Partagez | 
 

 Un prélude funèbre pour une étrange rencontre - flashback (PV Pride)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Angelica/Anjuu/Chiara
~ Âme damnée de Wayne ~
avatar

■ Mes messages : 83
■ Age : 22
■ Localisation : quelque part... derrière toi peut-être?

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Initiée
■ Capacités : Musicienne/chimère ailée
■ Barre D'XP:
22/1200  (22/1200)

MessageSujet: Un prélude funèbre pour une étrange rencontre - flashback (PV Pride)   Jeu 14 Juin - 22:47

Il était encore tôt, et pourtant, le soleil était déjà bien haut dans l'étendue bleue qui composait le ciel. Il n'y avait pas un nuage à l'horizon, et une légère brise soufflait sur Central, mais personne pour apprécier ce coté paisible de la journée qui s'annonçait. Nous étions en semaine, plus précisément un mardi. Les oiseaux avaient démarré leur chant quotidien, et la brise portait leurs paroles sur les toits et les arbres fleurissant. Dans les rues, tout était encore calme, et rien ne venait troubler cette paix matinale, tout le monde s'éveiller lentement. Certains en prenant une tasse de café, d'autres buvant et mangeant tout ce qu'ils ont préparés rapidement, et une certaines catégories de gens quittent leur demeure pour le boulot. Nombreuses sont les femmes en peignoir qui sortent de chez elles, la tasse à la main, observant les voisins et les critiquant sur leur moindres faits et gestes du matin. Les enfants se préparer à aller à l'école pour certains, et d'autres, plus chanceux, attendait uniquement l'arrivée de leur professeurs à la demeure. Mais ce n'était pas le cas pour elle. Non, elle, elle marchait lentement, son sa forme adulte, celle qu'elle avait obtenu des suites de l'alchimie de son maitre, et quel maitre! Mais elle ne devait pas y penser, car si elle le faisait, alors, il le savait, et c'était dangereux. Tout d'abord, elle avait traversé la berge, prés du parc, longeant le beau lac de jade qui n'était pas encore gelé par l'hiver avenant. Il n'y avait que très peu de monde en ces lieux, trop occupés à s'éveiller doucement, ou à d'autres occupations quelconques, qu'elle même ne pratiquer pas, sauf en cas de blessure. Mais ce n'était pas le cas, elle avait une mission, une mission importante qui lui permettrait de conserver un peu plus ce fil qui la maintenait en vie depuis neuf ans déjà, elle, l'ange déchue de la ville, le vampire des nuits. Elle marchait d'un pas lent, et pourtant sur, gracieusement, elle bouger ses jambes nues, parfois recouverte du tissus bleu marine qui les recouvraient, mais le vent jouait avec. Son sac de toile noire, étui étrange aux formes arrondies, accroché à son dos, ne la quittant pas, comme une preuve éternelle de son art funèbre.

Sa longue chevelure de feu était nouée en une jolie tresse enrubannée dans de la soie émeraude, parfaitement assortit à ses cheveux, et d'étranges barrettes, d'où se balancer des petites étoiles, retenait sa frange flamboyante, laissant libre ses yeux si magnifique et surnaturels. Elle avait sur les lèvres un doux sourire, plaisant à regarder, car il pouvait réchauffer les cœurs blessé, et surtout, apporter soulagement : car tout le monde le sait, la mort est le seul réel répit que l'homme obtient. Dans tous les cas, la jeune femme déambulait doucement dans le parc, avant de quitter celui-ci par le petit portillon de fer dans un grincement presque inaudible. Elle portait aussi l'étrange bustier d'argent qui la caractérisait si bien, un bustier fourre-tout puisqu'elle y placer des feuilles, des coutelas tout ce dont elle avait besoin. Le voile bleu marine qui s'en réchappait recouvrait partiellement ses jambes jusqu'aux chevilles, ouvert d'une fente sur la droite au niveau de la cuisse. Sa poitrine plutôt volumineuse était enfermée dans le même tissus, et cachait un joli médaillon gris. Mais ce n'était peut-être pas tant sa tenue mais l'arme qui l'accompagnait qui pouvait choquer, ce sabre, accroché à sa hanche par une ceinture de cuir, tandis que luisait sur l'acier des restes de gouttes carmines. C'était une chimère, on pouvait le reconnaitre au parfum étrange qui émanait d'elle, ou tout simplement à la vue de ses longues canines dépassant un peu de ses lèvres rosées et pulpeuses, mais c'était surtout une véritable tueuse. Pour autant, elle n'était pas là aujourd'hui pour tuer, pas encore, non. C'était une simple mission de reconnaissance, et par la même, une petite balade pour celle que l'on appelait Triheart. Elle marchait encore, le tissus marine se balançant au grès de la brise matinale, et observait du coins de l’œil ces mères hurlant sur leurs enfants d'aller s'habiller, de manger, et autres banalités qu'elle n'avait pas vraiment connue dans un sens. Une certaine tristesse s'emparait d'elle chaque fois qu'elle voyait tous ces gens agirent comme si le monde était normal, que rien d'étrange ne pouvait venir les assassiner dans leur sommeils, et que demain recommencerai la même routine quotidienne.

"Stupides humains... vous êtes bien trop insouciants pour voir la réalité en face... et vous serez morts avant même d'avoir prit le temps de vous en rendre compte..." avait-elle murmurer au détour d'une ruelle.

Puis, elle avait prit à gauche, là où normalement se trouvait un cul de sac, mais si quelqu'un l'avait suivit, il se serait vite rendu compte qu'elle avait disparu. Et pour cause, elle n'avait eut qu'a grimper sur la poubelle, ses ballerines grisés couvrant le bruit de ses pas, puis déployer ses ailes dans un bruit sinistre digne des combats de félins qui dégénère.Les deux appendices s'étaient donc déployer en grand, sur un bon mètre de large, noire, et dont la membrane était tout aussi sombre, bien que translucide. Après cela, elle s'était envoler, flottant à peine sur les toits des appartements miteux, des bars de dépravés, et des quartiers de débauches. Angelica, car c'était aussi son nom, voletait toujours au dessus des toits, observant les demeures de haut, voyant les cheminées soufflaient les derniers vestiges d'un feu ardent de la veille, mais elle s'en fichait. Oui, son objectif était simple, et surtout, bien voyant. Car au bout du quartier résidentiel, tout au bout, entre le jardin municipal et la bibliothèque, se trouvait la Demeure du Généralissime King Bradley. c'était la plus prestigieuse demeure de tout le quartier. Principalement rectangulaire, le toit était bas, mais étant donné qu'elle se faisait surtout dans la longueur, le bâtiment restait immensément imposant. D'un beige plutôt clair, les murs reflétaient déjà la lumière du soleil avec de grands rayons, illuminant leur jardin bien entretenu. Une maison de chef de l'armée en bref. Même si Anjuu n'aimait pas spécialement ceux qui jouissaient de cet argent, elle reconnaissait là une vie surement peu paisible pour les habitants de cette demeure. La chimère soupira et se posa sur le pilier de marbre qui soutenait le grand portail en fer forgé, avant de faire disparaitre ses ailes, et de croiser les jambes. C'était une jolie maison, après tout, alors pourquoi ne pas s'en amuser un peu? Elle avait donc prit son étui, sortit l'instrument en bois pourpre qu'elle avait ensuite caler contre son épaule délicatement. Puis, elle s'était saisit de l'archer, et avait commencer à jouer tout en fixant de ses yeux émeraude la demeure, comme si elle cherchait quelque chose, ou quelqu'un.

Elle avait d'abord eut l'impression qu'une autre elle s'était approché. Puis, un léger parfum masculin avait envahit le jardin des Bradley, alors qu'elle même observait le généralissime de son pilier, lui, derrière la fenêtre principale à travailler sur un bureau jonché de papier en tout genre. Elle n'avait pas fait attention à cette étrange présence semblable à la sienne, continuant d'espionner King Bradley tout en jouant une magnifique mélodie au violon. Les notes s'enchainaient dans un rythme irrégulier, et cela rendait ce chant presque funèbre, mais magnifique, parce qu'il était différent de ce monde si insouciant qu'elle habitait, il était différent de cette monotonie quotidienne que vivait les humains, il était différent, il était comme elle. Angelica n'avait pas tout de suite réagit, si bien que lorsque la sensation que plusieurs âmes étaient rentré dans son champ de vision, alors qu'il n'y avait personne. Personne? Non, pas tout à fait. Il y avait, arrivant vers elle, un petit garçon, environ dix ans, soit plus vieux qu'elle, avec des cheveux noir ébène, et vêtu d'une tenue plus que riche, tant par sa chemise que son bermuda de coton rayé. Mais ce n'était pas tant le fait qu'un enfant vienne vers elle qui la perturbe, c'était surtout le fait que tout en ce petit garçon aspirait au meurtre, à la puissance, et surtout, à la violence...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 656
■ Age : 29
■ Localisation : ne te tourne pas... car ton ombre pourrait s'en prendre a toi... vu que je suis toujours dedans...

Feuille de Compétence
■ Niveau: Homonculus (= confirmé)
■ Capacités : se servir de l'ombre comme une arme
■ Barre D'XP:
1200/1200  (1200/1200)

MessageSujet: Re: Un prélude funèbre pour une étrange rencontre - flashback (PV Pride)   Ven 15 Juin - 17:19

La nuit quant tout le monde était au lit entrain de dormir, c'était a ce moment la que l'obscurité pouvait s'étendre et engloutir les villes de son aura noir et sinistre, cette obscurité ou Pride ce monstre comme beaucoup disait, mais cette homoncules pour ceux qui connaissait vivait, pourtant la nuit avait été calme pour lui, et il avait fait comme tout le monde la nuit c'est a dire dormir, sauf pour sa forme immatériel qui elle n'avait cesser d'arpenter les rues a la recherche d'information utile ou de pauvre victime potentiel au sacrifice de son père, car l'heure tournait, ils en avaient deux de sur, mais il en manquait d'autres...

Ce matin la, Pride plus connue sous le patronyme de Selim Bradley se leva doucement, vêtue d'un simple petit pyjama, son regard rouge sombre plein de malice, observant tout ce qui se passait dans sa chambre doucement. Comme a son habitude, le jeune Selim était debout a une heure matinal, bien que le soleil était déjà bien haut dans le ciel, mais le fait est qu'il ne dormait jamais vraiment, car il en avait pas besoin, et pour cause il n'était pas humain tout comme son prétendue père d'ailleurs le généralissime King Bradley qui n'était autre que son petit frère. Selim s'étira longuement passant sa petite main dans ces cheveux sombre doucement avant de marcher jusqu'a la fenêtre qu'il ouvrit et regarda dehors. Il fit un sourire immense en voyant le magnifique soleil sans nuage qui c'était dresser a l'horizon et sourit en voyant des gens a l'ombre des arbres pour se reposer ou autres. Il avait toujours aimé les journées avec tant de soleil et pour cause, sa forme immatériel avait besoin d'ombre pour apparaitre, et sans soleil pas d'ombre, mais ces humains idiot avait toujours besoin de lumière, et donc d'ombre. Selim respira doucement l'air frais du dehors en souriant comme un petit enfant de son âge et regardant le grand jardin qui s'étendait doucement devant ces yeux, bien sur normalement a l'heure actuel il aurait du comme la plus part des enfants allez a l'école, mais il n'était pas comme la plus part des enfants, il était fils du chef du plus puissant états militaire au monde et pour cela, il avait beaucoup d'ennemie, qui pouvait s'en prendre a lui, c'est pourquoi il avait des professeurs qui venait chez lui pour faire cours, bien qu'il ne craignait pas grand chose. En fait la dernière "attaque" qu'il avait subit chez lui, c'était passer pendant la nuit, deux hommes avait tenté de le quidnaper, surement pour demander une rançon ou autre chose, seulement la seule chose que ces deux andouille avait trouvé, c'était un gosse planquer sous une couverture qui tremblait. Ils n’avaient pas put s'empêcher de rire, mais avait pas rit longtemps, quant l'ombre du gamin planquer sous sa couverture dessiner sur le mur par la lumière de leur torche c'était changer en rictus géant et les avaient mangé tout les deux. Bien sur, personne ne sut jamais ce qui c'était passer, et Selim continua sa petite vie de gamin gentil, et mignon...

Selim continuait de regarder son jardin, un sourire enfantin aux lèvres, quant il entendit sa belle mère au bas de l'escalier lui demander de se lever et celui-ci répondit que c'était bon, il s'habillait et venait prendre son petit déjeuner comme d'habitude. Il fouilla dans son armoire et s'habilla comme a son habitude d'un petit short et d'une petite chemise en coton à rayure. Il descendit âpres cela, et mangea doucement son petit déjeuner, qui était composer d'un chocolat et de deux toast griller comme a son habitude. Il mangea doucement sans rien dire, bien qu'il faisait surtout semblant en continuant de sourire, quant il demanda âpres cela a sa belle mère ou était son père, et elle lui apprit qu'il était entrain de travailler dans son bureau. Selim y courut en vitesse, pour allez lui dire bonjours, du moins c'était ce qu'il prétendait en fait, il allait au nouvelles et continuer son bouleau de surveillance de son petit frère... Il marcha doucement en silence, et entra dans le bureau sans se faire voir par la fenêtre car il resta au prés de la porte et discuta doucement, avec ce dernier, des derniers événements important survenue pour le plan, quant Pride sentit d'un coup une présence, une présence étrange, non pas menaçante, mais presque semblable a la sienne. Etrange, ce n'était pas une de ces professeurs, vu que ces derniers allaient venir plus tard dans la journée, alors c'était qui ou quoi? Pride fit le tour de son jardin avec sa forme immatériel apparaissant rapidement la ou il y avait de l'ombre pour ne pas se faire remarquer et a un moment, se servit de l'ombre d'un arbre, et entendit une mélodie bien étrange...

Un simple œil apparut sur l'ombre de l'arbre et observa le jardin essayant de voir d'ou venait cette mélodies, qui était magnifique a écouter et qui aurait pus faire chavirer le cœur de plus d'une personne, et même celui de Pride, enfin si il avait eu un cœur, car le sien était non seulement artificielle, mais aussi nanti d'une émotion l'orgueil et rien d'autre. Il continuait de surveiller et fini par voir d'ou venait la musique, d'une femme qui était sur un pilier à jouer du violon, et elle n'était pas humaine de surcroit c'était une chimère Pride la reconnue de suite a son odeur. Son œil disparut de suite âpres et Selim fit un sourire et sans rien dire a son petit frère, il se descendit d'allez voir cette chimère. Il voulait savoir ce qu'elle faisait la, était elle la pour se venger, du fait de l'attaque de son frère contre Greed, ou pour une autre raison? Pride savait bien qu'elle ne travaillait pas pour eux les homoculus, aucune chimère ne savait aussi bien jouer d'un instrument. Le regard de Selim était froid et cruel, avec une envie de tuer qui venait d'apparaitre dans le regard. Il prévint sa mère qu'il sortait dans le jardin, et celle-ci lui demanda de ne pas s'éloigner car ces professeurs n’allaient pas tarder à arriver. Il lui promit et sortit dehors. Au moment ou il ferma la porte, son regard était redevenue celui d'un gentil petit gamin de dix ans, avec un brin de malice dans le regard, mais si on regardait bien, on pouvait voir derriere ces petites iris innocente, quelque chose de plus sombre et d'inconnue, la cruauté et un plaisir pour le meurtre infinis... Selim marchait dans le jardin, faisant semblant d'essayer de trouver d'ou venait la source de la musique qu'il entendait alors qu'il savait très bien ou il allait, quant il fini par arriver face au portail en fer forger qui indiquait le bout de la propriété et regarda, plus précisément il regarda la femme qui était assise sur le pilier de pierre un violon dans la main et qui le regardait aussi. Cette femme était drôlement belle, elle avait de long cheveux de feu en tresse, et des yeux vert émeraude, qui aurait put insister n'importe qui et les pousser à faire la pire des erreurs, même Pride si il avait été humain, ce qui n'était pas le cas. Les yeux rubis du gamin ne quittaient pas cette femme, il se demandait ce qu'elle faisait la, et avait bien l'intention de la faire parler et au pire des cas si besoin était de la tuer, quant il fit un sourire enfantin les yeux emplit de surprise, jouant le jeu d'être un enfant tout ce qu'il y a de plus normal et dit:

"Ouah! Vous avez fait comment pour monter la haut Mademoiselle, vous, vous êtes servie de l'alchimie? et puis pourquoi vous jouer du violon toute seul la haut?"

Il continua de la regarder puis regarda a gauche et a droite faisant mine de chercher un truc puis reprit en la regardant de nouveau:

"Si je peux vous donner un conseil ce serais de descendre de la haut, les gardes de mon beau papa risque de vous voir et de s'en prendre a vous si non."

Il continua de la regarder attendant de voir qu'elle allait être sa réaction, allait elle s'en prendre a lui, s'en aller ou venir le voir pour lui parler comme il l'espérait, dans tout les cas si c'était une menace il allait la tuer, et prendre les informations d'ont il avait besoin sur son cadavre, mais continua d'attendre un mouvement de la part de cette chimère la regardant avec un regard enfantin, qui masquait sa véritable nature...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angelica/Anjuu/Chiara
~ Âme damnée de Wayne ~
avatar

■ Mes messages : 83
■ Age : 22
■ Localisation : quelque part... derrière toi peut-être?

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Initiée
■ Capacités : Musicienne/chimère ailée
■ Barre D'XP:
22/1200  (22/1200)

MessageSujet: Re: Un prélude funèbre pour une étrange rencontre - flashback (PV Pride)   Lun 13 Aoû - 0:46

Les cordes dorées de l'instrument se faisaient torturer du bout des doigts, tandis que l'archer les vriller et les caressait, puis il les frapper avant de reprendre plus doucement. Les sons qui s'échappait de ce lugubre violon était pourtant extrêmement doux et mélancolique. Mais la musicienne ne s'en rendait pas compte, non, elle les connaissait depuis trop longtemps pour se rappeler desquelles elle jouait. C'était tellement habituel qu'elle ne s'en souvenait plus, et n'avait même plus besoin d'y réfléchir. Les notes courraient seules sur ses cordes, et elle ne faisait que les suivre, sans même les voir. Non, ses yeux fixait inlassablement la fenêtre close du généralissime, observant le moindre de ses faits et gestes, distinguant uniquement les quelques mouvements de son corps humain, tandis qu'elle humait l'air à la recherche d'odeur et de sens qui lui était encore inconnu. Ainsi, elle pouvait déterminer si l'être qu'elle suivait avait peur, ou bien ressentait un genre d'émotion en particulier qui aurait pu déterminer ses futures actions. Elle finit par délaisser son observation et regarda en face d'elle, continuant de jouer des notes qu'elle ne connaissait que trop bien, le vent sembla se lever. Mais comme toujours, la musicienne ne s'en souciait pas, non, elle fixait au loin la silhouette d'un enfant s'approcher à pas joyeux d'elle. En revanche, il avait juste l'apparence candide d'un enfant, cela aussi, elle le savait. Le parfum qui exaltait de ce petit corps et semblait s'étendre sur tout l'immense jardin des Bradley en était la preuve, il n'était pas humain. Quelle surprise! Elle non plus. Plus il s'approchait, et plus elle apercevait au loin son visage se dessiner, et plus elle sentait cette puissance qui lui était propre. La jeune femme, bien qu'enfant réelle, se permit de détailler son nouveau camarade de jeu, sans aucune gène. Physiquement, il devait avoir à peu prés le même âge que son âme à elle, en revanche, il était surement bien plus âgé, quelques siècles, peut-être plus. Étrange, ils étaient tous deux opposés, elle pouvait le sentir, un adulte dans un corps d'enfant, et une enfant dans un corps d'adulte.

Il n'était pas très grand, mais cela ne se remarquait à peine à cause de son corps plutôt fin, pas comme les énormités que pondent la plupart des grands militaires riches de leurs travaux et de leurs poids. Une peau d’albâtre, cernait par une chevelure noire en bataille, et de longs cils, encadrant par ailleurs deux prunelles d'un pourpre sanglant, celui de ses victimes. Il portait une petite chemise de coton rayée de bleu et de rouge, rentrée dans un short du même tissus mais noir, et malgré cette apparence très enfantine, une aura de puissance meurtrière l'englobait comme une auréole. Cette aura inhumaine, et pourtant forte en humanité, tant le nombre d'âme qu'il contenait était fort, elle pouvait le sentir d'ici, et Angelica faisait pâle figure avec ses trois petites âme inutiles face aux siennes. Mais il avait quelque chose que les autres homonculus n'avaient pas, elle ne savait pas ce que c'était, mais c'était là. Bien présent, et lointain en même temps, extrêmement fort et pourtant une esquisse. Comme un arrière gout à travers un parfum puissant, les dernières effluves de l'odeur si belliqueuse qu'elle pouvait humer d'ici. L'enfant s'approchait d'une manière qui se voulait innocente, une manière totalement dépourvu de sa nature, il était bon acteur, mais elle était encore plus douée que lui. Les yeux rouge de l'enfant se posèrent sur elle avec une éclat de surprise, grossière erreur, elle le sentait d'ici, il n'était pas humain, alors la comédie n'avait pas lieu d'être. Sa présence juste en contre bas ne changea pas du tout l'expression de la chimère, qui continua son jeu de corde et de pincement, changeant pourtant la mélodie en une plus joyeuse, plus rythmée.

"Ouah! Vous avez fait comment pour monter la haut Mademoiselle, vous, vous êtes servie de l'alchimie? et puis pourquoi vous jouer du violon toute seule là-haut?" Il fit ensuite mine de chercher quelque chose avant de retourner vers elle, ce qui fit fleurir l'esquisse d'un sourire sur les lèvres de celle que l'on appelait Triheart. "Si je peux vous donner un conseil ce serait de descendre de là-haut, les gardes de mon beau papa risquent de vous voir et de s'en prendre à vous sinon."

Anjuu fixa de ses yeux émeraude les prunelles carmines de l'enfant, sans aucune émotion apparente, avant de rosir un peu en pensant au fait qu'il était extrêmement mignon malgré tout. La chimère resta pourtant assise sur le pilier du portail, sans montrer un signe d’inquiétude quant à la menace feinte du garçon. Et c'est avec un sourire amusé et totalement détendu qu'elle pencha la tête sur la gauche, sa tresse suivant son mouvement, avant de répondre de sa voix si claire :

" Veuillez m'excusez, je ne savais pas que c'était interdit d'être ici lorsqu'on n'est pas humain..." Elle marqua une pause de manière à lui faire bien comprendre qu'elle n'était pas dupe. "je doutes que cet homme si jeune soit votre père, enfants aux âmes multiples... Peut-être est-il l'un de vos subalternes, mais il ne peut égaler votre puissance en quelque sujet que ce soit"

Ce n'était pas des éloges, juste la vérité dites sous ses traits graciles, et Anjuu savait manier la vérité, puisqu'elle le faisait depuis déjà trois ans. Elle cessa de jouer, replia le violon qu'elle rangea dans son étui, faisant de même avec l'archer, et ce dans une infinie douceur. Ensuite, elle posa ses mains sur le muret, de manière à y prendre appuie, et sauta, se remettant sur ses jambes frêles en touchant le sol. A une époque, si elle avait fait ça, sa jambe gauche aurait casser immédiatement, et la droite se serait tout bonnement détacher de son bassin. la rouquine eut une pensée nostalgique pour ce temps là, et une immense gratitude envers son maitre pointa en son cœur, avant qu'elle ne retrouve ses esprits et s'agenouille devant l'homonculus, de tel sorte qu'elle soit à sa hauteur. Les émeraudes rencontrèrent les rubis, et les trois âmes firent face aux milliards, dans une confrontation étrange, comme une rencontre qui n'aurait pas eut lieu dans d'autres circonstances. C'était une chose qui avait toujours perturbée la pauvre chimère, le destin était-il maitre de tout? et dans ce cas là, était-elle en fait guider par celui-ci, tout comme son maitre? Elle ne savait pas, et peu importe puisque quoi qu'il se passe, elle avait une mission, et elle l'accomplirait avec toutes ses forces, quitte à mourir. Après tout, elle était déjà morte, trois fois pour être précis, et cela ne l'avait que très peu affectée. Angelica finit par oublier ses étranges pensés, et se posa quelques questions au sujet de l'enfant qui était en face d'elle. Etait-il ce que son maitre appeler Homonculus? Autrement dit une version d'elle totalement réussie et invincible? Elle qui n'était qu'un prototype imparfait et qui aurait dut être détruit, pouvait elle rivaliser contre lui? Mais d'ailleurs, le voulait-elle? Voulait-elle anéantir l'un des rares à lui être semblable? Elle qui était trop différente pour être considérer comme une chimère par ceux de sa race, et bien trop loin des humains. La chimère imparfaite rosissante, tendit doucement sa main à l'enfant, l'intimant qu'il la serre.

"Moi c'est Anjuu, l'imparfaite, et toi? qui es-tu, bel immortel? "
là non plus, ce n'était pas des éloges, juste une remarque sur le fait qu'il l'était.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 656
■ Age : 29
■ Localisation : ne te tourne pas... car ton ombre pourrait s'en prendre a toi... vu que je suis toujours dedans...

Feuille de Compétence
■ Niveau: Homonculus (= confirmé)
■ Capacités : se servir de l'ombre comme une arme
■ Barre D'XP:
1200/1200  (1200/1200)

MessageSujet: Re: Un prélude funèbre pour une étrange rencontre - flashback (PV Pride)   Mer 15 Aoû - 11:11

La joie, la peine, l'amour, la peur tant de sentiment humains qui était inconnue dans le corps du jeune garçon qui se faisait connaitre sous le patronyme de Selim Bradley et qui portait en réalité comme nom Pride. Incarnation parfaite de l'orgueil, nantie de se seul sentiment et d'un amour propre démesuré pour une personne lui même...

Ce matin la, quant Pride remarqua grâce a son ombre la chimère qui était poster en haut d'un pilier de la résidence de son petit frère entrain de jouer du violon, sa première idée fut de se servir de son ombre et de la mettre en pièce, pourtant quelque chose, dans cette mélodie, avait fait changer d'avis a l'homonculus au dernier moment, il ne pouvait pas dire quoi, mais un truc avait fait en sorte, que Pride change ces plans ce qui était extrêment rare pour être noter et aille a la rencontre de cette chimère sous son apparence humaine. Enfin, apparence si on pouvait dire, car en réalité ce corps humain, n'était qu'un réceptacle servant a accueillir son ombre, lui permettant ainsi d'exister en tant que être conscient du monde vivant, et surtout lui permettant de quitter Amestris, car telle un parasite dans un aquarium, Pride était incapable de sortir hors d'Amestris, sans se réceptacle qui lui servait de corps. Il fit son petit chemin calmement jusqu'a la dite chimère, faisant mine de la chercher, mais en réalité il savait pertinemment ou elle était et comment la rejoindre, mais ne voulant pas se faire avoir, par qui que se soit, il jouait le rôle du gamin qui suivait une musique hypnotisant, du moins pour le genre humain car lui en était totalement insensible. Mais en fait bien qu'il se moquait royalement de la musique, quelque chose dans celle-ci lui poussait à aller voir ce qui se passait au niveau de cette chimère et lui soutirer des informations, sur pourquoi elle était venue, et surtout qui l'avait crée. Car preuve de la chose, sa famille et lui même n'en était pas responsable, sa il pouvait le confirmer...

Quant il arriva enfin face a la chimère, il fit mine de jouer le gamin surprit qui cherchait quelque chose et lui adressa la parole doucement, un sourire enfantin dessiner sur ces lèvres, pendant que la chimère elle rosie des joues, pourquoi une telle réaction, qu'avait elle? Qu’esse que cela voulait dire? Pour Pride cette acte était des plus... étranges, oui c'était le mot, si bien, qu'il continua de la regarder son sourire enfantin toujours aux oreilles, pour temps malgré le fait qu'il ne semblait y avoir aucun danger face a cette enfant tout ce qu'il avait de plus banal dans cette immense propriété surveiller, un peu plus loin l'ombre d'un arbre, était des plus étrange, nanti d'un œil qui observait tout ce qui se passait, Pride était dores et déjà prêt a se battre avec son ombre au cas ou son réceptacle ou apparence humaine se faisait attaquer. La chimère elle par contre, qui n'avait pas remarqué l'ombre et pour cause tant elle était loin, fit un petit sourire détendue et amuser avant de rétorquer en penchant la tête sur la gauche sa tresse flamboyante suivant le mouvement:

" Veuillez m'excusez, je ne savais pas que c'était interdit d'être ici lorsqu'on n'est pas humain..."

Le sourire de Pride ne disparut pas pour autant de son visage, quant il entendit cette phrase, mais il changea, devenant de simple sourire enfantin emplit de surprise, a un sourire plus sombre, plus cruel, et surtout plus mauvais. Son regard lui aussi changea il passa de la surprise a la cruauté, et vide de sentiment total, il regarda la chimère calmement la trouvant de mieux en mieux, elle avait donc deviner, deviner que le petit garçon d'a peine 10 ans qui se dressait face a elle, n'était pas humain, comme elle, enfin si on pouvait comparer cette... chimère puisque telle était le nom que l'on donnait aux êtres inférieurs, comme elle a lui un homonculus, un être plus ancien que tout, plus ancien qu'Amestris lui même et surtout plus dangereux et plus puissant, qu'elle ou que les humains qui peuplait ce pays. Pride continuait donc de la regarder quant elle reprit:

"je doute que cet homme si jeune soit votre père, enfants aux âmes multiples... Peut-être est-il l'un de vos subalternes, mais il ne peut égaler votre puissance en quelque sujet que ce soit"

Le sourire de Pride s'élargit d'autant plus, elle avait en plus comprit que King Bradley n'était pas son vrais père, et elle avait plus ou moins évalué sa puissance, si on pouvait dire, car sa puissance était si grande, qu'il en était dangereux, pour tout être vivant, qu'il soit mortel ou non. Pride continuait de l'observer, quant il la vit arrêter de jouer de la musique, sauter du muret pour atterrir face a elle doucement gracieusement, mais Pride ne fit aucun geste quant elle fut face a lui, et il attendit calmement de voir qu'elle allait être la réaction de cette chimère, qui était bien plus grande que lui et de vu ainsi bien plus dangereuse, même si ce n'était que en apparence bien entendu. Pride la regardait toujours avec le même regard vide de toute émotions que ce soit, attendant un geste de cette chimère pour lancer une attaque, qui la transformerais direct non seulement en nourriture pour chien de Central, mais également, en nouvelles information pour Pride, bien que celui restait convaincu qu'elle ne tenterais rien contre lui, quant elle lui tendit d'un coup la main et Pride arqua un sourcil surprit elle voulait lui serrer la mains, amusant, en plus elle se prenait pour une humaine alors qu'elle avait bien vu qu'il n'était pas humain tout comme lui l'avait vu, quant elle lui dit la main toujours tendu:

"Moi c'est Anjuu, l'imparfaite, et toi? qui es-tu, bel immortel? "

Le sourire de Pride resta sur son visage alors qu'il lui prenait calmement la main la serrant doucement et lui répondant par la même occasion:

"Et bien je me nomme Selim Bradley, officiellement je suis le fils du généralissime King Bradley, mais comme vous l'avez comprit ce n'est pas mon père, disons simplement que c'est autre chose pour moi."

Et voila une réponse clair, mais qui en même temps arrangeait Pride qui ne révélait pas qui il était vraiment, et ne disait pas qui était vraiment son petit frère, ainsi même si cette chimère était entrain de glaner des informations, pour un groupe ou des personne, elle ne pourrait rien leur donner, a part des hypothèses, quant il reprit calmement en serrant la main de la chimère suffisamment fort pour l'empêcher de lâcher la prise de sa poigne:

"En tout les cas vous, vous dite imparfaite, mais je ne trouve pas, bien au contraire, il semble que vous soyer une chimère réussi, a ce que je peux en juger, mais si non autre question que venez vous faire ici exactement? Sacher que de votre réponse dépendra votre sort jeune Anjuu"

Pride avait dit ça de manière calme et tranquille, mais on pouvait comprendre dans ces paroles qu'il ne plaisantait pas, et âpres cela son sourire toujours sur ces oreilles, il se mit à attendre la réaction de cette chimère nommer Anjuu ou même sa réponse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angelica/Anjuu/Chiara
~ Âme damnée de Wayne ~
avatar

■ Mes messages : 83
■ Age : 22
■ Localisation : quelque part... derrière toi peut-être?

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Initiée
■ Capacités : Musicienne/chimère ailée
■ Barre D'XP:
22/1200  (22/1200)

MessageSujet: Re: Un prélude funèbre pour une étrange rencontre - flashback (PV Pride)   Dim 19 Aoû - 0:00

"En tout les cas vous, vous dite imparfaite, mais je ne trouve pas, bien au contraire, il semble que vous soyer une chimère réussi, a ce que je peux en juger, mais si non autre question que venez vous faire ici exactement? Sachez que de votre réponse dépendra votre sort jeune Anjuu"

La chimère qui n'en était pas totalement une, eut un doux sourire alors qu'elle ne desserrer pas non plus la prise sur sa main, bougeant simplement son pouce de manière à caresser la petite main d'enfant de la créature si puissante qui lui faisait face. Ce n'était rien de plus qu'une jolie rencontre, la rencontre d'un être qui, bizarrement, lui était plus semblable que ceux qui avaient aider à sa composition et à ses meurtres. Puis, bizarrement, le sourire devint plus doux, presque docile, et la chimère imparfaite se pencha en avant, jusqu'à être à genoux devant le petit garçon, cette main fine toujours enserrée dans la sienne. Elle baissa alors son visage, coupant le contact avec les prunelles pourpres de l'homonculus dont elle ignorait réellement la nature, et ses lèvres vinrent se poser avec une infinie douceur sur la petite main. La question de Sélim, de cet enfant immortel et éternel, était à la fois étrange et pleine de sens pour la rouquine. En fait, pour tout dire, elle ne savait trop que répondre, devait-elle dire la vérité? Mais si oui, quelle vérité? Puisqu'elle ignorait à la fois le sens de cette phrase mais aussi son concept. Ou alors devait-elle se trouver une autre raison pour sa venue? si c'était le cas, laquelle deviendrait vraie, puisque chaque vérité devient mensonge et chaque mensonge en prends la réciproque? Elle ne savait pas. Encore une fois, elle ne savait pas, parce que seule l’expérience aurait put lui être utile, mais quelle expérience? Elle n'avait que neuf ans, tout au plus, en étant enfermée à jamais dans un corps d'adulte, et bien qu'elle l'ait souhaiter, c'était surtout de là que venait son plus gros problème. Elle était une enfant, naïve de décadence et d'innocence, cette innocence enfantine que tous bambins possèdent, même si après tout cela, elle était aussi une meurtrière. Que pouvait-elle réellement faire? Il n'y avait strictement rien à faire, mourir ou vivre, mais vivre pour mourir de toute façon. A quoi bon chercher? Elle s'était présentée sous Anjuu, alors qu'en vérité, elle était Angelica, Parce que, contrairement aux deux autres, le coté neutre n'avait jamais existé auparavant. La fillette bloquée dans un corps d'adulte leva alors la tête, rencontrant de nouveau les orbes carmines de son vis-à-vis.

"On m'a donnée le surnom de vampire en ces terres, et pour tout vous avouer, je ne viens chercher qu'une seule chose en votre demeure, un regard sans haine ni pitié, d'égal à égal pour une personne qui est la seule et dernière représentante de son espèce."


Elle avait demander cela d'une traite, non pas avec la voix qu'elle prenait pour son coté neutre ou chiara, mais bel et bien avec la sienne, celle d'une petite fille, une voix douce et assez lente dans chaque syllabe. C'était celle d'Angelica, et à présent, elle se doutait bien qu'il avait comprit qu'elle n'était pas n'importe qui, après tout, il lui était plus que supérieur, tout comme elle, elle était inférieurs à tout être vivants. Aux humains, parce qu'elle ne comprenaient pas la vie, aux chimères, parce qu'elle n'en était pas une vraie, aux autres, les puissants comme son maitre les avaient appelés. Tous, Tous étaient toujours plus fort qu'elle, parce qu'eux représentés toujours quelqu’un auprès d'un autre, et qu'elle, elle n'avait personne. Tristement, elle baissa de nouveau les yeux et se focalisa sur une flaque un peu plus loin, luisante à la lumière du soleil. Il avait plu récemment, l'odeur de l'humidité n'était plus présente, mais il subsistait encore des flaques et quelques remparts de la ville humide. Le vent se leva, et la jeune chimère cru entendre les sons répétitifs d'un piano, une sonate étrange qu'elle avait déjà écoutée étant plus jeune, en fait, elle résonnait lorsque son maitre avait réparé son corps, mais elle ne pouvait y mettre un nom. La rouquine savait très bien que personne ne jouait, mais c'était une étrange mélodie, car chaque fois que son destin prenait un nouveau tournant, elle l'entendait au loin chevaucher les brises et les escouades du vent. Elle l'ignora superbement, et se dit que peut-être, cette musique avait déjà existé autrefois, dans ce que les humains appelés vies antérieures, et qu'elle était là pour lui rappelée qu'elle n'existerait bientôt plus. La solitude s'empara de ce pauvre cœur à trois, et la gorge d'Angelica se noua, alors, toujours à genoux devant Sélim, elle tenta de refouler les premières larmes qui surgissaient depuis des années, mais une traitresse en entraina d'autres, et d'autres, et encore d'autres. Finalement, elle pleura en silence, après avoir embrassé la main de cet enfant divin.

Mais ce n'était pas de la peur, non, la seule véritable peur d'Anjuu était la solitude, et en voyant cet être divin, on la lui avait rappelé, qu'elle était à jamais seule et unique. Qu'aucun être ne pourrait l'aimer, qu'elle n'avait même plus d'existence propre, et qu'elle serait à jamais seule. Cette vision, ce regard enfantin lui clamant qu'elle allait sceller son destin avec des paroles ne l'avait pas effrayé. Non, il pouvait la tuer que cela n'aurait aucun effet, puisqu'elle ne sentait plus qu'une seule et unique douleur, mais, alors, pourquoi pleurait-elle? Elle ne savait pas, mais elle pensait savoir pour une fois, parce qu'elle avait, bizarrement, imaginé un futur aux cotés de cet enfant immortel. Un futur où on lui aurait dit qu'une famille l'attendait quelque part, que des gens l'aimaient et été comme elle, un endroit où elle aurait pu se plaire. Mais cela n'existait pas, seule la solitude planait sur son futur, et la mort sur son destin. Qu'importe ses décisions, elle ne les avaient pas choisit, tout était déjà écrit et réécrit sans son aide, elle n'avait pas d'avis réel, et c'était pour cela que les larmes étaient venues d'elles mêmes. Parce qu'elle voulait être vivante par ses choix et non celui des autres, elle voulait vivre aux cotés d'être qui lui étaient similaires, et non pour une mission. Peu à peu, les larmes se tarirent, et bientôt, il ne resta plus que la trace des sillons sur son visage de porcelaine. Elle avait pleurer sur son monde, mais à présent, Angelica n'avait plus de raison de pleurer, plus de raison à cette tristesse infinie, uniquement ce regard vert planté dans un autre, carmin, celui d'un petit garçon aux pouvoirs si puissants, un enfant à la chevelure brune capable de dévorer le monde par son aura. Mais aucune peur ne s'échappait d'elle, parce qu'elle n'avait pas peur, elle était juste heureuse, heureuse d'avoir put rencontrer un être à la fois semblable et différent d'elle. Un être qui se rapprochait le plus de son existence matérielle. Une créature aux multiples âmes...

"Pardonnez-moi cette familiarité, je... Je ne voulais pas mouillé votre bras... c'est juste que...je... enfin........... Peu importe....... Veuillez-me pardonner..."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 656
■ Age : 29
■ Localisation : ne te tourne pas... car ton ombre pourrait s'en prendre a toi... vu que je suis toujours dedans...

Feuille de Compétence
■ Niveau: Homonculus (= confirmé)
■ Capacités : se servir de l'ombre comme une arme
■ Barre D'XP:
1200/1200  (1200/1200)

MessageSujet: Re: Un prélude funèbre pour une étrange rencontre - flashback (PV Pride)   Sam 10 Nov - 22:25

Pride plus couramment connue sous le patronyme sympathique de Selim Bradley, petit garçon gentil et mignon fils du président de l'état d'Amestris continuait de tenir la main de cette chimère qui observait il y a encore peu de temps du haut d'un perchoir la maison de son soi disant père, qui ne l'était pas vraiment, pour la simple raison, qu'ils étaient frère et même si c'était dur a croire, l'enfant qui se dressait devant cette chimère était le grand frère de son prétendue père...

Cette chimère c'était présenter a lui sous le nom de Anjuu, nom bien étrange, mais tant de chose était étrange dans ce monde, lui se nommait Pride, mais il se présentait tout le temps avec son corps comme Selim Bradley. Il avait été a la rencontre de cette femme non pas car elle savait jouer du violon, non plus attirer par les formes généreuse et le charme qui se dégageait de cette chimère qui l'avait laissé de marbre étant donner qu'une chose le carcinait, une chose le complétait le faisait vivre l'orgueil qui l'incarnait. Cette orgueil qui faisait de lui le grand frère d'une famille, mais surtout cette orgueil qui lui permettait de manipuler un nombre incalculable de gens, et aussi si il n'avait pas tué cette chimère, c'est qu'il voulait aussi savoir qui elle était vraiment, car quant il l'avait vu grâce a cette ombre mouvante qui n'était autre que son vrais corps, il avait sentit quelque chose de bizarre de surnaturelle, elle semblait être comme lui. Pas dans le sens de l'apparence ou des pouvoirs non, elle semblait comme lui dans le sens des plan et des manipulations, et elle ne semblait pas être ce qu'elle disait...

Pour Pride c'était une chose étrange, trop étrange en fait c'était la 1ère fois qu'il voyait ça, ou même qu'il ressentait ça, il avait donc décidé d'aller a sa rencontre et avait même commencé à parler avec elle, lui avait serré la main et maintenant voulait savoir ce qu'elle faisait ici. La chimère eu une réaction qui fit disparaitre le sourire du visage du jeune garçon se sourire mauvais mais pour temps si criant de sa vraie nature, cacher au fond de ces Iris de rubis, elle se servait de son pouce pour caresser sa main! Pride ne fit aucun geste pour s'en dégager bien au contraire, c'était la 1ère fois qu'il sentait une telle chose sur son réceptacle et il devait avouer que ce n'était pas désagréable, bien au contraire, quant la chimère se pencha et fit un tendre baiser a l'homonculus face a elle qui ne fit aucun geste ou aucun signe de surprise ou quoi, en fait il ne comprenait tout simplement pas pourquoi elle faisait cela au lieu de lui répondre, il avait pour temps poser une question simple, quant la jeune femme releva la tête a observer le jeune garçon et lui donna une réponse, une réponse bien étrange d'ailleurs:

On m'a donnée le surnom de vampire en ces terres, et pour tout vous avouer, je ne viens chercher qu'une seule chose en votre demeure, un regard sans haine ni pitié, d'égal à égal pour une personne qui est la seule et dernière représentante de son espèce."

Pride ne donna aucune réponse, la dernière de son espèce, cela voulait t'il dire que toute chimère lui ressemblant avait été détruit? oui possible en effet. Pride continua de l'observer de ces yeux rubis vide de sentiment, et même de sens, elle cherchait quelqu'un qui la regarderais sans haine ni pitié elle avait trouver la bonne personne, car Pride ne la regardait ni avec haine et encore moins avec pitié, il la regardait telle qu'elle était une chimère assez jolie fallait bien l'avouer mais qui était pour lui rien de plus qu'un insecte qui si il devenait trop gênant serait éliminer, comme quant on écrase une fourmi avec sa botte, pour temps, Pride ou Selim avait remarquer une chose spécial, le timbre de sa voix avait changer, on disait maintenant celui d'une enfant, elle cachait un secret plus grand au fond d'elle et Pride s'en doutait, mais lequel, il fallait qu'il le sache et il allait pas tarder a le découvrir, il allait tout faire pour en tout cas...

Puis d'un coup il sentit quelque chose mouiller son bras en baissant la tête, il remarqua que c'était cette chimère Anjuu ou Vampire comme elle était surnommer, que lui arrivait t'elle, pourquoi pleurait elle? par peine, par crainte, par joie? Pride ignorait tout de ces sentiments, il ignorait jusqu'a l'existence même des larmes, ou de comment on faisait pour les verser, il n'était qu'une entité faite d'une ombre géante dévorant et détruisant tout sur son passage, incarnation parfaite de ce que l'être humain n'était pas, un être supérieur aux autres et tellement plus fort, quant il remarqua que la chimère le regardait de nouveau, deux sillons était bien visible sous ces yeux émeraude preuve qu'elle avait pleurer, mais pour Pride c'était une chose qu'il ne comprenait pas, pourquoi pleurer, a quoi cela servait, quant on avait mal ou que l'on souffrait, ou même que l'on était content il était inutile de pleurer, on le disait et puis voila, mais ce fut la réaction de Anjuu qui le surprit encore plus quant elle lui dit:

Pardonnez-moi cette familiarité, je... Je ne voulais pas mouiller votre bras... c'est juste que...je... enfin........... Peu importe....... Veuillez-me pardonner..."

Le regard Rubis de l'enfant quitta alors le regard Emeraude de cette créature si intriguant, pour se poser sur son bras, il y avait une tache plus sombre que les autres a l'endroit ou les larmes avait frapper, mais chose surprenante, c'était chaud, comment était ce possible, pourquoi les larmes était elle si chaude?, Pride avait toujours crue que les larmes était comme les goutes de pluies qui tombait du ciel et effaçait les traces des crimes ou des peines des gens froid et glacial comme son cœur également, cœur qui ne battait jamais, car il n'avait pas de cœur, ou plus tôt si, une simple pierre rouge comme le sang, former par des âmes en peine et en souffrance, quant il posa de nouveau son regard sur la chimère qui était toujours a genoux devant lui et avec sa main libre qui ne tenait pas la main de la chimère la posa doucement sur sa joue et lui répondit avec un petit sourire:

"Ce n'est rien, en fait je viens de découvrir une chose que j'ignorait, et je vous en remercie, vous savez c'est la 1ère fois que je rencontre un être telle que vous, je voudrais pas vous faire de la peine mais vos excuse voyer vous, je ne comprend pas du tout pourquoi vous me les faites, mais bref, puisque vous êtes la et que vous sembler me ressembler en beaucoup de point, que dirie vous de rester ici un peu avec moi, vu que je suis un enfant du moins en apparence, nous pourrions jouer ensemble histoire de chasser cette peine qui semble accabler votre cœur."

Pride avait dit ça calmement et simplement observant cette chimère dans les yeux, sans aucune fois détourner le regard, son visage restant impassible, il continua de l'observer se demandant pourquoi cette chimère qui venait de pleurer devant lui, lui donnait l'impression d'être quelqu'un qui aurait bien voulu juste une fois savoir ce que cela faisait de sentir de la peine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angelica/Anjuu/Chiara
~ Âme damnée de Wayne ~
avatar

■ Mes messages : 83
■ Age : 22
■ Localisation : quelque part... derrière toi peut-être?

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Initiée
■ Capacités : Musicienne/chimère ailée
■ Barre D'XP:
22/1200  (22/1200)

MessageSujet: Re: Un prélude funèbre pour une étrange rencontre - flashback (PV Pride)   Sam 10 Nov - 23:49

"Ce n'est rien, en fait je viens de découvrir une chose que j'ignorais, et je vous en remercie. vous savez c'est la 1ère fois que je rencontre un être tel que vous, je voudrais pas vous faire de la peine, mais vos excuses voyez-vous, je ne comprend pas du tout pourquoi vous me les faites, mais bref, puisque vous êtes là et que vous semblez me ressembler en beaucoup de points, que diriez-vous de rester ici un peu avec moi. Vu que je suis un enfant du moins en apparence, nous pourrions jouer ensemble histoire de chasser cette peine qui semble accabler votre cœur."

L'homonculus avait dit cela de manière si douce que le cœur de cette étrange chimère avait fait un bond et manquer de s'arrêter. Les larmes vinrent de nouveau s'échouer sur le bras du petit être pur qu'elle avait devant elle, si petit mais si puissant et dangereux. La jeune femme soupira, avant de ravaler les futurs sanglots. Étrange n'est-ce pas, de savoir que la seule personne capable un jour d'être le dernier rempart qui vous retienne à la vie soit aussi la seule personne capable de briser cette même vie à laquelle vous tenez. Cette caresse sur sa joue lui avait rappelé une autre personne, bien plus loin dans ses souvenirs, et cette personne possédait cette capacité là aussi, bien qu'Anjuu n'ai plus aucun moyen de se rappeler qui il était, ni comment il était. Seule une voix, légèrement rauque sur les consonnes, et avec un accent charmant de la campagne, ainsi que deux prunelles dorées, pouvaient encore hanter quelques fois ses rêves à ce sujet là. Cette fois là remonter à longtemps, lorsqu'elle naquit une seconde fois, d'un caisson cryogénique dans lequel elle avait été plongée plusieurs années pour la secourir. Mais cela n'avait évidemment pas fonctionner, c'est pourquoi elle était ici, dans le corps d'une adulte, alors qu'elle n'avait respectivement que neuf ans. Anjuu chassa ses funèbres pensés du passé et réfléchit à la proposition de l'enfant immortel qui lui faisait face. Elle était assez proche de lui pour dire que l'air qu'elle respirait était le sien, et que de toute évidence, émanait de lui une impression de puissance. Sa voix, aussi faussée soit-elle, lui avait paru comme merveilleuse, bien que légèrement moins belle que celle qui l'avait éveillée à la vie autrefois, et pour la jeune femme/enfant qu'elle était, ce serait avec plaisir qu'elle l'aurait écouter parler pendant des heures et des heures. Cependant, cela lui serait impossible, puisqu'elle avait beau avoir retarder le professeur particulier de ce jeune homme en vidant sa femme la veille - et encore, il était surement capable de l'enterrer qu'après ses cours - la chimère savait pourtant qu'elle devrait partir avant que la cloche de la ville ne sonne les neuf heures. Il ne lui restait donc qu'une heure et demi pour converser avec cet être incroyable.

La chimère ferma les yeux et reconsidéra une réponse plausible, elle ne savait pas trop quoi lui répondre, cependant, elle savait aussi que plus elle réfléchissait, et moins elle pourrait rester à ses cotés. Triste évidence que voilà. Anjuu réfléchit donc à un jeu qu'elle pourrait faire avec cet enfant immortel, cache-cache s’avérait évidemment impossible, puisqu'ils se sentaient mutuellement, et qu'elle pourrait se faire repéré par les hommes de mains de l'autre idiot de Général King Bradley. Donc, il fallait voir autre chose, jouer au loup serait assez dangereux, pour le coté incognito mais aussi parce que tous deux auraient une facilité déconcertante à s’attraper. Le problème venait peut-être du fait qu'Anjuu n'avait jamais eut droit à une enfance tranquille, et c'était surement pour ça qu'elle ignorait tous les autres jeux. Elle soupira, lorsque brusquement, quelque chose dans l'air attira son attention, c'était lointain encore, mais elle savait ce que cela voulait dire, elle devait quitter le plus rapidement possible cet endroit, avant que son maitre ne la repère à nouveau et qu'elle soit punie. Une terrible frisson de panique la saisit, elle ne voulait pas partir, mais en même temps, elle ne voulait surtout pas être châtiée à nouveau par son maitre, bien trop peur de la douleur, ou pire, qu'il souhaite lui reprendre ce corps et la laisser pour morte sur le bas-coté. La chimère imparfaite tenait toujours en sa main la petite menotte du bel immortel, et elle savait déjà qu'il avait ressentit sa crainte, mais n'ayant jamais rencontré son maitre, il ne saurait jamais de quoi elle avait peur non plus. A la fois pratique et bien encombrant, puisqu'elle allait devoir trouver quelque chose pour expliquer sa panique, et le mensonge, dans ce genre de cas, était à proscrire si elle voulait survivre. Un autre parfum la prit de cours, celui de l'homme qu'elle devait prendre en filature, qui venait d'ouvrir la fenêtre de son bureau et venait de l'apercevoir. Elle déglutit et son regard se posa sur cet homme au fond de l'immense propriété.

Décidément, les adultes s'étaient aujourd'hui ligués contre elle, car à présent, l'odeur sèche de l'instituteur la prenait de cours alors qu'il traversait la rue, mais elle ne pouvait pas partir, pas comme ça, pas maintenant qu'elle avait trouver un être capable de la comprendre et de l’apprécier pour ce qu'elle est, et non par intérêt. Elle inspira grandement, réfléchissant à une manière de fuir au plus vite, parce que les trois adultes n'allaient pas tarder à se rejoindre pile à quelques mètres de là où tous deux se trouvaient, et pourtant, elle n'avait aucune envie de quitter cette présence. Finalement, elle trouva la seule et unique manière qui serait la mieux observée de tous. Alors, avec un sourire des plus tendres, elle se pencha sur Sélim Bradley, vint presque caresser sa joue avec la sienne et effleura son oreille d'un murmure quasiment inaudible "Je ne pourrais hélas pas jouer aujourd'hui, mais n'aie crainte. Nous nous reverrons bientôt, Sélim, Dieu terrestre..." Et elle recula son visage de manière à embrasser la commissure des lèvres du petit garçon, avant de lâcher sa main et de se mettre à courir vers l'arbre le plus proche pour déployer ses ailes et s'y glisser en volant. Une fois dans l'arbre, elle plia ses jambes sur une branche et se plaça tête en bas, pour décoller comme la chauve-souris qu'elle était. Lorsqu'elle chuta, immédiatement, ses ailes filandreuses et décharnées se déployèrent de telle sorte qu'elle s'éleva rapidement dans les airs et vint se poser sur le toit de la demeure Bradley, observant le jardin, mais aussi Sélim qui semblait pétrifié par ses actes, et les deux adultes qui se dirigeaient vers lui. C'est à ce moment là qu'elle découvrit d'ailleurs le moyen que cet enfant avait utilisé pour la trouver : car dans un coin d'ombre du jardin, une ombre se mouvait, seule, et composé d'un immense œil vertical en son centre. Son cœur rata un nouveau battement alors qu'elle s'éloigner désormais de la bâtisse avec en son esprit la conviction que si elle ne s'était pas retenue, elle aurait réellement embrasser ce dieu vivant.

Alors, une fois qu'elle fut bien loin de la demeure presque royale des Bradley, la jeune femme se permit un moment de répit, où elle composa une nouvelle mélodie à l'aide de son violon : La sonate de l’orgueil...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 656
■ Age : 29
■ Localisation : ne te tourne pas... car ton ombre pourrait s'en prendre a toi... vu que je suis toujours dedans...

Feuille de Compétence
■ Niveau: Homonculus (= confirmé)
■ Capacités : se servir de l'ombre comme une arme
■ Barre D'XP:
1200/1200  (1200/1200)

MessageSujet: Re: Un prélude funèbre pour une étrange rencontre - flashback (PV Pride)   Dim 11 Nov - 11:03

Selim Bradley le jeune garçonnet qui n'en était pas vraiment un continuait de regarder cette chimère, la trouvant de plus en plus passionnante, la demande qu'il lui avait faite de jouer avec lui, il ne savait pas vraiment pourquoi il lui avait dit ça, car âpres tout elle n'était pas une enfant, pour temps elle était si semblable a lui... Quelque chose dans l'air faisait que Pride sentait que cette chimère dites imparfaites pour reprendre ces termes, n'était pas comme les autres, et qu'elle était plus proche de lui un prétendue gamin de 10 ans qui était en réalité une masse d'ombre informe âgée de plus d'une décennie de vie, qu'une simple chimère idiote, inutile et futile que l'on pouvait crée en laboratoire en jouant un peu...

Pride ne voulait pas étrangement qu'elle parte, dans son cœur et dans son esprit qui était pour temps pas fait pour sentir ce genre d'émotion, mais pour ressentir que de l'orgueil. Il voulait la connaitre un peu plus, être prêt d'elle plus longtemps, sa petite main toujours prise dans la sienne, Pride ne faisait pas un geste bien au contraire, il aimait être comme ça, et il ne voulait pas que cela sasse. Pride ne fit pas un seul geste quant elle pleura de nouveau, ni même quant elle ferma les yeux pour réfléchir. Il ne bougeait pas, il restait la telle un enfant avec sa mère, telle un enfant devant un jouet, ou plus tôt devant une créature magique qui était apparut d'un coup pour l'emporter dans un monde merveilleux avec elle, un monde ou ils seraient enfin heureux...

Mais qu’esse le bonheur aussi? Pride ignorait ce que c'était, il ignorait même ce que voulait dire ce mot, il feintait, depuis le début de sa vie, depuis le tout début il ne faisait que jouer un rôle, le rôle d'un enfant qui n'en était même pas un et pour la 1ère fois de sa vie, il rencontrait enfin quelqu'un qui lui ressemblait en tout point, quelqu'un qui était comme lui, car Pride le voyait bien elle aussi jouait un rôle, un rôle mais lequel il ne pouvait le savoir, mais il voulait le découvrir. Elle fini par rouvrir les yeux et la 1ère chose que l'homonculus remarqua ce fut le regard qu'elle posa non pas sur lui, mais derrière lui, immédiatement vif comme l'éclair l'ombre de Pride qui ne faisait que surveiller Anjuu de loin depuis le début se tourna et remarqua se qui se passait, cette abrutis de Wrath son prétendue père King Bradley se dirigeait vers lui a toute vitesse, âpres avoir remarquer cette chimère, pendant que en même temps un de ces profs arrivait par l'entrée de la propriété. Pride aurait voulut a ce moment la qu'elle ne parte pas, qu'elle reste la, mais il était trop tard avant même qu'il puisse dire ou faire quoi que ce soit, elle se pencha sur lui et lui annonça a l'oreille:

"Je ne pourrais hélas pas jouer aujourd'hui, mais n'aie crainte. Nous nous reverrons bientôt, Sélim, Dieu terrestre..."

Pride ne fit aucun geste tant il fut surprit par cette déclaration, et quant elle passa son visage devant le sien et embrassa la commissure de ces lèvres, Pride resta surprit par ce geste, et ne fit aucun mouvement, pour temps au fond de lui, il aurait voulu tendre la main qu'elle venait de lâcher, lui prendre le bras qui s'enfuyait doucement et l'embrasser sur ces lèvres et ne pas la quitter, pourquoi, pourquoi ressentait il ça? Etait ce ça le bonheur? était ce ça que les humains nommaient le bonheur? difficile voir même impossible a dire, mais quant la chimère fut sur le toit Pride ne put s'empêcher de l'observer une dernière fois avec son ombre, et quant elle fut éloigner, lui qui d'habitude n'avait aucune émotions, pour la 1ère fois de sa vie, il ressentait de la peine d'avoir perdue une créature si semblable a lui même, et il sentit quelque chose couler le long de sa joue, une larme, une simple larme clair comme le Crystal mais chaud comme un feu ardent, cette fois c'en fut trop pour l'homonculus de l'orgueil aux multiples âmes, qui sans hésiter se tourna et découpa son maudit professeur qui était venue lui faire cours, juste car il l'avait déranger durant cette rencontre magnifique, âpres cela il posa son regard rubis sur son père King Bradley, mais ne lui fit rien, il retourna simplement dans la demeure se faisant une promesse au fond de lui même se faisant la promesse de retrouver cette chimère nommer Anjuu cette chimère qui lui était si différente mais en même temps si semblable...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un prélude funèbre pour une étrange rencontre - flashback (PV Pride)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un prélude funèbre pour une étrange rencontre - flashback (PV Pride)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [FINI] Un étrange été, pour une étrange rentrée. [Luce&Vesper]
» [+16/Fini] Un étrange lieu pour une étrange conversation [PV : Alizea]
» Par un étrange hasard... [RP Darren - Kelsey]
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» SOS POUR NOUNOURS Border Collié (57) Sarrebourg

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fullmetal alchemist ::  :: Les Rps terminés ou abandonnés-