Partagez | 
 

 [ Yaoi ] Parce qu'il l'aimait

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: [ Yaoi ] Parce qu'il l'aimait   Lun 30 Avr - 10:58

Rating ;
NC -16 : Contiens des scénes sexuelles explicites et de la violence.
J'ai conscience de certainement être OOC mais je réclame la clémence u_u
Et j'ai écris ca y'a deux ans donc y'a prescription èé *pan*
Crédits ; Texte et code réalisés par Kendie. Personnage appartenant à Hiromu Arakawa. Tout droit réservé.

Enjoy
• Parce qu'il l'aimait •
L’orage venait d’éclater et la pluie commençait à tomber en fines gouttelettes s’écrasant une à une sur le bitume de la rue, obscurcie par la nuit. Au milieu de cette rue, un homme se tenait à genoux près d’un léger tas de cendres. La pluie venait se mêler aux larmes qui coulaient sur ses joues. Pourquoi avait-il fait ça… ?

Ce jour là, il avait trouvé l’homme avachit sur une chaise du réfectoire du QG de Central. Ce n’était pas l’homme froid et insensible qu’il avait connu à Ishval. Cet homme là était en train de pleurer à chaudes larmes. Il s’était approché avant de poser une main douce sur l’épaule de son collègue.

« Est-ce que… Tout va bien ? » avait-il hésité.

L’homme se retourna violement, expédiant la main compatissante au loin.

« Vous ne pouvez pas frapper avant d’entrer ! » s’était-il écrié.
« Je vous signale que vous êtes dans le réfectoire Kimblee ! »
« Et ? »
« C’est un lieu public. » avait-il soufflé encore sous le choc de la découverte de cet homme qu’il pensait pourtant insensible en train de pleurer.

Kimblee s’était redressé et avait fait face à son ancien compagnon d’arme. Il avait essuyé les larmes qui perlaient encore au coin de ses yeux, d’une manière assez enfantine, puis avait reprit un peu consistance.

« Je suis désolé Mustang. Ce n‘était qu’un moment de… Faiblesse. » s’était-il excusé.
« Écoutez Kimblee, ce n’est pas une question de faiblesse ou non. J’étais juste, surpris de vous voir si vulnérable. Après toutes les personnes que vous avez exterminées sans aucuns scrupules cela m’a étonné. »
« Tournez votre langue dans votre bouche colonel » avait-il craché. « Et sachez que je n’ai jamais tué sans scrupules. »
« Pardon ? »
« Je n’ai jamais pris de plaisir à tuer ! J’aime le bruit d’une explosion certes, mais je ne prends pas plaisir à tuer. »

Roy était resté un moment bouche bée. Toutes les informations qu’il avait récoltés jour après jour sur cet homme s’étaient révélés fausses. Il l’avait toujours haït pour ça. Être capable de vivre sans aucun remords après le massacre d’Ishval alors que lui en faisait des cauchemars chaque nuit l’avait dégouté. Il s’était évertué à dresser une barrière de haine entre lui et cet homme froid. Maintenant que cette barrière n’avait plus lieu d’être, comment devait-il réagir ?

« Je… »avait-il hésité. « Je suis désolé. J’ai toujours cru que… »
« Que parce que j’avais participé à Ishval de mon plein gré, je ne pouvais pas m’en vouloir ? Que je savais qu’il allait nous demander de les exterminer ? » l’avait-il coupé. « Non, je n’en savais rien. Si je l’avais su je ne me serais jamais engagé. »

L’écarlate était sorti sans un regard pour le noiraud qui était resté planté comme un idiot dans la salle à se remettre en question.

Est-ce que si lui avait su, il aurait déserté ? Est-ce que s’il avait été à la place de Kimblee, il aurait… Non, cette réponse il la connaissait puisqu’il avait lui aussi exterminé les Ishvals. Il s’était laissé tomber sur la chaise qu’avait occupée son homologue quelques minutes plus tôt. L’odeur de l’homme en blanc avait remplie la pièce, une odeur de poudre et de lys. Le flamme alchimiste s’était laissé enivrer par cette odeur avant de sombrer au pays des rêves.

Il avait été réveillé dans la nuit par celui qui avait peuplé ses rêves.

« Désolé. Je ne voulais pas vous réveiller Mustang. »
« Pas grave. Fallait bien que je rentre chez moi de toute façon. »

L’écarlate allait sortir lorsque le colonel l’avait rattrapé.

« Écoutez Kimblee, j’avais des à priori à votre propos. J’aimerais que nous discutions. D’Ishval. Et de nos vies. »
« Vous. Le héros d’Ishval. Vous voulez parler avec moi ? »
« Oui. »
« Soit. »

Il s’était retourné et s’était assit à la première table de la pièce.

« Discutons ! »

Roy l’avait regardé éberlué. Alors qu’il pensait réellement qu’il allait exploser de rire et s’en aller, Celui-ci s’était installé pour discuter avec lui. Roy avait prit place face à lui.

« Vous regrettez vraiment Ishval ? » lui avait-il demandé d’une petite voix.
« Oui. Ça n’a pas été une partie de plaisir. J’ai fais croire à tout le monde que j’étais schizophrène mais au final je savais très bien ce que je faisais. Et je détestais ça. Sentir le sol trembler sous une explosion, ça j’aimais. Sentir l’odeur des corps calciné et du sang me répugnait. C’est sûrement votre cas aussi, colonel. »
« Appelez-moi Roy ! Je n’aime pas faire brûler des personnes, vivantes ou mortes. L’odeur de chair brûlée me fait vomir. Après la guerre, ça ne m'atteignait plus et ça me répugnait deux fois plus. »

Ils avaient continués à parler du passé pendant encore plusieurs heures avant de rentrer chez eux à l’aube d’une nouvelle journée.

Ils s’étaient retrouvés pour discuter plusieurs fois par semaine.

Kimblee s’était révélé être un homme plein d’humour, joyeux et assez imprévisible.

Ce jour là, ils avaient décidé d’aller chez Kimblee, le réfectoire n’était pas un lieu pour discuter.

Il avait sorti une bouteille de whisky. Ils avaient bu tout en se racontant leurs vies. Combien c’était dur de vivre comme un paria. Combien avoir un lieutenant doué au tir était une épreuve de survie perpétuelle.

Puis, c’était sortit.

« Je crois que je suis gay. » avait lancé un Roy bien plein.
« Ah oui ? Toi ? Le coureur de ces dames et Don Juan professionnel ? Gay ? Tu me fais marcher parce que je t’ai avoué avoir eu une liaison avec un homonculus ? »
« Peut être que c’était comme une sorte de… Déclic. » avait-il poursuivit pour lui.
« Et comment t’es venue ce déclic ? » avait demandé l’écarlate soudain intéressé.
« Je crois que… Ça a commencé quand je l’ai vu pleurer. »
« Ce n’est pas un homme s’il pleurait. »
« Tu peux causer ! »
« Désolé. Continu. »
« Il était là et il avait l’air si vulnérable. J’avais envie de le protéger. Mais il était encore mon ennemi à ce moment là. »

Kimblee avait décuvé d’un coup. Pleurer ? Ennemi ? De qui parlait-il ? Envy ? Le fullmetal ?

Il lui avait alors posé la question.

« Qui ? »

Mais il n’avait obtenu aucune réponse. Roy avait levé la tête tourné vers lui et l’avait regardé avec un sourire en coin plaqué sur les lèvres et une flamme dansant dans le fond des yeux. Puis, lentement, il s’était levé et avait fait le tour de la table. Kimblee s’était d’ailleurs demandé comment il faisait pour se tenir si droit alors qu’il avait descendu presque une bouteille de whisky à lui tout seul. Une fois que Roy était arrivé devant lui, il s’était baissé pour se mettre à sa hauteur avant de murmurer d’une voix sensuelle. ..

« Toi. »

...et de l’embrasser. L’écarlate était resté perplexe quelques secondes sous le coup de la surprise mais avait finit par sourire contre les lèvres du colonel avant de répondre à son baiser. Kimblee s’était levé à son tour sans décoller son visage de celui de son collègue ce qui les avait fait tituber avant qu’ils ne s’écroulent sur la moquette. Kimblee avait posé une main de chaque côté du visage de Roy et s’était redressé. Il l’avait regardé un instant. Il avait les cheveux en bataille et les joues rougies par l’alcool. Il avait approché de nouveau son visage de celui du flamme alchemist jusqu'à ce que leurs bouches se frôlent.

« Dis-le. »
« De quoi ? » lui avait-il soufflé malicieux.
« Ce que tu voulais me dire tout à l’heure. »
« Je ne suis pas encore sûr. »
« Roy... J’ai besoin que tu le dises. » avait-il murmuré d’une voix sensuelle en soufflant dans le cou de ce dernier.
« Je t’aime Kimblee. »
« Ben voilà. Ce n’était pas si difficile finalement. »

Il avait capturé les lèvres de l’homme qui lui faisait face pour lui donner un baiser langoureux. Il avait passé une main sous la chemise à moitié défaite de Roy et lui avait arraché d’un coup de poignet les derniers boutons encore attachés. Il s’était amusé à dessiner des cercles de transmutation imaginaire sur la peau de son homologue tout en ne cessant pas de l’embrasser.

Roy avait gémit à la sensation des doigts de l’écarlate sur sa peau, il en avait tellement rêvé ces derniers jours.

La bouche de Kimblee avait quitté celle de Roy pour aller jouer avec les tétons déjà durcit et ce dernier pendant que sa main droite s’était affairé à défaire le pantalon du militaire. Une fois la tache effectuée, il avait glissé sa main dans boxer et il avait commencé à caresser le sexe déjà tendu de Roy qui avait laissé s’échapper un gémissement de plaisir. Pour ne pas rester inactif, Roy avait entreprit de défaire proprement la chemise de Kimblee. Il avait finit par faire sauter à son tour tous les boutons de cette chemise si bien tenue. Il avait passé une main dans la chevelure de son bourreau et l’avait attiré plus près de lui. Il lui avait ôté son pantalon tant bien que mal et ils s’étaient rapidement retrouvés nus l’un contre l’autre. Roy avait sentit le membre gonflés de Kimblee contre sa jambe et avait voulu le prendre en main. C’était sans compter l’ainé qui en avait décidé autrement. Il était descendu un peu et avait prit le sexe de Roy en bouche avant d’effectuer de lents va et vient arrachant des cris de complaisance au noiraud. Il avait fini par se redresser en léchant deux de ses doigts avant de les introduire dans l’intimité du colonel qui s’était crispa à cette intrusion. Il n’avait pas attendu que le noiraud s’y habitue et avait remplacé rapidement ses doigts par sa virilité. Il avait patienté quelques minutes pour que l’alchimiste de feu s’habitue à sa présence et avait commencé de rapides va-et-vient dans l’intimité du jeune militaire. Roy avait souffert, au début. La douleur atténuée par l’alcool avait rapidement fait place au plaisir.

Ils s’étaient libérés en même temps. Kimblee avait passé un bras sous les jambes de Roy et un autre sous sa tête et l’avait emmené dans sa chambre où ils avaient recommencés leurs jeux jusqu’à l’aube. Puis ils s’étaient endormis dans les bras l’un de l’autre.

Quand Roy avait ouvert les yeux le lendemain, il s’était trouvé dans les bras d’un inconnu et il avait eu le droit à un mal de crâne à s’en frapper la tête contre les murs. Il avait doucement ouvert les yeux pour s’habituer à la lumière. Il avait alors sentit un bras pesé lourdement sur sa taille. Il s’était retourné et avait découvert un Kimblee tout aussi endormi. Il s’était levé brusquement ce qui avait arraché un grognement à son amant qui avait resserré encore son étreinte sur lui.

« Qu’est-ce que je fiche ici ? » avait-il pensé Roy. « Attends une minute. Une bouteille de whisky. Et merde. Quoique pourquoi pas finalement, ce n’était pas si mal il me semble. »

Il s’était levé et avait cherché la salle de bain. Il avait ouvert les placards pour trouver une serviette et avait prit une douche avant de retourner dans la cuisine. Kimblee n’était plus là.

Il l’avait cherché un moment avant de se rendre compte qu’il était seul. Mais il avait finit par trouver une feuille de papier où il lui avait donné rendez-vous le soir même.

Plusieurs semaines avaient passés, ils ne se parlaient pas de la journée mais passais des nuits extraordinaires tous les soirs. Ce soir là, Roy avait rendez-vous avec Bradley. Une nouvelle mission. Il était arrivé quelques minutes plus tôt et s’était rendu compte que le généralissime parlait avec quelqu’un. Il allait leur laisser un peu d’intimité lorsqu’il avait reconnu la voix de son amant.

« J’effectuerai cette mission. »
« Bien, après tous vous aimez tuer mon cher Kimblee. »
« C’est un passe-temps que j’apprécie certes mais j’ai rarement l’occasion de le pratiquer. »

Un bruit de pas avait résonné et la porte s’était ouverte. Kimblee s’était heurté à un Roy tétanisé. Celui-ci s’était d’ailleurs excusé maladroitement et s’en était allé en courant, l’écarlate sur les talons.

La nuit était tombée rapidement et la chaleur d’un été étouffant était pesante sur la ville de Central.

Roy Mustang avait découvert que ce qu’il vivait depuis quatre mois avec Kimblee n’était que pur mensonge. Il lui avait mentit depuis le début. Il avait couru à travers toute la ville pour se changer les idées. Il n’avait même pas remarqué qu’il était derrière lui. Quand il avait fini par le rattraper, ce n’était plus que de la colère qui rongeait l’alchimiste de feu. La colère et l’humiliation d’avoir été trahit si intimement.

« POURQUOI AS-TU MENTI ? » lui avait-il hurlé.
« Pour te séduire. Je n’ai pas menti Roy. J’ai seulement modifié la vérité ! »
« ARRÊTES ! TU AURAIS MIEUX FAIT DE ME TUER TOUT DE SUITE AU LIEU DE JOUER AVEC MOI ! »
« Je n’ai pas joué avec toi. »
« UN PASSE-TEMPS ! TU TUES POUR T’AMUSER ! »
« Réfléchit à qui je parlais ! Si j’avais changé mes habitudes, il m’aurait suspecté ! » s’était défendu l’écarlate.
« Tu mens… » avait-il soufflé. « Je te connais maintenant Kimb… je sais que tu mens. »

Le silence avait résonné avant que l’ancien détenu n’explose de rire, un rire de psychopathe.

« Tu as raison Roy. Je t’ai mentis. »

Le susnommé avait écarquillé les yeux sous l’effet de la colère. Il avait enfilé d’un geste rapide et précis son gant blanc et avait claqué des doigts.

« Par ce que je t’aimais » avait-il soufflé avant d’être atteint par la flamme de son amant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

■ Mes messages : 43
■ Age : 24
■ Localisation : Central City

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : coup de cuillière
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: [ Yaoi ] Parce qu'il l'aimait   Mar 31 Juil - 8:17

Ouah ça finit "trash" ! Mais tu m'a bien eu... Au début je me suis dit "un Roy x Kimblee" tiens pourquoi pas ! Finalement ça se construit bien, même si on découvre un nouveau Kimblee d'une certaine façon... Et puis à la fin "Ah bah non !"

Dans un sens je suis soulagée que ce soit Roy qui survive xD !
A la fin je me demande presque si Kimblee ce serait pas dit " Va s'y je vais te mentir encore plus puisque tu ne me crois pas ! Aller, oui, je suis méchant, tue-moi !"
M'enfin j'imagine qu'on peut l’interpréter de différentes façons =)

J'ai bien aimé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[ Yaoi ] Parce qu'il l'aimait

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» Parce que toute histoire a un début. (Elisabeth)
» Le petit chat m'aimait
» Camembert président, parce que l'on ne rigole pas avec le plaisir...
» Parce que nous le valons bien... ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fullmetal alchemist ::  :: Créations :: Les Galeries des membres :: Galeries Fanfictions-