Partagez | 
 

 "Surprise, j'm'invite pour le diner !" [Pv. Lyl]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 27

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: "Surprise, j'm'invite pour le diner !" [Pv. Lyl]   Ven 27 Juil - 14:03

L’eau gouttait doucement à mes pieds, dégoulinant le long de mon dos, se frayant un chemin parmi ma crinière blanche détrempée alors que je maintenais mon front appuyé sur le carrelage de la douche, les yeux clos. Un frisson de bien-être me parcourut l’échine alors que je me remettais doucement de mon réveil mouvementé. Et pour cause, j’étais tombé de mon lit et ma tête avait heurté la table de nuit, m’entaillant légèrement l’arcade gauche. La plaie était petite, mais le visage, ça saignait toujours beaucoup, et il avait fallu un certain temps passé sous l’eau froide pour que l’hémorragie cesse enfin. Ne restait qu’une très fine entaille, ridiculement petite par rapport à l’hémoglobine qu’elle avait déversée. Facilement dissimulable derrière le rideau de cheveux qui me couvrait le front habituellement. Je profitais du calme ainsi retrouvé pour repenser à mon rêve. C’était la cinquième fois que je le faisais, et désormais je le connaissais par cœur, les moindres paroles, les moindres gestes, les protagonistes … Et pour cause, ça n’était pas un véritable songe, mais un souvenir, et ça, je ne l’avais compris qu’au bout de la troisième fois. Si je l’avais oublié durant tant d’années, c’était probablement à cause des évènements tragiques qui m’avaient pourris la vie après, mais aujourd’hui que la mémoire me revenait un peu, je me souvenais plutôt bien de cet épisode peu glorieux. Et si à l’époque, je ne connaissais pas l’inconnu à la chevelure d’opale qui trainait avec mon oncle, j’avais aujourd’hui une excellente idée de son identité. A vrai dire, je comptais même lui rendre visite …

Finissant par rouvrir les yeux, je sortis enfin de la douche après une demi-heure passée sous l’eau froide, m’ébrouant comme un chat avant de m’enrouler dans une serviette longue. Je jetais un coup d’œil rapide au réveil faisant office d’horloge qui se trouvait dans la salle de bain. J’avais encore un peu de temps devant moi. Après un long moment de réflexions, s’étendant sur plusieurs semaines en réalité, c’était ce foutu rêve qui m’avait ouvert les yeux et forcé à faire un choix définitif en revoyant mes priorités. Depuis, je n’avais eu qu’une seule idée en tête, retrouver Lyl. Le risque de croiser ma sœur me paraissait désormais minime, je me savais apte à rivaliser, même si je ne parviendrais pas à la tuer, c’était certain. J’avais réussi à trouver, à force de surveiller le coin, l’endroit où créchait mon ami, et avait bien l’intention de m’y rendre aujourd’hui pour avoir une petite discussion avec ce dernier. Quatre mois. Quatre mois qu’il m’avait avoué qui il était vraiment et que je ne l’avais pas revu. Je craignais qu’il ne s’éloigne sciemment de moi, craignant une probable réaction de rejet ou que sais-je encore. Et même si j’avais été tenté au début, je devais bien me l’avouer, de le repousser par crainte qu’il ne m’ait trompé durant tout ce temps sur sa véritable identité, j’en avais finalement conclus que le jeune homme que je connaissais n’était pas le Capitaine Marshall, mais bien Lyl.

J’avais l’intention de passer par les toits pour me rendre chez le jeune homme, préférant éviter les ruelles pour ne pas me faire repérer. Alors pour ça, autant être à l’aise. Je nouais mes cheveux en une queue de cheval haute, me battant quelques secondes avec les mèches rebelles qui me tombaient sur le front avant d’abandonner la lutte, puis enfilais un débardeur noir long, un short dans les mêmes tons, et délaissais pour une fois mes éternelles bottes noires au profit d’une paire de baskets, bien plus confortable pour grimper. Par habitude plus qu’autre chose, le fourreau de ma dague se positionna dans le creux de mes reins, mais bien visible cette fois, le haut étant trop serré pour permettre d’y dissimuler efficacement quelque chose. Enfin parée, je cherchais du regard ce qui me manquait et tombais sur mon paquet de clopes que je fourrais dans ma poche en compagnie du feu qui suivait toujours. Avisant le temps dehors, je m’emparais également d’une paire de lunettes de soleil que je collais sur mon nez avant d’ouvrir la fenêtre. Eh oui, quand je disais passer par les toits, c’était aussi dans le but que personne ne sache que je partais. Une fois en équilibre sur le bord, j’utilisais une griffe pour refermer la fenêtre délicatement pour ne pas être entendu, avant de grimper vers le haut. Malgré le soleil que je prenais en plein visage, j’avançais plutôt vite, utilisant mon agilité peu commune pour défier les lois de la gravité. Loin d’être casse-cou étant petite, je m’étais découvert un certain temps après ma transmutation un goût prononcé pour tout ce qui touchait à l’équilibre, usant ainsi de mes compétences un peu particulière dans un but purement plaisant. De ce fait, je n’hésitais pas à emprunter des chemins tortueux pour parvenir à mon but.

Il me fallut un bon quart d’heures d’acrobaties pour parvenir sur le toit de l’immeuble où se logeait le jeune alchimiste. Je penchais légèrement la tête en bas pour apercevoir deux gorilles au pied de l’immeuble et fronçais légèrement les sourcils. J’avais bien fait d’utiliser la voie aérienne en fin de compte … J’essayais de me souvenir à quel étage se situait son appartement, mais impossible de m’en souvenir. Je décidais donc de faire à l’instinct et entrais par la première fenêtre que je vis entrouverte …. Pour me retrouver chez une grand-mère en train de faire son tricot en écoutant la radio.

"Hiiiiiiiiiiiiii !!"

"Ex-excusez-moi ! Trompée d’étages ! "

Terrorisé, la vieille dame n’écoutait rien et me balança son travail dessus en se levant tant bien que mal. J’avisais la porte d’entrée et attrapais les aiguilles d’une main avant de les poser sur la table basse tout en filant vers la sortie. Quelle poisse, tomber chez une mamie. Un peu plus et je lui faisais avoir un arrêt cardiaque à tous les coups ! Ignorant les cris hystériques de la dame, je me faufilais derrière la porte et soupirais de soulagement lorsqu’une fois cette dernière close, le vacarme cessa. C’est qu’elle avait d’la voix en plus ! Je filais vers la cage d’escalier avant de chercher parmi toutes les odeurs récentes celle de mon ami, et finis par monter au dernier étage du bâtiment, où se trouvait une seule et unique porte sur le palier. Pas de doute, c’était là. Un sourire amusé aux lèvres, je sortis mes griffes telle une professionnelle en regardant la serrure. Plus efficace qu’un serrurier ? Une tigresse ! C’est dingue tout ce qu’on pouvait faire avec ces trucs n’empêche … Moins de deux minutes plus tard, j’étais dans l’appartement. Pas besoin d’allumer, la lueur qui filtrait par l’interstice des volets me suffisait pour voir la conformation de l’appartement. Simple, un peu bordélique avec des tonnes de papiers qui trainaient ça et là, mais propre. Le mobilier se faisait rare. Une table basse, un canapé pour la salle, ainsi qu’un bureau. Piquée par la curiosité, je traversais la pièce pour me rendre à la chambre, puis à la salle de bain. Après tout, je ne faisais rien de mal en observant simplement, pourtant j’avais le vague sentiment d’être une voyeuse. Rapidement gênée par les lunettes sur mon nez qui assombrissait la pièce, je les retirais pour le déposer négligemment sur la table basse, faisant claquer quelque chose au passage qui attira mon attention Je fronçais légèrement les sourcils avant de me saisir de l’objet en question, une montre faite d’argent, je pouvais le sentir à l’odeur du métal et au poids de la pièce. Retournant la pièce ouvragée dans mes mains, je finis par me laisser tomber sans gêne sur le canapé, jambes croisées, et passais mes doigts sur les gravures ciselés sur le couvercle de la montre. Symbole de l’armée. C’était montre d’un alchimiste d’état à n’en pas douter. Et j’en connaissais peu qui ait eu un contact poussé avec Lyl, aussi l’idée première qui me traversa l’esprit fut que c’était celle de mon oncle autrefois. Aller savoir … J’entendis une clef dans la serrure que j’avais pris soin de refermer et reposais vivement l’objet sur la table avant de me tourner à demi vers la porte, un sourire amusé aux lèvres. J’étais curieuse de voir la réaction du jeune homme à mon arrivée improviste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: "Surprise, j'm'invite pour le diner !" [Pv. Lyl]   Ven 27 Juil - 17:02

Je rentrais au QG par le passage secret, je fus aussitôt accueilli par un de mes compagnons. Sans un mot je lui fis signe de partir, il s’exécutait. Je me posais près du téléphone, assis sur le meuble à côté en repoussant le bordel qui s’y trouvait. Là je retirais mon masque et libérait ma chevelure mi-longue. Je virais mes gants ainsi que mes protèges avant-bras avant de ne saisir un numéro très spécial. C’est dans un soupir contraint que je portais le combiné à mon oreille. J’attendis que mon interlocuteur réponde.

« Cabinet Fox, j’écoute. »

*Tss…crétin… *

« C’est moi.
-Oh Gin. Dis moi que les affaires marchent. Je suis en pleins ébat avec des clientes et je n’ai aucune envie d’écouter tes –
-Le paquet a été livré. Nous sommes tombés sur en embuscade, l’armée nous attendait.
-Quoi ?! Enculé de Bradley ! A quoi il –
-La situation a été maîtrisée.
-Hmm… je n’en attendais pas moins de mon bras droit. Brave garçon, tu es un génie foutrement diabolique !
-Fin de mon rapport.
-Toujours aussi peu loquace.
-Au revoir, Monsieur.
-Gin ! »

Je m’apprêtais à raccrocher et je fus lassé de devoir reporter le combiné à mon oreille. Mais cette fois-ci je le laissais à quelques centimètres de mon oreille, perplexe et intrigué par ce qu’il voulait rajouter… Je restais silencieux alors qu’il marquait un temps d’arrêt puis il reprit d’une voix suave… Quelle horreur.

« Trouve-toi une gentille fille à lever. Ca te dévergondera. »

bip bip bip…

«Va te faire foutre! »

‘Foiré ! Je raccrochais avec énervement, j’avais entendu ses putains glousser derrière. Ce mec prenait du bon temps et profiter pleinement de son fric alors que je me démenais foutant ma vie en danger chaque jour un peu plus pour sa sale gueule. J’étais énervé. Pourtant c’est mon bien qu’il voulait en me faisant cette suggestion. Je posais alors sur une des chaises qui entourait une table en bois, là où nous débâtions mes gardes et moi. Je me saisissais de la bouteille que le type que j’avais renvoyé buvait et me bus au goulot. Après ca je m’adossais à la chaise et me massais la nuque endoloris. J’étais crade, de là où je revenais il avait plus et la terre m’avait éclaboussé lorsque j’avais combattu l’armée. Des soldats de bas niveau que je n’avais pas tué. Je ne pouvais plus me résoudre à tuer sauvagement depuis quelques mois…Depuis ma rencontre avec Pandora. J’avais l’arcade légèrement ouverte et une petite balafre sur le nez. Mon masque avait amorti les balles mais je gardais quelques séquelles. Mon automail était remplis d’éraflure, c’est par le biais de l’alchimie que je le remettais en état mais je ne pouvais pas le réparer s’il était endommagé. Non, je me tournais à un mécanicien. Pas la jeune Rockbell, je ne voulais pas lui attirer d’ennuie. En fait je gardais contact avec personne, même si j’avais fais des rencontres agréables. Comme cette serveuse au Devil Nest, Elwyna Broekheart. J’avalais une autre gorgée du serum magique alors qu’on toquait à la porte.

« Encore toi.
-Hé hé ! Je viens vous tenir compagnie. Encore cette manie de picoler. C’est pas bon pour votre jeune foie.
-Ne me dis pas ce qui est bon pour moi alors que toi-même tu sers les desseins d’un grand meurtrier.
-J’ai mes raisons. Et quoi qu’on en dise, votre compagnie m’est agréable, même si vous êtes grognon.
-
-Low vous manque… n’est-ce pas ? Jade veut vraiment prendre sa place.
-Et toi ?
-Non. »

La discussion continuait ainsi durant une heure. Morrison était de bonne compagnie, il s’entendait avec tout le monde. C’était le genre de mec nonchalant au passé lourd qui exécutait les ordres sans broncher. Mais rien à voir avec un tueur sanguinaire, il était dragueur, très dragueur. Mais il restait respectueux et respectable. Lui aussi voulait anéantir l’alchimie pour supprimer à jamais le mal engendré par cette science. Rien de machiavélique, juste un homme déchiré par cette science. J’ignorais son passé mais je savais qu’il haïssait cette science, tout comme Low. Je coupais la conversation en me levant, je le saluer et embarquais mon attirail pour regagner mon appartement. Morrison restait-là, m’observant avec cet air étrange qui mélangeait colère et compassion. Je savais qu’un jour il pourrait rejoindre mes plans, il détestait les Homonculus, fruit de l’alchimie.

C’est dans le couloir qui rejoignait secrètement mon appartement que je me rendis compte à quel point j’étais éméché. Le fait de m’être levé aussi brusquement avec en plus le poids de la fatigue avait permis à l’alcool de me saouler rapidement. Je cherchais mes clefs, tandis que je m’appuyais au mur en face avec mon coude. Je fis le trajet habituel et arrivais quelques secondes plus tard devant ma porte d’entrée. Je sentais des présences, mais je ne m’inquiétais pas car je n’étais pas le seul à vivre à cet étage. Je remettais donc ca sur le dos de l’alcool qui me jouait des tours en perturbant mes sens. Fuck… Je tournais la clef et je poussais la porte, le menton baissé tel un zombie… Je la refermais à l’aide de mon pied et je me dirigeais automatiquement vers la salle de bain.

J’allumais la lumière après avoir cherché à tâtons avec maladresse. Cette recherche agacçante me soutirait un premier juron…

« Putain… »

Je m’avancais lentement et me plantais devant le miroir au dessus du lavabo. Les yeux vitreux, la tronche un peu parsemée de sang écaillée, je me payais ma propre tête. Je levais alors le bras pour tripoter mon arcade, seconde sessions de jurons…

« Enfoirés de merde…J’avisais ma balafre sur mon pif, je la touchais en pensant qu’elle ne serrait pas douloureuse… Ahh ! Un petit cri ridicule suivit d’un autre juron. Fait chier ! »

Je me séparais enfin de la totalité de mes fringues et fourrais le tout dans une corbeille prévue à cet effet. J’y délaissais que mes fringues de « clown » meurtrier. Je laissais mon masque dont les balles étaient encore logées et le reste de mon équipement.
J’ignore combien de temps j’suis resté sous la douche mais à sa sortie je me sentais plus frais. Je m’essuyais à tâtons sans trop insisté et portais la serviette à ma chevelure. Je sortais de la salle de bain, rien à foutre d’être à oilp vu que je vivais seul et que mes volets étaient H 24 fermés. Je sortais mon paquet de cigarette et en extirpais une clope pour la porter à mes lévres et l’allumer. J’ébouriffais ma chevelure devenue plus longue dans ma serviette alors que je me dirigeais vers le salon. Je bifurquais sur la gauche et sentis aussitôt une présence. Quel abruti, comment j’avais pus être berné et ne pas la ressentir plus tôt. Je ne bougeais plus, les mains stoppées sur ma tête emballée très maladroitement dans ma serviette blanche. Le regard froid je levais un regard à mon invité surprise qui se tenait assit sur mon canapé, comme si de rien n’était. Aussitôt j’avisais le flingue à ma gauche sur ma bibliothèque, placée au dessus d’une série de bouquin. Une flexion de genoux et j’attrapais l’arme pour pointer l’intrus avec nonchalance. Je n’étais pas tant affolé, juste surpris. Les gens qui avaient eu l’occasion d’entrer ici se comptaient à peine sur les doigts d’une main. Je lâchais dans un soupire de lassitude mélangée à de l’enjouement…

« J’ignore comment t’as fais mais je dois te féliciter d’avoir esquivé les gardes. »

Ces cons faisaient soit ; mal leur job, soit il était balèze. Je plissais les yeux et fis glisser la serviette de ma tête au niveau de mes hanches. Je détournais quelques secondes mon attention de l’intrus pour attacher la serviette à ma taille. Je reportais mon attention sur le type et me dirigeais lentement vers l’interrupteur le plus près tandis que je faisais tournoyer mon arme à feu autour de mon indexe par le biais de la gâchette. J’appuyais sur l’interrupteur, bras tendu et…surprise !
Ce n’était pas un ennemi posté sur mon canapé mais Pandora. Je pouffais discrètement en soupirant un rire discret et un brin ironique face à la situation. Je replaçais l’arme à sa place et reprenais, toujours aussi nonchalant…

« Si je m’attendais à ça…je lui jetais un regard tout en tirant une taffe sur ma clope. Tu ne devrais pas être là… »

Sa présence me ravissait, ce qui m’embêtait c’était de la voir dans cet appartement, mon intimité. C’était étrange d’y voir une jeune femme mais pas désagréable. Elle avait prit de gros risques en débarquant ici, mes gardes pouvaient débarqués à tout moment. La lumière était très faible, elle ne couvrait pas la pièce mais permettait tout de même un brin de lumière. Suffisamment pour que j’eu reconnu aussitôt la demoiselle. Je rangeais les papiers qui traînaient par-ci par-là, ou plutôt je dissimulais. Il y avait un tas de truc délaissés, comme le journal de la fin de la guerre d’Ishval ou bien la page qui parlait de la disparition d’un grand nombre de civil à Central ou encore l’article au sujet de la mort d’Isaac. J’empilais le tout avec négligence et délaissais le petit tas sur un bord de la table de séjour. J’avais l’esprit un tantinet embrumé, mais rien à voir avec le fait que je ne l’eu pas réprimandée. Non, je crois que j’avais changé, j’étais moins sur la défensive depuis quelques temps. Je me sentais même mieux. Peut être le fait de ne plus éliminer mes « ennemis ».
Pandora prenait la parole et je lui jetais un furtif regard en examinant sa tenue plutôt que l’expression de son visage. J’avais oublié qu’elle était mignonne. A aucun moment je ne m’étais inquiété de ma précédente tenue ou de celle actuelle. Ce genre de truc m’échappait car je manquais de pudeur et ça depuis toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 27

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: "Surprise, j'm'invite pour le diner !" [Pv. Lyl]   Ven 27 Juil - 18:45

Je me tassais légèrement dans le canapé, jambes croisées de manière très détendue, et observais passer le jeune homme en retenant un sourire amusé devant sa démarche incertaine. Je hissais la tête par-dessus le dossier du canapé pour l’apercevoir, tendant le cou à l’extrême pour le suivre du regard jusqu’à ce qu’il disparaisse dans la salle de bain. C’était un bon atout que de pouvoir voir dans une obscurité relative, j’avais eu le temps d’apercevoir le visage fatigué et quelque peu meurtri de mon ami ce qui enleva immédiatement toute trace de sourire de mon visage. Toutefois, le comportement et les mimiques du jeune homme me faisaient rire, c’était plus fort que moi, et je devais faire attention pour rester silencieuse et ne pas me faire repérer. J’étais d’ailleurs plus que surprise qu’il n’ait pas détecté immédiatement ma présence, que je n’avais même pas réfléchi au pourquoi de cet aspect curieux. Je me retins d’aller le voir en l’entendant jurer, visiblement il y avait certain point douloureux. Sans gêne, je me redressais pour passer carrément le buste par-dessus le dossier su sofa et l’apercevoir. Debout devant son miroir, il semblait analyser avec beaucoup d’attention quelque chose sur son visage. Probablement les quelques balafres qui y étaient, ce qui expliqueraient également les cris. Je soupirais et me laisser retomber en attrapant à nouveau la montre d’argent qui trainait, la faisant tourner et retourner dans mes mains en fixant le mur du fond. J’entendis et sentis l’eau couler, j’en déduisis que le jeune homme était en train de se doucher ce qui me tira un nouveau sourire. Pas une seule seconde il n’avait pensé à la possibilité qu’il puisse y avoir quelqu’un ici. Je ma rassis à peu près correctement, un pied sous les fesses, l’autre au sol, et attendis sagement la fin de sa toilette. Qui dura. Je repensais à son visage. Une chose notable, ses cheveux s’étaient grandement allongés depuis la dernière fois que je l’avais vu, ça lui allait plutôt bien en fait. Ca renforçait un peu le côté canaille qu’il portait inconsciemment. J’esquissais un sourire plus doux en y repensant avant de m’en rendre compte et de froncer les sourcils. J’étais ridicule …

Un mouvement dans la salle de bain attira mon attention et je basculais la tête en arrière pour observer si éventuellement il revenait dans la salle. Ce qui fut le cas. Mais un léger détail m’empêcha d’annoncer ma présence. Si ses cheveux étaient entourés d’une épaisse serviette blanche, s’accordant parfaitement à sa chevelure neigeuse, elle ne couvrait également que ça. Et c’est la tête à renversée en arrière que mon regard tomba malencontreusement sur le reste du corps du jeune homme. De Tout le corps. Je sentis le rouge me monter aux joues à une vitesse hallucinante alors que je ne parvenais pas à décrocher mes yeux du torse du garçon. Même s’ils étaient remontés d’eux-mêmes, tentant vainement de protéger leur chasteté (disparue depuis longtemps pourtant), ils s’étaient arrêtés peu de centimètre plus haut sur le corps couturés de cicatrices du jeune homme. Je frissonnais en croisant du regard trois fines entailles blanchies sur son flanc, et sentis une once de culpabilité m’envahir lentement, ce qui me poussa finalement à redresser la tête. Le jeune homme sembla enfin discerner ma présence car il venait de me jeter un regard froid, visiblement pas inquiété par la présence suspecte d’un intrus dans son domicile. Mais son regard me laissa perplexe, je compris pourquoi quelques secondes plus tard lorsqu’il se saisit d’une arme pour la pointer dans ma direction. Si moi je le voyais relativement bien, ce n’était probablement pas son cas. Je restais silencieuse en l’observant, ravalant une once de fierté mal placée lorsqu’il me félicitait d’être rentré sans éveiller de soupçons. Effectivement, les gardes étaient présents, mais difficile d’observer tous les recoins, même les airs, à deux seulement. Je réalisais alors que si j’y étais parvenue, d’autres le pouvaient aussi, et cela ne me rassura pas vraiment. J’esquissais une moue dépitée en l’observant me pointer avec son arme, se dirigeant tant bien que mal vers l’interrupteur tout en adoptant une tenue un peu plus descente. Jamais au grand jamais je ne lui avouerais que je l’avais vu aussi peu vêtu, j’avais même honte de n’avoir pas détournée le regard immédiatement en y repensant. A ma décharge, Lyl était bel homme, sans être une armoire à glace, il possédait une musculature solide que l’on voyait rouler sous sa peau hâlée. Je me surpris à y repenser quelques secondes avant de secouer vivement la tête pour dégager la vision de mon ami en tenue d’Adam alors que celui-ci atteignait enfin la lumière, éclairant ainsi la pièce d’une lueur tamisée.

Son attitude changea radicalement lorsqu’il reconnut mon visage et un sourire amusé éclaira son visage quelques secondes alors qu’il se débarrassait de son arme. Non pas que j’ai cru qu’il m’attaquerait véritablement, mais voir le jeune homme me tenir ainsi en joue ravivait des souvenirs peu agréables que j’aurais préféré reléguer dans un coin de mon esprit, sans pour autant les oublier. Car au fond, c’était en rapport direct avec le but premier de ma visite. Mais passons. A peine avait-il pris connaissance de l’identité de l’intrus qu’il commençait déjà à ranger les papiers qui trainaient par-ci par-là, me faisant hausser un sourcil suspect tout en l’écoutant. Je lâchais un léger rire avant de me redresser sur le sofa, et d’appuyer mes coudes sur mes cuisses dénudées. Ouais, je me souvenais maintenant pourquoi j’avais horreur des shorts. Une fois assis, c’était trop court ! Je tenais toujours dans les mains la montre en argent, l’observant avec une once d’amusement se démener pour dissimuler les choses compromettantes qu’il pouvait y avoir. Pourtant, j’étais là depuis un bon moment déjà, si j’avais vraiment voulu savoir, je n’aurais pas attendu qu’il rentre pour aller fouiner. Lorsqu’il arrêta enfin de bouger, je lui tendis la montre avec un sourire taquin.

"T’as oublié de ranger ça aussi."

J’esquissais un sourire pour appuyer le côté boutade de ma phrase avant de reposer l’objet bien en évidence sur la table, croisant les bras derrière ma tête en laissant mon regard se promener sur son visage quelque peu abimé. Qui sait ce qu’il avait encore fait pour avoir hérité de ces balafres… J’en frissonnais rien qu’à l’idée. Plantant finalement mon regard dans celui de jade de mon acolyte, je fis une moue dépitée.

"Ne te voyant pas repasser me voir, je me suis permis de m’inviter chez toi du coup."

Je finis par me lever pour m’approcher de mon ami, ignorant cette fois sa tenue légère et l’enlaçait quelques secondes avant de me reculer en souriant, les yeux rieurs.

"Au fait, pas mal la technique de la fenêtre ! A condition de ne pas se tromper d’étages."

Je grimaçais de manière significative avant de me détourner tranquillement en observant les lieux de manière minutieuse maintenant que la lumière m’offrait son appui. J’étais curieuse, j’avais tendance à toucher à tout, prenant soin de tout remettre en ordre après, sans pour autant regarder véritablement quelque chose. Finalement, je m’adossais au mur, les mains dans les poches, et observais la tête débraillée du jeune homme en esquissant un sourire attendri.

"Ca te va bien …"

Je soupirais légèrement avant de jeter à nouveau de curieux regard autour de moi, essayant de ne pas rester fixée sur le jeune homme, ce que j’avais pourtant bien envie de faire en réalité. Je finis par me frotter l’arrière de la tête de manière nerveuse en fixant le sol.

"Il fallait que je te parle … "

J’hésitais quelques secondes avant de relever les yeux vers mon ami et lui demandais sans gêne en souriant de manière taquine.

"Tu m’invites à diner avant ?"

Par là, j'entendais évidemment squatter sa cuisine pour cuisiner un plat de pâtes ou un truc similaire. J'avais les crocs, n'ayant rien avalé depuis la veille, j'avais une forte tendance ces derniers temps à sauter les repas, oubliant de manger par moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: "Surprise, j'm'invite pour le diner !" [Pv. Lyl]   Ven 27 Juil - 19:59

« T’as oublié de ranger ça aussi. »

Je penchais légèrement la tête en voyant l’objet tournoyé, suspendu entre les doigts de la jeune femme. Je détournais le regard. La montre en argent d’Isaac, l’unique souvenir physique que j’avais de lui. Peut être qu’il aurait été mieux de la refiler à sa famille. Bras croisés, le fessier appuyé contre la table j’arrêtais mon ménage improvisé pour observer la jeune femme. Un coup enjouée, un coup blasée. La tigresse jonglait entre deux émotions biens distinctes. Elle finit par se lever pour me saluer de manière…particulière. Je la regardais faire, ce fut si rapide, je retenais au même moment ma serviette pour l’empêcher de fuir aussi vite que la miss. Je gardais cette nonchalance, les vapeurs d’alcool s’échappant de mon haleine. Pandora me fit remarquer mon absence avait duré. Erf…c’est sûr… Voilà qu’elle enchaînait avec une blague. Je restais passif. En fait j’arrivais pas à croire qu’elle avait réussi à débarquer d’autant plus que la porte était fermée et les volets également… C’était suspect… Et puis comment connaissait-elle cet endroit ? M’avait-elle suivi ? Je n’allais pas tardé à le savoir. En attendant je la suivais du regard, baladant mon regard sur son corps de mon air passif. Je rattachais ma serviette alors qu’elle enchainait tout un tas de truc… Soit, un compliment, la raison de sa visite puis quelque chose de plus surprenant. Je souriais de nouveau amusé feintant d’être un brin outré et je lui répondais…

« Je dirais bien « fais comme chez toi » mais c’est déjà fais. »

Je lui souriais de mon air enjôleur puis me détachais de la table pour m’orienter vers le couloir. J’allais tout simplement m’habiller. Je délaissais ma clope dans le cendrier sur une commode. En fait il y en avait un peu partout. J’enchaînais tout en me dirigeant vers elle avant de bifurquer dans le couloir…

« Hmm...Je ne te savais pas aussi envahissante. »

J’esquissais encore un semi sourire et rentrais dans ma chambre. Fallait bien que je m’habille, déjà que j’avais du la choquer. J’avais vu sa tête bouger à travers la pénombre, c’est sûr elle m’avait vu à oilp. Je demande égalité !
Je cherchais mes fringues tout en lui parlant malgré le fait que nous n’étions pas dans la même pièce…

« Si je ne suis pas venu c’est parce que j’ai été très occupé. Et puis j’imagine que ca t’as laissé le temps de réfléchir.
D’où ta présence… »

J’étais déjà en train d’enfiler un jean noir, je dépliais ensuite mon t-shirt blanc et le déposais sur le lit avant de retirer mon pendentif. Je le manipulais avec précaution et le rangeais dans une boîte avant de reprendre le fil de mon habillage. J’enfilais mon t-shirt et sortais de la chambre tout en fermant les boutons de mon jean et lui demandais en m’arrêtant à la sortie du couloir..

« Et d'abord comment tu t’es débrouillée pour savoir où je crèche ? »

Je plissais les yeux, la tête un brin inclinée sous l’effet de la perplexité. Putain j’étais intrigué et quelque part affolé. J’espérais qu’elle m’ait simplement filée. De toute façon c’était la seule façon, personne ne me connaissait. Je fis demi-tour pour aller m’équiper d’un peigne. Nouveau rituel… Bordel si je ne le faisais pas rapidement je me retrouvais avec une coupe très bordélique qui n’avait rien de sympathique. M’enfin, même coiffés j’avais deux trois fins épis qui se dressaient sur ma tête. Alors ces derniers temps j’avais adopté les bonnets. Bon ca me donnait encore plus l’air d’un loubard mais j’aimais bien cette touche. Je me coiffais non pas avec ménagement et je retournais dans le salon. Pandora avait investi la cuisine j’allais la rejoindre et jetais le peigne avec négligence sur la table à laquelle j’étais précédemment affaissé. Je prenais place sur le tabouret en parallèle du comptoir qui séparait cuisine et salon. Là je m’accoudais et j’observais la jeune femme, profitant de l’instant pour la détailler. Elle avait troqué son ancien short pour un plus court, je remarquais aussi sa coupe, une simple queue de cheval qui faisait son charme. Bah merde, depuis j’étais devenu aussi observateur ? Depuis quand je matais ces dames ? Bah depuis peu de temps… Mon intérêt pour celles s’étaient enfin éveillé en même temps qu’une certaine joie de vivre encore minimisée. Faut pas toujours des décennies pour changer un homme…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 27

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: "Surprise, j'm'invite pour le diner !" [Pv. Lyl]   Ven 27 Juil - 21:03

J’esquissais un sourire penaud devant le faux reproche de mon ami. Faux ? A cause du sourire qu’il arborait. Difficile de le prendre au sérieux ainsi, il n’avait pas l’air énervé le moins du monde qui plus est, simplement surpris. Il me passa sous le nez et je le suivi du regard lorsqu’il s’engouffra dans une pièce que j’avais déduis comme étant sa chambre, aussi je le laissais tranquille, me contentant de me laisser aller dans le dossier confortable du sofa. Ma foi, cela rappeler de bon vieux souvenir un tel confort. Simple et pourtant agréable, son canapé était nickel pour le félin que j’abritais, alliant moelleux et chaleur. Je finis par lui répondre, me parlant plus à moi-même au fond, avec une moue amusée.

"Et encore, si tu savais tout …"

Voilà qu’il commençait à s’expliquer sur le fait de ne pas être venu plus tôt, je levais les yeux au ciel avec une moue dépitée. J’avais compris qu’il était occupé, c’est d’ailleurs pour ça au fond que je n’avais pas mis les pieds plus tôt chez lui. Enfin, en partie. Et pour réfléchir, ça j’avais réfléchie ! M’enfin, je comptais lui en parler plus tard, pour le moment, je voulais simplement profiter de nos retrouvailles originales, comme souvent. Quitte à faire comme chez moi, je retirais mes chaussures que je déposais à mes pieds sagement avant de me relever pour m’aventurer à nouveau dans l’appartement, cherchant de quoi boire. Mais avant que je ne trouve, je vis le jeune homme revenir en finissant de s’habiller tranquillement, reboutonnant son jean. J’appuyais mon épaule contre le mur, les bras croisés tout en levant un sourcil appréciateur dans sa direction. Bah putain … le temps l’arrangeait, c’était indéniable. Classe sans pour autant ressembler à un pingouin, le jeune homme semblait différent de celui que j’avais rencontré des mois plus tôt. Je l’observais en souriant alors qui se battait pour démêler sa tignasse sans grande délicatesse, tout en réfléchissant à sa question. J’étais surprise qu’il se pose la question, mais au fond c’était légitime j’imagine. Le capitaine d’une organisation censée rester secrète ne pouvait pas se permettre de se laisser repérer par le moindre inconnu. Je lui souris de manière espiègle en lui jetant un regard en coin.

"Hmmm, disons que je t’ai un peu filé en fait … Ton odeur m’a bien aidé, j’dois te l’avouer. Mais j’ai quand même galérer pour trouver à quel étage c’était, j’ai même failli faire une crise cardiaque à une grand-mère, deux étages en dessous en arrivant … "

Je gardais un air passablement amusé car à y repenser, la situation était alors risible. Enfin après tout, peu importe, je repris de manière plus clair en indiquant le plafond du menton à mon ami.

"Je suis passée par les toits. Ca restait le plus discret."

Je jetais un coup d’œil autour de moi, toujours en quête d’un verre ou un truc similaire, mais finit par abandonner rapidement tout en me détachant du mur que je tenais encore, façon charpentier pour ne pas qu’il s’effondre. En réalité, j’étais nerveuse, et je tentais de masquer ça derrière de conneries en tout genre et un air joyeux. Mais ça ne marcherait probablement pas éternellement. Mon regard tomba sur un article de journal que le jeune homme avait visiblement oublié dans sa quête de rassembler la paperasse quelques minutes plus tôt. Ce dernier comptait un incident provenu en ville et impliquant bon nombre de civils ainsi que l’organisation. A l’époque, j’étais encore enfermée, je n’avais jamais trop eu vent de tout ceci, même à ma sortie. Cela me faisait penser à un autre monde, pas le mien, mais celui du jeune homme. Je lorgnais l’arme à feu déposée sans attention particulière sur le buffet avant d’en détourner le regard.

"Alors, que s’est-il passé tant que ça pour que tu ne donnes pas signe de vie durant tant de temps ? "

Je plongeais mon regard dans celui du jeune homme, m’y noyant une fois de plus tant le mélange entre froideur et air enjôleur se mêlaient parfaitement au sein de celui-ci. C’en était toujours aussi déroutant. Balayé par quelques mèches plus longues, il en ressortait un visage d’autant plus mystérieux et intéressant. Mais lorsque je me rendis compte du cours qu’était en train de prendre mes pensées, je me repris instantanément, me centrant à nouveau sur ma question et la raison de ma présence ? Le plus compliqué restait encore à venir, il me fallait le convaincre de rester à ses côtés. Autant dire que je me jetais droit dans la gueule du loup, probablement bien pire que lors de mes années militaires, quoi que j’avais bien failli y laisser la vie, et y avait perdu mon humanité, c’était déjà un beau palmarès … M’approchant de mon ami, je décalais ses mèches pour observer les plaies récentes, l’air inquiète.

"Hm …. Tu ne me diras toujours rien, n’est-ce pas ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: "Surprise, j'm'invite pour le diner !" [Pv. Lyl]   Ven 27 Juil - 22:31

Légèrement affalée sur le comptoir, Pandora décalait ma chevelure indomptée pour observer mes plaies, soit celle de mon nez et de mon arcade. Tiens d’ailleurs il fallait y placer un pansement. Ouais..J’étais comme les gamins, j’avais toujours cette impression ridicule qui laissait imaginer que ca faisait guérir plus vite. Un pansement. Fuck ! Même si j’aurais l’air abruti avec. Je dévisageais la jeune femme, moi aussi je remarquais une anomalie sur son visage. J’écartais à mon tour sa frange pour mieux y voir une petite plaie. Rien de bien important en fait. Je reportais mon regard sur le sien tandis qu’elle se retirait. Mon demi-sourire toujours là au coin de ma bouche je lui dis en pointant du menton ma trouvaille…

« Une mauvaise chute peut être ? »

De l’ironie dans le ton de ma voix, je savais que la jeune femme avait des tendances fougueuses. Etait-ce là le résultat d’une escapade ? Je ne sais pas. M’enfin pour le coup il fallait que je montre le bon exemple si je voulais sa sincérité.

« Je me suis pris une balle, je pointais mon arcade puis mon nez, et là aussi. Mon masque les a arrêtés. Tu vois, rien de méchant. »

Je voulais juste qu'elle efface cette vilaine expression de son visage. Ce n'étais pas avec mon manque de tact que ça allait fonctionner, pour bien faire j'aurais dû mentir. Cependant, j'étais une personne sincère lorsque ça me touchait personnellement et non en tant que Capitaine Marshall. Je n’étais pas très perturbé par cet incident car j’avais vu pire, bien pire. Ça relevait juste de mon quotidien, un truc bénin même. Je reprenais, m’accoudant au comptoir pour ainsi appuyer ma joue droite à mon poing droit.

« Rien qui te ferrait plaisir à attendre. J’étais à Creta. »

Je me décalais légèrement pour lui indiquer ensuite de la main l’élément au mur qui faisait l’angle. Dedans s’y trouvaient des verres, j’avais cru la voir à la recherche de quelque chose tout à l’heure, peut être de la bouffe… Mais pour le moment c’était l’heure de trinquer. Je lui indiquais ensuite le meuble d’en dessous lorsqu’elle ouvrit le placard pour en sortir deux verres. Elle n’avait pas bronché, en fait c’était peut être ça qu’elle cherchait finalement. Je ne comptais pas me reprendre une cuite, j’étais bien trop crevé pour ça… Qui sait dans quel état je me retrouverais, encore une fois… Mon regard se posait sur son boule alors qu’elle s’élevait sur la pointe des pieds pour attraper des verres. Erf… je levais les yeux au plafond avant de faire une moue. Je l’avais vu en sous-vêtements quelques mois plutôt donc bon, pas trop de secret… C’est peut être pour ça qu’inconsciemment je la reluquais. Je sais combien c’est impoli et mal vu … Mais c’était plus fort que la raison. Je suis un homme après tout et avant tout ! Je reprenais en levant mon regard sur sa silhouette..

« Au fait, j’espère que t’attends pas après moi pour bouffer… »

Je levais un sourcil et fis une moue, le tout significatif de ce que j’avançais. Je ne lui laissais pas le temps de répondre j’avais mieux en tête, une vraie question.
Je délaissais rapidement les questions me concernant, plus intéressé par la visite de la jeune femme. Est-ce que derrière ce sourire se cachait quelques chose ou était-ce une simple visite de courtoisie ? Jamais on ne m’avait rendu visite sans intentions particulières. Mais, jamais on me rendait visite en fait. C’était la première femme, hors mis mes sujets, qui entrait chez moi pour ne pas discuter boulot. Ben…j’étais loin d’imaginer les motifs de sa présence…
Pandora déposait les verres, elle était toujours en face de moi, je lui fis alors passer un tabouret. Le comptoir n’était pas très large et ni très grand, on était vite à l’étroit, pire face à face. M’enfin, la proximité ne me dérangeait pas sur le coup. J’avais appris à me sociabiliser depuis notre dernière entrevue… Je nous servais un verre de je ne sais quoi, un truc apporté par Morrison un mois auparavant. Tandis que je faisais couler le liquide dans mon verre après avoir servi le sien je lui jetais un furtif regard pour enfin lui demander…

« Dis-moi plutôt ce que tu viens t’aventurer ici. Je doute que ce soit uniquement pour ma personne. »

Un petit sourire canaille, j’enchaînais avec un « hé hé » très narquois. Je jetais un regard à mon automail, mon bras était étalé sur le comptoir, légèrement agrippé à la planche. Je remarquais quelques égratignures et entreprenais de le rectifier plus tard. A cet instant je repensais à la montre d'Isaac que mon amie avait trouvé précédemment. Je me retenais de lui demander si elle la voulait. Chaque choses en son temps, non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 27

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: "Surprise, j'm'invite pour le diner !" [Pv. Lyl]   Sam 28 Juil - 15:30

"Tu crois pas si bien dire ! "

J’esquissais un sourire amusé lorsqu’il me fit remarquer ma légère entaille à l’arcade, que j’avais pourtant pris soin de dissimuler le plus possible sous ma frange. Mais c’était sans compter la perspicacité remarquable dont faisait preuve le jeune homme. M’empressant de rabaisser mes cheveux, j’écoutais l’explication de mon ami en affichant une moue inquiète. Deux balles en pleine tête et il racontait ça avec une telle nonchalance, à croire que ça lui arrivait tous les jours. Enfin … façon de parler car au fond c’était bel et bien le cas ! Je laissais retomber ma main qui maintenait sa chevelure claire pour apercevoir les blessures, heureusement ces dernières semblaient bénignes, même si visiblement ça restait douloureux. Une chance qu’il ait porté ce masque, même si quelques semaines auparavant je le haïssais encore. C’était avant de savoir, aujourd’hui, j’étais presque soulagé qu’il l’eut eu, sans quoi je ne serais probablement pas assise ainsi à discuter tranquillement avec lui. Creta hm ? Inconnu au bataillon, seul le nom m’évoquait vaguement un pays voisin, mais j’étais infoutue de savoir où c’était ni ce qu’il s’y passait. Mais pour que Lyl soit allé y mettre son grain de sel, c’est que ça ne devait pas être tout rose là-bas. Néanmoins, maintenant qu’il était rentré et que je l’avais à quelques centimètres de moi, je me sentais déjà plus sereine. C’est effrayant de voir à quel point l’on s’habitue vite à la présence d’un autre être près de soi. Lorsqu’il eut fini, il me jeta un coup d’œil curieux, signifiant qu’il attendait probablement un peu plus de clarté dans ma réponse, et je souris, mal à l’aise. Je ne lui avais pas menti pour le coup, je n’étais simplement pas douée.

"Je suis vraiment tombée. De mon lit pour être exacte. Mauvais rêve, et c’est la table de nuit qui m’as accueilli au réveil. Un peu violemment, j’aurais dû lui apprendre les bonnes manières …"

Un léger silence accueilli ma tirade et je levais les yeux vers le jeune homme, surprise, avant de m’apercevoir qu’il m’indiquait quelque chose dans mon dos. Il s’agissait en réalité d’un meuble d’angle qui contenait … des verres. Je ne pus m’empêcher de me trouver particulièrement bête sur l’instant, alors que pourtant j’avais zieuté un peu partout afin de pouvoir trouver de quoi boire. Partout, sauf par-là bien évidemment. Repoussant légèrement le tabouret derrière moi, je le contournais et me rendis jusqu’au meuble en prenant le temps d’en apprécier l’ornement. C’était un meuble en bois d’ébène, surmonté par quelques fines ciselures en argent ouvragé. Deux portes de verres laissaient voir l’intérieur du meuble. Mais bon sang, quelle idée à la con de foutre les verres aussi haut ! J’avais beau avoir appris à vivre avec ma petite taille, des fois c’était tout de même bien handicapant. Mais je refusais tout net de me laisser abattre par un simple meuble et m’étirais de tout mon long, sur la pointe de pieds, mes doigts effleurant les verres que je voulais prendre sans trop y parvenir. Petit à petit, je parvins à m’en saisir d’un, puis de deux avant de me laisser retomber sur mes pieds en soufflant doucement. J’aurais pu aussi bien demander de l’aide à mon ami, mais ma fierté mal placé en aurait pris un trop gros coup. Même pas capable d’attraper des verres et ça voulait devenir l’acolyte du chef d’une organisation criminelle ? Non mais où serait la crédibilité là-dedans, j’vous le demande …

Je haussais les épaules pour lui répondre, en effet, je ne l’attendais pas. En réalité, il semblait avoir d’autres projets en tête et tenait à la main une bouteille qui semblait contenir de l’alcool à l’odeur forte qui s’en dégageait, et j’en déduisis qu’il préférait visiblement trinquer plutôt que de manger, ce qui n’était pas non plus pour me déplaire au fond. Alors que je revenais près de lui, m’installant en face de l’autre côté du comptoir, je remarquais un léger détail en posant les verres devant nous afin qu’il les remplisse. Son t-shirt était assez serré, mettant en avant le fait qu’il soit solidement bâti, mais également celui que le pendentif qu’il portait constamment avait disparu, impossible à dissimuler sous le tissu tendu de son haut. Je bu docilement le breuvage que m’offrait le jeune homme, l’avant-bras posé sur le comptoir, et l’observais du coin de l’œil alors qu’il faisait de même. La surface était petite, de ce fait nous étions tout de même relativement proche, pas la peine de lever la voix pour s’entendre, cela créer une certaine intimité. Mon regard s’attarda sur son automail, une bien belle œuvre qu’il possédait désormais, c’était un véritable coup de chances pour lui que d’être tombé sur la mécanicienne du Fullmetal, cette dernière avait fait un travail remarquable. Après la peur passée, j’avais été soulagé de savoir qu’il retrouverait l’usage d’un bras, même si ce n’était pas véritablement le sien. Je repensais de temps à temps à ses paroles énigmatiques sur la puissance qu’il avait acquis grâce à son geste, maintenant, je comprenais un peu mieux pourquoi il avait tant tenu à s’emparer de ce pouvoir supplémentaire. Je relevais mon regard lorsque mon ami reprit la parole d’une voix douce et légèrement amusée, et finis par lui sourire avec le même air taquin.

"Et pourtant … je ne vois pas qui je pourrais venir visiter d’autre ici à part toi !"

Je m’enquillais mon verre doucement, savourant la saveur âcre du breuvage ambré que j’étais en train de boire sans pour autant savoir de quoi il s’agissait, mais ça faisait indéniablement du bien étant donné que je mourrais de soif en débarquant ici. J’imagine que je devrais bien lui parler à un moment ou un autre de la raison qui m’avait poussé ici. Mais le plus tard serait le mieux, j’étais presque certaine que le jeune homme ne se souvenait absolument pas de cette rencontre, des années plus tôt, et pour cause. Maintenant que j’avais beaucoup plus de cartes en main, je comprenais alors véritablement ce que j’avais vu à l’époque, un gamin de mon âge forcé à tuer pour une cause qu’il ne semblait alors pas comprendre. Je revoyais bien son regard vide, dénué de vie, rien à voir avec celui que braquait le jeune homme sur moi à cet instant. Là, dans ses yeux de jade, je pouvais aisément voir diverses choses briller. La détermination, la curiosité, la douceur, l’incertitude. Un nombre incalculable d’émotions semblaient posséder ce capitaine que beaucoup disait inébranlable, même si son visage ne trahissait rien d’autre qu’un air canaille.

Je pris mon courage à deux mains et m’enquillais ce qu’il restait de mon verre d’une seule traite avant de le reposer doucement sur le comptoir, gardant le regard baissé en réfléchissant. Si mon sourire avait disparu, je conservais pourtant un air songeur. Je repoussais lentement le verre vers mon ami d’un revers de main, lui demandant ainsi de me resservir, et profiter de ce laps de temps pour l’observer avant de me lancer.

"En fait, je suis venue te poser une question. Ou plutôt …. Je suis venu t’annoncer quelque chose."

Combien y avait-il de chance qu’il refuse pour combien qu’il accepte sans rechigner ? Probablement pas beaucoup … pourtant je lui avais offert une belle preuve de mes capacités en débarquant chez lui en toute discrétion, mais après tout, là n’était peut-être pas le problème. J’ouvris la bouche pour m’apprêter à lui expliquer lorsque quelqu’un frappa à la porte de manière peu discrète et je restais ainsi quelques secondes avant de refermer la bouche pour éviter de gober les mouches, affichant un air surpris, puis m’avançait vers lui jusqu’à être à quelques centimètres à peine de son visage pour chuchoter.

"Hmmm, j’te dérange peut-être, tu attendais quelqu’un ? "

L’idée que ce soit une compagne me traversa l’esprit un instant, sans pour autant me réjouir véritablement. Probablement parce qu’il ne devait pas avoir envie que quelqu’un sache que je pouvais être ici. L’observant se lever pour aller s’enquérir du visiteur, je me dissimulais derrière un pan de mur, hors de vue de la porte. Ma curiosité allait en pâtir, mais je devais me faire discrète, ne serait-ce que pour la sécurité du jeune homme. Et la mienne peut-être également. Une voix bien connue se fit alors entendre et je sentis un poids dans ma poitrine en la reconnaissant. Il s'agissait de ma soeur, je captais son odeur constamment agrémentée d'effluves d'hémoglobines parvenir jusqu'à moi. Lorsqu'on passe trop de temps entouré d'un odeur, cette dernière finit par ne plus s'effacer complètement, laissant une espèce de traçage indélébile. J'entendais distinctement les propos de cette dernière car au fond j'étais assez proche de l'entrée, même si je restais invisible, et serrais les poings lorsque je l'entendis tenter de charmer de manière flagrante son supérieur. Véritablement prête à tout pour monter dans la hiérarchie ... Mais ce n'était pas ça qui m'énervait vraiment en fin de compte. Et je ne savais pas ce que c'était, c'en était d'autant plus frustrant. Je me retins de jeter un oeil pour voir et finis par me laisser glisser au sol alors que la discussion semblait s'éterniser, et que ma soeur insistait encore et encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: "Surprise, j'm'invite pour le diner !" [Pv. Lyl]   Dim 29 Juil - 12:07

J’esquissais un sourire narquois. Son sommeil devait être sacrément agité, à moins qu’elle fût accompagnée. Pandora vait s’était déjà enfilée un verre alors que je goûtais seulement le breuvage. Une bouteille sans étiquette, juste une forte odeur et un goût très sucré qui banalisait le goût fort de l’alcool. Nul doute que c’était un truc très alcoolisé quant on connait le fournisseur. Hé hé ! Sacré Morisson, était-ce ainsi qu’il attirait ses proies féminines ? Avec un alcool doux qui se laisse boire facilement en se retrouvant prit en traître par son degré puissant. La jeune femme m’annonçait enfin la raison de sa venue alors que précédemment elle détournait maladroitement mon insinuation. Je ne relavais pas, je lui servais un autre verre son geste m’encourageait à le faire. Je portais à nouveau mon verre à mes lèvres et bus quelques gorgées, avec modération. J’attendais avec patience et perplexité qu’elle enchaîne mais quelqu’un vint troubler notre tranquillité. Les yeux braqués sur la porte.

« Hmmm, j’te dérange peut-être, tu attendais quelqu’un ?
-Pas à ma connaissance, non. » Répondais-je un brin lassé.

Je reportais mon regard sur mon amie, son visage se trouvant à quelques centimètres du miens, je fermais les yeux et soupirais, lassé. Je planquais le verre de Pandora sous le comptoir, de l’autre côté tandis que la belle s’effaçait. Bonne initiative. Je passais une main dans ma chevelure avant d’aller me décider à ouvrir. Je le fis de manière blasé. Surprise… Jade était là. Réunion de famille ? Je la fis entrer en la gardant à l’entrée. Adossé au mur en face de la porte qui engageait le couloir je croisais les bras, yeux fermés, menton baissés. Pandora se tenait de l’autre côté du mur, derrière moi.

« Qu’est-ce que c’est ?
-Je viens faire mon rapport.
-Ce n’est pas l’endroit.
-Je sais, mais je viens également vous reparlez de notre dernière discussion quelques mois plutôt. »

J’aurais dû m’en douter qu’elle venait encore se vendre pour m’inciter à la faire monter au grade de bras droit. Quelle détermination. Je soupirais et rouvrais les yeux. J’adoptais ce regard noir et ce visage froid.

« Je vous ai pourtant tous interdit de venir ici pour parler affaire…
-Le temps s’écroule et bientôt vous avec si vous ne trouvez pas quelqu’un sur qui compter, à vos côtés.
-Détrompes-toi, j’ai déjà trouvé, il faut juste que je règle certaines choses…
-Qui est-ce?
-Un inconnu. C'est mieux ainsi.»

C’était un mensonge, mais je voulais la paix. Et puis, combien de temps résisterait Pandora avant de lui sauter au cou… Je m’approchais de Jade alors qu’elle affichait une mine typiquement colérique. Elle n’approuvait pas. J’ouvrais la porte pour l’inviter à faire demi-tour. Elle sortit et retint la porte avec fermeté.

« Des nouvelles sur la disparition de ma cadette ?
-Non.
-Quel dommage.
-Ils ont fuis, ce type connaissait l’endroit et nos méthodes.
-C’est embêtant. »

Je voulus fermer la porte mais elle m’en empêchait encore, faisant pression. Elle jetait un regard vers le comptoir et reprit d’une voix suave, un sourire charmeur au bord des lèvres.

« Vous trinquiez seul ? Laissez-moi vous tenir compagnie, je sais à quel point vous êtes seul. »

Je l’observais d’un air grave puis au bout de quelques secondes je claquais la porte. Je baissais la tête, lâchant un soupire difficile avant de m’adossé à la porte. Pandora resurgissait, doucement. Je lâchais doucement après lui avoir jeté un faible regard…

« Elle ne me lâchera pas… Jamais. »

Je me détachais de la porte et repris place sur mon tabouret, oubliant de sortir le verre de mon amie. Mais l’atmosphère avait changé, elle était pesante contrairement à quelques minutes auparavant. Je terminais d’une traite mon verre, un cul-sec très goulu. La jeune femme restait plantée derrière. Je voulais qu’on oublie cet instant, cette intrusion fortuite et répugnante.

« Allons bon… c’est une habitude. Faut toujours qu’on soit interrompus. »

Je souriais, amusé et me servais un autre verre avant de rire discrètement et silencieusement. J’attendais qu’elle revienne prendre place, n’osant pas me retourner pour l’examiner. Je savais ce que j’y trouverais sur son visage. Alors j’enchaînais, comme si de rien n’était en m’allumant une cigarette, dos à elle…

« Oublie-ça et viens plutôt poursuivre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 27

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: "Surprise, j'm'invite pour le diner !" [Pv. Lyl]   Dim 29 Juil - 16:30

Ce n’est que lorsque j’entendis la porte claquer et un silence s’en suivre que j’en déduisis que ma sœur avait enfin foutue le camp, m’autorisant à pousser un soupir de soulagement parfaitement audible avant de me relever pour voir mon ami revenir lentement vers le comptoir, la mine renfrognée. Pour ma part, j’étais encore énervée par l’arrivée impromptue de la jeune femme, outre l’envie de vouloir lui sauter au cou pour la faire déguerpir, je sentais également un autre malaise naitre. L’idée que si le jeune homme acceptait ma requête, je serais probablement forcée de la fréquenter et ce de manière assez rapprochée visiblement, car elle connaissait tout de même le domicile de son supérieur. Les bras croisés, j’appuyais mon épaule contre le mur sans pour autant me rapprocher du jeune homme qui reprenait tranquillement place au comptoir en me tournant le dos, insistant sur le fait que Jade, il fallait que je m’y fasse c’était désormais son nom, ne le laisserait probablement pas en paix. Je grimaçais doucement, je savais à quel point il avait raison, ma sœur était un bloc d’obstination. Je le fixais quelques secondes sans bouger, esquissant un mince sourire à sa tirade, il était vrai que pour le moment, nous n’avions pas eu une seule conversation sans être interrompu. Mais la morosité reprit bien vite sa place alors que le jeune homme me demandait de le rejoindre ce que je fis après un certain temps. Mais avant, je passais par la porte et pris soin de faire un tour de clefs dans la serrure, afin d’être parfaitement sûre que nous ne serions plus dérangés. Si quelqu’un se pointait à nouveau, je n’hésiterais pas à user de méthodes fourbes pour lui faire comprendre que Lyl était occupé.

Je fis le tour du comptoir pour retourner m’assoir et cherchais mon verre du regard quelques secondes avant de m’apercevoir que mon ami l’avait dissimulé. Bonne idée, même si j’avais songé à me planquer, le verre m’était passé sous le nez. Ressortant ce dernier, j’en bus quelques gorgées rapidement pour faire passer le goût amer de la visite de ma sœur avant de le reposer sans grande délicatesse en levant enfin les yeux vers le jeune homme. Je ne savais pas trop comment m’y prendre en fin de compte, l’intervention de la jeune femme avait ruiné le courage que j’avais difficilement obtenu, et je me retrouvais à hésiter telle une gamine. Je posais mon front sur la table en soupirant et fermais les yeux en me mettant les deux mains sur la tête.

"C’pas vrai, elle me pourrira la vie jusqu’au bout celle-là …"

Je parlais plus pour moi, délaissant l’attention de mon ami quelques secondes avant de soupirer, relevant les yeux vers lui tout en croisant mes mains sous mon menton, le tout posé sur le comptoir négligemment. Je rebus une gorgée, puis deux, et ainsi de suite jusqu’à finir mon second verre alors que je sentais l’alcool monter doucement. Les joues me chauffaient un peu alors que je sondais son regard en silence pour finalement reprendre.

"Alors … tu as vraiment trouvé quelqu’un pour te seconder ? C’était pour ça ton absence ? "

Finalement, j’avais pas pu lui dire … pas encore. Je me redressais un peu, appuyant simplement mes avant-bras sur le bois et baissais les yeux vers son automail avec curiosité. J’étais moins gênée que d’ordinaire, plus je le voyais, plus ma timidité s’envoler quand j’étais avec lui. A moins que ce ne fut l’alcool … J’avais eu l’impression de boire un doux breuvage lorsque ce dernier avait parcouru ma gorge, mais en fin de compte il tapait tout de même pas mal ! Le poing contre la tempe, je retournais la main métallique de mon ami de la mienne et parcourus des doigts avec une certaine curiosité les lignes artificielles de sa paume. C’était vraiment un travail épatant pour l’ignare que j’étais dans ce domaine. Je sentais également les diverses éraflures qui parsemaient le métal, signe qu’il ne devait pas y aller doucement avec son nouveau bras.

Je soupirais une nouvelle fois et pris l’initiative de me resservir moi-même pour ne pas déranger le jeune homme. Au pire, je lui ramènerais une bouteille si je lui descendais trop celle-ci pour me dédommager, et une fois mon verre plein, je me levais pour aller tourner dans l’appartement tranquillement, cherchant un moyen de repousser l’échéance de ma question. Je buvais par à coup, et finis finalement par m’installer sur le canapé alors que le jeune homme se détournait un peu pour m’apercevoir. Les chaises de bar, j’aimais bien, mais à la longue, ça faisait un peu mal aux fesses … L’observant quelques secondes tout en buvant, je finis par lui demander.

"Qu’est-ce que tu penses vraiment de ma sœur Lyl ? Je veux dire …. C’est quoi les rapports que t’as avec elle ? "

Je sais, ça semblait assez culoté comme question, mais au fond, j’avais besoin de savoir. Ce n’était pas que de la curiosité mal placée, mais au fond si ce dernier appréciait quelque peu sa subordonné, ce dont je doutais tout de même fortement vu comment il s’adressait à elle, il me serait bien plus difficile voire même impossible de lui formuler ma demande suivante. Esquissant un léger sourire enjôleur, je lui fis un signe de tête désignant la place de canapé libre afin qu’il m’y rejoigne. Pas la peine d’être à trois mètres pour se parler, et même si j’avais pris la liberté de bouger, il n’était bien évidemment pas obligé de suivre le mouvement. Mon regard s’attarda une fois de plus sur l’absence de son pendentif argenté, je me demandais ce qu’il avait bien pu en faire alors qu’il semblait pourtant tellement y tenir la dernière fois … En fait, j’étais même sûre de l’avoir vu à son cou lorsque j’étais arrivée. Curieux qu’il l’ait enlevé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: "Surprise, j'm'invite pour le diner !" [Pv. Lyl]   Dim 29 Juil - 17:56

Je décalais mon verre alors que mon amie s’affalait sur la table. Je du même écarter ma main pour pas cramer sa chevelure avec ma clope. Toujours aussi nonchalant je l’observais, comme si que l’intrusion précédente n’avait pas eu lieu. Je dissimulais surtout ma colère.

« Alors … tu as vraiment trouvé quelqu’un pour te seconder ? C’était pour ça ton absence ? »

Je relevais mon regard sur son visage blafard, l’intrusion l’avait touché, son visage en témoignait . Pas étonnant en fait. Peut être que je devrais vraiment songer à tuer Jade en secret, ca libérait mon amie ainsi que certains membres de l’Organisation. Je détournais le regard et baissais le menton pour observer mon breuvage comme si que celui-ci m’importait. Là je répondais doucement..

« Non, rien à voir. Et pour être franc je n’ai toujours pas de second. Je ne suis pas sûr d’en vouloir un, je ne peux avoir confiance en aucun d’entre -… »

Je relevais les yeux vers mon automail, il avait bougé sans que je ne lui commande. Pour cause, Pandora semblait intriguée par celui-ci, l’examinant avec minutie. Je marquais une pause, la fin de ma phrase était logique pas besoin de reprendre. Au lieu de ça je déportais mon regard sur son visage. Légèrement le miens assombri à l’idée qu’elle fut à cet instant en train de ressasser ma transgression. Un épisode douloureux que je n’oubliais pas, au contraire. D’ailleurs je n’avais relaté mon expérience à qui que ce soit, même à la jeune femme. Difficile de le faire, il m’arrivait encore d’y songer en rêve, non, en cauchemar.
La chimère se levait. Je ressentais son mal être, quelque chose la taraudait et j’ignorais quoi. J’étais de plus en plus curieux de connaître la raison de sa présence ici. La patience m’échappait alors que l’appréhension me gagnait. La tigresse prenait place sur mon fauteuil, face au sofa, comme à mon arrivée. Là sirotant son verre qu’elle s’était resservie je l’observais. J’essayais de découvrir ce qu’elle avait derrière la tête…

« Qu’est-ce que tu penses vraiment de ma sœur Lyl ? Je veux dire …. C’est quoi les rapports que t’as avec elle ? »

Quelle question tordue… J'aurais du me contrôler, mais ce fut trop compliqué. Je me détournais et replaçais mon corps dans son axe. Un silence court et pesant brisé par mon exaspération…

« Tss… »

Du bout de mon indexe je tapais sur mon bâton de nicotine pour en faire tomber les cendres dans le cendrier placé sur le comptoir. Je vous l’ai dit précédemment ; il y en avait à peu près partout ! Je fumais de la main droite et rapatriais donc mon automail pour prendre appuie sur mon poing métallique. Il était encore plus frais que moi. Ainsi je ne pouvais plus voir mon amie, alors je reprenais sans ménager ma lassitude face à la situation…

« C’est un pion, comme tous les autres. J’avalais une gorgée de mon breuvage. Qu’est-ce que tu crois ? » J’avais renchéris d’une manière accusatrice.

Puis je soupirais en me rendant compte du ton employé. Je ne comprenais pas le but ni le sens de sa question. Décidément… J’avais envie de la secouer pour abréger tout ce bordel et qu’elle arrête de tourner autour du pot. Mes nerfs étaient à vif depuis l’intrusion de Jade. J’avais ignoré son invitation à prendre place sur le sofa en face. J’étais bien trop à cran pour tenter de me comporter avec sociabilité… Chassez le naturel mais, un jour il revient au galop…

« Dis-moi c’que tu veux à la fin… tourner autour du pot est inutile surtout pour m’offenser. »

Quel garçon exécrable, je sais. Je ne lui en voulais pas, mais sa question avait fait resurgir ma colère. Un sentiment que j’enfouissais sans cesse. J’avais tellement la rage, les crocs suffisamment acérés pour planter mes pions à n’importe quel moment quand ils ne s’y attendraient pas. Ce serrait si fourbe de ma part que je réussirais probablement mon coup. Je soupirais encore, tentant de remballais ma rage… Je me levais et j’allais rejoindre la baie vitrée, observant la rue en bas à travers le volet. Je ne pouvais l’ouvrir et prendre le risque d’être vu. Le masque c’était surtout pour me protéger mais également pour protéger mes proches. Donc je devais sans cesse mesurer mes gestes, même dans mon propre appartement. Je croisais les bras après avoir bloqué ma clope entre mes lèvres. Là j’attendais la réponse de la demoiselle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 27

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: "Surprise, j'm'invite pour le diner !" [Pv. Lyl]   Dim 29 Juil - 18:25

Je fixais le jeune homme qui semblait bien plus sur les nerfs qu’à son arrivée. Et pour cause, je n’étais pas clair, et la visite surprise de ma sœur me m’était dans un état de nervosité avancée, pas bien difficile de le remarquer. Et puis, comme il l’avait soulevé, j’étais venu dans un but bien précis, et semblais visiblement infoutue de lui en faire part. Je soupirais, avalais ce qu’il restait de mon verre pour le reposer presque brusquement sur la table basse avant de lever le regard vers lui, remarquant qu’il me fixait avec dureté, les bras croisés. Inconsciemment, j’affichais désormais un air qui ressemblait au sien, l’agacement en moins, et posais mes deux bras sur mes cuisses en le fixant tranquillement quelques secondes avant de daigner enfin lui répondre.

"J’ai réfléchi. J’aimerais sa place."

Réfléchi, ça pour sûre, je l’avais fait, et pas qu’un peu. J’avais passé quatre mois pleins à me ressasser tout ça, pesant le pour et le contre, le positif et le négatif d’une telle situation. Et si tout tendait à me convaincre de renoncer, de laisser tomber le jeune homme et de reprendre ma vie calme de fugitive reclus au milieu de mes semblables, si c’était bel et bien ça que ma raison me dictait, j’en avais pourtant décidé autrement. Je n’étais pas stupide, et connaissais très bien les risques de ce que j’entreprenais, mais peu m’importait car maintenant je savais ce que je voulais. Et ce que je voulais, je l’avais devant moi, et je ne comptais pas le laisser passer, peu importe ce qu’il m’en coûterait. J’attrapais le paquet de cigarette dans ma poche arrière, en sortant une qui n’avait pas trop morflée déjà, avant de me souvenir que je n’avais pas de feu. Prise dans mon explication, je ne songeais pas à en demander au jeune homme et me contentais de garder ma clope au bord des lèvres avant de poursuivre, les sourcils légèrement froncés.

"La place que tu refuses à ma sœur, j’aimerais la prendre. Je levais la main pour lui demander de se taire, voyant qu’il comptait déjà contester, avant de continuer. Je ne suis pas stupide, je sais ce que je risque, ce que TU risques, et je pense que ça en vaut la peine. Comme tu l’as souligné, tu ne peux faire confiance à personne au sein même de l’organisation, ce que je peux comprendre. Serait-ce prétentieux de me part de penser que j’ai tout de même légèrement acquis ta confiance ?"

Je maintenais mon regard braqué sur le sien quelques secondes avant de le baisser, soulagée d’un poids de lui avoir enfin posé la question, même si j’appréhendais désormais la suite. Malgré les refus qu’il serait prêt à opposer, pour ma sécurité ou que sais-je encore, j’étais cette fois bien décidé à ne pas abandonner. Il voulait du temps pour réfléchir, il l’avait eu, je l’avais eu, et je savais désormais à quoi m’en tenir. Je préférais de loin vivre ma vie à protéger une personne à laquelle je tenais plutôt que de la passer à vouloir me venger d’une autre. C’était un renversement de situation un peu étrange, mais au fond, je savais que c’était probablement la seule personne à qui je pourrais être utile aujourd’hui, qui plus est, je n’avais plus envie de m’en éloigner. Ses visites s’espaçant peu à peu, j’en étais venu à me demander s’il reviendrait, or je ne voulais pas que ça recommence. Si je devais pour ça mettre ma vie en jeu pour veiller sur lui, et bien j’étais prête à le faire sans sourciller désormais. C’est en repensant aux paroles de mon oncle que j’avais enfin compris qu’il me fallait décidé seule pour une fois. Plus jeune, je m’étais convaincue que j’oeuvrais pour protéger mon frère, alors qu’en réalité, je vivais plus sous sa coupe qu’autre chose, incapable de prendre une décision de mon propre chef. Aujourd’hui, je venais de le faire, et je décidais cette fois sciemment de me mettre au service de mon ami et de ses idéaux.

Je retirais la clope de mes lèvres pour me mettre à chercher du feu du regard, tournant la tête dans un peu toutes les directions avant de lâcher d’une voix plus douce.

"Voilà tu sais maintenant … Je veux simplement devenir ce bras droit que tu as perdu … et t'aider à la mesure de ce que j'ai à offrir."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: "Surprise, j'm'invite pour le diner !" [Pv. Lyl]   Dim 29 Juil - 20:57

« J’ai réfléchi. J’aimerais sa place. »

Je fermais les yeux, déçu. Alors c’était ca la raison de sa visite ? Venir me demander à la suite de sa sœur de lui donner le rôle de second ? Ce n’était pas pareil, ni les mêmes motivations mais ca me restait quand même en travers de la gorge. Je me retournais, sourcils froncés, je croisais sa détermination dans son propre regard à elle. Elle reprenait et m’invitait fermement à la fermer. Je me tût, bouche entrouverte. Je déglutis et fermais mon gosier en refermant d’avantage mon visage. Mais voyez-vous, ce que la jeune femme avançait était verdict. N’avais-je pas songé à cette probabilité en me plongeant dans l’avenir avec cette jeune femme à mes côtés en tant que bras droit ? Bien sûr que si, mais depuis j’y avais renoncé et oublié. Je détournais le regard alors qu’elle achevait ses propos.
Simple et concis, pas d’embranchement pour tenter de me corrompre de son idée affreuse. Bordel, je me trouvais au pied du mur… Je voulais accepter autant que je refusais l’idée. Je lui tournais à nouveau le dos, je tirais une taffe sur ma clope et lâchait un énorme nuage avant de lui dire…

« Je dois y songer
-Non ! C’est à prendre maintenant ! »

Je restais statique, interloqué par ce changement soudain. J’observais sa silhouette se refléter dans la fenêtre, je baissais les yeux. La jeune femme s’était levée d’un coup appuyé sa conviction. Elle avait raison, il fallait y songer de suite. Si elle avait accepté j’aurais simplement fuis, quitte à quitter cet appartement à tout jamais pour lui éviter ça. Mais voilà, c’était SA décision, elle y avait songé sans que je plante l’idée dans sa tête pour qu’elle germe un jour. Sa se bousculait dans mon esprit… Je fis le vide et me tournais face à elle. On avait de la route à faire avant qu’elle puisse jouer son rôle… D’une voix basse et quelque peu froide je lui dis :

« C’est l’horreur et la haine que tu éprouveras à mon égare après avoir exécuté les ordres, mes ordres et après m’avoir vu à l’œuvre. Mais si c’est ce que tu désire, alors soit. »

Le visage froid je ne cachais plus ma déception que par cette expression désagréable. Elle allait devoir s’y habituer. J’ignorais à quel point elle était folle pour désirer une telle chose. Je m’adossais au mur près de la baie vitrée et lui demandais en braquant mes yeux sur elle…

« Qu’est-ce qui t’ait passé par la tête, Pandora ? »

Je voulais continuer, la dissuader mais la lueur que je voyais briller dans son regard implacable m’en dissuadait. Ce n’était pas une lubie mais une nécessité, un choix qu’elle avait travaillé avant de le faire. C’est sûr, nos relations chuteraient, elle se heurterait elle-même. Au final la faute me reviendrait et il faudrait apaiser tout ca. J’étais prêt à en assumer les conséquences, tout comme Isaac autrefois pour moi. Je n’adhérais pas mais je respectais son choix. Quelque part je savais combien ca m’apaiserait d’avoir un tel être prêt de moi. Mais j’avais peur qu’elle en souffre. Peur de fuir ma cause pour protéger cette amie, mon unique. Après un court silence je repris après avoir balancé ma clope à travers le volet…

« Tu as un chez toi, un habitat où on t’y attends tous les jours. Pourquoi tout plaquer pour te jeter dans la gueule du loup ? »

Je ne pouvais pas me résoudre à la fermer sans comprendre. Nonchalance et froideur combinée, je maîtrisais ma hargne. Car après tout, elle n'avait pas à en être témoin ou victime. Cette question je ne me l’étais jamais posée à moi-même. La balancer à voix haute me troublait, j’avais l’impression d’être le Isaac que j’avais tant souhaité voir en recréant inconsciemment le passé. Le choix appartient à tout le monde, seulement s’il n’est pas dicté par le cœur. Mon choix s’était retrouvé très influencé par mon maître à cause de l’amour que je lui portais. L’idée d’infliger à cet être rebutait l’idée. J’étais partagé, indécis malgré mon approbation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 27

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: "Surprise, j'm'invite pour le diner !" [Pv. Lyl]   Dim 29 Juil - 21:30

Je soupirais, les remarques du jeune homme étaient justifiées après tout, ça ressemblait bel et bien à une folie pure et simple ce que je venais entreprendre, et déposais ma cigarette encore éteinte sur la table avant de m’approcher de lui tranquillement sans le lâcher du regard. Cette expression froide, cela faisait un moment que je ne l’avais pas vu, et j’en étais peinée, profondément, mais je m’étais attendu à pire que cela en venant ici ce soir. C’est pourquoi je tentais vainement d’apaiser son courroux en parlant d’une voix calme, cherchant à lui expliquer rapidement pourquoi j’avais décidé de tout plaquer. Au fond, ce n’était pas bien compliqué en fait …

"C’est bien toi qui m’as dit qu’il fallait savoir faire des sacrifices non ? Et bien c’est ce que je fais … même si pour l’instant, je ne m’en rends pas encore bien compte, j’imagine que les jours à tes côtés ne seront pas roses, loin de là, mais je suis prête. "

Je baissais les yeux légèrement, fixant un point sur la baie vitrée derrière lui en gardant mon air passif, quoi qu’un peu blessée au fond. Même si j’essayais de rester calme, je n’y parvenais pas vraiment en fin de compte, j’étais trop à cran et trop obstinée pour ça. Ma voix gagna en puissance alors que je reprenais.

"Je ne peux pas passer des jours à attendre de tes nouvelles sans savoir si tu t’es fait tuer ou que sais-je encore ! C’est trop dur ! Même si je dois faire des concessions, je ne renoncerais pas. Isaac m’a dit une fois de cesser de suivre le chemin qu’on me donnait. C’est ce que je fais, je décide seule ! Et là, je décide de te suivre parce que c’est ce que je veux ! Peu importe les conséquences, je ne fais pas ça par appât du gain, pour la gloire, le poste ou je ne sais pas encore ce qu’on peut imaginer, je fais ça pour rester près de toi car c’est l’unique moyen que j’ai trouvé pour ne pas te perdre et je …"

Je m’arrêtais net et me retournais, sourcils froncés, passablement énervée sans trop savoir pourquoi, et retournais faire les cent pas dans l’appartement, les bras croisés. Je faisais dos au jeune homme, impossible de le regarder en face pour l’instant, je gardais les dents serrés quelques secondes avant de marmonner pour moi-même.

"Tsss... Laisse tomber, j’en ai trop dit. "

C’était pas tout à fait la réaction que j’imaginais, et je me laissais aller contre le dossier du sofa en soupirant, lui tournant toujours le dos en fixant la porte d’entrée. Je venais tout juste de penser à une éventualité qui expliquerait sa réticence à accepter ma demande. Le fait qu’il ne voulait pas tout simplement car il voulait trouver mieux, ce que je pouvais comprendre. Je soupirais, dans tous les cas, je craignais de lui poser la question. J’avisais la bouteille entamée non loin et hésitait quelques secondes à aller me resservir mais en détournais finalement le regard, inutile de finir complètement sèche, ça ne ferait probablement qu’envenimer les choses. Comment prouver à une personne qu’elle passe avant le reste ? Difficile … j’avais pourtant fait ça pendant des années, mais c’était dans un contexte totalement diffèrent, et plus par habitude que conviction … C’était probablement la première fois que j’affirmais vraiment ce que je voulais, c’était tellement rare que j’en restais presque choquée moi-même en fin de compte. Je fronçais les sourcils avant de me détourner soudainement pour m’approcher du jeune homme à grands pas avant de le prendre dans mes bras et posais mon front sur son épaule, dissimulant ainsi mon visage avant de murmurer doucement en ignorant son air glacial.

"Qu’est-ce qu’il faut que je fasse pour que tu comprennes que je tiens à toi Lyl … Dit le moi. Je veux seulement t’aider et c’est les meilleur moyen que j’ai trouvé, même s’il est tortueux, laisse-moi rester à tes côtés. Je saurais faire face, crois-moi s’il te plait. J’y arriverais … "

Y'a pas, les actes étaient toujours bien plus explicites que les paroles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: "Surprise, j'm'invite pour le diner !" [Pv. Lyl]   Dim 29 Juil - 23:41

Elle me renvoyait en pleine tronche mes paroles, celles d’Isaac. Seulement, ces paroles-là ne fonctionnaient que pour moi, et moi seul. La jeune femme s’approchait, je restais passif, froid, bras croisés. Mais au fur et à mesure qu’elle approchait, sa voix s’élevait jusqu’à devenir un peu trop fort. Je voulu la faire taire en plaquant ma main sur sa bouche mais elle le fit, retenant même la fin de sa phrase. Un détail qui m’échappait car je n’avais pas assez de jugeote pour imaginait une suite logique. Alors je restais implacable, tel un mur de glace. Si au fond j’étais touché, en apparence je montrais le contraire. Elle avait percé une partie des ténèbres qui m’habitait en s’interposant dans ma vie et maintenant elle voulait éteindre cette lueur. Car c’est ce que je pensais qui se passerait si elle me suivait. Je lui avais donné mon avis, favorable, mais elle semblait vouloir plus. C’était mon approbation totale qu’elle voulait, c’est pour ça qu’elle ne put s’empêcher de se vendre, encore et encore. Je revoyais à travers son attitude, à la fois colérique et frustrée, l’animal qui l’habitait. Elle ne tenait plus en place, ca me donnait presque le tournis.

Pandora tournait les talons dans ma direction, l’espace d’un instant je cru qu’elle allait me dévorer tant elle semblait menaçante. Mais c’est simplement pour m’enlacer sans me donner du répondant qu’elle approchait aussi vite. Elle reprit la parole, je fixais droit devant moi, statique.

« Qu’est-ce qu’il faut que je fasse pour que tu comprennes que je tiens à toi Lyl … Dit le moi.»

Un semblant d’attendrissement, je ne voulais pas flancher. C'était dur d'entendre ses paroles, car j'avais toujours cherché à éviter un quelconque attachement. J’étais en colère, pire, emplie de rage.

« Je veux seulement t’aider et c’est les meilleur moyen que j’ai trouvé, même s’il est tortueux, laisse-moi rester à tes côtés. Je saurais faire face, crois-moi s’il te plait. J’y arriverais … »

Je dégageais mon bras en chair et en os, tandis que l’autre agrippait doucement son haut. Je posais ma main derrière sa tête tout en fixant froidement devant moi. Je lâchais doucement dans un murmure…

« Imbécile… »

Une moue de dégoût retroussait ma lèvre supérieure, du dégoût face à des souvenirs écœurant. J’avais traversé un tas de trucs et c’est seulement depuis une poignée de mois que je regrettais d’avoir croisé le chemin d’Isaac. A cette heure-ci, plus que jamais je voulais lever le pied, fuir mon fardeau. Mais l’idée me répugnait, je regrettais l’amitié car c’était un bien précieux qui valait toutes les richesses de ce monde. Un bien qu’on voulait protéger, mais j’ignorais encore jusqu’où on pouvait aller pour… Si ce n’est se fourrer dans la gueule du Diable, comme Pandora le faisait à cet instant. Isaac, je te hais…

« Tu ne comprends pas…c’est évident que t’avoir à mes côtés serraient bénéfiques… mais c’est ton sourire…cette expression joyeuse que je veux préserver en refusant. »

J’agrippais doucement sa chevelure et baissais le menton, toujours aussi ferme…

« Si c’est là ton choix, alors je me m’y plierais et te demande pardon d’avance. »

Je laissais tomber ma main et retirais mon automail, je fixais un point à terre, sur le côté. Son regard, je ne voulais pas le croiser, je ne pouvais pas encore accepter son choix, ni lui pardonner sa folie. Mais peut être qu’un jour je m’éveillerais et alors ca m’apparaîtrait clair. En attendant j’étais braqué et ensevelis dans la noirceur.


Trente minutes plus tard, nous voilà de nouveau face à face. Cette fois j’étais sur le sofa dos à la baie vitrée et Pandora dans le fauteuil en face. Sur la table basse la bouteille de tout à l’heure et mon assiette vide. Après notre discussion nous avions coupé court, la jeune femme s’était alors dirigée vers la cuisine alors que j’ouvrais le volet pour sortir sur mon toit. Je prenais l’air sur ma terrasse personnelle. C’était mon seul avantage avec cet appartement situé au dernier étage. Notre conversation n’était probablement pas terminée, mais nous faisions une pause. Je gardais le silence, enfoncé dans le fond du sofa moelleux. Les bras croisés derrière la tête, je fixais la demoiselle sans vraiment me rendre compte de mon impolitesse ou de la gêne occasionnée. En j’ignorais un peu que ca ne se faisait pas, sur le coup j’avais zappé. Mon regard brillé un peu avec le reflet de la lumière derrière la jeune femme. Encore plus tamisée celle-ci, j’avais même éteint celle de la cuisine. Mon but était que nous soyons dissimulés à la vue des commères, s’il y en avait. J’en doutais un peu, c’est pourquoi j’avais laissé volet et fenêtre ouverts. Ma chevelure étant entièrement sèche elle était un brin ébouriffée, mon t-shirt remonté à cause de ma position et de mon bide repu. Plus nonchalant que jamais, je ne pensais à rien à cet instant…J’avais délaissé mes tracas, je l’observais c’est tout. Décidément, ca me faisait bizarre de voir une femme assise dans mon fauteuil, ou même simplement dans mon appartement de célibataire endurcit et de grand criminel. Un jeune homme seul avant tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 27

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: "Surprise, j'm'invite pour le diner !" [Pv. Lyl]   Lun 30 Juil - 13:57

J’esquissais un léger sourire en entendant sa remarque, dissimulé car je maintenais toujours mon front appuyé contre son épaule. Finalement, il s’était un peu laissé aller me rendant l’étreinte que je lui avais imposé, et ce simple geste, si bénin puisse-t-il paraitre me rassurait. Ses paroles me laissèrent songeuse et quelque peu amère. Certes, ce sourire que j’arborais la plupart du temps lorsqu’il était là risquait fort de disparaitre. Du moins, un certain temps. Je voyais sur le visage de mon ami que le temps à passer à combattre ainsi avait fait son œuvre, il était rare de le voir sourire en compagnie d’autres personnes. J’avais été surprise de lui tirer une expression joyeuse plus d’une fois, et c’était justement pour ça que je voulais me battre avec lui. Pour pouvoir continuer à voir ce sourire, même si je devais abandonner le mien pour ça. Ca ne me faisait pas peur. Je secouais la tête de manière négative lorsqu’il me pria enfin de l’excuser et me reculais légèrement pour apercevoir son visage, une expression grave gravé sur le mien.

"Ne cherche pas le pardon pour une faute que tu n’as pas commis. Je suis la seule à devoir être jugée cette fois, et même si on ne le croirait pas, je sais pertinemment ce que je fais. "

Après quelques secondes d’hésitation, je finis par baisser les yeux légèrement, reprenant d’une voix plus douce.

"Merci Lyl …"

Lorsqu’il dénoua ses bras, j’en profitais pour défaire mon étreinte également et tourner les talons rapidement. Il faudrait du temps pour que je sois au niveau, du temps et de l’entrainement. J’avais beau être une chimère, mes années de combats n’étaient plus toutes proches, et avant tout, il me faudrait m’endurcir. Mais ce n’était pas la motivation qui me manquait non, juste le temps. Plusieurs détails vinrent fourmiller dans mon esprit, comme le fait de devoir probablement travailler avec ma sœur, ce qui m’avait longtemps poussé à hésiter, mais il serait toujours temps de trouver une parade plus tard. Je lâchais un profond soupir, laissant redescendre la tension accumulée ces quelques dernières minutes, avant que mon regard ne se pose sur la gazinière désertée. C’est vrai qu’après tout … je m’étais plus ou moins invitée à manger en fait, et je ne me souvenais pas avoir entendu le jeune homme refuser.

Attrapant une casserole une fois dans la cuisine, je la remplis d’eau et la mit à chauffer le temps de trouver ce que je cherchais, partant à l’assaut des placards. Et à part du grignotage, je dois avouer qu’il n’y avait pas grand-chose ici. Mais je finis par dégoter mon trésor, un paquet de pâtes planqué dans un recoin. Ca ferait parfaitement l’affaire. Sans véritablement doser, je versais ce qu’il restait dans l’eau bouillante et jetais négligemment le paquet dans ce qui ressemblait à la poubelle avant de sortir des couverts pour pouvoir manger. Ouais, je m’invitais à manger sans rien demander, et en plus je faisais la bouffe. Mais où étaient passées les bonnes manières de ma jeunesse ? Bien loin … Dans les tréfonds des restes du laboratoire n°5 probablement. Le silence s’était installé sur l’habitat, mais il était bien plus reposant que pesant au fond. Tout en bidouillant dans le bout de cuisine, je jetais de fréquents regards vers le jeune homme appuyé contre le chambranle de la fenêtre en observant l’extérieur. Il semblait pensif, perturbé par ce que je venais de lui demander, et au fond, je pouvais bien le comprendre. C’est peut-être pour ça d’ailleurs que je ne disais rien, préférant le laisser avaler la nouvelle tant bien que mal. J’observais la table à manger quelques secondes avant de me détourner, préférant manger directement dans la salle. Je m’occupais donc de vider la casserole de nouilles dans deux assiettes, d’aller les déposer sur la table basse avant d’aller récupérer la bouteille en omettant les verres par erreur. Mais je m’en rendis compte une fois installé sur le canapé, assiette sur mes jambes croisées en tailleur, et je n’eus pas le courage de retourner les chercher. Tant pis, ce ne serait pas la première fois que je boirais au goulot après tout.

Une poignée de minutes plus tard, je me laissais aller dans le fauteuil, une main sur le ventre, l’autre tenant mon assiette dans un équilibre précaire sur mon genou. J’avais l’impression de ne pas avoir mangé depuis des lustres, et d’avoir diner comme une reine du coup, même si ce n’était au fond qu’une simple plâtrée de pâtes. Mais ça me suffisait. Les yeux fermés durant quelques minutes, je savourais en silence le calme de la pièce. Je finis par rouvrir les yeux pour croiser le regard de mon ami, et me penchais en avant pour déposer mes couverts sur la table basse, avant de m’installer plus confortablement dans le fauteuil, plus ou moins contorsionnée comme à mon habitude. Voyant qu’il m’observait toujours, je fronçais légèrement les sourcils, l’air perplexe, et penchais légèrement la tête sur le côté.

"Qu’est-ce qu’il y a ?"

Question à la con, hm. Je venais de lui annoncer quelque chose de pas évident, pas bien difficile de comprendre ce qu’il y avait, du moins, c’est ce que je me disais. Je me sentais un peu coupable du changement d’humeur du jeune homme, pour la peine, c’est moi qui avais fini par ôter le sourire canaille qu’arborait son visage de temps en temps. Je lâchais un soupir imperceptible avant de reprendre doucement, le regard baissé.

"J’imagine qu’il va y avoir du boulot pour que je sois au niveau, hm ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: "Surprise, j'm'invite pour le diner !" [Pv. Lyl]   Lun 30 Juil - 15:18

Un haussement de sourcil très explicite suivis d’un mince soupire. C’est clair qu’il y avait du boulot. J’ignorais ses capacités, si ce n’est la filature et la discrétion. Fallait espérer à cet instant qu’elle ait des capacités faciles à exploiter et à améliorer. Si j’étais aussi confiant c’est parce que quelque part je n’en doutais pas. Et puis, si je lui accordais du temps et me chargeais personnellement de son entraînement alors ce serrait plus rapide. Mais quel genre d’initié j’allais en faire ? Le combat au corps à corps était le plus important, mon atout principal suivis de près par l’alchimie. Je baissais les bras pour les entendre au dessus du canapé.

« Hmm… ca dépend de tes capacités. »

Pire que les capacités physiques, celles psychiques. Je voulais la tester donc je reprenais…

« braquer ton arme entre les deux yeux d’un enfant, recenser les cobayes morts, regarder un fragment de la Pierre Philosophale se créer, te retrouver face au meurtrier de ton oncle ou encore regarder ton ami tuer ; Tout ça sans réagir alors que tu en as le pouvoir. Ta vraie force est là ; je fléchissais mon bras droit pour lui montrer du bout de mon indexe ma tempe, tapotant doucement tout en plongeant mon regard de glace dans le sien. Tu crois pouvoir en être capable ? On ne s’improvise pas meurtrier Pandora, pas du jour au lendemain… »

Je reposais mon bras et détournais le regard en soupirant de lassitude avant de ne me pencher. Mes avant-bras posés sur mes cuisses mon regard croisait la montre en argent d’Isaac. Je fronçais les sourcils, songeur. Je ne ferrais pas comme Isaac et ne serais pas aussi égoïste que lui. J’avais appris de ses erreurs. Je en comptais pas envoyer Pandora en mission si elle devenait mon bras droit, non, elle resterait à mes côtés et me suivrait. Je ne voulais pas lui faire faire de telles choses. C’était ça le pardon que je lui avais demandé d’avance. La jeune femme était encore trop naïve. En tant que Chef et elle mon bras droit, elle ne tiendrait ses ordres que de moi. J’aurais dû lui préciser mais je voulais voir sa réaction. Je la mettais au pied du mur en sachant pertinemment qu’elle ne pourrait se résoudre à de telles atrocités. Moi-même aujourd’hui et depuis quelques temps je ne pouvais plus m’y résoudre. Je blesser de manière à plonger mon adversaire dans l’inconscience pour lui épargner la mort. Combien de rescapés comme ça ? Je ne pourrais le dire ni donner une approximation du nombre. Je prenais la montre avec lenteur, nostalgique.

*Toi tu ne m’as pas laissé de choix, ni protégé, tout ca pour te venger. Je ne ferrais pas comme toi Isaac, je ne l’enverrais pas au front pour servir mes intérêts.*

Je l’ouvrais, puis la refermais et recommençais ainsi de suite. Très vite j’annoncerais mon départ au chef et à mes subordonnés. Je feinterais d’aller chercher mon homme à Drachma. Ca nous ferra gagner du temps pour la préparer à arborer le masque et à contenir sa haine face à sa sœur et à tout ceux qu'elle verrait... Il fallait vite prévoir son entraînement pour faire descendre la pression ainsi que l’atmosphère compétitive qui régnait au sein des meilleurs pions. Mais avant-ça, qui sait ce que j’aurais encore à faire pour pouvoir me libérer…L’entraînement de Pandora serrait long et étalé sur des mois même après son adhésion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 27

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: "Surprise, j'm'invite pour le diner !" [Pv. Lyl]   Lun 30 Juil - 15:49

Je déglutis difficilement en entendant les paroles du jeune homme. En l’état, j’étais tout à fait incapable de faire un dixième de ce qu’il venait d’énoncer. Et ça, c’était clairement inscrit sur mon visage, j’en avais conscience. Je croisais son regard quelques secondes, dur comme le jade qui définissait si bien son regard avant de baisser le mien, dépitée, et lâchais un profond soupir d’amertume. Inutile de lui dire ce que je ressentais à cet instant, je pense qu’il s’en doutait bien assez, ces paroles venaient de m’effrayer, et au fond, c’était peut-être ce qu’il cherchait à faire. Mais je devais bien l’avouer, il avait raison, je n’étais pas une tueuse dans l’âme. Mais tout s’apprend après tout … Même donner la mort, même si ça me débectait, je trouverais probablement un moyen d’éviter d’achever mes adversaires. Je trouverais, je n’avais pas le choix de toute façon. Lorsque je daignais enfin relever les yeux vers lui, c’est un pli soucieux qui barrait mon front en l’observant.

"Je le sais … "

Je passais une main nerveuse dans ma chevelure neigeuse avant de détourner la tête vers l’extérieur auquel je faisais dos, inspirant les fragrances qui émanait de la fenêtre encore ouverte.

"Je ne te cache pas que ça risque de prendre du temps, beaucoup de temps, pour que j’accepte de faire ça …. " *si je l’accepte un jour *

Je détournais le regard. Sur le papier, balancé ainsi, ça paraissait faisable. Horrible, affreux, cruel, sadique, mais faisable. Or je savais pertinemment que dans les faits, je serais bien incapable de lever une arme face à un enfant. Je ne pouvais pas. Ca commençait déjà à ma torturer l’esprit et je me pris la tête dans les mains, fixant le sol avec une certaine détresse comme si ce dernier aller m’apporter une solution toute faite. Les sourcils froncés, je repris le fil de mon léger monologue.

"Il n’y a pas d’autres …. Options ? Devenir une meurtrière sans âme, c’est là le seul moyen grâce auquel je pourrais veiller sur toi ? Je ne sais pas … il doit bien y avoir un moyen … Une solution pour ne pas tuer… autant ... "

Je faisais preuve de faiblesse ainsi, mais il était trop tard lorsque je m’en aperçus. Pourtant, ma détermination était inébranlable, mais j’avais peur. J’étais terrorisée maintenant que j’avais une vague idée de ce qui m’attendait. Effrayée de ne pas être à la hauteur, à sa hauteur. Je n’avais pourtant plus le choix, je ne me l’étais même pas laisser en réalité, je devais avancer ainsi. Ce masque que je détestais temps était sur le point de devenir mon second visage, et je savais par avance que c’est derrière lui que je cacherais ma peur et mes doutes. Devenir une autre personne, j’en étais incapable au fond, mais faire semblant d’en être une me semblait déjà plus réalisable. Relevant la tête, les bras posés sur mes cuisses dans une position très semblable à celle du jeune homme, je braquais vers lui un regard froid et déterminé.

"Je suis prête à apprendre. Maintenant même si tu veux. Je ne renoncerais pas. "

Hors de question que je lui fasse par des doutes qui m’assaillait. Non pas sur ma motivation, mais sur ce que j’allais devenir. Est-ce que j’étais prête à sacrifier la petite part d’humanité qui me restait encore ? Je n’en étais plus si sûre, mais je ne pouvais désormais plus reculer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: "Surprise, j'm'invite pour le diner !" [Pv. Lyl]   Lun 30 Juil - 21:50

Une réaction tout à fait normale que celle de la détresse à cet instant précis. Ca me rappelait nos conversations avec Isaac, ca ravivait mon image ambivalente de cet homme. Aimé et détesté à la fois. Je me souvenais avoir été mis au pied du mur lors de ma première mission. Pris au piège tant par ce chef et par Isaac au final. Le visage de cette jeune femme était gravé dans mon esprit, tout comme l’instant ; Seuls les diverses émotions ressenties avaient disparus mais aujourd’hui je pouvais parfaitement les réitérer. Même si à l’époque ce meurtre était plus un suicide qu’autre chose le fait que j’y contribue faisait tout de même de moi un meurtrier, et ca de manière irréversible. J’aurais pus réfléchir à une autre alternative et alors à cet instant j’aurais disparu avec l’innocente et je ne serais certaine pas devenu le Capitaine des insurgés. La jeune femme avait raison, je ne peux me le pardonner. Un choix que je n’ai pus saisir… Infliger ça à quelqu’un d’autre ne me venait même pas à l’esprit, c’était MA mission après tout. Je détournais les yeux de la jeune femme alors qu’elle tentait de dissimuler sa peine. Quelle vision désagréable, pourtant je gardais cette attitude indifférente. Je lâchais la montre et répondais doucement…

« Tu suivra mes ordres, uniquement les miens .Comment pourrais-je t’infliger cela ? »

Ma réponse parlait d’elle-même, elle avait ses réponses. Je lâchais un profond soupire, ma colère demeurait elle était combinée à la déception. Il me fallait du temps pour accepter qu’on veuille suivre mon calvaire alors que moi je cherchais à y mettre un terme par tous les moyens… J’avais déjà perdu un bras pour parvenir à acquérir plus vite le savoir. On a qu’une vie et je suis encore jeune, je manquais en sagesse… Je me levais, délaissant la vaisselle, ca pouvait attendre. Je l’observais un court instant, je remballais mon amertume.

« Sujet clos, pour ce soir… »

Je dépassais le canapé et refermais les volets de la baie vitrée. Je laissais tout de même la fenêtre ouverte, j’écartais les fenêtres avec lenteur à cause de mes songes, lâchant doucement d’une voix monotone…

« C’était donc seulement pour ça que tu venais… J’t’avouerais que j’étais loin d’imaginer une telle requête… »

Je ressassais... Je lui faisais face, une légère moue au bord des lèvres, je refaiaiss le tour pour reprendre ma place sur le canapé, planté en pleine milieu de celui-ci. Je me penchais sur la table basse, un regard dur qui tendait plus vers le mystère, là j’attrapais la bouteille. Je détournais mon regard que lorsque je m’enfilais une bonne partie du breuvage au goulot. Je gardais la bouteille dans ma main et m’affalais dans le fond de mon siège. Impossible de tirer un trait, ce soir j’étais que bon à ressasser… Ma tête fut soudainement lourde, ce que je venais d’engloutir me mit une claque d’un coup. Je me laissais d’avantage allé dans le confort du sofa, la tête un brin inclinée et levée. Bah putain… J’allais bien dormir.

« T’es quand même plutôt gonflée quand j’y pense… »

C’est un sourire suave aux lèvres que je lâchais ça non pas sous le signe d’un reproche. Je reprenais sans bouger de mon nuage cotonneux…

« C’est vrais ! Du culot et du courage. M’enfin…c’est certainement ce qu’il faut pour ce que tu veux. »

Les femmes entreprenantes ne foncent jamais dans un mur car elles savent toujours ce qu’elles veulent. J’ignorais si c’était le cas de la chimère, je m’y attendais tout de même un peu. Elle avait quand même songé à l’idée durant plusieurs mois ! Elle était arrivée et m’avait empêché d’y réfléchir. Un brin autoritaire aussi… Quelque part ca m’amusait car je ne lui connaissais pas ce côté. Dure de tourner la page, même si j’avais tenu à clore le sujet…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 27

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: "Surprise, j'm'invite pour le diner !" [Pv. Lyl]   Mer 1 Aoû - 7:18

Mon soulagement fut visible de manière quasi instantanée lorsque j’entendis les paroles du jeune homme, et je sentis mes épaules s’affaisser comme si l’on venait d’en retirer un poids énorme alors que je me laissais retomber négligemment contre le dossier du fauteuil. Il n’était pas bien difficile de voir que ma décision lui déplaisait fortement, mais pour une fois je comptais bien passer outre son avis. Au fond je le comprenais un peu, dans la même situation que lui, j’aurais probablement refusé avec acharnement que quiconque ne me suive. Mais voilà, ce n’était pas moi, et j’en étais soulagée. S’il avait fallu que je me dispute avec lui sur ce sujet, ça m’aurait profondément peiné même si je n’aurais pas démordue de ma position. Visiblement, il n’avait aucune envie de ressasser la mauvaise nouvelle et s’en allait à la fenêtre pour avoir la paix. J’entendis néanmoins ses paroles, bien que sa voix fût relativement faible et fronçais les sourcils. A ces mots, l’impression de passer pour une opportuniste ne faisait que s’agrandir, et ce n’était absolument pas le cas. Je lâchais un profond soupir d’amertume sans bouger, avant de lui rétorquer doucement.

"Je suis venu avant tout pour te voir … Aurais-tu refusé ma requête que je serais restée avec toi quand même ça ne change rien. Maintenant, je comprends bien que ce n’est probablement pas l’impression que je t’ai donné … Excuse-moi dans ce cas, je ne voulais pas t’offenser."

Je me tus, consciente que mes paroles prenaient une direction peu recommandable, je recommençais à vouloir me faire pardonner pour tout et n’importe quoi. J’avisais les assiettes délaissées sur la table et me relevais dans la foulée, attrapant la vaisselle par réflexe pour aller la faire. Et oui, on ne se débarrasse pas facilement des habitudes, même lorsqu’on n’est pas chez soi. Me dirigeant vers le bout de cuisine, je fourrais le tout en l’évier et entrepris de nettoyer nous couverts, le regard perdu sur le mur de carrelage devant moi, je ne regardais pas vraiment ce que je faisais. La voix du jeune homme me tira de mes pensées et je tournais le visage vers lui sans arrêter ma besogne pour l’écouter, avant d’afficher un demi-sourire. Ca ne sonnait pas comme un défaut visiblement … Je n’avais pourtant pas coutume de faire appel au culot, ou alors que je ne m’en rendais pas compte … Un couverts me glissa des mains et je sursautais légèrement en sentant la lame m’érafler la paume avant de me reconcentrer sur ce que je faisais. Je m’étais à peine taillée mais l’eau avait déjà une couleur rougie, aussi je m’empressais de vider l’évier pour faire disparaitre ça, et de finir les trois couverts restant avant de chercher de quoi m’essuyer les mains du regard. Je pris un morceau de sopalin roulé en boule que je gardais dans ma main serrée pour ne pas laisser de gouttes de sang transparaitre, avant d’attraper une cigarette dans ma poche et de me diriger vers la fenêtre pour l’allumer, observant le jeune homme qui me faisait dos, bouteille à la main, tout en réfléchissant à ses paroles avant de sourire. Hélas, si je savais moi-même ce que je voulais vraiment, ça serait déjà bien mon cher ! Toutefois, je gardais le silence en avalant mon poison quotidien, préférant me taire plutôt que de dire de nouvelles bêtises. Le temps de finir le bâton de nicotine, je m’aperçus que la bouteille avait bien baissée déjà, et histoire d’en avoir encore un peu, j’allais m’assoir non pas sur le fauteuil, mais à la droite de mon ami en lui retirant doucement la bouteille des mains avec un sourire enjôleur.

"Tu partages ?"

Sans attendre de véritable réponse car il semblait momentanément ailleurs, je la portais à mes lèvres pour en avaler plusieurs longues gorgées avant de la coincer entre mes genoux en cherchant le bouchon du regard. Introuvable …. Boh, de toute façon, vu la claque qu’elle avait déjà pris, il y avait peu de chances qu’elle passe la nuit. Je m’étirais doucement, l’esprit quelque peu embrumé déjà, et renversais ma tête contre le dossier du canapé, les bras étendu sur ce dernier en mode feignante. Etrangement, maintenant que j’avais tout, ou presque, balancé sur le tapis, je me sentais bien moins opprimée. Je flippais désormais, c’était un fait, mais je me sentais bien plus sereine qu’auparavant. Mes doigts effleurèrent les cheveux plus longs de mon ami sans que je m’en rende vraiment compte alors que je me laissais légèrement glisser pour me mettre à l’aise dans le fond du canapé avant de soupirer doucement.

"J’imagine qu’il va falloir que je reparte … "

Cette idée ne m’enchantait guère. J’étais bien ici, même si c’était encore risqué, et pour lui, et pour moi, je me sentais bien dans cette appart’. Bon, l’alcool avait du y participer, car il est vrai que je me sentais un peu cotonneuse, et surtout, bien sans véritable raison, alors que beaucoup de choses auraient du me faire ressentir l’inverse en cet instant. Et j’avais chaud. C’était à ça que je parvins à définir que j’avais un léger coup dans le nez en fin de compte. En tournant la tête vers Lyl, je me rendis compte que j’étais plus proche de lui que ce que je croyais, mais ne bougeais pas pour autant. A la place, je levais ma main gauche pour bouger les mèches immaculées de son front et apercevoir ses yeux. Il restait silencieux depuis un bon moment déjà. Mais lorsque je croisais son regard de jade, j’esquissais un léger sourire contrit avant de relâcher sa chevelure.

"J'ai bien cru que tu t'étais endormi !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: "Surprise, j'm'invite pour le diner !" [Pv. Lyl]   Sam 4 Aoû - 14:42

La bouche entrouverte je la regardais se diriger vers la cuisine, j’avais bien envie de lui dire d’arrêter ça sur le champ mais je savais pertinemment que cette fois encore elle en ferrait qu’à sa tête. Elle fit ma vaisselle en silence avec une rapidité qui m’échappait… Erf, moi qui croyais que ma technique était rapide… Passons.
Cinq minutes plus tard elle se trouvait à ma droite pour ensuite s’emparer de la bouteille. Un sourire en guise de réponse, je détournais le regard. Celui-ci se baladait sur ma bibliothèque poussiéreuse, puis sur d’autres choses qui meublaient mon appartement. Une courte absence due à l’alcool, c’est en sentant quelque chose érafler ma chevelure que je revenais à moi. Pandora, affalée de manière épuisée à côté de moi. La cause de cet accoutrement qui nous adoptait aussi bien l’un qu’à l’autre se tenait entre les jambes de la demoiselle. Bordel c’est qu’elle attaquait vite et de manière fourbe !

« J’imagine qu’il va falloir que je reparte … »

Je tournais la tête, toujours autant enfoncé dans mon sofa, j’observais mon interlocutrice, tentant tant bien que mal de viser son visage. J’aurais juré que le monde tournait autour de moi à cet instant… Effluve d’alcool qui s’échappait de mon haleine, la tigresse tournait la tête et cette fois ce sont ses yeux bleus que j’essayais de viser. N’ayant pas réagi à sa dernière annonce je sortais de ma léthargie lorsqu’elle me fit une remarquer sur mon manque de réaction. Mon esprit dormait mais pas mon corps. Je me redressais me faisant décoiffer par la même occasion à cause de mon geste brusque. Redressé je reprenais mes esprits avant de ne sombrer dans le sommeil de l’ivrogne. Je riais doucement, discrètement, l’information était montée à l’esprit en repensant à l’état de la demoiselle et à sa phrase. En temps normal je l’aurais ramenée afin de nous éviter des problèmes mais voyez-vous…je n’étais pas en état. Je me frottais le front tout en replaçant en arrière mes mèches rebelles avant de tourner la tête pour l’observer au-dessus mon épaule…

« Allons bon…je tendais le bras pour me saisir de la bouteille . Tu peux rester…exceptionnellement, un mot que je prononçais lentement en insistant bien sur chaque syllabe, sourire en coin. M’enfin…, je portais la bouteille à mes lèvres, l’observant du coin de l’œil une fois ma tête replacée dans son axe, je vais devoir te garder jusqu’à ce que la voie soit libre… »

Mon ce n’est pas de la séquestration… J’avalais goulument la moitié de ce qui restait du liquide avant de lui tendre. Je grimaçais, je me souvenais m’être dis de ne pas vouloir me cuiter en ouvrant cette bouteille… Deux cuites en si peu de temps… Cette fois j’étais arraché, malgré ça je gardais les pieds (plus ou moins) sur terre.

« J’ai la tourne qui tête… »

Pandora avait réquisitionné la bouteille bien avant que je déclare cette phrase inversée. Je secouais doucement la main comme pour ordonner à une menace invisible d’arrêter… En fait je fronçais les sourcils et j’essayais juste de me concentrer pour que ma vue retrouve sa fonctionnalité habituelle. Je sortais une cigarette et je l’allumais aussitôt avant de replonger dans le fond de mon sofa moelleux… Un piège ce truc ! Je reprenais aussitôt…

« J’vais crécher là pour la nuit… »

Ainsi mon sport matinal pour entretenir ma forme olympique et le reste de mon hebdomadaire ne serait pas gêné. Était-ce réellement une gêne ? Non. Une femme dans mon appartement, ivre et partie pour y loger une nuit et qui sait combien de temps après… Trop éméché pour vraiment réaliser, j’avais l’alcool abruti en ce moment tant la fatigue me prenait de court… Un bras plié sur ma tête, jambes écartées, clope au bec, j’attendais que ça se passe de manière négligée et incapable de me motiver. Laissez-moi quelques minutes…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 27

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: "Surprise, j'm'invite pour le diner !" [Pv. Lyl]   Sam 4 Aoû - 16:24

Telle une gamine, j’affichais un regard enjôleur pour bien lui faire comprendre que je n’avais pas la moindre envie de quitter les lieux, et sa réponse me fit sourire, avant de rire légèrement en l’entendant appuyer de manière intensive sur le « Exceptionnellement » avant de se reprendre. Sans gêne, je le vis se mettre à l’aise au fin fond du sofa et l’observais sans la moindre pudeur, le détaillant tranquillement à la lueur tamisée de la seule source de lumière venant de l’extérieur. Je récupérais rapidement la bouteille qu’il venait encore de descendre d’une bonne partie de son contenu et fronçais légèrement les sourcils sans me départir de mon sourire lorsqu’il sous entendait me retenir. J’avalais quelques petites gorgées, la tête commençait à me tourner un peu trop déjà, et lui répondis d’une petite voix.

"Oh, ça me dérange énormément que tu doives me garder tiens … "

Les paroles du jeune homme devenaient de moins en moins claires à mesure que le contenu de la bouteille diminuait, ou bien était-ce mon cerveau qui commençait à ne plus suivre la cadence. J’étais pourtant sûre d’être encore lucide, mais mes gestes et mes paroles semblaient passablement ralentis, et je finis par m’en rendre compte avant de jeter un regard accusateur à la bouteille comme si c’était elle qui m’avait forcé à boire. Je la posais sur la table basse et la repoussais du doigt comme un objet diabolique avant de me laisser retomber dans le sofa sans grande délicatesse, les gestes engourdis. Jetant un léger coup d’œil à mon ami qui semblait également à son aise, je l’entendis marmonner sans trop comprendre ce qu’il me disait, avant de me laisser glisser contre lui pour atterrir la tête sur ses genoux, les yeux mi-clos. Je poussais un profond soupir de bien-être, ayant légèrement zappé en quelques gorgées de cet alcool mielleux la raison qui m’avait poussé à le goûter de manière aussi poussée, et me blottis comme un félin contre le jeune homme pour profiter de sa fraicheur alors que je sentais mon corps chauffer plus que d’ordinaire sous l’effet de la boisson. D’une petite voix fluette je laissais échapper quelques mots.

"Je crois bien que j’ai la peur de bouger de là. Bonne douche Lyl ."

Je plissais les yeux, car ce que je venais de dire n’avait rien à voir avec ce que je voulais dire ! Preuve qu’il était temps probablement de fermer les écoutilles. En mode bisounours, je me saisis de l’avant bras de chair de mon ami et le maintins contre moi tel un doudou avant de m’endormir doucement dessus sans la moindre gêne. Y’a pas, il fallait vraiment que j’arrête de boire, l’alcool me mettait vraiment dans des états lamentables. Non, je ne venais pas de le bloquer pour une durée indéterminé, c’est faux ! Sans attendre plus longtemps, je plongeais dans les bras de Morphée, comme assommée par la fatigue.

Pour une fois, mon sommeil fut léger, dénué de songes lugubres et sanglants, ou bien de souvenirs usants. Je réussis pour une fois à me reposer efficacement et lorsque j’ouvris les yeux, même si je fus accueillie par un mal de crâne tonitruant qui me vrillant les tempes comme une perceuse, je me rendis compte que j’étais malgré tout reposée. Les yeux plissés, j’essayais de limiter l’afflux de lumière qui parvenait jusqu’à moi, ayant l’impression que ça risquait fort de me faire exploser la tête. Je mis bien cinq minutes à m’habituer à la luminosité avant de daigner relever légèrement la tête. Comme d’habitude, j’avais dormi dans une position étrange. Une jambe pliée sous l’autre qui pendait lamentablement sur l’accoudoir, un bras sur le visage, complètement tordue pour ne pas changer. Je levais lourdement la tête pour observer la pièce, ayant momentanément oublié où je me trouvais et je ne reconnaissais pas la pièce. Je cherchais dans mes souvenirs avant que mon regard ne tombe sur la bouteille vide. La soirée. Ma demande. Lyl. L’alcool. Le canapé. C’est bon, je remettais à peu près tout, il manquait pourtant un élément essentiel. Mon ami brillait par son absence. Je me redressais doucement en massant ma tête douloureuse avant de jeter un coup d’œil à la pièce. La seule chose dont j’avais envie, c’était de me débarrasser de l’impression de crasse que j’avais toujours un lendemain de cuite. Seulement, pas question de partir sans avoir revu le jeune homme, qui plus est, je doutais fortement qu’il apprécie que je quitte sa place forte avant qu’il n’ait vérifié si la voie était libre. Aussi, je pris le problème autrement et après m’être levée et avoir fait quelques pas peu assurée, je me dirigeais vers la pièce d’où je l’avais vu sortir totalement nu la veille. Et non, même ça je ne l’avais pas zappé avec l’alcool ! Cherchant du bout du nez, je finis par dénicher une serviette propre, et sans plus réfléchir, je retirais mes vêtements, laissant la porte de la salle de bain entrouverte sans vraiment m’en rendre compte.

Bloquée sous une douche froide depuis dix minutes, je me remettais les idées en place tranquillement, la fraicheur faisant du bien à mon front brûlant, et j’avais l’estomac en vrac. Aucune envie de bouffer maintenant, ce qui était plutôt rare …. Je finis par me laver et sortie de la douche en m’entourant de la serviette que j’avais emprunté à mon ami après avoir bien pris soin d’essorer ma chevelure trop longue pour ne pas foutre de l’eau partout. Inconsciemment, je prenais mes aises sans la moindre gêne. Quelque part, Lyl avait parfaitement raison, je ne manquais pas de culot. Mais au fond, c’est parce que je savais bien que personne hormis lui ne viendrait pointer le bout de son nez ici, c’est pour cela que je ne craignais pas grand-chose au fond. Repoussant la porte de la salle d’eau, je traversais le salon uniquement vêtue de ma serviette d’emprunt pour aller me boire un verre de lait et faire passer cette foutue pâteuse, vestige inévitable d’une soirée alcoolisée, avant de lever les yeux vers l’horloge. Je manquais de m’étouffer avec mon breuvage en voyant l’heure et reposais le verre sur la table pour reprendre ma respiration. J’avais fait plus du tour du cadran de l’horloge en dormant, il était deux heures de l’après-midi. Je comprenais désormais pourquoi j’étais seule ici. Lâchant un léger soupir, j’appuyais mon épaule sur le mur proche en fixant l’extérieur que je pouvais apercevoir par les volets mi-clos en finissant mon lait. Un bruit retentit derrière moi au moment où je partais nettoyer le verre, son significatif d’un trousseau de clefs. De manière tout à fait irrationnelle, je me dépêchais de laver mon verre pour le ranger, alors qu’à priori, ce n’est peut-être pas ce qui pressait le plus là tout de suite …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: "Surprise, j'm'invite pour le diner !" [Pv. Lyl]   Sam 4 Aoû - 20:41

J’avisais une probable partie de carte ou je ne sais quel autre jeu de boisson dont j’avais la connaissance et la pratique uniquement dans des bars lorsque la jeune femme vint s’affaler sur mes genoux. Un sourcil levé par l’intrigue je la regardais la respiration momentanément coupée. Qu’est-ce que cela ? Et ses paroles alors ? Je ne les saisissais pas tout comme la situation. C’est quelques secondes plus tard lorsqu’un silence de mort vint nous englober que je compris qu’elle était juste ivre morte. J’en avais vu des femmes ivres, mais jamais une aussi peu coopérative au point de s’endormir sur…sur mes genoux ?! Un contact très étrange qui éveillait seulement mon côté attendri… Quoi d’autre en cet instant ? Un soupire, je terminais ma clope avant de me retirer. Une délicatesse imparable malgré mon corps engourdi et alourdi. Je délaissais mon intruse sur mon sofa et croisais les bras. Je réfléchissais. Pouvais-je la transporter sans casse jusqu’à ma chambre pour un lit plus confortable ? Après réflexion j’en déduisais que non. Je couvrais la miss d’une couverture, l’unique de l’appartement et donc celle de mon propre lit qui ne servait que de décors en général. Ainsi je partais me coucher en prenant le soin de tout remettre en ordre. Un sourire en coin je rejoignais mon matelas et m’endormi dés l’instant où je quittais mes fringues.

Toujours la même chose, cet œil gigantesque, la silhouette de ma mère et un mélange inconscient entre Homonculus et autres démons qui me pourchassaient fréquemment la nuit. Les nuits bercées par l’alcool accentuaient mes cauchemars, c’était étrange, peut être devais-je songer à une autre chose plus…douce ? Je savais déjà quoi mais l’idée m’échappait à chaque fois, pourtant ce n’étaient pas les occasions d’en acheter et d’en consommer qui m’échappaient. Alors comme tous ces matins qui précédaient une nuit tyrannisée je me réveillais aux aurores en sursaut. Réflexes habituels, je matais l’heure sur une montre gousset sur ma commode et soupirais, lassé avant de m’asseoir et de me saisir d’une clope. Quelle merde… Le sommeil m’échappait déjà et me rebutait alors je me levais pour entamer une autre maudite journée comme toutes celles de mon existence. Une existence dont j’étais l’acteur que depuis quelques mois, autrefois spectateur. Assis sur le rebord de mon lit, face à ma fenêtre ouverte mais barricadée par un gros volet en bois marron je renvoyais en arrière ma chevelure neigeuse. Le soleil s’apprêtait à se lever dans quelques minutes. Je sentis alors une présence alors que je déposais mes premières cendres dans le cendrier sur le rebord de la fenêtre. Pandora semblait encore immobile, assoupie dans mon sofa.

Je me dirigeais vers le salon et m’arrêtais à l’entrée de celui-ci, mon épaule appuyée contre le mur. Elle dormait, débrayée et installée d’une manière sûrement pas très confortable. Mon visage restait froid malgré la joie de la redécouvrir dans mon appartement, mon intimité. Ma joie était dépassée par la colère, je me souvenais de notre conversation et ma rancœur était toujours là. Je n’arrivais pas encore à l’accepter ni à envisager de le faire, pourtant j’accepter son choix et seulement ça. Un choix étrange d’ailleurs. Je me dirigeais alors vers la baie vitrée, dans un silence remarquable qui faisait de moi un grand espion nocturne je me faufilais entre les volets pour gagner le toit, ma terrasse. Je transmutais une barre de traction à défaut d’user celle dans l’appartement. Me muscler pour entretenir ma forme et pour libérer une colère retenue. C’est enchaînant cet exercice avec acharnement que je laissais déferler ma colère en repensant à notre conversation. Mais plus j’y pensais et plus j’avais envie d’aller la réveiller pour annuler notre entendu. J’étais partagé. Partagé par des choses qui m’échappaient et que je ne pouvais expliquer si ce n’est le fait de partager mon quotidien merdique avec l’unique être qui m’était cher… Quelle merde… Ce n’est qu’une fois à bout de force que j’arrêtais pour faire une pause de quelques minutes avant d’attaquer une série d’abdominaux. L’air de rien ça défoulait et une fois ma séance achevée je pouvais réfléchir tranquillement.

Vingt minutes plus tard je me trouvais dans le QG, aussitôt alpagué par Morisson. J’en profitais pour lui toucher quelques mots sur la bouteille qu’il m’avait ramenée. Aussitôt ce Don Juan cherchait à m’extirper les vers du nez en me faisant avouer une chose fausse, soit le fait d’avoir passer la nuit avec une femme. Techniquement non, mais il n’avait pas tord sur le fait que j’avais partagé son breuvage maléfique. Notre conversation se terminait sur l’annonce de sa prochaine venue pour m’en apporter une autre. L’enfoiré me tirait un rire amer qui le figeait sur place. Le bougre qui faisait parti de ma garde personnelle ne m’avait jamais vu rire ainsi hors mis lors de nos tournées de bars. En effet, ce type m’était sympathique mais je n’arrivais pas encore à le cerner et donc à rétracter ma carapace. Qui me dit qu’il n’était pas fourbe ? Lui qui refusait de prendre la place de bras droit, peut-être que c’était-là une manigance fourbe pour brouiller les pistes d’un meurtrier sanguinaire qui voulait prendre ma place. Tout comme Jade… J’étais parano’, cependant c’était indispensables pour un type comme moi et dans ma position…Non ? Passons.

Durant toute la matinée je m’occupais de paperasse et autres affaires. J’avais également annoncé à mon supérieur avoir trouvé un bras droit, aussitôt il m’annonçait vouloir le rencontrer. Alors je remettais en question ce que je venais de lui dire en lui avouant être encore indécis sur la personne. Cet homme était l’avarice incarnée, parfois je me demandais si Greed n’avait pas été implanté dans son corps tant il était insatisfait. Il me parlait déjà d’un banquet qu’il organisait tantôt, n l’honneur de je ne ais qu’elle magouille, pour me convier moi et mon bras droit. Encore une de ses soirées de bandits bourgeois qui n’auraient que deux mots à la bouche ; argent et femme. Je passerais alors ma soirée à ses côtés ou sur la terrasse dehors pour m’isoler des catins et autres emmerdeurs. Même ce genre de truc n’arrivait pas à me délecter, pourtant l’ambiance y était chaleureuse. Alors voilà, l’idée de présenter ma brebis très séduisante à mon supérieur me faisait tout simplement chier. « Ce qui est à toi, est à moi et ce qui est à moi est à toi, Gin. » Je l’entendais déjà…

« Gin ?! Gin ?! »

Je reprenais mes esprits, déjà partis loin pour divaguer sur quelque chose de très déplacé. Merde c’était aussi le fait de montrer son visage qui me dérangeait, elle serrait officiellement fichée pour ce type. Je fronçais les sourcils et lui répondais en replaçant correctement le comb’ du téléphone au lieu de penser à des choses futiles… Je tenais juste à conservé la pureté de…mon amitié. Je raccrochais, toujours aussi agacé. Je croisais en partant une serveuse du bar, la plus jeune, une jeune femme douce et délicate qui travaillait dans mon bar par obligation. Je le savais car je lui avais parlé de nombreuses fois alors qu’elle ignorait encore qui j’étais vraiment. La seule âme pure dans mon monde de brute, bientôt la seconde. Mais passons la brune et enchaînons sur notre court entretien.

« Monsieur Johns ! Vous tombez bien, il reste une large part du repas de midi, voulez-vous l’emporter ?
-Non. En fait si ! »

Je me rappelais que pour la première fois de ma vie quelqu’un m’attendais chez ce que j’appelais grossièrement « chez moi ». Une sensation étrange que celle d’être « ttendu ». Un moment d’égarement… le deuxième de la matinée…

« Johns ? »

Elle m’appelait ainsi car une fois, je ne sais plus pourquoi depuis le temps, j’avais refusé de lui dire mon nom alors que je me saoulais au bar. Cette fille haïssait le Capitaine, elle travaillait ici pour rembourser la dette de son père invalide à cause d’une bagarre mal tournée dans ce même bar. Ce type avait une dette très lourde envers mon patron, alors ils ne quittaient pas la ville et envoyait avec horreur sa fille travailler. Mais, la belle était très bien traitée dans ce repère de voleurs, car les membres de l’Organisation qui y venaient étaient en gros des petits chefs d’escouade et autres types assez nets. Le reste des clients étaient de simple civile, des habitués. Le bar était surveillé ainsi que ce qui y entrait et sortait. Moi j’étais vu comme un simple civile, un habitué qui avait travaillé plus d’une fois pour rendre service. Plutôt pour me mêler aux autres et entendre les rumeurs sur le Capitaine et voir si mes sujets n’avaient pas trop la langue pendue vu qu’il y avait des simples civiles… Un vrai bordel, dans tous les sens… Bref !
La brune s’absentait quelques secondes en passant la porte derrière le comptoir pour rejoindre les cuisines et me rapporter un plat. Elle me délaissait le tout qu’elle avait elle-même cuisiné en m’invitant à revenir rendre le bien du bar, soit le plat.

*T’inquiète ma belle, j’suis plus près que tu ne le crois… *

Un signe bref de la main, un demi sourire et me voilà reparti, il était plus de treize heures… Je savais que Pandora n’aurait pas vidé les lieux.
Je sentais sa présence, immobile, de ma main libre j’ouvrais ma porte et l’ouvrais pour la franchir et la refermer aussi sec. Je jetais négligemment mes clefs sur la commode à un mètre de moi avant de gamberger mon regard sur la jeune femme. Fracture nette de l’œil droit en découvrant la miss nue et enroulée dans ma serviette blanche autour d’elle. Curieuse vue, curieuse tenue. Elle avait soit pas eu le temps de renfiler les siens, soit ils séchaient… Soit…je ne sais pas. Je la rejoignais tandis que je replaçais mon bonnet sur ma tête, un brin gêné. Ce qui m’embarrassait c’était de la voir enroulée dans ma serviette et de la voir là dans mon intimité dans une telle tenue. Laissez-moi m’y faire, je n’y étais pas habitué… Sur le comptoir j’attrapais le torchon et le jetais à mon amie après avoir crié…

« Réflexe ! »

Non ce n’est pas fourbe ni pervers, je suis juste blagueur et j’ai tendance à oublier les conséquences, surtout ce genre-là comme la perte de sa serviette... Je gagnais en même temps sa position.

« Aurais-tu perdu tes habits. »

Ce n’était pas vraiment une question, je détournais le regard et observer le plat. Je jetais un regard à l’appartement et compris aussitôt que la chimère venait de se réveiller. Je levais un sourcil un tantinet stupéfait. Je l’enviais un peu elle et son sommeil prolongé. Je me dirigeais alors le sofa pour virer la couette et la replacer dans ma chambre en la jetant simplement. Je revenais et prenais place dans le fauteuil en face du sofa et donc de la baie vitrée. Je lâchais un profond soupire de bien être, mon premier instant de détente depuis mon réveil précipité. J’ouvrais la bouche pour lui adresser la parole lorsque je sentis une présence. Sourcils froncés je restais immobile attendant qu’on vienne toquer… Qui ? Qui pouvait bien venir m’emmerder ? La présence ne se fit pas attendre et toquer aussitôt avant d’ouvrir la porte dés lors je me penchais avec vivacité pour apercevoir l’intrus. Mais ce genre d’intrusion j’en connaissais qu’une !

« Oh lààà ! Ohh…oooooh. Bien le bonjour. »

Sa voix suave me titillait déjà les oreilles et je me levais quasi instantanément. Morisson équipé de sa fameuse bouteille. L’enfoiré avait débarqué sans gêne dans un but précis, découvrir si mon appartement était bel et bien occupé. Très perspicace quand il s’agit de femme mais sur le terrain c’est une brute épaisse. Un brun ténébreux au physique intéressant, ce mec était un tombeur qui passait son temps à draguer tout, TOUT. Il s’approchait sans même daigner me regarder… Je le fis faire un demi tour d’un air irrité alors qu’il annonçait en agitant sa bouteille magique…

« C’est mon invention vous savez ! Oh et excusez cette intrusion opportuniste mais –
-Pourquoi devrais-je t’excusera surtout si tu sais que ca m’emmerde.
-Ce n’est pas… il se mit à chuchoter après s’être tourné face à moi, ce n’est pas professionnel. »

Gros silence… Il observait Pandora alors que j’affichais cette attitude froide, bras croisés.

« Je me disais bien qu’il y avait quelque chose…vous êtes .. .Différent. Une femme hein ?
-La ferme ce n’est pas…
-Allons, allons monsieur, on ne l’a fait à "El –»

Quel connard… Il débarquait, surprenait la demoiselle à moitié nue et déduisait toutes sortes de sous entendus et prétextait venir m’apporter au plus vite sa bouteille pour camoufler sa curiosité hormonale. Cet écart qu’il se permettait, je l’acceptais car au fond j’avais de la sympathie pour ce mec… Ce qui me gênait en cet instant précis, c’était le fait que la chimère allait probablement devenir mon bras droit et l’idée qu’il me rabâche sans cesse cet instant me laissait un mauvais goût. Cependant, j’étais rassuré qu’il ne l’ait pas reconnue. Comme quoi, ce soir-là il n’avait d’yeux que pour les deux gazelles qu’il courtisait. Tant mieux. Morisson fit demi-tour et se diriger vers le comptoir.

« Raaah vous êtes tellement marginal ! Laissez donc le monde vous approcher ! J’viens juste tenir compagnie à un ami pas au Ca…pas au caaapitaliste que vous n’êtes pas. »

Il prit place sur le tabouret, je jetais un regard à Pandora. Morisson s’était bien rattrapé mais c’était inutile car la jeune femme savait déjà le plus important. Le type fixait mon amie tout en me pointant de son pouce…

« N’ais-je pas raison ? Vous savez je me suis toujours demandé ce qui tournait pas rond chez ce garçon…nous écumons bars et autres bor-
-Morisson, dis-je doucement.
-C’est comme les –
-Tu parles trop .
-C’est vrais. Parlez-moi de vous ! »

Pauvre Pandora… La belle n’avait ni eu le temps d’en placer une, ni eu le temps de se déplacer pour aller se changer et il l'interrogeait déjà… Morisson était un grand bavard, c’est sûrement par ce débit incroyable de salive qu’il réussissait à prendre ces dames dans ses filets. J’espérais que Pandora n’allait pas succomber, ne serrait-ce que rentrer dans son jeu et lui faire la conversation. Pour m’en assurer je passais dans la cuisine et saisissais la jeune femme par le bras, non loin de l’épaule, pour l’entraîner avec moi. Une fois le comptoir dépassé de quelques mètres je lui dis doucement…

« Tu ferrais mieux de te rhabiller… »

Je levais les yeux au plafond… La vue ne me gênait pas, elle me déstabilisait et elle éveiller le mâle qu'était Morisson.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 27

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: "Surprise, j'm'invite pour le diner !" [Pv. Lyl]   Lun 6 Aoû - 9:01

Je fronçais légèrement les sourcils en l’entendant, me tournant un peu trop vivement vers lui ce qui raviva mon mal de crâne pas vraiment disparu, et aperçu un bout de tissu volant dans ma direction. Instinctivement, je tendis le bras pour le rattraper. Mauvaise idée. Je sentis la serviette que je portais se détendre dans mon dos au moment où mes doigts touchèrent le morceau de tissu, et je me tordis pour ne pas la perdre complètement en le sentant déjà glisser le long de mon dos. Par je ne sais quel miracle, je réussis à maintenir le tissu en place, tout du moins devant, ce qui était le plus important en fin de compte, mais manquais de me casser la figure par terre tant mon équilibre était précaire pour le moment. Reposant le torchon sur le bord de l’évier, je jetais un regard accusateur au jeune homme qui me rejoignait déjà, tout en me redressant pour rajuster mon seul vêtement qui n’était d’ailleurs pas à moi !

"Ca c’est fourbe Lyl !"

Resserrant au maximum la serviette, je souris légèrement au jeune homme avant de secouer légèrement la tête de manière négative, oubliant une fois de plus mon mal de crâne, ce qui me tira une grimace de douleur.

"Momentanément abandonnés je dirais."

Une odeur délicieuse vint me titiller les narines et je tournais instinctivement la tête vers le plat que le jeune homme avait déposé non loin, même si mon appétit n’était encore revenu, ça sentait tout de même bon pour l’animal que j’étais. Je me sentis toutefois légèrement gênée en voyant mon ami ranger la couette qu’il m’avait prêté pour la nuit, je ne l’avais même pas remercié pour sa gentillesse et je m’installer comme un parasite depuis hier soir. Me dirigeant vers la salle de bain pour enfiler une tenue plus décente alors qu’il revenait, je m’apprêtais à m’excuser pour la gêne et à la remercier lorsqu’on frappa à la porte. Instinctivement, je voulus me planquer, croyant que ma sœur revenait faire le forcing une fois de plus, mais je n’eus même pas le temps de bouger de ma place que déjà une homme un peu plus âgé que Lyl passait la porte, une bouteille en main. Une main sur le mur, légèrement hésitante, je me sentis piquer un fard monumental en comprenant la situation. Etre en serviette devant mon ami ne me gênait pas. La même chose devant un inconnu me mettait dans un état de gêne et de malaise avancés. Je répondis au bonjour de l’inconnu d’un signe de tête discret en cherchant à m’évincer rapidement, mais il ne m’en laissa pas l’occasion, enchainant les paroles à une vitesse impressionnante. Lyl en semblait d’ailleurs agacé car déjà il faisait faire demi-tour à son subordonné, du moins je m’imaginais qu’il l’était. Je me décalais imperceptiblement vers la salle de bain lorsque je sentis de nouveau le regard du brun et me figeais instantanément en relevant le regard vers lui, les joues marbrées d’une jolie teinte carmin. Je ne pus toutefois m’empêcher de rire devant la mine déconfite de l’argenté lorsque son acolyte sous-entendait une quelconque aventure avec moi. Il semblait si gêné par moment, c’en était drôle, et attendrissant à la fois. Malgré ses airs froids, je comprenais peu à peu qu’il cachait une certaine retenu, et visiblement, ce sujet en faisait partie.

S’ensuivit un échange assez amusant entre les deux hommes, le brun semblait ignorer royalement l’état de lassitude de son supérieur à son égard qu’il affichait pourtant relativement bien, et avait déjà fait demi-tour pour s’installer tranquillement contre le comptoir en y déposant la bouteille. Lyl finit par m’embarquer vers la salle de bain doucement avant de m’inciter à aller passer une tenue plus décente. Il est vrai que voir les deux hommes discuter m’avait un peu sorti ce léger détail de l’esprit et maintenant que j’y repensais, je sentais la gêne revenir à toute vitesse. Néanmoins, je ne pus m’empêcher de sourire au jeune homme d’un air amusé en entrant dans la salle de bain, avant d’en refermer la porte. N’ayant pas envie de m’éterniser, et oui, j’étais assez curieuse au fond, je déposais la serviette pour qu’elle puisse sécher sans peine avant de repasser short et t-shirt, nouant mes cheveux en une tresse lâche pour les laisser sécher ainsi, et ressortie de la pièce quelques minutes plus tard après avoir pris soin de me passer de l’eau sur le visage pour faire passer un peu la gueule de bois.

Les deux hommes semblaient à nouveau en train de discuter lorsque je revins, et j’avisais de suite une chaise au comptoir où je m’installais discrètement avant d’observer le nouvel arrivant. Ce dernier ne s’était pas éloigné de sa bouteille et je haussais un sourcil légèrement amusé en l’observant avant de prendre la parole pour la première fois depuis qu’il était arrivé.

"Plutôt traitre comme breuvage … ça se boit comme du petit lait sauf que c’est légèrement plus violent ! "

En était pour preuve le visage de déterrée que je devais afficher ce matin malgré la douche prolongée. Je jetais un coup d’œil à Lyl qui semblait toujours aussi mal à l’aise quant à la présence du brun, avant de reprendre sur un air de confidence en m’approchant très légèrement du dénommé Morrisson.

"Oh, et pour votre information, ce n’est effectivement pas ce que vous croyez. Je suis simplement venue faire une étude approfondi d’œnologie. D’ailleurs, il vous faudra me donner la recette de cette mixture, j’avoue l’avoir apprécié même si les effets le lendemain ne sont pas des plus appréciables."

Je jetais un regard amusé vers l’argenté resté silencieux pour l’instant avant de m’installer un peu plus profondément sur la chaise en croisant les jambes. Allez savoir pourquoi, j’étais plutôt de bonne humeur aujourd’hui, malgré la migraine qui me sciait les tempes.

"Alors. Maintenant que vous savez qui je suis, enfin à peu près, je vous retourne la question mon cher ! "

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Surprise, j'm'invite pour le diner !" [Pv. Lyl]   

Revenir en haut Aller en bas
 

"Surprise, j'm'invite pour le diner !" [Pv. Lyl]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je t'invite à mon mariage ! [PV]
» Un Coq s'invite pour le plus grand plaisir de vos papilles
» Park Kwang Ho - @The King
» pour une surprise, c'est une surprise ? win.
» + chou j'ai une surprise pour toi, j'suis toute nue sous mon bikini. (KATIE FITCH)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fullmetal alchemist ::  :: Les Rps terminés ou abandonnés-