Partagez | 
 

 young, wild and free ♪

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: young, wild and free ♪   Dim 24 Juin - 15:51

Qui a dit que les grands méchants n’étaient jamais en vacance ? Certainement pas notre ami. Bien qu’il ne fût pas réellement en vacance, c’était tout comme car pendant son séjour il n’avait pas à dissimuler son visage et à protéger son identité. Quel séjour ? Il en avait pas la moindre idée, ca lui était même égal tant qu’il n’entendrait pas parler du Capitaine Marshall et des autres horreurs de l’organisation. Lyl cherchait seulement à se dissimuler des yeux du monde, prendre l’air en feintant une mission d’information.
Depuis sa rencontre avec la dénommée Pandora il s’était beaucoup remis en question. Probablement une bonne chose pour ce garçon solitaire, et probablement une mauvaise chose pour sa mission. Une vie libre, c’est ce à quoi il aspirait depuis qu’il avait croisé la route de la demoiselle. Seulement, il avait des priorités, sa vie ne pouvait être pleinement vécue tant qu’il n’aurait pas éradiqué le mal. Un mal ciblé depuis des années…

Ainsi, il empruntait la voiture d’un de ses subordonnés pour s’en aller quérir un brin de distraction loin des ténèbres de l’Organisation Zéro.


Un regard à gauche, un regard à droite, un soupire de lassitude. Ma bagnole venait de tomber en panne alors que je n’avais même pas fais le quart du trajet souhaité. Un chassé sur la carrosserie, quelques injures, je refermais la portière dans un claquement sec. Je n’en avais rien à foutre de l’état dans laquelle je la rendrais, si toute fois je la rendrais un jour. En rade d’essence comme un pauvre abruti je me sortais une cigarette et l’allumais avant de ne décider quoi que ce soit. Une bouffée, un nouveau soupire, je décollais le col de mon t-shirt. J’avais un peu chaud, le soleil me ramollissait le cerveau en me fracassant le crâne. Il faisait chaud dans la voiture, très chaud. Malgré ca, ma peau gardait cette fraicheur inhabituelle. Je levais la tête, observant le ciel bleuté, j’observais l’absence de nuage, une belle journée pour rependre la fuite. N’ayant pas la moindre idée d’où trouver une station de service j’entreprenais d’abord d’aller dilapider intelligemment mon fric, soit dans un bar. Il n’était pas loin de dix huit heures, le monde des lascars et des ivrognes s’éveillait seulement.

Je délaissais donc mon tas de ferraille volé, non emprunté, et filais. Dans la rue, je marchais nonchalamment, le menton à demi levé, les mains fourrées dans les poches, j’avais cette allure typique du lascar. N’en n’étais-je pas un ? Sur le trottoir je croisais une population plutôt vieillotte, le peu de jeune que je croisais me dévisageaient avec perplexité. Hey quoi ? N’avait-ils jamais vu un décoloré ? Ma tignasse blanche, mes boucles d’oreilles et mon jean tombant n’avaient pas l’air de leur revenir. De plus, la balafre que j’avais sur la tronche éveillait les soupçons quant à ma nature. Disons que j’l’avais cherché si on me regardait de travers, mais je n’y pouvais rien. Je sortais du lot, j’intriguais et j’effrayais car on a tous une sale image des « gamins » percés et décolorés. Mais j’emmerdais tout ce petit monde et ne ralentissais pas, je snobais le tout en cherchant un endroit où me poser.

A force de tourner en rond dans le bled je finissais par trouver un bar plus ou moins attirant. Le Devil’s Nest. Attirant par le nom inscrit sur l’enseigne, moins attirant à cause de ce que j’pouvais y trouver à l’intérieur. A savoir des vieux débris et des vieilles morues en quête de l’amour. Dans ce genre de village, où je ne sais quoi on y trouve plus bizarre que moi. Je poussais de mes deux mains la porte à double battant du bar et fis quelques pas avant de ne m’arrêter. Je me trouvais à quelques pas du seuil de la porte, sans jeter un regard l’assemblée je replaçais ma clope dans mon bec et me dirigeais vers le fond de la salle. J’avisais une table dans un coin tranquille avec banquette. J’aime bien les banquettes, quand je suis bourré j’ai moins de risque de me viander qu’avec une chaise. Dans une banquette on peut s’affaler.

J’avais changé psychologiquement, j’étais bien plus ouvert, j’avais moins peur de m’exposer car je savais que mon visage était inconnu aux yeux du monde. Ici je retrouvais mon innocence volée, je redevenais un jeune homme sans problème, ni craint, ni respecté. Pas de formule de politesse, pas de regards haineux ni de regards terrorisés. J’étais libre de mes gestes, de mes paroles et de mes fréquentations. J’allais pouvoir me lâcher, laisser Lyl causer et non le Capitaine. Un nouveau soupire, j’aspirais au bien être, là assis sur ma banquette. Tandis que je songeais à tout ça, mon regard se perdait sur la vitre à plusieurs mètres devant moi, j’observais le ciel sans vraiment y prêter attention. La clope au bec, je ne sentis pas arriver l’intrus…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: young, wild and free ♪   Dim 24 Juin - 22:01




.......Oh bon sang, j’aurai jamais cru que c’était aussi dur de tenir un bar toute seule. C’est pas que les filles branlent rien… Justement, elles font que ça... C’est pas qu’elles foutent rien, mais je me rendais pas compte à quel point gérer des truc administratifs, gérer le show des filles, gérer les stocks d’alcool et de bouffe, faire le ménage des chambres des employés parce qu’on a pas les moyens de payer une femme de ménage en plus des six danseuses qui travaillent déjà ici, s’était chiant à faire.
.......Je sais pas comment ça se fait mais j’ai hérité de l’affaire. Fallait bien quelqu’un, n’est-ce pas ? Et comme aucune autre ne voulait du poste, c’était tombé sur moi, la dernière arrivée. Cherchez pas, elles m’avaient filé la plus grosse partie du taf. La preuve, ces connasses m’avait laissées seule, ce soir-là, sous-prétexte qu’elles avaient le droit à des jours de congés, elles avaient décidé que ce soir elle ne bossaient pas. Et j’pouvais pas leur refuser, sinon elle démissionnaient… Et j’me retrouvais encore plus seule que je ne l’étais déjà. Vraiment, boss, t’aurais pu penser à ce qui se passerait si tu disparaissais, non ? Même mort, tu fais vraiment chier, des fois, c'est dingue.
.......J’suis bien, derrière mon bar. Y’a presque personne au Devil’s Nest avant 20 heures. Déjà qu’après 20 heures y’a pas grand monde… ‘Fin y’en a déjà plus que du temps où tu créchais ici, boss. Monsieur virait tout ce qui n’avait pas de gros seins où de fric dans les poches. Avec toi, si le client n’était pas une jolie femme et qu'il n'avait qu'à peine de quoi boire un seul verre… il pouvait aller se faire voir. Mais depuis qu’on accepte tout le monde, y’a de plus en plus de clients.
Mais pour l’heure… A savoir 18h02, y’a genre trois habitués dispersés dans la salle. Y’en a un au comptoir, je lui sers une bière toutes les deux minutes, mais je le connais. Il boit, il paie, il s’en va une fois qu’il a la vessie pleine. J’lui ai déjà proposé d’utiliser nos toilettes, elle allaient pas le bouffer, mais il avait refusé. Y’a des cas j’te jure. ‘Fin bref.
.......La plupart parlent pas, j’peux avancer dans mes comptes pendant que je suis censée bosser. Je les sers quand ils arrivent, j’mets un CD dans la chaîne hi-fi et ils se débrouillent. Ils posent pas de problème, généralement. Et s’ils en posent je les foutrai dehors un coup de pied au cul. Et crois moi, un coup de New Rock, ça fait pas du bien.
.......Et voilà, c’est bouclé. C’est pas sorcier finalement, c’est juste barbant. M’enfin, voilà pour ce mois-ci. J’range les papiers dans mon pochette « Comptes ». Ouais ouais, j’suis vachement organisée, je sais. Bref, passons. Y’a plus qu’à commander des bouteilles de whisky, j’suis à la fin de mon stock. Mais juste au moment où je décroche le téléphone pour appeler mon fournisseur, la porte s’ouvre. Bof, tant pis, j’laisse l’arrivant choisir sa table et réfléchir à ce qu’il veut boire, et j’fais ma commande. Bon allez, quinze packs de douze ça suffira pour le moment. Voilà, ça, c’est torché.
.......Je raccroche et je me dirige vers le nouveau client, assis sur la banquette au fond de la salle. Waouw, c’est qu’il est plutôt jeune. Y’en a pas beaucoup ici, ils sont plus sur Central d’habitude, là où ça bouge quoi. Dublith c’est pas très fréquenté. Y’a pas grand-chose à y faire en fait. ‘Fin bref, il doit pas être d’ici celui-là. Et si il s’est placé là c’est qu’il préfère visiblement être seul.
Bon allez. Au boulot Elwy’. C’pas tout ça, mais faut bien que je gagne ma vie.

« Désolée de vous avoir fait attendre, je suis toute seule ce soir, alors j‘ai du mal à m’en sortir. Bref. Qu’est-ce que je vous sers, jeune homme ? »



Dernière édition par Elwyna Broekheart le Lun 25 Juin - 12:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: young, wild and free ♪   Dim 24 Juin - 22:56

« Désolée de vous avoir fait attendre, je suis toute seule ce soir, alors j‘ai du mal à m’en sortir. Bref. Qu’est-ce que je vous sers, jeune homme ? »

Je clignais des yeux, sortant de mes rêveries pour observer mon interlocutrice. Je fus presque choqué de trouver une serveuse, une jeune femme et plutôt bien roulée. Un sourcil levé par mon intrigue soudaine, je sentais mes forces me revenir. Plutôt polie la décolorée. Je fis une moue tandis que j’observais son comptoir. Au passage j’en profitais pour scruter la salle d’un regard examinateur. Par un larron, seulement quelques ivrognes habitués au coin. Pauvre poupée, elle devait se faire chier au point de prendre racine. Je ne jetais pas un œil à la carte, j’avais déjà mon idée sur le rafraichissant. J’en avais pleins les fouilles, j’pouvais me payer de quoi me mettre une sacrée race, mais j’avais une station d’essence à trouver… Un truc que je ne risquais point de trouver dans un bled pareil. Seules les grandes villes et les villes riches disposez d’un tel truc. Sinon c’était à vous d’être prévoyant et de ne pas jouer les boulets. Un peu comme moi. Pourtant j’avais de l’expérience niveau braquage de bagnole. Isaac me faisait beaucoup cavaler du temps de son vivant. Bref, on s’en tape, revenons-en à notre brebis. Je levais un regard plus ou moins blasé vers la belle et commandais d’une voix nonchalante…

« Hmm…même ici on a d’quoi rester éveillé…un grand verre de gin. S’tep’ »

J’aurais dis « un grand verre d’eau » ca aurait été la même. Mon allusion n’était pas facile à cerner mais j’parlais de la fille. J’étais encore sur le cul d’y trouver une fleur. Je la regardais s’éloigner avant de ne renverser de nouveau ma tête en arrière sur le dessus de la banquette. L’air de rien la route m’avais crevé, et la chaleur me ramollissait. Je n’attendis pas longtemps avant de revoir la jeune femme débarquer avec mon verre. Ô joie. Sans modération ou autre connerie destinée aux cons je siroter mon breuvage. Sans la moindre once d’une grimace je déposais mon verre et fumais ma clope tranquillement. Le bar était mort, j’avais presque envie de proposer à cette fille de tout quitter pour travailler dans le mien. Mais ca aurait impliqué un grand danger et puis j’étais pas assez rond pour demander des trucs aussi débiles. Après cinq minutes de pause je buvais la seconde partie de mon verre. En deux traites j’avais fini et je n’avais pas dis mon dernier mot. Le bar faisait office d’auberge, j’étais tranquille si l’envie de me cuiter me prenait. Ouais, c’est le genre de truc qui me prend à l’improviste. Je pris mon verre pour lui éviter un aller-retour et me dirigeais vers le comptoir. Là je prenais place en face d’elle sur un des tabourets. J’avais des renseignements à querir…
Je posais mon verre vide face à elle et commandais une autre tournée de mon second prénom.

« Un autre, s’il te plait. »


Ouais je la tutoyais, je tutoyais toujours, une sale habitude de gamin de la rue. Je levais alors mon regard inhabituel vers elle remarquait quelques similitudes avec ma propres apparences. Des boucles d’oreilles qui n’avaient rien à voir avec celles d’une pimbèche ou d’une catin bien sapée. C’était plus le style, métal simple. Ses cheveux étaient décolorés, et son visage inspirait la nonchalance pure et dure. Cette fille en avait probablement vu des vertes et des pas mûres. Bref, après avoir commandé je marquais un petit temps de pause pendant lequel je m’étais retourné. Je cherchais des infos sur le lieu. Je dû reporter mon regard sur la serveuse en ne trouvant pas mon bonheur…

« C’esp quoi c’trous paumé? Et où est-ce que j’peux trouver une putain de station d’essence ? »

J’allais encore devoir roubler une voiture si je ne trouvais pas mon bonheur et probablement passer la nuit dans ce trous. Une chance que le bar m’inspirait… Un coude appuyé sur le comptoir, je fumais toujours, les yeux rivés sur mon interlocutrice. Je comprenais mieux en la voyant de près ce que les vieux venaient foutre ici… Bordel, quelle galère, il manquait plus qu’une tempête de ouf !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: young, wild and free ♪   Lun 25 Juin - 11:50




« Hmm… même ici on a d’quoi rester éveillé… un grand verre de gin. S’tep »
.......Je murmure un « ok » et je tourne les talons. Il m’a tutoyé, mais ça me dérange pas. De toute façon moi, la question se pose pas, il faut que je vouvoie le client quelle que soit sa tronche. Un sourire sur le visage, je retourne derrière mon comptoir et lui sers son verre. J’sais pas depuis combien de temps on ne m’a pas commandé de gin, de Gin Fizz ou de White Lady… ça c’est sûr, il est pas du coin. Je le regarde du coin de l’œil, il a l’air complètement stone à cause de la chaleur. J’lui dirai bien d’enlever ses fringues, mais c’est pas correct, hein boss ? Pourtant toi ça te posait pas de problème. ‘Fin bref.
.......Je lui apporte son verre et il se jette presque dessus. Je retourne aussitôt derrière le bar, j’vais pas rester devant lui les bras ballants à le regarder boire, non plus. ‘Pi j’ai du taf. J’ai beau me faire chier comme un rat mort y’a toujours du taf. Allez, faut que j’sèche la vaisselle. Je sors mon torchon et commence à essuyer les verres, le cliché type du barman. Le vieux assis au comptoir me regarde faire, sans me regarder vraiment. En fait il faut bien qu’il place ses yeux quelque part pendant qu’il boit. Combien de bières j’lui ai servi, au juste ? Cinq ? Dix ? Je sais plus, au moins dix ouais. A douze je le fous dans une chambre à l’étage pour décuver.
.......Tiens, voilà le type aux cheveux décolorés qui se ramène. J’avais pas remarqué sa dégaine de débraillé. Enfin, j’dis ça mais vu ma gueule je peux parler, hein ? J’ai les cheveux violets, les siens sont presque blancs. Les oreilles percées, rare pour un mec. Plutôt mignon, malgré la cicatrice en travers de son visage. D'ailleurs c'est louche ça, il a pas l'air très net. Mais je juge personne, on est dans les bas quartiers, tout le monde est louche. Il est peut-être un peu vieux pour moi… ‘Fin désolée de te le dire mais il est toujours plus jeune que toi, patron, ahah. Il pose son verre sur le comptoir et demande :

« Un autre, s’il te plait. »
.......Il tutoie mais il est poli. C’est pas souvent que ça arrive ça. La plupart disent même pas merci. Comme par exemple le vieux là, qui lève un doigt pour en demander encore. Je souris au jeune homme et leur ressers un verre à tout les deux. Le décoloré semble un peu dérouté par le lieu. Ouais, je sais mon gars, c’est spé ici.

« C’est quoi c’trou paumé ? Et où est-ce que j’peux trouver une putain de station d’essence ? »
.......Oh, autant pour moi, il n’est pas poli. Remarque j’suis habituée ‘pi je peux pas lui en tenir rigueur, moi aussi le vocabulaire que j’utilise laisse un peu à désirer. Et lui, ça lui donne un charme de sale gosse. Naaaaaan, j’suis pas intéressée bordel. J’connais même pas ce mec, et à mes yeux y’en aura jamais qu’un, j’pensais que tu t’en étais rendu compte, patron.
.......J’prends mon temps pour lui répondre. Je finis d’essuyer le verre que je tiens et je le range, puis je m’accoude au bar et rit légèrement.

« J’savais bien que vous étiez pas du coin. Z’êtes à Dublith, à un peu plus d’une centaine de kilomètres de South City. La prochaine station c’est là-bas, pas avant. »
.......Je reste le regarder et me perd dans ses yeux. Je sais pas combien de temps je reste comme ça mais dès que je m'en rends compte je détourne le regard et me prépare une White Lady dans un des verres que je viens de ranger. Ben ouais, lui servir du gin m’a donné soif à moi aussi. ‘Pi c’est pas parce que je suis la gérante que j’ai pas le droit de boire un coup de temps en temps. Alors… C’est quoi déjà ? Gin, ça c'est sûr... Triple sec... Et du citron vert, ouais voilà. Tout ça pour un total de 29,7% les 7cl. Si je tenais pas aussi bien l’alcool je serai torchée au bout d’une gorgée. Cette pensée me fait sourire. Sans réfléchir je remplis le verre à nouveau vide du vieil ivrogne sur la gauche pour la onzième fois. Les deux autres clients se tiennent tranquilles. J’vais peut-être aller les voir, qu’on m’accuse pas de délaisser mes clients dès un joli cœur se pointe. Déjà que ma réputation est faite dans le coin… Ouais, la putain du mec au sourire de squale, c’est moi. Je porte mon verre à mes lèvres et en boit deux gorgées, l'alcool me brûle la gorge mais ça me fait du bien. J’ajoute une chose à l’adresse du buveur de gin, la voix rendue plus rauque par l'alcool, avant d’aller m’occuper des deux autres clients :

« J’peux vous proposer une chambre, si vous avez nulle part où crécher cette nuit. »
.......Je tousse un peu pour m'éclaircir la voix. Nan c’est pas une proposition indécente, patron. Y’a vraiment des chambres. Celles des filles. Ben ouais, ces connasses sont pas là, le ménage a été fait, j’vais pas me gêner pour les louer pendant qu’elles sont en congés. C’est l’occasion d’augmenter le chiffre d’affaire. C’est le genre de choses que toi tu aurais fait, ne nie pas je te connais.


Revenir en haut Aller en bas
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: young, wild and free ♪   Jeu 28 Juin - 12:21

Pas un mot, juste un sourire, je vis son regard se projeter dans la salle. Je tournais la tête pour apercevoir un vieux machin lever le doigt. Bordel c’est quoi ca ? J’ai remis ma tête dans le bon axe avant de lui balancer le premier truc qui me passait sous la main. Qui parle de respect en général ? Les vieux na ?

« Tss… »

J’écrasais mon mégot fumant dans le cendrier à quelques centimètres sur la droite. Automatiquement mon regard se posait sur les mains de la demoiselle en train de remplir mon verre et celui du débris. J’attendais qu’elle daigne me répondre, elle avait un air enjoué. Cette fille devait en avoir dans le ventre et pas de doute qu’elle devait avoir un caractère pas banal. Je détournais mon regard pour enfin avaler la deuxième session. Je déposais mon breuvage près de moi avant de ne soupirer, satisfait. Ca faisait toujours aussi du bien même si ca arrachait la gueule.

« J’savais bien que vous étiez pas du coin. »

Je relevais la tête, observant le visage de cette inconnue. Je faisais tourner le reste du liquide dans mon verre, un geste mécanique.

« Z’êtes à Dublith, à un peu plus d’une centaine de kilomètres de South City. La prochaine station c’est là-bas, pas avant. »

Aucune réaction, le temps que l’information ne monte au cerveau… Je la fixais de mon air blasé puis après quelques secondes je me mis à rire. Un rire amer qui était plus nerveux qu’autre chose. J’étais juste dégoûté. Je secouais négativement et doucement la tête avant de ne boire à nouveau. Dublith. Je connaissais cette ville seulement de nom. Elle avait été évoquée lors d’un briefing. Lorsque le laboratoire n°5 a explosé, j’me retrouvais à négocier avec les pires raclures de ce monde. Contrains, j’avais dû accepter de tuer l’un d’entre eux si jamais je le croisais. Greed, l’Homonculus de l’avarice. Je me souvenais d’un bar soit disant QG de l’Homonculus et une petite brochette de chimère. Tous butés par l’Enfoiré. Putain…cette histoire d’Homonculus me reste encore au travers de la gorge. Comme si que l’Organisation ne suffisait pas… Un soupire monotone… Je relevais les yeux et rencontrais ceux bleus de la serveuse. Plutôt troublant et rare que je me fasse reluquer. Elle détourna le regard tandis que je souriais discrètement. Voilà qu’elle saoulait mon voisin de droite, un vieux. Je regardais le type, j’avais cet air blasé qui se ressentait d’avantage dans ma façon de descendre mon verre. Je fourrais ma main dans ma poche tandis que la serveuse m’accompagnait au gin. Un nouveau sourire, j’remerciais mes pieds de m’avoir traîné ici. J’allumais une autre cigarette. La jeune femme me proposait un lieu où pieuter. Je levais un sourcil, agréablement surpris. J’pouvais donc me mettre la race sans problème. Bof, au pire je roublerais une autre auto dans la nuit, une fois rond. Je tirais une grande taffe sur ma clope sans la quitter du regard.

« Ca peut être intéressant... »

C’était très intéressant même. Je l’observais siroter son verre et je poussais doucement mon verre devant elle avant de ne sourire pour lui paraître aimable, juste paraître…

« Un pink lady, s’il te plait. »

Si je ne souriais pas j’effrayais. Un bras accoudé au comptoir, je soutenais mon menton dans ma paume en l’observant taffé. Serveuse, barman, je savais combien ce job était compliqué, un travail de chien, et encore plus pour cette fille qui bossait seule. Elle avait beaucoup de chance que l’endroit soit vide et que les vieux soient juste lourds. Un endroit aussi paumé, difficile de croire que l’Organisation Zéro ne sévissait pas ici en essayant de faire sa loi.

« C’est plutôt calme ici, na ?... Enfin, maintenant. Soupirais-je doucement.»

Sans quitter ma position je détournais le regard, le ciel s’était encore assombri. Dublith devait être calme depuis que le fameux Greed était parti, à moins que ce soit pire. Je n’en avais pas la moindre idée, mais je n’avais pas envie de rencontrer des lascars. Cependant, il était certain que cette nuit j’allais taper une zone pour inspecter la ville et probablement décalquer quelques membres. L’idée que le bar en question soit celui dans lequel je me trouvais me traversa vaguement l’esprit. J’observais la miss et reprenais ses précédentes paroles.

« Plus d’une centaine de kilomètres de South City… Quelle merde… »

Je marquais un silence pour fumer et repris…

« Qu’est-ce qu’une jolie fille fous ici, c’est un coup à prendre racine… »

J'avais du mal à imaginer que ce bar pouvait probablement être le QG de l'Homonculus. Mais j'arrivais à le concevoir en pensant au mien.



Dernière édition par Lyl.G Evans le Sam 7 Juil - 22:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: young, wild and free ♪   Ven 29 Juin - 10:46




« Ca peut être intéressant... »

.......Je réponds pas. Il a pas l’air d’être vraiment décidé. C’est le genre de réponse passe partout qu’on donne quand on a pas envie de prendre une décision tout de suite. Y’a des gens comme ça, j’arrive pas à les cerner. ‘Fin à vrai dire y’a qu’avec les vieux que ça marche. Y’a que des vieux dans ce trou de toute manière. T’es pas d’accord ?
Un sourire sur le visage, il me demande aimablement de le resservir.

« Un pink lady, s’il te plait. »

.......Ben voyons. Il aime que le gin c’ui là ? Pas le rhum ? Pas la tequila ? A ce rythme là il sera torché dans moins d’un quart d’heure, c’pas possible ça. J’crois que si il continue comme ça c’est moi qui prendrait la décision de le faire pioncer ici.

« Z’avez un faible pour le gin, à ce que je vois. »

.......Simple commentaire, je peux pas me permettre d’être plus familière avec un client. Enfin, depuis que c’est moi la gérante quoi. Avant la familiarité me dérangeait pas… Mais ça devait être ton influence. Maintenant que t’es plus là je me suis assagie. Non mais. On est pas tous des débauchés.
Je lui fais son cocktail. Et qu’est-ce que je fais de mon jaune d’œuf moi ? Bof, il me servira pour faire un Pussyfoot ou un truc du genre. Et à tout les coups c’est moi qui le boirait, personne ne commande des cocktails sans alcool ici. Oh non je sais, un Eye Opener ! Avec du rhum. Comme ça c’est pas grave si c’est moi qui le boit. Tu sais que j’aime bien le rhum.

« C’est plutôt calme ici, na ?... Enfin, maintenant. »

.......Je ne réponds pas tout de suite. Qu’est-ce qu’il entend par « maintenant » ? C’pas possible qu’il soit au courant de ce qui s’est passé ici… A moins qu’il soit déjà venu avant ? Non.. Un type comme ça jm’en souviendrais. A moins que ce soit toi qui l’ai reçu ? Et comme t’es plus là je risque pas de savoir… Je soupire, et daigne enfin lui donner une réponse.

« Ça a jamais beaucoup bougé à Dublith… »

.......Central est bien plus animée. La dernière fois que j’y suis allée, c’était… explosif. C’est le cas de le dire. T’aurais dû voir ça… Ça m’aurait moins fait flipper si t’avais été là.. La fin de l’oppression Alchimique… Les voix résonnent encore dans ma tête. Cette Organisation qui tue des alchimistes… Ça pourrait être mauvais pour Mustang ça. Enfin lui limite je m’en fous, c’est plutôt pour moi que je m’inquiète. Comment je fais pour mes papiers si cet abruti crève ? Il a pas intérêt, j’lui ai donné ma confiance. Comme à toi boss, et t’es plus là. C’est peut-être ça le problème…
Une remarque du jeune homme me fait sortir de mes pensées. J’imagine que ça le fait chier d’être ici, y’a rien à foutre.

« Qu’est-ce qu’une jolie fille fout ici, c’est un coup à prendre racine… »

.......Aaaah, c’est donc ça. Ça le tracasse qu’une fleur pousse dans le désert ? Ouais, c’est moi la fleur putain. J’ai pas le droit ? Non, c’est vrai que j’ai pas la gueule d’une fleur...

« J’aime cet endroit. Il me rappelle.. . Enfin je veux pas le laisser aux mains de n’importe qui. »

.......Fiouuu, j’ai failli lâcher une connerie. Les inconnus n’ont pas à savoir ce qui t’est arrivé. J’ai pas à parler de ça à des inconnus comme lui. Je sais pas qui il est. Il pourrait même être de l’Organisation Zéro, y’a aucun moyen de le savoir à sa tronche.

« Et… Merci pour le complim... Oh, putain ! »
.......Le vieux d’à côté s’est levé et a contourné le bar pour aller tripoter les bouteilles. Et évidemment, il en a fait tomber. Immédiatement, je lève le pied droit et récupère le couteau que tu m’as donné dans la semelle de ma botte. Le menaçant de la lame, j’articule en détachant chaque syllabe.

« Personne ne touche à ça à part moi. Dehors. Et ne revient pas. »

.......Il me regarde avec un air hébété qui m’agace encore plus. Je fais un pas dans l’alcool renversé sur le sol et lui désigne la porte.

« DEHORS PUTAIN ! »

.......Le vieux s’exécute enfin. Je tente de me calmer et je respire lentement. Roa l’aura jeté dehors, mais moi j’ai pas la force de le faire. Je regarde le sol et jette une serpillère sur le liquide. Ce con m’a pété trois bouteilles. TROIS BOUTEILLES. Au prix qu'elles coûtent, il revient je le saigne comme un porc.
.......Non, je ne perds pas mon sang froid. Pas totalement. Tout les clients me regardent. Oui j'ai crié, j'ai pas le droit ? C'est chez moi ici, non mais.

« C'est rien. Continuez de vous bourrer la gueule. »


Revenir en haut Aller en bas
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: young, wild and free ♪   Ven 29 Juin - 13:17


« Z’avez un faible pour le gin, à ce que je vois. »


Je riais amèrement, je portais plutôt bien mon deuxième prénom… Mais je dois reconnaître que j’avais un faible pour cet alcool. C’était celui que je buvais le plus, celui qui me saoulait le moins. Que voulez-vous, pour noyer mes démons il m’arrivait souvent de boire. Mon statut de grand méchant loup était très pesant, donc je m’échappais comme je le pouvais. Bref, je remarquais un changement d’expression sur le visage de la serveuse. Est-ce que j’avais mis le doigt sur quelque chose ? Est-ce que j’avais trouvé le bar en question sans m’en rendre compte ? Ca m’importait peu, mais au fond j’étais curieux. Pourquoi cet Homonculus s’était égaré ?
Sa voix me tirait de mes réflexions, je relevais mon regard de jade sur le sien azur. Elle disait que Dublith n’avait jamais été animé. Quelle blague, ca devait être l’orgie là où se planquait l’Homonculus. Et d’après certaines sources, les frangins Elric avaient même été conviés à une petite fiesta. Tss… quelle plaie… tous crevés par un chien et sans laisser de trace. Ce bâtard, il fallait vraiment que je lui arrache la tête après avoir arracher celle de mon patron… Je détournais à nouveau le regard, j’observais le ciel à travers les vitres. Il faisait de plus en plus nuit. Je n’étais même pas sûr de retrouver ma bagnole..

« J’aime cet endroit. Il me rappelle.. . Enfin je veux pas le laisser aux mains de n’importe qui. »

Je pensais qu’elle ne répondrait pas, qu’elle me snoberait. Je relevais une certaine hésitation dans sa voix, dans ses propos. Je me redressais, je croisais mes bras sur le comptoir en fixant ses gestes. Elle s’attaquait à mon cocktail. J’risquais de la faire bosser si je continuais ainsi, au gin. Mais une fois rond j’risquais d’être plus loquace et surtout con. M’enfin, revenons-en à notre brebis. Je l’écoutais avec intention même si mon comportement laissait imaginer le contraire. J’en déduisais par ses paroles qu’elle était la propriétaire de ce bar. Ca m’étonnait, elle était jeune, très jeune. Mais je ne butais pas trop sur ce détail car j’étais moi-même une exception niveau âge… Je m’apprêtais à lui faire part de mon raisonnement lorsqu’elle me devança…


« Et… Merci pour le complim... Oh, putain ! »

J’avais tourné la tête au même moment qu’elle. Je vis un vieux machin tendre son bras croulant pour atteindre une bouteille. Mais au lieu de ça il renversait le triple par terre. Je soupirais, blasé par ce spectacle des plus pitoyables. Quel gâchis, quel vieux con. Il devait être rond, c’est tout. Je m’apprêtais à intervenir lorsque la demoiselle leva le ton pour faire fuir le vieux. J’étais prêt à le foutre dehors mais elle le fit sans mon aide. Tant pis, c’est pas ce soir que j’allais me fritter. J’observais l’étagère tandis qu’elle revenait.

« C'est rien. Continuez de vous bourrer la gueule. »

Un sourire amusé, je secouais négativement la tête. Un en moins, le bar était encore plus vide. Je la regardais essuyer, j’étais un brin amusé par la situation, elle avait un sacré tempérament. Rien à voir avec la plupart des serveuses de Central, elle ne se laissait pas faire. Elle était tellement différente que je n'avais pus m'empêcher de sourire.

« J’peux comprendre que cet endroit te tienne à cœur, mais seule ca relève de l’impossible.
Surtout maintenant, avec ce qu’on entend à Central et dans les pays voisins… »


Je fronçais les sourcils, un jour au l’autre des membres de l’organisation débarquerait ici, si ce n’était pas déjà fait. Il fallait une présence masculine dans ce bar, quelqu’un capable de repousser les incidents. Un nouveau soupire… Je me rendais compte que le monde était vaste et rempli d’injustice tout partout. Et ca, je ne pouvais rien y faire… Le fric et le pouvoir, voilà ce qui faisait tourner ce monde pourri. Je ne la voyais plus, elle nettoyait les conneries du type. J’avais bien envie de lui proposer mon aide mais ca aurait été indécis. Au lieu de ça je restais perché sur mon tabouret et je me remettais à songer… Le bar était vide, elle était seule… Il avait cet allure un brin lugubre, il y avait une scène et toute l’artillerie du bar à femme…

« Tu as repris l’affaire après le départ de son propriétaire… C’est encore récent. »

J’observais la pièce, je songeais à voix haute sans attendre de réponse. Je reprenais alors d’une voix basse tout en portant ma clope à mes lèvres…

« Tu étais implanté ici… Comment t-ont-ils retrouvés ? »


Je me disais que si cet homme avait été démasqué, pourquoi pas moi ? Mais contrairement à lui, je me pointais très peu dans le bar, j’y étais perçu comme salarié et squatteur occasionnel. Le lascar qu’on évite, qu’on laisse dans son coin. Est-ce que ces quelques secondes de paranoïa était dû au gin ? Aucunes idées, mais j’oubliais vite la probabilité de me faire serrer. Mon visage était inconnu, plus qu’un détail. Voilà que ma jovialité s’était évaporée pour laisser place à cette expression maussade. Greed aurait put être un allié important, tout comme le Fullmetal et quelques chienchiens d’Amestris. Tant pis, faut croire que j’étais destiné à bosser seul. Je sortis de mes songes et me levais en ayant aperçu un tas de débris sur le côté du comptoir. Finalement je ne pouvais pas me résoudre à rester les bras croisés.
Dans un long soupire je rejoignais la miss tout en replaçant ma tignasse en arrière.
Courbé comme un vieux, je ramassais les débris pour les placer dans le carton qu’elle avait sorti prévu à cet effet. Avec ses p’tits doigts elle ne risquait pas d’aller vite. Où est le balai ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: young, wild and free ♪   Sam 30 Juin - 18:39




« J’peux comprendre que cet endroit te tienne à cœur, mais seule ca relève de l’impossible. Surtout maintenant, avec ce qu’on entend à Central et dans les pays voisins… »

........Les pays voisins… J’viens d’Aerugo et il semble en savoir plus que moi sur ce qui se passe là-bas… Ça m’étonnerai pas qu’il soit tout en haut de la pyramide. Mais quand même… Habillé comme ça… C’est pas un militaire… P’têt un fils de ces chiens de l’armée ? Bof, au pire on s’en fout…

« Tu as repris l’affaire après le départ de son propriétaire… »
........Je sursaute. Ce n’est pas une question, c’est une affirmation. Mais qui est-il putain ? Il sait. Tu le connaissais alors ? Ou bien c’est un pote de Dolchatte ? Un ex de Martel ? Ça se fait pas de demander à quelqu’un qui il est… J’viens déjà de virer un enfoiré à vie, j’peux pas me permettre de perdre un client ce soir. Le bar est presque vide putain, j’entends la porte se refermer pendant que je ramasse les débris de verre à la main. Même pas assez de fric pour s’acheter une pelle et une balayette. Tout le fric passe dans l’achat d’alcool. J’espère que le type a payé avant de partir.

« Tu étais implanté ici… Comment t-ont-ils retrouvés ? »
........… Il s’adresse à toi boss, pas à moi. Bon sang… Ça me fait flipper. C’est un homme de Bradley ? Et qu’est-ce que je fais, moi, si c’est le cas ? Il a très bien pu s’habiller comme ça pour m’amadouer et me soutirer des infos. Si c’est ça, c’est qu’il ont pas eu Martel. J’suis partie du principe que tout le monde était mort, mais j’ai pas vu son corps de mes propres yeux. J’espère franchement qu’elle s’en est sortie…
Le type vient finalement m’aider à ramasser les bouts de verre. Pas trop tôt.

« Il risque pas de vous apporter une réponse vous savez. Et même si il pouvait, j’suis pas sûre qu’il la connaisse. »

........Comme d’habitude, je choisis de cacher ma gêne par l’espièglerie. Un sourire faux sur le visage, je feins l’amusement et le regarde. Dans ces moments-là, je tente de prendre l’avantage en me rapprochant des gens pour qu’ils se sentent en insécurité. Je sais, c’est dégueulasse, et en plus ça marche pas sur tout le monde. Là j’peux même pas le faire, on est accroupis tous les deux. Alors j’attends simplement qu’il lève les yeux vers moi et le fixe en plissant les yeux. Je murmure pour que l’unique autre client reste en dehors de la conversation :

« Mais qui êtes-vous, à la fin ? »
........Ricanement à l’appui, je tente de garder ma gêne secrète. Pourquoi je suis gênée ? Simplement parce que je n’ai moi non plus aucune idée pour répondre à sa question. Comment Bradley t’as retrouvé ? C’est un homonculus, voilà comment. Mais ce genre de choses, ça se dit pas à des gens qui ne sont pas au courant. Et la rumeur se propagerait comme une trainée de poudre. J’avais eu de la chance pendant la première descente du Führer au Devil’s Nest, mais sur ce coup-là je donne pas cher de ma peau.

[HRP : Prend ton temps pour répondre, je reviens dans longtemps e_e !]

Revenir en haut Aller en bas
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: young, wild and free ♪   Sam 30 Juin - 23:13


« Il risque pas de vous apporter une réponse vous savez. Et même si il pouvait, j’suis pas sûre qu’il la connaisse. »

Je fis une moue puis baissais les yeux. Je pensais avoir parlé à voix basse, je pensais qu’elle était bien trop concentrée dans sa tâche pour m’entendre. J’haussais les épaules, ca m’était égal car d’après sa réplique j’avais vu juste. Pas besoin d’être très futé pour faire ces déductions, juste de l’observation. Et puis, j’avais déjà quelques points d’avance. J’entassais les plus gros et dangereux bouts de verres dans la paume de ma main gauche pour ensuite balancer le tout dans le carton. J’étais à fond dans mon élan, je ne levais les yeux qu’après avoir ramasser le plus gros. Bordel y’avait même pas un balAI ! A quel point ce bar était-il sur la paille ? Ca m’faisait quelque chose, surtout en voyant l’expression constipée de la belle. Elle avait apprécié Greed, et même dans la mort elle l’adorait. Je trouvais ça beau, ça fait un peu tarlouze mais c’est la vérité. J’enviais un peu l’Homonculus car je savais qu’il n’y avait personne qui m’attendait où que ce soit, personne qui ne pensait à moi. M’enfin…j’vais pas chialer, j’l’ai choisi donc j’me la ferme et j’assume comme un grand.
Nous restions quelques secondes à nous regarder, elle fut la première à baisser les yeux. Pour cause, j’avais surpris son regard. Puis après ces courtes secondes de silence elle me demandait à voix basse…

« Mais qui êtes-vous, à la fin ? »

Je me levais pour étendre mes jambes et replacer mon jean qui s'faisait la malle. Je remarquais que le bar était vidé de ses derniers clients, j’étais l’unique survivant. Un vrais warrior…
Je reportais mon attention par terre et rétorquais de mon air blasé…

« Arrêtes de me vouvoyer, y'a plus personne ... Et puis ca m’vieillit e_e »

C’était plus fort que moi, j’en avais pleins l’cul des formules de politesses. J’y étais tous les jours soumis, j’étais vouvoyé par mes subordonnés, ce détail c’était le fausset qui me séparait d’eux. Mais là, en tant que Lyl.G Evans, je ne valais pas plus que n’importe quel pecnot, absolument pas. Bien que la familiarité fût un signe de complicité et autre attachement, j’en avais besoin lorsque j’étais libre. Je soupirais et me reculais d’elle de quelques pas sans me relever. Là, ma main gauche plaquée sur le sol je transmutais un balai. Pas besoin de dessin, j’avais mon p’tit secret. Je me redressais au fur et à mesure que l’objet prenait forme. Ne critiquez pas mon sens de l’esthétique car le balai n’avait rien d’ordinaire… Un manche noir avec une tête de mort à l’extrémité. Charmant nah ? J’observais mon « chef d’œuvre » et je le fourrais dans les mains de la jeune femme. Je me baissais de nouveau pour transmuter une balayette assortie et daignais enfin répondre à sa question.

« Un simple blaireau en panne d’essence. »

Je levais mon regard vers elle et lui souriais, un demi-sourire étiré que d’un côté. Je lui filais la pelle et récupérais le balai. Je passais donc le balai vu que la miss avait zappé de taffer en me voyant faire mes conneries utiles. Je soupirais encore, hésitant par ce que j'allais lui avouer... Je me mis à balayer tandis qu’elle tenait la balayette et repris de ma voix monotone…

« Hmpff… En fait j’ai connu Greed. »

Je relevais automatiquement les yeux pour apercevoir l’expression de son visage. Dans l’incertitude je ne voulais pas voir l’un de ses sourcils se hausser et l’entendre me pondre un « quoi ? ». Un mot significatif qui m’aurait prouvé que je me plantais complètement sur la personne et l’endroit. Mais d’après sa tête, je compris qu’il n’y avait pas de quiproquos et j’enchainais…

« Mon maître Alchimiste voulait buter notre cher Généralissime, et de fil en aiguille j’ai eu vent des agissements de ton patron et son équipe de loubard folklorique. »

Loubard hm ? J’étais moi-même un de ces loubards. Un putain d’OGM crée par l’armée. Je faisais dans l’ironie car au fond j’étais en colère. Si je n’avais pas appris à me maîtriser j’aurais probablement déjà broyé le manche que je serrais. Mes propos étaient véridiques bien qu’ils ne résumaient pas totalement qui j’étais réellement si ce n’est aux yeux de cette fille ; un mec qui passe dans le coin. Peut être même plus si elle-même avait connaissance de la nature de Greed et de son équipe. Pas besoin d’en dévoiler plus, c’était rare que je puisse jacter sans contraintes morbides. Un brin de civilisation, un brin de pureté et d’innocence me réchauffait le cœur.
Je fis un tas avec le restant de bout de verre et sentis seulement à cet instant une plaie dans le creux de ma main gauche. Putain de verre, heureusement que j’étais pas une chocotte. Probablement faite en plaquant ma main pour transmuter, ou en ramassant le bordel des débris.
Une fois ma tâche achevée je croisais mes bras sur le crâne à l’extrémité du balai et l’observais, mon menton sur le dos de ma main.

« J’suis pas là pour te soutirer quoi que ce soit. Putain non… j’voulais juste filer au soleil couler quelques jours en paix loin du système et d’sa merde. »

Je gardais cette attitude nonchalante, j’étais plutôt posé comme mec lorsque je ne courais pas après ma vengeance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: young, wild and free ♪   Ven 20 Juil - 14:05




.......Il ne répond pas tout de suite à ma question et me laisse mariner pendant qu’il remonte son futal dans un geste vachement élégant. Puis il scrute le bar des yeux et revient enfin poser ses yeux sur moi pour me donner une réponse qui n’a aucun rapport avec ce que je viens de lui demander.

« Arrêtes de me vouvoyer, y'a plus personne ... Et puis ca m’vieillit e_e »
.......Je croise les bras et fais la moue. Merci, mais c’était pas ça la question. Si ça tenait qu’à moi ça ferait longtemps que je l’aurai tutoyé, bordel. Mais faut être polie et respectueuse des clients, peu importe leur gueule, leur sexe, leur couleur de peau, et patati patata. Sinon ils sont pas contents et on gagne pas de sous. Et les sous, c’est important. Tu vois, j’ai bien appris mes leçons.
.......J’ai même pas le temps de lui répondre qu’il est déjà en train de transmuter un truc. C’est bien ma veine, un alchimiste dans mon bar. L’espace d’un instant j’ai l’impression de revoir mon père en action. Puis je secoue la tête et chasse cette image de mon esprit. Ne pas penser à papa. Se souvenir de papa c’est se souvenir du visage qu’il avait le jour où on m’a chassée d’Aerugo. Ne pas penser à Aerugo. Ne pas penser à papa.
.......Je me relève juste au moment où il termine sa transmutation et me colle un balai dans les mains. Joli. Un crâne humain. Délicate attention, vraiment… Je soupire en passant mes doigts le long des orbites vides pendant qu’il se baisse à nouveau pour transmuter une pelle et une balayette. Pas de cercle. Pas un seul putain de dessin. Pas de gants comme ceux de Mustang, rien. Mon père, lui, traçait des cercles de transmutation à la craie. Mais je m’y connais pas bien en alchimie. Y’a sûrement d’autres techniques que celle de mon père. Non, pas papa. Je secoue une nouvelle fois la tête et il répond enfin à ma question précédente en se traitant lui-même de blaireau avec un sourire. Je ris doucement tandis qu’il m’échange le balai contre la balayette.
.......Je me baisse à nouveau et tiens celle-ci pendant qu’il balaie. Il reprend d’une voix pleine de lassitude.

« Hmpff… En fait j’ai connu Greed. »
.......Instantanément je sens mon corps se raidir. Je lève les yeux vers lui et croise son regard. Peu de gens savent qui tu étais. Les vieux qui ont investi le bar depuis que t’es plus là ont jamais entendu parler de toi, encore moins d’homonculus, et j’sais même pas si ils sortent de leurs grottes pour autre chose que venir se saouler ici. Les rares individus louches qui se souviennent de ta tronche se foutent royalement de savoir où t’es passé, du moment qu’il y a à boire. Un jour une de tes salopes est arrivée ici en me demandant où elle pouvait te trouver et je l’avais gentiment envoyé chier en lui disant que t’en avais eu marre de te taper des blondasses écervelées. Jm’en branle, t’es mort, je dis ce que je veux. ‘Fin bref. J’ai pas entendu ton nom depuis que j’suis passée derrière ce comptoir, et je m’attendais pas, mais alors pas du tout à l’entendre dans la bouche de ce type-là. Ce-dernier poursuis.

« Mon maître Alchimiste voulait buter notre cher Généralissime, et de fil en aiguille j’ai eu vent des agissements de ton patron et son équipe de loubards folklorique. »
.......Loubards. J’sais pas si c’est ce mot là que j’aurai choisis pour qualifier cette bande d’empotés. Dolchatte et Martel en étaient. Bido pissait dans son froc dès qu’il y avait un peu d’action, c’est pas ce que j’appelle un loubard. Folkloriques par contre, ça ça convenait bien. Très bien même. Une bande de chimères sous les ordres d’un homonculus désobéissant à son propre créateur et passant son temps à peloter les miches de poufiasses imbéciles… Et une petite clandestine qui n’a rien à faire là mais qui reste là même après la mort de l’homonculus en question parce qu’elle n’a nulle part où aller et qu’elle est tombée amoureuse de lui comme une conne. Folklorique ou pathétique, au choix.
Il me regarde de haut, appuyé sur le manche du balai. J’aime pas qu’on me regarde de haut. Alors je me redresse pour lui faire face. Mais il est toujours plus grand que moi.
Faut que je m’achète des chaussures avec une plus grosse semelle. Celles-là font que sept centimètres. C’est pas suffisant pour une naine dans mon genre. Ça ne semble pas le déranger, lui. Il se contente de dire quelque chose de plus.

« J’suis pas là pour te soutirer quoi que ce soit. Putain non… j’voulais juste filer au soleil couler quelques jours en paix loin du système et d’sa merde. »
.......Ça doit faire cinq bonnes minutes que je l’écoute parler en silence. D’habitude quand je fais ça, c’est parce que j’aime pas parler pour ne rien dire. Pourtant là c’est tout le contraire, en fait j’ai tellement de trucs qui me viennent à l’esprit que je sais pas par où commencer. Alors j’éclate de rire. Au moins ça me fait gagner du temps. Je délaisse le tas de débris de verre au sol pour m’asseoir sur le bord du comptoir.

« T’as l’air de savoir pas mal de choses, pour un blaireau. »
.......Simple remarque. Je poursuis sur ma lancée. J’ai enfin trouvé par quoi il fallait que je commence.

« Mais j’ai du mal à comprendre c’que tu me chantes. Alors j’aurai trois questions. Question un ! T’as simplement entendu parler, ou t’as rencontré le gentil monsieur aux chimères ? »

.......Je lève le pouce en appuyant ainsi le nombre un. La question est simple, j’ai juste besoin de savoir si toi tu le connaissais aussi. Je veux savoir si oui ou non ce type est un de tes potes, ou pas. Sachant qu’il peut faire de l’alchimie ce ne peut pas être un de tes frangins, mais tous les alchimistes ne sont pas forcément des gens de confiance. J’enchaîne sans lui laisser le temps de répondre.

« Question deux ! Partages-tu les sentiments de ton maître à l’égard de Bradley ? »
.......Je sais que je suis pas la seule à vouloir buter Wrath. Je termine ma phrase par un petit rire. Là aussi c’est très clair. Mais je peux me le permettre puisqu’on est seuls dans le bar. Si y’avait eu un seul autre client, même bourré, on aurait pas pu prendre le risque de parler librement. Les nouvelles vont vite dans ce pays. Les infos peuvent facilement passer de Dublith à Central. Y’a qu’à regarder c’que j’trafique avec le colonel. Encore une fois, j’enchaîne sans lui laisser le temps de parler. Il répondra après. Ou il ne répondra pas. Je dois aussi envisager la possibilité.

« Dernière question ! Et c’est sûrement la plus importante. Tu vis plus près de Central que moi, je suppose. T’façon même si c’est pas le cas ça me coûte rien de te poser la question. »
.......Je marque un temps d’arrêt, cherchant une manière subtile de formuler la chose. Et puis de quoi j’ai peur ? Finalement je balance ça comme je le pense.

« Qu’est-ce que tu sais de l’Organisation Zéro ? »
.......Combien de gens savent ce que c’est, j’en sais rien. Combien de gens sont au courant de ce qui se passe, j’en sais rien non plus. Mais même si ce type se traite de blaireau, il y a possibilité qu’il ait des infos que j’ai pas. Et moi j’ai besoin d’infos. J’peux pas me permettre d’abandonner le boulot d’informatrice faute d’informations. J’en ai putain de besoin.
.......Je reste silencieuse en attendant qu’il réponde, balançant mes pieds dans le vide devant moi, espérant qu’il daigne apporter des réponses à mes questions. Même des réponses évasives, j’essayerai de m’en contenter..


Revenir en haut Aller en bas
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: young, wild and free ♪   Ven 20 Juil - 19:13

« T’as l’air de savoir pas mal de choses, pour un blaireau. »

J'esquissais un sourire, amusé. A croire qu'elle m'avait pris au mot. Je n'ai pas l'habitude d'me faire traiter de blaireau, alors je me contente de sourire. En fait c'était plus son caractère qui m'avait tiré ce sourire. Sans omettre le gin qui faisait son effet petit à petit. Ouais, c'est au ralentis chez moi, ca m'prend en traître ou bien ca me couche sec. Vive l'alcool. Je ne la quittais pas du regard, elle avait pris ses aises en posant son boule sur le comptoir. En plus de ça notez qu'elle ne s'était pas fait prier pour me tutoyer.
Ah. Ca y'est, elle avait mis de côté son côté pompeux de gérante pour rester elle-même. Voilà qu'elle me questionnait. Intéressée sur mon lien avec l'homonculus. C'était là la première question, j'espérais que les autres ne seraient pas trop pertinentes. Je détournais le regard, une moue nonchalante qui m'donnait encore plus l'air d'un larron inoffensif. Je posais le balai contre le comptoir et m'allumais une autre clope avant de m'adosser au bar, enfin, comme je le pouvais. Ma main libre fourrée dans ma poche, je l'écoutais enchainer, silencieux, intrigué.

« Question deux ! Partages-tu les sentiments de ton maître à l'égard de Bradley ? »

Je ne pus retenir un rire narquois tout en secouant négativement la tête. C'était tellement évident pour moi du coup le fait qu'on me pose la question m'outrait. C'est sûr que ce n'était pas évident pour les autres, c'est pourquoi je me reprenais vite, tirant une grosse bouffée sur ma clope. Bordel, j'ai fait le choix de léguer ma vie à l'extermination de toute cette merde, donc vous comprenez ma réaction. Je gardais le silence, l'observant décompter avec ses doigts le nombre de question. J'attendais la dernière avec impatience, par pure curiosité. D'ailleurs elle avait ri en cœur avec moi, allez savoir ! J'en déduisais quand même quelque chose ; elle connaissait la nature de Greed mais en plus elle avait connaissance des six autres. J'en venais à cette conclusion, une intuition, j'avais appris à être perspicace. Par conséquent je ne pouvais m'empêcher d'examiner cette fille.

« Dernière question ! Et c'est sûrement la plus importante. Tu vis plus près de Central que moi, je suppose. T'façon même si ce n'est pas le cas ça ne me coûte rien de te poser la question. »

« J'ai entendu parler d'la bête, je ne l'ai pas connu personnellement. Pour ce qui est de Bradley, si j'pouvais vendre mon âme au Diable pour lui arracher ne serait-ce qu'un bras, j'le ferrais sans hésiter. »

Ne l'avais-je pas déjà fait ; vendre mon âme ? Sans m'en rendre compte j'avais récupéré mon air sérieux. En pensant à tout ca, même ici à des bornes de mon statut, j'étais blasé. Ca m'faisait chier d'en parler, j'avais quitté Central City pour laisser tout ça derrière moi quelques jours. Mais en fait, où que j'aille ca me rattrapait, c'était un fait. Cette inconnue, je ne l'imaginais pas être un agent double au service de l'armée. Non, j'avais du mal à imaginer cette probabilité, pourtant elle était probable. C'est pourquoi je ne pouvais pas prendre de risque, je ne pouvais pas lui accorder ma confiance d'un coup en lui lâchant des informations cruciales.
Un nouveau soupire. Je déportais mon regard sur son visage, l'observant avec attention. Pff... Non mais sérieux, comment croire un instant qu'elle se jouait de moi ? Elle avait l'air tellement inoffensif. Je détournais donc sa dernière question, curieux à mon tour.

« Qu'est-ce que tu recherches exactement ? je marquais un temps d’arrêt, je regardais ma clope, puis ma petite plaie. J'ai en effet quelques informations sur cette organisation. »

Je m'arrêtais, sourcil froncés, quelque chose venait de me traverser l'esprit. Je me retournais et me penchais légèrement sur le comptoir sans la quitter des yeux. Bordel ça me paraissait évident maintenant. Cette fille voulait probablement venger ses amis, tous décimés par Bradley et sa bande. Cette éventualité me paraissant très fort probable à cause de ses questions, je lui demandais...

« Tu veux les venger ? »

Je levais un regard froid vers elle, un changement soudain qui marquait l'importance de la situation. La vengeance n'apportait rien de bon si ce n'est la fin en soi. J'étais bien placé pour le savoir. Vous croyez que c'est cela qui la rongeait? Qui la poussait à me questionner? J'appuyais ma joue gauche contre mon poing tout en la jaugeant. En fonction de sa réponse je me disais que j'aviserais du choix des réponses à sa dernière question.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: young, wild and free ♪   Lun 23 Juil - 9:31




« J'ai entendu parler d'la bête, je ne l'ai pas connu personnellement. Pour ce qui est de Bradley, si j'pouvais vendre mon âme au Diable pour lui arracher ne serait-ce qu'un bras, j'le ferrais sans hésiter. »

..........Voilà qui me rassure un peu. Non pas que j’étais inquiète, non, juste que… Au moins j’suis sûre que cet oiseau-là n’est pas trop dangereux pour moi. Je sais pas moi, il aurait pu.. être un des hommes de Wrath ? A supposer qu’il accepte d’avoir des soldats avec un gueule pareille… Je ris doucement à cette idée. Non, impossible. Bref. En tout cas on a tous les deux une légère rancœur pour Bradley. Je ne lui demande pas pourquoi, ça ça ne me regarde pas. Même si, je l’avoue, il m’intrigue tellement que j’aimerais en savoir plus sur lui. Mais ça ne se justifie pas, alors passons.
..........Il répond à ma dernière question par une autre. Agaçant. Non, pire que ça.

« Qu'est-ce que tu recherches exactement ?... J'ai en effet quelques informations sur cette organisation. »

..........Ce que je recherche ? Non, désolée, je ne peux pas le dire à n’importe qui. Je n’ai pas encore confiance en lui. Imagine un peu qu’il vienne à apprendre que je suis clandestine et que ça se sache, je me ferai renvoyer vite fait à Aerugo et là… Je ne donne pas cher de ma peau. Ne pas penser à Aerugo.
..........Quand à ces infos… « DONNE LES MOI BORDEL ». C’est mon ticket de sortie… Ma nationalité, elle est là putain. Tout ça j’en ai besoin… Ça peut aider Mustang… Et ce qui aide Mustang m’aide aussi. Mais je me retiens de crier cette phrase. Le brusquer pourrait tout foutre en l’air. Je ne veux pas louper ça. Je tombe sur un type qui a des infos sur l’Organisation qui intéresse le plus en ce moment, dans mon bar, CHEZ MOI. Pas question de le laisser partir sans avoir entendu ne serait-ce qu’un dixième de ce qu’il pourrait me dire. Je veux savoir.

« Tu veux les venger ? »

..........Il me regarde. Son regard est dur. Comme je ne répondais pas il a décidé de continuer, j’imagine. La vengeance… J’y ai pensé, oui. Mais ça ne mènera à rien, n’est-ce pas ? Je pourrai le tuer, de mes propres mains, autant de fois qu’il le faudra. Me rendre à Central et trouver un moyen d’entrer au QG de l’armée… Et même si j’y arrivais, est-ce que lorsque je l’aurai tué assez de fois, quand il ne lui restera qu’un mince souffle de vie… Quand j’aurai ma lame sous sa gorge… Je me sentirai mieux ? Est-ce que, même si à ce moment-là il me dit qu’il regrette de vous avoir tous fait éliminer, même si il me dit qu’il est désolé de t’avoir planté son épée en travers de la gorge, est-ce que ça vous ramènera ? Est-ce que ça te ramènera ? Non. Je serais toujours aussi seule. Et en prime j’aurai les mains couvertes de son sang. Son sang dégueulasse. Putain d’homonculus.
Je détourne le regard et finis par répondre.

« Non. »
..........Je fixe les bouteilles rangées contre le mur. Rien d’autre ne sort de ma bouche pour l’instant. J’ai la gorge sèche et je sens les larmes que j’enfouis depuis longtemps remonter à mes yeux. Je ne veux pas qu’elles remontent. Pleurer non plus ça n’a jamais rien changé. Ça ferait couler mon maquillage et ça me ferait passer pour… Une faible ? J’en sais rien de quoi j’aurai l’air. Mais j’veux pas pleurer. Je toussote en baissant les yeux. Je reprends.

« Mais ça ne m’empêche pas de le haïr de tout mon cœur. Il me les as pris... Tous. Sans exception… Mais même si il payait pour ça, ça ne changerait rien, pas vrai ? »

..........Je grimace. Putain de merde, non j’ai dit. J’veux pas. Je me force à sourire et le regarde à nouveau dans les yeux.

« Je ne veux pas rejoindre cette Organisation, non, pas du tout. J’ai seulement besoin de… »
Je m’interromps en fronçant les sourcils. Qu’est-ce que j’allais lui dire putain ? J’suis pas bien. J’ai failli lâcher que j’étais clandestine. Non non non. Prudence bordel. Je soupire et me mets à tripoter mes cheveux, gardant mes prunelles dans les siennes.

« Réponds à ma question. »


Revenir en haut Aller en bas
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: young, wild and free ♪   Lun 23 Juil - 12:10

Je l’observais avec intensité, mon visage perdis en fermeté lorsque je la vis se dérober. Son visage avait perdu cet air enjoué et mignon pour devenir blafard. Quelle merde... Je me redressais, sourcils à moitié froncés. Quel crétin, j’avais touché une corde très sensible. Je manquais de tact parfois, c’est ca quand on vit dans un monde de brute. Elle reportait son regard sur moi après avoir étouffé sa peine. Mes yeux faisaient navette entre les siens, je lisais sur son visage une tristesse infinie. Je crus voir de la détresse et un brin de colère. Rien d’étonnant en fait. La jeune femme reprenait la parole, la voix plus morose.

« Mais ça ne m’empêche pas de le haïr de tout mon cœur. Il me les as pris... Tous. Sans exception… Mais même si il payait pour ça, ça ne changerait rien, pas vrai ? »

Je détournais le regard dans un soupir las. Je fis le tour du comptoir et pris place sur le même tabouret que précédemment, face à elle. Je déposais mes cendres dans le cendrier puis répondais doucement, pour moi-même…

« Non…rien du tout. »

On ne peut ramener les morts à la vie, et même par la vengeance ca ne ranimerait pas l’amour qu’on leur porte. Les homonculus m’avaient également tout pris ; ma mère, mon humanité, mon enfance, mon innocence, mon maître et pour finir ma vie. J’étais une enveloppe vide qui, inconsciemment, cherchait à combler le vide de son âme en rencontrant quelqu'un dont le cœur est aussi creux que le mien. Mais passons, je ne me plaindrais jamais de ma situation, car je l’ai choisie. Fallait bien que quelqu’un le face, non ? Je savais parfaitement que la vengeance n’avançait à rien, mais moi j’étais bien trop embourbé dedans, j’avais en plus de la mienne celle d’un autre homme et celle des milliers de personnes tuées pour leurs plans merdiques d’immortalité et je ne sais quoi d’autre. Je tirais encore une taffe sur ma clope tandis que la belle s’égarait pour se reprendre très vite. Je levais mon regard neutre vers elle, rencontrant ses yeux bleus. Elle me demandait de répondre. Répondre à quoi déjà ? Ah oui, la dernière question. Je lâchais encore un soupire, lassé, crevé et appuyais mon poing sur ma joue tout en observant mon verre vide.

« Tu veux que j’me confie alors que toi tu ne me fais pas confiance. »

Je pouvais lui révéler tant de truc tout comme je pouvais fermer ma grande gueule et la laisser dans le vague. C'est avec nonchalance et comme si de rien n'était que lui dis...

«J'me confie que sur l'oreiller...»

Je lui jetais un regard, je voulu sourire mais je n'y parvenais pas. J'avais du mal à plaisanter en fait. J'observais son visage un tantinet morose qu'elle essayait de me dissimuler pour finalement reprendre en observant d’un air morne dehors.

« A quoi ca te servirait d’en apprendre plus à part te faire rager ou t’envoyer tout droit dans les filets d’la vengeance. J’sais pas c’que t’as en tête ni qui t’es mais ne t’approche pas trop de l’armée. Tu dois savoir à quel point ce sont des enculés de première qui n’ont pas le moindre scrupule. »

Je m’étais redressé au fur et à mesure que je lui causais. Ma voix devenait de plus en plus ferme au fur et à mesure. A la fin de ma phrase j’avais fais glisser mon large bracelet en cuire noir vers mon poignet pour lui montrer mon tatouage sous mon avant-bras droit. Il représentait la série typique de chiffre des cobayes chimères de l’armée. Si elle avait côtoyé les amis de Greed elle avait obligatoirement connaissance de ce type de tatouage. Même si je fus dans les premiers cobayes, le tatouage était resté le même, également leurs méthodes. J’en savais quelque chose, j’étais de mèche avec ces bâtards et dans l’ombre je complotais seul contre eux. Je ne la quittais pas des yeux, l’observant avec ma haine à l’égard d’Amestris. Je replaçais mon bracelet en cuire qui n'avait pour unique but de camoufler mon tatouage. J’en avais rien à foutre de lui révéler ce gros détail me concernant, tout comme j’en avais rien à foutre de lui dire que je venais de Drachma. Mais bon, ça on s’en tape non ? Les immigrés ce n’est pas ce qui manque ici. Tss… ce n’était pas pour ce pays qui je me battais, mais pour notre liberté à tous. Repenser tout ça avait éveillé ma colère, j’étais plus blasé que jamais. Je m’étais un peu emporté en découvrant que même à des kilomètres de Central, ces cons arrivaient encore à blesser des innocents. Je descendais de mon perchoir avec l’idée d’aller me calmer les nerfs plus loin. Je sortais mon portefeuille et je déposais un beau paquet de fric, me fichant éperdument de mon fric sale que je gagnais en servant un type cinglé. Je jetais la fine liasse de billet sur le comptoir avec négligence et tournais les talons.

« Ils veulent anéantir l’alchimie, ils complotent avec les Homonculus. Garde ça précieusement, ils sont partout… »

Inutile de lui dire que ca ne servait à rien de vouloir agir seule, elle le savait sûrement vu qu'elle ne voulait pas se venger. J'étais intrigué, je me demandais la quelle était la nature et le but de ses questions.
Je m’étais arrêté à la hauteur de la porte pour lui avouer cette information précieuse. Sans lui jeter un regard je fronçais les sourcils et poussais la porte d’entrée pour disparaître en vitesse. C’est dans ma bagnole que j’allais crécher, ou bien peut être que je marcherais. Fuck ! Excuse-moi d’être aussi bourru la miss mais j’avais un énorme fardeau qui ne cessait de m’affaisser et qui me rongeait de l’intérieur. Comment se faire passer pour un simple jeunot paumé? Ou bien, comment converser avec une fille sans avoir peur de la foutre en danger ou de m'y accrocher? Aucune idée, c'est pour ça que je me cassais. Une réaction impulsive, tant pis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: young, wild and free ♪   Lun 23 Juil - 12:52




« Tu veux que j’me confie alors que toi tu ne me fais pas confiance. »

..........Je souris faiblement. Bien sûr, je suis idiote. N’importe qui aurais réagis pareil. Je pars du principe que je ne dois faire confiance à personne mais que les autres, eux, n’ont aucune raison de douter de moi. Au fond, je suis une égoïste. Mais c’est ce qu’il faut pour survivre, non ? Si je ne me soucie pas de moi… personne ne le fera.

«J'me confie que sur l'oreiller...»
..........A ça, je n’ai rien à répondre. Je ne suis pas ce genre de fille qui couche avec n’importe qui, même par nécessité. Je ne suis plus ce genre de fille. Evidemment, je pourrais déléguer une des filles pour remplir cette tâche à ma place, mais non seulement elles sont toutes absentes, mais en plus je sais bien qu’il plaisante. D’ailleurs je le vois… Tenter de sourire ? J’en sais rien. Il reprend.

« A quoi ca te servirait d’en apprendre plus à part te faire rager ou t’envoyer tout droit dans les filets d’la vengeance. J’sais pas c’que t’as en tête ni qui t’es mais ne t’approche pas trop de l’armée. Tu dois savoir à quel point ce sont des enculés de première qui n’ont pas le moindre scrupule. »

..........Oui, je le sais. Seulement c’est pas la première fois que je m’associe à des gens douteux. Toi par exemple, y’avait pas plus douteux que toi à Amestris, j’te jure.
..........Je sens de la rancœur dans sa voix, je ne réponds pas. A quoi ça me servirait de lui balancer tout ce que je trafique avec Roy ? A rien. A part peut-être à l’énerver et à l’empêcher de me dire ce qu’il sait. De toute façon il ne dira rien, je le sens. Lentement, il lève le bras et dégage un bracelet pour me montrer quelque chose. Mes yeux vagabondent le long de son avant-bras, découvrant une suite de chiffres semblable à celles que je connais bien. Une chimère. Je mets une main sur ma bouche. Ses yeux ne quittent pas mon visage, remplis de colère. On dirait qu’il me hais de tout son cœur, mais je comprends qu’en réalité ce n’est pas contre moi qu’est dirigée sa haine. Enfin je crois.
..........Il dépose une liasse de billets sur le comptoir et se dirige vers la porte. Cette fois j’en suis sûre, il ne dira plus rien. Il est énervé. Je n’ai rien réussi à obtenir de lui à part le fait qu’il soit lui aussi le fruit d’une petite expérience de l’armée. Mais ça ne me sert à rien. J’enlève doucement ma main de devant ma bouche et la repose sur le comptoir en le regardant s’en aller. Mes yeux se baissent vers les billets et je secoue la tête. Au moins, avec ce qu’il a but, j’aurai pas perdu ma soirée.
Il s’arrête sur le pas de la porte et lance une dernière phrase.

« Ils veulent anéantir l’alchimie, ils complotent avec les Homonculus. Garde ça précieusement, ils sont partout… »

..........Je lève les yeux au dernier moment pour le regarder s’en aller, surprise. Il disparait rapidement. Il est pressé. Ou bien les larmes qui emplissent mes yeux le dissimulent, j’en sais rien. J’aurai jamais cru qu’il me dirait quelque chose. Anéantir l’alchimie… Ce n’est pas rien.
..........Je fourre les billets dans le pot sous le comptoir et je reste debout un moment, sans trop savoir quoi faire. Finalement, je me laisse tomber au sol, à côté du tas de débris de verre qu’il m’a aidé à rassembler tout à l’heure. Ramenant mes jambes contre ma poitrine, j’appuie ma tête sur mes genoux pour réfléchir.
..........En une seule phrase, il m’a donné trois informations importantes. Le but de l’Organisation Zéro est bel et bien de détruire l’alchimie. Pour ça elle complote avec tes frères. Et pour finir… Ils sont partout. Est-ce qu’ils s’arrêteront à Amestris ou iront-ils par-delà les frontières ? Si c’est le cas mon père aussi est en danger. Et moi je ne peux rien faire seule. Je me sens impuissante. Les larmes inutiles coulent enfin sur mes joues, et tombent sur mes cuisses. Si seulement vous étiez encore là, vous tous...

Revenir en haut Aller en bas
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: young, wild and free ♪   Lun 23 Juil - 14:25

Sur le chemin je repensais à sa tête lorsqu’elle avait vu mo tatouage. Choquée, elle avait porté sa main à sa bouche. Une réaction explicite. J’arrivais à la hauteur de ma bagnole lorsque je me rendis compte en tâtonnant mes poches que j’avais zappé mon paquet de clope. Quelle merde…

« Fait chier… »

J’étais encore plus blasé, je shootais dans un emballage cartonné par terre et fis demi-tour. Je jurais, malpoli comme j’étais. J’agressais verbalement un vieux machin qui m’observait du haut de sa fenêtre. Il me jaugeait le vieux ! Il me méprisait ! Je le voyais !! Je plissais les yeux et fis une moue avant de tracer. Voilà que je m’en prenais aux vieux… Quel type exécrable que je faisais ? Oh fuck. Ca m’emmerde tout ca. Je faisais le chemin inverse d’un pas décidé. Les mains fourrés dans les poches de mon jean j’apercevais au loin le Devil’s Nest. Le nom me semblait bien trouvé maintenant que j’y pensais. Mais tu parles d’un diable… Greed n’avait rien de méchant contrairement à ses frangins. Je regrettais que ce larron ait été crevé, lui et toute sa bande. J’aurais pus m’en faire de bon alliés… Fait chier ca aussi. Ce n’était décidément pas mon jour.

Je poussais d’une main la porte du bar et retenais la porte en n’apercevant…personne. Je sentais la présence de la serveuse, je connaissais sa position grâce à mes capacités de chimère. Je m’approchais doucement, silencieux, comme si que je marchais sur des œufs. Je ne l’avais pas senti bouger, elle ne m’avait probablement pas entendu. Mon paquet n’avait pas bougé de place, ni mon verre. Je m’approchais du comptoir et pris mon paquet dans ma main avant de l’épier dans le but de lui faire peur. Je me penchais sur celui-ci, allongé sur mon buste pour l’apercevoir. Elle était recroquevillée à terre, sanglotant. Je remballais mon quart d’heure taquin pour froncer les sourcils, touché par cette vision. Elle avait pourtant semblait si forte… Je me redressais pour faire passer de l’autre côté du bar au lieu de faire le tour en marchant. Elle cachait son visage, honteuse d’avoir été surprise. Mais je m’en fichais, après tout c’était sûrement de ma faute, j’avais remué le couteau dans la plaie. Je soupirais, j’étais pire que nul dans ce genre de situation. C’était la première fois que je me retrouvais dans une telle situation. La voir pleurer m’attendrissait, éveillant mon côté humain.
Accroupi en face d’elle je l’observais, un brin ferme.

« Nous ne devons jamais verser de larmes. Les larmes ne sont rien d'autre que la défaite du corps contre le cœur. Elles constituent la preuve que garder un cœur ne sert rien d'autre qu'à l'affaiblir. »

Je marquais un temps d’arrêt puis souriais, je pouffais silencieusement avec ironie.

« Ce sont les paroles de mon maître. Si il est mort c’est parce qu’il était trop arrogant, il a tenté de congeler le QG de Central avec un gigantesque mur de glace… »

Je m’arrêtais à nouveau, je tournais autour du pot et ca me gavait. Je reprenais en posant ma main droite sur son épaule frêle.

« En fait c’est juste une façon d’extérioriser ses émotions au lieu de péter un plomb. S'il avait pleuré, peut être qu'il aurait été plus rationnel... Y’a pas de honte et puis je ne vais pas te juger, moi le blaireau paumé. »

Quel étrange discours. Je me demandais si ca allait lui apporter un quelconque réconfort ou si elle allait simplement m'envoyer paître. Ni rancunier, ni susceptible, j'étais prêt. J’attendais qu’elle daigne enfin me montrer son visage. Ma colère s’était évaporée, j’aspirais seulement à revoir un sourire sur son visage. Je lâchais son épaule après quelques secondes et détournais le regard, observant les débris de verre à son côté. J’avais zappé ma plaie, je ne sentais même plus son picotement dans le creux de ma main. Je restais là devant elle.

« Allez, relève-toi. Ces enfoirés payeront, tous autant qu’ils sont, je peux te le jurer. »

Et ca a déjà commencé... Persuadé de ce que je disais j’avais la lueur du battant dans mon regard, cette expression ferme et dure qui était impénétrable. C’est certain, je n’abandonnerais pas, j’avais trop à y perdre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: young, wild and free ♪   Lun 23 Juil - 17:51




..........Et merde. Voilà. Voilà pourquoi je pleure jamais. Putain. Il est là, à me parler, et moi je ne fais que l’écouter parce que ma voix c’est barrée avec les larmes. Il sort des trucs philosophiques, ce genre de chose rentre par une oreille et ressort par l’autre avec moi. La défaite du corps sur le cœur. Ahah. C’est peut-être vrai. Mais au fond je sais que ça ne sert à rien, alors pourquoi je pleure, j’en sais rien ? Toi t’aurais bien rigolé en me voyant dans cet état. Tu m’aurais dit un truc comme… Je sais pas… Pleure pas, fillette, t’es pas jolie quand tu pleures. Mais moi je m’en fous d’être jolie, bordel. J’veux juste que ça s’arrête, que je puisse être tranquille au moins une fois dans ma vie… Qu’au moins une fois je puisse me sentir bien. Comme avant que je commence mes conneries et que je me retrouve ici. A Aerugo j’ai conscience que j’ai déconné… Mais ici, pourquoi… Pourquoi est-ce que Wrath est venu… Pourquoi est-ce que je vous ai tous perdus… ? Qu’est-ce que j’ai fait pour ça… Rien. C’est peut-être juste moi qui n’ai pas le droit d’être heureuse. J’sais pas. Je ne suis pas censée être là, de toute manière. Je n’existe pas.
..........Je sors de ma réflexion en sentant qu’il enlève sa main de mon épaule. J’avais même pas capté qu’il l’avait mise là.

« Allez, relève-toi. Ces enfoirés payeront, tous autant qu’ils sont, je peux te le jurer. »
..........Je ris doucement à travers les larmes et m’essuies les yeux. Lentement, j’enlève le maquillage qui a coulé sous mes yeux et me retrouve avec les doigts noirs. Je secoue la tête et étend un peu mes jambes devant moi avant de me lever, chancelante. Je m’agrippe au comptoir.

« Jm’en fous moi… Qu’ils paient ou pas ça changera rien pour moi. J’sais même pas pourquoi j’suis dans cet état, j’suis… Raaah. Putain de merde. »

..........Coup de pied dans le comptoir à l’appui, je soupire. Je sais pas à quoi ressemble ma tronche mais ça doit pas être beau à voir. Bof, au pire on s’en fout. Mes yeux tombent sur le tas de verre au sol. Ah oui, j’ai toujours pas ramassé ça. Je choppe la magnifique balayette et les fous dans la poubelle. Puis je tape mes mains l’une contre l’autre d’un air satisfait. C’est bon, maintenant que c’est propre je me suis calmée. Et finalement je suis comme toutes les bonnes femmes qui font le ménage pour se détendre. Nouveau soupir.

« Et puis, qu’est-ce que tu fous là ? Je croyais que tu te cassais. T’as réalisé que tu m’avais filé beaucoup trop de fric, c’est ça ? »

..........Je souris. Si jamais c’est le cas il peut crever pour que je lui rende son pognon. T’as déteins sur moi, je suppose… Comme à mon habitude, j’arrive à dissimuler mes sentiments derrière un sourire faux. Mais là je suis à bout, la preuve, j’ai craqué tout à l’heure. Il va me falloir… Disons… Un petit remontant. J’attrape la tequila sur mon bar et lui fait un signe de tête.

« Puisque t’es là… »

..........Je l’interroge du regard. Avec ce qu’il a déjà payé il peut bien rester m’aider à vider cette bouteille. Y’a aucun plan derrière cette proposition, à l’heure actuelle l’Organisation Zéro ne m’intéresse plus, j’ai ce qu’il faut pour Mustang. Je veux juste pas boire seule. A tous les coups je finirais trop torchée pour me souvenir comment je m’appelle. Remarque, j’ai aucune garantie de ne pas finir bourrée avec lui non plus mais… Question de principe, je ne bois jamais quand je suis seule.

Revenir en haut Aller en bas
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: young, wild and free ♪   Lun 23 Juil - 19:40


« Jm’en fous moi… Qu’ils paient ou pas ça changera rien pour moi. J’sais même pas pourquoi j’suis dans cet état, j’suis… Raaah. Putain de merde.

Je la regardais, perplexe, un brin amusé par son comportement. On aurait dit une enfant. Les filles sont fragiles, il faut les ménager. Mais comment fait-on ? Bah j’sais pas. Du coup je détends l’atmosphère une fois qu’elle a découvert son visage de ses mains.

« Ah ben… on dirait un panda… »

Je dis une moue narquoise, l’observant avec amusement. Ca ne sert à rien de tirer une gueule de déterré, ca ne fait qu’attrister. Cette fille se sentait seule, voilà tout. Elle ne quittait pas le bar car elle avait probablement un attachement ou des souvenirs qu’elle voulait conserver. Peut être était-ce lieu qu’elle voulait faire perdurer. Mais l’argent et les employés semblaient lui faire fau bond. Quelle galère… Elle avait bien du courage quand même. Je croisais les bras tandis qu’elle ramassait enfin les éclats de verres. Ca me faisait chier de la voir se démener seule. Ca me faisait chier de le reconnaître mais la compagnie de cette fille me distrayais, elle était un peu comme Pandora, différente.

« Et puis, qu’est-ce que tu fous là ? Je croyais que tu te cassais. T’as réalisé que tu m’avais filé beaucoup trop de fric, c’est ça ? »

Je riais doucement, silencieusement comme à mon habitude.

«Erf...tu pourrais cacher ta joie . C'est pas pour tes beaux yeux que j'suis là... Je tâtais ma poche gauche de mon jean et répondis. J’avais zappé mes clopes… »

Finalement j’avais bien fait de l’oublier et de revenir. Ma compagnie, aussi nulle soit-elle, lui apportait un brin de réconfort. Et puis ca me faisait du bien de côtoyer une personne simple et non sadique et avec je ne sais quoi d’autre passe-temps malsain.

« Puisque t’es là… »

Je l’observais me servir un verre, un sourire aux lèvres. Elle avait tout compris ! L’alcool était le meilleurs des remontants, à condition d’avoir l’alcool bon. Je sortais de son « territoire » et fis le tour du comptoir pour retourner me percher sur un tabouret, bien en face d’elle. Je posais mes clopes, mon portefeuille et mes clefs sur le comptoir et attrapais mon verre.

« J’en ai rien à taper du fric. J’en ai suffisamment pour te racheter ton bar ou pour m’torcher avec. »

Je jetais un coup d’œil dehors, la lumière du soleil s’estompait de plus en plus. Joli crépuscule, je reportais mon regard sur mon verre et le terminais d’une traite après l’avoir soulever devant elle.
Je grimaçais, j’avais senti couler le liquide du début à la fin. Mon corps étant plus froid qu’un humain ordinaire, j’avais l’impression que l’alcool me brûlait l’œsophage. Mais ce n’était pas désagréable, je connaissais par cœur cette sensation… je posais mon verre sur la table. Après un court silence je reportais mon regard de jade sur ses prunelles bleuté, encore rougies par ses larmes. Rien que pour ca Bradley méritait de crever. Ca et bien d’autres choses… Je faisais tourner mon verre de ma main droite, ma joue gauche écrasée sur mon point gauche.

« Alors, quel est le prénom du panda ? »

Elle m’intriguait, je doutais d’oublier son visage donc je voulais y placer un blaze. Le bar était toujours vide, juste elle et moi et cette bouteille de téquila. J’risquais d’être vite torché, la fatigue et l’alcool ne font pas bon ménage. Je me servais un autre verre, toujours pure. Je repensais subitement à ses dernières paroles. Je fronçais légèrement les sourcils et annonçais d’une voix basse, scrutant le liquide incolore dans mon verre…

« C’est pour éviter ce genre de choses que je veux leur arracher leur cœur de pierre. »

Voilà que je ressassais... Je fis une moue, toujours perdu dans mes songes et avalais cette fois-ci le quart du breuvage. J’espérais que sa proposition tienne toujours, j’avais plus envie de crécher dans ma bagnole, ni envie de me barrer. D’ailleurs je ne savais toujours pas comment j’allais faire pour récupérer de l’essence… Fuck ! Chaque chose en son temps. En l’occurrence c’était mon verre qui m’importait, et cette étrange créature aux allures de dure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: young, wild and free ♪   Mar 24 Juil - 9:34




« J’en ai rien à taper du fric. J’en ai suffisamment pour te racheter ton bar ou pour m’torcher avec. »

.........C’est d’une classe… Hmpf. Je ris. C’est ça son but en fait, me faire rire. Je me sers un verre à mon tour et le porte à mes lèvres. Je le bois en une fois, et tout d’un coup ça va bien mieux. .........Je sens le liquide couler dans ma gorge et me réchauffer de l’intérieur. J’attrape deux autres bouteilles au hasard derrière moi et contourne le bar pour m’asseoir près de lui. J’en ai assez d’être debout. Posant les
bouteilles devant moi, je les regarde ensuite d’un air pensif.

« Alors, quel est le prénom du panda ? »
.........Sa question me sort de ma réflexion. J’dois vraiment avoir une tête de déterrée. Je ricane et tourne mes yeux vers lui. Je réponds doucement avec un sourire absent.

« Elwyna. Mais on m’appelle Elwy’. Ou on me siffle. »
.........Sur ces derniers mots je soupire. Il se sert un autre verre et contemple le liquide. D’une voix blasée il ajoute.

« C’est pour éviter ce genre de choses que je veux leur arracher leur cœur de pierre. »

.........Je devines qu'il ne parle pas des abrutis qui me sifflent pour avoir un autre verre. Je choisis de rire pour la énième fois. Soit c’est ça soit je me remets à pleurer, et pour le coup ça me ferait vraiment chier. Je ne réponds pas, mon rire est ma réponse. Je ne serai pas étonnée si j’apprenais que ces enfoirés peuvent vivre sans cœurs. Tout ça, c’est inutile. On a beau s’agiter dans tous les sens, il y a toujours un moment où on se rend compte que ça ne sert à rien. Les optimistes auront sûrement envie de me foutre sur la gueule, mais pour moi ça a toujours été comme ça. Depuis le premier jour. Même le jour où tu supplies ton meilleur ami pour qu’il explique aux flics que ce n’est pas toi mais lui le coupable, il te laisse dans la merde et tu découvres qu’il se sert de toi depuis le début. Mais à ce moment-là c’est trop tard, t’as plus aucune chance de t’en sortir, tout ce que tu fais pour tenter de sauver ta peau ça revient à brasser du vent. Et au final, tu te retrouves expulsée dans un pays inconnu en conflit avec le tiens. Tous des enfoirés.
Finalement, je détourne le sujet.

« Et le blaireau, il a un nom ? »

.........C’est pas tout ça mais maintenant qu’il sait comment je m’appelle je vois pas pourquoi moi je ne connaitrais pas son nom aussi. Même si ça me sert à rien, j’vais pas continuer à l’appeler le blaireau non plus. Ça va finir par lui taper sur les nerfs. Je me ressers un verre avant de plisser les yeux. Pourquoi je salis la vaisselle ? J’vais boire toute la bouteille t’façon. Je laisse mes yeux vagabonder le long des étiquettes des trois bouteilles que j’ai prises. Une deuxième de tequila… Une d’aperol que je vais ranger direct parce que 6% c’est rien du tout… Et pour finir une de vodka. Je hausse les épaules en attrapant l’autre de tequila pour boire direct à la bouteille. Trois gorgée plus tard, je la garde dans ma main et tousse avant d’éclater de rire. Je demande.

« Et sinon, tu vas dormir dans ta caisse ? »

.........Je me répète, mais avec ce qu’il a payé il peut bien utiliser une des chambres de l’étage s’il veut. Ou la mienne. Naaaaan, j’dis n’importe quoi là. Je sens que je suis partie pour finir torchée.

Revenir en haut Aller en bas
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: young, wild and free ♪   Mar 24 Juil - 11:03

Je la suivais du regard, l’observant se mouvoir jusqu’à moi pour prendre place à ma droite. Voilà qu’on avait l’air de deux loubards pochtrons. J’affichais un air légèrement satisfait en l’entendant rire. Mais voilà, l’expression maussade de son visage la trahissait. Putain pourquoi j’arrivais toujours à voir ce genre de chose alors que j’étais incapable d’y remédier ? Je portais mon verre à mes lèvres, observant les deux bouteilles de son côté.

« Elwyna. Mais on m’appelle Elwy’. Ou on me siffle.
-Tch.. »

Je fronçais les sourcils, hésitant puis posais mon verre avant de la regarder, amusé. Quel genre de type pouvait bien siffler une dame ? Des gros cons.

« Elwyna. »

J'avais l'habitude d'appeler les gens par leur nom de famille pour éviter la familiarité. M'enfin tant pis. Je le répétais à voix haute pour me l’imprimer. Elle me retournait la question, reprenant encore mon adjectif péjoratif de précédemment. Décidément… Je souriais, un sourire à demi étiré d’un côté. Je fixais mon verre, observant la lumières des appliquer se refléter dedans.

« Lyl »

Juste Lyl, pas de surnom ou autre, je n’avais pas d’amis, je n’avais pas les moyens de me payer ce luxe. Prononcer mon propre prénom me fit bizarre, j’avais failli lui pondre « Gin », mon second prénom et celui du Capitaine Marshall. Mais non, mon vrai prénom était celui annoncé. Je prenais déjà plaisir à l’idée de l’entendre de sa bouche. Ca faisait des années qu’on ne m’avait pas appelé ainsi. Elle était la seconde personne que je laissais m’approcher. Rectification, la seconde que j’approchais volontairement et sans contrainte, juste par plaisir. Je m’abstenais de lui sortir une connerie concernant un probable surnom. Merde depuis quand j’étais aussi plaisantin ? Je me redécouvrais petit à petit, laissant derrière-moi, derrière-nous notre sujet principal. Qu’ils aillent se faire foutre, même quand ils ne faisaient pas parler d’eux, fallait qu’on en parle ! J’avalais une gorgée bien goulue de mon breuvage. Ca y est je me réveillais, j’avais bien l’intention d’entamer l’une des deux bouteilles. M’enfin, j’ignorais dans quel état je me retrouverais, ni comment je pourrais réagir. Ca faisait une paye que je n’avais pas bu dans le but de juste m’amuser et non de me noyer dans l’insouciance. Je haussais les épaules ainsi qu’un sourcil en surprenant en train de boire au goulot. Ben putain, quelle descente j’avais l’impression de me voir. Après une grimace et quelques toussotements habituels à ce genre de geste elle me demandait si j’allais crécher dans ma bagnole pour la nuit. Ben voyons, sa proposition ne m’avait pas échappé… Je secouais négativement la tête avant de reporter mon regard sur son visage.

« Hmm… ce n’est pas toi qui me proposais un endroit où crécher ? »

Un sourire canaille et je tournais la tête pour finir mon verre, cul-sec. Je le fis claquer sur le comptoir et retins ma respiration d’un air songeur, les yeux plissés. En fait je me concentrais pour recenser les dégâts. Le gin plus la téquila, ca m’avait déjà bien entamé, je crois qu’il était temps que je m’arrête avant de finir rabat. Mais la descente d’Elwyna m’encourageait à la suivre, même si j’avais un gramme d’avance. Oh et merde, qu’est-ce que je risquais ? Je pouvais sentir la présence d’un être vivant sur un périmètre précis, j’étais une brute doué pour se battre donc bon… Je crois que c’est le fait qu’on fut seul qui me perturbait, cette fille me foutait à l’aise, je n’arrivais pas à m’en méfier. C’est un sourire narquois au bord de mes lévres que je lui sortais en fixant avec nonchalance l’étagère en face de moi qui contenait les bouteilles et sirops.

« Continues comme-ca et je vais retrouver sur la piste là bas en train d’me faire une démo »

J’parlais d’la barre et tout l’attirail qui prouvait que ce bar était un club extravagant aux activités réservées pour les majeurs. Je tendais le bras de son côté, j’effleurais son poignet, elle tenait une bouteille, sa peau était chaude contrairement à la mienne. Ouais je m’en étonnais encore, même après tant d’années, c’est rare qu’on me touche. A part les catins des bars qui venaient me dorloter quand j’me posais au bar du QG, personne ne me touchait. J’attrapais la bouteille de vodka en lui jetant un regard nonchalant, mon visage pas si loin du sien. Je rapatriais la teille vers moi et me servais un verre, ou plutôt un shooter. J’étais déçu de ne pas me retrouver au bord d’la plage, je savais que je n’avais plus beaucoup de kilomètres avant d’y être mais voilà…j’avais pas prévu la panne d’essence. M’enfin, mon manque d’anticipation m’avait permis de faire une halte dans un endroit sympa et d’y faire une connaissance très surprenante. Ca faisait bizarre de se retrouver aux côtés d’une civile qui avait connaissance de l’existence des Homonculus. Dingue non ? En plus de ça, une fois la tension évaporée on se mettait une race comme de vieux potes. L’alcool rapproche, car on à tendance à se lâcher une fois ingurgité. Je sentais le breuvage mais ne le buvais pas de suite.

« Ahhh… Bordel… j’ai la dalle…faut que j’graille sinon je vais rond… »

Je lui jetais un regard et l’observais quelques secondes, silencieux. Après quelques secondes, après sentir sa gêne ou sa lassitude j’lui demandais…

« C’est quoi le programme ? Tu reste plantée là jusqu’à la fermeture sans bouffer à te morfonde ou bien tu laisse le blaireau te sortir de ta routine ? »

Ouais j’avais encore zappé mon tact, désolé miss… J’avais envie de lui signer un gros chèque pour lui faire un don et lui permettre de faire émerger le bar. Ca m’emmerdait d’avoir autant de pognon sans avoir envie de l’utiliser. Attendez que j’soit raide…Peut être que je devrais me trouver des femmes et les entretenir en achetant leur amour…. Naaaah ! J’avais trop de dignité pour ce genre de connerie. J’étais trop respectueux et trop naze à la fois. Hé hé, je passais mon pouce sur mon nez, pure réflexe inconscient qui traduisait un certain embarras. On fait des trucs bizarres quand on est gêné, mais je me plaindrais pas car je ne tiquais pas des yeux ni ne transpirer comme un porc. Transpirer…Mon corps était dans les 20 à 25 degrés, elle augmentait selon la chaleur mais je gardais le sang froid, comme l’animal que j’abritais. Finalement je m’enfilais mon shooter de vodka... Elle avait trop tardé à me répondre et j’en avais de songer intelligemment. La vodka c'est traître, une fois qu'elle aurait terminé son trajet elle me retournerait le cerveau...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: young, wild and free ♪   Mar 24 Juil - 14:56




......Il répète mon prénom, et me donne le sien.

« Lyl. »

......Court, facile à se rappeler. Lyl. Ça sonne bien. Je sais pas d’où ça vient mais ça colle avec sa tronche. Je souris et avale une autre gorgée de tequila. Puis j’attrape la fameuse bouteille et lui demande où il dort.

« Hmm… ce n’est pas toi qui me proposais un endroit où crécher ? »

......Il sourit. Un sourire qui me semble bien plus sincère que tous les autres que je l’ai vu faire ce soir. Je porte à nouveau la bouteille à mes lèvres et m’en enfile environ un quart. En la reposant je respire profondément et secoue la tête. J’ai chaud. Une sensation qui ne m’est pas étrangère, mais qui ne me dérange pas. Bien sûr, demain matin ce sera une autre affaire. Je fronce les sourcils. Je n’ai pas envie d’y penser. Ce soir j’ai envie de me changer les idées. Je me rends compte que j’ai oublié de répondre. Bof, pas grave. Je bois une nouvelle gorgée.

« Continues comme-ca et je vais retrouver sur la piste là-bas en train d’me faire une démo. »

......Il sourit en regardant devant lui, mais je me doute qu’il parle de toutes les conneries auxquelles je ne touche plus depuis que tu n’es plus là. Je secoue négativement la tête. Il attrape la bouteille de vodka et je sens vaguement sa main effleurer mon poignet. Je baissais les yeux et regardait ma main quelques secondes, avant de relever à nouveau la tête en souriant.

« Je ne touche plus à ces choses-là depuis peu. »
......Quand tu étais là ça avait un sens, parce celle qui le faisait avait ton attention pour la soirée, mais maintenant… J’ai même pas envie de faire ça pour un autre. Et puis les autres, ça les dérange pas elles, donc elles ont qu’à le faire, vu qu’elle savent faire que ça. Pfff.
Il a la bouteille devant lui mais ne boit pas. Pourquoi ? Je le questionne du regard.

« Ahhh… Bordel… j’ai la dalle…faut que j’graille sinon je vais rond… »

......J’éclate de rire. Malheureusement on a pas de cuistot ici, on sert juste de l’alcool et des biscuits apéros. Mais j’suis pas sûre que ça le cale. C’est vrai qu’on devrait p’têt envisager d’engager quelqu’un… Mais avec quel argent ? Il est pas question que je bosse deux fois plus pour garder le bar ouvert en journée… Et pas question non plus que je redevienne une voleuse… Peut-être en multipliant les shows des filles dans d’autres bars ? Ouais mais on est le seul bar de ce genre à Dublith… Raaah. On verra ça plus tard.

« C’est quoi le programme ? Tu restes plantée là jusqu’à la fermeture sans bouffer à te morfondre ou bien tu laisses le blaireau te sortir de ta routine ? »

......Je souris. En principe on mange à 17h30, juste avant d’ouvrir, comme ça on a pas faim pendant le service. Mais je dois avouer que j’ai pas mangé grand-chose à cette heure-là, puisque… Quand je suis seule j’ai pas faim. Oui, je sais que t’as du mal à le croire… Je sais que je passais mon temps à manger… Mais normalement t’as aussi remarqué que je ne mange que quand y’a quelqu’un d’autre avec moi. C’est comme l’alcool. Je souris. Bien sûr que je veux sortir de ma routine. Je pose ma bouteille sur le bar et lève les yeux vers la pendule au mur derrière lui. 21h et des broutilles. Tant pis pour les poivrots, ils iront se saouler ailleurs. J’attends qu’il ait bu sa vodka et me lève pour attraper son bras.

« Tu paies alors ! Et je te préviens, je sais pas du tout où on peut bouffer dans ce bled’. »

......J’éclate de rire. Je n'ai pas vraiment faim mais je ne résiste pas à l'envie de me faire inviter. Je devrais peut-être sortir plus souvent.

Revenir en haut Aller en bas
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: young, wild and free ♪   Mar 24 Juil - 19:44

« Je ne touche plus à ces choses-là depuis peu. »

J’avais soulevé un sourcil avant de rattraper de justesse la goutte de vodka qui s’échappait de mes lèvres. Je lui jetais un regard, perplexe. Je l’imaginais mal en train de se déhancher sensuellement sur cette petite scène… Hmm… Ouais, j’imaginais l’espace d’une fraction de seconde avant de revenir sur terre et de poser mon verre vide sur le comptoir. Et bien… j’avais une sale image de ce genre de femme, trouvant la plupart bien trop facile et docile. Aucun intérêt à tripoter ce genre de greluche. J’essuyais ma lèvre du bout de mon pouce et manquais de me le foutre dans l’œil lorsque je me sentis chavirer. Agripé par le bras je me faisais entraîner par Elwyna, je ne bronchais pas. L’espace d’un instant je cru qu’elle allait m’foutre dehors. J’manquais de me viander, j’étais un peu rabat. Quand j’ai l’estomac vide l’alcool me monte vite à la tête, pire quand en plus j’suis crevé. J’attrapais la bouteille de vodka, ayant déjà oublié la pause que je voulais faire pour grailler…

« Tu paies alors ! Et je te préviens, je sais pas du tout où on peut bouffer dans ce bled’. »

J’haussais les sourcils et attrapais de justesse mon porte feuille, c’est tout ce que j’eus le temps de chopper. Mes clopes et mes clefs n’étaient pas perdu, j’aurais la possibilité de les récupérer en revenant. C’est vrais que ce bled était paumé mais j’étais certain qu’on trouverait notre bonheur. Cette fille était culotée mais je m’en tapais, ca me donnait une excuse pour claquer mon fric. Je me retrouvais sur le trottoir, la bouteille de vodka à la main… Bah bravo… Réflexe ; j’l’avais pas lâché ! Je retirais le bouchon et buvais au goulot sans la moindre gêne alors qu’elle fermait son bien. Je secouais doucement la tête et me retournais, les yeux plissés comme si que j’étais outré. En fait je réalisais que j’étais plus qu’entamé. Bon ba direction un restau’ ! Je fourrais mon portefeuille dans ma poche de jean et j’avançais, entamant la route vers l’inconnu.

« Ouais ouais, mais tu me revaudras ça… »

Je lui jetais un regard en biais, le menton levé, je lui tendais la bouteille. Je m’en débarrassais par la même occasion… Hé hé ! L’entendre rire à nouveau me fit plaisir.
En fait pas besoin d’aller loin pour trouver un endroit ou se remplir la pense ! Je m’arrêtais deux cent mètres plus loin sur le trottoir d’en face pour lire l’enseigne d’une auberge animé. Je plissais les yeux et lisais à voix haute le nom avant d’haussais les sourcils. Je m’en tapais en fait tant que je mangeais. Je poussais la porte d’un bras pour laisser passer la miss en première. J’ai beau être nul j’avais quand même quelques principes. Je détaillais les lieux d’un simple regard balayeur. Uniques jeunes de l’assemble j’peux vous dire qu’on s’faisait mater ! Surtout la demoiselle. On prenait place dans un coin, c’était pour la banquette que je m’y dirigeais. Pleins l’cul des chaises en bois… M’enfin je m’affalais sur la banquette et m’emparais de la carte. A peine installé qu’une serveuse venait nous alpaguer. Bah elle allait attendre.

« Vas-y te prive pas, tu m’rembourseras en nature. »

J’étais un peu pince sans rire donc je ne souriais pas même si c’était une boutade. En fait je me doutais que c'était inutile de lui dire. Elle allait m'faire raquer, j'le sentais... Je sentais le regard de la vieille serveuse me fixer, une cougar ou une commère. Je ne levais pas les yeux pour m’en informer. Je commandais un tas de truc, tellement de truc que la vieille me demandait si j’étais sérieux. Je commandais même la spécialité du coin niveau cocktail, autant entretenir mon ivresse encore léthargique.
Une fois ma lourde commande passée je m’adossais à la banquette et étendais mes bras sur son dessus. Je portais mon regard sur Elwyna.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: young, wild and free ♪   Mer 25 Juil - 17:12




.........Il boit à la bouteille et c’est à cet instant que je me rends compte qu’il l’a prise avec lui. Bof. On risque d’être un peu mal vus à amener nos propres boissons avec nous, mais au pire ça changera pas grand-chose. On doit être les deux seuls jeunes dans le coin, alors on sera forcément mal vus quoi qu’on fasse. Il range son portefeuille et je note l’endroit exact où il met. Simple réflexe. J’ai pas prévu de le lui piquer, mais on ne sait jamais.

« Ouais ouais, mais tu me revaudras ça… »
.........L’écho de mon rire se répète dans la rue. C’est toujours désert devant le Devil’s Nest de toute façon, allez savoir pourquoi. Il me tend la bouteille et je bois à mon tour. Résultat, je me retrouve avec un truc dans les mains qu’il faut que je me trimbale. On avance un peu dans la rue et il finit par s’arrêter à… quoi… allez, 300 mètres. Flemmard va. Je ris intérieurement et sourit, amusée, lorsqu’il scrute la pancarte en lisant le nom de l’auberge. Puis il pousse la porte et me la tient. Je hausse les épaules et m’avance, les mains dans les poches de mon short.
.........A l’intérieur, je sens les regards se tourner vers moi et attrape à nouveau le bras de Lyl sans m’en rendre compte. Je bois une gorgée de vodka pour me donner du courage. Visiblement, les gens sont soit fascinés par mes collants à résilles, ou par la couleur de mes cheveux, je sais pas trop. A moins que ce soit… Nooooon. J’aime la provocation mais je refuse de croire que tous les vieux pervers fixent mes seins en ce moment.
.........J’essaie de me convaincre que c’est Lyl qu’ils regardent. Après tout, y’a de quoi. Lui avance vers la banquette qu’on aperçoit au fond de la pièce. Tandis qu’il s’affale d’un côté de la petite table, je m’assois sagement du côté opposé et m’accoude sur celle-ci, collant une main sur ma tempe et coupant par la même occasion le contact visuel avec tous les autres. A peine assis, une serveuse vient nous demander ce qu’on veut. Putain, comment elle fait ? Je lève la tête et scrute la pièce derrière elle. Ah oui, d’accord, elles sont plusieurs. J’me disais aussi. Son auberge elle est remplie et elle arrive dans la seconde où les clients s’installent, chapeau. Enfin bref. Lyl est plongé dans la lecture de la carte. Je me demande s’il voit vraiment assez clair pour réussir à déchiffrer le nom des plats et cette idée me fait sourire. Il ignore presque la serveuse et s’adresse à moi.

« Vas-y te prive pas, tu m’rembourseras en nature. »
.........Aucun sourire sur son visage. J’espère qu’il plaisante quand même. Ça m’a tout l’air d’une remarque idiote mais il dit ça avec un sérieux déroutant. Sûrement trop concentré pour réussir à lire cette foutue carte. Je souris. Allez, j’ai très envie de faire tourner la serveuse en bourrique.

« Pour moi ce sera un steak saignant. Oh, et j’ai envie de pâtes au fromage aussi, vous faites ça ? Bof, au pire vous en ferez quand même. Et j’mangerais bien un de ces trucs frits là… Merde, comment on appelle ça… ‘Fin vous voyez de quoi je parle. Et ensuite j’aviserai pour le dessert. »
.........Une fois ma commande passée je m’adosse au mur en fixant la vieille et étends mes jambes sur la banquette. J’écoute Lyl passer commande et pouffe de rire en regardant la serveuse s’éloigner avec son calepin rempli. Eh bah, pour faire chier les gens il est bien plus fort que moi. Je sens ses yeux sur moi et tourne la tête vers lui, posant la vodka presque vide sur la table. Je laisse aller ma tête sur le côté et fait passer mes cheveux dans mon dos d’un revers de main. Je le fixe quelques secondes.

« Même en nature, j’te rembourserais sans doute jamais, j'espère que t'en es conscient. »

.........Je ris. Juste histoire de vérifier. Je ne sais pas quoi lui dire. Je me rends compte qu’en fait, j’ai du mal à tenir une conversation qui ne traite pas d’alcool ou de l’Organisation Zéro. Mais il y a un détail dont je viens de me souvenir. Comment j’ai pu zapper ça, je me le demande, mais en même temps mes idées ne sont plus aussi claires que quand je n’avais rien bu. D’ailleurs ma vision commence à se troubler un peu aussi, mais ça ne me dérange pas vraiment.

« Et au fait ! … C’est quoi ton animal fétiche ? »

.........Je dis ça sur un ton enjoué. J’espère qu’il comprend que je lui demande avec quoi il a été croisé, sinon je vais avoir l’air conne. On est plus tout seuls, y’a d’autres gens, et si je parle de chimères juste pour satisfaire ma curiosité je crois que je vais passer pour une allumée. Même si visiblement je passe déjà pour une tarée qui bouffe comme quatre, mais bon.

Revenir en haut Aller en bas
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: young, wild and free ♪   Mer 25 Juil - 21:02

Hop là ! J’réquisitionnais la vodka… Quelques gorgées plus tard je la repose à sa place et étale à nouveau mon bras. Mon ventre gronde, j’vais pas tarder à faire pareil… J’eus un coup de chaleur lorsque la boisson arrivait dans mon estomac ; Ca me chauffer le bide en plus de la tronche, des fois je me demandais dans quel état j’serais si je n’avais pas le sang froid.

« Même en nature, j’te rembourserais sans doute jamais, j'espère que t'en es conscient. »

Je souriais, amusé.C'est dingue le charme que je n'avais pas. Ca l’avait perturbée tant que ca pour qu’on y revienne ? Va falloir que j’arrête, mais c’est plus fort que moi, ca m’fait du bien d’être moi-même. Je levais les yeux au dessus de sa tête alors qu’un court silence s’installait. J’observais l’assemblée, y’avait rien de bien intéressant. La seule « chose » qu’il y avait d’intéressant à regarder était la jeune femme en face de moi. Je vis notre serveuse débarquer, elle n’avait pas l’air commode. Elle se penchait pour étaler les verres et la boisson que j’avais commandée. Au passage elle m’offrait une vue panoramique sur sa poitrine fripée. Je détournais aussitôt le regard, blasé. La ville sorcière… J’la remerciais, elle se tirait net, je nous servais un verre.

« Je n’y comptais pas, j’te taquine…T’es plus belle quand tu souries. »

J’observais le liquide dans mon verre et le faisais tournoyer dans son récipient. Elwyna me demandait quel était mon animal fétiche. Je la regardais, figé quelques secondes avant de comprendre le sous-entendu. C’est vrai qu’elle savait… Merde j’avais déjà zappé les précédentes péripéties de tout à l’heure. Je baisse les yeux et je ferme ma bouche qui était restée entrouverte avant de porter le liquide à mes lèvres. Non !!!! Ca suffit ! Je le repose avant de finir complètement raide. Bordel je n’arrivais pas à me modérer… C’était probablement dû en partie à la gêne occasionnée par la créature en face de moi. Première fille que j’invite, plus ou moins, à manger… Je m’accoudais à la table et appuyais légèrement mon poing à ma joue avant de lever les yeux vers elle…

« Un serpent. »

Je souris d’un air abusé pour démontrer une fausse joie. Tout le monde déteste les serpents, tout le monde trouve ça dégelasse en plus d’être visqueux. Je n’étais pas visqueux…juste imberbe. M’enfin… Depuis que j’abritais ce reptile j’appréciais ces bêtes-là, les trouvant fascinantes. Je reprenais avec nonchalance, plaisantant sur ce sujet difficile (plus pour moi en fait)…

« T’as pas remarqué mon seveux sssur la langue et... »

Je me retenais lui sortir la blague sur la queue sonnette… Nom de Zeus…Ma bouche chaste ! L'alcool déliait ma connerie. Je me contentais de sourire d’un air enjôleur. Bon allez un peu de sérieux, assez de parler du type modeste que je suis. C’était à mon tour de poser les questions.

« Alors, Elwyna, d’où viens-tu ? Comment ca s’fait que tu t’es retrouvée mêlée à tout ca ? »

Excuse-moi si je fais ressurgir des mauvais souvenirs, ne pleurs pas, envoie moi chier, détourne ma question mais ne pleurs pas…Je la fixais, cette fille semblait traîner un passé lourd. Ca se voyait à sa tronche. Du coup je ne m’attendais pas à ce qu’elle soit sincère mais j’ajoutais…

« Hmm…j’attends un brin d’sincérité… ne me laisse pas seul dans la confession. »

Je relevais un regard mi-froid, mi-enjôleur et fis glisser mon point sur mon menton. Installé de la sorte on aurait dit que je faisais une moue de gamin. J’étais juste entamé, me fichant du monde qui m’entourait et de ma dégaine. Je jetais un furtif coup d’œil au comptoir, là où se trouvaient les cuisines. L’odeur de la bouffe assaillait mes narines je humais avant de soupirer oralement… J’allais gueuler…ca n’allait pas tarder. J’étais impatient.C’est alors que je réalisais ; est-ce que notre commande tiendrait sur cette table de tafiole ? Elle était petite et notre commande grande…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: young, wild and free ♪   Jeu 26 Juil - 16:42




........Tandis qu’il porte son verre à ses lèvres sans se décider à le boire, je repense à sa phrase précédente. Toi aussi tu as noté, pas vrai ? Tu es plus belle quand tu souries. Ça c’est de la phrase Greedienne, ta voix résonne encore dans mon esprit. Tu étais doué pour les belles paroles. Mais au final, je crois que même sans ça je serais tombée dans tes bras. Idiote.
........Il finit par poser son verre en s’accoudant à la table.

« Un serpent. T’as pas remarqué mon seveux sssur la langue et... »

........Sa queue à sonnette. Quoi ? J’ai pas le droit de faire des vannes, moi ? Rien à foutre, je ris à ma propre vanne plus qu’à la sienne. Quand je suis bourrée un rien m’amuse, et plus salace c’est, plus c’est drôle. Alors c’est un serpent… Une idée idiote me traverse l’esprit. Est-ce qu’il a la langue fourchue ? J’en suis encore à pouffer de rire sur ma propre connerie tandis qu’il sourit et se met lui aussi à me poser des questions.

« Alors, Elwyna, d’où viens-tu ? Comment ça s’fait que tu t’es retrouvée mêlée à tout ça ? »

........Ouw. Je m’arrête de rire progressivement, gardant néanmoins le sourire derrière lequel je me cache toujours. D’où je viens… Il ajoute :

« Hmm…j’attends un brin d’sincérité… ne me laisse pas seul dans la confession. »

........Eh bah, pas du tout exigeant. De la sincérité… Bof, après tout, à part ma clandestinité j’ai rien à cacher, puisqu’il sait déjà tout sur les homonculus et les chimères. Son regard dérive en direction des cuisines. Il meurt de faim. C’est vrai qu’elle met du temps la vieille. Je souris. Comme quoi le service est pas si parfait que ça, ici ! Et comment ça je suis jalouse ? Pas du tout, je constate juste ! Et puis, je vois pas en quoi son auberge est mieux que mon bar, nom de Dieu. J’attrape la bouteille et la finit. Je la pose au sol près du pied de la table et rit doucement avant de répondre avec le plus de sincérité que je peux.

« De pas très loin, en fait. Je suis née à Aerugo, et j’ai tenté d’y survivre pendant 15 ans, jusqu’à ce que je déraille et que j’me fasse éjecter. »

........Je n’entre pas dans les détails, pas besoin de parler de J. Déjà qu’évoquer Aerugo est plutôt difficile, j’vais pas en plus balancer le prénom de celui qui m’a aidé à foutre ma vie en l’air. Mais contre toute attente, raconter – même brièvement – mon passé me fait du bien. Tout ça c’est enfoui en moi depuis deux ans. Le dernier à qui je l’ai raconté, c’était toi. Et encore, toi non plus t’as jamais entendu le prénom de Jason. Je baisse la tête et fait mine de remettre ma ceinture en place. Crève, salopard. Combien de fois j’ai eu envie de lui exploser la tête à c’ui là. Mais ça fait longtemps que je me suis rendue compte que ça ne m’avancerait à rien. Et aujourd’hui, retourner dans l’enfer d’Aerugo ça ne m’attire pas. Amestris, même quand on n’est pas inscrite sur les registres officiels, même quand le Führer bute tout tes potes, c’est bien plus accueillant. J n’a qu’à rester là-bas à essayer de baiser le système comme il peut.
........Et voilà, l’alcool me monte à la tête et je me laisse emporter. Je secoue la tête et dirige à nouveau mes pupilles vers le visage de Lyl. Plus je bois, et moins je me méfie de lui. Et j’ai pas envie d’arrêter de boire.

« Et la raison pour laquelle je suis mêlée à ça… »

........Je commence une phrase mais je m’arrête. La vieille serveuse arrive, deux plateaux pleins dans les mains. Elle en pose un sur la minuscule table entre Lyl et moi, et reste les bras ballants avec l’autre, ne sachant pas trop où le poser. Quelle cruche, c’est pas vrai ça. Je lève le bras et claque des doigts.

« Choppe une table derrière, chérie. »

........Elle s’exécute. Evidemment qu’elle s’exécute, elle a pas le choix. C’est une auberge respectable ici, on fout pas les clients à la porte un coup de pied au cul – ou en les menaçant d’une arme - et vu tout ce qu’on a pris elle peut pas se permettre de nous dire de partir. Elle me dit que c’est une bonne idée et précise qu’un troisième plateau attend encore. Je sais que c’est une bonne idée, pas besoin d’être intelligent pour trouver ça.

« Le troisième tu le poses là où j’suis assise. »

........Je soupire. C’est vrai que j’avais pas pensé à la place que ça prendrait quand j’ai commandé. Je me lève et va m’avoir en face, à la droite de Lyl. Ça ne me dérange pas vraiment de m'approcher de lui. Comme ça, si les vieux pervers recommencent à me mater, j'aurai quelqu'un derrière qui me cacher, ahah. J’attends qu’elle ait finit de poser notre bouffe. Je cherche des yeux mon steak et me relève légèrement pour l’attraper, commençant à manger sans attendre. Je dois admettre qu’il a l’air parfait. Je suis des yeux la serveuse tandis qu’elle retourne à sa tâche, mâchonnant un bout de viande. ........Bordel, il est véritablement super bien cuit. Comment ils font ça… Moi qui suis super exigeante en matière de viande rouge… Je fronce les sourcils et je me rend compte que j’ai laissé une phrase en suspens. J’avale la viande et me tourne vers lui, rencontrant son regard.

« Je disais… La raison qui m’a mêlée à ça… C’est que je suis pas vraiment déclarée, ici. A vrai dire, l’Etat ne sait pas que j’existe, et... J’ai pas trop de papiers, non plus… »

........Je ris, gênée. J'ai peur de sa réaction. Je doute qu'il aille en parler à d'autres, et je doute vraiment qu'il aille voir Bradley, mais... J’enchaîne précipitamment.

« Mais justement, je veux changer ça ! Seulement… Celui qui fait la loi ici, c’est Bradley… Alors… Je préfère encore rester dans l’illégalité… Jusqu’à ce que quelqu’un l’envoie jouer ailleurs... »

........Par quelqu’un, j’entends le Colonel. Mais ça je le garde pour moi. Je baisse les yeux vers mon steak. Ma faim s’est réveillée avec la première bouchée. Une faim de loup, en fait. Je peux même dire que j’ai l’estomac dans l’étalon… Ahah. Et maintenant j’arrête avec les vannes pourries sur les animaux, et je baffre.

Revenir en haut Aller en bas
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: young, wild and free ♪   Jeu 26 Juil - 17:40

Voyez-vous ça, Aruego ? Je me trouvais en face d’une émigrée. Ben…ca m’faisait ni chaud ni froid sachant que je débarqué de Drachma. J’étais un ennemi d’Amestris alors que je tentais quand même de le protéger. Bof, je m’en tape, j’ai pas honte, tout comme de l’animal que je suis. Je n’avais pas peur de venter la splendeur de mon pays enneigé. Je baillais, j’étais un peu crevé à cause de la route. Je plaque le revers de ma main libre sur ma bouche et l’écoute enchaîner. Je sentis une présence s’approcher, la serveuse, Elwyna stoppe sa phrase en route. Mon regard s’émerveillait alors qu’elle cherchait à se débarrasser de ses plateaux. Pas très dégourdie celle-là… Elwyna lui suggérait de coller une autre table à la notre, je pus m’empêcher un sourire alors que j’observais toute cette bouffe. C’était son côté barman qui resurgissait. Ca devait être amusant d’être servi à son tour. Ca devait parfois la pousser à jouer les chieuses….comme tout à l’heure face à sa commande. Enfin bref, comme si qu’on allait grailler tout ça. Y’avait pleins de truc et largement assez pour se remplir la pense à plusieurs. J’avais envie de goûter à tout, piocher dans tout les plats pour me goinfrer. La vieille dépose le tout et je m’équipe de couverts. Ca va s’goinfrer sévère ! Pendant que je réfléchissais à quoi attaquer en premier Elwyna venait prendre place à ma droite. Je lui jetais un regard avant de reporter mon attention sur les plats très odorants. Je piquais dans un plat et je fourrais mon butin dans ma bouche, puis je recommençais avec un autre. La jeune femme reprenait alors la parole, je détournais mon regard sur elle…

« Je disais… La raison qui m’a mêlée à ça… C’est que je suis pas vraiment déclarée, ici. A vrai dire, l’Etat ne sait pas que j’existe, et... J’ai pas trop de papiers, non plus… »

Je déportais mon regard sur ma bouffe et me mis à rire doucement, amusé avec amertume. Puis je pouffais de manière hautaine car jamais l’idée m’étais venue de me faire faire des papiers ; Pourtant j’en avais l’occasion tous les jours vu que je magouillais avec ce genre de larron. J’avais un cercle de connaissance très vaste… Je continuais de m’empiffrer puis fit une pause pour lui répondre, la tête inclinée vers le bas, j’étais accoudé à la table et je pointais ma fourchette dans sa direction…

« Ouais j’vois l’genre… Ca coûte cher d’en falsifier. Faut-il encore trouver les bons larrons. »

Je lui épargne de lui parler de moi ou de nous trouver des points communs, ca fait ringard ! J’attrapais mon verre et le vidais sec en me rendant compte que je n’avais plus trop le goût de ce que je m’enfilais à boire. C’est sûr, j’étais rond mais pas suffisamment pour me marrer comme un crétin ou pour me débarrasser de mon fardeau le temps d’une soirée. Non, y’a toujours ce truc qui me ramène à la réalité en m’abstenant de m’éclater sans me soucier. Je doutais que Bradley ne soit envoyé ailleurs, s’il était implanté à Amestris et plus particulièrement à Central ce n’était pas pour rien. Les Homonculus ne laissaient rien au hasard à ma connaissance. Je laissais de côté ce sujet avant de ne la revoir blêmir. J’entamais un autre plat avant de finir…

« T’sais les émigrés c’est pas c’qui manque ici, seulement… se rapprocher d’Amestris n’est pas une bonne chose. Mais ca on l’ignore tous au départ. »

Je fis une moue, repensant à ma pauvre mère. On avait vécu dans beaucoup de pays différents pour fuir encore et encore. Mais comme des cons on s’approchait toujours plus du danger. C’est à Xing qu’on aurait dû restés. Un instant de nostalgie, je soupirais et refourrais un aliment dans ma bouche après m’être penché pour que mon bras atteigne la chaise. Quelle galère ! Je marquais une petite pause et posais ma main gauche sur mon vide, manger quand on est ivre est très étrange comme sensation. Je m’adossais dans le fond de la banquette tout en examinant mon prochain repas. En même temps je cherchais sur quoi embrayer pour égayer la situation et notre conversation. Mais je n’étais pas très loquace comme mec. Je n’avais encore jamais eu l’occasion de converser simplement avec quelqu’un, et surtout avec une femme. L’appelle de la bouffe ressurgissait et je me repenchais pour une nouvelle session de gourmandise. Je déclarais la bouche pleine…

« Hmmm…qu’est-che’que ch’est bon… »

Je me tournais vers elle pour examiner ce qu’elle manger, les yeux plissés. Je me rendis alors compte que la demoiselle me faisait un peu de concurrence niveau « estomac sur patte ». Je souriais.

« Tu t’laisse pas abattre toi non plus… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: young, wild and free ♪   

Revenir en haut Aller en bas
 

young, wild and free ♪

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» young, wild and free ? juyne & louis
» ? young, wild and free. (finish)
» ++ young. wild. and free. (winnie a. mayfield)
» Candace ▬ Young, Wild & Free.
» young, wild and free.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fullmetal alchemist ::  :: Les Rps terminés ou abandonnés-