Partagez | 
 

 Event n°1 : Groupe 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

■ Mes messages : 363
■ Localisation : ~ Loin de toi ~

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités :
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Event n°1 : Groupe 1   Dim 27 Mai - 16:16

Groupe 1 : Mustang; Hawkeye, Havoc et Leon. L'ordre ne regarde que vous.

Mustang et Havoc sont blessés, Hawkeye (qui pourra être jouée dans vos réponses) leur porte secours. Ils sortent, chancelants, du bâtiment lorsqu'une explosion retentit au centre de la ville.
Mustang se trouve adossé au mur tandis qu'Havoc est assis à terre lorsqu'une offensive d'un mince groupe de chimères imparfaites surgit...


Bon courage ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fmaleretour.asiafreeforum.com
Jean Havoc
Subordonné Dévoué

avatar

■ Mes messages : 318
■ Age : 26
■ Localisation : Central

Feuille de Compétence
■ Niveau: Militaire Confirmé
■ Capacités : Bon sur le terrain et au maniement des armes à feu
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: Event n°1 : Groupe 1   Lun 28 Mai - 22:28



> Inextricable Central City...

Pourquoi fallait-il que ça se fasse toujours mal ?... Il n'avait jamais eut de chance avec les filles mais là c'était le pompon... Découvrir que sa petite amie était un Homonculus et à tenté de le tuer, ça à de quoi foutre les jetons. Le jeune homme en était encore choqué en plus de la violente douleur qu'il ressentait à l'abdomen et au bas du dos.

Flash-backSon briquet avait servit pour exploser l'Homonculus. Ça aurait dû fonctionner, mais ces êtres ne sont pas tout à fait humains et bien que le Colonel Mustang venait de lui dire de se méfier de sa capacité de régénération... Il s'était fait avoir par derrière... une douleur effroyable, mais surtout la peur de mourir. La douleur s'était amplifiée une fois que ce qui l'avait touché au dos s'était retiré de lui... Puis il avait vu le sol se rapprocher et les derniers mots qu'il se souvint avoir entendus furent ceux de Mustang, lui disant de tenir bon.

Il avait tenu bon, du moins, vu qu'il était un temps soit peu debout ou presque, c'est qu'il n'était pas mort. Il le doit d'ailleurs à Mustang qui a pris soins de cautériser ses blessure. Comme quoi, des flammes à volonté c'est toujours pratique. Rudimentaires comme premiers soins, mais ça lui a néanmoins sauvé la vie. Pas que Roy en fait, car en reprenant conscience, il était à moitié traîné par un soldat, blond comme lui, mais qu'il ne reconnaissait pas... Probablement une nouvelle recrue. Il aurait voulu savoir qui c'était tout de suite, mais vu qu'il était dans un coltar pas possible, il avait bien été incapable de dire quoi que ce soit pour amorcer une conversation cohérente et non entrecoupée de mots.

Ce qui acheva de lui remettre l'esprit plus ou moins en place fût un énorme. bruit qu'il eut d'abord du mal à identifier, ne pouvant pourtant pas l'octroyer à autre chose qu'une explosion. Après tout il venait bien de faire péter une salle d'un laboratoire de l'armée, donc le bruit caractéristique d'une explosion, il connait. Suite à la surprise de cette explosion, son "sauveur" s'était stoppé et Jean avait légèrement glissé du fait du sur place. Il retint un cri de douleur en serrant les dents autant qu'il pouvait avant de porter une main à ses blessures... Malgré la cautérisation, le fait d'avoir glissé du maintien que lui procurait le jeune militaire avait rouvert ses blessures à l'abdomen et ce devait probablement être la même chose dans le bas de son dos. Voyant Riza déposant Roy contre un mur à l'abri de plus ou moins de regards, il demanda à les rejoindre.

- "Allons rejoindre le Colonel et le Lieutenant... Il faut trouver un moyen... De savoir ce qui se passe..."

Il fût amené le plus rapidement possible, ou tout du moins le plus vite que lui permettaient ses blessures, auprès de ses collègues et se laissa glisser en douceur en essayant de ne pas trop se plier et de rester droit pour ne pas répandre plus de sang. A bien y regarder, l'état de Roy n'était pas bien mieux...

Leur repos fût, par contre, loin d'être de tout repos. Ils n'étaient pas assis depuis bien longtemps que déjà les ennuis revenaient à eux, et pas qu'à moitié. Au loin, un groupe étrange avait surgit, semblant venir de l'explosion précédente. Des jumelles avaient été sorties de leurs attirail militaire. Qu'elles sont pratiques ces ceintures à poches, on met tout ce qu'on veut dedans ! Et grâce aux jumelles, le verdict tomba : des chimères. Ou tout du moins c'est ce qui était présumé vu la vitesse à laquelle ça fonçait, semblait-il, droit sur leur position.

Avec le bilan actuel, à 4 dont 2 blessés grave, ils étaient loin de pouvoir contenir l'assaut bien que le groupe ne comptait qu'une dizaine d'hideuses créatures qui devaient à peine avoir conscience de leur humanité passée où d'ancien humains contents de leur sort et d'avoir en quelque sorte des "pouvoirs" ou des aptitudes supérieures. Vu l'état du Colonel et de son subordonné, ils auraient peu de chances de pouvoir aller bien loin, même en étant couvert par Riza et Léon. Riza avait beau être "l'Oeil de Faucon", elle n'était pas sans faille. Quant à un jeune soldat peut-être fraîchement débarqué et surtout dont Jean n'avait pas connaissance... Je vous laisse imaginer la situation...

Jean n'était pas très doué pour réfléchir habituellement, surtout dans un cas d'extrême urgence de ce type... Cependant il cogitait dur pour aider à trouver une solution. Il annonça de but en blanc le fruit de sa réflexion, d'un regard résigné et sûr de lui.

- "Donnez-moi une arme et laissez-moi ici... Je me charge de les retenir..."


> Le temps de la contre-attaque...



Dernière édition par Jean Havoc le Ven 1 Juin - 19:59, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 130
■ Age : 29

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités :
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Event n°1 : Groupe 1   Mer 30 Mai - 18:50

    Leon se trouvait en patrouille dans les bas-quartier de central. Bien entendu, il n'était pas seul, mais pour couvrir plus de zone, Leon avait préféré qu'ils se séparent. Lui d'un côté et les deux autres de l'autre.

    Peut-être aurait-il dû continuer de patrouiller avec eux pour plus de sécurité entre eux, cependant, il préférait être seul pour passé par des chemins plus difficiles d'accès pour certaines personnes. Néanmoins, ils pouvaient se rendre aussi à certains endroit où il passait. Leon ne voulait simplement pas qu'ils ne leur arrivent quoi que ce soit en les laissant le suivre. Il avait donc opter pour cette solution, et bien qu'il avait été assez réticent pour qu'ils se séparent. Lorsque Léon mentionnait le fait qu'il comptait passé par les toits, ses deux compagnons de patrouilles essayaient de le convaincre de ne pas faire cela, mais Léon n'écoutait pas et partie afin de faire la patrouille de son côté.

    Léon ne regardait pas derrière lui et continuait de marcher dans les rues et ruelles du bas-quartier pendant un petit moment. Puis, il monta sur un toit par un escalier y menant afin de continuer sa patrouille de son côté. Il marchait tranquillement sans penser à ce que les gens pensaient de lui et il s'en fichait à vrai dire. Il voulait simplement une meilleure vue des rues et les toits étaient le lieu idéal pour le faire.

    Marchant sur les toits afin de patrouiller, Leon regardait les mouvements des gens au cas où certains feraient des mouvements suspect. Néanmoins, personne ne semblait en faire, ce qui facilite assez sa tâche. Pourtant, ce ne sera pas une journée rapidement fini pour lui. Il descendit des toits lorsqu'il se souvenait qu'il devait se rendre quelque part. Il vit alors le colonel contre un mur et alla voir ce qu'il se passait. En le rejoignant, il vit hawkeye aider le colonel et il regarda à l'intérieur s'il n'y avait personne et en voyant le sous-lieutenant Havoc, Léon prit l'initiative de le prendre sur son dos pour l'aider.

    Léon marchait aussi vite que possible en gardant l'équilibre afin que le sous-lieutenant ne tombe pas où que la blessure qu'il avait vu ne se rouvre. Cependant, par l'explosion soudaine d'un bâtiment, il eut le mauvais réflexe de s'arrêter faisant lâcher une complainte au blessé se trouvant sur son dos. Lorsqu'il lui demandait de rejoindre le colonel et le lieutenant, il obtempère en faisant un signe de la tête et s'y dirigea.

    Une fois arrivée, il fit glisser du mieux qu'il put, le sous-lieutenant de son dos et une fois cela fait, il sortit des jumelles de ses poches pour regarder ce qu'il s'était passé durant l'explosion. Ne voyant rien ou tout du moins que des silhouettes sans pour autant arrivé à discerner ce que cela pouvait être, il passa ses jumelles à quelqu'un d'autre. Les silhouettes qu'il avait pu voir n'était surement pas là pour situation de sauvetage. Puis, le sous-lieutenant émettait une idée.

    L'idée du sous-lieutenant ne lui plaisait pas, mais alors pas du tout. Jamais il ne pourrait abandonner quelqu'un même s'il est blessé. Il se serra alors intérieurement les lèvres et du avouer une chose au vue de la situation.

    - Je ne sais pas si cela peut aider, mais je peut utiliser mon alchimie.

    Et oui il pouvait lui aussi utiliser l'alchimie. Ceci n'est pas un mince secret et peut-être que cela pourrait aider le lieutenant ou le colonel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Event n°1 : Groupe 1   Ven 1 Juin - 0:07


...................▬ ❝ Étincelle de Luxure ♔
/!\Atttention roman en perspective /!\

Avaient-ils eues raison de cette femme ? Roy avait beau tendre à l’obscurité tout ce qu’il avait d’oreilles, scrutant pénombre en s’en user la cornée, il ne trouvait rien ni personne, sauf peut-être l’odeur cramoisie d’un cadavre. Il en connaissait le parfum par cœur et aurait donné sa main a coupé que ses flammes lui avaient données raison et que cette créature des enfers était bel et bien retourné d’où elle était issue. Et pourtant, un doute pesait dans la pièce, quelque chose de lourd, un sentiment si fort que votre cœur n’en arrête pas de battre de peur. Ce sentiment-là avait le don de vous donner la nausée, comme si quelque chose de plus terrible encore s’abattrait sur vous sans que vous ne puissiez faire quoi que ce soit. Elle était donc encore là…Toujours vivante et le Colonel ne se l’imaginait que trop bien, sortant de l’ombre, frappant de ses longues griffes l’une des deux cibles présentes, à savoir lui-même et le sous-lieutenant Havoc. Avec un regard perçant, Mustang inspecta la dite salle d’expérience, chaque ombre se faisant soudain trop pourvue de pattes, tous étaient soit disant cachette pour l’Homonculus. Tout se passa trop vite. Bien trop vite.

• Là, derrière ! Sous quelques décombres encore chaudes… Un bruit ! Si fin, si strident qu’il n’eut pas le temps d’avertir nos deux héros. C’était un rien, un simple grattement, une souris n’en aurait surement pas produit plus. C’était inutile d’espérer en entendre ne serait-ce que la note la plus grave de ce bruissement semblable au soupire de nouveau-né. Roy n’avait rien entendu, il avait peine à suivre les évènements et devina l’ennemie plus qu’il ne la vit. D’une détente prodigieuse et silencieuse, l’Homonculus bondit des morceaux de ferrailles brulés et pointa ses griffes enragés vers sa proie, transperçant la silhouette saillante d’Havoc. Le coup fut si rapide que le Colonel en restant un instant sans voix, fixant de ses yeux dominé par la surprise le regard débordant d’agonie de son subordonné. Il se rua alors vers le blessé, manquant de glisser dans l’eau et se rassura en voyant que celui-ci respirait encore. Lust, l’homonculus, eu largement le temps de se régénérer. Roy n’était plus vraiment impressionné par ces éclairs philosophales, ce qui dissipa les derniers lambeaux de doutes qui flottés sur cette mystérieuse femme, qu’il conservait encore dans un coin de tête.

• Mustang s’empressa de s’emparer du fusil à pompe d’Havoc. Plus gros, plus goulu et bien plus puissant, qu’un seul coup réussi à faire basculer le monstre en arrière. Il se jeta ensuite sans retenu sur ce corps de femme mais n’en déplaise puissant, pour plonger sa main dans le trou qu’il venait de créer dans sa poitrine, arrachant d’un coup sec, la pierre qui lui servait de noyau. Pensant enfin s’en être définitivement débarrassé, le Colonel rampa jusqu’au blond, le rassurant avec des jolies phrases saupoudré d’humour a la Mustang, que tout allait bien se passer. Leur répit fut de courte durée.

• Lust commençait déjà à se régénérer directement de la main du Colonel. Un tourbillon d’éclairs et de sang, sa chair se recomposé devant les yeux ébahis de l’alchimiste : une fois rétablit, elle transperça sa nouvelle proie. Un curieux glapissement tout droit sortit dont ne sait qu’elle corde vocal se glissa dans la gorge du militaire laissant à sa suite une plainte des plus grave. La chute n’en fut que plus douloureuse quand le corps troué du brun toucha lamentablement les débris de bois et de fer, n’arrangeant rien à sa blessure déjà bien douloureuse. C’est que ça saigné de ce trou béant, et pas qu’un peu ! Des effluves de fer rendant l’endroit, déjà mal parfumé, un tant soit peu plus proche de la mort qu’il ne l’était déjà. Roy râlait de douleur à en avoir le souffle court. La femme lui ôta ses gants d’alchimiste et les déchira devant ses yeux, venant calmement lui rappeler d’une voix douce et emplis d’arrogance qu’il allait pouvoir assister à la mort de son charmant subordonné.

• N’ayant d’œil que pour Jean, le Colonel essaya de s’approcher du blond avec les quelques forces qui lui restait, lui ordonnant d’un grognement cassé qu’il lui interdisait de mourir avant lui. Cause qui lui semblait perdue car celui-ci ne lui répondit pas. Il ne fallait tout de même pas perde espoir et l’alchimiste ramassa à l’aveuglette un bâtonné de fer rouillé et se tailla volontairement le dessus de la main afin de graver le cercle de flamme. En moins de multiples battements de cœur, dans un concert de craquements de muscles, de grincement de dents et d'hurlements étouffés, il cautérisa la plait de son bas ventre de ses flammes. Souffrant le martyre à chaque fois que leurs crocs de feu qui, gloutons, mâchonnent a belle dents rouges sa chaire sanguinolente, le militaire crue s'évanouir une bonne demi-douzaine de fois dut a cette douleur insupportable. Néanmoins, après ce théâtre de complainte et d’agonie il réussit a refermé ses blessures, du moins assez longtemps pour avoir ne serait-ce l’espoir de faire de même dans le dos d’Havoc.

• Ce fut presque au ralentit que le Colonel se glissa péniblement aux côtés de son « cavalier ». Dans ce tourbillon de peine et de torture physique ainsi que mental, il découvrit ce que son pauvre regard d’homme n’aurait normalement pas deviné. La trouille et la douleur qui flottés sur le visage de Jean agressait le cœur et la conscience de Roy d’un certain mal être déplaisant. Ça lui attisait la colère, lui qui en débordait déjà de les voir ainsi agonisant, essayant de sauver leur reste de tripe et de fierté. Il n’était pas dans sa nature de mentir dans ce genre de situation et en examinant avec attention la blessure d’Havoc, Roy lui affirma sans remord que ce n’était pas beau à voir et qu’il y aura surement de gros effets secondaires. Il lui expliqua calmement, employant de simple mot que la douleur qu’il allait à présent ressentir n’était en rien comparable à cette « griffure » d’Homonculus. N’attendant surement pas l’accord de son subordonné pour s’exécuter il décolla les vêtements de la plait et appliqua sa main gauche faisant jaillir de ses doigts, grâce à l’étincelle d'un briquet, quelques flammes diablesse qui se firent un plaisir de dévorer a grandes morsures la peau encore sensible, malgré l’endorphine naturel produite par le corps humain. Après avoir fini, ayant réveillé par la même occasion Jean qui avait bel et bien perdu conscience, l’alchimiste se redressa comme il put, s’appuyant sur ce qu’il trouvé, soit un simple bureau qui encore chaud agressait la paume de sa main droite et lança doucement, sa peine masqué d'un petit sourire :

❝ J'ai cautérisé votre blessure. Tenez bon Havoc, je reviendrai vous chercher.
• Sur ces mots il quitta la pièce et glissa le long des murs du couloir tenant fermement d’une main son flanc droit. Le froid morbide des murs eu la gentillesse de lui remettre quelque idée en place et s’activa à marcher plus vite pour rejoindre son Lieutenant, Barry et Alphonse qui, en ce moment même, doivent déjà faire face à l'Homonculus. La chaleur, la douleur, cette irrésistible envie de s’allonger par terre et de dormir lui avait attrapé cœur et tête et ne voulait qu’une chose, le pousser à bout pour une bonne nuit de sommeil. Malheureusement pour cette méprisable envie, sa détermination et son incroyable courage ne lui permit pas un seul instant de songer à se reposer. Il avait du monde à protéger et que cela lui coute la vie ou non, il n’en avait que faire. Roy arriva enfin sur les lieux, ne trouvant rien d’autre qu’Alphonse entre l’Homonculus et son Lieutenant semblant avoir abandonné tout espoir de retour. Le Colonel avait du mal à la reconnaitre. Hawkeye était à genoux, pleurant à ne plus avoir envie de vivre. Voilà une vision qui aurait bien valu un de ces commentaires déplacés, mais il n’en avait point la force. Il s’extirpa alors de l’ombre du couloir pour mettre fin à cette mascarade des plus grotesques, pointant en avant le briquet hors service d'Havoc

❝ Je ne veux plus voir de gens mourir. Il y en a trop eu ! Je ne la laisserai mutiler personne. Je vous protégerai !

❝ Admirablement bien dit, Alphonse Elric !
• Lancé comme il était, le choc allait être rude. Un humain comme lui ne tiendrai pas longtemps avec cette cautérisation de fortune et il en laisserait surement quelque bidon de sang et d’os. Il était bon pour une explosion de douleur et de grognement de dépit. Mais qu’importe ! Il fallait bien reconnaitre qu’il avait du cran ce Colonel-là, d’être venu ici, seul et en mauvais état, se jeter dans les griffes de ce monstre d’Homonculus qui avait su se créer une bien mauvaise réputation. A son entré en scène, le garçon dont l’âme était enfermée dans une imposante armure, créa a ne s’en pas tromper un mur pour protéger le Lieutenant Hawkeye des flammes démoniaques que Roy Mustang s’apprêtait à cracher sur son ennemi. Ce ramassis de lumières brulantes, tout droit venu de l’étincelle même du briquet d’Havoc, tourbillonnante en diableries, vinrent s’écraser sur la délicieuse silhouette de Lust, la faisant succomber et tomber à genoux de douleur.

❝ Te voilà enfin a genoux ! Tu m'as dis que je ne pouvais pas te tuer, mais j'aimerais te prouver le contraire ! Donc voyons voir combien de temps cela va prendre !
• Cette rage, ça lui sortait d’entre les crocs, au militaire, en avalanche désordonnée de mots et de syllabes à vous en noyer la tête de peur. Pas de répit. Quand on a la mort à moins de cinq mètres on est pressé d’en finir pour sauver sa peau. Il faisait des efforts pour rester éveiller ce bougre de Colonel, têtu à souhait, et n’était pas près de tomber. Quoi que… Sortit de nul part, comme serpent de son trou, un gamin de son petit gabarit fit un magnifique mais dés moindre puissant croche patte au Colonel laissant celui-ci sous la surprise. La chute fut brutale. Il y avait bien là de quoi vous semer au cœur un beau germe d’angoisse et de peine. A l’ instant où son corps heurta le sol, Roy en oublia toute sa colère, laissant place à un râle d’agonie. Si le militaire n’avait pas déjà épuisé une grande partie de son énergie, il se serait lever et aurait eu raison de cette chose qui venait de le faire tomber. Mais dans son état actuel, il ne voyait même pas à deux mètres tellement sa vision était trouble. L’homonculus disparut alors, sans laisser aucune trace. Il l'a tenait pourtant… de quelque roulement de briquet, avec de mignonettes étincelles. Roy voulu frapper le sol de son poing mais la douleur le paralysa sur le champ, l’empêchant de faire quoi que se soit.

• Un crie retenti dans la large pièce. Un « Colonel ! » se faufila en dehors de la gorge étouffé de pleures de son premier Lieutenant. Cet « appel », même roulé comme pierraille dans ce gosier aux trois quarts noyés de larmes, on y devinait bien quelque fragment d’inquiétude dont chaque syllabe était accompagné de peur. Roy eu assez de vision pour voir que les deux personnes qui s’étaient approché de lui n’étaient autres qu’Alphonse et Hawkeye. Ne s’étant jamais Ô grand jamais préoccupé par sa propre santé il soupira des questions pour sa subordonnée et remercia le plus jeune des Elric d’une toue grasse. L’âme en armure aida la jeune femme à soulever le corps paralysé de douleur du Colonel et l’extirpa du bâtiment. C’est alors qu’une énorme explosion retenti. Alphonse, dans un excès de curiosité abandonna la blonde et le brun pour voir ce qu’il se passait. Roy aurait bien voulu l’arrêter, mais il n’en avait pas la force.

• Ils sortirent donc ensemble, bras dessus, bras dessous, rejoindre le sous-lieutenant Havoc qui avait eu la chance d’être « ramasser » par un autre soldat. Cet homme-là, on lui sentait la bravoure dans la peau, il avait trainé Jean le long des couloirs et l’avait mis à l’abri un peu plus loin à l’extérieur. Roy l’en remercia, pendant que le Lieutenant le priait de ne pas parler à moins qu’il souhaite perdre le peu d’énergie qu’il lui reste. Riza déposa Roy contre un mur et en un instant levèrent les yeux vers un coin d’ombre. De fin bruits, grattement de griffes et battements d’ailes, ricochaient contre les murs de la ruelle. Ces sons-là, il n’était utile d’être devin pour comprendre qu’ils appartenaient bel et bien à des créatures chimériques.

❝ Donnez-moi une arme et laissez-moi ici... Je me charge de les retenir...
• Pardon ? Abandonner un camarade,qui plus est blessé ? C’était mal connaitre Mustang, qui n’a absolument pas l’intention de sacrifier une seule de ses pièces. C’est d’un ton rageur, et mécontent qu’il se mit à hurler sur le sous-lieutenant Havoc, lui balançant d’un revers de la main l’une de ses armes avant de donner l’autre à Hawkeye. Elle refusa d’abord, lui disant qu’il en avait bien plus besoin qu’elle, mais il insista lui avouant ne plus avoir assez de vision pour tirer juste et qu’il préférait compter sur elle pour sa sécurité. La jeune femme se résigna à prendre l’arme de son supérieure, contrainte et forcée, mais esquissa un fin sourire qui passa inaperçu sur son visage d’une pâleur maladive. Tout ce qui ressortait de sa frimousse féminine était ses yeux rougis par des larmes salés.

❝ Je ne sais pas si cela peut aider, mais je peut utiliser mon alchimie.
• Dans ces quelques mots, il y avait comme une petite pointe d’hésitation. Curieusement, Roy s’approcha du jeune blond, qui, d’après quelques dossiers le concernant, le connaissait sous le nom du Sergent Leon Kayfus. Ce n’était pas là jour a rencontre et le Colonel passa outre les « bonjour/bonsoir » pour en venir au point principal, l’alchimie que ce jeune soldat. En fouillant un peu plus dans un coin de mémoire, Mustang su immédiatement que son alchimie pourrait leur être utile. Électrisante était le mot juste car n’en déplaise, le gradé allé avoir besoin d’étincelle pour venir à bout de ces chimères qui avaient eu l’audace de s’attaquer à eux.

❝ Sergent...Vous voyez ces deux lampadaires là-bas ? *tousse* Une fois que je serais assez proche, je veux que vous les faisiez disjoncter avec votre alchimie. J’utiliserais les étincelles produites pour faire un charmant barbecue. Lieutenant Hawkeye, Sous-Lieutenant Havoc, je veux que vous nous couvriez si une chimère tente de passer en force.
• Dans la pénombre zébrée de doigts de lune, le Colonel, accompagné du Sergent Kayfus, s’approchèrent calmement, faisant a présent face à cette meute de monstre en rage de sang.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

■ Mes messages : 363
■ Localisation : ~ Loin de toi ~

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités :
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Event n°1 : Groupe 1   Ven 15 Juin - 20:33

Du fait que l'Event n'est pas eu un grand succès, nous décidons d'y mettre un terme.
Voilà les derniers faits :


L’explosion avait pour but d’attirer l’attention de l’armée sur un endroit précis. Cependant, ce ne fut pas que l’armée qui se concentra sur le lieu, mais tout un tas de civils. Il y eut alors un changement de plan…
Chacun poussés par la curiosité, ils avaient observé la silhouette d’un homme se trouvant au beau milieu de la place principale. Là, trônant sur l’immense et splendide fontaine qui meublait le centre de la place, se tenait un vieil homme. Joues dégoulinantes, yeux exorbités, le visage reflétant la folie de son être, il n’avait rien d’agréable. Tel un bon prêcheur de bonne volonté il avait capté l’attention de son auditoire. L’assemblée était étourdie par ses paroles.
Il promit un monde meilleur, l’arrivée d’une nouvelle organisation, d’une nouvelle ère, d’une durée de vie plus longue. Parmi la foule certains consentaient, d’autre huaient. Puis après long débat, il concluait haut et fort…

Viel homme : « Un monde n’est pas sans sacrifice ! »
La foule :Ouaiiiis !!! »

Sur ces dernières paroles, l’homme écartait les bras comme pour accueillir quelque chose en lui. Il visait le ciel, comme si que celui-ci lui donnerait la force nécessaire pour accepter son destin. A cet instant, une dizaine d’homme s’extirpaient de la foule pour joindre leurs mains sur le sol goudronné.

Viel homme : « Devenons un avant goût de ce nouveau monde mes frères ! »

Des éclairs jaillirent de part et d’autres de la foule tandis qu’un cercle de transmutation gigantesque prenait forme sous leurs pieds. Une transmutation en plein cœur de Central.
Le prêcheur et son assemblée avait disparus au bout de quelques secondes, après les cris horrifiant des bernés. Lorsque le calme revint, un objet semblable à une pierre précieuse apparut après la dissipation d’un nuage mystérieux et opaque. Une pierre rouge bien connue des grands rêveurs ; la Pierre Philosophale.
Cependant, ce n’était qu’une réplique crée à partir d’un millier de vie. Une infime partie du pouvoir de cette relique maudite. Seulement le début d’un engrenage mécanique dont les pièces étaient encore en cours de fabrication.
L’un des dix hommes s’empara de l’item tandis que les neuf autre annonçaient la naissance d’une nouvelle menace ; l’Organisation Zéro, la fin de l’oppression Alchimique.

Tandis qu’un silence de mort régnait sur la place principale de Central City, Mustang et son équipe ainsi qu’une bonne poignée d’inconnu ayant fait leurs preuves durant cette « guerre » assistaient. Incapables de fuir ou d’intervenir, ils avaient été témoins d’un acte immoral et impardonnable. Et tandis que le Colonel Roy Mustang s’époumonaient à les réprimander, malgré ses blessures il voulait punir les auteurs, tous autant qu’ils étaient. Mais ce fut peine perdue, sa prison de glace étouffait ses lamentations, son corps meurtris ne lui permettait plus rien, si ce n’est s’effondrer dans les bras de ses hommes. Tout ça sous le regard du Capitaine des insurgés, tapis dans l’ombre sur le toit d’un bâtiment, il avait dirigé ces horreurs à distance et avec succès.

Sans un massacre de plus, sans un mot, chaque membre de l’Organisation 0 partaient, délaissant sur leur route cadavres et survivants sans le moindre regard. Le crépuscule annonçait l’aube d’un nouveau jour bercé par les pleurs de Central et son peuple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fmaleretour.asiafreeforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Event n°1 : Groupe 1   

Revenir en haut Aller en bas
 

Event n°1 : Groupe 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ? MENS SANA IN CORPORE SANO ? EVENT VI ? Groupe IV
» ? LIBERATE ME EX INFERIS ? EVENT V ? Groupe VI
» ? IGNIS PROBAT AURUM ? EVENT VII ? GROUPE V
» ? MENS SANA IN CORPORE SANO ? EVENT VI ? Groupe VII
» EVENT Tempête : Groupe 5

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fullmetal alchemist ::  :: Les Rps terminés ou abandonnés-