Partagez | 
 

 You make me wanna die » PV Roy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: You make me wanna die » PV Roy    Ven 18 Mai - 17:54

La journée avait été plutôt calme pour la belle Ishbal. Elle s’était levée à une heure tardive, comme d’habitude. Ses prestations au café la fatiguait grandement et elle dormait souvent jusque tard dans la matinée. Ou tôt dans l’après-midi, au choix.

Il était quatorze heures quand elle ouvrit finalement les yeux ce jour-là. Le soleil filtrait à travers l’épais rideau rouge de sa chambre et vint éclairer son visage pour la première fois de la journée. Elle remua un peu dans le fond de son lit et finit par quitter la douce chaleur des couvertures au profit d’une bonne douche brulante qui finit de la réveillée. Elle ne travaillait pas avant dix-neuf heures et les répétitions ne commençaient qu’à dix-huit heures. Elle ne répétait pas au café mais chez elle, seule. Elle s’obligeait à s’échauffer au moins une heure avant de rejoindre le café, discutant ensuite un long moment avec son ami barman. En attendant, sa mère voulait la voir. Soit disant qu’elle avait quelqu’un à lui présenter.

Elle ne comprenait pas pourquoi, depuis plusieurs semaines déjà, ses parents voulaient absolument qu’elle trouve un homme. Elle n’avait pas besoin d’homme, elle était très bien en tant que célibataire et ne s’en plaignait pas. Elle avait quelques aventures de temps en temps, des relations qui ne duraient jamais bien longtemps. D’un côté elle était si fleur bleue que personne ne pourrait égaler la tendresse et la douceur de sa relation avec son seul et unique amour. Personne ne serait jamais placé aussi haut dans son cœur. Et ça, beaucoup l’avaient déjà compris. La nourrice, le majordome. Ces gens ne cherchaient plus à lui conseiller tel ou tel homme pour débuter une relation. Maintenant ils lui conseillaient un homme en mesurant combien de bon moment ils pourraient passer ensemble.

Mack sortie de la douche et enroula une serviette éponge autour de sa fine silhouette avant d’ouvrir l’armoire pour chercher quoi se mettre sur le dos pour ce nouveau rendez-vous. Peut-être serait-il plutôt mignon et qu’elle pourrait passer quelques heures avec lui, qui sait ? Elle opta finalement pour une jupe en jean assez courte et plutôt moulante, un chemisier aussi rouge que ses yeux. Elle glissa ensuite ses pieds dans une paire de ballerines assorties à son haut et entreprit de coiffer ses cheveux. Une queue de cheval simple. Pas de maquillage, elle n’aimait pas ça. Elle descendit et découvrit avec étonnement un homme dans le salon. Elle le connaissait, c’était la quatrième fois qu’il débarquait chez elle à l’improviste. Elle fronça les sourcils et l’ignora royalement pour se diriger vers sa mère qui la regardait en souriant.

« Qu’est-ce qu’Il fait ici, Marta ?! »
« Il est venu te rendre visite… » avoua la femme dans un sourire crispé.
« Mais tu sais que je ne veux pas le voir. »
« Il a insisté… »
« Excusez-moi Melle Mack, j’avais tant envie de vous voir… »
« Non. Je ne vous excuse pas, personne ne vous excuse. Sortez d’ici. Je ne veux pas sortir avec vous et encore moins vous épousez alors fichez moi la paix ! »

Cet homme avait le don de l’agacer prodigieusement. Mais il sortit sans demander son reste, la queue entre les jambes.

« Ne le laisse pas entrer voyons Marta ! »
« Désolée, il ne m’a pas l’air si méchant que ça ! »
« Je ne le supporte pas. C’est tout. Tu as besoin de moi ? »
« Oui, j’aimerais que tu me rapportes quelque chose en revenant ce… cette nuit. Tu ne veux pas faire un métier avec des horaires un peu plus corrects ! »
« Marta… »
« Oui oui. »
« De quoi as-tu besoin ? »
« D’une clés à molette et d’une boîte de vis. »

Mack hocha faiblement la tête et remonta troquer la jupe contre un jean slim noir. Elle remit ses ballerines. Elle passa une veste assortie au pantalon et prit sa guitare avant de descendre.

« A demain. »

Elle quitta la demeure familiale et prit alors le chemin du port. Elle trouverait les objets de sa mère là-bas et elle pourrait se poser dans un coin pour jouer et s’entrainer. Et c’est ce qu’elle fit. Elle entra dans une boutique et fis les commissions de Marta avant de s’assoir sur le quai, en tailleur, et de sortir sa guitare pour jouer. Certains la regardaient, curieux, d’autre l’ignorait. Mais elle s’en fichait. Elle était occupée à accorder son instrument avec sa voix.

Elle resta près de deux heures sur le port avant de se décider à rejoindre le café un peu plus haut. Elle entra pile à l’heure et alla poser sa guitare près du piano, comme d’habitude, avant de s’installer au bar pour commander son éternelle grenadine.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: You make me wanna die » PV Roy    Sam 19 Mai - 23:38



Dans une avenue, rabattu par les feuillages touffus d’un immense arbre qui trônait en maitre sur un amas d’arbres plus petit était éclairé la mousse rase se trouvant sur quelques rocailles. Elle craquait doucement sous le vent, donnant au silence qui régnait dans ce petit jardin artificiel une note plaisante. Le soleil commençait déjà à se coucher ; le ciel fondait dans un rouge-orangé d’une pureté rare, aucun nuage n’avait osé se formé sur cette parcelle du monde. Cette nuit-là serait surement doré d’étoile, au plus grand plaisir des astronomes. Les derniers rayons de soleils qui traversaient les branches des arbres formés sur le sol de magnifique jeu d’ombres où l’on pouvait, si on s’y attardé un peu, y apercevoir des formes animales quoi qu’un peu monstrueuses. Ce n’était pas courant pour Roy de s’aventurer ici en fin de journée, cet endroit étant en totale opposition avec sa maison. Mais c’est sans aucun doute un reste de rêve ou de souvenir qui l’a guidait jusqu'ici sans autre indice que l’irrésistible envie de venir renifler les bonnes odeurs des fleurs environnantes. Ce n’était en rien dans son habitude de rêvasser ainsi, pas depuis si longtemps, mais ces parfums a demi-sauvages le changé des reflux d’encres et de papiers chauds, ainsi que ce café dont le gout n’était en rien ressemblant a la caféine. Il éternua, renifla un instant avant de comprendre que le froid de la nuit commencé déjà à s’installer sur la ville. Le Colonel ajusta doucement sa large veste noire sur ses épaules et ferma boutons après boutons l’encolure de celui-ci pour garder sa gorge au chaud. Il n’avait pas pris d’écharpe aujourd’hui et cette faute lui vaudra surement une bonne toue demain matin. Sa voix se transformera peut être en un aboiement grave qui ferait belle concurrence à Black Hayate.

• Ayant une flemme démesuré de rentrer chez lui à pied, en taxi, ou même en utilisant une voiture de l’armée, le Colonel se glissa en silence dans un bar dont le nom ne lui disait rien. Certes il en avait fait des bars, mais certainement pas celui-ci. Et employer le mot "Bar" devait être un peu déplacé. Cet endroit ressemblait bien plus à un café modeste qu’a autre chose. L’odeur de la cigarette était bien moins présente que tous les autres lieux qu’il a eu la chance de visiter. Cela aurait été impolie de faire sa petite visite alors Roy, jouant les habituer, s’avança jusqu’au bar jetant de rapide coup d’œil discret à droite et à gauche. Des tables se trouvaient au fond de la grande pièce, d’autres plus près étaient légèrement éclairées de fins néons jaunes, donnant une ambiance plus romantique qu’autre chose. Le militaire, bien que vêtu d’une veste noir attiré l’attention de plus d’un. Son pantalon bleu et la chainette de sa montre d’Alchimiste d’Etat qui s’était vaguement glisser en dehors de sa poche ne semblaient pas passer inaperçus. Mais Mustang était en quelque sorte habitué à ces regards et ce n’est pas des jurons invisibles et des lettres d’admirations écrites au citron qui allait le distraire. Ces émotions il les avait bien trop côtoyés pour en avoir peur ou même honte. Chacun était libre de penser ce qu’il voulait de l’armée et Roy n’avait ni le droit, ni l’envie de commencer une conversation interminable sur le véritable rôle des militaires dans ce pays.

• Le jeune homme s’installa alors au bar, soulevant un tabouret pour ne pas le faire grincer sur le sol et ajusta sa veste et son uniforme afin que celui-ci ne se froisse pas quand il vint poser ses fesses dessus. Ses bottes en cuir couinèrent quand-elles s’accrochèrent aux pieds du tabouret afin de garder un rien équilibre. A ce geste il tapota sans faire exprès une jeune fille de l'épaule, qui se trouvé à sa gauche. Il s’excusa évidement, d’une voix douce quoi qu’un peu épicé de nervosité. Ses longs cheveux noirs l’empêchait de voir si oui ou non il avait fait l’erreur de renverser le verre qu’elle tenait entres les mains. Quelque peu gêné le Colonel sortit en même temps que sa montre un mouchoir qu’il tendit doucement vers la jeune femme, espérant ainsi « réparer » sa mini faute.




Revenir en haut Aller en bas
 

You make me wanna die » PV Roy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Make me wanna scream ? Jayden
» ariadna + make me wanna die
» You make me wanna die (Nell)
» Make me wanna die ? Azael
» make me wanna die (james)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fullmetal alchemist ::  :: Les Rps terminés ou abandonnés-