Partagez | 
 

 Déjeuner en tête à tête .... ou presque [ Pv. Roy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Déjeuner en tête à tête .... ou presque [ Pv. Roy]   Sam 26 Mai - 22:28

Un verre de menthe à l’eau posé sur son bureau, une jeune femme brune observait avec une minutie impressionnante le contenue d’une lamelle d’observation à travers un microscope au grossissement puissant. Penchée ainsi sur son expérience, la scientifique cherchait à comprendre ce qui avait foiré dans sa précédente transmutation. Lors de cette dernière, le cobaye humain était ressorti dans un état de décrépitude avancé, ainsi que le cobaye animal, tous deux morts bien évidemment. Pour une raison qu’ignorait la jeune femme, la fusion entre ces deux corps n’était pas parvenue à se faire, laissant les deux êtres vivants à l’état de charpie. Un échec cuisant que n’avait pas accepté la jeune femme et qu’elle tentait bien de réparer, même si cela serait fortement difficile vu l’état des corps. Elle attrapa son verre d’une main distraite, en but de longues gorgées avant de relever enfin la tête vers la pendule après avoir entendu son ventre grogner son mécontentement. Poussant un léger soupir, elle reposa son verre sur la table métallique avec un claquement sec et entreprit de se lever. L’heure du repas avait sonné, sortir de l’obscurité dans laquelle elle s’était murée pour ses analyses ne pouvait pas vraiment lui faire de mal, d’autant plus que son estomac réclamait son dû avec insistance maintenant qu’elle y avait prêté un minimum d’attention.

Retirant sa blouse, elle la posa négligemment sur le dossier de son fauteuil avant d’ouvrir la porte en plissant les yeux devant le flot de lumière qui pénétra dans la pièce. Le bras au-dessus des yeux, elle ne mit que quelques secondes à s’habituer à la luminosité élevée du couloir avant de repartir vers sa destination première : le réfectoire. Depuis quelques semaines, la flemme l’avait rattrapé et elle ne prenait même plus la peine de retourner manger chez elle, préférant profiter allègrement des services mis à sa disposition de scientifique militaire pour manger à l’œil. Elle économisait ainsi du temps, de l’argent, ce qui ne pouvait que l’arranger. Jetant un coup d’œil désintéressé à travers la fenêtre, elle en détourna bien vite le regard, la tête ailleurs, plongée dans des réflexions poussées sur l’utilisation de l’alchimie dont elle avait fait preuve aujourd’hui. Pourquoi cela n’avait-il pas fonctionné correctement ? Où avait-elle merdé ? Ca la taraudait, l’incitant à retourner s’enfermer dans l’obscurité immédiatement sans même se nourrir. Sa raison se chargea alors de la rappeler à l’ordre, l’obligeant à aller se nourrir. Car c’est ainsi que fonctionnait la jeune femme, par obligations qu’elle s’imposait elle-même.

Elle croisa sur le trajet quelques vagues connaissances qu’elle salua d’un bref signe de tête, relativement peu expressive, et finit par aller prendre place à une table presque vide, dotée d’un plateau bien garni. Il faut dire qu’à cette heure avancée de l’après-midi, rare était encore les militaires qui n’avaient pas mangés. Concentrée comme elle l’était sur sa tâche, Lynn n’avait pas vu le temps passé et avait largement dépasse l’heure habituelle du repas, ce qui lui arrivait toutefois tellement souvent qu’elle ne s’en souciait pas réellement. Occupée à mâchouiller négligemment un bout de pain, elle scrutait la salle du regard, observant les quelques militaires présent, lorsque son regard tomba sur un long manteau noir, surmontée d’une tête à la chevelure brune. Reconnaissant sans peine l’individu, elle esquissa un léger sourire et se leva doucement en emportant son plateau qu’au final elle n’avait presque pas touché pour se diriger vers sa cible après avoir déposé sa charge sur le remonte-plat. D’une démarche souple et silencieuse, elle se glissa derrière le militaire qui semblait morose, attablé devant sa nourriture sans pourtant y toucher, et pencha son visage pour le mettre à hauteur de l’oreille droite du jeune homme, lui susurrant d’une voix suave.


"Eh bien, tu me semblais avoir plus d’appétit la dernière fois que nous nous sommes vu mon cher Roy … "

La jeune femme se redressa et s’assit sur le banc au côté de l’alchimiste en lui adressant un sourire chaleureux avec tout le savoir dont elle savait faire preuve, quoi que légèrement teinté d’ironie tout de même.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Déjeuner en tête à tête .... ou presque [ Pv. Roy]   Dim 27 Mai - 16:03






• ▬❝ Ne rêvassez pas et finissez votre travail ! Sur ce Colonel, bon appétit. Ils avaient beau sortir d'un joli minois, ces mots-là, ils n'avaient rien de doux ou de rieurs. Celle qui les jetait ainsi, venait juste de sortir du bureau du Colonel Mustang. Il y avait eu autour de son jeune visage flambé d’exaspération une petite pointe de colère. Quelques mèches de sa barrette, aujourd’hui bleu, c’étaient miraculeusement échappées de celle-ci et comme par enchantement c’étaient mis a bouclées. Roy c'était empressé de faire un commentaire et n’eut rien d'autre en retour qu'un haussement de voix totalement déplacé. Rare était les fois où sont premier Lieutenant s’emballer pour un rien. Le militaire en conclut assez rapidement que ce ne devait pas être « ses jours. » Il esquissa un fin sourire à cette remarque personnelle et profiterait de ces « moments » pour la titiller, histoire de se venger des fois où elle lui a fait des remarques blessantes.

• Il ajusta des piles de dossier et s’étira longuement avant de prendre son stylo et de remplir quelques feuilles avant d’aller manger. C’est sans s’en rendre compte qu’il passa deux longues heures à remplir plus de la moitié des documents. Ce n’est quand levant doucement le nez de ses papiers qu’il remarqua l’heure qu’affichait assez fièrement la jolie pendule en bois qui trônait dans un coin de la pièce. Celle-ci, chantonnée, raisonnée au rythme d’un silencieux « tic tac ».

• Bizarrement, sous ses airs de gloutonnerie et d’homme bien portant qui, on ose l’imaginer, cache un appétit de fauve, Roy n’avait aucunement faim, mais se devait tout de même d’aller grignoter quelque chose, histoire d’avoir la conscience tranquille. Il se leva donc maladroitement de son siège en cuir noir, ayant au préalable débarrassé ses doigts de son stylo à plume et se dirigea nonchalant vers la porte de son bureau, laissant celle-ci ouverte pour le retour de son équipe. Une fois dans le couloir, long chemin fade éclairait par larges fenêtres, le Colonel ajusta le col d’une veste tout aussi noir que sa chevelure et s’empressa d’aller au réfectoire. Sur son chemin il salua distinguèrent quelques collègues d’un petit signe de la tête et d’un sourire léger. A son pied, longue parcelle de béton qui couiné de temps à autres sous les bottes de cuir des militaires, donnait à l’endroit une touche musical bien désagréable. Il marcha plus de cinq minute, avala une cinquantaine de marches d’escaliers et arriva, enfin, devant la porte de la cafétéria. Il ne fut pas surpris en l’ouvrant de voir que la pièce en elle-même, déjà grande, était aussi vide qu’une rue centrale en jour de pluie. Il pénétra dans le vestibule éclairé chichement et de là où il était choisis du regard une place, mais pas vraiment n’importe quel place, SA place. Là, en plein milieu, la table à gauche du banquet, le troisième siège de la sixième rangé. Il passa prendre un plateau et des couverts, prit ce qui restait, soit disant passant, pas grand-chose, et alla s’installer à sa place. Il passa son temps, assis à sa table, sans troubler d’un mot sa sainte mastication, à observer les quelques personnes présentes.

• En d’autres circonstances, Roy n’aurait surement pas levé son nez de l’assiette et se serait contenté de papoter joyeusement avec le reste de son équipe de sujet personnelle ainsi que travail, mais là, il était seul, et ses yeux n’arrêtaient pas de glisser d’une personne a une autre. On le sentait attentif ce Mustang, à fixer avec insistance les moindres faits et gestes de ses collègues, traquant des signes cachés, les observant, les jaugeant. A la dérobée, entre deux bâfrées de fromage et de pain, un homme, lui lançait quelques œillades, tout ça sans vraiment de discrétions.

• C’était bien là une étrange monture d’homme.

Noble ? Il ne l’était assurément pas. Son visage respirait une sauvagerie et une bestialité qu’on ne rencontré que chez certain individus, plus fréquemment du sexe masculin. Son dos était large et légèrement courbé vers l’extérieur, sa mâchoire dentés de canines acérées broyait comme lion sur proie des quartiers de pains recouvert d’une fine tranche de fromage qui se mélangé dans sa gueule animale, tout ça dans une disgrâce déroutante.

• C’est un petit soupire, ainsi qu’un parfum aigre saupoudré d’une pointe de poivre et de sucre, donnant à ce mélange l’odeur toute particulière d’une certaine individu que Roy avait l’habitude de fréquenter, qu’il le sortit de ses observations.


    ❝ Eh bien, tu me semblais avoir plus d’appétit la dernière fois que nous nous sommes vu mon cher Roy …


• Lentement, le Colonel fit basculer sa tête en arrière et suivit la jeune femme du regard avant que celle-ci ne s’installe à ses côtés. Il esquissa un fin sourire, il faut dire qu’il ne l’avait pas vue, ni même croisé depuis ouf… un bon moment déjà. C’est sur une pointe d’humour, gardant son regard sur elle, baladant ses yeux sur son visage qu’il lui répondit le plus simplement du monde, comme si ils ne s’étaient jamais quittés.


❝ Je n'ai tellement pas l'habitude de manger seul que j'en ai perdu l’appétit. Sinon, comment vas tu depuis la dernière fois, Lynn ?
• S’ils se connaissaient ? Oh oui, et pas qu’un peu. Roy a déjà eu l’occasion « d’observer » cette charmante demoiselle sous toutes ses coutures. Leur relation ? On ne peut pas dire que cela ait durée, mais le Colonel ne niera pas avoir passé d’agréable moment en sa compagnie.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Déjeuner en tête à tête .... ou presque [ Pv. Roy]   Jeu 31 Mai - 10:45

L’expression chaleureuse de la jeune demoiselle se transforma en sourire charmeur lorsqu’elle entendit la voix grave de son vis-à-vis, un réflexe qu’elle avait eu instinctivement au contact de cet homme. Cela faisait un très long moment qu’elle ne l’avait pas croisé en réalité, des mois, comme quoi certaines choses ne disparaissaient pas facilement. Sans gêne, la demoiselle attrapa le quignon de pain traînant dans le plateau du militaire et entreprit de le manger tranquillement tout en observant la table à laquelle ce dernier s’était installé. C’est vrai qu’il n’y avait pas âme qui vive ici. A croire que le jeune homme s’était mit à dédaigner la compagnie bruyante de ses congénères. C’était d’ailleurs une des raisons pour lesquelles elle avait facilement cédé au ténébreux militaire. Sa capacité à se taire et se faire discret. El reste des soldats avaient tendance à l’excéder à cause de ce menu détails, insupportable pourtant pour ses oreilles. Et puis, elle en avait eu envie, tout simplement. Après son bref tour du propriétaire, elle replongea son regard d’acier dans celui du gradé.

"Eh bien … ce n’est pas comme ça que tu vas pouvoir faire de nouvelles prouesses mon cher !"

Elle lui retourna un sourire tout sauf innocent, seuls eux deux pouvoir savoir à quoi faisait référence la jeune femme. Devant l’air de retenu du militaire, Lynn ne manqua pas de lâcher un léger rire avant de secouer les mains devant son visage en signe d’excuses.

"Ca va, ça va, je ne fais que te chambrer … Comme tu le vois, je vais bien, difficile de faire autrement avec ce boulot qui te bouffe toute ton énergie !"

Aux yeux de beaucoup, la jeune femme était interne à l’hôpital militaire de Central, apportant son aide par l’alchimie qu’elle pouvait délivrer aux personnes les moins gravement blessés. Bien sûr, ce n’était qu’une couverture, généreusement délivré par le général directement chargé de la superviser, cachant ses activités un peu moins … glorieuses. Mais elle ne mentait pas sur un point, ce boulot est particulièrement éprouvant, aussi bien physiquement qu’intellectuellement. Passer des heures à chercher pourquoi telles molécules rejetaient telles autres, sans le moindre indice apparent, n’était certes pas de tout repos, la brune était donc forcée de faire attention à son mode de vie sous peine de finir exténuée et de rater son entreprise.

"Enfin peu importe. Dit moi donc qu’est-ce que tu fais ici à une telle heure de la journée ? Je ne savais même pas que tu étais toujours en poste dans le coin en fait …"

La brune fit mine de réfléchir en se parlant à elle-même.

"Je devrais peut-être sortir plus souvent de ma grotte en fin de compte …"

La porte du réfectoire s’ouvrit sur une petite troupe de jeunes recrues, dont un que la scientifique repéra bien vite, et pour cause. Plus tôt dans la matinée, elle avait reçu de la main de son supérieur, la liste de ses prochains cobayes, avec nom, prénom, quelques renseignements d’usage et photos, et l’un de ces jeunes hommes en faisait partie. Blond, filiforme, élancé, il aurait presque fait penser à une fille si ces épaules n’avaient pas été aussi carrées et raides. Tout en gardant une oreille attentive vers le colonel, Lynn détailla avec attention le potentiel de cet nouvel recru, calculant déjà la manière dont elle allait s’en servir et dans quel but. Séparer son esprit en deux était plus simple qu’on aurait pu le croire pour la jeune femme, tant elle réfléchissait de manière méthodique et organisée. Son inspection terminée, elle reporta son attention sur le brun tout en étirant ses muscles endoloris.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Déjeuner en tête à tête .... ou presque [ Pv. Roy]   Sam 30 Juin - 22:15


Un instant, en coup de chance, la main du Colonel quitta le plateau et celle de la scientifique s’empressa de happer le guignon de pain que le militaire avait au préalablement mâchouiller, et tout ça, sans gêne. Elle porta le morceau à ses lèvres et croqua à pleine dents. Voilà quelque chose que le Colonel apprécié chez la jeune femme. Elle n’avait aucune gêne envers lui et même ce, après s’être «s’éparer. » Lynn était une femme comme on en trouve peu. Intelligente et pleine de vie, on devinait sous sa cape blanche qu’on imaginait facilement comme seconde peau, une belle femme que le temps n’égratigne pas. Son visage, fin et délicat, caché de moitié par une fine frange, offrait une image mystérieuse et joyeuse à la fois. Et ses sourires... Ô ses sourires aurait tiré des élans de tendresse au plus revêches des malotrus. Roy ignorait encore si ces sourires-là étaient plongé dans une belle dose de malice ou si au contraire, certain de ses dessins de lèvres étaient bel et bien acoquiné à la vérité. A vrai dire il espérait sincèrement recevoir un peu de vérité de cette demoiselle qu’il avait réussis à apprécier avec le temps. Mais après tout, il était difficile pour Mustang, surtout en ce moment, de faire confiance à qui que ce soit d’extérieure a son équipe.



❝ Eh bien … ce n’est pas comme ça que tu vas pouvoir faire de nouvelles prouesses mon cher !

❝ ...

❝ Ça va, ça va, je ne fais que te chambrer … Comme tu le vois, je vais bien, difficile de faire autrement avec ce boulot qui te bouffe toute ton énergie ! Enfin peu importe. Dit moi donc qu’est-ce que tu fais ici à une telle heure de la journée ? Je ne savais même pas que tu étais toujours en poste dans le coin en fait …Je devrais peut-être sortir plus souvent de ma grotte en fin de compte …
Curieux de ne pas perdre miette de ce que la jeune femme disait, Roy força l’ouïe sur cette voix tiraillée entre deux torrents de fatigue. C’est qu’on la sentait affaiblie ce petit morceau de femme. Même si elle n’en montré rien, il y avait sous cette carapace de scientifique corrompu par son travail une demoiselle aux yeux dérangés par un cruel manque de sommeil. Lui-même ne dormait pas comme il le devrait et ses yeux là, il les croisés chaque matin en se regardant dans son miroir. Un fin soupire sortit des lèvres du gradé et il releva la tête, petit sourire en coin. Le Colonel prit ce petit chuchotement comme une invitation et s’empressa de se lever de son siège. Il empoignant des deux côtés du plateau en plastique et alla déverser le reste de nourriture dans une poubelle à cet effet, avant de revenir nonchalant vers Lynn. Il lui tendit gentiment sa main afin qu’elle quitte à son tour sa chaise.


❝ Tu ne prend pas assez le soleil et moi non plus. Que dirais tu d'une petite ballade a l’extérieure? Histoire de prendre un peu l'air.



// j’éditerais plus tard, pour peaufiner, parce que c'est nul, très nul, voir même trop nul, mais bon je manque cruellement d'inspiration en ce moment, j’espère que ça te convient. o/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Déjeuner en tête à tête .... ou presque [ Pv. Roy]   Dim 1 Juil - 16:11

N’ayant pas suivi vraiment le mouvement du jeune militaire, le brune se retrouva seule quelques secondes, perplexe, avant de voir son interlocuteur revenir vers elle, et lui tendre la main avec galanterie tout en l’incitant à sortir. Les yeux relevés vers le ténébreux colonel, la jeune femme esquissa un sourire malicieux avant de lui offrir sa main avec amusement, peu habitué à ce genre de gestes de la part de ses quelques collègues masculins. La jeune femme ne travaillait exclusivement qu’avec des homes, dédaignant les femmes qu’elle considérait comme inutile et ennuyeuse. Certes, elle faisait partie de cette gente trop insipide çà son goût, mais ne s’en formalisait pas plus que cela. Elle se servait d’ailleurs souvent de son caractère placide et calme pour appâter ses proies, que ce soit dans le boulot ou le privé. Mesquine sur les bords, la demoiselle profita de l’aide proposé par Mustang pour se redresser et garda sa main dans celle de son vis-à-vis le temps de sortir du réfectoire, s’attirant les regards choqués ou méprisants des autres femmes de la pièce. Fier de son petit manège, elle ne retira sa main qu’à l’extérieur, observant la réaction du jeune homme d’un air rieur car ce dernier semblait quelque peu mal à l’aise.

"Ne t’en fait pas, je ne te refais pas d’avance mon cher Roy. "


Elle fit mine d’hésiter quelques instants, un doigt posé de manière pensive sur ses lèvres habillement colorées.

"Quoi que, la dernière fois ne m’avait pas déplu …"

Impossible, le moins que l’on puisse dire, c’est que Lynn était impossible. Elle profita de la surprise provoquée ainsi chez le colonel pour se mettre à rire, lui plaçant une légère tape amicale sur l’épaule.

"Allons, allons, je plaisante ! "

Les mains dans les poches, les deux compères marchaient tranquillement sur le chemin pierreux parcourant les jardins du QG, si l’on pouvait nommer ces bouts de gazon ainsi. La scientifique ferma les yeux et leva le visage quelque seconde vers le soleil, savourant la chaleur de ses rayons qu’elle n’avait pas vu depuis un long moment. Une petite pause supplémentaire ne lui ferait probablement pas de mal, ensuite elle retournerait s’enfermer dans l’obscurité de son laboratoire. Mais pour l’instant, profiter de la lueur extérieure, juste un peu. La jeune femme rouvrit les yeux et les tourna vers le militaire qui avançait nonchalamment près d’elle, avant de recommencer à le questionner tranquillement.

"Alors, tu ne m’as pas dit ! Depuis quand es-tu revenu ici ?"

Avisant un banc non loin, habilement placé en plein soleil, la jeune femme s’y dirigea et se laissa tomber dessus avec une certaine délicatesse, étendant ses longues jambes endolories devant elle avant d’inciter le brun d’un geste de la tête à faire de même. Soupirant d’aise, elle observait tranquillement les alentours, notant le moindre détail qui se profilait par habitude. Sur le ton de la conversation, elle lança alors un sujet plus grave.

"J’ai entendu dire qu’un tueur d’alchimiste sévissait dans la ville. Je ne sors pas beaucoup, et ne suis pas alchimiste d’état, mais l’on m’a tout de même conseillé d’être prudente lorsque je retournais chez moi. Est-ce pour cela qu’ils t’ont rapatrié du fin fond du pays ?"

Effectivement, les rumeurs circulaient beaucoup, même dans les couloirs entre les divers laboratoires. Un ishval à ce qu’il semblait, s’attaquait à tout ce qui ressemblait de près ou de loin à un alchimiste doté d’une montre en argent. Mustang en faisait lui-même partie et s’avérait être un appât idéal en réalité, même si je me doutais que ses supérieurs préfèreraient tout de même le garder en vie. La jeune femme elle, était simplement curieuse de connaitre les motivations et surtout la manière d’agir du criminel. Elle avait pu apercevoir les diverses photos prises sur les lieux des différents crimes, et malgré tout ce qu’elle pouvait connaitre, la manière dont les victimes avaient implosés lui semblait irréalistes pour l’instant. A vrai dire, elle ne s’était pas réellement penchée sur la question en vérité, mais cela l’intriguait pourtant. Peut-être le jeune gradé serait-il en mesure de l'aiguiller un tant soit peu.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Déjeuner en tête à tête .... ou presque [ Pv. Roy]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Déjeuner en tête à tête .... ou presque [ Pv. Roy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Déjeuner entre collègues [PV : Sabrina Garrett]
» Pause déjeuner
» [libre] Un petit déjeuner ?
» Petit déjeuner studieux [Libre]
» Larme pourpre - Assassin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fullmetal alchemist ::  :: Les Rps terminés ou abandonnés-