Partagez | 
 

 Une blonde qui se paume à Central... { Lyl & Pandora

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Une blonde qui se paume à Central... { Lyl & Pandora   Dim 15 Juil - 15:31

Cela faisait déjà un bon moment que Winry se trouvait à Rush Valley. C’était un véritable paradis pour la jeune femme. Pourquoi ? Ca ne semble pas assez évident ? Pourtant, c’est connu, Rush Valley est l’endroit de prédilection pour ceux qui, comme la jeune blonde, sont fanatiques des auto-mails. Elle pouvait apprendre un tas de choses là-bas, et en effet, elle en apprenait tous les jours et des choses très importantes et intéressantes. Heureusement pour les deux Elric, ils n’avaient pas à rester là et à la supporter dans cet état. Ils étaient déjà fatigués lorsqu’elle parlait simplement des auto-mails chez mamie Pinako, alors là… Seules les personnes comme elle, comme par exemple, Paninya, pouvaient comprendre ce comportement-là. D’ailleurs, la jeune Rockbell était très heureuse d’avoir avec elle cette grande amie. Au départ, si elle semblait être une grande voleuse, ou plutôt, une voleuse pas très douée, elle et la blondinette avait pu tisser de vrais liens d’amitié. Quoi de plus normal lorsque l’on est passionnées par la même chose, n’est-ce pas ? On pourrait penser que c’était grâce à Edward et Alphonse que la demoiselle se retrouvait ici et qu’elle pouvait vivre son plus grand rêve. Cependant, si elle ne leur avait pas demandé de payer sa place et de l’accompagner jusque là, elle n’aurait peut-être jamais pu arriver là. Malgré tout, la jeune blonde leur en était reconnaissante. Après tout, elle n’était pas du genre à ne pas reconnaître les agissements des autres en sa faveur. Enfin… Presque ? De toute façon, là n’était pas la discussion.

En ce matin-là, un matin de plus à Rush Valley, la demoiselle eut une idée soudaine, comme à chaque fois, en fait. Oui, Winry était plutôt impulsive et quand elle avait une idée, c’était toujours sur un coup de tête. Quelle était cette idée ? Celle de retrouver ses meilleurs amis ; les deux frères Elric. C’était une bien bonne idée, mais, il lui fallait aller jusqu’à Central et ça, c’était plutôt mal parti. Disons que la demoiselle avait l’habitude de se paumer. Bon, aller jusqu’à la gare, pas de problème, prendre le bon train, ça devait aller aussi, mais alors, ne pas se perdre dans Central, c’était bien autre chose. Malheureusement pour elle, Paninya ne savait pas l’accompagner, elle devait travailler davantage si la blonde s’absentait même quelques jours, seulement. Alors, elle n’avait plus qu’à prier pour qu’elle ne se perde pas trop dans Central et qu’elle pourrait rapidement retrouver Edward et Alphonse. Surtout qu’elle avait tendance à s’inquiéter beaucoup trop pour ces deux garçons. De plus, depuis leur départ de Rush Valley, ils n’avaient donné aucun signe de vie à la demoiselle. Était-ce parce qu’ils allaient plutôt mal ou pouvait-elle penser que, comme le dit un dicton, « pas de nouvelles, bonnes nouvelles » ? C’était plutôt dur pour elle d’y penser, de penser à de bonnes nouvelles, c’était bien pour ça qu’elle devait les retrouver au plus vite pour s’en assurer d’elle-même. A peine s’était-elle levée, douchée et préparée qu’elle se dirigea déjà en direction du magasin pour expliquer son absence plutôt imprévue en direction de Central. On ne lui refusa pas ce petit départ, bien au contraire, et elle prit aussitôt le train.

Enfin arrivée à Central ! La demoiselle sortit du train aussi vite et se dirigea grâce aux panneaux qu’elle put voir jusqu’à l’extérieur mais après, ce fut plutôt périlleux. En effet, Winry passa par tous les chemins mais jamais le bon. A croire que cette ville était bien trop grande. Oui ! D’ailleurs, elle s’en plaignit à haute voix. Quand on avait l’habitude de Rush Valley ou encore Resembool, on n’était pas gêné de se plaindre à audible voix. Seulement, là, à Central, ce n’était pas toujours bien vu. Les grandes villes sont différentes, n’est-ce pas ? Soupirant, elle essaya une nouvelle direction, mais cette fois-là, elle se retrouva dans une ruelle plutôt sombre et à l’air malfamé. Elle le comprit bien rapidement, puisqu’un homme plutôt louche l’approcha.


"On est perdue ? Qu’est-ce qu’une demoiselle comme toi vient faire dans un endroit de Central aussi malfamé ? On ne t’a jamais dit que des types louches y traînaient ?"

La jeune femme tenta alors de le menacer avec sa valise remplie d’outils utiles pour la confection d’auto-mails ainsi que d’autres choses personnelles. Ca n’avait pourtant aucun effet sur cet homme. Elle chercha alors à l’effrayer avec des paroles.

"Ne… Ne me touchez pas ! Je connais un Alchimiste d’Etat… Ed… Edward Elric, le Fullmetal Alchimiste! Alors, vous feriez mieux de partir…"

Finalement, cet homme rigola et l’attrapa par le poignet, la ramenant contre lui. Elle se débattit sans hésitation mais n’arrivait pas vraiment au but attendu… Était-ce la fin pour la jeune Rockbell ? Elle espérait évidemment que non. Par la suite, elle entendit des pas… Était-ce ceux d’Edward ? Ou encore d’Alphonse ?
Revenir en haut Aller en bas
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Une blonde qui se paume à Central... { Lyl & Pandora   Dim 15 Juil - 16:58

«On est perdue ? Qu’est-ce qu’une demoiselle comme toi vient faire dans un endroit de Central aussi malfamé ? On ne t’a jamais dit que des types louches y traînaient ? »

Des paroles louchent qui raisonnaient dans la rue tangente à la notre. Je sentais deux présences, une imposante et une beaucoup moins. Une femme vu les propos du type. Je faisais mine de ne pas avoir entendu, indifférent. Je fixais Pandora, adossé au mur. Nous étions dans la petite ruelle à quelques mètres de son immeuble. Je l’avais appelée à défaut de pouvoir escalader sa façade comme à mon habitude. La jeune femme était alors apparue à la fenêtre pour s’informer et s’était aussi tôt retirée pour venir me rejoindre. Ainsi j’attendais.

« Ne… Ne me touchez pas ! Je connais un Alchimiste d’Etat… Ed… Edward Elric, le Fullmetal Alchimiste! Alors, vous feriez mieux de partir… »

J’haussais un sourcil, intrigué quant à l’identité de l’auteur de ces paroles. Tandis que j’attendais mon amie, je déboutonnais les trois premiers boutons de ma chemise et remontais ma manche droite à l’aide de mes dents. Inutile d’être devin pour comprendre que j’allais me mêler aux embrouilles qui me parvenaient aux oreilles. Je me mettais juste à l’aise. L’envie de laisser déferler ma rage sur ce type de mec m’enchantait beaucoup. Violeur et autre pervers malsain, il allait morfler le bougre. Ca faisait quelques jours que je n’avais pas mis la main sur un tel cas. J’en avais surpris tellement, j’en avais cogné beaucoup et j’avais même tuer ceux que je jugeais ignobles au point de ne plus mériter la vie. Je ne suis rien ni personne pour juger de la sorte, mais je côtoyais et dirigeais tous les jours ce genre de mec sans pouvoir rien faire. Alors quand j’en avais l’occasion je ne me faisais pas prier. J’avais deux facettes, ce jour-là j’étais ma vraie facette, Lyl.

Pandora débarquait enfin, sans lui laisser le temps d’ouvrir la bouche je lui dis tout en engageant la marche vers la ruelle en question.

« Désolé d’avoir traîné…j’ai eu…quelques problèmes. »

Je me fiais à ma capacité à sentir les êtres vivants, je me concentrais donc sur les mouvements brusques que je ressentais. Il nous fallut moins d’une minute pour y parvenir. Pas étonnant vu que je les avais entendus débattre. Dans cette ruelle étroite je découvrais une jeune femme blonde molestée par un grand gaillard dont le visage mettait familier. Ce type je l’avais croisé quelques heures auparavant lors de l’entretien, ce type je l’avais également vu lors de l’attaque de Central. Un vulgaire meurtrier qui s’était rangé du côté de l’organisation Zéro pour laisser libre court à ses meurtres au profit de l’Organisation. A l’écouter il agissait selon comme je l’ordonnais… Une moue de dégoût sur le visage, je réfléchissais déjà à comment lui arracher le cœur. Je jetais ma veste à terre avec une négligence certaine avant de choper l’épaule du mec pour le retourner de façon à ce qu’il me fasse face. Dans la foulée je lui mettais un violent coup de tête, brisant son vilain nez crochu au passage et probablement quelques dents vu que mon front me picotait. Sans lui laisser un quart de seconde de répit je le choppais par le col pour lui faire tâter mon genou dans ses parties génitales. Le visage neutre, je le redressais à l’aide de son col pour le jeter derrière moi et loin de la demoiselle.

Le type fit un roulé boulet jusqu’aux pieds de Pandora. Malgré la douleur le type semblait encore d’attaque à remettre ca. Ho ho ! J’étais ravi de voir que le premier type sur qui je me défoulais était un battant. Une vermine accrochée à sa misérable vie. De nouveau sur ses jambe il prit en otage mon amie. Je restais de marbre quelques secondes avant de faire une moue. C’était le moment de voir ce que la tigresse avait dans l’ventre.
Elle s’en débarrassait avec aisance et rapidité. Telle une partie de tennis, le type revenait à mes pieds. Mon instinct meurtrier me dictais de le tuer, mais ma conscience m’en empêchait. Je croisais le regard de la jeune femme blonde complètement terrorisée. Ne pas tuer cet homme revenait à le laissé recommencer, même si un jour il purgeait une lourde peine, ce genre de gaillard n’avait aucune bonne moralité. Il ne pouvait tirer de ses erreurs, c’était trop tard. Il suffisait de le voir sourire ou d’observer son regard, celui d’un fou. Je le saisissais de nouveau par le col et le plaquais de mon unique bras sur le mur. Là je laissais ma colère déferler, la mâchoire serrée, j’avais envie de le congeler mais je me savais incapable son bras manquant et sans un cercle dessiné. Mais tandis que j’y pensais fort un éclair jaillit de ma main. Je le relâchais, choqué. Son rire retentissait de nouveau.

« Et alors ? Une panne ? »

Je reculais de quelques pas, le type stoppait net ses railleries.

« Mes pieds…je ne sens plus mes pieds ! »

Je compris alors que j’avais bel et bien transmuté, et ca, sans cercle, sans rien. J’avais une idée sur ce phénomène. C’est pourquoi je tournais les talons en connaissant parfaitement ce qui lui arrivait. Petit à petit son corps gelait, commençant par ses orteils, bientôt il deviendrait ce bloc inanimé qui lui arracherait la vie. J’attrapais la blonde par le bras, l’attirant hors du champ de vision de cet homme répugnant hurlant. Épargnant à cette inconnue la vue d’un mort congelé nous sortions de la ruelle en le délaissant derrière-nous.

Nous prenions le premier croisement à droite pour ensuite prolonger une petite ruelle et nous retrouver sur la rue où se trouvait le bâtiment de Pandora.
Là je soupirais, me rappelant que j’avais omis ma veste là bas… Mais en me retournant je vis le tissus noir tendu vers moi, par mon amie. La gratifiant d’un sourire je plaçais ma veste sur mon épaule gauche pour à nouveau dissimuler l’absence de mon bras. Là j’observais la rue, à la recherche d’une voiture à empruntée et d’un air nonchalant, comme si de rien n’était je dis sans porter un regard à la blonde…

« Une amie des frères Elric hm ? Je doute que cet argument te soi très utile… Mais plus important… »

Je tournais la tête pour l’apercevoir, braquant mon regard de jade sur le sien. Elle était encore sous le choc. C’était ce genre de chose que je voulais faire, quitte à y sacrifier toute mon existence, peu importe car j’avais des choses à préserver à présent.

« Les frères Elric ne sont pas à Central. »

Comment le savais-je ? Et bien je surveillais Edward, j’attendais le moment propice pour le rencontrer et ainsi échanger nos informations. Ce gamin, il avait de bons alliés, je pouvais donc m’en rendre à lui. Je repris après avoir jeté un regard à Pandora…

« Dis-moi plutôt où trouver un mécanicien aussi doué que le sien. On dit qu’il est de très bonne qualité. »

Je ne faisais que repousser mon dialogue avec mon amie, pris par le temps. Si elle m'accompagnait, c'était juste une question de temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: Une blonde qui se paume à Central... { Lyl & Pandora   Dim 15 Juil - 18:16

Allongée en travers du lit, l’esprit doucement bercé par la mélodie douce et lancinante s’échappant de la radio, mes yeux dansaient paisiblement le long des lignes de l’ouvrage ouvert entre mes doigts. Rien de scientifique pour une fois, un simple roman dégoté dans la chambre de Kel’, contant les mythes d’un pays lointain et Oh combien différent d’Amestris. Des hommes harnachés comme des animaux combattaient de manières épiques leurs dieux à l’aspect cauchemardesque pour obtenir enfin un semblant de liberté pour leurs pairs. Certains y arrivaient, d’autres périssaient de manière tragique, laissant leur empreinte à travers les âges, les époques, les esprits. Certaines illustrations apportaient de la couleur et du corps à ces antiques écrits lyriques. L’esprit loin de toute préoccupation, je laissais mon imagination voguer, un crayon à papier dans ma dextre, je dessinais les lignes d’une bataille funeste sur un carnet regorgeant déjà de dizaine d’autres croquis du même genre, façonnant à ma manière le cours de l’histoire relaté à travers l’ouvrage. L’évasion dans ces mondes oniriques était l’unique moyen que j’avais réussi à trouver pour ne pas laisser l’inquiétude me ronger les sens, me privant de toute lucidité à force de ressasser les macabres images que je n’avais déjà que trop revues. La langue coincée entre les dents, mes yeux faisaient navette entre les écrits et la feuille ornée d’une esquisse médiocre, représentant un être semblable à un dragon orientale, maintenant fermement dans sa gueule la destinée de tout un village. En contre plan, on pouvait déjà apercevoir l’ébauche d’une foule armée, alors qu’au pied de la bête se tenait une jeune femme aux cheveux courts, maintenant dans ses mains une petite pierre ronde, la serrant comme un trésor précieux. Même si je ne saisissais pas encore toutes les paroles retranscrites dans l’œuvre, toutes les significations de ces mythes, je n’en trouvais pas moins magnifique l’écriture et le talent utilisé pour ressasser ces récits épiques.

Plongée ainsi dans un autre monde où je vivais seule, je n’entendais pas ce qu’il se passait dans la maisonnée. La fenêtre de ma chambre était ouverte jour et nuit, et le soleil perçait doucement pour venir éclairer le parquet délavé, m’offrant sa clarté pour pouvoir jouer des ombres sur mon esquisse. Lucy avait quitté la chambre, préférant la compagnie des autres chimères ces derniers temps, et au fond, je ne pouvais que la comprendre, je n’avais plus que l’apparence d’une ombre pour mes pairs ces derniers jours. Bougeant peu, mangeant épisodiquement, je me contentais de me plonger dans un univers qui m’empêchait de réfléchir et surtout d’aborder un peu plus sereinement l’attente à laquelle j’étais sujette, me créant ainsi une patience dont je n’étais naturellement pas dotée. La pièce dans laquelle je vivais avait pris depuis quelques jours l’aspect d’une chambre d’ascète, vidé de presque tout son contenant, et de son bordel habituel, ne survivait plus que le lit, diverses feuilles et ouvrages éparpillés au pied de ce dernier, et un plateau repas partiellement terminé. Cela me convenait amplement. Le crayon entre les dents, la tête penchée, je relisais plusieurs fois le même passage pour réussir à m’en faire une image claire dans mon esprit afin de pouvoir la recréer. L’alchimie et le dessin fonctionnaient de manière similaire. Impossible de créer quelque chose si l’on ne parvient pas à l’imaginer parfaitement auparavant. Mes jambes battaient nerveusement l’air alors que je laissais à nouveau courir la pointe de carbone sur la surface blanche, lorsqu’un bruit me fit relever brusquement la tête, me tirant de la douce torpeur dans laquelle j’étais plongée, me laissant totalement éveillée et les sens aux aguets. J’attendis quelques secondes pour me persuader que ce n’était pas là le fruit de mon imagination un peu trop fertile lorsque l’appel se renouvela une seconde fois, légèrement plus accentué. Sourire aux lèvres, j’aurais reconnu cette voix entre mille, je bondis du lit et me précipitais à la fenêtre ouverte, les yeux rivés sur la ruelle pour y apercevoir une silhouette bien connue. Sans attendre, je refermais la vitre en enfilais un jean ainsi que mes bottes, saisissant mes lames pour les plaquer contre mes reins, dissimulés sous la chemise ample que je portais, et me précipitais dans le couloir en criant aux âmes encore présentes dans l’habitation que je ne savais pas quand je reviendrais. Courant dans les escaliers, je rejoignis enfin mon ami, ravie de le voir ici et surtout relativement en forme. Une veste habillement placée sur son épaule caché son membre manquant. L’air préoccupé, le jeune homme prit la parole avant même que je ne puisse en placer une, tout en avançant déjà vers le centre-ville. Je secouais négativement la tête, un léger sourire heureux au bord des lèvres.

"C’n’est pas gr-ave … "

J’avais baissé la voix, les sourcils froncés en entendant des bruits de luttes non loin. Le visage à nouveau fermé, je suivais le jeune homme qui semblait également préoccupé pour la même raison. Il ne fallut pas bien longtemps pour trouver l’origine de ces sons, une jeune femme blonde était au prise avec un grand gaillard, plutôt bien bâti et visiblement bien motivé à violenter la demoiselle. Je m’avançais vers les inconnus lorsqu’il me dépassa, pour s’empresser d’aller cogner le mec, même avec un bras en moins, Lyl restait féroce, et il m’en faisait d’ailleurs une démonstration remarquable. Légèrement en retrait, j’avais croisé les bras en observant le combat pour l’instant mené sans peine par la chimère. Je jetais un rapide coup d’œil à la victime qui semblait sous le choc de son agression, je la comprenais sans peine. Faisant un pas dans sa direction, je voulus la rejoindre pour la rassurer, mais un colis inattendu atterri à mes pieds, me faisant piler net pour ne pas trébucher dessus. Mais venant à peine de retrouver mon équilibre, je fus prise pour cible par l’inconnu, un bras sous la gorge menaçant de m’étrangler, l’autre bloquant mon bras dans le dos, d’une manière plutôt douloureuse. Il ne me fallut pas plus de quelques secondes pour sentir l’animal mécontent prendre le pas sur la jeune fille. De ma main libre, j’éraflais sa jambe de mes griffes, aussitôt rétractées, et profitais de son léger relâchement pour retirer ma tête et me servir de la force qu’il avait déployé contre moi pour m’enrouler sur moi-même et le faire passer au-dessus de ma tête, me libérant ainsi le bras au passage, pour l’envoyer rouler au pieds de mon ami. Le visage impassible, je réprimais un frisson de dégout, j’avais une sainte horreur de la violence, et y avoir recourt me débectait toujours autant. Jetant un coup d’œil rapide au jeune homme qui s’en sortait bien tout seul, j’avisais en partant rejoindre la blonde la veste de mon ami balancée négligemment au sol. D’ailleurs, je ne remarquais qu’à cet instant qu’il ne la portait plus … Il faut dire que d’autres préoccupations primaient alors. Ramassant toutefois cette dernière que je passais sur ma propre épaule, avant de m’approcher de la blonde, l’air un peu plus avenante.

"Ca va, tu n’as rien ?"

Pas le temps de répondre que le jeune homme débarquait déjà, attrapant la demoiselle par le poignet pour l’entrainer avec lui. Je jetais un coup d’œil rapide derrière moi en entendant les cris de détresse de l’agresseur et restais figée quelques secondes en observant son corps se transformer en glace peu à peu. Je connaissais bien le sort du malheureux, qui au fond l’avait probablement mérité, je reconnaissais là sans peine l’alchimie si particulière d’Isaac qu’il avait transmis à son jeune élève. Détournant le regard de ce funeste spectacle, je suivis la marche des deux jeunes gens légèrement en retrait. En réalité, nous ne faisions qu’un détour pour revenir là où le jeune homme m’avait attendu. Je le vis chercher quelque chose avant de se tourner vers moi, et lui tendis sa veste avec un léger sourire amusé. Avançant ensuite au niveau du jeune homme, je me mis à observer tranquillement sa protégée, petite blonde, visiblement un peu perdue au regard désespéré qu’elle lançait autour d’elle. En silence, j’écoutais le jeune homme la questionner sans gêne.

Je m’allumais une cigarette, avant d’observer les alentours l’air légèrement sceptique, puis me tournais vers le jeune homme.

"Dit, ce n’est peut-être pas le meilleur endroit pour évoquer le sujet … n’importe qui pourrait vous écouter."

Me tournant vers la blonde, j’esquissais un léger sourire dans sa direction avant de reprendre.

"Ca va aller toi ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une blonde qui se paume à Central... { Lyl & Pandora   Dim 15 Juil - 19:49

Au fond, Winry se sentait déjà mourir ou peut-être pire encore, être violée. Oui, la demoiselle était pétrifiée rien qu’à cette idée. Mais était-ce si étonnant ? Après tout, qui souhaite être violé ou mourir alors qu’il cherche à rejoindre, tout simplement, des amis et qu’il était encore assez jeune ? La jeune fille espérait cependant, encore à cet instant, qu’elle n’allait pas être désintégrée. Cependant, c’était très mal parti. Pourquoi ? La jeune blonde semblait être seule dans les environs et elle ne criait, apparemment, pas assez fort que pour inquiéter qui que ce soit. Quelle idée de se paumer dans une ruelle malfamée… Après tout, elle aurait peut-être dû demander de l’aide à n’importe quelle personne qui descendait en même temps qu’elle du train qui venait de Rush Valley ou encore ailleurs. Malheureusement, c’était trop tard, désormais, elle était perdue et était vraiment coincée, prête à se faire égorger ou torturer ou encore bien d’autres choses qui la feraient souffrir à tous les coups. Surtout que, il fallait l’avouer, la jeune Rockbell n’était pas si forte. D’accord, elle n’était pas comme la plupart des filles trop superficielles et avait quelques avantages du fait qu’elle était mécanicienne, mais face à un homme d’une telle carrure, elle n’y pouvait pas grand-chose. D’ailleurs, elle l’avait bien menacé à l’aide de ses bagages, mais rien n’y faisait. Allait-elle véritablement mourir à cet instant, sans même avoir pu revoir les deux frères Elric ? Fermant les yeux un instant, la jeune fille fut surprise de ne sentir aucun coup, en fin de compte.

Elle rouvrit alors les yeux et put découvrir un jeune homme sortit d’on ne sait où. Enfin, elle l’aurait peut-être su si elle n’avait pas fermé les yeux. Ce jeune homme ne semblait pas être de mèche avec la grosse brute, c’était déjà une bonne chose. D’ailleurs, cette grosse brute semblait légèrement terrorisée. Connaissait-il cet inconnu ? Bonne question. La jeune Rockbell avait autre chose à penser sur le coup. Tout ce qu’elle souhaitait, c’était que cet inconnu puisse rapidement la délivrer de ce sacré pétrin. Devait-elle seulement compter sur des personnes sorties de n’importe où pour s’échapper ? Après tout, Winry en avait l’habitude. Quand ce n’était pas Edward ou Alphonse qui la sauvait, c’était des militaires qu’elle ne connaissait même pas jusqu’aux moments où ils la sauvaient, justement. Était-elle à ce point fragile ou encore naïve ? La jeune blonde ne supportait plus d’être ainsi sauvée à chaque fois. Elle en avait également marre d’être un véritable fardeau. Voilà pourquoi elle tentait, comme cette fois-ci, mais sans réussite, de voyager seule et de se débrouiller… Elle en était presque découragée. Mais la priorité n’était pas là pour l’instant, il lui fallait sans aucun doute profiter de l’aide de cet inconnu pour s’échapper. Malheureusement, elle n’en avait pas la force. La jeune fille était véritablement pétrifiée, comme si on venait de la changer en pierre, à l’instant. En quelques sortes, elle s’en voulait d’être ainsi, d’un autre côté, elle se disait que ce n’était pas plus mal, ça la forcerait à remercier son ou ses sauveurs… Parce que ce garçon n’était pas vraiment seul, apparemment.

En effet, ce fut au tour d’une demoiselle de faire son apparition. Disons plutôt qu’elle était apparue aux yeux de la demoiselle au bout d’un moment, alors que son premier sauveur jeta le malotru jusqu’à ses pieds. Faisaient-ils équipe ? A priori, c’était le cas. Cependant, à côté de ça, Winry était toujours inerte. A croire qu’elle ne savait vraiment rien faire. Au bout de quelques minutes, la jeune femme qui venait de les rejoindre s’approcha de la jeune Rockbell et lui demanda presque instinctivement si elle n’avait rien de cassé. Plutôt gentille, oui. Mais elle n’eut même pas le temps de commencer une simple réponse qu’elle se faisait déjà tirée par le garçon jusqu’à la sortie de cette ruelle. Qu’est-ce qui lui prenait ? La jeune fille ne réalisa cela qu’au bout de quelques instants lorsqu’elle entendit des cris, à priori, que poussait la grosse brute, son bourreau. Peut-être voulait-il lui éviter un tel spectacle ? Après tout, Winry était encore facilement choquée et peut-être même plus depuis ce qu’elle avait vu le soir où Edward et Alphonse avait tenté une transmutation… Une telle horreur, un spectacle atroce… Elle se retrouvait désormais avec ses deux sauveurs plutôt improvisés. Elle regarda tout autour d’elle, ne reconnaissant rien, après tout, elle n’était pas venue si régulièrement à Central City. En fin de compte, ce sauveur, il semblait connaître Edward et Alphonse. Peut-être était-ce une bonne chose, une sorte de lien, un moyen de se raccrocher, en tout cas. Par contre, il semblait enchaîner les réponses. Une chose fit cependant rager la demoiselle. Les garçons n’étaient même pas à Central. Elle était donc venue pour rien. Râlant intérieurement, elle se voyait déjà les sermonner. Mais tant pis, c’était ainsi et pas autrement.


"Je vous remercie pour ce renseignement mais je voudrais surtout vous remercier pour m’avoir ainsi sauvée. J’étais, disons, un peu perdue… Je viens rarement par ici…"

Elle se tourna alors en direction de la jeune femme, en souriant, d’un sourire sincère et doux, comme toujours.

"Je vais très bien, merci encore."

Cependant, une chose l’énerva à nouveau. Les gens étaient décidément mal informés. Depuis quand un mécanicien aidait les frères Elric ? C’était une mécanicienne ! Frustrée, elle ne put s’empêcher de réagir de manière… impulsive.

"Excusez-moi, mais Edward et Alphonse n’ont pas un mécanicien de bonne qualité mais une mécanicienne de bonne qualité ! D’ailleurs, vous êtes devant elle !"

Voilà, la demoiselle avait explosé…
Revenir en haut Aller en bas
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Une blonde qui se paume à Central... { Lyl & Pandora   Dim 15 Juil - 20:38

« Dit, ce n’est peut-être pas le meilleur endroit pour évoquer le sujet … n’importe qui pourrait vous écouter.
-C’est vrais…mais il n’y à personne qui nous épis. »

Je l’annonçais de manière nonchalante, certain de ce que j’avançais grâce à ma capacité. Vous comprenez, petit à petit, pourquoi j’ai accepté cette capacités ? Combien de vie ai-je sauvé grâce à cela ? Combien de fois ais-je sauvé la mienne ? Les chiffres me font défauts pour ce genre de choses… Je détournais mon regard de Pandora pour observer la jeune fille blonde. Pauvre petite brebis, lâchée sur le territoire d’un bon nombre de loups. Je me demandais comment c’était possible. Elle était apparemment seule, elle comptait sur les deux Elric et rien de plus ? Quelle imprudence, quelle naïveté. Bien que ca me touchait, je ne m’y rabaissais pas car elle n’était pas la première brebis rencontrée. Et que je le veuille ou non, on ne pouvait pas toutes les aider. Celles qui se trouvaient sur mon chemin étaient chanceuses, rien de plus. J’avais appris à l’accepter, grâce à Isaac ; on ne peut venir en aide à tout le monde. C’était un fait, une réalité.

« Excusez-moi, mais Edward et Alphonse n’ont pas un mécanicien de bonne qualité mais une mécanicienne de bonne qualité ! D’ailleurs, vous êtes devant elle !»

Qu’est-ce que c’est ? Je lui jetais un regard, perplexe, les yeux plissés. Je sentais de la frustration dans sa voix, et de la colère sur son visage. Allons bon, c’était ce bout de femme qui avait confectionné les automails du Fullmetal Alchemiste ? Vous savez je me serrais fendu la poire si j’avais été cuité, mais en l’occurrence j’avais mal au bras et j’étais crevé. Ajoutez à ca, un petit mal de crâne dû au coup de boule et le tour est joué ; un garçon indifférent. Je crois que maintenant plus rien ne pouvait m’atteindre ou m’impressionner. J’étais bien le Capitaine Marshall, donc cette blonde une grande mécanicienne ? Okay, j’acceptais sans plus de détail. Je me détournais et reportais mon regard sur la rue. Ca y’est, j’avais une idée de où chopper une voiture.

« Très bien, alors profite de ce déplacement foiré et de la dette que tu m'dois pour me confectionner dés à présent un automail. »

Je lui jetais un regard, plus ou moins froid.

« J’en ai besoin dans les jours qui suivent. »

En effet, j’étais impatient, mais j’avais des raisons qui se défendent. Je reculais, laissant passer un couple de vieux, puis d’autres civils. Je jetais un regard à Pandora, elle ne m’avait toujours rien dit concernant l’attente que j’avais fournie. Il était presque dix sept heures alors que je l’avais quittée sur les coups de cinq heures du matin. Qu’avait-elle fait tout ce temps-là ? Je déportais mon regard sur la blonde. Mon impatience l’avait troublée tout comme mon impertinence. Mais pas le temps de tergiverser. J’avais rien à régler de mon côté, juste à signer le chèque et inventer bobard sur la perte de mon bras. Faut dire que cette fille m’était quasiment tombée entre les mains. Pas besoin de chercher. Était-ce encore là une manifestation de ma bonne étoile ? Mettre cette mécanicienne talentueuse sur mon chemin alors que j’allais chercher Pandora. N’est-ce pas un coup de cet enfoiré appelé destin ? A moins que ce fut le fourbe hasard… Qui sait, dans tous les cas je ne croyais pas en une histoire toute tracée car celle que nous voulions nous imposer n’avait rien de rose. L’histoire, c’était à nous de l’écrire, Dieu n’existe pas. Ce n’est qu’un pantin qui nous observe depuis sa dimension. N’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une blonde qui se paume à Central... { Lyl & Pandora   Lun 23 Juil - 18:57

Au fond, Winry se demandait si cela n’avait pas été plus idéal de se faire avoir par cet homme au gabarit plutôt imposant. Pourquoi ? Ces deux jeunes gens-là ne semblaient pas si innocents que ça non plus. Ils semblaient même cacher quelques petits secrets, sinon, pourquoi la jeune femme aurait réagit de manière aussi suspecte, comme si elle voulait rester discrète. De plus, lors du combat qui les avait opposés à cette brute, ils s’étaient montrés drôlement forts. L’un semblait être un alchimiste, l’autre semblait se battre avec autre chose que de simples ongles. Était-elle tombée sur des monstres étranges ou n’était-ce qu’une simple illusion ? De toute façon, ils l’avaient sauvée et elle leur devait sans aucun doute la vie. La jeune blonde ne devait donc plus réfléchir aussi longtemps à leur sujet, après tout, lorsqu’elle devait quelque chose à quelqu’un, elle rendait ce service, peu importe la nature de ce service. Alors, oui, elle était légèrement inquiète, mais en même temps, elle se rendait bien compte qu’ils ne lui voulaient pas grand-chose, rien de mal, en tout cas. La jeune fille était rassurée. Cependant, elle était bien loin de s’imaginer ce qui allait suivre. Sa petite crise n’allait peut-être pas plaire. La jeune Rockbell avait malgré tout tendance à se montrer impulsive, tant pis si cela pouvait déranger. C’était peut-être aussi ce trait de personnalité qui faisait que la demoiselle se retrouvait bien souvent dans des très mauvaises postures. Son côté naïf, plus cette impulsivité sans oublier sa détermination sans faille, la blonde devait toujours être protégée malgré son envie d’indépendance… Peut-être aurait-elle mieux fait de rester chez mamie Pinako ou encore à Rush Valley. Là-bas, elle ne risquait rien…

Pourtant, désormais, elle était là et avec ces deux autres personnes, ces deux sauveurs du jour. Le jeune homme mit un petit peu de temps à répondre à la réplique de la jeune fille face à lui, réplique envoyée telle une balle dans sa figure. Était-ce parce que c’était une fille et que cela le choquait ? Il y avait tellement de machistes que ce ne serait guère étonnant. Après tout, combien de militaires n’avaient pas de suite cru que la demoiselle se débrouillait aussi bien dans un métier qui semblait être catégorisé comme un « métier d’hommes ». Peut-être était-ce aussi dû à son jeune âge ? Une adolescente aussi douée avec la maîtrise des outils, était-ce possible et imaginable ? Winry n’était vraiment pas étonné par tant de réactions déplacées, selon elle. Au fond, c’était tellement habituel qu’elle ne s’énervait plus lorsqu’ils réagissaient ainsi. Haussant les épaules, elle attendait simplement que le jeune homme dise un mot ou même la jeune femme. Si l’un d’eux ne parlait pas rapidement, elle n’hésiterait pas à leur fait de grands signes, histoire d’être sûre qu’ils soient encore en vie. Finalement, le garçon qui semblait d’ailleurs être le « chef » se décida enfin à parler. Une dette ? Au moins, il n’hésitait pas et savait comment marchander, si on pouvait appeler ça « marchander ». La jeune Rockbell avait comprit qu’elle n’avait pas du tout le choix, qu’elle le devait, un point, c’était tout. Se ressaisissant, la blonde regarda tout autour d’elle, comme cherchant quelque chose, mais quoi ? Elle-même n’en avait pas l’idée. Peut-être juste un signe pour la rassurer.


"Je… Je veux bien mais où ? Je n’ai rien à Central pour le faire, après tout, j’étais partie pour rejoindre Edward et Alphonse, donc… Je n’avais pas imaginé devoir faire une chose pareille…"

La demoiselle se gratta alors les cheveux nerveusement, bien évidemment. La tête du jeune homme n’était pas pour la rassurer. A croire qu’il cherchait à la faire fuir plutôt que de lui demander son aide plutôt précieuse. De plus, comment avait-il pu perdre son bras, comme ça ? Il y a toujours une raison plutôt solide derrière ça. Après tout, ce n’était pas innocemment qu’Edward avait perdu son bras et sa jambe. Allait-elle osé poser sa question ? Après tout, qu’est-ce que cela pouvait lui coûter ? Il n’allait pas la tuer puisqu’il avait besoin de son aide.

"Et puis, comment avez-vous perdu votre bras ? Je vois rarement des gens qui ont besoin, soudainement, d’auto-mail sauf s’il y a une raison qui touche de près ou de loin à l’alchimie…"

Quand on a des amis comme les Elric, plus rien ne pouvait étonner…
Revenir en haut Aller en bas
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Une blonde qui se paume à Central... { Lyl & Pandora   Lun 23 Juil - 21:46

Je la sentais affolée, un peu terrifiée. Rien de plus normal, pauvre enfant, elle était perdue au milieu d’une grande ville et venait d’échapper de justesse à la folie d’un type répugnant. Et pour couronner le tout on lui demandait de créer l’automail d’un parfait inconnu. Elle avait beau paraître frêle elle n’en n’était pas pour autant dénuée d’un certain courage. Mais plus que le courage, elle était également dotée d’un sens de l’honneur. En acceptant ma requête elle se fourrait dans l’inconnu. Inconsciente et imprudente à moins qu’elle eut un instinct de fou qui lui laissait penser, et non à tord, qu’elle pouvait m’accorder sa confiance. Bon sang, ca c’était certain. J’avais beau avoir l’air froid et indifférent, lorsque quelqu’un était en danger j’accourais sans hésiter. J’avais vu trop d’horreurs et en avais trop réalisé pour rester passif face à la merde de ce monde. Bref.

« Ca ne te regarde pas. Dis-moi où se trouve ton atelier, je m’occuperais du moyen de transport. »

La blonde m’annonçait une ville particulière connue pour son activité…mécanique. Le paradis des automails, j’aurais dû y penser plus tôt. Mais je ne regrettais pas, j’avais confiance en les capacités de cette jeune fille. J’avais pus apercevoir la lueur flamboyante de sa conviction lorsqu’elle avait assuré être la mécanicienne du Fullmetal. Je ne pensais pas à l’arrogance ou la prétention, non juste à sa fierté de pouvoir s’en vanter. Elle avait un sacré caractère, j’appréciais. Je jetais un regard à Pandora et annonçais en tournant les talons direction la gare…

« Alors allons à Rush Valley. »

Moi en vant, les deux filles derrière m’emboitant le pas, je marchais assez vite, pressé d’entamer la confection de mon automail. Mais qu’on se presse ou non, si le prochain train pour Rush Valley était dans une heure, ca ne changerait rien au temps d’attente. Je demeurais silencieux, épuisé, souffrant ca se répercutait sur mon humeur et sur mon visage.

A la gare nous arrivions à l’improviste sur un quai. J’alpaguais un employé pour me renseigner sur notre destination. Le type levait les sourcils et m’indiquait du doigt le train sur le quai après celui sur lequel nous nous trouvions. Il ajoutait ensuite que ce dernier n’allait pas tarder à partir. J’haussais un sourcil puis attrapais instinctives le bras de la blonde pour l’entraîner dans une course folle. Je savais que Pandora suivrait la cadence, mais la miss… C’était par précaution. Elle était trop grande pour que je la soulève. Ca aurait pu être négocié si j’avais été en pleine forme. On traversait les voix comme trois indigènes. Il n’y avait pas de train donc je ne voyais pas où était le mal… J’entendis le coup de sifflet significatif du départ du train et pressais le pas. La blonde fut la première à monter, Pandora la précéder et moi en dernier. C’est ce qui s’appelle prendre un train au vol…Je soupirais satisfait et entreprenais de trouver de la place. Le wagon était vide, c’était donc simple comme tâche.

Pandora et la blonde avait pris place sur une place à quatre. Mon amie dans le sens du train et la blonde en face d’elle. Je prenais place dans le sens du train, à côté de la chimère. On n’avait pas payé nos billets, et c’était la dernière chose qui m’inquiétait et à laquelle je pensais. J’avais ce qu’il fallait pour, donc oublions ce détail. Je n’étais pas du genre à courir après un contrôleur ou à me soucier de ce genre de chose. Fallait-il déjà que j’y songe !
Le temps filait à mesure que nous nous rapprochions de notre destination, et tous restions silencieux. J’étais très peu loquace à cause de mon état, je m’en rendais compte. Je plaignais Pandora qui avait insisté pour m’accompagner. Je fis un effort…

« Ils ont de a chance d’avoir une amie aussi dévouée. Quoi qu’un peu insouciante. »

Je déportais mon regard de la fenêtre pour le porter sur la blonde. Mon coude appuyé sur mon accoudoir, j’étais un peu avachi. Une courte discussion s’amorçait entre nous trois. Puis au bout de la première demi heure je sombrais déjà dans le sommeil. J’ignorais combien de temps je m’étais assoupi, mais à mon réveil nous étions à cinq minutes d’arriver. Un réveil compliqué, je fus surpris de me retrouver dans un train et…la chimère à ma gauche.

Rush Valley, de la gare on entendait une drôle d’animation provenir de je ne sais où. J’entais brayé dans tous les sens. Voilà une ville animée, à moins que ce fût un jour spécial… Quel jour étions-nous ? Aucune idée.. A la sortie du train je m’en remettais à la blonde et jetais un regard perplexe à Pandora. C’était la première fois que je posais un pied ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une blonde qui se paume à Central... { Lyl & Pandora   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une blonde qui se paume à Central... { Lyl & Pandora

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Arrivée d'un Seigneur ébouriffé et d'une blonde Dame
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Une boucle blonde et une paire de lunettes
» Oxanna Prescott • tales of a curious blonde woman
» Breakfast in Central Park ? Meira Jenniekins

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fullmetal alchemist ::  :: Les Rps terminés ou abandonnés-