Partagez | 
 

 La ville, c'est chiant. [Pv @Pandora.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: La ville, c'est chiant. [Pv @Pandora.]   Sam 28 Juil - 17:08

C'était chiant la ville finalement. Je venais de manger, il était dans les 21 heures et je m'emmerdais. Je m'étais emmerdé toute la journée. Avant la ville, je me battais, je chassais, je me repérais. Y avait des choses à faire. Ici, l'O0 ne me contactais pas en ce moment. Moi qui croyais qu'ils avaient besoin de main d'œuvre. Se balader, c'était chiant à la fin. En plus, chaque fois que j'essayais d'aller quelque part, je me perdais. Je voulais aller au bar, je me perdais. Je voulais aller faire les courses, je me perdais. J'en avait marre de tout ça. C'était mieux avant, dans la nature. En plus, ici j'étais dans un appartement petit et presque insalubre. En tous cas, je m'y plaisais pas. J'aurais été dans un château que ça n'aurait rien changé. Il me fallait des choses à faire. Et je n'en avais pas. J'aurais pu essayer de retrouver la jolie jeune femme mais je ne savais pas comment la retrouver. Et chaque fois que j'allais au bar, je me perdais.

Le tintement des cloches de l'église me sortirent de mes pensées philosophiques à propos de mon emmerdement et de mon appartement que je maudissais. Je relevais la tête et découvrais l'ampleur de du tas qu'étais mon appartement. J'écoutai les cloches sonner. Il était 22 heures. Fallait que je bouge. Tant pis si j'me perdais. Si jamais j'trouvais un lieu de beuverie, j'pourrais boire au moins. J'allais sortir quand une idée me traversa l'esprit. Je levai le bras pour sentir mon odeur. Merde. Fallait que je prenne une douche. À ce niveau là, me changer n'aurait rien modifié. Quand je suis sorti de la douche, il était un peu moins du quart. J'enfilais le premier truc qui traînait et je sortis. En claquant la porte, histoire de faire comprendre à "jenesavaisqui" que je m'emmerdais.

Après une errance dans le dédale de Central City, je finis par arriver dans les bas quartiers. Les cloches avaient sonnées peu de temps avant. Il devait être un peu plus de 23 heures. Je trouverais peut-être à boire ici. Le reste de la ville était presque mort. C'était d'un ennui indescriptible... Je me baladais tranquillement et trouvais un bar. Je bus, un peu. Ou un peu trop, ce n'est pas important. en tous cas, je bus vite. J'avais descendu une bouteille en une heure. Quand je sorti du bar, j'avais remarqué deux choses. Si je n'avais plus de contrat de l'O0, j'allais manquer d'argent. Et j'étais bourré mais j'arrivais à marcher droit pour une fois. Deux rues plus loin, je tombais sur le bar. Le bar où j'avais parlé à une Lucy. Le bar où j'avais vu Pandora. J'étais content. Mais je me rendais compte que j'étais bourré à chaque fois que je tombais sur ce bar. Et que j'avais presque toujours de l'alcool dans le sang quand je tombais sur la jeune femme. Bref. Si j'allais la voir, je risquais des choses. Entre l'O0 et l'armée, valait mieux que je garde mes distances. Je pris vite une ruelle et entrepris de monter sur le toit. J'eus un peu de mal mais je réussi assez rapidement. Les toits étaient quand même hauts ici. Enfin c'était peut-être à cause l'alcool ça... Pandora était toujours en vue. Elle était belle. Je me perdis dans sa contemplation. Ce qui m'en sortit fût le fait qu'elle tourna et que je la perdis de vue. Je sautai alors de toits en toits et remis la main dessus plutôt facilement. Je me demandais ce qu'elle faisait à sortir d'un bar à cette heure. Je me demandais aussi si elle avait retrouvé sa sœur. Je me posais beaucoup de questions. Je me rapprochais un peu de Pandora pour mieux la voir, essayant de ne pas me faire repérer, même si je me doutais que c'était presque déjà mort, vu comment elle avait senti venir le gamin la dernière fois. Dans la nuit, ces cheveux blancs resplendissaient. Je n'arrivais pas bien à distinguer ses vêtements mais ce n'était pas important, je voulais voir son visage. Mais la dépasser pour la voir de face aurait été trop dangereux. Si elle croisait mon regard, elle aurait été obligée de réagir. Je restais donc en arrière. Elle marcha pendant un petit bout de temps et ne me repéra pas. Ou ne fit pas mine de me repérer en tous cas. Elle s'arrêta devant un immeuble. Je me demandais comment j'allais pouvoir la suivre. J'aperçus sur le côté de l'immeuble des fenêtres donnant sur un toit. J'allai sur le toit et regardais par la fenêtre. Je ne reconnus même pas de quelle pièce il s'agissait, on voyait pas grand-chose. J'espérais à la fois que c'était la bonne et la mauvaise fenêtre. Si c'était la bonne, c'était cool mails elle risquait de me voir et de m'engueuler. Puis si c'était la mauvaise, j'avais fait tout ça pour rien finalement. Heureusement que je n'avais pas à trancher ce dilemme. Quoi que j'aurais certainement choisi de trouver la bonne fenêtre... Enfin, ne sachant pas trop ce que j'espérais, j'attends de voir. Soit un signe, soit rien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 27

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: La ville, c'est chiant. [Pv @Pandora.]   Sam 28 Juil - 18:53

Les sourcils froncés, j’étais penchée sur un carrée en bois, au damier noir et blanc et observais avec attention les diverses pièces qui jonchaient encore le plateau, en proie à une intense réflexion. Me faisant face, Kel’ semblait prendre un plaisir tout particulier à me voir galérer comme une folle à l’approche de l’assaut final. Le gamin avait tenté de m’initier aux échecs, un jeu trop complexe pour moi et j’avais d’abord décliné l’offre pour finalement me laisser tenter, ou plutôt avait fini par céder pour qu’il me fiche la paix, mais finalement, je m’étais bien vite retrouvé piégée à mon propre jeu car je ne pensais pas que ce truc m’intriguerait autant. Ca faisait plus d’une heure que je restais assise à essayer d’analyser la chose, mais rien à faire, le môme finissait toujours par me mettre au tapis avec aisance, c’en était déprimant. Et en même temps, je ne pouvais m’empêcher d’être impressionnée par la capacité d’analyse et d’adaptation du jeune homme. Après tout, lui comme moi avions survécu au labo n°5, visiblement pas grâce aux mêmes capacités cela dit. Je finis par avancer ma tour sans me rendre compte que je laissais ainsi le champ libre à son cavalier pour bouffer ma reine et également mettre mon roi en échec. Et lorsque je le réalisais enfin, il avait eu le temps de terminer la partie. De dépit, je me laissais retomber dans le fond du fauteuil avec une moue boudeuse, les bras croisés.

"Ca fait quatre fois, j’arrête, ça m’énerve !"

Mauvaise perdante ? Moi ? Non … Simplement, ça m’horripilait de ne comprendre mes erreurs qu’après coups et d’être incapables de les anticiper. Le gamin éclata de rire devant ma mine de gamine boudeuse et entrepris de ranger l’échiquier tranquillement sans se départir de son sourire. La raison pour laquelle il avait autant insister, c’était également pour garder un œil sur moi sur la demande expresse de Will, car logiquement, je devais encore éviter de trop bouger. J’avais l’impression d’être le vilain petit canard que l’on tenait enfermée à l’écart de tout, même si au fond je savais qu’il ne faisait ça que parce que je n’étais pas encore totalement rétablie. Je pouvais désormais marcher sans problème, mais ma plaie n’était pas totalement fermée et avait été fragilisé par le fait de n’avoir pas été soignée immédiatement, ce qui rendait ça cicatrisation plus longue et difficile. Néanmoins, depuis environ une semaine, peut-être un peu plus, je refusais catégoriquement que l’on s’occupe de moi, j’étais suffisamment rétablie pour me soigner seule. Je portais mon regard sur la fenêtre, il était bientôt 22h et je n’avais pas mis les pieds dehors de toute la journée, ça commençait sérieusement à me démanger d’ailleurs.

La porte d’entrée claqua et je portais immédiatement mon regard vers l’arrivant, reconnaissant le brun qui semblait de méchante humeur. Et pour cause, cela faisait quelques temps qu’il avait des relations plus … intimes avec Lucy, et de ce fait s’était mis à mal supporter la nature de son emploi. De ce fait, on avait droit à la soupe à la grimace tous les soirs depuis un certain temps. Mais là, j’avais pas envie de supporter ça, aussi je me levais et passais mes bottes avant de rejoindre la porte.

"Dora, tu vas où ?"

Je jetais un coup d’œil rapide au brun avant de soupirer longuement. J’avais l’impression d’être une adolescente obligée de rendre des comptes à ses parents. Aussi je marmonnais pour toute réponse.

"Marre d’être cloitrée, j’vais marcher."

"Tu devrais rest-"

"Je reviens tout à l’heure."

Sur ces paroles, je refermais la porte pour éviter les contestations et rejoignis rapidement la rue sans idée précise en tête. Enfin si j’en avais une, mais il y avait une chance sur cinquante pour qu’elle soit réalisable. Néanmoins, je tentais tout de même, ça ne coûtait rien après tout. Après quelques minutes de marche, je rejoignis le bordel où travaillait mon amie. Ma tenue ne pouvait pas porter à confusion ; un jean noir un peu lâche qui me retombait négligemment sur les hanches, une chemise dans les mêmes tons dont j’avais attaché le bas et retroussé les manches et un bandeau noir complétait tout ça. Je jetais un léger coup d’œil au bar à l’intérieur mais ne vit rien d’intéressant. M’installant, je commandais une limonade, l’alcool m’étant encore interdit, et attendit un peu pour voir sur la blonde faisait surface entre deux rendez-vous. Mais au bout d’une heure, toujours rien, aussi je renonçais et payais ma consommation à prix d’or avant de rejoindre la sortie, dépité. J’aurais bien voulu lui parler or de l’appartement … Mais les lourdauds se faisaient de plus en plus présents, s’acharnant même sur une jeune femme vêtue come une souillon. Pas la moindre envie de supporter ça ce soir alors que j’étais d’humeur morose. La seule personne que je souhaitais véritablement voir brillait par son absence et je n’avais pas encore trouvé le courage d’aller le rejoindre de mon propre chef. Il m’avait dit revenir, alors je l’attendais sagement. N’ayant pas d’autres idées où bouger, je repris la direction de l’appartement pas des chemins détournés, la tête basse, plongée dans mes pensées. Je me surpris à bailler plusieurs fois, il est vrai que mes nuits étaient courtes et peu réparatrices, de plus la concentration dont j’avais fait preuve avec Kelyan avait puisé dans mes réserves déjà peu fournies.

Lorsque je repassais la porte d’entrée, une cigarette au bord des lèvres, je trouvais les deux compères endormis, affalés sur le canapé dans des positions plus grotesques l’un que l’autre. J’esquissais un sourire attendri, à travers leur manière de dormir, on pouvait retrouver leur hôte respectif. Je me demandais un instant s’il m’arrivait de dormir à la manière d’un chat, mais vu comment je me réveillais la plupart du temps, c’était plus que probable. J’éteignis la lumière et fermais les volets en laissant la fenêtre ouverte pour leur laisser un peu d’air avant de rejoindre ma chambre. Là, je fis l’inverse, j’ouvris les deux fenêtres de cette dernière, laissant les volets grands ouverts également, et éteignis la lumière pour fixer la voûte céleste en silence. Je songeais paisiblement et sentis mes yeux se fermer doucement alors que j’étais accoudée à la rambarde lorsqu’une odeur suspecte, et proche, parvint à mes narines, tendant instinctivement mes muscles. L’odeur des habitants de la demeure, je la connaissais par cœur, j’en étais imprégnée tous les jours. Pas besoin d’être devin pour comprendre que je n’étais pas tout à fait seule. Je profitais de la brise qui soufflait et me plaçais dans le sens du vent pour traquer l’odeur qui provenait du petit toit en amont de la seconde fenêtre. Saisissant une dague dans mon dos, je grimpais sur la rambarde en me maintenant d’une main, cherchant du regard une silhouette qui se détacherait de l’obscurité. Je pouvais dire merci à ma tigresse, l’intrus ne fut pas bien dur à détecter, il se détachait du ciel avec une nette clarté. C’était même un peu trop simple en fait … Mais je ne sentais bel et bien qu’une seule odeur, j’en déduisis qu’il était seul. Dague en main en prise retournée, je la dissimulais derrière mon avant-bras tout en descendant sur le toit pour m’approcher de l’inconnu, sourcils légèrement froncés.

"C’est pas prudent de trainer sur les toits à cette heure tardive tu sais ? On pourrait croire à de mauvaises intentions … "

J'allais doucement, ne voulant pas rouvrir ma plaie tout juste refermée, mais n'hésiterais pas une seconde à lui sauter dessus s'il faisait mine d'être vindicatif. Et oui, à force de réfléchir à des choses plutôt noires, on en devient peu à peu plus méfiant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La ville, c'est chiant. [Pv @Pandora.]   Dim 29 Juil - 9:26

"C’est pas prudent de trainer sur les toits à cette heure tardive tu sais ? On pourrait croire à de mauvaises intentions … "

C'était Pandora ? J'avais vu quelqu'un sortir. Une femme. Elle était seule. Mais offensive. J'avais pas réellement peur, je la connaissais un peu après tout. Mais c'était surprenant, je ne comprenais ce que j'avais de mal. Sauf si elle détestait catégoriquement être filée. Mais c'était un peu excessif... À moins qu'elle ne m'ait pas reconnu. C'était embêtant. D'un côté, il devait être en une et deux heures du matin, il faisait nuit noir. Y avait pas d'éclairages sur les toits.D'ailleurs, j'étais même pas sûr que ce soit elle... Même si y avait de fortes chances.

"Pandora ? C'est toi ?"

J'aurais bien aimé voir ses traits pour distinguer si oui ou non, elle m'avait reconnu. Mais il faisait trop sombre. Tant pis, si elle m'attaquait, je la laisserai faire. Ça la dissuaderait. En tous cas, je voyais un peu son ombre remuer dans le noir. Je pouvais en déduire qu'elle était prête à se battre. Autant éviter de me faire charcuter.

"J'avais pas de mauvaises intentions.... Je suis tombé sur toi par hasard, je voulais juste te voir. Ou te parler."

Je réfléchissais à toute allure pour essayer de la dissuader. Mais je trouvais rien de très probant. En même temps, il était tard... Peut-être que lui dire mon nom lui permettrait de me remettre.

"En fait, je sais pas. J'avais envie. Mais c'est moi, Hisashi. Je te veux pas de mal."

Espérant qu'elle commençait à comprendre, je m'assis. Je ne la distinguais presque pas même si elle se rapprochait. Peut-être que l'alcool ne faisait son effet que maintenant. Mais c'était pas important ça. Je m'assis un peu brusquement sur le toit. Je voulais lui montrer que j'étais pas agressif, si elle me voyait. J'voulais pas qu'elle soit méchante moi. Et je voulais pas me battre contre elle.

"Tu te souviens ? Je fais partie de l'O0. On a déjà discuté."

J'avais trouvé plein d'autres arguments à lui donner pour qu'elle soit moins sur la défensive. Mais l'alcool devait vraiment commencer à faire son effet puisqu'au lieu de les énumérer un par un, je les oubliait tous. Sans exception. Après quelques secondes me paraissant très très longue, je lâchais, sans aucune raison existante dans mon cerveau.

"Tu peux m'attaquer si tu veux. Si ça te rassure."

Et je la regardais. Attendant sa réaction. Ça se trouve, c'était même pas Pandora. Ça se trouve, elle allait m'attaquer. Ça se trouve, j'étais paranoïaque.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 27

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: La ville, c'est chiant. [Pv @Pandora.]   Dim 29 Juil - 17:35

Je fronçais les sourcils dans la pénombre tout en m’arrêtant. Allons bon, quelqu’un qui me connaissait ? Ca ne courrait pas les rues. Je baissais légèrement ma main armée, la laissant battre contre ma hanche avant de reprendre ma route vers la silhouette qui s’éclaircissait au fur et à mesure. Le jeune homme, sa posture m’indiquait qu’il s’agissait d’un jeune, continua de parler doucement, sans chercher à avancer dans ma direction, et j’avais la très nette impression qu’il aurait agis de la même manière en cherchant à calmer un animal effrayé, ce qui était un peu frustrant au fond. Parler d’une voix calme, argumenter … A croire que j’étais prête à lui sauter à la gorge au moindre geste … Bon, certes, j’étais un peu tendue et sur la défensive, m’enfin j’avais quelques principes tout de même ! Je plissais les yeux pour enfin apercevoir le visage de l’inconnu à peu près en même temps que ce dernier me donna son patronyme en même temps qu’il s’asseyait. Hisashi … Ca y est, je le remettais ! Il me le confirma rapidement en affirmant être de l’organisation Zéro, et aussitôt je repensais aux paroles du capitaine sur la précarité de la vie d’un des membres qui arborerait ainsi son appartenance à l’organisation. Même si la donne avait changé, il ferait mieux de se méfier au lieu de confier ainsi son rôle à la première inconnue de passage.

Toutefois, rassurée sur l’identité de mon visiteur, je replaçais ma dague au fourreau et franchis les derniers pas qui me séparait du jeune homme, mains dans les poches, m’arrêtant à environ un mètre de lui pour l’observer à la lueur de la lune. Le ciel était bien dégagé, un vrai ciel d’été, la visibilité n’en était que meilleur. Un air perplexe sur le visage, je l’observais avec curiosité. Une fois de plus, il me semblait pouvoir apercevoir dans son regard la légère lueur de l’ivresse, mais après tout peut-être était-ce une impression liée à l’obscurité ambiante. Difficile à dire au fond … Je le fixais quelques secondes avant de soupirer légèrement, l’air blasée, pour finalement lui répondre d’un ton calme.

"J’ai pas l’intention de te sauter à la gorge, tu peux te relever tu sais … "

Je m’adossais à une antenne qui dépassait sur le toit en sortant une cigarette de mon pantalon pour la porter mes lèvres, fouillant les divers endroits où pourrait être mon briquet avant de finir par le dénicher pour allumer cette dernière, puis reportait mon regard sur le brun avant de relâcher une bouffée de nicotine qui assombrit l’air quelques secondes.

"Je ne pensais pas te revoir en fait … Que fais-tu ici ? "

Ouais, il me l’avait déjà dit, il voulait me voir, ou me parler ou … J’avais pas bien saisit en fin de compte, j’espérais juste que ça ne soit pas un coup fourré, ce qui me trottait tout de même un peu dans la tête, ou bien une manigance de ma très chère sœur qui avait appris d’une façon ou d’une autre que j’avais été à la rencontrer dans le but de la retrouver. J’avais une imagination débordante en ce qui concernait les emmerdes que je pourrais m’attirer, et le pire, c’est que la plupart du temps, c’était amplement justifié. Je tirais encore plusieurs bouffés de ma cigarette, laissant un léger silence s’installer en laissant le temps à mon visiteur de répondre. Je n’avais pas vraiment l’habitude de recevoir de visites de ce genre, même si depuis quelques temps, cela m’arrivait déjà plus fréquemment, et de ce fait, j’étais un peu mal à l’aise, d’autant plus que je ne comprenais vraiment pas ce qu’il pouvait faire ici. Venir quémander le service que je lui avais promis peut-être … Après tout, lui-même m’en avait rendu un plutôt important, il était normal que je lui retourne la chose même si à l’époque, il ne semblait pas le souhaiter. Si c’était bien là la raison de sa présence, je lui tirais mon chapeau pour s’être souvenu d’une jeune femme vu trois fois en tout et pour tout, et se souvenir que cette dernière lui devait quelque chose. Quoi que, pour ce genre de chose, certaines personnes ont une excellente mémoire par moment ! Mais je ne pouvais pas vraiment l’en blâmer, c’était légitime quelque part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La ville, c'est chiant. [Pv @Pandora.]   Lun 30 Juil - 10:50

"J’ai pas l’intention de te sauter à la gorge, tu peux te relever tu sais … "

Elle n'avait "plus" l'intention à mon avis. Enfin... j'allais pas l'engueuler. C'était important de savoir se protéger et de se méfier. Sans ça, on se faisait vite bouffer. Au final, je m'exécutais en me relevant doucement, pour ne pas risquer d’interférer avec l'alcool. Je serai bien resté, c'était plutôt confortable, mais je préférais rassurer la demoiselle. Mon geste signifiait que j'étais d'accord avec elle. Puisqu'en fait, elle n'était pas hostile. J'en profitais pour la reluquer de bas en haut, maintenant qu'elle était proche de moi. Sur les toits, je ne distinguais pas grand chose. Peut-être un autre effet de l'alcool. J'optais pour une posture stable. Je me serai bien adossé quelque part mais y avait rien d'autre que l'antenne ici. Tant pis.

"Je ne pensais pas te revoir en fait … Que fais-tu ici ? "

Qu'est-ce que je faisais ici ? Finalement, j'en savais rien... J'l'avais croisé par hasard après tout. Bon, OK, j'étais pas obligé de la suivre... Ouais, j'en avais strictement aucune idée. J'essayais vaguement de hausser les épaules, sans savoir si elle le verrais réellement, et balançait la réponse qui m'allait le mieux.

"J'sais pas... J'sais plus..."

Pas très convaincant. J'eus l'impression qu'elle avait ouvert de grands yeux, sous la surprise. C'était peut-être qu'une impression. Je savais pas. Je savais plus. J'étais alcoolisé, ça y est. Merde. Tant pis, elle était presque habituée maintenant... Bref. Je me rendais bien compte qu'il fallait que je m'explique un peu plus.

"En fait, je t'ai vu sortir du bar... J't'ai suivie..."

Je me demandais comment elle allait réagir à ça. Ça lui plairait certainement pas. Tant pis. De toutes façons, je l'avais dit. Autant continuer sur ma lancée. Elle devait être trop surprise ou blasée pour dire un truc à ce moment là. J'essayais tant bien que mal d'enchaîner mes paroles.

"J'm'emmerde ici... J'ai rien... Donc j'me suis baladé... Et j't'ai vue... Comme je fais que dalle, c'était facile de te reconnaître... Y a peu de gens pour qui j'ai presque risqué ma vie."

Là, j'crois que j'avais tout dit... Quoi que, ça devait pas l'avançait beaucoup... Mais après tout, j'avait eu aucune raison valable de la suivre. Mais je l'avais fait. Pas grand-chose à dire de plus. J'aurais pu mettre ça sur le compte de l'alcool mais même sobre, je l'aurais suivi. Bref. C'était comme ça, une impulsion, fallait pas chercher loin. Finalement, c'était trop difficile de rester debout, je dus me rasseoir avec difficulté également.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 27

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: La ville, c'est chiant. [Pv @Pandora.]   Mer 12 Sep - 7:55

Plus il parlait, plus j’avais du mal à comprendre la raison véritable de sa présence ici. Certes je lui étais redevable du coup de pouce qu’il m’avait donné afin de retrouver ma sœur, mais visiblement, il n’en avait pas après ça, où alors il cachait plutôt bien son jeu. Je fronçais les sourcils en entendant qu’il m’avait suivie, pas vraiment ravie car cela prouvait bien qu’il était facile de me retrouve, et par là je pouvais également mettre mes colocataires en danger si ma sœur me tombait de nouveau dessus. Je me mordis la lèvre inférieure en réfléchissant à cette possibilité, car le jeune homme venait de soulever un problème épineux sans véritablement le vouloir. Néanmoins, ce n’était peut-être pas le bon moment pour y penser, et je lâchais un léger soupir avant de concentrer de nouveau mon attention sur le brun qui me faisait face. C’est d’un geste nerveux que je me frottais la nuque lorsqu’il me rappela avoir pris des risques pour me trouver les informations que je cherchais, j’avais horreur d’être redevable à quelqu’un, c’était un principe, même si pour le coup, je devais reconnaître qu’il m’avait été d’une grande aide. Mais au final, je retenais juste que s’il était venu jusqu’ici, c’était tout simplement par ennui. Croisant les bras, je fis quelques pas en travers du toit en réfléchissant, avant de lever les yeux vers le ciel assombri.

"Et tu n’as pas pensé que cela pourrait être dangereux pour toi vis-à-vis de l’organisation si certain te voyait traîner avec la sœur d’une de vos plus hautes recrues ? Ca pourrait te compromettre. Enfin, après tout, j'ignore comment vous fonctionnez là-bas …"

Ce qui était à moitié faux, j’en avais un vague idée grâce à Lyl, mais ce n’était pas là une chose que je pouvais avouer à qui que ce soit. Je me rendais également compte à quelle point la situation risquait fort de devenir tendue entre ce que je savais, et ce que j’étais sensé savoir, je devrais faire tout particulièrement attention à ne pas m’emmêler les pinceaux. Avisant un muret, je m’assis dessus à deux bons mètres du jeune homme que j’observais longuement en silence, avant d’esquisser un geste synonyme de mon incompréhension.

"Je ne vois pas ce que je peux faire pour toi. Je sais que je te dois un service, si c’est cela que tu es venu réclamer, vas’y, libère toi et dis moi ce que tu veux, je te dirais si je peux t’aider ou non. Hormis ça, je n’escomptais pas te revoir en réalité, j’aurais préféré couper tous liens avec l’organisation …"

Mes paroles n’étaient pas spécialement sympathiques, mais je souhaitais avant tout l’éloigner des chimères, car en fin de compte, je ne connaissais absolument rien de cet homme, si ce n’est qu’il avait eu la gentillesse, curieux d’ailleurs pour un assassin, de rendre service à une parfaite inconnue. Mais vis-à-vis des gens, comment était-il, je l’ignorais, mais je m’imaginais fort bien que faisant partie d’un groupe de meurtrier, ce n’était probablement pas un ange. Quoi que, il y a des exceptions à tout, mais au fond, je n’avais pas vraiment envie de savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La ville, c'est chiant. [Pv @Pandora.]   Ven 14 Sep - 7:35

J'essayais de rester concentré. Il ne fallait pas qu'elle s'aperçoive que j'avais encore bu, elle m'avait déjà réprimandé pour ça. Ça ne lui plairait pas. Et je crois que, dans le fond, je ne voulais pas la mettre en colère ou l'énerver. Je pensais à cela sans y penser réellement.. Il m'arrivait d'avoir des pensées assez philosophiques quand j'étais en proie à l'alcool, bien que j'aurais certainement oublié tout ce a quoi j'aurais pensé quand je me réveillerai demain.

"Et tu n’as pas pensé que cela pourrait être dangereux pour toi vis-à-vis de l’organisation si certain te voyait traîner avec la sœur d’une de vos plus hautes recrues ? Ca pourrait te compromettre. Enfin, après tout, j'ignore comment vous fonctionnez là-bas …"

Dangereux ? Ah oui, c'était pas idiot ce qu'elle disait. Mais je crois bien que ça n'avait pas d'importance. Dans l'O0, peu de gens devaient me connaître, je n'avais parlé à presque personne. Et surtout, l'alcool était là. Alors le reste, c'était juste du surplus. Au pire, ils me tueraient. C'était presque une pensée libératrice grâce à ce que j'avais bu. Je n'avais rien à faire dans ce trou de toute façon. Je tuais des gens, c'était plutôt cool. Mais je le faisais surtout pour rendre service, parce que je n'avais plus rien d'autre. Mes parents étaient partis trop tôt pour me dire quoi faire de ma vie, quant à mon maître, il avait voulu me tuer... Pourquoi je pensais à tout ça déjà..? Ma pensée virevoltait dans tous les sens sans vraiment que je comprenne comment, et encore moins pourquoi.

"Je ne vois pas ce que je peux faire pour toi. Je sais que je te dois un service, si c’est cela que tu es venu réclamer, vas’y, libère toi et dis moi ce que tu veux, je te dirais si je peux t’aider ou non. Hormis ça, je n’escomptais pas te revoir en réalité, j’aurais préféré couper tous liens avec l’organisation …"

J'avais réussi à rester debout depuis tout à l'heure. Je n'y pensais même plus, c'est en sentant le lourd poids qui pesait sur mes pieds que j'en avais pris conscience. Et maintenant que j'avais ça dans la tête, c'était compliqué de ne pas tomber. De plus, si je tombais, je chuterais certainement du toit, ce n'était pas comme dans cette chambre où le danger résidait dans le fait que d'autres personnes nous voient. Le temps s'amusait avec moi. J'avais l'impression que je pensais plus vite qu'une fusée ferait la distance jusqu'à l'autre bout de la rue à pleine vitesse. Et pourtant, j'intégrais seulement maintenant dans mes neurones ce que la jeune fille venait de dire, au bout de quelques secondes de bataille avec mon équilibre. En revanche, la compréhension de ce message était plus difficile. Mais il fallait quand même que je lui réponde quelque chose, depuis le temps qu'elle attendait.

« Je suis pas là pour quémander.. »

C'était un bon début. Ma voix vacillait et j'avais du mal à parler mais c'était un bon début. J'essayais de la regarder dans la yeux mais elle était loin dans la nuit pour ma vue qui commençait à se troubler. Il fallait que j'enchaîne.

« Je t'ai rendu un service... Je veux rien en échange.. »

Je ne savais même pas d'où sortait les mots que je disais, c'était certainement trop réfléchi pour moi. Mais c'était ce que je ressentais, je crois. Le temps entre mes prises de paroles me paraissait de plus en plus long. La faute à ma difficulté à me tenir debout, j'étais plus concentré sur ça que sur n'importe quoi d'autre.

« Moi j'crois que je voulais juste te voir... »

J'avais dit ce qui était le plus important, certainement la raison pour laquelle je l'avais suivie. Je n'en pouvais plus de rester debout. Fini les pensées philosophiques sur ce que je faisais là, pourquoi ma vie était comme ça et tout ce qui s'apparentait à ça. Je m'asseyais brusquement, en coupant court à tout ça, je me focalisais sur elle, je voulais la percevoir. Mais ma vision était certainement contre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La ville, c'est chiant. [Pv @Pandora.]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La ville, c'est chiant. [Pv @Pandora.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le plan du Centre-ville de PAP devrait être confié à des Haitiens
» Haiti : Cazal une ville , une histoire
» Pétion –Ville ; mairesse Ludie Parent ap danse kompas !
» Les bandits dictent leur loi, au centre ville les autorités abdiquent
» Catastrophe naturelle en perspective a Petion-Ville

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fullmetal alchemist ::  :: Les Rps terminés ou abandonnés-