Partagez | 
 

 ...laisse moi tranquile e_e

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: ...laisse moi tranquile e_e   Sam 7 Juil - 22:59

Hisashi Hàng et une jeune femme aux cheveux décolorés. Soit Mister Nobody et Pandora qui complotent. J’étais étonné que le bougre n’est pas planté la belle ou bien trahie. Cela me prouvait que son âme n’était pas entièrement corrompue. J’ignorais le pourquoi du comment, sous quel prétexte il ne lui avait pas fait de mal mais j’avais ma petite idée… La chimère était une belle créature, l’idée qu’il ait un brin succombé à son charme ne m’étonnait pas. Ce qui avait réussi à m’étonner, me choquer, fut d’apprendre le lien de parenté entre Jade et Pandora. Elles étaient si différentes. Et si Jade partageait la même ambition que moi ? Peut être avait-elle connu les plans d’Isaac vu qu’elle était plus âgée que sa frangine. Tant de questions… Je pouvais apporter les informations qu’elle cherchait mais je n’en avais pas la possibilité.
Un soupire.

Adossé au lampadaire qui faisait face au refuge de la chimère, je songeais. J’avais retrouvé sa trace après l’avoir suivi une nuit, je sais, c’est mal. Cependant, j’avais ce besoin de connaître sa position pour garder secrètement un œil sur elle. Ne me demandez pas pourquoi, ca m’énerve déjà assez de ne pas savoir même. Bref, c’était là et j’y pouvais rien, c’était plus fort que moi. Je cherchais comment tourner mes mots, comment intervenir à mon tour dans sa vie. Sauf que cette fois, Gin Marshall était loin, j’étais Lyl, libéré pour la soirée… En plus d’être animé par l’envie de la revoir, je voulais m’informer sur les affinités entre les deux frangines. Qui sait, peut être que je pouvais faire du Fantôme un précieux allié.
Les bras croisés, je continuais de réfléchir lorsque je vis une faible lumière à la fenêtre scrutée. Persuadé que c’était mon amie, je jetais un regard observateur autour de moi puis traversais la route pour aller escaler la facette. Moi, toquer à la porte ? Impossible, qu’aurais-je dis ?Je préférais encore débarquer à l’improviste. Je restais ce lascar sans éducation, personne ne m’a appris comme s’y prendre avec les femmes… On m’a juste inculqué comment voler une vie, comment résister à la douleur. Je remontais les manches de ma veste et tirais au niveau des cuisses sur mon pantalon blanc pour le remonter et faciliter mes mouvements. J’escaladais la façade pour gagner la chambre en question, à aucun moment j’avais du scrupule pour ce que je faisais. On aurait juste dit un pauvre type qui rendait secrètement visite à sa belle. Ou un voyeur… Quoi qu’il en soit, je grimpais.

Arrivé à destination, je pris quelques secondes pour redescendre les manches de ma veste noire et camoufler au passage mon tatouage. Je me mettais rarement en t-shirt pour ne pas dévoiler mon petit secret. Ou bien je le camouflais sous une sorte de brassard. Mais rares sont les gens qui observent vos avant-bras ou qui posent le regard dessus… Je tendais les bras pour prendre appuie sur la fenêtre, persuadé qu’elle était fermée… Mais ce fut le contraire et je me retrouvais le menton sur le plancher aux pieds de mon amie. Celle-ci restait immobile, juste le temps que je ne lève avec lenteur les yeux. Je découvrais des formes inattendues et…un visage inattendu…Bien qu’elle fut nue et en serviette, je ne pus rien voir si ce n’est sa silhouette. C’était une blonde, rien à voir avec la chimère, rien à envier…

« Kyaaaaah !!! »

Je me relevais avec vivacité et secouais les mains devant moi pour lui demander de ne pas avoir peur. Mais voyez-vous, je m’étais approché un peu de trop près sans vraiment réaliser qu’elle était nue sous sa serviette. La blonde me giflait avant d’ouvrir le verrou de sa chambre et de se plaquer derrière la porte pour laisser entré deux types… Soit un gamin et un mec plutôt baraqué. Sans réfléchir le type balançait son poing dans le but de m’assommer. Mais réflexe, j’esquivais d’un pas sur le côté et lui rendait une belle droite. Quel con… J’avais pas pu retenir mon coup…Le type se redressait et fonçait droit sur moi la tête la première pour me plaquer au sol. Bah vous savez quoi ? J’me suis laissé faire… J’avais pas l’choix si j’voulais avoir une chance de m’exprimer… Il me rendit ma droite, je ne sourcillais pas, il en fut surpris peut être même frustré et m’en remit une autre. Bordel…j’aurais pus lui exploser la face en quelques secondes mais je comprenais parfaitement qu’il protégeait sa blonde et probablement son frangin. Mon instinct de meurtrier s’en prenait un coup, je le refoulais, n’ayant absolument pas l’habitude de m’en prendre une et de me laisser faire autant… J’espérais ne pas m’être trompé d’endroit sinon j’risquais de me venger …’Foiré…si tu savais seulement qui j’étais, tu fuirais la queue entre les jambes, comme les autres.
Bref, je feintais donc d’être calmé et je me laissais transporter et ligoter.

Quelques minutes plus tard je me trouvais assis sur le canapé, et les trois en face de moi ; La blonde debout les bras croisés d’un air de constipée, le type assit sur un des fauteuils et le gamin assit à côté de moi.

« Qui es-tu ?
-Hum…je détournais le regard d’un air blasé, une moue vengeresse, on aurait dit un gamin. Un ami d’Pandora. »

Attention, suspens, est-ce que j’étais bien tombé ? La blonde me fixait d’un air mauvais, ma tête de lascar lui revenait pas, c’est sûre.

« Peuh ! Te fous pas de moi !
-J’oserais pas… »

J’ironisais à défaut de lui en coller une. Cet tafiole m’avait écorché la lèvre inférieure. Je sentais mon sang frais perler sur le coin d’ma bouche et sur mon menton. Mon pantalon blanc comportait quelques tâches pourpres, rien que pour ca j’avais envie de lui rendre sa monnaie. Etait-ce l’idée d’imagine ce mec avec mon amie qui me rendait aussi mauvais qu’une teigne ou bien le fait qu’il m’ait cogné ?
Nouveau soupire…

Le gamin m’observait, je regardais droit devant moi sans daigner lui porter une attention.

«-T’es un dure toi ! Je t’ai vu esquiver, pourquoi est-ce que t’as pas continué ?
-La ferme Kelyan ! »

Le nomé jetait un regard au type avant de reprendre plus bas…

« T’es un vrais voyou. Elle est d’enfer ta cicatrice ! Et tes cheveux sont encore plus blancs que ceux de Pandora. J’suis sûr que t’es un alchimiste ! Au fait tu lui veux quoi à Pandora ? Vous êtes ensembles ? Tu l’as déjà pelo…
-Kelyan !
-Ca va..ca va…»

Je tournais vivement la tête lui jetant un regard presque choqué les joues un brin rougies par ses conneries. Soudain je sentis une présence à quelques mètres plus loin, puis quelques minutes plus tard le bruit d’une porte. Au même moment la blonde disparaissait vers ce que je pensais être l’entrée, lieu que je ne voyais pas depuis le salon à cause d’un bout de mur. Le type se levait quelques secondes après pour rejoindre la blonde et leur nouvel arrivant. J’espérais que ce soit Pandora, je commençais à en avoir marre d’être observé comme une bête sauvage, et de jouer les nuls sans défense…

Je restais sagement assis, enroulé par une corde, les mains ficelée dans le dos ainsi que les pieds. Des mesures draconiennes… au moins ils étaient intelligents et prévoyants.

« ...Moi aussi j’aimerais savoir me battre, je veux pouvoir aider mes amis et les protéger !
-…Hmpff… je baissais les yeux après avoir croisé le sien empli d’espoir, je fus touché par une telle innocence. Si tu sais pour qui tu te bats, alors tu ne peut qu’être fort après entraînement. Mais la patience est aussi une force.

Pendant ce temps, la blonde accueillait donc Pandora sans que je ne le sache.

« Il y a un drôle d’oiseau dans le salon qui demande à te voir. Si veux mon avis, c’est un voyous.
-Il matait Lucy ! Il a même eu le toupet de rentrer par la fenêtre ! »

Dur pour la jeune femme de rassurer ses amis, d’autant plus qu’elle ignorait mon prénom et même tout… C’est alors que je vis sa tête apparaître, seulement sa tête. D’un air quelque peu gêné je souriais. Hé hé. Avouez que la situation est quelque peu…amusante !



Dernière édition par Lyl.G Evans le Dim 8 Juil - 12:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 27

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: ...laisse moi tranquile e_e   Dim 8 Juil - 0:01

Fermant la porte de l’appartement avec un léger soupir, j’empruntais l’escalier dénué de lumière, l’ampoule était une fois de plus hors service, et avançais à tâtons pour ne pas chuter. La luminosité était bien trop faible pour que j’y vois réellement, aussi je pestais contre les marches inégales qui me donnaient l’impression que j’allais finir la trajet sur les fesses à chaque pas. Porte-monnaie dans une main, cigarette dans l’autre, je levais le nez vers le ciel une fois parvenue à l’air libre, l’air passablement blasée. La raison pour laquelle je ressortais à une heure aussi tardive alors que je n’aspirais qu’à me poser et flemmarder jusqu’au lendemain ? Meven, qui s’était tiré avec le reste de provisions chez sa copine et qui nous avait laissé sans rien pour le diner hormis un quignon de pain dur comme du bois. Lucy devant se préparer pour partir bosser, les courses étaient donc pour ma pomme. Relâchant une bouffée de nicotine dans l’air frais, je remontais la rue d’un pas vif, sachant pertinemment où me rendre à cette heure tardive pour trouver de quoi manger. Une petite épicerie à un quart d’heure d’ici, ouverte une bonne partie de la nuit, et pour cause, elle avoisinait un bar et l’alcool à tendance à donner faim pour certaines personnes. L’esprit ailleurs, je songeais à me rencontre avec le brun de l’organisation, quelques jours plus tôt. Ces brefs rendez-vous restaient pourtant gravés dans ma tête, et je ressassais sans cesse le peu d’informations qu’il m’avait donné, cherchant un moyen d’en tirer profit.

Sans véritablement regarder où je marchais, je finis par rentrer dans quelqu’un. Légèrement sonnée, je m’excusais platement, avant de reprendre ma route, non sans jeter un regard curieux à l’inconnu. Plutôt jeune, blond, pas très grand, il n’avait pourtant pas une tête de gamin. L’observant partir dans la direction opposée durant quelques secondes, je finis par hausser les épaules en reprenant ma marche d’un pas plus rythmé, encouragé par mon estomac qui commençait à râler bruyamment. Je jetais mon mégot dans un caniveau juste avant de pénétrer dans l’épicerie qui était bondée malgré le fait que la soirée soit avancée. Délaissant le monde agglutiné à l’entrée, je filais vers le fond du magasin et empochais rapidement plusieurs sachets de pâtes, de riz, un peu de viande, et de quoi grignoter avant d’aller faire la queue à la caisse, partant pour une certaine attente. Au bout de cinq minutes, mon ventre se fit plus bruyant, je ne pus m’empêcher de m’ouvrir un paquet de gâteau pour en grignoter un bout avant d’observer l’heure. Lucy partait bientôt, il fallait qu’elle mange avant. Je me penchais légèrement sur le côté pour observer la file qui désemplissait doucement, l’impatience pointant déjà le bout de son nez. Il faut dire que plus il y a de monde, moins je suis à l’aise de manière générale. D’autant plus lorsqu’il y a trois militaires dans la file d’attente. C’est pourquoi j’attendis sagement mon tour au lieu de presser le mouvement.

Une fois sortie, sac sur l’épaule, je m’empressais de prendre le chemin du retour, sans pouvoir m’empêcher de jeter des coups d’œil régulier derrière moi, m’assurant de ne pas être suivie. Même si je n’étais probablement plus recherchée désormais, la proximité de l’armée m’inquiétait toujours. Au bout de dix minutes, je parvins au pied de l’immeuble, légèrement essoufflée, et entrepris l’ascension de l’escalier sombre. Tombant deux fois sur les genoux, j’arrivais enfin devant la porte de l’appartement et entrais dans celui-ci en laissant tomber le sac au sol doucement, appuyée contre la porte désormais fermée. Reprenant ma respiration, je vis la blonde débouler vers moi, l’air furibonde et en tenue légère, alors que je la croyais déjà partie.

"Lucy ? Mais qu’est-ce que tu fiches encore ici ? "

Aussitôt rejoint par Will qui arborait le même air énervé et inquiet, je fronçais légèrement les sourcils, perplexe. Qu’est-ce qu’il s’était passé en une heure ? Je n’eus pas le temps d’en placer une que la blonde enchaina immédiatement, suivi du jeune homme presque dans le même souffle. Je restais stoïque, analysant la situation en réfutant toute hypothèse. A vrai dire, hormis mes colocataires, je ne connaissais presque personne. Qui plus est, probablement personne qui passerait par la fenêtre et aurait une dégaine de voyou. A moins que …

Prise d’un doute, je poussais doucement mon amie pour traverser le couloir et passais ma tête de l’autre côté de l’angle pour observer le visiteur. Les sourcils haussés sous la surprise, je reconnus une tête familière, un visage qui se fendait d’un sourire timide, tranchant nettement avec celui que je lui connaissais. L’élève d’Isaac se trouvait dans la pièce, ligoté solidement et assis sur le canapé aux côtés de Kelyan qui jetait sur lui un regard de pure admiration. Ma surprise se transforma bien vite en incompréhension alors que je fixais le jeune homme, totalement perdue. Comment était-il arrivé ici ?

"Tu le connais ?"

La voix de la blonde me ramena sur terre l’espace de quelques secondes. J’acquiesçais d’un signe de tête, toujours muette, sans le quitter du regard.

"Qui est-ce ?"

"C'est .... compliqué. C'est un ami. Pour l'instant, vous devrez faire avec ça, je suis désolée."

Visiblement, ça ne leur convenait pas aux mines déconfites qu'ils affichaient tous deux, mais ils n'insistèrent pas pour l'instant. Je savais qu'ils le feraient probablement plus tard, mais pour l'instant, l'appel du ventre avait repris le dessus, et que je me porte garante du jeune homme semblait leur suffire pour l'heure. Jetant un nouveau coup d'oeil vers l'argenté, l’effet de surprise passé, je fronçais les sourcils en apercevant enfin les blessures marquant le visage du jeune homme et fronçais els sourcils avant de reculer, disparaissant à nouveau de son champ de vision pour me tourner vers mes amis, mains sur les hanches. Je remarquais également l’arcade abimée de Will et soupirais.

"J’imagine que tu t’es battu avec lui ?"

"Evidemment ! Un gars qui débarque dans la chambre de Lucy comme ça, tu croyais que j’allais l’accueillir les bras ouverts ?!"

Je fixais mon ami quelques secondes avant de secouer la tête, à la fois désolée de son emportement et forcée d’admettre qu’il n’avait pas tort. Ramassant mon paquet, je le lui donnais, sourcils légèrement froncés.

"Ca va, je m’en occupe. Mais tu vas faire à manger à ma place par contre."

"Mais Dora ! "

"Y’a pas de mais ! Tu lui a cassé la gueule, tu peux au moins faire des pâtes pendant que j’m’occupe de lui !"

Le jeune homme afficha une moue boudeuse en observant la blonde qui se contenta de lui faire un grand sourire en lui montrant la cuisine. J’imaginais ne pas être la seule à avoir faim. Mais lorsqu’elle se tourna vers moi à nouveau, son visage avait repris une certaine froideur.

"Tu devrais surveiller tes fréquentations ma grande."

Sur ces mots, elle détourna les talons et alla s’enfermer dans sa chambre. Je l’observais partir avant de la suivre pour me rendre dans le salon. Balançant négligemment mon manteau sur le fauteuil, je ne pus m’empêcher de sourire, légèrement amusée, face au jeune homme que Kelyan continuait à harceler de questions diverses. M’asseyant de l’autre côté de l’argenté, j’entrepris de défaire ses liens, que les sagouins avaient fichtrement bien serrés, tout en jetant un regard noir à à la jeune chimère.

"Kel’, soit gentil, va filer un coup de main au cuisinier."

"Rêve !"

"Tu tiens à manger ?!"

"Evidemment."

"Alors un conseil, vas’y. Tu connais l’appétit de Will."

Miraculeusement, il se leva sans demander son reste, et rejoignit le brun en train de se battre avec les provisions. Je reportais mon attention sur le jeune homme à mes côtés, m’attaquant au lien de ses chevilles après avoir fini les mains.

"Je ne m’attendais pas à te voir ici … Encore moins ficelé comme un saucisson !"

Jetant les cordes au loin, je me redressais, l’observant d’un œil curieux avant de tourner légèrement sa tête vers moi du bout des doigts. Will n’y avait pas été de main morte visiblement. Je soupirais en observant la blessure avant de secouer la tête.

"Quel con … Désolée pour l’accueil."

Je me relevais dans la foulée, attrapant le bras du jeune homme pour l’inciter à faire de même.

"Allez viens, que j’t’arrange ça."

Le trainant plus ou moins derrière moi car je le sentais réticent, je l’embarquais jusqu’à la salle de bain avant de fouiller dans un semblant d’armoire à pharmacie. Dégotant de quoi le soigner, de l’alcool, des compresses, ce ferait l’affaire, je me tournais à nouveau vers lui.
D’une main, j’appliquais le produit sur la lèvre abimée du jeune homme, avant de lever les yeux pour croiser son regard, une pointe d’interrogation sur mon visage avant de sourire légèrement.

"La prochaine fois, essaie la porte. Tu auras sûrement moins mal …"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: ...laisse moi tranquile e_e   Dim 8 Juil - 1:06

« -Évidemment ! Un gars qui débarque dans la chambre de Lucy comme ça, tu croyais que j’allais l’accueillir les bras ouverts ?!
-Tss… »

Je détournais le regard ainsi que la tête d’une manière arrogante. Je remballais ma répartie bien que j’crevais d’envie de rétorquer pour le provoquer. Erf…non j’suis irrécupérable donc j’avais balancé d’une voix très basse…

« Mauviette… »

A part des oreilles entraînées on ne risquait pas d’entendre avec les voix haussées. Et puis j’étais arrogant, j’étais le bras droit de l’Organisation, je ne pouvais fermer ma bouche et ne pas broncher. J’y pouvais rien… Je reportais alors mon regard sur la nouvelle arrivante, je l’entendais échanger quelques mots avec la blonde sans parvenir à entendre. De toutes façons ca ne m’intéressait pas, j’avais l’habitude d’être mal vu, d’être haï et tout ce qui va avec. En fait si j’entendais pas c’était à cause du moulin à parole qui me tarinait de question. Depuis ma dernière réplique il semblait m’avoir pris dans son estime.

« -C’est quoi ton style de combat, Nord ? Est, Sud, Oue-
-Hey ! Ferme-là pour voir.
-
-Parfait»

Excusez mon comportement, je n’avais pas non plus l’habitude des gamins. Et encore moins d’être autant questionné. Susciter un tel intérêt chez un ado’, je ne l’aurais jamais imaginé. M’enfin…Pandora venait enfin à ma rencontre, elle prit place à mon côté et desserrait aussitôt mes liens tout en renvoyant mon bourreau encore pubescent…

«Je ne m’attendais pas à te voir ici … Encore moins ficelé comme un saucisson ! »

Je me frottais les poignets un à un, je sentais ces dernier me brûler. Une morsure fiévreuse sur ma peau glacée. Je portais alors mon regard sur la demoiselle et lui annonçais…

« J’aurais pu le faire… »

J’avais l’art et la manière de briser l’enthousiasme… Mais je me sentais naze en la voyant faire, j’étais pas impotent, loin de là. Puis je souriais, amusé.

« Moi non plus en fait…je - »

Tout comme je ne m’attendais pas tomber aux pieds d’une blonde nue. Pour une fois, nos retrouvailles n’étaient ni bercées par la crainte, ni par le temps manquant. Elle restait plus ou moins anormale toute fois. Le début de ma phrase fut coupée par le geste de la chimère. Ses deux doigts bouillants sur mon menton je sentis ma tête chavirer délicatement. J'en oubliais ma phrase...

« Quel con … Désolée pour l’accueil »

J’avais reporté mon regard sur son visage, sur ses yeux. Sans vraiment l’écouter je redécouvrais son visage, elle m’apparaissait de plus en plus belle. Cette dernière se levait m’invitant à faire de même pour m’annoncer réparer les dégâts bénins. Je me laissais entraîner bien que je juger la chose inutile. En quelques secondes nous nous retrouvions dans la salle de bain.

Je restais à l'embrasure de la porte, mon épaule appuyée à l’encadrement, bras croisés. Je lui demandais sans vraiment attendre de réponse tandis qu’elle cherchait activement de quoi me soigner…

« Est-ce vraiment utile ? »

Bien sûre que non, mais c’était une femme intentionnée. Une fois son bonheur trouvé, je me redressais doucement pour tendre la main. Car voyez-vous, je m’attendais à ce qu’elle me donne le tout et que je me débrouille. Mais elle ignorait mon geste et vint à ma rencontre pour tamponner délicatement un coton imbiber d’alcool sur le coin de ma lèvre. Je clignais des yeux, pas le temps de réagir au picotement, j’étais plus troublé par sa familiarité à mon égard. C’était nouveau pour moi, j’étais tombé dans un autre monde… Les sourcils un tantinet froncés, mes yeux faisaient navette entre les siens. J’étais gêné, pourtant je n’étais pas timide et ne couvrais pas une certaine pudeur. C’était plus un mal aise agréable. Pandora en profitait pour me faire une seconde remarque amusante. Je levais alors la main pour la poser sur la sienne fiévreuse et stopper doucement son geste.

« Hmpff, alors ce serait vu comme une invitation »

Je souriais à mon tour de cet enjôleur que je ne me soupçonnais pas puis lâchais sa main avant de détourner le regard. Je me souvenais de la raison de ma présence, mais je voulais lui en parler entre quatre murs, juste elle et moi. Trouvant la situation très embarrassante en plus de cette proximité je brisais sans le vouloir cet instant de gaieté.

«Je…je ne vais pas m’attarder. »

J’avais rien à foutre ce soir, je me sentais juste pas à ma place bien que l’endroit dégageait une certaine atmosphère chaleureuse du fait de leur bonne entente. Rester en présence de jeunes normaux me rendait nerveux car je me trouvais rien de sympathique. Ce monde-ci ne m’appartenait pas, ou plutôt m’était fermé. Je reprenais presque aussitôt…

« Faut qu’on parle »

Je regrettais de ne pas être venu pour une simple visite de courtoisie… En étais-je seulement capable ? J’aurais probablement disparu bien avant que le dîner soit servi, ou bien juste avant. Tandis que je la scrutais en silence je sentis une présence, comme si qu’on nous épier, l’être était immobile. Je penchais pour le gamin, mais j’avais aussi un doute pour le dénommé Will. Peut être venait-il quérir les soins de son amie… A moins que ce fût le rejeton qui tentait de nourrir sa curiosité concernant ses précédentes questions… Je levais les yeux au plafond, un brin lassé en y repensant avant de demander sans quitter Pandora du regard. Je demandais en haussant un peu la voix, rien à voir avec le timbre monotone, j’étais lassé et quelque part enjoué…

« Qu’est-ce que c’est ? »




Dernière édition par Lyl.G Evans le Dim 8 Juil - 12:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 27

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: ...laisse moi tranquile e_e   Dim 8 Juil - 5:27

Je me contentais de lui répondre d’un léger sourire, concentrée sur la plaie qui au final n’était pas aussi impressionnante qu’elle aurait pu le laisser croire. Le visage saignait toujours beaucoup, mais au final, ce n’était pas grand-chose. Dans un coin de ma tête, je songeais qu’il me faudrait aussi rafistoler Will, il était bien capable de se trimballer plusieurs jours avec sa blessure sans rien y faire. La main fraiche du jeune homme vint s’emparer doucement da la mienne, stoppant tout mouvement, et je relevais les yeux vers lui, croisant un sourire auquel je ne m’attendais pas du tout et qui me laissa légèrement gênée et rougissante. Il se détourna portant rapidement, reprenant son masque d’impassibilité, quoi qu’un peu fissuré, en m’annonçant qu’il ne comptait pas rester. Je fronçais légèrement les sourcils avant de lui répondre d’une voix amusé malgré tout.

"Tu prends le risque de t’introduire ici, te laisse tabasser par l’armoire qui me sert de colocataire, et subit les questions du morveux, tout ça pour repartir aussi sec ? Et tu crois que je vais te laisser faire tranquillement ?"


Je souriais presque tellement je trouvais l’idée saugrenue avant de secouer doucement la tête en me détournant pour jeter le matériel souillé et ranger ce qui restait, laissant ce dernier au bord du lavabo, j’avais idée qu’il resservirait dans pas longtemps pour le brun, même si ce n’était pas moi qui m’en chargeait, ça serait Lucy. Soucieuse comme elle l’était, elle ne le laisserait pas des heures ainsi, surtout connaissant son tempérament « je m’en foutiste » sur ce genre de choses. Les mains occupées, je relevais les yeux vers le jeune homme, perdant mon sourire devant son air sérieux, lorsqu’il m’indiqua que nous devions parler. Hélas, j’aurais bien du me douter qu’il venait dans un but précis, il n’aurait probablement pas fait le trajet pour rien. Mais avant que je ne puisse dire quelque chose, mon estomac se manifesta à nouveau, me faisant lever les yeux au ciel pour finalement faire de nouveau face au jeune homme. Mais avant que je ne puisse lui répondre, il continua, la voix légèrement plus puissante. Je mis un petite temps à comprendre que ce n’était pas à moi qu’il parlait, et me détournais pour ouvrir la porte et découvrir la jeune blonde derrière. Cette dernière semblait mi agacée, mi gênée, m’indiquant la salle de bain d’un signe de tête sans lâcher l’argenté des yeux.

"J’aimerais pouvoir me préparer …"

"Ah oui ! Excuse-moi Lucy."

M’effaçant pour laisser sortir le jeune homme, je ne me pus m’empêcher d’accorder à la blonde un regard interrogateur auquel elle se contenta de hausser les épaules. Comme si le comité d’accueil n’était pas suffisant, Kelyan était revenu à la charge, attendant dans le couloir, les bras croisés en train de mâchouiller ce qui ressemblait à du pain. Lorsqu’il aperçut mon ami, son visage s’éclaira et il s’approcha, tout content.

"Ca y est, tu me le rends maintenant ?"

"Dans tes rêves moucheron. Laisse le tranquille."


"« Moucheron » ?!"

"Oui, moucheron ! Si tu ne veux pas que je te trouve d’autres surnoms sympathiques et aussi valorisants que celui-là, retourne dans les pattes de Will !"

Sans attendre la moindre réponse, qui pourtant ne se fit pas attendre et se traduisit par un concert de plaintes en tout genre, j’attrapais l’avant-bras de mon ami pour le tirer avec moi dans la chambre la plus proche, refermant la porte derrière moi. Visiblement, celle-là même où il avait atterrit un peu plus tôt si j’avais bien compris les dires de la blonde. La mine lasse, je scrutais a pièce, sentant bien vite les émanations de sang qui provenait du parquet abimé, bien que ces dernières soient extrêmement faibles. On allait bien dormir avec ça tiens … Je passais sur l’idée, observant le jeune homme qui semblait presque nerveux, avant de m’adosser au mur, mains dans les poches.

"Parler hm ? Je pensais bien que tu n’étais pas venue simplement visiter l’appartement en vérité …"

J’esquissais le demi-sourire dont j’étais coutumière vis-à-vis du jeune homme, sans le lâcher du regard, j’en profitais pour le détailler longuement, mes dernières rencontres avec lui ayant été marquées par l’obscurité et le mystère qui l’entourait. A la lumière artificielle, je le redécouvrais un peu, m’attardant sur son regard perçant et la finesse de ses traits. Même si il était rare que j’ai de telles pensées, il me fallait bien reconnaitre qu’il possédait un charme certain. Je me rendis également compte que je le traitais comme un vieil ami presque, alors que j’ignorais encore beaucoup sur son compte. Pas assez méfiante ou trop confiante, je n’aurais su le dire, néanmoins je m’abstiendrais bien d’en faire part aux chimères, celles-ci ne manqueraient pas de me traiter d’irresponsables ou que sais-je encore. Je penchais légèrement la tête sur le côté, tout à ma contemplation.

"Eh bien, je t’écoute. Que se passe-t- …"

Je fus de nouveau stoppé par un bruit dans le couloir, non loin de la chambre. Ayant une excellente idée de qui ça serait, je commençais à en être légèrement agacée. Je savais déjà qu’il était impossible d’avoir une intimité, même minime, dans cette habitation, mais lorsque j’étais la seule concernée, cela me dérangeait moins. La présence du jeune homme me rendait un peu plus intransigeante sur le sujet, d’autant plus n’étant pas réellement sûre du pourquoi de celle-ci. J’ouvris la porte pour découvrir la plus jeune des chimères presque collée à cette dernière, l’oreille tendue. Il manqua de tomber, suivant le mouvement de la porte, et se redressa devant moi avec un léger sourire.

"Hey ! J’vérifiais juste qu’on entendait rien du tout … Au cas où ça devienne intéressant !"


Je ne saisis pas vite le sous-entendu de ses paroles, mais lorsque je le fis, je lui claquais la porte au nez, essayant de cacher les rougeurs qui marbraient mes joues d’ordinaire pâles.

"Abruti ! "

"Même pas mal !"

Lâchant un soupir de lassitude, je relevais les yeux vers le jeune homme quelques secondes avant de lui demander dans la foulée.

"Si on veux réussir à avoir la paix, va falloir migrer ailleurs. Tu l'as un peu trop impressionné, je le crains."

Kelyan était jeune, très jeune, et son but avoué à tous était de pouvoir prendre sa place près de Will pour protéger le petit groupe. L'intrusion de l'argenté et le fait qu'il se soit suffisamment débattu pour avoir réussit à en coller une au grand brun semblait l'avoir marqué. Je connaissais un peu le spécimen aujourd'hui, et je savais que tant que le jeune homme serait sous le même toit que lui, il ne le lâcherait pas d'un pouce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: ...laisse moi tranquile e_e   Dim 8 Juil - 12:34

«J’aimerais pouvoir me préparer …»

Je soutenais le regard de la blonde, Lucy. L’expression un brin froid de son visage me laissait croire qu’elle ne m’était pas spécialement destinée. C’était naturel chez elle, mais je me doutais qu’elle ne voyait en moi qu’un délinquant. C’était le cas, je ne pouvais donc pas lui en vouloir, c’était l’impression que je donnais. Je fus le premier à quitter la pièce, pas bien compliqué vu que je me trouvais sur le seuil de la porte. Je me décalais doucement, soutenant le regard pesant de Lucy, je pris le soin de ne pas la toucher. S’en suivit Pandora, puis je sentis un mouvement dans notre direction. Qu’est-ce que c’était cette fois ?

« Ca y est, tu me le rends maintenant ? »

Je tournais les talons d’un quart pour apercevoir le gamin. Les sourcils à demi haussés, j’observais les deux colocataires échanger quelques mots. Décidément, j’avais attirer l’attention du garçon sans l’avoir désirer. J’étais quelque peu touché sans pouvoir l’exprimer d’une quelconque manière. Alors je me contentais de les regarder, gêné. La patience de la chimère céda rapidement et sans que je n’eu le temps de la voir arriver elle m’entraînait à nouveau avec elle. Ca devenait une habitude. Je lançais un dernier regard au gamin avant de me retrouver dans la pièce du « crime ». Je restais quelques secondes immobile à observer les lieux, je remarquais quelques gouttes de sang parsemées par-ci par-là. Allez savoir à qui il était. J’étais persuadé d’avoir bien amoché le dénommé Will lors de notre courte altercation. J’avais eu le temps de placer une droite et un coup de tête par pur réflexe… Bon peut être pas le coup de tête…Ca c’était plus pour ma dignité de combattant. Bref, mon amie s’était adossée au mur et reprenait aussitôt la parole. Je me retournais après qu’elle m’ait avoué se douter que ma présence eut un motif sérieux.
Je passais ma main dans ma chevelure argentée et quelque peu ébouriffée tout en soupirant d’un air désolé…

« Hmpff… »

Je fronçais les sourcils, mon regard bloqué sur celui de la demoiselle, elle s’était également arrêté à l’entente du bruit. Nous nous jetions un regard plus ou moins lassé avant qu’elle ne daigne s’informer des évènements dans le couloir. Surprise ! Le gamin était là en train de nous épier. Je souriais, amusé. Finalement ma lassitude s’échappait car quelque part je les enviais. Ils étaient tous amis, solidaires, une sorte de petite famille. Je ne pouvais même pas comparer ça à quoi que ce soit que j’eus connu. Même avec ma garde personnelle je n’étais pas complice, avec personne si ce n’est cet être qui passait un savon à son cadet.
Je détournais le regard avec cette mine de ne pas comprendre son sous-entendu lorsque Pandora lui claquait la porte au nez. Quel petit con. Ça y est, je l’appréciais.

« Si on veux réussir à avoir la paix, va falloir migrer ailleurs. Tu l'as un peu trop impressionné, je le crains. »

Je soupirais, non pas de lassitude. Je ne pouvais pas trop bouger, je craignais d’être aperçu par un de mes gardes. Sachant que j’étais libre, eux-mêmes l’étaient ce soir. Or je n’avais pas envie de fuir ce soir, donc je visais l’idée d’une balade en auto. Je m’apprêtais à lui en faire part lorsqu’une voix rauque s’élevait, m’interrompant aussitôt que j’eus ouvert la bouche…

« A table ! »

L’intonation de sa voix relevait plus de l’énervement que de la gaieté. Ma présence avait tout chamboulé, même l’animosité de mon amie. Je baissais la tête et passais ma main sur ma nuque, frottant doucement celle-ci avant de ne lever un regard un brin morose sur elle.

« Peut être que j’devrais repasser plus tard… »

Jusque là, c’était comme si tout s’acharnait pour nous empêcher de nous retrouver. J’avais probablement mal choisi mon moment pour apparaître, ou bien ils s’étaient tous liguer contre moi pour garder jalousement leur amie. Erf…J’ajustais ma veste, faisant chanter la chaine autour de mon cou, soit le fragment de la Pierre Rouge. En effet, je la portais encore autour du cou, mon chef me l’avait laissé sous prétexte de me récompenser. Tu parles d’un cadeau empoisonnée, c’était un fardeau. Je portais plus d’un millier de vie sur ma poitrine. En l’entendant je stoppais immédiatement mon geste. Voilà que ce fichu cailloux me ramenait à la dure réalité. Mon visage s’assombrissait machinalement.

« Peut être que tu devrais rester manger. »

Il était encore là lui?! Je levais un sourcil puis secouais négativement la tête tout riant discrètement et silencieusement. Quel merdeux. Sa présence mettait une certaine ambiance, c’était probablement l’élément perturbateur du foyer, l’élément folklorique qui cassait la mauvaise humeur. A condition de le supporter. J’osais même pas imaginer le nombre de fois qu’il avait dû épier les deux demoiselles pour nourrir l’expérience personnelle qu’est le mystère de l’anatomie féminin. Surtout avec ces deux jolies créatures. Ce foyer était magique, car ses résidents avaient le pouvoir de vous déconnecter, même si c’était quelques secondes… C’était sûrement ca des amis, des gens sur qui compter qui avaient le pouvoir de vous libérer. Je plonger mes mains dans mes poches, j’y retrouvais toute ma vie, clefs, clopes, portefeuille. Un court silence s’était installé, et sans un mot nous nous scrutions du regard.

« A taaable !! »

Cette fois le type s’impatientait…L’insistance sur le "a" traduisait d'avantage son agacement. Ce rappel à l’ordre me sortait de mes rêveries et je sortais mes mains de mes poches prêt à prendre le large. Je levais à nouveau un sourcil et désignais la porte du menton.

«Tu devrais y aller, la ménagère s'impatiente... »

Ouais j'avais ce côté bien refoulé de moqueur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 27

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: ...laisse moi tranquile e_e   Dim 8 Juil - 16:54

A son souhait de départ, mon visage s’était immédiatement assombri. J’étais contente de le revoir, et ce, même s’il avait fait une arrivée fracassante. Comme toujours, je me sentais rassurée lorsque je l’avais près de moi, même si ce n’était probablement qu’un sentiment illusoire, il était agréable. Je m’étais promis de ne plus le chercher, de ne pas essayer de le revoir, et voilà qu’il venait de lui-même me rendre visite, difficile de cacher ma déception face au fait qu’il veuille déjà repartir. Les sourcils légèrement froncés, je m’approchais de lui, ignorant la porte qui s’était de nouveau entrouverte, et m’apprêtais à quémander sa présence à table avec nous ce soir lorsque Kelyan me devança, de manière tout aussi directe. Je grimaçais imperceptiblement avant de lever les yeux vers le jeune homme, à quelques centimètres de lui. La proximité ne me dérangeait pas plus que cela dès lors que c’est moi qui gérais l’écart qui nous séparait. Esquissant un léger sourire, je penchais la tête sur le côté en l’observant.

"Pour le coup, je suis d’accord avec lui. Reste."

Je l’observais avec attention, espérant qu’il accéderait à ma, à notre demande, je ne voulais pas le voir repartir. En vérité, j’étais même prête à le suivre si jamais il décidait de ne pas s’attarder, quitte à remettre le repas à bien plus tard. Je m’étais déjà callé avec des gâteaux, cela suffirait bien. La voix de Will résonna une fois de plus dans toute l’habitation, insistante, et visiblement passablement énervée. Kelyan partit presque en courant en direction de la cuisine, désireux d’obtenir son repas, et j’entendis la porte de la salle de bain s’ouvrir, signe que la blonde allait probablement les rejoindre. Ne restait plus que nous deux à être attendu, et je savais qu’ils n’attendraient d’ailleurs guère bien longtemps. L’argenté ne pu s’empêcher de se moquer gentiment du brun, me tirant un léger sourire amusé.

"S'il t'entendait ... !"


Probablement qu’il lui aurait sauté dessus une seconde fois. Will n’appréciait pas du tout que l’on puisse mettre sa virilité en doute, et se faisait un plaisir de corriger le premier à se foutre de lui de la sorte. Ayant vu de quoi étaient capables les deux jeunes hommes, il valait mieux que ce genre de phrase restent uniquement entre nous et certes pas devant le concerné.

Attrapant la main du jeune homme avec une certaine délicatesse mêlée de timidité, je le tirais doucement vers la porte malgré sa réticence évidente. L’embarquant avec moi à travers le couloir, j’éteignis au passage la salle d’eau que Lucy avait oublié, avant de parvenir à la cuisine où les compères étaient déjà attablés, tenant toujours discrètement sans vraiment m’en apercevoir la main du jeune homme. Ce n’est que lorsque j’aperçus l’air renfrogné du brun que je compris la nature du problème et lâchais prestement la dextre de mon ami.

"On a un couvert de plus ! Fait pas cette tête Will, tu cuisines toujours pour quinze, il y en aura largement assez, surtout que Meven n’est pas là ce soir."

Le concerné haussa les épaules en retournant son attention sur son assiette, tout en gardant un œil méfiant sur l’argenté. Ces deux-là n’étaient pas près de s’entendre, j’en aurais mis ma main au feu. Ce n’était pas le cas du plus jeune qui décalait déjà sa chaise pour faire une place à l’invité de dernière minute, les yeux brillants de questions contenues. Mais par pure fourberie, je pris place à côté de lui, laissant la chaise à ma droite libre pour le jeune homme en lui faisant un signe de tête pour s’installer. Kel’ n’attendit pas pour recommencer ses conneries, et se penchant à mon oreille, il me demanda discrètement, à peine sa bouchée avalée.

"Alors, il est comment ?"

Je fronçais les sourcils en me servant une part de pâtes et tournais légèrement la tête vers lui, perplexe.

"Comment quoi ?"

"Bah comment il est au pieu ?!"

Mes joues prirent la couleur de la sauce tomate dont j’arrosais généreusement les nouilles et sans crier gare, je lui abattis la cuillère en bois sur la tête, foutant en l’air la mise en pli dont il était si fier.

"Mais t’es pas bien ?! S’pèce d’obsédé ! Trouve toi quelqu'un si ça te démange autant ! "

L’air boudeuse, je m’en retournais à mes pâtes, essayant d’ignorer mes joues cramoisies, et jetais un coup d’œil rapide vers la blonde qui était restée silencieuse, visiblement perdue dans un autre monde. Cette dernière pris rapidement congé, sous le prétexte qu’elle était déjà en retard à son boulot, ce qui était probablement le cas, et salua tout le monde d’un geste vague de la main avant de s’éclipser, un long manteau noir sur le dos. Je la suivis du regard le temps qu’elle quitte la pièce, légèrement inquiète. Même si, comme nous tous ici, elle savait se défendre, vêtue comme elle l’était à se balader ainsi la nuit, elle risquait gros et cela avait tendance à ne pas me rassurer. Mais après tout, c’était une grande fille ! En cas de soucis, elle saurait se débrouiller.

Essayant de manger, je me rendis bien vite compte que la faim n’était pas là, l’esprit taraudé par la raison encore non dévoilée de la venue du jeune homme jusqu’ici. Repoussant mon assiette, dont le brun s’empara avec avidité, me demandant la permission du regard, que je lui accordais d’un léger signe de tête, je gardais les yeux dans le vague alors que le petit blond s’était déjà reconcentrait sur le visiteur, tendant son cou devant mon nez pour l’apercevoir, se prenant plusieurs fois ma main en pleine figure en compagnie d’un soupir de lassitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: ...laisse moi tranquile e_e   Dim 8 Juil - 18:34

Un regard à droite, un autre à gauche, puis un en l’air, je réfléchissais. J’avais bien envie de rester, mais pour dîner, ni pour faire plaisir au mioche, juste pour satisfaire la demoiselle. Et bien parce que je le voulais. Je soupirais, visiblement embarrassé. Tout ca me paraissait tellement étrange, pouvais-je m’intégrer le temps d’un repas sans paraître froid et insociable ? J’allais le voir bientôt.

« Hm, c’est une invitation à dîner ?»

Je souriais, un sourire étiré que d’un côté. Je plaisantais, je voulu renchérir pour lui donner une réponse positive mais elle me traînait à nouveau derrière elle. Une habitude j’vous dis !
J’atterrissais dans le salon et telle deux bêtes de foire tous les yeux furent rivés sur nous. Seul le gamin souriait, il s’était même décalé pour laisser place à ma modeste personne. Bordel, c’était carrément gênant. Quelle connerie ! Je me laissais intimider par ce monde et par la demoiselle alors que j’avais vécu les pires horreurs qu’un homme puisse vivre. J’étais une pointure dont la tête était mise à prix pour 10 000 000 de cenz. Pas n’importe quel larron, le Capitaine des insurgés et voilà que je me trouvais à tortiller du cul pour savoir quoi faire. Etait-ce ca mon point faible ? Les femmes ? Je pris donc place à côté de Pandora.

A peine posais-je mon boule sur la chaise que je me demandais comment ils réagiraient si un jour ils apprenaient mon identité. Ils pesteraient comme des démons, ils brûleraient probablement tout ce que j’ai touché. Si ca se trouve j’avais tué l’un de leur proche. C’était difficile de leur sourire, de lever la tête. On me servit ma part et je restais là à observer mon assiette. Je n’avais pas faim, mais par politesse je mangeais. Le gamin refaisait des siennes en susurrant je ne sais quoi à l’oreille de mon amie. Mais vu la teinte pourpre que ses joues prirent et ce qu’elle rétorquait j’osais imaginer qu’il lui avait balancé des propos plus ou moins salaces. Je souriais discrètement, ce gamin avait le don de m’amuser, c’était rare. Le rire, le sourire, ce n’est pas le genre de truc qui m’arrivait souvent, c’était occasionnel…

Au bout que de quelques secondes Lucy se levait pour déserter la table, elle travaillait. Je la reluquais en silence en notant qu’elle avait le look typique qu’on retrouve dans un bordel. Drôle d’oiseau, son comportement et son air strict laissait pourtant imaginer le contraire. C’était plutôt contradictoire. La blonde partait et un silence pesant s’installait. Je croisais le regard du môme, il me souriait, je détournais le regard d’un air accusateur. C’était gênant d’être observer, surtout pas un gosse…

« Alors, quel est le nom de notre « invité » ? »

Un gros silence, tous les yeux étaient à nouveau braqués sur moi. J’échangeais un regard avec Pandora, la belle ne put répondre car elle n’en avait aucune idée. Et merde, c’est vrai ca ! Le grossier et malpoli lascar que je suis n’avait même pas daigné décliner son identité. Mon amie détournait le regard, elle feintait sûrement de ne pas avoir entendu son ami mais c’était trop tard vu qu’elle avait levé la tête comme els deux autres.
Toujours aussi nonchalant, je répondais simplement…

« -Lyl.
-Lyl ? C’est quoi ca comme origine…
-Drachma.
-Qu…quoi ?!
-J’me disais bien qu’il avait un air de voyou. »

Il faisait une fixette sur les voyous, ça devait l'attirer les gros durs. Rien d'étonnant pour un gamin qui souhaiter protéger ses amis. Serein, je terminais mon assiette sans me préoccuper de la réaction engendrée. En effet, j’étais un ennemi d’Amestris, j’étais un bougre des montagnes. Je sentais Will de plus en plus méfiant, réticent quant à ma présence ici et mon lien avec Pandora. Je posais mes couverts, tout le monde semblait avoir terminé.

« -Tu te serrais perdu ?
-Pas plus que toi mon gros. Au fait, je levais mon regard de jade un brin provocateur sur le garçon et lui demandais avec un sourire enjôleur, comment va ton arcade ?
-Quel petite rac-
-Bon allez, nous devons y aller !
-Oh déjà? Ca devenait intéressant!»

Pandora s’était levée et sans crier gare elle avait agrippé mon bras pour m’extraire de ma chaise. Je me retrouvais sur le pallier tandis que mon amie régler certaines choses. Je descendais les marches sans l’attendre, je ne regrettais pas mon comportement, mais je me rendais compte que j’étais très taquin, très belliqueux aussi. Je plongeais ma main dans ma poche et me sortais une cigarette que j’allumais une fois dehors. Adossé au mur, un pied appuyé à celui-ci, j’attendais mon amie.

« Désolé d’avoir plombé l’ambiance. »

Je me retirais du mur et prenais la tête de la marche. Je parlais de l’ambiance en général, pas qu’à table. J’avais eu l’impression d’être de trop, mais je ne leur en voulais pas. Je comprenais.

« -Reviens quand tu veux Lyl ! Tu me dirais pour qui tu te bats !
-Hmpff…»

Kelyan était penché à la fenêtre et attendait probablement que je lui réponde ou que je le regarde. Je ne fis rien de tout ca, je continuais de marcher avec nonchalance. Au fond de moi j’avais un peu de sympathie pour ce gamin. Je levais à moitié un bras et le saluais brièvement de la main sans me retourner. Un sourire presque imperceptible étirait à peine mes lèvres. Je tirais une taffe sur ma cigarette et plongeais mon autre main dans ma poche. Ma voiture était à quelques mètres, dans une ruelle. Je sortais les clefs de ma poche et annonçais avec enthousiasme à la jeune femme…

« J’espère que tu n’as pas d’heure pour rentrer, j’serais bien pour une p’tite balade. »

Peu à peu je redevenais ce garçon fougueux d’antant, je me laissais simplement aller en mettant de côté le Capitaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 27

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: ...laisse moi tranquile e_e   Dim 8 Juil - 19:45

Je restais stoïque, jetant un simple regard vers le désigné, ne pouvant pas véritablement répondre à sa place puisque tout comme mes camardes, j’ignorais l’identité réelle du jeune homme. Si ma curiosité m’avait maintes fois encouragée à le lui redemander, je n’avais pourtant jamais osé lorsqu’il m’avait fait plusieurs révélations, de peur d’aller trop loin. Je m’étais contentée de le côtoyer, sans pour autant chercher à en savoir plus, ce qui mine de rien était un effort non négligeable pour la fouineuse que je pouvais être. Echangeant un regard avec le jeune homme, je lui fis bien comprendre que ce n’était pas moi qui pourrais répondre à sa place sur ce coup là. De plus, tous comme le brun, j’avais vraiment envie de savoir son nom, même si au fond, cela ne m’apprendrais rien de plus. Simple satisfaction personnelle. J’esquissais un sourire discret en apprenant enfin le nom du jeune homme. Lyl. Original. Comme son propriétaire en réalité. Will ne put s’empêcher de le questionner davantage et j’appris donc avec surprise qu’il était d’origine Drachmienne. Personnellement, je m’en foutais, je n’avais jamais vraiment pris part aux engagements militaires, et ceux même lorsque j’avais été soldat. Les conflits je les évitais la plupart du temps, et ne m’intéressais que rarement aux raisons de ces derniers, il me fallait bien l’avouer, les politiques étrangères, ce n’était pas mon fort. Pour ça, qu’il soit de Drachma, d’Amestris, d’Aerugo ou que sais-je encore, ça ne me touchais pas. Cependant, ce n’était pas le cas pour la jeune chimère, et pour cause, il avait un passé un mauvais moment contre les forces armées du pays glacé. Sentant l’atmosphère se réfrigérer rapidement, je suivais du regard l’échange entre les deux hommes, légèrement tendue. Kelyan lui, semblait tout à fait à l’aise, ignorant totalement la tension grandissante entre ses deux ainés, et se targua même d’une réflexion vis-à-vis du visiteur.

J’entrepris de rassembler les couverts une fois les plats terminés, concentrée sur ma tâche, je suivais tout de même les paroles échangées. Lorsque Lyl commença à se montrer un peu trop moqueur vis-à-vis du brun, je me levais d’un bond, faisant claquer les assiettes légèrement contre la table, avant de signifier rapidement notre départ, lançant un regard noir au plus jeune en guise de réponses à ses lamentations. Délestant la table des plats, je les déposais dans l’évier avant de rejoindre l’invité, l’attrapant par la manche sans grande délicatesse cette fois-ci pour l’embarquer avec moi. Le poussant doucement devant moi, j’ouvris la porte et le laissais quelques secondes seul afin d’aller clarifier certaines choses. Les sourcils froncés, je retournais voir Will qui n’avait pas bouger, et posais mes mains sur la table en le fixant.

"Je sais qu’il ne t’inspire pas confiance, mais tu devras faire avec. Je me porte garante de lui, il ne nuira à personne ici, je peux te l’assurer. "

Le brun appuya sa tête sur sa main, le coude posé sur la table et détourna le regard, l’air maussade, avant d’indiquer son arcade blessée de sa main libre en maugréant.

"Il l’a déjà fait … C’est une racaille de Drachma, ces gens sont des tueurs."

"Tais-toi ! "

Les poings serrés, je le fixais avec une certaine rage que j’essayais tant bien que mal de contrôler avant d’inspirer profondément pour reprendre mon calme et poursuivre.

"Lyl ne vous fera rien. Fait moi confiance. Tu sais bien que je ne vous ai jamais trahie Will."

"Oué. Mais méfie toi de ce type Dora. Il ne me plait pas."

J’esquissais un léger sourire en coin avant de faire le tour de la table pour l’enlacer quelques secondes, comme un frère.

"Toi non plus tu ne me plaisais pas au début, rappelle toi. Et pourtant, ça a fini par changer. Ne t’en fait pas, je sais ce que je fais. "

Ce dernier acquiesça, me rendant distraitement mon étreinte avant d’observer le mioche qui agitait sa main à la fenêtre après en avoir dégagé pas vraiment discrètement les volets pour apercevoir la rue, criant à l’intention de l’argenté qui avait visiblement tracé dehors. D’un air amusé, je tournais les talons en marmonnant pour moi-même.

"Y’en a au moins un qui a l’air de l’apprécier dit donc !"
avant de reprendre d'une voix plus claire; "Je ne sais pas quand je rentre, ne m'attendez pas."

Je quittais l’appartement, mon humeur stable étant revenue aussi vite qu’elle avait filé, et rejoignis le jeune homme qui m’attendait tranquillement, adossé contre un mur, clope au bec. Je secouais négativement la tête à sa réplique, mais avant de pouvoir rétorquer, une voix enjouée s’éleva deux étages plus haut et me fis relever la tête avant de rire brièvement puis de répondre.

"Va au lit microbe ! "


Me détournant de lui et des menaces qu’il proférait à mon encontre, comme celle de virer mon matelas pour que je dorme par terre, parmi tant d’autres, et pris place près du jeune homme en remontant tranquillement la rue. J’observais la ville plongée dans l’obscurité, partiellement éclairée lorsque les lampadaires n’avaient pas rendus l’âme, avant de lever les yeux vers mon voisin lorsqu’il reprit la parole d’un air bien plus enjoué et arborait ce qui semblait être des clefs de voiture. Souriante, je secouais la tête négativement avant de lui répondre d’un ton enthousiaste.

"Je ne m’appelle pas Cendrillon, ne t’en fait pas. Donc va pour la ballade !"

Au bout de quelques mètres, le jeune homme s’arrêté devant un véhicule qu’il ouvrit sans trop attendre, m’incitant à monter d’un signe de tête. Je contournais la voiture en l’observant d’un air curieux avant de prendre place du côté passager, ouvrant la fenêtre presque immédiatement car il faisait déjà trop chaud à mon goût. Une odeur particulière régnait dans l’habitacle. Un mélange de tabac froid, d’alcool, et d’une autre odeur bien plus subtile, plus épicé. Je ne compris qu’au bout d’un certain temps que c’était tout simplement l’odeur du jeune homme. La tête légèrement renversée sur l’appui tête, je profitais de l’air dégagé par la vitesse du véhicule qui s’engouffrait à travers la vitre baissée, en observant le conducteur du coin de l’œil.

"Excuse-moi pour son attitude … Il accepte mal la présence d'autrui dans cet appartement. Ce n’était pas contre toi. C’est juste un abruti trop méfiant."

C’était affectueux quelque part, j’étais aussi bien trop méfiante la plupart du temps, mais pas vis-à-vis de Lyl. Si je l’avais été, cela avait été de bien courte durée, et pour cause, il m’avait démontré que je n’avais de raison de m’inquiéter. Un bruit titilla ma curiosité et je me mis à en chercher l’origine avant de me pencher sous mon siège par curiosité. Me redressant triomphante, je tenais ce qui ressemblait fort à une bouteille d’alcool, je n’aurais pourtant pas su dire lequel. Levant légèrement l’objet trouvé, j’esquissais un sourire vainqueur.

"Ahaha ! Je m'en doutais ... !"

Bloquant l’objet en verre entre mes jambes, je repris un air sérieux, de nouveau harcelée par mes interrogations et observais cette fois directement le jeune homme qui ne quittait pas la route des yeux.

"Maintenant dit-moi. De quoi voulais-tu me parler ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: ...laisse moi tranquile e_e   Dim 8 Juil - 20:46


« Je ne m’appelle pas Cendrillon, ne t’en fait pas. Donc va pour la ballade ! »

J’avais ouvert la porte côté conducteur, je l’ouvrais et me stoppais quelques secondes dans mon élan. Je fronçais les sourcils d’un air interrogateur.

«Qui est Cendrillon ?»me demandais-je à voix basse sans attendre de réponse.

Je ne connaissais pas cette personne,je n'avais pas eu la chance de lire les contes pour enfant... J’entrais dans la voiture et lui ouvrais la porte côté passager. Je démarrais aussitôt, une conduite maîtrisée et parfois un peu trop rapide. J’avais imité Pandora en ouvrant ma fenêtre, j’avais toujours chaud même quand les humains frissonnaient. Avoir le sang froid était étrange, une sensation particulière, mais je m’y étais fait. Ca s’était avéré pratique pour de nombreux points. Par le passé on s’était mépris en me prenant pour un vampire entre mes canines et ma peau fraiche. J’avais pu une fois feinté d’être mort. Une autre fois j’avais pus survivre à l’hypothermie. Bref. J’observais dehors, distrait par l’animation, par ces couples heureux, par ces femmes en tenues légères, par ces hommes ivres puis par Pandora.

«- Excuse-moi pour son attitude … Il accepte mal la présence d'autrui dans cet appartement. Ce n’était pas contre toi. C’est juste un abruti trop méfiant.
-Non, je ne peux pas lui en vouloir de protéger les siens. Ne t’en fais pas, j’ai l’habitude de ce genre…d’altercation. »

Je ne quittais pas la route du regard, non pas par prudence, je maîtrisais mon véhicule, je craignais juste de voir la morosité sur son visage. Elle était comme moi, changeante. Elle masquait sa peine sous un doux sourire. Mais elle, elle n’était pas seule, je m’étais mépris là-dessus. Je bifurquais au coin d’une rue et fit chanter les cadavres de bouteilles de verre sous le siège de ma passagère. Je levais un sourcil d’un air faussement blasé et ne m’en inquiétais pas jusqu’à ce la chimère se penche. Je lui jetais un premier regard, trop furtif qui fut mécaniquement suivit d’un autre plus long. Je lui demandais sans une once d’autorité mais plus avec gêne :

«- Hé non, fouille pas là-dessous…
-Ahaha ! Je m'en doutais ... !
-ah ouais? ê_e
»

Je levais les yeux au plafond, passablement blasé. Elle venait de dégoter une bouteille pleine de gin. J’affectionnais cet alcool, non par car c’était mon second prénom. Non, c’était maintenant celui du Capitaine. J’aimais son goût et l’effet qu’il me procurait. Il me berçait d’illusions lorsque tout allait mal. Ses frangines se baladaient sous le siège de la miss, vidée de leur breuvage magique. Ouais j’étais alcoolique dans mes heures les plus noires. J’étais soulagé qu’elle ne me questionne pas sur la raison de la présence de cette bouteille. Ma sincérité lui aurait alors avoué que j’avais deux trois trucs à noyer de temps en temps.
Je jetais ma clope par la fenêtre. Pandora revenait sur le vif du sujet, sur la raison qui m’avait traîné jusqu’à chez elle. Je me demandais quand elle réaliserait que je connaissais son foyer alors qu’elle ne m’en avait jamais touché un mot. Je jetais un œil à mon compteur qui affichait d’une aiguille branlante ce qu’il me restait de carburant, soit pas grand-chose. Tant pis, j’haussais les épaules en me parlant à moi-même. Puis je prenais la parole.

« C’est à propos d’une rumeur. »

Par ma conduite rapide, nous nous retrouvions à la sortie de central City. Je garais la voiture à l’entrée d’un bosquet, non loin d’un lac. Celui-ci se trouvait à une vingtaine de métre en face, on pouvait l’apercevoir à travers les troncs d’arbre grâce au reflet de la lune. Je jetais un coup d’œil à l’endroit avant de coupe le contact et d’ouvrir ma portière. C’était pour profiter de la fraicheur. Là je m’enfonçais d’avantage dans mon siège, je me sentais serein, apaisé car je savais qu’ici personne ne me surprendrait. Pour le coup j’étais vraiment libre. La pression diminuait en même temps que mon visage s’apaisait. Mon pied gauche appuyé sur le vide poche de ma portière grande ouverte, j’avais cette posture décontractée, négligée. Je reprenais…

« Tu sais, y’à pas mal de rumeur qui tournent dans les bas-fonds si tu sais où les écouter. On parle que de l’Organisation Zéro. Les gens flippent même s’ils font comme si de rien n’était. Y’en qui y voit une opportunité de faire rentrer l’argent, du coup ils s’engagent, peu importe le prix. »

Je lui jetais un regard pour surprendre une quelconque réaction. Mon discours n’avait pour but de me mener à une conclusion bien définie. Je savais de quoi je parlais, je ne le faisais pas pour lui tenir la grappe. C’était un moyen subtil d’en venir au but sans éveiller les soupçons sur moi. Bon sang Pandora, si tu savais…Me pardonnerais-tu ? Je détournais le regard et reprenais d’une voix posée…

« J’ai entendu dire qu’une femme, dont la description physique collait un brin avec la tienne, cherchait à entrer dans l’Organisation…. Je marquais un court temps d’arrêt, puis terminais. Pour retrouver sa sœur. »

Je soupirais, je regardais le lac qui nous faisait face. Je connaissais la réponse, du moins je m’en doutais. Même si ce pressentiment n’était pas fondé j’étais persuadé qu’il s’agissait bel et bien de Pandora qui cherchait Jade, un des quatre membres de ma garde personnelle. Tu parles du galère… Un brin plus sec je lui demandais enfin…

« Cette fille, c’est toi. N’est-ce pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 27

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: ...laisse moi tranquile e_e   Dim 8 Juil - 21:21

Le véhicule stoppa sa course non loin d’un lac que je connaissais un peu pour y avoir été plusieurs fois en solitaire. Le regard perdu sur l’eau rendue sombre par l’obscurité, tout en me concentrant sur les paroles du jeune homme qui me laissait un arrière-goût désagréable jusqu’à présent. Certes, il trainait beaucoup dans les bas-fonds également, du moins, c’est ce qu’il m’avait semblait comprendre, il était donc normal que les rumeurs ne lui soient pas inconnues. C’est la suite qui m’inquiétait légèrement, et je me tordais les mains discrètement en l’attendant, bougeant sans cesse le regard d’un point vers un autre, sans pour autant observer mon voisin une seule fois. Je n’arrivais pourtant pas à réellement comprendre où il voulait en venir. Je doutais sérieusement que les rumeurs parlent de quoi que ce soit me concernant. Néanmoins, j’avais tort. Et je m’en rendis compte lorsque le jeune homme continua sa tirade après un court instant, ses paroles me figèrent avant que je ne lui jette un regard perplexe et légèrement méfiant pour une fois. Ainsi, même en agissant avec discrétion, mes recherches étaient tout de même connues. Toutefois, je ne dis rien, attendant d’être certaine de la signification de cette explication. Ce qui ne tarda pas. Je baissais les yeux sur le tableau de bord, indécise, avant de me laisser tomber contre le siège en lâchant un profond soupir.

"Hm …"

Je faisais jouer la bouteille entre mes jambes, doucement, avant de déporter mon regard vers l’extérieur paisible, dénué de toute présence hormis la nôtre. Après tout … Qui avait-il de si terrible à ça ? De plus, je ne voulais pas intégrer l’organisation, seulement obtenir des renseignements utiles. Rien de plus. Tapant doucement l’arrière de ma tête contre l’appuie tête avec un rythme plutôt lancinant, je finis par faire face au jeune homme après de nombreuses secondes d’hésitation, reportant mon regard vers le sien.

"Oui, c’est moi … Je suis bien à la recherche de ma sœur. Mais je serais curieuse de savoir comment tu l’as appris. Histoire de savoir à qui je dois rendre visite …"

J’avais dit ça d’un ton morose, même s’il était évident pour moi que je n’irais probablement pas. Le concerné aurait de mes nouvelles si je le recroisais, car je possédais tout de même une vague idée sur son identité et connaissais son visage. Mais je n’étais pas rancunière au point de vouloir me venger. Le seul point qui me travaillait réellement, c’était que si Lyl avait appris ce détail qui n’en était pas vraiment au fond, d’autres avaient également pu avoir vent de ces recherches, y compris ma sœur, et c’est bien là que ça deviendrait beaucoup plus problématique. Un autre problème, bien plus perfide, se dressait dans mon esprit. Depuis le début, j’avais été honnête avec le jeune homme, or là, j’allais me retrouver à lui mentir, que ce soit sciemment ou par omission. Et je ne savais pas si j’en avais réellement envie, ni même si je m’en sentais capable. Croisant les jambes en attrapant la bouteille que je fis jouer doucement dans mes mains, je scrutais l’extérieur à nouveau, les yeux dans le vague, parlant doucement.

"Une simple gamine qui veut retrouver sa sœur ainée … C’est touchant comme histoire non ?Par contre, je n'ai jamais cherché à intégrer l'organisation, seulement en connaitre un peu plus dessus."

C’était un euphémisme. On parlait d’un groupe de tueur agissant pour le compte d’un sombre inconnu répondant au nom de Gin Marshall. Ce dernier semblait s’être rendu coupable d’un bon nombre de massacres déjà, autant dire que ce n’était vraiment sous le commandement de telles personnes que je souhaitais être. En fait, je voulais simplement rester libre, même si cela faisait un long moment que je ne l’étais plus vraiment au fond. Je voulais être honnête, mais je n’en trouvais pas le courage. Fermant les yeux, je puisais dans un recoin de ma tête pour faire preuve d’un peu de force avant de me relancer.

"La réalité est bien moins jolie que l’histoire. Tu sais ce que je suis, tu sais d’où je viens puisque tu m’en as sortie. Tout ça, c’est à elle que je le dois … Et plus encore."

Je rouvris les yeux, le regard assombri par une certaine haine avant de continuer d’une voix nettement plus froide.

"Je te laisse imaginer que ce n’est pas vraiment des retrouvailles tendres auxquelles j’aspire aujourd’hui …"

Je secouais la tête d’un air désolé avant d’essayer de reprendre une certaine contenance en jetant un coup d’œil au jeune homme.

"Enfin … je ne sais pas pourquoi je te dis ça au fond … "

Je m’assis en tailleur sur le fauteuil, tournée de manière à pouvoir le voir en étant appuyée contre ma portière, le vent frais balayant les mèches blanches qui parsemaient ma nuque, me libérant de la chaleur de ma crinière par moment, et penchais la tête sur le côté, au fond pas vraiment convaincue par la raison de sa visite.

"En quoi cela te concerne-t-il suffisamment pour que tu viennes jusqu’à moi pour t’assurer de la véracité de ses rumeurs au juste ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: ...laisse moi tranquile e_e   Dim 8 Juil - 21:58

Je la sentais nerveuse, si je l’avais touché j’aurais aussitôt sentit une perturbation dans les battements de son cœur. Elle jouait avec la bouteille, un geste que je reconnaissais de nerveux. Un silence de mort nous plongeait dans une ambiance pesante. J’attendais patiemment sa réponse, je devais en avoir le cœur net. Je devais savoir quel genre de personne était sa sœur. La perspective de m’en faire une alliée me donnait d’avantage de courage. Au fond j’avais besoin de quelqu’un à qui confier mes craintes et mon fardeau sans craindre sans cesse de le mettre en danger. Peut être que par sa réponse, Pandora m’offrirait cette personne un peu plus tard. Elle daignait enfin me regarder, je fis de même, soutenant son regard qui me paraissait maussade. Elle m’avouait être cette personne et détournait aussitôt le sujet sur moi et mes sources. J’étais ma propre source, j’avais surpris Hisashi, le bougre n’avait pas été assez discret. Le métier ne lui collait pas encore suffisamment à la peau. Ce garçon comme Pandora avaient eu de la chance que ce fût moi ce jour-là qui le surprenait à fouiner. Mon aptitude à pouvoir ressentir dans un certain périmètre un être vivant avait ses avantages. Je leur avais épargné une mauvaise visite et probablement la mort sans qu’ils ne le sachent. Je croisais mes bras derrière ma tête. Sans un mot je l’écoutais.

D’après ses dires, elle voulait simplement retrouver sa sœur. Je m’allumais une cigarette et lui en proposais une, cependant, elle semblait perdue dans ses songes et ne remarquait même pas mon bras tendu. Je jetais négligemment le paquet sur le tableau de bord et fumais, patient. La jeune femme reprenait de plus bel, mais ce qui s’en suivit me fit déglutir. Elle cherchait sa sœur pour assouvir une vengeance, une histoire encore gravée dans le sang, rien de bien joyeux, j’en étais désolé. Je regardais le lac, le visage maussade. J’étais déçu, je n’étais qu’entouré de monstre… Je me perdais à mon tour dans mes songes, mon semblant de gaieté s’était envolé avec l’espoir de cet allié. Je soupirais, j’avais gardé un bras sous ma tête, je le laissais en essayant de reprendre le fil. Pandora me sortait de mes songes par sa remarque dégourdie…

« En quoi cela te concerne-t-il suffisamment pour que tu viennes jusqu’à moi pour t’assurer de la véracité de ses rumeurs au juste ? »

Remarque pertinente hm ! Je ne pouvais lui dire la vérité. C’était chiant sachant qu’elle, elle s’était confié avec sincérité. Je pouvais lui livrer sa sœur comme je pouvais la venger sans qu’elle ne le sache. J’étais partagé par je ne sais quoi. J’entreprenais donc de parler simplement avec sincérité…

« Je m’inquiète. Je tiens cette information car j’ai été moi-même questionné, le type s’est mépris sur mon identité car j’étais moi-même en quête d’informations. « Jade le Fantôme », un membre de la garde personnelle de ce type… »

Je tirais sur ma clope, je me fichais de lui révéler d’avantage d’informations, j’étais lassé de mentir, de jouer un rôle. J’avais parfois envie de vider mon sac, une envie qui se manifestait seulement devant cet être qui m’était à présent familier et agréable. Mais je ne pouvais pas, je ne devais pas. Je masquais ma peine en regardant à ma gauche, dissimulant ma colère. Je regardais alors en l’air, encore et encore. Pourquoi me demanderez-vous. Pour une raison bien maussade…

« Je t’ai menti, ce n’est pas une rumeur, désolé de t’avoir inquiété pour rien. »

J’étais comme pris au dépourvu. Je n’avais plus rien à ajouter. Je me contentais de lever les yeux sur le ciel brun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 27

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: ...laisse moi tranquile e_e   Dim 8 Juil - 22:26

« Jade le fantôme ». Aucun doute, c’était bien elle pour s’affubler d’un titre aussi ronflant. Qui plus est, elle semblait s’être plutôt bien placée dans la hiérarchie, s’il y en avait une au sein de l’organisation, de ce que je pouvais comprendre des dires concis du jeune homme. Inconsciemment, j’avais également noté le fait qu’il s’inquiétait, ce qui me laissa un brin perplexe. Je n’aurais su dire si c’était pour moi ou pour la concernée. Je lâchais un léger soupir, observant l’objet de verre qui se trouvait toujours dans mes mains avant de sourire imperceptiblement, reprenant d’un ton plus doux.

"Ce n’est rien. On a tous des choses à cacher j’imagine … "


Sans un mot de plus, je repoussais la portière, sortant à l’air libre, bouteille à la main, et fis le tour du véhicule pour m’installer non loin du côté conducteur, sur un rocher plat, saillant du sol de manière imposante. Sans gêne, j’ouvris la bouteille et en bus quelques gorgées, avant d’être rejointe quelques minutes plus tard par le jeune homme à qui je tendis la bouteille lorsqu’il s’installa, avec un sourire d’excuses.

"Pardon, j’aurais du te demander avant. "


Les yeux dénués d’une véritable expression, je fixais l’étendue sombre qui s’étalait devant nous, aux contours indéfinissables à cause de l’obscurité. Seul le clapotis léger de l’eau parvenait à nos oreilles, la berge se trouvait non loin de nos pieds en fin de compte. Je ne pus m’empêcher de repenser aux dires du jeune homme, soupirant doucement, sans oser le regarder, avant de reprendre d’un ton calme.

"Lyl … Même ça je l’ignorais. Même ton nom je l’ignorais, alors que j’avais l’impression de te connaitre un peu au final. Je me trompais il faut croire. "

Baissant les yeux, je fronçais les sourcils, les pensées déjà un peu attaquées par l’alcool que j’avais ingurgité, je buvais rarement, mais lorsque je le faisais, je ne faisais pas semblant, loin de là. C’était à grande gorgée, et dans un but précis la plupart du temps. Là, c’était simplement de l’inquiétude, de la lassitude, de la culpabilité, bref, un sentiment négatif qu’il fallait évacuer comme on le pouvait. Je réfléchissais à voix hautes en vérité, extériorisant sans gêne ce à quoi je pensais devant le jeune homme. Après tout, il en était la principale cible pour le moment.

"J’aimerais te connaitre mieux … Tu disparais d’un coup, tu reviens ensuite à l’improviste pour me questionner sur une chose censée être plus ou moins secrète, visiblement, j’ai bien raté mon coup …, et tout ça alors que j’ignore jusqu’à qui tu es réellement. Quel est ton lien avec cette organisation ? Comment sais-tu que Jade est ma sœur ?! Je ne pense pas l’avoir dit avant … Et ça ne doit pas être la seule femme de groupe j’imagine. Tu me caches des choses, beaucoup, beaucoup trop, et j’aimerais bien savoir pourquoi."


Je relevais enfin le regard vers lui, l’observant avec une certaine curiosité.

"Ou alors pourquoi tu t’embarrasses de moi ?"

J’imaginais que le lien que nous avions plus ou moins en commun avec Isaac était une des raisons, mais probablement pas la seule. On ne crée pas quelque chose sur une simple connaissance en commun, du moins c’est ce que je croyais. Il y avait autre chose, et cet autre chose, comme le reste d’ailleurs, le garçon semblait préféré le garder en son fort intérieur plutôt que d’en faire part. Je repris la bouteille dans les mains avec douceur avant d’en avaler une large dose, grimaçant légèrement.

"Je sais que j’ai promis de ne plus te questionner. Mais je ne m’attendais pas à te revoir … et encre moins que ça soit toi qui débarque ainsi. "


Je posais l’objet à mes pieds, ayant repliée mes jambes contre ma poitrine, passant un bras autour de ses dernières, avant de délaisser le visage de glace de mon acolyte pour regagner la contemplation du lac placide.

"Tu es un véritable mystère pour moi Lyl … "

Un mystère intéressant que je brûlais de résoudre au fond.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: ...laisse moi tranquile e_e   Dim 8 Juil - 23:38

Des choses à cacher hm ? En effet, certaines choses devaient probablement rester enfouies. Pandora bougeait à nouveau, mais ce ne fut pas pour changer de position mais de place. Je lui jetais un coup d’œil pour m’informer de ses intentions. Elle quittait le véhicule, je la vis passer devant le pare-brise pour prendre place sur l’énorme rocher à ma gauche. J’étais bien installé dans la voiture, mais ça aurait fait crétin de la laisser seule sur son rocher. A peine installée elle inaugurait ma bouteille, mon échappatoire. Je la regardais faire avec une moue hésitante avant de ne me lever pour la rejoindre. Aussitôt fait elle me tendait la bouteille, que je prenais sans hésiter. J’haussais les épaules lorsqu’elle s’excusait. J’en avais rien à faire, ce genre de politesse n’était pas pour un mec comme moi.
Je prenais place à côté d’elle, par terre dans l’herbe et non sur ce rocher. Pourvu qu’elle ne glisse pas ! Avant de m’allonger je buvais au goulot et sans modération mon breuvage avant de la poser à la hauteur de mes épaules une fois allongé. Ainsi, chacun était libre de s’en emparer. Un bras plié sous ma tête, je gardais les yeux ouverts, observant encore le ciel ébène.
Pandora s’ouvrait peu à peu, je l’écoutais, ca me réconfortait.

Mais plus elle le faisait et plus mon cœur se resserrait. Ses questions et ses réflexions étaient toutes pertinentes. Je savais qu’on en viendrait là, mais j’ignorais quand. J’avais espéré que ce fut plus lointain encore. Je comprenais enfin la complexité des sentiments positifs, quels qu’ils soient. La complexité des femmes et leur pouvoir mystérieux. On s'attirait mutuellement, comme les gouttes d'eau, comme des planètes... Quant à moi, je la rejetais, comme des aimants. Je savais pourquoi. Depuis notre première rencontre j’avais vécu beaucoup de chose. J’avais retrouvé mon humanité. J’avais fais la connaissance de certaine personne ne tant que simple civile, en étant juste moi-même. En conséquent je craignais moins d’être approché. Mais avec elle c’était différent car c’était le seul être qui me mettait en confiance, la seule qui apaisait mes tourments par sa simple présence. Juste ca c’était beaucoup, je ne pouvais identifier ce sentiment, ni même l’exprimer, j’avais juste peur qu’il croît. Plus qu’un mystère, j’étais une charade, je semer des pistes puis les brouillais. Indécis. Cela me rappelait une énigme d’Isaac. J’avais longuement médité dessus, durant des années. Pourtant, la réponse était simple, mais que lorsqu’on a une idée de celle-ci. En y repensant je trouvais un lien avec la situation actuelle. Et j’en étais effrayé… a croire qu’il l’avait prévu. Je m’étais redressé plusieurs fois pour l’accompagner à la boisson. Mais ca descendait drôlement vite, et mon esprit ne demandait qu’à voguer.

« Tu n’as pas raté ton coup, c’est seulement moi qui suit…futé. »

C’est seulement que je suis les yeux, les oreilles et le bras destructeur de l’Organisation. Je soupirais. Ses paroles me taraudaient l’esprit. Je voulais lui répondre, lui donner la raison qui m’empêchais de disparaître à jamais. La raison n’était pas seulement que je m’étais attaché au premier être qui me tendait les bras, c’était un tout. Pas d’intérêt, ou de devoir, juste son être. Un nouveau silence nous enveloppait, seule mère nature se faisait entendre. Mais après un silence de glace je répondais…

« Je ne sais pas. Tu t’es mis à travers mon chemin et maintenant je n’arrive plus à trouver une voie pour te contourner. »

N’était-ce pas joliment exposé ? Un peu. Mais je ne calculais plus mes paroles, je me contentais de répondre ce qui me passait par la tête.

« Plus sérieusement Pandora, comme tu l’as soulevé, on a tous des choses à cacher. Parfois il vaut mieux ne pas savoir, ne pas compliquer les choses. Mais je me dois probablement d’être sincère avec toi… Cependant…cependant… »

Je ne pouvais pas, je n’avais pas le courage nécessaire pour affronter son regard. Même si elle me pardonnerait, je deviendrais un monstre à ses yeux, ou une part de moi le deviendrait. J’avais fais orchestrer des choses horribles, tout comme j’en avais exécuté. Je ne pouvais pas me pardonner moi-même, est-ce que quelqu’un le pourrait ? Mis à part cette innocente qui fut ma première victime dans le sous-sol du QG. Si elle n’avait pas été poussée au fond du gouffre, si elle avait voulu se raccrocher à la vie, l’aurais-je tué ? M’aurait-elle pardonné ? Non. Je plaçais mon bras libre sur mon visage, je me sentais honteux. Il y avait ce quelque chose qui me ferrait lâché prise si elle continuait de s’attacher. Mais j’étais persuadé de tenir, par égoïsme, pour la garder encore près de moi.

« Je ne peux pas. Je n’ai aucun mérite si ce n’est le savoir d’Isaac. Tes amis ont raison, j’suis pas fréquentable, ni intéressant. J’te fais la morale mais je ne suis pas mieux Tout comme Isaac, je n’attache pas d’importance à ma vie, mais je considère et envie celle des autres en secret. A l’image d’une coquille vide, je ne vis que pour ma vengeance, c’est ce que je veux. Je me fiche du reste…du moins…je me fichais...»

J’avais plus de mérite que je me laissais croire. Rien que pour ce que j’endurais pour accomplir ma mission. C’était un acte noble, le sacrifice. Je n’essayais pas de dissuader Pandora de m’apprécier un tant soit peu. Je confiais ma pensée. Je réalisais encore que j’avais des choses à protéger. Je lui en avais fait part lors de notre dernier entretien. Était-ce pour cela qu’elle me questionnait sur son importance à mes yeux ? Plus que des énigmes elle voulait peut être l’entendre explicitement de ma bouche. Mais que dire ? C’était encore nouveau pour moi. Je manquais encore de pratique, surtout avec les femmes. Après tout, elle était la première de mon âge que je côtoyais sans lien hiérarchique, ou sans divertir mes yeux.
Je restais ainsi, sans retirer mon bras de mon visage, les dents serrés. De quel droit pouvais-je espérer de la sympathie de la part d’autrui ? Depuis que j’aspirais lentement à un avenir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 27

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: ...laisse moi tranquile e_e   Lun 9 Juil - 6:10

L’esprit un peu embrumée par l’alcool, cela ne m’empêchait pourtant pas de rester lucide, simplement la nature de mes interrogations et mon aptitude à en faire part au jeune homme s'entrouvait modifié avec l’abus de la boisson. D’ailleurs, je reposais finalement cette dernière près de Lyl, consciente qu’il ne me faudrait pas aller tellement plus loin, à mes risques et périls. Ne pas boire de manière régulière était un inconvénient par moment, ainsi on partait beaucoup plus vite dans les limbes créées par l’alcool, or ce n’était pas mon but. Petit à petit, je sentais le jeune homme parler avec un peu plus de liberté, ou serait-ce une certaine confiance ? Je l’ignorais, mais je ne voulais pas gâcher ça. Je n’avais pu m’empêcher de sourire doucement lorsqu’il m’avait exposé la raison pour laquelle il était revenu, la manière dont c’était tourné était jolie en plus d’être simplement compréhensible. Je finis par me détourner de l’onde calme pour reporter mon attention sur mon ami qui avait pris ses aises dans l’herbe, allongé un bras sous la nuque. Plus que ses paroles au fond, c’était cette impression d’abandon qu’il semblait s’accorder qui me réjouit. Les dernières fois, il semblait constamment sur la défensive, comme s’il comptait se faire attaquer à n’importe quel instant. Mais ici, rien de tout cela, simplement un jeune homme tout à fait banal en train de siroter une bouteille de Gin, j’avais enfin reconnu l’alcool, au goulot tout en discutant sous la lumière tamisée de l’astre lunaire.

Malgré tout, lorsqu’il continua à parler, je discernais sans mal un certain malaise dans ses dires. Je l’observais en silence dissimuler son regard sous son bras, et fronçais légèrement les sourcils en l’entendant. Il paraissait torturé à essayer de s’expliquer ainsi alors que visiblement il ne le pouvait, ou ne le voulait pas. Je me sentis coupable d’un coup, j’en avais peut-être trop demandé d’un coup, même je brûlais d’en savoir plus et que d’ordinaire la patience n’était pas mon fort, je m’étais pourtant promis de faire un effort vis-à-vis du jeune homme. Et voilà que je foutais tout par terre en buvant un peu, laissant sortir librement toutes mes interrogations. Je finis par descendre de mon piédestal pour rejoindre le jeune homme par terre et retirais doucement le bras qui couvrait ses yeux, posant ma main chaude sur son bras glacial. Légèrement penchée au dessus de lui, je cherchais son regard quelques secondes avant de lui sourire tranquillement.

"Peu importe ce qu’ils pensent de toi, ils n’ont rien à redire à ce que je pense moi. Ils ont fait des choses horribles, ce qui fut également mon cas, personne n’est tout blanc ni tout noir. Le monde est gris, c’est ainsi, et tu ne fais pas exception, au moins sur ce simple fait."

Encore à quatre pattes légèrement au-dessus du garçon, je finis par m’assoir près de lui après lui avoir lâché le bras en prenant soin de le reposer dans l’herbe pour qu’il ne se recache pas derrière immédiatement après. Je commençais à le connaitre un peu mine de rien, et si ce n’était pas de la culpabilité ou quelque chose s’en approchant que je voyais sur son visage, je ne voyais pas ce que cela pouvait être d’autre. Dans un geste presque instinctif dont je ne me rendis pas bien compte sur l’instant, je promenais mes doigts dans les mèches blanches qui couvraient le front du jeune homme avant de la retirer vivement lorsqu’il tourna les yeux dans ma direction, me rendant compte de mon geste. Détournant moi-même le regard, je repris tranquillement.

"Tu sais Lyl. Que tu m’expliques ou pas au fond, ça n’a pas vraiment d’importance. Je suis simplement curieuse car je crois bien que tu es la première personne en qui j’ais confiance alors que je connais à peine. Ca ne s’explique pas, c’est comme ça. Tu dis ne pas être fréquentable, sans toi je ne serais même pas là pour débattre ou non sur le sujet. En venant en aide à une inconnue, tu as prouvé malgré tout que tu étais bien meilleur que tu veux bien me le faire croire, et ce n’est pas tes paroles ou celles des autres qui changeront cette opinion que j’ai de toi."

Finalement, la bouteille revint faire un tour dans ma paume, parler avait tendance à donner soif, surtout parler de ce genre de choses dont je n’étais au fond pas vraiment coutumière. Habituée au seul contact de mes pairs, nous n’avions pas vraiment besoin d’exprimer ce genre de choses. L’unique chose qui nous liait suffisait à nous faire confiance sans restrictions. Du moins, c’était ce que je croyais, mais je n’avais pourtant parlé à personne hormis le jeune homme aujourd’hui, de mes projets de vengeance. Tout comme l’inconnu du bar, Will pensait que je voulais simplement retrouver ma sœur pour retourner vivre avec elle. J’aurais pu leur en faire part, mais non. La vengeance était loin d’être un acte honorable, et quelque part, je comprenais Lyl lorsqu’il parlait. Même si j’étais obnubilée par cette seule idée, j’en avais également honte quelque part, ayant l’impression au fond de m’abaisser au même niveau que ma dégénérée de sœur, à laisser la part belle à l’animal qu’elle m’avait fait implantée. Le liquide incolore me brûla la gorge en passant, mais je ne bronchais pas, en avalant plusieurs belles gorgées avant de reposer la bouteille, les yeux clos avant de reprendre dans un souffle.

"Tu t’en fichais hm ?! Je suis contente de savoir que ce point a changé."

Je n’étais pas vraiment dupe, et me souvenais parfaitement de ce qu’il m’avait dit quelques temps plus tôt. Quelque part, j’étais touchée, bien que la raison pour laquelle il souhaitait me protéger n’étais probablement dû qu’à mon lien de parenté avec son maitre. Repensant à lui, je souris tendrement en reportant mon regard sur le visage éclairé par la lune du jeune homme.

"Et puis tu sais, Isaac n’accordait certes que peu d’importance à sa propre vie, mais était capable de presque tout pour les gens qu’il aimait. Et en ça, je ne te crois pas bien différent de lui. Après tout, s’il t’a choisis toi, c’est qu’il devait se retrouver quelque part en toi. Et je ne pense pas que ce soit seulement dans ta maitrise de son alchimie, mon oncle était plus complexe que ça sous ces airs de brute. Alors cesse de te torturer ainsi Lyl. Je ne suis pas un monstre m’apprêtant à te dévorer dès que tu auras relâché ta garde, mais plutôt celle qui te protégerait si une telle chose arrivait."

Oulah, je commençais à dériver sérieusement moi. Je repoussais la bouteille loin de moi avant de m’appuyer le dos contre le rocher en soupirant d’aise. Je ne savais pas ce qui m’avait pris de dire ça, les mots sortaient de plus en plus sans réfléchir. Aussi, je préférais me taire, au lieu de sortir d’autres choses que je ne contrôlerais pas forcément. C’était aussi pour ça que j’avais voulu éviter de trop boire au départ, l’alcool délié un peu trop ma langue, me faisant dire des choses auxquelles je n’avais même pas pensé car elles étaient bien trop profondément enfouies en moi pour que je m’en rende compte. Une vague d’obscurité s’installa, puis se dissipa en l’espace d’une minute, alors que le silence avait pris place entre nous, moins pesant que les fois précédentes. J’eus un léger sourire en observant l’astre nocturne avant de lancer d’une voix sereine.

"En fait, tu es comme la lune. Tu passes ton temps à jouer à cache-cache, et plus on veut t’atteindre, moins on y arrive. "

Plus je me ressassais ces quelques mots, plus j’étais convaincue de la véracité de ce que je venais de sortir. Tout aussi fascinant que soit l’astre lunaire, on ne pouvait pourtant pas l’atteindre. C’était véritablement l’impression que me donnait le jeune homme, feintant de se rapprocher pour mieux s’éloigner ensuite. Mais pourtant, j’avais comme l’impression qu’il partait moins loin à chaque fois, mieux même, il revenait seul désormais. Me rendre compte de ce détail me rassura et m’apaisa alors que je reportais mon regard sur le sien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: ...laisse moi tranquile e_e   Lun 9 Juil - 10:58

Contrains à ouvrir les yeux, c’est le visage de mon interlocutrice que je vis. Là, penchée au dessus de moi, je sentais une fine mèche me chatouiller la joue. Pandora tenait des propos réconfortants, mais cela n’altérait pas mon avis sur ma personne. J’étais conscient que ce que je faisais était bien, mais pas ce que j’entreprenais pour y parvenir. J’aurais sûrement pu prendre une autre voie si j’en avais connu une autre. A présent il était tout simplement trop tard pour y renoncer, et je n’en sentais pas non plus l’envie. Je m’y refusais, je me voilais peut être la face. Quoi qu’il en soit c’était plaisant, c’était la première fois qu’on me parlait ainsi.
Le regard de nouveau perdu dans l’immensité du ciel, je sentis mes mèches bouger, je levais les yeux et fus embarrassé de voir qu’elle en était à l’origine.
Hors mis les filles du bar et quelques prostituées en chasse, je n’avais jamais été « victime » d’une telle tendresse. Dans le bar je les laissais me bichonner tant que ca dépassait pas le « plus si affinité ». Y’avait tout simplement pas d’affinité, je venais d’un autre monde, trop préoccupé pour m’adonner aux plaisirs charnelles. Ca, ca restait dans mon adolescence, c’était mon choix. M’enfin, ce court instant de tendresse me touchais.
Après s’être rendu compte de son geste, elle le réprimandait puis enchaînait de nouveau sur ses aprioris à mon sujet.
Je comprenais à présent pourquoi j’avais suscité un intérêt autre que celui d’avoir été l’apprenti de son oncle. Elle m’avait accordé sa confiance en voulant croire en moi. Je baissais les yeux, que répondre lorsqu’une femme vous ouvre une partie de son cœur ? Je ne savais pas. Sans l’interrompre, car elle avait apparemment encore maintes choses à exprimer, je restais réceptif. Entre quelques gorgées bien goulues elle continuait son discours. Je souriais en la voyant du coin de l’œil grimacer. Il fallait que je lève le menton pour l’apercevoir, ce n’était pas très pratique. Elle commençait à entrer dans ce cocon provoqué par l’alcool, en conséquent elle buvait probablement sans y faire attention. Et peu à peu, l’alcool traçait son chemin et faisait son boulot. Mes précédents propos ne lui avaient pas échappés et j’étais presque gêné qu’elle les relève.

Je me redressais, j’étais en avant par rapport à elle, je ne la voyais pas, mais je pouvais l’entendre. Je sentais juste son regard sur mon profil. Elle me fit à nouveau une démonstration de sa perspicacité en me comparant à mon maître. Elle avait entièrement raison, que ce soit lui ou moi, nous le savions. C’est bien pour ca qu’il m’avait demandé d’achever ce qu’il avait commencé et de n’user de son alchimie que contre mes ennemis. En tant que Capitaine, je n’usais donc jamais de son savoir, je le mettais à profit pour exécuter en secret mes subordonnés. Ouais, il m’arrivait de les buter, je prenais le droit de juger certains en leur arrachant la vie. Pas de victime au hasard, pas de meurtres inutiles…
Je prenais à mon tour la bouteille, je la mettais devant mon nez pour en apercevoir le liquide, baissé un peu plus de la moitié. Je levais les sourcils, surpris puis bus plus ce que je n’aurais dû. Mais voyez-vous, en tant normal je fuyais mes sentiments en les noyant. La tête sur l’oreiller, la merde estompée l’espace de quelques instants. Allons bon, pas ce soir, du moins pas de suite, je devais prendre le volant. Je posais la bouteille entre mes jambes repliées. La jeune femme achevait par l’annonce d’un désire de protection à mon égard. Je pouffais silencieusement, je trouvais ca ironique.
Rien de narquois, c’est juste que je me trouvais quelque peu hypocrite. Puis elle finissait par une belle comparaison. Je levais les yeux pour apercevoir mon semblable.
Elle avait raison, nous étions tout deux contrains à disparaître dans les ténèbres ou dans l’ombre du soleil. Je baissais la tête et me tournais pour apercevoir son visage.
Pandora semblait apaisée, je détournais la tête.

« Je ne peux pas te protéger sans serrer un sabre dans mes mains…
Mais, je ne peux pas t'embrasser le sabre à la main.
»

C’était tout à fait représentatif de ma situation, de ce que j’pouvais ressentir. Je me levais. Mon pantalon blanc devait être vert… Je me sortais une clope et embarquais la bouteille. Je mettais en suspension cette discussion avec ces mots, sans me justifier. Je fermais la portière de mon côté puis fis le tour pour fermer la seconde, enfin je me dirigeais vers le lac. Sentant que la chimère était restée sur place je me retournais sans ralentir et lui dit avec plus d’animation que précédemment…

« Allez ramène-toi ! J’ai besoin de me rafraichir l’esprit… » ajoutais-je pour moi-même après m’être retourné.

Je descendais la petite butée, clope au bec. Je détachais la chaîne de ma veste et la retirais, mon tatouage à l’air je m’en fichais car elle connaissait ma nature. Ca je n’avais pas à lui cacher. Et puis, quelles est la probabilité qu’elle pose les yeux sous mon avant-bras en pleine nuit ? Aucune. Je n’avais pas honte, c’était ma motivation. Je gardais ma veste dans ma main et tâtais l’eau. Je fis une moue, elle me paraissait chaude, rien de plus normal pour un reptile. Je bus une dernière bonne gorgée avant d’abandonner la bouteille près de ma veste. Sans attendre la demoiselle je reculais de quelques pas et ôtais le surplus de fringues pour en laisser le principal. Je tirais une dernière taffe sur ma clope alors qu’elle arrivait enfin à ma hauteur. Sans me retourner, connaissant sa position grâce à ma principale capacité je lui tendais ma cigarette et m’empressais de plonger avant qu’elle ne commente mes cicatrices. Faut dire que j’en avais des pas mal, il fallait que j’y remédie avec un tour de passe-passe alchimique. Mais je ne trouvais jamais le temps.

En aucun car j’avais frissonné, l’eau était à une température optimale pour moi. Je n’aurais su dire si c’était le cas pour un humain normal. Je ne me posais pas la question en réalité. Déjà au milieu du lac, je me tournais pour apercevoir la demoiselle.

« Ca remet les idées en place. »

J’étendais les bras, me décontractant dans ce bain de minuit passé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 27

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: ...laisse moi tranquile e_e   Lun 9 Juil - 15:57

Je restais pensive aux derniers mots du jeune homme, essayant de comprendre ce que cela signifiait. Je doutais fort que ces derniers me soient directement adressés, mais plutôt qu’il essayait de me faire comprendre autre chose ainsi. Qu’il ne semblait pas pouvoir aimer et protéger à la fois, ce qui pouvait se comprendre au fond, même si c’était douloureux à admettre. Néanmoins, je remisais ça dans un coin de ma tête, quitte à lui demander un peu plus tard la signification exacte de ses paroles, et le suivis du regard avec curiosité, l’observant fermer les deux portes du véhicule successivement, avant de s’engager le long de la légère pente qui se rendait au lac. Je n’avais pas bougé, indécise quant à ce qu’il comptait faire, bien qu’une idée me titillait l’esprit, mais fut bien obligé de le suivre lorsqu’il se détourna pour m’intimer de la suivre. J’avais chaud, la proximité de l’eau n’en serait que profitable. A l’aide de mes pieds, je retirais mes longues bottes, les laissant près de la voiture, avant de suivre le chemin qu’il avait emprunté, marchant pieds nus à travers l’herbe qui me chatouillait agréablement les chevilles.

Mains dans les poches de mon short, je ne me pressais pas vraiment, arrivant sur la rive du plan d’eau un peu après lui. Le sourire aux lèvres, je voyais de plus en plus un adolescent à travers le jeune homme, se libérant du carcan dans lequel il semblait enchainé le temps d’une soirée. Son attitude soudain désinvolte et joyeuse contrastait avec les instants précédents, mais au fond, je préférais largement le voir ainsi. Parvenant enfin à sa hauteur, j’eus le temps d’apercevoir sous la lueur lunaire qu’il n’avait pas perdu de temps et semblait déjà apte à rejoindre la flotte dans la seconde. Mon regard s’attarda quelques instants sur le réseau de cicatrices qui courraient le long des muscles parcourant son dos, lorsqu’il me tendit sa clope sans même se retourner, que je saisis et consommais dans la foulée en le regardant sauter dans l’eau comme un gamin. Je m’approchais du bord, cherchant un endroit à peu près stable, et m’assis sur une butte de terre, cigarette entre les lèvres, pour tremper mes jambes dans l’onde. L’eau me semblait fraiche, c’était agréable et plus d’être relaxant. Le suivant du regard, je relâchais dans l’air un épais nuage de nicotine avant s’écraser le mégot dans un tas de terre humide près de moi, puis croisais les bras sur mes genoux pliés en souriant tranquillement. Pour l’instant, je n’avais pas spécialement envie de plongé, la station au bord de l’eau me convenait parfaitement. Qui plus est, si j’avais mis autant de temps à le rejoindre, c’est parce que la tête me tournait légèrement, l’effet pervers de l’alcool avait enfin pris sa place. La plongée, j’allais donc éviter le temps de retrouver mon équilibre. C’était d’autant plus frustrant de ne plus être totalement maitre de ses membres pour la tigresse que j’étais, habituée à des acrobaties en tout genre. Là, je n’aurais pas pu en faire une seule sans prendre le risque de me casser quelque chose.

J’observais la chevelure claire de mon ami, tranchant avec la pénombre sous lui, petite tâche de lumière dans un océan de ténèbres. Sa voix s’éleva alors que je le pensais presque endormi tant il était immobile, se laissant docilement pourtant par les quelques ondulations de l’eau, et je ne pus m’empêcher de rire doucement avant de lui répondre.

"Ah, parce qu’elles étaient déplacées ?C'est bon à savoir tiens !"

Sous-entendus bonjour, vivre avec une majorité d’hommes n’avait pas forcément que des bons côtés, la preuve, j’en venais à avoir l’esprit tourné comme eux par moment. Enfin, comme un plus particulièrement. Je le fixais un long moment en silence, me demandant pourquoi je réprimais l’envie de le rejoindre, tenant à rester sérieuse, du moins un minimum. Mais avisant la bouteille près de moi, je m’en saisis et bus quelques gorgées dont la brûlure s’estompait petit à petit, avant de la reposer, bien entamé, sur les affaires de son propriétaire. Dans la foulée, je retirais short et t-shirt, restant en tenue légère et entrais tranquillement dans l’eau, frissonnant par instant. Non pas que l’eau était véritablement froide, mais elle me paraissait probablement plus fraiche qu’à d’autres. Même si ce n’était pas spécialement désagréable, il me fallait un temps pour m’habituer à son contact. Les premières secondes passées, je plongeais tête la première dans le lac, savourant le bien être que me procurait l’eau rafraichissante. Cela repoussait un peu la fatigue engendrée par la boisson, ainsi que certains de ses effets, pas tous. Revenant enfin à la surface, je me rapprochais tranquillement du jeune homme, jusqu’à le frôler en nageant près de lui. Je ralentis pour me redresser un peu, l’eau m’arrivant au niveau de la poitrine à peu près, et observais la nature calme dans laquelle nous nous prélassions un peu. Une curieuse sensation m’étreignait le ventre alors que mes yeux balayaient tranquillement les lieux. D’une voix timide, presque honteuse, je soufflais à mon voisin.

"C’est la première fois que je me baigne de nuit … C’est étrange, tout parait plus tranquille."

J’esquissais un léger sourire avant de me remettre à nager tranquillement, les yeux mi-clos. L’étang était vaste, il y avait une place non négligeable, néanmoins, je revenais toujours à mon point de départ, soit le milieu de ce dernier, où se trouvait le jeune homme. Celui-ci désormais debout, restait plus ou moins statique, semblant profiter également de l’endroit. Je m’approchais tranquillement du jeune homme, arrivant dans son dos tel un prédateur, pour passer mes bras autour de son ventre et le tirer en arrière, le forçant à se laisser aller à flotter dans l’eau et à lâcher prise. Sa fraicheur était similaire à celle de l’onde, et pourtant elle semblait presque brûlante lorsque je maintins le contact de mes mains sur son torse. Je pouvais aisément sentir de nombreuses cicatrices ici également grâce à ce simple contact, ce qui me fit légèrement froncer les sourcils. Quel genre de vie pouvait-il bien avoir pour être aussi marqué ?

L’entrainement plus ou moins avec moi en me laissant porter par l’eau tranquillement, je posais mon menton sur son épaule, les yeux mi-clos, sereine. Moi qui d’ordinaire haïssais le contact humain, voilà que j’étais carrément venu le rechercher près du jeune homme. La boisson avait du bien aider toutefois, bien que consciente de ce que je faisais, toutes les barrières d’ordinaire érigées vis-à-vis d’autrui semblaient être tombées en sa simple présence. J’avais besoin de rassurer, ou d’être rassurer en fin de compte, comme une enfant. Ce contact m’assurait que je n’avais pas rêvé cette discussion, ces paroles, et surtout, qu’il était bien là alors que je l’avais maintes fois vu disparaitre en songe. Délire ou instinct, je n’aurais su le dire, mais la crainte de ne plus le revoir était trop forte. Je resserrais doucement mes bras autour de son ventre, et approchais mes lèvres de son oreille pour chuchoter doucement, gardant ces mots à l'abris de tous.

"Merci Lyl. Merci d’être revenu. "

Pour appuyer mes dires, je déposais un léger baiser sur sa joue pâle avant de me retirer doucement en lâchant enfin prise. Je reculais à peine et observais le dos de mon ami, baignée d’une lueur tenue, indécise quant au geste que je venais de faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: ...laisse moi tranquile e_e   Lun 9 Juil - 19:56

Si j’étais nul pour me sociabiliser, j’étais bon en ce qui concerne l’humour. Un sacré contraste, mais étonnant. Je refoulais juste tout ca qui était des futilités dans mon « travail ». Et je n’en avais pas non plus l’occasion. En conséquent je comprenais allégrement son sous-entendu et levais le menton pour l’apercevoir avant de sourire. Je me surprenais à sourire, je n’arrivais pas à imaginer mon visage sous la joie. Car même en étant normal j’avais cet air froid de gros dur. C’était ancré sur ma face à jamais. Je ne relevais pas sa plaisanterie, j’avais de nouveau les oreilles sous l’eau. Je regardais le ciel, étalé comme les compagnes de l’astre. Je faisais la planche quoi. C’est alors que la chimère me rejoignait, enfin décidée à se mouiller.

« -C’est la première fois que je me baigne de nuit … C’est étrange, tout parait plus tranquille.
-Elémentaire ma chère! »

Sa déduction me fit sourire. Non je me moquais pas, ça ressemblait plus à de la taquinerie. On aurait dit une adolescente qui découvrait le monde, pas mieux que moi en fait .Je m’étais redressé, observant la nouvelle arrivante. A cet instant me venait seulement l’interrogation concernant l’animal qui l’abritait. Ce n’était pas un détail pour moi, j’attachais beaucoup d’importance à mes semblables, plus qu’aux humains. La plupart d’entre nous avaient plus de principes et savoir vivre que les gens sans problèmes. Je la suivais du regard sans daigner bouger. Elle me tournait autour, j’avais l’impression d’être le gibier d’un prédateur. Je souriais, encore ce sourire enjôleur qui me venait de je –ne-sais où. Toute fois je ne tournais pas la tête lorsqu’elle se trouvait dans mon dos, je sentais sa présence, je suivais donc ses mouvements en attendant de la voir apparaître de mon autre côté. Au lieu de ca je la sentais s’approcher. Sans avoir le temps de lui demander des comptes ou de me retrouver je me retrouver sous l’eau. Je remontais vite à la surface lorsque je sentis au loin deux présences. Sans trop m’en inquiétais je plaçais toute mon attention sur la demoiselle.
Je restais immobile, me laissant entraîner par les ondulations et par cet être. Cette nuit là c’était la première fois qu’on se rencontrait, vraiment, sans pression. Je lui découvrais un côté taquin qui éveillait peu à peu le mien. Je sentis son menton prendre appuie sur mon épaule, l’espace d’un instant je ressentais comme une brûlure, tant la différence de température était grande. Mon corps était encore plus bas que l’eau depuis que j’y pataugeais. Ses bras étaient moins chaud, sa température corporelle avait un peu baissée mais elle gardait une chaleur anormale pour un humain. Probablement un point de sa transmutation. Je me laissais entraîner, un instant étrange, peut être même magique. Jamais je n’avais encore ressenti une telle quiétude. Rien de comparable car c’était l’inconnu total. Je lâchais un délicat soupir. Au bout de quelques secondes elle me susurrait à l’oreille un remerciement. Le visage soudainement morose, je comprenais que mon attirance à son égard était réciproque. Je voulus me retourner et Dieu, s’il existe, faire je ne sais quoi lorsqu’elle s’échappait doucement. Je la vis s’éloigner avec les ondes avant de sentir à nouveau la présence de ce qui me semblait être par expérience un humain et un animal.. Je levais aussitôt les yeux au dessus de sa tête et apercevais au loin un amas de chaleur à travers la forêt. Je baissais les yeux sur ma compagne, un demi-sourire étiré.

« Non… c’est à moi de te remercier. Tu m’as ouvert les yeux sur ma vraie natu-

L’être arrivait plus rapidement que prévu, j’avais une idée de son identité et me redressais, debout au milieu de l’étendue liquide.

« Bien, j'crois qu’il est tant d'filer… »

La voix du type parvenait à peine à nos oreilles. Mais il continuait de courir. Ce mec était probablement le gardien du lac, un lac privé où il était tout simplement interdit de s’y baigner. Sans m’en rendre compte mon visage reprenait cet air canaille qui m’avait longuement pourchassé durant le peu de temps passé à Aquorya, aux côtés de deux frangins. Lors de mon retour du camp militaire. Plus amusé qu’autre chose par la situation j’attrapais le poignet de la chimère et l’attirais vers moi.

« Band de voyous ! Sortez de là que je vous botte le fessier ! C’est un lac privé, la baignade y est interdite. »

Je levais le bras et prenais la parole, la jeune femme près de moi tournant le dos au vieux.

« Fallait le clôturer papy ! » lâchais-je avec enjouement.

Je baissais les yeux sur la jeune femme qui n’avait pas bougé, là presque blottie contre moi et l’entraînais à mon tour, à l’extérieur de l’eau. C’est alors qu’il lâchait l’animal qui l’accompagnait, soi un beau gros chien. J’embarquais mes fringues, Pandora les siennes et nous courrions jusqu’à la voiture. Je lâchais son poignet en me rendant compte que j’avais omis la bouteille ! Je fis demi-tour en criant d’un air plus ou moins loufoque…

« La bouteille !!! »

J’attrapais mon bien et reprenais ma course folle.
Je riais, visiblement amusé par la situation, j’avais l’impression de revivre les meilleurs, et uniques, moments de ma jeunesse à Aquorya. Deux gamins qui fuyaient leurs responsabilités justes pour jouer.

Une fois dans la voiture je jetais négligemment mes fringues sur la banquette arrière et fourrais la bouteille dans les bras de ma passagère avant de démarrer l’auto.
Une marche arrière digne d’un grand loubard en vadrouille, on sentait l’expérience. Par cette marche-arrière je plaçais le véhicule dans le sens inverse de l’allée. Direction central.
Trempés de la tête aux pieds, presque nus comme des vers. Manquait plus qu’on nous arrête, je n’avais pas les papiers du véhicule, ni les miens, j’étais un émigré et j’avais volé cette bagnole… Hmpf, irrécupérable j’vous dis. Pourtant j’avais du fric à foison. Et les papiers j’pouvais m’en dégoter sans problème avec mon réseau de déjantés. Je doutais même que la demoiselle en ait… Hm, simple intuition… Je sortais mon bras et saluais le type en l’observant dans mon rétro’, un sourire narquois en coin. A l’époque d’Aquorya, j’aurais lâché un rire faussement machiavélique.
Après cent mètres je jetais un regard à Pandora et m’emparais de la bouteille que je débouchais sans mal, qu’importe le volant. J’en bus encore une fois plus que le mot « modération » accepte et lui tendais. J’attendis qu’elle la prenne et jetais le bouchon par la fenêtre avant de lui jeter un regard des plus naturels…

« Faut la finir. »

Elle était déjà bien entamée et nous aussi.. Y'avait même sa jumelle dans un autre style qui nous attendait, au cas où... Quoi? J'ai l'droit de me pochetronner, nah? Qui dit qu'elles n'étaient pas déjà là lorsque j'avais "emprunté" la bagnole?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 27

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: ...laisse moi tranquile e_e   Mar 10 Juil - 14:10

Un sourire enjôleur aux lèvres, j’observais le jeune homme, à demi-immergée dans l’onde fraiche, lorsque je vis ce dernier se redresser rapidement, scrutant un point au-dessus de ma tête. Bêtement, je levais les yeux pour voir si quelque chose était en train de tomber ou que sais-je encore, avant de me rendre compte de l’absurdité de ma réaction. Le lac étant à découvert, rien ne pouvait tomber du ciel comme ça. Je finis par me redresser également, me détournant de l’argenté pour observer derrière moi, convaincue que la menace provenait du bois, avant de sentir une présence froide se saisir de mon poignet, et me laissais happer vers mon ami qui me maintenait contre lui tranquillement. Les sourcils légèrement froncés, des éclats de voix me parvenaient au loin, suivit de jappement caractéristiques d’un animal. Aie. Ca, ça sentait bon les emmerdes ! Je scrutais le bois, me tournant sans déplacer le bras du jeune homme qui me maintenait, cherchant éventuellement d’autres visiteurs lorsque j’entendis enfin distinctement une voix mécontente résonner dans mon dos. Tournant la tête à m’en rompre le cou pour l’apercevoir, je ne pus retenir un léger rire devant la remarque du jeune homme qui ne semblait pas du tout s’inquiéter de la situation, mais plutôt s’en amuser. Sans attendre, je vis l’animal que maintenait l’évident propriétaire des lieux avant de me laisser entrainer en direction du bord, de bonne grâce. Le chien sur les talons, le temps qu’il contourne le plan d’eau, nous avions largement le temps de retourner à la voiture et de partir. Enfin ça, c’était sans compter mon acolyte. J’attrapais d’une main rapide mes fringues sans prendre réellement le temps de m’arrêter et continuais de tracer vers le véhicule, lorsque Lyl me lâcha soudainement la main et fit demi-tour. Je restais un instant stoïque avant d’éclater de rire en le voyant partir à la rescousse de sa bouteille comme s’il s’agissait là d’un trésor incroyable.

Jetant de fréquent coup d’œil derrière moi pour m’assurer qu’il revenait vite, je rejoignis la voiture et sautais presque sur le siège passager, trempant au passage tout le tissu, avant de jeter négligemment mes fringues encombrantes et mes bottes à l’arrière, observant en même temps l’avancée du jeune homme. Je voyais le chien se rapprochait dangereusement, et sa cible rire aux éclats avant de pénétrer dans la voiture, rendu visiblement joyeux par cette petite course poursuite. Echoppant de la bouteille que je plaçais coincée entre mes cuisses, je me maintins à la portière le temps d’une manœuvre plutôt vive, puis me retournais sur le siège lorsqu’il accéléra, pour observer le vieil homme qui levait le bras en l’air, en signe de dépit, visiblement en plein excès de colère. Une fois assez éloignés, je me rassis convenablement, c’est-à-dire jambes croisés et à demi-adossée à la portière, faisant jouer la bouteille en bougeant doucement les jambes. Elle n’y resta pourtant pas longtemps, le jeune homme s’en empara bien vite, avec visiblement la ferme intention de la finir. Je vis le bouchon disparaitre par la fenêtre alors qu’il me la rendait d’un air amusé après s’être servit, m’incitant à faire de même. Levant l’objet convoité sous mon nez, je le fis bouger légèrement. Il n’en restait plus beaucoup en même temps, on avait déjà bien tapé dedans, à y être, il avait raison, on n’allait pas laisser ça se perdre. Buvant quelques gorgées, sans aucune réaction désormais, j’ouvris la fenêtre juste après, laissant le vent de la vitesse me sécher un peu. Curieuse équipe. A trois quart dénudés tous les deux, trempés, n’importe qui nous aurait pris pour des barges. Je souriais en avisant l’aspect comique de la situation.

"C’est définitif, j’aime pas les chiens ! Enfin non ... c'est leur maître que j'aime pas en fait. Enfin un des deux quoi ... "

Je m'emmêlais les pinceaux facilement ... La tête posée nonchalamment sur la portière, légèrement penchée sur le côté, j’observais le jeune homme conduire, avec un certain intérêt. Il semblait à l’aise, même presque nu, il conduisait comme si le véhicule était le prolongement logique de ses mains. Aucune hésitation dans ses gestes, je ne craignais pas la vitesse car malgré le fait que nous ayons bien bu tous les deux, il semblait maitriser parfaitement la chose malgré tout. Alors pourquoi s’en faire ? Je m’installais plus à l’aise, les jambes légèrement repliées sous moi, bref, dans une position absolument pas orthodoxe en bagnole. Mais j’avais besoin d’être tordue quand j’étais assise, c’était un simple tic, mais sinon je me faisais rapidement mal. Et puis, je préférais le conducteur en champ de vision plutôt que la route. Tendant le bras derrière mon siège, je fouillais quelques secondes dans la poche de mon short pour en sortir une cigarette et du feu. Après avoir tiré quelques bouffées que je relâchais sagement à l’extérieur du véhicule, je la tendis à mon voisin avant de le questionner d’un air enjoué.

"Maintenant c’est quoi le programme chef ? Pas questions de rentrer de suite, je te préviens !"

En réalité, l’hypothèse d’aller s’installer dans un autre endroit tranquille avec de quoi boire tranquillement et finir la soirée en discutant tranquillement me paraissait être la meilleure option pour l’instant. Sans gêne, je détaillais tranquillement les nombreuses cicatrices sur le torse et le dos du jeune homme, avant de remarquer une tâche plus sombre sur son avant-bras, ressemblant fort à un tatouage. Plissant un peu les yeux, quitte à me pencher en avant car ma vision était plus floue que d’ordinaire, j’aperçus enfin la véritable nature de ce symbole, ce qui me fait blêmir légèrement. En réalité, j’avais exactement le même, à un détail près, sous la plante du pied. Inutile de se poser la question d’où il venait, je le savais pertinemment. Cela me rappela l’étrange sensation que j’avais eu en analysant son odeur une fois, je compris enfin d’où cela venait. Instinctivement, je me sentis davantage proche du jeune homme, savoir que c’était un de mes semblables me rassurait presque en réalité. Je finis par détourner le regard, une question me taraudant l’esprit. Qu’abritait-il en fin de compte ? C’était une question récurrente parmi les chimères, mais je n’avais jamais osé la poser à qui que ce soit, n’ayant pas vraiment accepté moi-même ce que j’étais. Par la force des choses, j’avais appris la nature des hôtes de mes colocataires, et inversement, mais ne leur avait jamais demandé pour autant. Je me mis à songer en observant la route, essayant de trouver de petits détails qui pourraient m’aiguiller. Je n’étais absolument pas concentrée sur la destination, et réfléchir lorsqu’on a un certain degré d’alcool dans le sang, c’est pas toujours évident. Je me retrouvais donc bien vite à abandonner toutes tentatives et m’étirais longuement comme la féline que j’étais, retenant l’envie soudaine que j’avais de retourner me blottir contre le jeune homme. Finalement, c’était pas si désagréable ce genre de contact … Merci le Gin !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: ...laisse moi tranquile e_e   Mar 10 Juil - 15:37

Pandora et ses réflexions, ca m’amusait, d’où ce demi sourire qui ne semblait plus me lâcher. C’était mécanique, je m’en rendais pas compte. Un mélange de l’alcool et d’un bonheur encore inconnu à mes lèvres. Comment l’exprimer ? J’en savais rien et ne m’en préoccupais plus, j’avais momentanément oublié ma situation. Qui aurait cru que je retrouverais un jour le sourire et…un rire aux éclats aussi égayé. Je jetais un nouveau coup d’œil à ma passagère alors qu’elle buvait, le menton levé pour engloutir le gin. J’vous jure… Je remarquais sa position très peu commune, surtout en voiture. Pas de ceinture, en pleine fuite nocturne. On avait l’air de deux loubards en cavale. Un brin déconcentré par la jeune femme, j’en oubliais de tourner et nous nous retrouvions sur une ligne droite. Je fis une moue face à ma connerie.
L’odeur de la nicotine, Pandora semblait en être également victime, elle me fit d’ailleurs passer le bâton. C’est avec joie que j’attrapais l’objet avant de le bloquer entre mes lèvres. J’espérais qu’elle n’ait pas l’intention de le récupérer car je comptais bien consumer cette cigarette jusqu’au bout. Mais si l’envie la préoccupais tant, j’étais bien équipé aussi de mon côté.

« Maintenant c’est quoi le programme chef ? Pas questions de rentrer de suite, je te préviens !
-Hmpf, c'est que ca ressemble à une menace...je souriais, sans quitter la route du regard. Et bien figurez-vous mademoiselle que c’est bien parti pour… »

Je levais les sourcils en accompagnant mes dires. J’étais parti pour faire un vulgaire demi-tour sur cette ligne droite mais finalement je cédais à sa requête. Je savais qu’il était possible de rejoindre Central après environs deux kilomètres. La route était mal foutue mais d’un côté c’était parfaitement indiqué. Je devais faire parti de ces quelques glandus qui s’étaient gouré par manque de vigilance. Mais je n’étais pas l’unique responsable de cette connerie. Vous savez, ce n’est pas tous les jours qu’on trimballe une femme nue en guise de passager. Et croyez-moi celle-ci valait l’coup d’être regardée. Plus qu’une plastique plaisante, un mental intéressant, un tout ! M’enfin, je gardais la route dans ma ligne de mire, je n’étais pas si frais que j’en avais l’air, j’extériorisais juste moins mon manque de lucidité par habitude. C’était la première fois depuis des années que j’avais l’alcool heureux. Rien à oublier, juste le plaisir de partager. Une façon plus ou moins bête mais efficace de resserrer des liens. En l’occurrence ca avait fonctionné, mais cet instant ne durait pas. Demain je redeviendrais cet homme froid.

Nous avions déjà parcouru un kilomètre, plus qu’un autre avant de décider d’une destination. Mais alors que j’y songeais je vis la jeune femme s’approcher, je lui jetais plusieurs furtifs et discrets coup d’œil interrogateur avant de comprendre sa cible. Je retirais mon bras le laissant sur ma cuisse avant de me reconnecter sur la route. Comment avait-elle pus l’apercevoir ? Lorsque j’avais tourné le volant peut être…
Erf… vous croyez qu’elle était choquée ? Moi je m’en foutais, depuis le temps je m’y étais parfaitement fait. Le reptile m’avait sauvé la vie un nombre incalculable de fois. Et ce tatouage, si je ne l’avais pas fait disparaître c’était pour ne pas oublier ce que j’étais, un vulgaire cobaye, la machine à tuer d’Amestris qui s’était au final retourner contre son créateur. Une sorte de rappel, une marque qui me rappelait pourquoi je me battais.
Je soupirais en sentant la jeune femme flancher. C’est pourquoi j’avais lâché le volant de bras-ci. Après un court silence d’environs dix secondes je lui dis de mon air nonchalant…

« Allez quoi. Ne me dis pas que tu t’y attendais pas. »

J’accompagnais ma phrase d’un regard, sourcils à demi élevés, j’avais cet air interrogateur et enjôleur à la fois. Beaucoup de choses physique s’apparentaient à cette transmutation ; mon corps imberbe, mon sang froid, mon agilité et cette force alors que je n’étais pas un tas de muscle. J’avais rien d’un gringalet, certes, mon corps était musclé, normal, depuis mon enfance j’étais soumis aux exercices physiques. En fait ca ne m’étonnait pas qu’elle n’ait jamais remarqué, nos dernières entrevues n’avaient pas permis de telles observations. Je relâchais un épais nuage de fumée, et lui rendais finalement son bien. Les yeux braqués sur la route, bras à demi tendu pour lui restitué son bien, je reprenais…

« Ne fais pas cette tête. Pour moi c'n’est pas récent, ca fait maintenant parti d'moi, on s’est accepté. Je tournais doucement la tête pour lui sourire, un brin ironique. On s’entend bien. »

Enfin nous arrivions à un rond point. Celui-ci était fleuri et particulièrement bien entretenu. Je connaissais chaque débouchées qu’il offrait. Celle en face derrière le rond point était Aquorya, un instant de nostalgie. J’arrêtais le véhicule avant de m’engageais sur celui-ci.
Je prenais la bouteille et en buvais plusieurs millilitres. J’étais un vrai trou noir quand je m’y mettais, je la reposais entre ses jambes et annonçais…

« Alors, t’es bien certaine de ne pas vouloir rentrer ? »

Je tournais sa tête dans sa direction, les deux mains de nouveau sur le volant. Machinalement, mes yeux louchèrent sur le corps voluptueux de la chimère. J’haussais un sourcil avant de détourner le regard.

« Hmpff… faudrait p’têt songer à se rhabiller… »

Je ne lui avais pas laissé le temps d’en placer une depuis sa découverte sur ma nature. Mais je me doutais qu’on y reviendrait très vite.
Bref, j’avais dans l’idée de retourner à Central et d’improviser une fois là bas. Sinon je risquais de nous emmener je ne-sais-où et ne pas pouvoir revenir… Je ne devais pas trop oublier qui j’étais, je me savais convoquer le lendemain pour une réunion… Rien que d’y penser ca me rendait malade. Qu’allait-on encore me demander de faire ? Et quel était le motif de cette réunion ? Bref, ces songes devaient restés enfouis pour le reste de la nuit. Mon regard se posait de nouveau sur ma passagère, je baissais les yeux, un sourire masqué expiré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 27

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: ...laisse moi tranquile e_e   Mer 11 Juil - 8:33

S’apercevant de mon insistance à l’observer, le jeune home dissimula vivement son bras contre sa jambe en soupirant. A vrai dire, il aurait visiblement préféré que je ne m’aperçoive pas de ce léger détail. Non que cela change véritablement les choses au fond, il restait le même tout en étant chimère. J’étais juste surprise, simplement, car même si j’avais eu des doutes, j’avais souhaité me tromper Car généralement, les gens sortant d’un laboratoire avaient subis des choses pas bien jolies. Et m’apercevoir que le passé du jeune homme semblait comporté bien plus de noirceur de que de moments agréables me peinait légèrement. J’en venais même à me demander s’il avait déjà connu autre chose que la violence ou la guerre. Après un léger silence, celui-ci reprit la parole alors que je posais mes yeux une nouvelle fois sur son corps parsemé de blessures diverses. Je me mis à rire en l’entendant me parler de son hôte comme d’un vieil ami, ou bien comme un schizophrène parle de ses multiples personnalités, un sourire léger accroché à mes lèvres alors que je relevais les yeux vers son visage enjôleur.

Parvenu à un rond-point, le jeune homme arrêta la voiture à l’entrée de celui-ci avant de prendre la bouteille toujours coincée entre mes genoux. Un échange de bon procédé, il m’avait rendu la cigarette quelques secondes plus tôt, celle-ci reposait d’ailleurs tranquillement entre mes lèvres alors que je restais songeuse, observant les diverses destinations proposées. Je me rendis compte que je ne sortais en réalité quasiment jamais de Central, j’étais assez casanière en fin de compte. Mais l’idée que la balade prenne fin si on rentrait me taraudait, j’étais trop égoïste pour accepter de le laisser repartir aussi vite, et, je n’avais pas envie de rentrer. Scrutant les panneaux qui à me pencher un peu avant pour apercevoir ceux du fond, je me laissais ensuite retombant dans mon siège en secouant négativement la tête pour répondre à la question du jeune homme, un moue boudeuse sur le visage, avant de relâcher un nuage de fumée à l’extérieur.

"Certaine … Pas envie que tu disparaisses à peine arrivé …"

L’air dehors avait fraichi, et la route était peu utilisée de ce que j’avais pu en voir. Aussi, je changeais de position pour étendre mes jambes à l’extérieur du véhicule par la fenêtre, terminant tranquillement le bâton de nicotine tout en observant tranquillement le jeune homme. L’avantage de ne pas conduire, c’est qu’on peut observer tout ce qu’on veut, quand on veut. Une fois de plus, la réflexion de la chimère me tira un rire amusé en plus d’une œillade enjôleuse dans sa direction.

"Hm, je désapprouve. Le vue est trèsagréable en ce qui me concerne ! "

C’était plus fort, je ne pouvais pas m’empêcher de dire ce qui me passait par la tête. Toutefois, mon regard vint bien vite se reposer sur l’avant-bras du jeune homme, je savais désormais où regarder. Profitant de l’arrêt momentané de la voiture, je me penchais sur le conducteur pour aller effleurer le tatouage du bout des doigts. Le visage serein malgré tout, j’observais avec curiosité. Je pensais être la seule folle à avoir daigné garder une telle chose, les autres chimères de ma connaissance avant tout fait pour s’en débarrasser, alchimie, tatouage par-dessus, toutes les solutions étaient bonnes. Lui semblait assumer pleinement sa condition, d’ailleurs, c’est bien ce qu’i m’avait dit, et quelque part je l’enviais beaucoup. Je finis par me reculer, j’effleurais plus ou moins par accident une cicatrice marbrant son ventre, en sentant les aspérités sous mes doigts agiles. Repliant vite fait la main, je me rassis dans ma position étrange, lui souriant malgré tout.

"Je t’admire, moi je n’ai pas réussi à faire ami-ami avec encore ! "

J’avais dit ça sur le ton de la plaisanterie, mais le sujet était désormais clos pour ma part. Maintenant que je le savais, je le questionnerai probablement plus. Attrapant la bouteille entre mes jambes, j’entrepris de la vider de son maigre contenu désormais, bien qu’il me semblât que les effets se faisaient déjà moins violents. La baignade fraiche avait dû faire barrage, me remettant les idées en place, du moins certaines. Je fus prise d’une idée stupide, impossible qu’elle soit provoquée par autre chose que l’alcool, et détournais légèrement le regard pour pouvoir croiser celui de mon ami, les yeux légèrement brillants.

"Lyl …. Tu dois vraiment retourner à Central après ? Je veux dire, après ce soir ... "

Je ne voulais pas. Je ne voulais pas finir la soirée, je ne voulais pas le laisser repartir à nouveau, sans idée de retour, je ne voulais pas retourner à mon désir de vengeance pour seul moteur, je ne voulais pas me retrouver à nouveau enfermer comme un rat la plupart du temps, faute de ne pouvoir sortir, j’avais juste envie de fuir tout ça, fuir la ville, fuir les responsabilités que je m’étais confiée sans raison, fuir les obligations, la traque, tout. Rester avec lui, sereine, ne plus penser, ne plus réfléchir, ne plus m’inquiéter. Juste quelques jours, voir si c’était possible. J’avais beau savoir que ça ne l’était pas, l’idée était plus qu’alléchante à mes yeux. Je ne voulais pas accepter le fait qu’il faudrait bien que je redescende sur terre après ce soir. Ce que j’avais découvert du jeune homme durant ce laps de temps, je ne voulais pas le perdre. Mais allez lui expliquer ça sans qu’il vous prenne pour une folle … J’avais plus de chances de réussir à redevenir humaine que d’y parvenir. Jetant mon mégot par la fenêtre, je sentis la voiture redémarrer alors qu’une autre arrivait derrière nous, et étirais mon bras à l’extérieur, faisant craquer les os de mon dos, avant de reprendre.

"Non oublie, tu as raison, on ferait probablement mieux de rentrer."

La voix de la raison, je la détestais cordialement, mais pourtant, elle revenait souvent squatter, même dans les moments où elle n’aurait pas eu sa place, comme ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: ...laisse moi tranquile e_e   Mer 11 Juil - 10:11

« Hm, je désapprouve. Le vue est très agréable en ce qui me concerne !
-J'me plaindrais pas non plus...
»

Un rire soupiré, un sourire à demi étiré je détournais mon regard de Pandora. Elle devait avoir pas mal de grammes pour lâcher un tel truc. L’alcool est trompeur, même sur nos envies et ressentis… Voilà qu’elle changeait à nouveau de position, cette fois elle était complètement avachi sur le siège, pieds sur la fenêtre grande ouverte. J’attendais qu’elle m’annonce une destination ou qu’elle me propose un plan, mes doigts pianotaient doucement sur le volant. Mais au lieu de ca elle revenait sur mon tatouage, le volant étant à gauche et mon tatouage sous mon avant-bras droit, elle due se pencher pour de nouveau l’observer. Erf… Y’avait rien d’intéressant à examiner une série de 8 chiffres. Si moi ca ne me gênais pas de le voir, ca me dérangeais vis-à-vis des autres. Une sorte de malaise, c’était la première fois que ca me prenait. Mais elle était la première à le voir. Je rapatriais de nouveau mon bras. Une série de 8 chiffres séparée en 3 par un tiret. La première série représentait le nombre de cobaye, soit 50, la seconde mon numéro personnel, la dernière, le numéro de l’animal choisi. Je soupirais d’un air impatient, mais c’était plus les brides de souvenirs qui me revenaient qui m’agaçaient. Car voyez-vous, sur les 50, seulement 10 avaient survécus, puis à la sortie je ne sais pas. Ne me demandez pas ce que sont devenus les 40 autres… Pendant ce temps, la jeune femme m’avouait ne pas avoir accepté la transmutation. Avec du recul je trouvais ca bête, bien que j’eus passé par-là moi aussi. On ne pouvait que l’accepter, pour le maîtriser. Ce qu’elle refusait, c’était probablement l’expérience vécue, le fait d’avoir été un cobaye et que sa sœur propre sœur, sa chair et son sang, l’eut trahie. A moins qu’elle trouvait ca répugnant d’être croisée avec une bête. Je pouvais plus concevoir cette pensée, car en moi coulait le sang d’un serpent, l’animal le plus détesté et répugné. Mais bon, nous devions nous estimer heureux que la transmutation n’eut ni foiré ni altérer notre physique. Bon sang… j’en avais vu beaucoup des ratés… Mais contrairement à beaucoup, j’étais assez fort pour en parler sans m’écrouler sous le poids de cette mauvaise expérience. Merde, ma vie entière était semblable à cette expérience, j’avais même due participer à de tel projet. Si ca se trouve j’avais participé indirectement à la transmutation de Pandora. Quelle horreur… et si c’était l’une de celle que j’avais due ranimer avec une pseudo’ Pierre Philosophale ? J’avais plus le temps de ressasser tout ca.

« Lyl …. Tu dois vraiment retourner à Central après ? Je veux dire, après ce soir ... »

Je reportais mon regard sur elle, elle avait terminé la bouteille sans sourciller. Un brin maussade je l’observais jusqu’à que je vois briller les phares d’une voiture au loin derrière. Je redémarrais la voiture et m’engageais sur le rond-point, faisant le tour sans savoir quelle sortie prendre. Sa phrase m'avait interloqué, perplexe, je ne savais pas comment traduire cette question. Puis quelques secondes après elle reprenait…

« Non oublie, tu as raison, on ferait probablement mieux de rentrer. »

Raison ? Je n’avais jamais suggérer qu’on rentre. C’était plutôt son inconscient qui le désirait. Pourquoi ce changement soudain ? Ca contredisait son précédent comportement. Je ne cherchais pas plus loin, de toute façon j’étais contrains de rester à Central, surtout le lendemain. Je penchais la tête sur le côté en même temps que je prenais le rond-point de manière serrée, nous faisant presque chavirer sur la droite. Je répondis doucement…

« Très bien »

A cet instant je tournais pour prendre la sortie de Central. Un nouveau silence nous enveloppait, moi je regardais dehors, mon avant-bras gauche replié sur le rebord de ma fenêtre. J’avais cette attitude nonchalante. Par manque d’expérience, je ne pus remarquer que mon amie avait tout simplement besoin de ma présence. J'aurais probablement dû insister et prendre l'initiative de nous balader encore un peu, si je ne craignais pas y prendre goût. Je pensais que son changement d’avis était dû à la fatigue provoquée par l’alcool, ou bien au fait qu’elle eut voulu retrouver ses amis. Pleins de trucs, mais jamais je n’aurais pus imaginé quelque chose de mélioratif me concernant. Ainsi j’accédais à sa requête et nous nous engagions sur le chemin du retour. Je tournais plusieurs fois avant d’arriver au nord de Central, les quartiers riches. Sans jeter le moindre regard au paysage je traçais, nous allions traverser tout Central. Je brisais la glace…

« Alors c’est ca, tu redeviens lucide et tout prend fin. »

Je fis une moue perplexe, je n’arrivais pas à cerner la situation. Quelque chose m’échappait. Sa fougue l’avait abandonné tout à coup, sans crier gare. La mienne perpétuait.

« De toute façon j’suis à sec… »

Je regardais l’aiguille qui indiquait le niveau de mon réservoir. On était chanceux que le véhicule ne nous eut pas lâchés au rond point ou au lac. Je souriais, tentant de rassurer la jeune femme pour lui cacher mon incompréhension. J’étais bon à ce jeu-là, Isaac m’avait apprit à me dérober sous un masque de glace ou sous un sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 27

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: ...laisse moi tranquile e_e   Mer 11 Juil - 10:48

Je fronçais légèrement les sourcils en l’entendant, revenant dans une position assise un peu plus orthodoxe, un peu seulement, car maintenant j’avais les jambes repliées sous moi, et l’observais, interloquée. Comment ça prenait fin ? J’ignorais la suite, me focalisant sur cette simple phrase, ennuyée. Etait-ce ma rétractation quant à l’idée de partir se balader davantage qui lui faisait pense rune telle chose. Je baissais doucement les yeux sur mes mains reposant sur mes genoux, je n’arrivais pas à tout bien saisir, la logique me faisait un peu défaut à cause des grammes enfilés. Il me fallait un certain temps pour arriver à coordonner un minimum d’idées les unes à la suite des autres. J’étais tout sauf lucide à cet instant. Calme, posée, sereine, enfin, cinq minutes plus tôt du moins, mais pas vraiment lucide, sinon je ne me serais jamais permis un tel comportement vis-à-vis du jeune homme. Comprenant soudain qu’il y avait visiblement un mal entendu, je tournais légèrement la tête vers lui, observant son visage à l’attention encore focalisée sur la route, pour lui dire d’un ton calme, presque rêveur.

"Je ne voulais pas rentrer. J’aurais voulu continuer à rouler toute la nuit, sans pour autant savoir où on allait. Je ne voulais pas, non, je ne veux pas que ça finisse, surtout pas ! Mais je ne crois pas que ça dépende uniquement de moi pour le coup … "

Le jeune homme finit par arrêter la voiture dans une rue bien moins chic que celles que nous avions déjà traversées, commençant à parvenir aux environs des bas-fonds de Central alors que je me mordais la lèvre, incertaine, indécise. Je n’avais pas l’habitude d’être aussi honnête, l’alcool me déliait visiblement un peu trop la langue. Mais après tout, quitte à avoir commencé, autant finir. Je finis par détourner le regard, m’attardant sur les vieilles bâtisses aux alentours en un léger soupir las, masqué par un léger sourire.

"Ca fait longtemps que je ne me suis pas sentie aussi bien, aussi … vivante en fait. Comment ne pas vouloir que ça ne finisse pas ? "

Nous avions chacun nos préoccupations, nos propres problèmes, nos obligations, celles du jeune m’avaient toujours semblaient bien plus importante que la simple vengeance de bas étage, même s’il m’avait pourtant affirmé le contraire. Il était devenu l’instrument de mon oncle dans sa jeunesse, je me doutais bien que cela impliquait des choses qui dépassaient mon entendement, même si au fond, je n’étais pas désireuse de les connaitre. On a tous nos secrets, aujourd’hui plus que jamais je comprenais la véracité de ses paroles. Je levais doucement les yeux, apercevant cachée derrière quelques nuages pâles, un croissant de lune qui se débattait pour sortir de l’ombre.

"« Je ne peux pas te protéger sans serrer un sabre dans mes mains…
Mais, je ne peux pas t'embrasser le sabre à la main. »"


Un sourire triste aux lèvres, je plonger mon regard dans les yeux de jade de mon ami, reprenant d’une voix douce les paroles qu’il avait lui-même utilisé un peu plus tôt.

"Tu m’as fait partager un joli rêve Lyl. Mais je suis bien consciente que ce ne sera qu’éphémère, et je ne veux pas être un poids pour toi. "

Cette vérité dure à entendre, je n’avais pas voulu l’accepter plus tôt. Il avait fallu une bouteille de Gin et ces quelques moments forts partagés pour me faire prendre conscience que je pouvais nuire à mon ami sans le vouloir. Mon esprit, pour ne pas dire mon cœur, était tiraillé, séparé entre deux sentiments contradictoires. Celui de vouloir garder jalousement le jeune homme avec moi, le détourner de sa mission, de ses devoirs pour l’embarquer ailleurs, alors que le bon sens me criait de le laisser tranquille. Je détaillais tranquillement ses traits à la lueur du lampadaire sous lequel nous étions arrêtés, m’en imprégnant sans vraiment savoir quand je les reverrais une fois que nous nous serions séparés ce soir et lui souris une nouvelle fois, laissant le silence nous envelopper le temps qu’il s’imprègne de mes paroles surprenantes. Moi-même j’étais surprise de lui avoir avoué tant de choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: ...laisse moi tranquile e_e   Mer 11 Juil - 11:27

Nous avions dépassé le quartier bourgeois lorsqu’elle avait terminé de se justifier. Je ne m’y étais pas attendu, pensant le sujet clos. Mais quelque part j’étais rassuré. Bordel, je crois que j’appréciais un peu trop sa présence. Je me découvrais une facette nouvelle, bien différente de ce que j’aurais pu imaginer. Je n’étais pas le loup mais l’agneau doux. C’est ce comportement complètement différent que je ne me connaissais pas qui avait attiré la jeune femme la poussant à vouloir arrêter le temps. Mais vous savez quoi ? Moi aussi je le désirais. Avec cette idée irrationnelle je sentis le poids de la pierre rouge autour de mon cou. Bien qu’elle fût dissimulée dans une espèce de boîte fine qui épousait sa forme. Le tout en argent. Je n’étais pas fou au point de la laisser à la vue de tous. Ce n’est pas un objet commun mais convoité et maudit. Je ne pouvais m’en séparer, je le portais comme un fardeau. Pourquoi y avais pensé subitement ? Car cet objet était capable d’obstruer tous ceux dont nous, alchimiste, pensions impossibles, possibles. Pad ‘échange équivalent, le prix était une des multiple âmes qu’elle renfermait, arrachaient à leur enveloppe. Peu de gens connaissaient réellement son origine, ce qu’elle nécessitait pour sa création. Ca donne la nausée quand on le sait.

Mais voilà que la route se terminait, là dans les bas quartiers. J’arrêtais la voiture en face du bâtiment qu’elle résidait. Près du poteau que j’avais tenu en attendant de l’apercevoir, enfin… Ne relatons pas la précédente méprise plus ou moins loufoque.
Pandora citait mes paroles, mot pour mot, je détournais alors mon regard du bâtiment pour plonger mon regard interrogateur dans le sien. Je discernais un sourire morose dans la pénombre, je n’usais pas de mes pupilles de reptile, car ca m’aurait servi à rien.

« Tu m’as fait partager un joli rêve Lyl. Mais je suis bien consciente que ce ne sera qu’éphémère, et je ne veux pas être un poids pour toi. »

Voilà qu'elle se désistait.J'ignorais si c'était un bien ou un mal. J'étais juste effrayé qu'elle devienne ce poids. C’était trop tard, maintenant que j’avais goûté à ce sentiment étrange je ne pouvais pas m’en séparer. Enfin, si je le pouvais mais je n’en avais pas envie, ca n’aurait fait que noircir mon être en refusant à jamais qu’on m’approche. J’avais besoin de cet intérêt pour ne pas me perdre à jamais dans les ténèbres. Mais ca, je n’arrivais pas encore à le comprendre. Ca se traduisait par le besoin mystérieux de sa présence. M’enfin, je détournais le regard et attrapais ses vêtements. Le visage de nouveau sérieux, je ne pouvais qu’accepter sa requête. J’avais l’habitude de mettre mes intérêts personnels de côté. C’était là toute la nature de mon sacrifice.

« Si c’est ce que tu désires, alors pars, je ne peux te retenir, ni t’apporter ce que tu recherches. »

Je la fixais de mon regard naturellement maussade, qui contrastait avec mon expression dure. Me voilà revenu à la réalité. La lune se couchait bientôt, et la réalité se lèverait avec le soleil pour m’extirper d’un bonheur momentané. Mes paroles avaient du lui paraître sèches mais c’était ma façon à moi de l’empêcher de culpabiliser. Je la renvoyais afin de ne pas la faire hésiter. Ce n’était pas un adieu, je ne crois pas. Puis après réflexions je voulus m’exprimer avec plus de détail, elle en avait le droit après tout. Je reprenais doucement…

« Tu es un poids, si tu me demandais de rester près de moi…et alors…et alors j’aurais peur d’abandonner ce pourquoi je vis. Je ne dois pas m’égarer de mon but. Mais je crains d’avoir déjà fais un pas en arrière, aussi mince fut-il, lorsque je t’ai sauvée. »

Les yeux rivés en l’air, sur le ciel. Je reprenais après un soupire de lassitude…

« Sais-tu pourquoi la plupart des gens regardent en l’air avec mélancolie? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 27

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: ...laisse moi tranquile e_e   Mer 11 Juil - 16:23

Les paroles du jeune homme me firent baisser le regard alors que j’attrapais doucement les vêtements qu’il me tendait. Je soupirais, pourquoi n’avais-je pas pu me taire ? Peut-être, peut-être qu’en faisant comme si de rien n’était, les choses auraient pu continuer ainsi. Petit à petit, je croyais comprendre la raison pour laquelle le jeune homme était aussi réticent, mais je ne l’acceptais pas, ou ne plutôt, ne voulais pas l’accepter. L’idée qu’il passe sa vie à poursuivre un but le coupant de tout me paraissait absurde et impossible. Et pourtant ? Et pourtant, qu’est-ce que j’étais en train de faire, à moindre mesure ? La même chose … Je m’embrouillais les idées à force de trop réfléchir, ce qui me fit secouer la tête, les sourcils froncés, avant d’observer le jeune homme, les mains serrés sur les bouts de tissus que je tenais. Celui-ci regardait le ciel avec une certaine mélancolie, avant de songer à voix haute. Je suivis son regard, voyant la lune disparaitre tranquillement, doucement. Il était peut-être temps que je fasse de même désormais. Ca me semblait impossible, douloureux, et pourtant, je devais m’y forcer. Reportant mon regard sur les traits fins de mon interlocuteur, je lui répondis d’une voix douce, presque un murmure.

"Peut-être qu’on cherche là-haut l’espoir qui nous manque ici … "

L’espoir, ou une quelconque réponse. Je posais mes vêtements sur devant moi pour enfiler mes bottes doucement. Pour faire quelques mètres, je n’allais pas me rhabiller, d’autant plus qu’à cette heure tardive, il n’y aurait probablement personne, mais par réflexe, j’avais ce besoin d’avoir quelque chose aux pieds lorsque je marchais sur du béton, son contact me gênait, trop dur, trop impersonnel. Sans les attacher, j'’visais la bouteille vide à mes pieds au même moment et esquissais un léger sourire. J’espérais ne pas avoir trop bu et me souvenir de tout le lendemain, mais si je parvenais encore à avoir de telles pensées, c’est qu’il y avait peu de risques d’un trou noir. Me redressant, je fixais le jeune homme quelques secondes en silence avant de prendre un air plus froid, bien plus déterminé.

"Je trouverais un moyen, peu importe lequel. Je trouverais le moyen de pouvoir rester près de toi sans te gêner. Je n’abandonnerais pas, je ne t’abandonnerais pas aussi facilement. Et peu importe le temps que ça me prendra, mais je trouverais, et tu n’auras plus à redouter quoi que ce soit de moi. Je te le promets."

On dit souvent qu’il ne faut pas faire de promesses que l’on ne peut tenir, mais j’étais persuadé de pouvoir accomplir celle-ci, sans trop savoir comment m’y prendre pour le moment. Pour sceller ses paroles, je me penchais vers l’argenté, serrant doucement son bras dans ma main brûlante, et déposais un baiser appuyé sur sa joue fraiche, les yeux clos. Sans attendre, j’attrapais mes vêtements d’une main, ouvris la portière de l’autre et m’extirpais du véhicule avant de ne changer d’avis et d’insister pour rester avec lui. Même si je n’avais pas conscience de tous les enjeux je savais que ce n’était pas la chose à faire. Marchant d’un pas empressé, nerveux, je ne me retournais qu’une fois parvenue sous l’arche de mon immeuble, fixant le voiture quelques secondes, les larmes aux yeux. J’ignorais quand je le reverrais, et ça me bouffait déjà. La main sur la poignée, je restais ainsi quelques secondes avant de pousser la lourde porte de bois pour pénétrer dans l’obscurité de l’immeuble, laissant couler mes pleurs sans que j’en connaisse véritablement l’origine.

Ignorant mes colocataires encore debout, je traversais le hall, fermant la porte d’un coup de pied, tournant rapidement la clef avant de filer dans ma chambre, sans même avoir ôté mes chausses. M’enfermant dans cette dernière, je me débarrassais de tout ce que je tenais encore avant de me laisser tomber à plat ventre sur le lit, la tête dans les bras. Les larmes s’étaient déjà taries, seule une impression étrange persistait. Un subtil mélange entre bien-être et chagrin. La personnalité attachante du jeune homme que j’avais découvert ce soir était d’autant plus attiranteet j’avais de plus en plus de mal à m’en détacher. En fait, ce soir c’était juste un échec total dans ce domaine. Mais pour rien au monde j’aurais voulu revenir sur ces moments. Je levais la jambe, chercher à tâtons avec mon pied l’interrupteur sur le mur, que je trouvais rapidement, puis éteignis la lumière pour rester plongée dans la pénombre et ainsi pouvoir réfléchir plus posément. Je sentais ma tête lourde, mais malgré tout, je savais que je ne pourrais pas dormir bien vite, trop de questions sans réponses, trop de suppositions se pressaient encore dans mon esprit pour que je puisse trouver le sommeil. Et par-dessus tout, un moyen de pouvoir le côtoyer en toute sécurité. Pour l’instant, cela me semblait impossible, mais je n’étais pas défaitiste sur ce point, j’étais sûre de trouver. L’enjeu était désormais trop grand, je m’étais rendu compte ce soir que j’avais besoin de sa présence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: ...laisse moi tranquile e_e   Mer 11 Juil - 17:45

« Peut-être qu’on cherche là-haut l’espoir qui nous manque ici … »

L’espoir, une réponse, un réconfort, rien de tout ca pour moi. Ce n’est pas ca qui me trottait à l’esprit lorsque j’observais le ciel. Non, c’était plus sinistre de mon côté. Je ne répondis pas, gardant ma réponse pour moi. Je me rendais compte que chacune de mes réponses étaient dénuées d’espoir. Mais l’espoir, c’est parce que l’humain ne peut voir la mort qu’il en a. Je connaissais par cœur la lueur de celle-ci dans le regard d’autrui, dans le regard de mes victimes et bien d’autres.
Pandora enfilait ses bottes, seulement ses bottes. Je levais un sourcil, un brin interloqué. Elle se tourna alors vers moi, m’observant avec sérieux. Rien de triste cette fois, juste le regard de la détermination…

« Je trouverais un moyen, peu importe lequel. Je trouverais le moyen de pouvoir rester près de toi sans te gêner. Je n’abandonnerais pas, je ne t’abandonnerais pas aussi facilement. Et peu importe le temps que ça me prendra, mais je trouverais, et tu n’auras plus à redouter quoi que ce soit de moi. Je te le promets. »

Les yeux rivés sur son visage, je faisais navette entre ses deux saphirs. Un brin perplexe. Lorsqu’elle eut terminé, j’expirais un demi-sourire, quelque peu gêné. En voilà des paroles bien ambitieuses, des paroles encourageantes. J’aurais pus lui dire que j’y comptais bien, mais j’étais réticent quant à l’idée qu’elle œuvre à mes côtés. Vous savez ce que ca voudrait dire ? La faire entrer dans l’Organisation ? Pfff… naaah ! Et puis quoi encore ? Ma vie suffisait assez, pas besoin de d’autres âmes corrompues. Elle perdrait cet intérêt, cette innocence indéchiffrée que je lui trouvais. Pandora était bien trop emplie de bonté pour exécuter les ordres d’un cruel personnage. Elle en perdrait sa lumière et la mienne avec. Pourtant, l’idée de la garder près de moi pour mieux la protéger était intéressante. Mais je ne voulais pour rien au monde partageais mon horrible quotidien, ni qu’elle me voit sous les traits du capitaine.
Sa main brûlante sur mon avant-bras, je sentis cette même morsure que dans l’eau. Là elle s’approcha me tenant juste pour prendre appuie et enfin déposer un baiser sur ma joue. Les yeux quelques secondes dans le vague, je relevais toute fois un regard nostalgique vers elle avant de lui sourire une nouvelle fois. Sans comprendre pourquoi, mon cœur fit un léger bon.

Sans un mot de plus elle partait, je la suivais du regard, l’observant se déplacer. Fracture nette de l’œil gauche. Elle traversait la route. Je ne pus m’empêcher de sourire en la voyant ainsi vêtue ; sous-vêtements et bottes. Quel accoutrement ! L’avant-bras plié sur le rebord de la fenêtre, je penchais légèrement la tête pour lui dire suffisamment fort pour qu’elle m’entende sans que je réveil tout le quartier…

« Hey ! Merci pour la vue, très sex’ avec les bottes… »

Je riais discrètement, plus nostalgique qu’autre chose. La jeune femme prit un temps d’arrêt lorsqu’elle fut sous l’arche de ce que je déduisais être son immeuble. M’observant l’espace de quelques secondes, je lui faisais un mince signe de la main.

« Hmpff…ouais…nous regardons tous en l’air, pour voir s’envoler nos rêves, après tout… »

Elle disparue, je baissais le regard et laissais ma tête chavirer sur le repose tête avant de ne soupirer. Puis après quelques secondes j’attrapais mes fringues et m’empressais de les enfiler. Seule ma veste restait sur la banquette. Lorsque j’eus terminé, je remarquais la lumière d’une chambre allumée, j’imaginais que c’était celle de mon amie. Je sentais sa présence ainsi que celles de tous les locataires du bâtiment. J’observais cette fenêtre quelques instants, savourant les derniers instant d’une tranquillité. Mais elle éteignit rapidement, je baissais alors les yeux et entreprenais de filer. J’ignorais quand serrait notre prochaine rencontre et dans quelles circonstances. Mais j’avais un mauvais pressentiment, les choses commençaient à chauffer à l’Organisation, les Homonculus nous surveillaient, je ne donnais pas chère de ma peau si je devenais leur cible.

J’abandonnais la voiture dans un cul de sac, vidée de son carburant. J’avais embarqué mes affaires personnelles, au cas où. Dans les bas-fonds ce genre d’objet délaissé pouvait vite disparaître… Hé hé, la preuve j’avais fais disparaître cette voiture. Je gagnais mes quartiers, placés au dessus du bar, avec le plus de discrétion possible.
Mais ce n’est pas Morphée que j’allais retrouver, mais mes recherches sur l’alchimie.
Je dormais très peu, peu habitué à dormir la nuit, je trouvais mieux le sommeil la journée, question d’habitude.
Mais cette nuit-là je fus incapable de réfléchir efficacement. Je revoyais certaines scènes de cette soirée, je revoyais mon amie sourire avec gaieté, puis je la revoyais s’approcher lentement pour me gratifier d’un baiser. Erf…dure de réfléchir. J’abandonnais le tout sortir sur le toit, ma terrasse. Un bol d’air frais, c’est avachi sur une chaise, ici sur le toit, que je trouvais un sommeil presque apaisé, sans déchirement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ...laisse moi tranquile e_e   

Revenir en haut Aller en bas
 

...laisse moi tranquile e_e

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Regardez ça aller. Est-ce que je tire trop fort sur la laisse de l'animal?
» Laisse la force te guider [libre]
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» Ne la laisse pas tomber, elle est si fragile.. | Asher
» ?La vie nous laisse le choix d’en faire un accident ou une aventure. ? CALLIE&DONOVAN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fullmetal alchemist ::  :: Les Rps terminés ou abandonnés-