Partagez | 
 

 [Flash Back] Isaac MacDougal, Pandora Cahelyn, Lyl.G Evans

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

■ Mes messages : 6

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : /
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: [Flash Back] Isaac MacDougal, Pandora Cahelyn, Lyl.G Evans   Jeu 26 Juil - 16:32

Personnage incarné: Isaac MacDougal Alchimiste d’État déserteur, anciennement appelé l'Alchimiste Freezeur.



Dissimulé sous une cape brune à capuchon, un homme grand et bourru attendait patiemment sa proie. Là, adossé au mur perpendiculaire à un bâtiment militaire spécifique des nouvelles recrues, il s’impatientait. Ca faisait trois jours qu’il attendait l’instant propice pour resurgir.
L’ancien alchimiste d’état était au courant des plans machiavélique de l’armée. Cependant, à l’époque il était persuadé que celui qui tirait les ficelles n’était autre que le Généralissime. Toujours imbus de son propre pouvoir il n’en avait jamais assez. Les guerres, puis l’annexèrent de plusieurs pays agglomérant, puis la création d’une armée de chimère… Jusqu’où irait Amestris pour l’obtention du pouvoir ? Nul ne le savait.

Isaac dont le passé n’avait rien d’envieux et de jovial avait perdu sa dernière lueur d’espoir lorsque l’armée lui prit sa bien aimée. Qu’est-ce qu’une vie sans amour ? Rien, alors il avait sombré dans la vengeance. Il sortit de la Guerre d’Ishval plus ténébreux que jamais. Il prenait alors sous son aile le fils de cette femme aimée et décédée pour en faire sa vengeance. L’homme avait tout abandonné, même sa propre famille pour se concentrer exclusivement sur sa vengeance. Ensevelis sous le poids de la haine il privait un enfant d’une vie paisible pour assurer sa relève si jamais il venait à faillir. Ce n’est que des années plus tard, aux portes de la mort qu’il comprit à quel point il avait été bête et égoïste. Mais en attendant ce jour, il n’hésitait pas à sacrifier les autres pour avancer.

Dissimulé derrière ce mur, Isaac attendait impatiente sa nièce et son neveu, derniers membres de sa famille. Ces derniers avaient rejoint les rangs dans l’armée en ignorant combien celle-ci était pourrie de l’intérieur. Alarmé par ce que lui avais appris le jeune homme qu’il avait envoyé tout droit dans la gueule du loup il voulut épargner le même sort que ce garçon à sa famille. Derrière son masque implacable de froideur se cachait un homme meurtri et aveuglé en lequel subsistait encore une part d’amour. Cet amour était dirigé vers ces deux derniers membres de sa famille et vers ce garçon, Lyl.Gin Evans, le fils de cet amour perdu. Cependant, il ne s’était pas rendu compte qu’il détruisait petit à petit le dernier être qui lui rappelait cette femme. Sa haine était assez sombre pour l’aveuglait de ce côté-là aussi.
Il était environs 18 heures, c’était l’heure à laquelle il avait plusieurs fois vu sortir son neveu et sa nièce. Lorsque les grandes portes de la bâtisse s’ouvrirent, l’ancien alchimiste d’Etat se dissimulait d’avantage pour guêtre ses proies. Il devait faire vite, il avait un rendez-vous avec Lyl, ce dernier avait rempli sa première mission au sein d’une Organisation encore secrète. Le pauvre enfant devait alors rendre compte à son maître.

C’est alors qu’il aperçut son neveu, puis quelques secondes plus tard sa nièce. Des saisons avaient passaient depuis la dernière fois qu’il les avait vu. La nostalgie ne le guettait pourtant pas, non, c’était un homme froid depuis… Et encore plus depuis qu’il les avait eut sous son aile. Il attendit qu’ils atteignent le porche dans une ruelle plus loin pour leur tomber dessus. Il se précipitait vers l’endroit et s’arrêtait à quelques mètres derrière eux avant de les interpeller…

« Francis ! Anna ! »

Le fait que les deux frangins soient encore fourrés ensemble même après des années le rassuraient. Ils veillaient l’un sur l’autre, c’était une bonne chose. Le regard vide il fit glisser son capuchon alors que les deux jeunes l’observaient, intrigués. Ils se jaugèrent ainsi quelques secondes, notre homme attendait qu’ils le reconnaissent pour daigner parler. Il savait pertinemment que ces ceux-là ne se réjouiraient pas de le voir. Leurs liens n’étant pas très développés, il s’attendait quand même à capter leur attention et leur approbation sur ses mises en gardes.


Dernière édition par Pnj le Jeu 26 Juil - 19:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: [Flash Back] Isaac MacDougal, Pandora Cahelyn, Lyl.G Evans   Jeu 26 Juil - 16:51

Il est loin le temps où enfant je pouvais me blottir dans les jupes de ma mère lorsque la peur me serrait le ventre. Le temps a effacé les craintes infantiles, les remplaçant par de véritables peurs, irraisonnées et pourtant inébranlables. Mais aujourd’hui, je n’ai plus que mon oreiller à serrer contre moi pour repousser les cauchemars car elle n’est plus là.

Le regard froid, je fixais ma cible avant d’appuyer, une fois, deux fois, trois fois. Trois détonations, trois balles, trois victimes. Baissant le bras en soupirant, j’enlevais le chargeur de mon arme pour le poser sur la table devant moi avant de vérifier le canon. Quelque chose s’était coincé, l’arme était enrayée. J’esquissais une grimace, l’entretien des armes à feu, c’était vraiment pas mon truc. Je posais le flingue à côté de son chargeur avant de passer de l’autre côté de la barrière pour aller voir les mannequins de bois ainsi que mes résultats. Plutôt bon, à chaque fois j’avais touché un point vital. M’enfin, ça c’était à l’entrainement, sur des trucs de bois dénués de vie et sans aucun stress en amont. Je savais très bien que dès qu’il s’agirait de personnes bien vivantes dans une situation qui exigeait un minimum de concentration, j’allais paniquer et tout lâcher. Aussi douée qu’on pouvait l’être, un trouillard restait un trouillard quoi qu’il arrive et ce n’était pas les heures que j’allais passées ici qui pourraient arranger ça. La technique y était, c’était certain, le sang-froid lui, brillait toujours par sa remarquable absence. Si seulement j’avais pu être comme mon frère … Insupportable, moqueur, vantard, et j’en passe, mais tellement à l’aise dès qu’il se retrouvait sur le terrain, comme s’il avait été forgé dans ce but, ce qui était un peu le cas après tout. Mais malgré nos similitudes physiques, la différence restait pourtant flagrante dès que nous étions mis côte à côte et je me sentais plus comme une gosse incapable qu’une militaire de carrière dans ces moments-là.

J’entendis un coup de feu retentir dans mon dos et une cible tournée sur elle-même à quelques mètres à peine de moi avant de me retourner vivement pour observer mon imbécile de frère, un sourire narquois aux lèvres. Par curiosité, je jetais quand même un œil sur la cible avant de m’en détourner, blasée. Il faisait mieux sans même se concentrer un minimum, c’était simplement déroutant. J’enfonçais mes mains dans mes poches en shootant dans les cailloux qui parsemaient le sol, retournant le stand de tir en me rongeant le frein, énervée lorsqu’il me rejoignit. Il me dépassait d’une bonne tête maintenant, et avait une carrure digne d’une armoire à glace, je n’en paraissais que d’autant plus frêle à ses côtés et ça avait d’ailleurs tendance à m’exaspérer. Bref, aujourd’hui, c’était pas un bon jour. En guise de salut, la géant ébouriffa ma crinière déjà bordélique d’un air joyeux, mais je m’empressais de repousser sa main de la mienne en me dégageant pour aller récupérer mon arme dans laquelle je replaçais le chargeur sans oublier de verrouiller la sécurité. Arme en main, je croisais les bras et levais les yeux, voire la tête en réalité, pour apercevoir le visage rieur de mon jumeau.

"Ça t’amuse hein ?! Je sais que je suis nulle en tir, pas la peine de me le rappeler en venant me narguer ! J’suis nulle en militaire tout court de toute façon … Papa avait raison …"

Je le vis froncer les sourcils avant de me détourner pour rejoindre ma chambre lorsque sa grande main se posa sur mon épaule pour stopper ma course et qu’il me retourna doucement, me forçant à lui faire face. Je lâchais un profond soupir traduisant mon agacement avant de daigner relever légèrement le regard vers lui.

"Quoi encore ?"

Il avait vraiment l’air désolé, j’y étais peut-être allé un peu fort alors qu’il venait juste me dire bonjour en fait … Depuis quelques temps, Francis et moi n’arrivions plus à passer autant de temps qu’avant ensemble, nos postes respectifs nous éloignaient souvent et pour des durées parfois longues, la plus longue avait été trois semaines. Depuis ma naissance, je n’avais jamais été séparés aussi longtemps de lui, et je ne m’en rendais compte qu’aujourd’hui lorsque je voyais à quel point ça me pesait. Même s’il me les brisait souvent, sa présence m’était indispensable, nous étions indissociables. Enfin, avant. Aujourd’hui, c’était différent. Me fixant avec une certaine peine, il finit par passer ses bras de mastodonte autour de mes épaules pour me serrer contre lui et je me laissais faire, d’abord réticente à l’idée d’être aperçu, puis je m’étais rendu compte que sa présence me manquait depuis quelques jours.

"Je suis désolée Anna, je pensais pas que tu te voyais ainsi. Tu es douée quand tu le veux, c’est juste que tu ne te fais pas confiance, tout simplement. "

Les sourcils froncés, je me dégageais en le repoussant légèrement pour l’observer. Le tact, c'était pas son truc à lui ...

"Et comment je pourrais avoir confiance ? Je déteste ce boulot ! Je comprends pas comment tu fais, moi je ne peux pas ! Porter des armes sur moi toute la journée … La simple idée de tenir quelqu’un en joue me rend malade, comment veux-tu que je sois efficace ! Je vais abandonner je crois … Papa avait raison, oncle Isaac avait raison, tout ce que je vais réussir à la moindre affectation, c’est de me faire tuer."

Un bruit de pas retentit derrière nous et je me retournais soudain inquiète qu’on ait pu nous entendre avant de froncer les sourcils en n’apercevant personne puis je haussais les épaules et attrapais le bras de mon grand frère pour le tirer hors d’ici et aller discuter dans un endroit plus calme. Je n’avais toujours pas rangé mon arme, la tenant toujours en main, et lorsque je m’en rendis enfin compte, je m’empressais de la remettre dans son fourreau le long de ma cuisse. Après avoir marché cinq minutes, nous sortions dans le parc du QG militaire et au lieu de trouver un lieu tranquille, je continuais de marcher, les yeux baissés, les mains dans les poches de mon pantalon. J’étais en chemise, je venais juste de me rendre compte que j’avais laissé ma veste d’uniforme au stand. Boh, peu importe, personne n’irait me la prendre, c’était pas ce qui manquait au QG les uniformes …

Francis sortit une cigarette qu’il s’apprêta à allumer mais je lui pris des mains sans permission, ainsi que son briquet et l’allumais pour moi, m’attirant un regard suspect et surpris de la part du grand gaillard.

"Anna, depuis quand tu fumes ?!"

Je voulus lui répondre, mais à peine avais-je inspiré une bouffée que je me mis à tousser, obligée de me retenir à la grille pour ne pas me plier en deux. Pouah, c’était vraiment dégueulasse ce truc ! Et moi qui pensait que ça avait des vertus apaisantes à les voir tous cloper comme des pompiers dès que quelque chose clochait … Rien du tout oui ! Je laissais passer ma quinte de toux en tendant son poison à mon frère qui le reprit en se retenant de rire, et une fois en mesure de parler, je me fendis d’un sourire amusé en me redressant.

"Baaah, depuis maintenant …"

Plus jamais ! Je toussais encore légèrement en reprenant ma respiration et jetais un coup d’œil au portail qui délimitait les baraquements des nouvelles recrues de l’extérieur. En gros, ils laissaient encore aux jeunes l’illusion de pouvoir vivre une vie civile normale tout en étant militaire. La propagande marchait d’ailleurs plutôt bien en fait. Mais pour l’heure, je voulais juste sortir, n’ayant pas envie que des oreilles indiscrètes ne trainent trop dans les parages, les commérages étaient monnaies courantes dans les bâtiments militaires, tout était bon à être colporter. Bah quoi, fallait bien s’occuper non ? Je restais silencieuse marchant tranquillement près de mon frère sui savourait son bâton de nicotine sans rien dire avant de n’entendre une voix rocailleuse nous appeler. Je levais la tête, intriguée, et aperçus une silhouette non loin mais dissimulée au garde en poste, qui semblait nous observait avec attention. J’avais beau regarder partout ailleurs, il n’y avait personne d’autres, c’était donc bien cet énergumène qui nous avait appelés, et bien que sa voix me soit familière, l’aspect ne me disait rien. L’inconnu releva sa capuche et je m’arrêtais, stupéfaite lorsque je découvris un visage marqué par les années. Je sentis Francis se tendre près de moi et posais ma main sur son bras en le devançant pour m’approcher de notre oncle, perplexe. Ma première pensée fut de sentir le poids du poignard qu’il m’avait offert dissimulé sous ma chemise. Je n’y avais jamais touché, même lorsque j’aurais du, c’était mon jumeau qui m’avait sorti du pétrin. Les sourcils légèrement froncés, je jetais un coup d’œil inquiet derrière moi avant de cacher la vue de l’alchimiste à d’éventuelles sentinelles avant de reporter mon regard sur lui.

"Is- tonton ?! Bon sang, ça faisait longtemps ! Que fais-tu là ?"

Il jeta un regard vers mon frangin qui restait silencieux et je sentis une légère tension s’immiscer. Ce dernier ne lui avait pas pardonné d’avoir piétiné ces seuls idéaux de la sorte, et c’est en mauvais termes qu’ils s’étaient tous deux séparés. Pourtant pas rancunier d’ordinaire, il semblait pourtant lui en tenir encore rigueur, le visage fermé, laissant juste par moment s’échapper la fumée par ses lèvres entrouvertes. L’endroit n’était pas idéal pour parler, loin de là, aussi j’entrainais tout le monde d’un signe de tête à l’écart, un peu plus loin de l’entrée et donc d’éventuels miliciens. Une fois tranquille, je retournais mon regard vers le vieil alchimiste et ce que je pus voir me fis de la peine. Les années et les combats ne l'avaient pas épargnés, loin de là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 6

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : /
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: [Flash Back] Isaac MacDougal, Pandora Cahelyn, Lyl.G Evans   Jeu 26 Juil - 18:22

Dans une ruelle à l’abri des regards, Isaac détaillait les deux jeunots. Mais sur le visage de la jeune femme que son regard brun s’attardait. Une belle jeune femme qui lui rappelait beaucoup sa sœur. Ils avaient tellement grandis. Quelque part il était ravi de les voir même si cette petite joie ne se faisait pas ressentir. Sans perdre le temps il exposait les motifs de sa présence, sans introductions…

« A quoi vous jouez ? Vous voulez finir comme eux ?! Vouez votre vie à des monstres ? »

La colère se faisait ressentir dans sa voix. Lui qui avait perdu tous ceux qu’il aimait à cause de la guerre, à cause des plans d’un être immonde. Il n’avait aucune envie de voir ce qui lui restait de famille se jeter à leur tout dans la gueule du loup pour asservir les besoins de l’armée. Qui sait ce qui leur arriverait ! Peut être serraient-ils la seconde session de cobaye pour remettre en place ce projet qui avait capoté la première fois. Lyl, son élève, lui avait fait part de bien des choses concernant les futurs plans de l’armée et de cette Organisation clandestine. C’est pourquoi il ne pouvait garder son calme, lui un homme d’ordinaire bourru, cette discussion ne faisait qu’empirer cet aspect. Il s’arrêtait quelques secondes, son regard faisait navette entre les deux jumeaux. Il sentait l’arrogance et le mépris dans le regard de son neveu, Francis. Bientôt il cracherait son venin en remettant à sa place cet homme venu défier l’anonymat pour les rencontrer. C’était une question de seconde avant qu’il ne craque, mais avant ça, Isaac tenait encore à les dissuader de suivre la voie dans laquelle ils avaient fait un premier pas…

« L’armée n’hésitera pas à vous envoyer sur le front comme de vulgaire pion. Arrêtez cette folie avant de ne le regretter ! »

Il parlait avec ses mains, très expressif et convaincu par ses propos. Savaient-ils qu’il avait déserté l’armée après la guerre ? Il en doutait, pourtant Anna avait eu le pressentiment qu’il leur fallait se dissimuler aux yeux du monde. Il reportait son attention sur cette dernière, se rappelant de l’enfant qu’elle était lorsqu’il les avait quittés. Si sa voix se fit plus douce, son visage gardait cette animosité blafarde…

« Anna, ma douce enfant, pourquoi cette folie ? »

Attendrir l’un pour gagner l’attention de l’autre par son biais. C’était un homme très réfléchi et parfois manipulateur. Mais en l’occurrence, ce n’était pas une tactique qu’il employait, non, juste les mots dictés par son cœur de glace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: [Flash Back] Isaac MacDougal, Pandora Cahelyn, Lyl.G Evans   Jeu 26 Juil - 19:03

Si je m’attendais à un semblant de retrouvailles agréables, mon espoir fut bien vite brisé lorsque je vis le visage émacié et fermé de mon oncle nous observait tour à tour avec une certaine colère avant de nous questionner de manière très directe, l’énervement perçait sans peine dans sa voix grave. Mais je restais perplexe, les yeux grands ouverts, je ne comprenais pas ce qu’il voulait dire. Okey, la guerre c’est pas beau, les militaires sont des tueurs etc, mais enfin il en avait été un également, même si cela avait visiblement changé. Je n’aurais su dire pourquoi exactement, mais l’attitude discrète et camouflé ainsi que la tenue civil de mon oncle me laissait à penser qu’il ne faisait plus partie des militaires, et ce depuis quelques temps déjà. Francis sera les poings, ayant toujours ma main sur son bras, je sentis nettement ses muscles se contracter, aussi je pris les devants avant qu’il ne s’énerve et entrepris de questionner notre oncle sur sa tirade étonnante d'une voie calme et posée pour tenter de le calmer.

"Mais de quoi tu parles voyons ? Qui te parles de monstres ?! "

Je fronçais les sourcils, légèrement perdu car mon oncle avait l’air parfaitement sincère dans ses propos, sa colère ne semblait pas feinte, et je pouvais sentir une pointe d’inquiétude dans sa voix nerveuse. En y repensant, je l’avais quitté à peu près dans le même état, même si à l’époque il avait l’air bien moins fatigué qu’aujourd’hui, mais pourtant tout aussi remonté contre les militaires. Je tressaillis légèrement lorsqu’il enchaina, toujours plus virulent dans ses paroles, dans ses gestes, il avait l’air convaincu par ses propos, et pourtant j’avais la désagréable impression qu’il parlait par énigme. Je savais, nous savions tous deux ce qui nous attendait en nous engageant dans l’armée. Et si mon frère l’avait totalement accepté, ce n’était pas mo cas, et la phrase de mon oncle ne faisait que remuer le couteau dans la plaie, ravivant la baisse de moral que j’avais eu un peu plus tôt. En réalité, il avait choisi le mauvais jour pour débarquer ainsi dans nos vies pour la troisième fois en nous assénant ses paroles énigmatiques. S’il me manquait encore une raison pour douter de mon engagement à l’armée, il venait de me la fournir sans pour autant le savoir. Je relâchais la pression sur le bras de mon frère, laissant retomber lourdement ma main le long de ma cuisse et détournais légèrement le regard pour ne plus observer celui, presque accusateur, de mon oncle. Mais lorsqu’il reprit en m’interpellant directement cette fois, je ne pus cacher la lueur d’incertitude qui traversa mon visage, et alors que je m’apprêtais à lui répondre comme je le pouvais, je me sentis repoussée vers l’arrière alors que mon jumeau s’interposait entre nous, laissant sa colère contre son oncle ressortir lentement mais sûrement.

"Laisse la tranquille Isaac ! T’as un sacré culot de débarquer ainsi après la discussion qu’on a eu la dernière fois ! Je croyais que tout avait été dit déjà. Pourquoi revenir aujourd’hui alors que tu connaissais très bien mes intentions ?! On ne fait que suivre les traces de papa et maman, rien d’autre ! On aurait voulu qu’ils soient fiers de nous tous les deux, et feront en sorte que ce soit le cas, même s’ils peuvent peut-être plus le voir. Je ne décevrais pas ma famille et ne laisserais pas les lauriers à Amy !"

"Francis arrête. "

"Laisse-moi finir ! Ecoute-moi bien « tonton ». Tu peux me le reprocher autant que tu veux, me traiter de pion, de monstre, de ce que tu veux, mais laisse Anna tranquille, elle galère déjà assez comme ça pour que tu lui rajoutes des craintes supplémentaires !"

Je plissais les yeux, consciente d’être une fois de plus considérée comme un incapable, et ce même par la personne qui m’était le plus proche, et finis par baisser le regard me sentant coupable vis-à-vis d’Isaac. Si je l’avais écouté, je ne serais peut-être as aussi perdue, mais je savais qu’il fallait que je reste auprès de Francis, je me l’étais promis le soir où j’avais appris la mort de nos parents. Sans oser relever les yeux, je me contentais de fixer le sol, mains dans les poches.

"… après tout, on ne sait faire que ça. Mais pourquoi dis-tu que nous sommes au service de monstres ? Là je ne te suis pas … Je croyais qu’on devait aider les gens non ? Même si pour le moment … c’est pas flagrant, je te l’accorde. Mais explique-toi. Tu ne peux pas débarquer comme ça et ne rien dire de plus."

Je n'avais pas osé lui dire que la seule chose qui me retenait ici, c'était mon frère. Sans lui, je n'aurais probablement jamais mis les pieds ici en fin de compte, tant la chose martiale me déplaisait. Je me sentais intruse, le vilain petit canard qu'on a collé ici parce que toute sa portée y a déjà atterrie en quelque sorte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 6

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : /
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: [Flash Back] Isaac MacDougal, Pandora Cahelyn, Lyl.G Evans   Jeu 26 Juil - 19:52

« Ne pas décevoir ta famille ? Décidément, tu es toujours ce gamin empoté de son arrogance. Quels parents voudraient voir son enfant dans l’armée pour tuer et massacrer des civiles au nom d’un type qu’il ne verra sans doute jamais ?! »

Il serrait les poings, notre homme était incompris. Malheureusement son esprit n’était pas assez délié pour trouver les mots justes ou pour leur avouer la situation actuelle. Qui pourrait croire les propos d’un homme tout droit sorti de l’enfer et donc le regard rappelait celui d’un fou. Tout à tour ils lui reprochaient son absence et son maque d’explications. En fait ils étaient restés les deux gamins qu’il avait quitté quelques années plutôt. Finalement, c’était probablement une bonne chose de les laisser dans le vague. Leur esprit était encore trop étroit pour accepter les choses qu’il présentait. Pourtant il ne les avait jamais trahi, alors peut être qu’ils auraient put être plus compréhensifs et lui laisser le temps.

« Vous ne savez faire que ca ? Ne vous foutez pas de moi, vous avez juste choisi la voie la plus simple dans l’idée d’imiter vos parents. C’est de la confiance que je vous demande en venant ici, vous croyez que j’ai démissionné de mon poste pour suivre une simple lubie ?! »

Les discours de ce genre ne faisaient pas partis de ses cordes. Il avait perdu en sociabilité depuis la guerre alors qu’il en possédait déjà très peu avant. Le tact lui faisant également défaut, la conversation prenait une mauvaise direction. Mais l’envie de les dissuader ronger notre alchimiste renégat. Si seulement il avait plus d’entrain, plus de temps… Il détournait le regard, cherchant en lui la patience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: [Flash Back] Isaac MacDougal, Pandora Cahelyn, Lyl.G Evans   Jeu 26 Juil - 20:15

Je sentais la culpabilité me gagner peu à peu alors que Francis semblait se contenir avec peine pour ne pas coller une droite à son oncle qui venait de le traiter, non sans raison d’ailleurs, de gamin arrogant. Tuer et massacrer hein …. Non c’était certainement pas pour ça que j’étais entrée dans l’armée, mais pour protéger, c’était ça et seulement ça l’idée de base. Mais tout ce que j’avais fait pour le moment, c’était assister à des massacres, et ce n’était pas ce que je voulais. Alors que les paroles de mon oncle faisaient leur chemin dans mon esprit, mon frère lui ne semblait pas touché le moins du monde par les paroles de l’alchimiste, aveuglé par la colère. Il fit un pas dans sa direction, les poings comme les dents serrés avant de reprendre d’une voix menaçante.

"De la confiance ? Où était la confiance de ta part lorsque je t’ai avoué mon projet de devenir soldat et que tu m'as renvoyé dans les cordes? Où était le soutien durant ces dernières années où tu n’as pas cherché à nous retrouver ? En attendant, il nous a fallu vivre sans toi, on a du avancer, et sans ce boulot, qui sait où nous serions aujourd’hui ! Le manoir a été vendu depuis, la seule chose qui nous permet de vivre à tous les deux, c’est ça ! Et tu crois pouvoir débarquer du jour au lendemain et nous l’enlever sous prétexte que toi tu as choisis de quitter l’armée ? "

La dispute voire pire couvait, je le sentais dans le regard des hommes qui s’affrontaient désormais. Ca serait à celui qui craquerait en premier, mais c’était les deux mêmes têtes de mule, on risquait donc d’y passer un bon moment. Et puis, la révélation de mon oncle, bien que je m’en doutais au fond, ne faisait que confirmer mon impression de départ, à savoir qu’il était sincère. Il avait beau avoir l’air d’un vieux fou, j’avais toujours eu une confiance presque aveugle en lui, mais j’avais besoin de comprendre malgré tout. Et puis, je ne pouvais pas laisser mon frère seul, je n’arriverais pas à m’y résoudre, je le savais. Il me faudrait le convaincre si besoin il y avait de quitter l’armée, mais je devais d’abord savoir. Alors que je me plaçais devant Francis pour tenter de contenir sa colère, le vieil alchimiste le renvoya dans les cordes une nouvelle fois, le traitant de gamin immature, appuyant une nouvelle fois sur l’idée de facilité d’avoir suivit la voix toute tracé par nos parents, et cela acheva de faire monter la colère de mon jumeau. Néanmoins, je ne bougeais pas, solidement plantée devant lui, bloquant son accès à Isaac, et malgré ses menaces, je ne bougeais pas d’un centimètre, je savais qu’il ne ferait rien ainsi. Après avoir sondé son oncle d’un regard glacial durant quelques secondes, il se détourna furax, en prenant la direction des baraquements.

"Allez au diable toi et tes idées ! Si tu voulais être crédible, fallait t'inquiéter de notre sort avant !"

J’esquissais un geste pour le retenir avant de me réfréner. C’était probablement la meilleure solution, on évitait ainsi le conflit direct. Je lâchais un profond soupir avant de relever un regard las vers mon oncle.

"Ce n’est pas une question de confiance Isaac, tu sais bien que tu as la mienne. C’est juste que … Te voilà qui débarque remettant en doute tout ce que l’on connait déjà sans la moindre explication. Reconnais que cela à de quoi surprendre tout de même !"

Je vis le regard de mon parent suivre le trajet de son neveu avant que ce dernier ne disparaisse de sa vue et enchainais directement.

"Il n’a toujours pas digéré votre dispute je crois. Depuis qu'il s'est mis en tête de ressembler à papa, il ne supporte plus aucune critique négative sur l'armée ... Même justifiée. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 6

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : /
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: [Flash Back] Isaac MacDougal, Pandora Cahelyn, Lyl.G Evans   Jeu 26 Juil - 21:58

Une conversation qui tournait en rond, Isaac était déçu…Ce n’était pas auprès de ce garçon qu’il aimait qu’il allait pouvoir faire avancer le monde mais avec le gamin qu’il avait ramassé dans la rue. Les propos de Francis lui semblaient décalés, mais chacun tout deux avaient une façon bien différente de raisonner. L’homme reprenait, fermement sans se laisser accabler par une quelconque culpabilité qu’il jugeait inappropriée.

« Me reprocherais-tu la faillite de tes parents ? Partir à la guerre en délaissant ses enfants à une gouvernante et sans se soucier du déclin futur du manoir. Crois-tu vraiment que je suis l’être à blâmer Francis ?! Plonger dans la merde te ferra ouvrir les yeux sur ce qu’est le monde sans avoir déjà tout. Tu agis comme un enfant capricieux. L’armée est un moyen bien trop simple, pourquoi avoir arrêté les études ? »

La colère du jeune homme grimpait, il était toujours aussi impulsif et semblait avoir assez de hargne pour vouloir lever la main sur son oncle. Une idée bien sombre qui renvoyait notre alchimiste à la déception. Il refusait le dialogue en s’énervant bêtement. Quel genre d’homme était-il devenu ? Etait-ce là les caprices d’un gamin bourgeois ? L’alchimiste Freezeur suivait du regard son neveu partir. C’est dans un soupire maussade qu’il détournait la tête pour écouter Anna. Elle semblait plus raisonnée mais coincée dans l’ombre de son frère, suivant ce dernier comme un petit chien. Peut être qu’elle, peut être qu’Anna serrait plus apte… Peut être qu’il pourrait tenter de lui faire prendre une autre voie.

« De la surprise ? Que croyez-vous ? Ce n’est par plaisir que je suis parti ! Ne défends pas ton frère, affirme-toi et quitte l’armée. Sauve-toi si tu ne peux le sauver lui. C’est bien trop facile de remettre les choses sur le dos des autres. »

Pas de tact, comme toujours, seulement les paroles dures d’un homme insensible. Peut être que les brusquer ainsi était la meilleure solution pour les faire réagir. Mais en fait, Isaac n’y croyait pas, du moins n’y croyait plus. Il dévisageait le visage de sa nièce en cherchant une certaine fougue qui le pousserait à continuer de se battre mais rien… Anna n’avait pas d’ambition si ce n’est celles de son frère. Pauvre enfant … Il fallait lui souhaiter qu’un jour elle puisse se refaire et seule pour enfin agir de son propre chef et non pour s’imposer la garde de l’enfant qu’était son frère. Une jeune femme si attentionnée, si gentille mais pitoyable aux yeux d’Isaac qui recherchait la combativité. Il posait sa main sur le dessus de sa tête. Tant pis, ils étaient grands à présents, s’ils ne voulaient plus de lui alors il s’effacerait à nouveau et cette fois à jamais en veillant sur eux dans l’ombre comme avant… Mais ca, ils l’ignoraient. Isaac n’avait plus envie de se battre, le plus important était que lui savait. C’est pourquoi il gardait bonne conscience. Ces deux-là étaient seuls responsables de leur déclin, Francis qui était le meneur était le seul à blâmer. Notre homme ne supportait pas l’homme qu’était devenu son neveu, la même arrogance que son père…
Mais a travers le regard bleuté de la jeune femme il comprit que son jour viendrait, il savait qu’elle portait en elle la force de pouvoir s’envoler seule. Mais quand ?

« Pardonne-moi Anna, j’aurais aimé vous garder près de moi, mais c’est impossible. Ma tête est mise à prix… J’ai quelque chose à régler et alors peut être qu’après ca je reviendrais si vous m’acceptez. »

Il s’était gardé de lui faire part du jeune homme qu’il avait éduqué. L’idée de charger ce diable à la sécurité de ses deux neveux lui plaisait, mais le pauvre avait déjà beaucoup à faire. Le fardeau qu’Isaac lui avait infligé était assez lourd pour qu’un jour ses jambes ne cèdent. Il retira sa main, hâté par le temps, par son rendez-vous…

« Au revoir mon enfant. » lâchait-il de sa voix grave et monotone.

Sur ces mots il recouvrait sa tête et tournait les talons.

C’est près d’un bâtiment désaffecté sans toit, sous un porche que notre homme stoppait sa course. Là, à l’abri de tout et persuadé d’être l’unique être vivant dans un périmètre très restreint il attendait son rendez-vous. En effet, ici se trouvaient un bon nombre de réfugiés, tant d’Ishval que de renégat militaire. Donc les bruits qui parvenaient à ses oreilles ainsi que gens qui passaient n’étaient pas des ennemis, mais connus pour la plupart. Mais voilà, le temps filait, le crépuscule s’assombrissait et Lyl n’était toujours pas là… C’est l’inquiétude qui venait couronner son désarroi de tout à l’heure. Bon sang, s’étaient-ils passé le mot ? Isaac tournait en rond en faisant les cents pas. Il déclarait parfois à voix haute son inquiétude par des phrases colériques. Une montée d’adrénaline l’envahit lorsqu’il entendit un bruit derrière-lui. Il fit volte face et braqua son regard sur une silhouette bien connue à cause de sa longue chevelure. Une chevelure qui rappelait presque celle de notre homme. Il s’approchait avec hâte en comprenant que son élève avait besoin de soutient physique…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: [Flash Back] Isaac MacDougal, Pandora Cahelyn, Lyl.G Evans   Jeu 26 Juil - 22:24

Spoiler:
 



La respiration haletante, les membres tremblants, Lyl s’activait en direction de son point de rendez-vous. Le visage encore maculé de sang, sa chevelure longue et argentée de même, il était bouleversé et sa marche paraissait funèbre. Il arrivait au croisement d’une vieille ruelle délabrée puis sous le porche où l’attendait son maître. Isaac acourait pour le rejoindre, le soutenant au niveau de l’avant bras. Mais ce n’était pas une soutenance physique qu’il avait besoin, mais morale… Il se dégageait de l’aide et laissait s’adossé au mur aussi frais que sa chaire à côte de lui. Isaac fut le premier à prendre la parole…

«
Que s’est-il passé Gin ?
-
Ne appelez pas comme ça !!!!! »

Gin étant devenu le prénom de son personnage, il ne voulait plus être appelé ainsi, même si c'était la seconde partie de son prénom composé. Sa voix raisonnait, elle était imprégnée de colère et de douleur. Isaac déglutit, il observait son élève dans la pénombre observant le sang qui le parsemait de manière très parlante. Car le sang qui couvrait une partie de son visage et de ses vêtements n’était pas le sien. Il fut toute fois rassuré.

«
Que s’est-il passé ? » Insistait l’homme avec fermeté.

S’étant promis cette fois-là sur la tombe de sa mère de ne plus jamais verser de larme de souffrance, Lyl tentait de se contrôler. Il n’avait pas ressenti une telle douleur, même si elle fut moins intense, depuis qu’il avait découvert la tombe de sa mère. La main crispée sur son visage il serrait les dents. Après la douleur la haine venait prendre place. C’était le sentiment qu’il connaissait mieux car il le hantait chaque jour depuis sa sortie de captivité. Il reprenait d’une voix moins bruyante mais toujours emplie de haine…

«
Je ne veux plus…je n’y retournerais pas…
-
Ne soit pas ridicule ! » S’étonnait l’homme tout en se refrognant.

Notre ami se détachait du mur et saisissait l’alchimiste renégat par le col de sa veste pour le plaquer contre mur. Le visage déformé par la colère Lyl reprenait avec férocité…

«
Allez-vous faire foutre ! Vous n’imaginez pas ce que j’ai du faire ! Je suis trop faible ! Incapable de rivaliser ! Je…je… »

Il lâchait l’homme, son excès de colère, aussi intense et effrayant fut-il ne l’aurait jamais poussé à faire du mal à Freezeur. La tristesse reprenait le dessus et le jeune homme reculait, effrayé par sa propre personne, les yeux écarquillés. Ses pas furent stoppés lorsque son dos touchait le mur en face. Alors il se laissait tomber et reprenait d’une voix anéantie alors qu’il touchait le sol …

«
J’ai assassiné cette fille…. Elle était innocente…je lui ai pris son père puis sa vie…
-
Il faut savoir faire des sacrifices, gamin. Il faut… »

Lyl avait relevé son regard de jade sur son maître, interpellé par son manque d’humanité. Notre ami se questionnait souvent pour savoir lequel de eux deux était le plus monstrueux. Etait-ce Isaac qui voulait sauver le monde en tuant sans scrupule tout ceux qui se dressaient sur sa route ; Ou bien le jeune homme qui avait été croisé avec un serpent et qui réalisait les desseins d’un homme cinglé aux rennes d’une Organisation dégantée ? Lequel des deux devait être blâmé ? L’entrepreneur ou l’exécuteur ? Bref…Si l’alchimiste de glace s’était interrompu c’est parce qu’il avait aperçut quelqu’un au loin… Il fit un signe de main à la chimère de se taire et se dirigeait en toute discrétion vers l’espion.

Il attrapait le gêneur par le col l’extirpant de la pénombre pour le mettre à la lumière de l’unique lampadaire de la rue. C’est avec effroi qu’il rencontrait à nouveau le visage de sa nièce. Il la relâchait après l’avoir repoussé avec une brutalité minimisée.

«
Que fais-tu là jeune fille ! » Grognait-il avec autorité.

Ils étaient assez loin pour ne pas être entendus et pour qu’Anna ne soit pas aperçut par la chimère affaissée plus loin. Il pointait son doigt sur sa nièce en reprenant avec colère sans pour autant trop haussé la voix…

«
C’est impoli d’épier ! Ne t’as t’on pas apprit cela dans votre prison luxueuse ? Repars sur le champ Et oublie ! »

Pendant ce temps, Lyl restait inerte, ensevelis par le remord il ressassait son acte. Tel un film, il avait en prime la détonation de la gâchette ainsi que l’image de cette jeune femme blonde perdre la vie. Même si elle avait préféré la mort à la peine, même si elle le lui avait demandé, il n’aurait jamais du prendre cette initiative. C’était là le début de sa carrière qu’il refusait encore d’accepter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: [Flash Back] Isaac MacDougal, Pandora Cahelyn, Lyl.G Evans   Ven 27 Juil - 11:39

La dispute que j’avais redouté n’avait finalement pas eu lieu et mon frère avait quitté les lieux, emportant sa hargne avec lui alors que mon oncle me renvoyait en plein visage des paroles véridiques mais au combien blessantes. Je savais depuis longtemps que je vivais dans l’ombre de mon frère, dans n’importe quelle domaine que ce soit d’ailleurs, mais je ne m’en préoccupais pas et faisais le plus souvent passer son bien être avant le mien. C’était la dernière chose que ma mère m’avait demandé, je n’avais pas eu le cœur à refuser, et puis, c’était la personne de qui j’étais le plus proche, même si ces derniers temps, les désaccords entre nous se multipliaient de façon inquiétante. L’arrivée impromptue de mon oncle serait probablement d’ailleurs un nouveau sujet de discorde, bien que j’essayais de ne pas trop y penser pour le moment, j’aviserais bien en temps voulus. Je savais Isaac bourru, froid, colérique, distant, et bien d’autres choses encore, mais rarement il nous avait menti, préférant la sincérité à l’hypocrisie même si les conséquences étaient parfois bien plus désagréables. Je remisais la crise de colère de mon jumeau dans un coin, le temps de comprendre la situation, mais visiblement Isaac ne l’entendait pas ainsi. La réaction de son neveu tout comme la mienne semblait l’avoir fait renoncer dans ses projets et m’appris simplement qu’il était désormais recherché. Pas besoin d’être devin pour s’en rendre compte, son accoutrement et sa manière de parler bas étaient significatives. Il parla d’une chose à régler, du fait de revenir, mais au fond, il restait toujours aussi vague qu’à son arrivée. J’avais besoin d’explications claires pour comprendre, je ne pouvais prendre une décision sur les paroles énigmatiques du vieil alchimiste, ça relevait de la folie pure.

"Attends ! "

Le brun me gratifia d’une ébauche de sourire et d’un au revoir expéditif avant de ne recouvrir son visage de sa cape, tournant les talons dans la foulée pour s’insérer dans la population qui peuplait le trottoir. Je fronçais les sourcils tout en observant son dos s’éloigner, puis jetais un léger coup d’œil en direction des bâtiments militaires, à l’endroit même où la silhouette de mon frère avait disparue. Mon regard fit navette ainsi durant plusieurs secondes, comme une enfant partagée entre deux choix difficiles.

"Eh pis merde !"

Je me mis à courir pour rejoindre mon oncle qui s’était déjà bien éloigné, je repérais à peine la cape brune de ce dernier parmi le flot de gens qui traversaient la route. Je pris soin de ne pas me faire repérer, j’ignorais pourquoi, mais mon instinct me conseillait plutôt de rester discrète. Peut-être à cause du fait qu’il ait eu l’air pressé, comme s’il se rendait ailleurs pour un rendez-vous ou que sais-je encore. Je pourrais éventuellement en apprendre un peu plus sur ces propos étranges en allant voir ce qu’il trafiquait. Sa course nous mena jusqu’aux bas-fonds où je n’avais encore pratiquement jamais mis les pieds, hormis une fois lors qu’une mission qui avait mal tourné, un de mes collègues y avait perdu son œil durant une altercation assez violente. Finalement, il s’arrêta sous un porche et je fis de même, quelques dizaines de mètres plus loin de peur qu’il ne me remarque, plaquée contre un angle de mur. A sa démarche nerveuse, je pouvais en conclure facilement qu’il attendait bien quelqu’un et visiblement, ça le tracassait beaucoup. Je culpabilisais légèrement de l’avoir filé ainsi, surtout que je portais encore une partie de l’uniforme militaire, je n’étais absolument pas discrète. Mais il avait semé la graine du doute dans mon esprit, j’avais besoin d’apaisé mes craintes pour savoir quoi faire, comment réagir. Mais au bout d’un certain à le voir tourner en rond en marmonnant, je m’apprêtais à m’assoir en attendant plus intéressant lorsque je vis une autre personne arriver, à l’allure lente et pesante. Une fois l’attention d’Isaac braquée sur cette dernière, j’en profitais pour diminuer la distance qui me séparait d’eux et m’arrêtais à nouveau à l’angle d’un mur, suffisamment proche pour voir la scène. Avachi contre un mur, se tenant la tête dans les mains, un jeune homme discutait avec Isaac, l’air hagard, les cheveux tout comme le visage maculé de sang frais. J’eus un haut le cœur en le voyant, croyant tout d’abord que c’était mon oncle qui lui avait infligé ça, mais je remis ma déduction en question bien vite en voyant que le garçon ne semblait pas souffrir, du moins physiquement. J’étais trop loin pour voir distinctement son visage, cependant je pouvais entendre sans trop de peine les paroles qu’ils échangeaient, le vent soufflait dans ma direction et portait plutôt bien les sons. Mais ce dernier tourna subitement et n’entendis plus aussi distinctement. Avisant l’emplacement des lieux, j’essayais de trouver un autre endroit où me dissimuler tout en m’approchant à nouveau, et je repérais une ruelle sombre un peu plus haut. Discrètement, je contournais le pâté de maison pour m’y rendre, mais empressée par ma curiosité, je ne fis pas assez attention. Quelques secondes plus tard, je me retrouvais plaquée contre le mur en pleine lumière, le visage menaçant de l’alchimiste à quelques centimètres du mien. Je fus prise d’une certaine crainte à l’idée qu’il ne me reconnaisse pas à temps, je savais qu’il ne s’embarrassait que rarement de civilité à l’égard des gens qui l’importunaient. Il ne le faisait avec personne d’ailleurs … Heureusement, je vis un éclair de surprise passer sur son visage blafard avant qu’il ne se reprenne et ne me lâche dans une aura de colère grandissante. Et dieu ça que la colère de McDougal, c’était pas un truc à voir. Mais il semblait également inquiet, s’empressant de me pousser hors de la vision du jeune homme toujours affalé, le sortant de ma vue par la même occasion, et jetais fréquemment des regards derrière lui sans hausser le ton même s’il m’engueulait. J’étais encore passablement choquée par le peu que j’avais pu entendre, et l’état dans lequel se trouvait le jeune homme, ce qui me donna la force de tenir tête à Isaac. Les sourcils froncés, je ne me laissais pas démonter et tentais de le dépasser pour apercevoir à nouveau l’argenté.

"Oublier ? Non mais t’es sérieux Isaac ? C’est quoi que tu me caches à la fin ! Et ce gosse, c’est qui d’abord et pourquoi il est couvert de sang ? Il est blessé ?"

J’avais l’habitude de nommer « gosse » tous les gens de mon âge, par réflexe, car au fond, c’est encore ce que j’étais dans ma tête la plupart du temps. Une gamine surprotégée par son grand frère. Contrairement à lui, je n’hésitais pas à lever la voix, en réalité, je n’y pensais même pas, ça sortait tout seul. Un air d’incompréhension sur le visage, je l’observais avec une certaine inquiétude.

"Je … j’ai entendu un bout de votre discussion en fait. "

Je n’étais pas sûre à cent pour ça des paroles que j’avais saisie, mais le terme « assassiné » avait été plutôt clair, et c’est surtout la réponse de mon oncle qui m’avait laissé perplexe et choquée. Des sacrifices … Pourquoi ? Je n’y comprenais plus rien et ne parvenais définitivement pas à saisir le lien avec ses précédentes paroles. La seule chose que l’on pouvait comprendre vu de l’extérieur de la part d’un inconnu, c’était que cet ancien alchimiste d’état avait perdu la raison pour se laisser gagner par le meurtre. Mais je connaissais Isaac et je refusais de croire que cela puisse être vrai, il y avait forcément une explication qui tenait la route, c’était obligé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 6

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : /
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: [Flash Back] Isaac MacDougal, Pandora Cahelyn, Lyl.G Evans   Ven 27 Juil - 12:39

Isaac repoussait sa nièce d’une main ferme sur son épaule. Ces deux là n’avaient pas à se rencontrer. L’homme tenait fermement à la réalisation de ses desseins. Il jetait un regard à son élève qui n’avait toujours pas bougé visiblement éteint. Il braquait alors son regard noir sur la jeune femme pour reprendre d’une voix autoritaire…

« Il y a des choses qu’il vaut mieux ignorer et ce « gamin » comme tu dis fait partie de ces choses. »

Un soupire de lassitude, notre homme ne pouvait laisser s’échapper sa colère car il reconnaissait bien là le tempérament de feu de sa nièce. A ses yeux elle valait bien plus que son jumeau, s’il n’avait pas retrouvé Lyl, c’est sûrement cette jeune femme qu’il aurait prit pour élève. Il lui aurait confié le fruit de ses recherches. Mais aurait-elle accepté alors qu’elle semblait complètement obnubilée par son jumeau ? Peu importe, de toute façon c’était trop tard.
A peine avait-il terminé sa phrase qu’une lueur étrange brillait dans le regard d’Anna. Le visage fermé elle se dégageait vivement de l’emprise de son oncle d’un coup d’épaule pour s’enfuir. Notre homme n’eut pas le temps de la rattraper, déjà elle filait vers la chimère sous le regard surpris d’Isaac.

« Anna ! » réprimandait-il avec autorité.

Le renégat se retournait, observant autour de lui pour voir si leur intimité n’était pas troublé par d’autre. Il ne vit personne et entreprenait de rejoindre les deux.

Lyl n’avait pas bougé, le regard à demi-clos, il semblait perdu dans ses pensées. Les cris de la jeune femme et de son maître ne lui parvenaient pas tant sa conscience voguait. Anna ralentissait, hésitante, cependant elle reprit en conviction lorsqu’elle vit son oncle approcher. Aussitôt elle s’agenouillait pour tenter un dialogue avec notre chimère. Mais en vain. Le garçon levait un regard vidé d’expression, un visage morne. Bien qu’il l’ait observée il ne fit pas attention, son esprit étant trop loin à cet instant.
Isaac débarquait et s’arrêtait derrière Anna avant d’observer son élève. Même à cet instant l'idée de le réconfortait ne lui vint pas à l'esprit et puis il n'en n'était pas capable. Pas de pitié chez cet homme, il saisissait doucement le bras de sa nièce pour la redresser et la relever. Le visage implacable il lui dit d’une voix morne…

« Rentre chez toi. »

Son regard noir charbon braqué sur la jeune militaire il ne pliait pas et ne plierait pas. Il avait encore à s’entretenir avec Lyl, il devait rattraper le coup pour lui redonner l’envie de reprendre la mission. Pour lui, se morfondre de la sorte en s’accablant était inutile c’est pourquoi il ne ménageait pas le garçon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: [Flash Back] Isaac MacDougal, Pandora Cahelyn, Lyl.G Evans   Ven 27 Juil - 13:05

A l’instant même où Isaac reprit la parole, je savais d’avance qu’il ne me dirait rien. Nous avions beau avoir été éloigné durant un long moment, je le connaissais tout de même assez bien et arrivait encore à déchiffrer les expressions dures de son visage anguleux. Mais à mes yeux le jeune homme n’avait rien d’une chose, mais d’un être humain visiblement mal en point. Levant un regard de défi vers mon oncle, je profitais d’un instant d’inattention de ce dernier pour repousser sa main vivement et me faufiler sous le bras qu’il tendait pour me retenir, me dirigeant vers le jeune inconnu qui n’avait toujours pas bougé. Plus j’avançais, plus je craignais ce que j’allais apercevoir, et au fond j’avais raison. Car lorsque je m’agenouillais devant le garçon, il me fallut quelques secondes à l’interpeller pour qu’il daigne lever les yeux vers moi, et ce n’était qu’un regard vide que je croisais. Vide de vie. Un frisson me parcourut l’échine, car plus que le sang qui maculait sa peau, c’est son regard qui me marqua le plus. Mais je n’eus pas vraiment le temps de m’arrêter dessus que mon oncle m’attrapait rudement pour me redresser, le regard noir. Je tentais de lui tenir tête, mais le visage implacable de l’alchimiste finit par m’en dissuader.

Jetant un dernier regard inquiet sur le jeune homme qui n’avait toujours pas décrochée la moindre parole, je finis par tourner les talons, m’éloignant lentement d’abord, puis en courant, énervée et contrariée autant par mon soumission absurde que par ce que je venais d’apercevoir. Sans faire attention, j’avais posé la main sur le bras du garçon, je ne m’en rendis compte que plus tard en apercevant les quelques marques de sang séchés qui maculaient la paume de ma main droite. Serrant le poing, je soupirais longuement, adossé à un mur en face du QG. J’ignorais depuis quand j’étais partie, probablement moins d’une heure, mais j’étais sûre que déjà mon frère m’aurait cherché, probablement étonné par mon absence. Mais pour une fois, probablement la première fois depuis longtemps, je n’avais pas envie de le voir. En fait, je n’avais envie de voir personne. Les deux hommes venaient de semer la graine de l’indépendance dans mon esprit, ainsi que celle de la suspicion. Même s’il n’en paraissait rien à l’extérieur, les paroles que j’avais entendus trainaient dans mon esprit, tournant retournant, essayant de se lier à celles, énigmatiques, de l’alchimiste de glace.

C’est soucieuse que je regagnais mon appartement au sein du QG militaire. Je croisais mon frère que m’invita à venir manger avec lui et ses collègues, je l’envoyais paitre de manière distante, l’esprit ailleurs, en prétextant ne pas me sentir bien et de ce fait, ne pas avoir faim, puis allais m’enfermer dans ma chambre sans attendre. Fermant la porte à clef, je me délestais de toutes mes armes et mes fringues avant de me laisser tomber sur le lit en fixant le plafond, l’esprit embrouillé. Si j’étais curieuse de nature, j’avais pris l’habitude depuis bien longtemps de ne plus me poser de questions, cela me faisait souvent trop réfléchir et douter de ce que je faisais, et de la raison pour laquelle je le faisais. Mais là … Mon cerveau venait de se remettre en marche, plus ou moins forcé, et je n’avais d’autre choix que de cogiter. Espérons juste que ça ne soit que passager, je n’avais pas envie de changer le quotidien de mon frère qui semblait si agréable à ses yeux, même si c’était plutôt un calvaire aux miens. Je m’endormis sur mes réflexions, songeant que peut-être il était temps de choisir une autre voie. Si j’avais su …

Finish ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Flash Back] Isaac MacDougal, Pandora Cahelyn, Lyl.G Evans   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Flash Back] Isaac MacDougal, Pandora Cahelyn, Lyl.G Evans

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Made in Flash Back
» Un professeur un peu spécial... [Flash Back]
» [Flash-back] Such a lonely day, the most loneliest day of my life [Anya ?]
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Touché Coulé. [Flash-Back][Pv Ben]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fullmetal alchemist ::  :: Les Rps terminés ou abandonnés-