presque dégouter, mais dont la fierté et l’orgueil n’en fut que décuplés. Mustang s’apprêta à répondre, se relevant doucement de son siège pour défaire son dos tordu, quand le jeune Selim Bradley continua de sa petite voix fluette.

❝ C'est quoi le livre que vous êtes en train de lire, il a l'air compliquer... vous faites des recherches sur un sujet précis?

Roy pensa à s’éclaircir la voix, saluant comme il se doit le fils du Furher et lui expliqua d’une fine voix déraillé par un peu trop d’alcool de la veille qu’il était venu en civil et qu’il avait tout simplement été curieux d’apprendre comment c’étaient déroulés les enquêtes et autres missions auxquels il n’avait pu participer, tout en étudiants un peu d’alchimie autre que celle des flammes. A vrai dire il n’avait nullement l’envie d’en apprendre d’avantage, son alchimie à lui était déjà assez puissante et dévastatrice. Il était hors de question de faire plus de dégâts que nécessaire. Il dut alors mentir, soupirant d’une profonde lassitude en avouant au jeune garçonnet qu’il n’avait rien appris qu’il ne savait déjà et que les livres qu’il avait choisis n’étaient en rien ce qu’il cherchait. Pourtant le voir ainsi, aussi désarmé et insouciant, en le connaissant, il y avait de quoi s’inquiéter, mais Roy portait son masque à la perfection et d’un tout nouveau sourire, cette fois ci sincère, il s’intéressa au jeune garçon :

❝ Et vous, Selim Bradley, qu’êtes vous venu chercher ici ?

Il ferma doucement le livre qu’il avait en main et l’empila sur les deux autres, jetant un rapide regard à la grande porte, normalement ouverte, qui ne l’était plus. Il ne regardait pas vraiment Selim, son regard divaguant dans plusieurs endroit de la pièce, le Colonel détaillait piliers de béton blanc et étagères de livres, sans oubliés les magnifique lustres de cristaux qui décoraient les plafonds fait d’épaisses poutres noires.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

■ Mes messages : 656
■ Age : 29
■ Localisation : ne te tourne pas... car ton ombre pourrait s'en prendre a toi... vu que je suis toujours dedans...

Feuille de Compétence
■ Niveau: Homonculus (= confirmé)
■ Capacités : se servir de l'ombre comme une arme
■ Barre D'XP:
1200/1200  (1200/1200)

MessageSujet: Re: On ne juge pas un livre par sa couverture. [ PV:Selim/Pride] FINISH   Mar 24 Avr - 17:24

Selim continuait de regarder le colonel de ses yeux sombres qui brillait d'excitation à l'idée d'avoir rencontré un homme tel que lui, après tout, c'était lui qui avait fait entrer dans l'armée le célèbre Full métal, dont le jeune Selim était un fan inconditionnel, tout du moins en apparence c'était cela, à l'intérieur Pride lui trouvait cet homme pathétique et grotesque. Priden'aimait pas les humains et pour cause, ces êtres se prenaient pour des gens supérieurs à cause de leurs intelligences, intelligence à la noix oui, ces gens étaient tout juste bon à servir de jouer, quand Pride avait envie de s'amuser, mais là ce n'était pas le moment. Il était venu ici dans cette pièce pour voir ce colonel et voir ce qu'il comptait faire maintenant, seulement ce n'était pas vraiment dans ces habitudes de la jouer espion, il préférait plus tôt tuer ceux qui le gênaient, mais avec ce colonel valait mieux être prudent et Father n'avait donné aucun ordre. Il continuait de regarder Mustang sans faire un seul geste et il entendit le colonel lui parler d'une voix un peu dérailler qu'il était venu simplement voir comment c'était déroulé les missions et autres enquêtes auxquelles il n'avait put participer et étudier d'autres alchimies que celle des flammes....

Mouais, Selim y croyait absolument pas, les humains ne savaient pas mentir, du moins ils croyaient le savoir, mais il n'en était rien, seulement Pride ne le montra pas, il continuait de garder son visage d'enfant enjouer, faisant des petits signes de tête indiquant au colonel qu'il comprenait parfaitement la raison de sa venue en ce lieu. Il lui expliqua ensuite, que cela n'avait servi a rien car il n'avait pas appris ce qu'il voulait dans ces livres et âpres cela par contre il fit un petit sourire à Selim profitant de ce fait pour lui demander:

▬ ❝ Et vous, Selim Bradley, qu'êtes-vous venu chercher ici ?

Celui-ci le regarda se demandant ce qu'il avait derrière la tête pour lui poser une telle question, pendant que Roy posait le livre qu'il avait refermé sur les deux autres et Selim dit en continuant de le regarder:

- Et bien... Il baissa les yeux vers ces pieds et continua:

- En fait je veux devenir Alchimiste d'Etat plus tard pour aider beau papa dans sa mission et je me suis dit qu'en venant ici j'allais peut-être pouvoir voir un peu comment ça marchait, mais je dois avouer que je ne m'attendais pas à tomber sur un alchimiste telle que vous.

Selim regarda de nouveau âpres cela le Flamme Alchimiste et remarqua qu'il regardait la porte fermer, puis le reste de la pièce, quant Selim demanda innocemment en penchant la tête sur le coter:

- Il y a un problème?

Selim lui aussi regarda la pièce se demandant si un des membres de sa petite famille n'était pas là aussi, mais non, cela ne pouvait être possible, il l'aurait su sinon, et puis ces idiots n'était pas assez bête pour rappliquer alors que lui était la, quoi que parfois, il se le demandait, quand il regarda âpres cela la porte fermer et dit:

- En tous les cas si vous vous demandez pourquoi la porte est fermée, c'est parce que mes gardes du corps sont derrières beau papa veut que je sorte avec eux maintenant depuis qu'un militaire est mort, mais je ne sais pas qui c'est et beau papa n'a pas voulu trop m'en parler disant que j'étais trop jeune pour comprendre, mais et vous vous le connaissiez?

Selim avait demandé ça le plus innocemment du monde, le regardant avec un regard interrogateur, pour temps en réalité, il entrait enfin dans le vif du sujet pour lui et commençait enfin à se renseigner sur ce fameux colonel...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: On ne juge pas un livre par sa couverture. [ PV:Selim/Pride] FINISH   Mer 25 Avr - 0:52

❝ En fait je veux devenir Alchimiste d'Etat plus tard pour aider beau papa dans sa mission et je me suis dit qu'en venant ici j'allais peut-être pouvoir voir un peu comment ça marchait, mais je dois avouer que je ne m'attendais pas à tomber sur un alchimiste telle que vous.

Dire qu’il comprenait était un bien grand mot. Pour l’instant, Roy, en pleine confusion émotionnel, touillant des brouettes de principes et de sentiments ainsi que de vérité bien trop complexe et dangereuse pour sa jeune tête confuse, piquait du nez sur sa chaise de bois. Mustang fit un effort pour reposer son regard sur le jeune garçon qui s’était auparavant adressé à lui. Il n’était pas bien grand. Jeune voir même très jeune, le petit Selim semblait être un garçon tout ce qu’il y avait de plus normal, des formes d’épaules encore osseuses, un visage rondelet encore dans l’enfance, des yeux tout aussi rond, brillant de mille feu dans sa direction. Après l’avoir observé dans ses moindres détails, étant allé jusqu’à devinait de quoi était fait son costume chic et ses chaussures brillante, le Colonel Mustang ajusta encore un peu plus son expression pour ne faire absolument rien paraitre de sa confusion actuelle et se mit à écouter le fils du Führer avec toute son attention de militaire. Dans sa tête sa grondé méchant. Si on pouvait voir ce qui s’y passait on aurait sans aucun doute fait demi-tour fuyant cette folie qui s'y installée, petit à petit. Il fallait qu’il se calme, qu’il pense a autre chose. Mais la présence d’un enfant ici n'avait pour effet que de lui rappeler Elysia, la fille de son meilleur ami. Et malgré leur différence d’âge et de physique, il ne pouvait s’empêcher de voir le visage de celle ci, suppliant sa mère qu'on déterre son père, sous peine que celui ci ne puisse pas finir son travail. Il aurait put faire plus, bien plus... Il se sentait tellement inutile. Et ça, ça le torturait au point d’en avoir constamment la chair de poule.

❝ En tous les cas si vous vous demandez pourquoi la porte est fermée, c'est parce que mes gardes du corps sont derrières beau papa veut que je sorte avec eux maintenant depuis qu'un militaire est mort, mais je ne sais pas qui c'est et beau papa n'a pas voulu trop m'en parler disant que j'étais trop jeune pour comprendre, mais et vous vous le connaissiez?

Roy devina que ce jeune Selim était un garçon brillant, curieux et que sous son air innocent gardé dans son être une grande âme de passion qu’il voué avec désespérance pour son beau-père. Beau-père… Selim Bradley n’était donc pas le fils légitime du Führer ? Adopté ? Ou peut-être que Madame Bradley avait déjà un enfant, bien que Mustang en doute fort car le couple Bradley est très aimé du peuple et une information aussi « gênante » ou « émouvante » aurait déjà frayait son chemin dans l’une de ses deux oreilles. Il pensa alors à l’adoption. Il aurait était intéressant de pousser les recherches plus loin mais le Colonel Mustang avait à faire avec des sujets plus importants et plus captivant que de comblé sa curiosité sur une histoire qui doit surement être d’une banalité frustrante. Roy écouta avec intérêt la suite. S’il connaissait Maes Hughes ? Evidemment ! Mais devait-il dire à ce garçonnet la vérité alors que le Führer lui-même avait gardé langue de bois ? Mustang se redressa alors, faisait délibérément grincer sa chaise sur le sol et attrapa les trois livres de sur sa table pour les ramener à leurs places respective. Il tourna le dos à Selim et s’éloigna doucement, trainant les pieds.

❝ Si le Führer n’a rien voulu vous dire, c’est que je ne suis pas non plus en droit de vous informer de quoi que ce soit. Quoi qu’il en soit, bonne chance pour votre apprentissage en Alchimie, si vous réussissez nous aurons un nouveau rikiki parmi nous, au moins Fullmetal aura une compagnie de sa taille. Ne perdez pas espoir, je suis sûr que vous êtes capable de le surpasser.

Il bloqua ses livres contre son torse et leva doucement sa main pour saluer le garçon. Il rangea soigneusement les livres à leur place et se retourna vers la porte pour sortir, disant une nouvel fois au revoir à Selim qui avait besoin de calme pour ses études en alchimie.






| Court - voir même très court @@ pas trop d'inspiration.
Donc là c'est comme tu veux, sois on mets fin a ce sujet,
sois tu trouve quelque chose pour me retenir. Mp moi si jamais x) |
Revenir en haut Aller en bas
avatar

■ Mes messages : 656
■ Age : 29
■ Localisation : ne te tourne pas... car ton ombre pourrait s'en prendre a toi... vu que je suis toujours dedans...

Feuille de Compétence
■ Niveau: Homonculus (= confirmé)
■ Capacités : se servir de l'ombre comme une arme
■ Barre D'XP:
1200/1200  (1200/1200)

MessageSujet: Re: On ne juge pas un livre par sa couverture. [ PV:Selim/Pride] FINISH   Lun 30 Avr - 9:02

Pride lui continuait de regarder le colonel attendant bien évidement ces réponses, mais aussi il était entrain de le cerner, d'essayer de savoir a quoi il pensait ou a quoi il réfléchissait, mais c’était loin d'être facile, car ce colonel était un homme assez malin a ce qu'il semblait, et si Pride n'avait pas trouvé les humains si... misérable? oui, c'était bien le meilleur mot a choisir, il était sur qu'il aurait eu de l'admiration pour lui, mais ce n'était pas le cas au contraire, il n'avait qu'une envie la tout de suite maintenant c'était c'en débarrasser car il sentait qu'il allait causer des problèmes, mais pour le moment, il n'avait reçu aucun ordre, et puis ce lourdaud avait besoin de surveillance si non le connaissant, il finira par s'endormir au beau milieu de son trous.

Il continuait de le regarder en silence se faisant toujours passer pour le petit gamins aux yeux pétillant de joie, quant il remarqua que le colonel était entrain de s'endormir, sympa lui, il pouvait pas essayer de faire semblant de s'intéresser a ce qu'il disait bordel, quant il le vit prendre ces livres et commencer a les mener la ou il les avaient prit, âpres cela, il se mit a trainer les pieds vers la porte en disant:

▬ ❝ Si le Führer n’a rien voulu vous dire, c’est que je ne suis pas non plus en droit de vous informer de quoi que ce soit. Quoi qu’il en soit, bonne chance pour votre apprentissage en Alchimie, si vous réussissez nous aurons un nouveau rikiki parmi nous, au moins Fullmetal aura une compagnie de sa taille. Ne perdez pas espoir, je suis sûr que vous êtes capable de le surpasser.

Selim fit un immense sourire au colonel même si au fond de lui, il s'en moquait carrément de ce colonel, et le vit âpres cela lui faire un signe de la main avant de se diriger vers la porte de sortie, Selim lui ne fit aucun geste et ne dit rien pour le retenir, bien qu'il n'avait pas eu les infos qu'il aurait espérer avoir, Pride avait suffisamment eu le temps de parler avec ce colonel, pour cerner sa personnalité, un simple humain assez intelligent certes, mais un simple humain quant même, quant juste âpres sous le jeune Selim apparut un petit œil avec un petit sourire, car Pride avait une petite idée, il n'allait pas se gêner a surveiller se colonel tout en continuant a surveiller ce gros Sloth. Une fois le colonel partit, il se tourna et partit voir un peu les ouvrages qui pourraient lui plaire...

court très court même, mais a vrais dire pas d'inspiration, et pardon pour le temps avant la réponse ai cherché un truc pour continuer le rp mais je n'ai rien trouvé, alors on stoppe le rp la
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: On ne juge pas un livre par sa couverture. [ PV:Selim/Pride] FINISH   

Revenir en haut Aller en bas
 

On ne juge pas un livre par sa couverture. [ PV:Selim/Pride] FINISH

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» On ne juge pas un livre à sa couverture. ? Dawn
» Un juge américain accuse six Haïtiens
» Fête du Livre
» Reflexions d'un juge sur le systeme judiciaire haitien
» M. Georges Moise: Un juge qui juge le système judiciaire.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fullmetal alchemist ::  :: Les Rps terminés ou abandonnés-