Partagez | 
 

 Cruels Dilemmes...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

■ Mes messages : 70
■ Age : 25

Feuille de Compétence
■ Niveau: Maite Alchimiste
■ Capacités : encore inconnues
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Cruels Dilemmes...   Jeu 11 Oct - 22:49

Assis dans le fond de la pièce, Envy dégustait à l’œil un plat offert par l’enseigne. Pour cause, il avait prit les traits d’un haut gradé de Drachma venu en reconnaissance. Un type mort d’ailleurs… Mais ça, seul l’Homonculus le savait vu qu’il en était l’auteur. Dissimulé dans l’ombre, il attendait patiemment l’arrivée de sa subordonnée. Pandora Cahelyn, plus connue sous le pseudonyme de « BalckCat ». On lui avait proposé de descendre à la cave pour attendre la jeune femme mais il avait refusé, préférant jouir de la nourriture humaine ainsi que du malaise qu’il refourguait à tout ceux qui savaient quel homme il incarnait. Soit un homme influent..
C’était la seconde fois qu’il lui rendait visite, sauf que cette fois-ci était volontaire. Le brun avait découvert certaines choses ennuyantes concernant les rebelles et la demoiselle. Il venait donc quérir les informations à la source. Quelque chose lui disait que l’espionne jouait triple jeu.
L’idée était de prêcher le faux pour savoir la vérité. Ou bien lui révéler des informations dont elle avait déjà connaissance pour ensuite la filer. Avec un peu de chance, Envy pensait qu’elle le mènerait aux rebelles. Faisant d’une pierre, quatre coups…
Cependant, notre ami avait pour ordre de ne pas tuer les âmes précieuses pour le Sacrifice. En l’occurrence Wayne et Cahelyn. Les deux chimères étaient précieuses. De plus, Wayne étant un alchimiste talentueux, le Créateur avait dans la noire idée de faire ouvrir la Porte à l’amnésique. La valeur de son âme deviendrait alors plus intéressante, quant à la tigresse… Un lavage de cerveau serrait parfait pour en faire le soldat parfait.
Certains humains étaient difficiles à mener à la baguette, la rousse en faisait partie. Elle avait tendance à briser la baguette.


-Eh, elle ne devrait plus tarder, puis-je vous proposer autre chose ?
-Non

Envy n’avait même pas daigné le regarder, au lieu de ça il fixait la baie vitrée en face de lui, un sourire malsain au bord des lèvres. Son ton avait été aussi sec que l’expression de son visage. Son apparence était celle d’un homme âgé de plus de cinquante années. Un visage ingrat qui n’avait rien de chaleureux. En plus d’être laid il avait un air quelque peu lubrique. L’Homonculus l’avait élimine avec dégoût, pensant rendre service à mère nature. Comment pouvait-on engendrer de tels types ? Comment avait-il pus prendre ses traits ? C’était une manière de s’infiltrer sans éveiller les soupçons, surtout que l’homme en question était mort depuis quelques heures…
L’idée d’être au sein du QG de l’ennemi le faisait jubiler tout en le frustrant en même temps. Il aurait souhaité leur sauter à la gorge, un par un. Mais ces hommes couvraient le statut de la demoiselle et d’un ou deux autres espions… C’était donc un lieu important pour les informations en directe de Drachma. Un soupire de lassitude, le brun commençait à s’impatienter. Un client entrait au même moment, un simple type qui venait boire un coup.
Quelques minutes plus tard quelqu’un descendit des escaliers, la jeune femme attendue apparue, dos à notre ami. C’est le barman qui lui fit remarquer la présence de l’homonculus dissimulé. Envy souriait… Ravi de venir l’emmerder dans la gueule du loup. Car au fond, le loup ici c’était lui.


Dernière édition par Envy le Ven 12 Oct - 9:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: Cruels Dilemmes...   Ven 12 Oct - 6:07

Assise en tailleur au pied de mon lit, je nettoyais mes armes à feu avec minutie. Ces dernières n’avaient pas resservies depuis plus de deux semaines, je ne pouvais qu’en être ravie, mais pour autant je m’ennuyais légèrement à force de ne plus bouger. Les nouvelles en provenance de Drachma se faisait de moins en moins régulière et mes hommes s’impatientaient également, provoquant bagarre et autres rixes dans le but de se passer les nerfs et se défouler ainsi de leur trop plein d’énergie. Deux fois déjà il s’était pris un savon de ma part à ce sujet, car en effet se faire remarquer par la milice comme fauteurs de troubles nocturnes n’est franchement pas l’idéal pour un groupe sous couvert de l’anonymat. Certains avaient compris, d’autres s’en foutaient royalement, et c’est bien ceux-là qui me posaient le plus de problème au final. Je ne leur portais que peu voire pas d’estime, aussi deux, trois hommes eurent ainsi droit à un défouloir que je leur offrais moi-même, en plus, ça ne pouvait également que me faire du bien et m’éviter de trop rouiller. C’était donc ça et non les diverses missions qui expliquait les nombreux bleus sur mes bras et jambes. Mais bien sûr, je m’en foutais complètement, la douleur restant vraiment minime.

Je levais mon arme désossé pour en observer le canon que je venais de faire reluire à travers le rayon de soleil qui filtrait à l’intérieur de ma chambre, avant de lâcher un soupir de contentement en commençant à la remonter. Et voilà le seconde de terminé, je reposais le chiffon sur le lit en me laissant tomber dessus en arrière, mon arme sur les genoux, vide. Les yeux clos, j’avais bien envie de me taper une petite sieste histoire que le temps passe un peu plus vite. Mais non, il me fallait sortir. Même si les missions étaient pour l’instant en stand-by, j’avais toujours des informations à trouver sur mes prochaines cibles. Tournant la tête, je jetais un rapide coup d’œil vers l’extérieur en visant la fente entre les volets à demi clos. Pour l’instant il faisait beau, mais quelque chose dans l’air, le vent qui se levait notamment, laissait à croire que ça ne durerait probablement pas. Ne sachant pas combien de temps je resterais dehors, mieux valait donc se couvrir. Je me redressais pour me diriger vers l’armoire que contenait la chambre et en sortir un jean et un pull noir léger, à manches longues avant de me diriger vers la salle de bain attenante. Et oui, j’avais fini par changer d’endroit où crécher, sortant ainsi de l’air moite de la cave pour rejoindre les chambres au dessus du bar. Cela datait en fait du passage où je m’étais retrouvée ici un beau matin dans les bras d’un jeune homme plutôt inconnu. Enfin, presque, je le connaissais, mais probablement pas assez pour ce genre de choses.

J’avais finalement apprécié la pièce et avait expressément demandé au barman si je pouvais la réquisitionner pour en faire mon dortoir perso, m’évitant ainsi le genre d’incident produit avec le lieutenant Chen. Ce dernier avait d’ailleurs était expédié dans une ville plus à l’ouest, à sa demande ou non, je l’ignorais. La seule personne restant à connaitre mon visage était donc le barman désormais, mais je ne doutais pas de son silence, il avait bien compris que c’était capital, tant pour son bien-être que le mien. Je m’attachais les cheveux en une natte lâche, avant d’enfiler mes bottes pour sortir de la pièce, un flingue dissimulé dans ces dernières, comme toujours. Je ne sortais jamais les mains vides, jamais. A peine avais-je rejoint la salle de bar que le gérant m’accostait, l’air soucieux. Je fronçais les sourcils lorsqu’il m’indiqua qu’on m’attendait, et cherchais du regard dans le bar mon visiteur avant qu’il ne me l’indique, assis seul à une table, au fond de la pièce. Je le remerciais d’une tape sur l’épaule avant de m’approcher de la table en question en reconnaissant d’un seul coup le militaire. Un frisson de dégoût me traversa l’échine, c’était bien une des dernières personnes que j’aurais voulu voir ici, mais c’était également un supérieur, donc il valait mieux que je me la ferme. Autant que possible du moins. Je m’assis à la table sans un mot, le visage fermé avant de hausser légèrement un sourcil en l’observant, puis lâchais sur un ton froid.

"Je croyais que nous avions convenus que je vous recontacte en premier … Débarquer ici sans prévenir, sans aucune protection, c’est le meilleur moyen de foutre en l’air le peu de couverture qu’on a réussi à obtenir et vous le savez très bien. Qu’est-ce que vous voulez colonel ?"

Ce dernier arborait un sourire que j’aurais qualifié d’hideux et malsain tant son visage n’était pas harmonieux, mais plus encore, je savais à quel point cet homme était fourbe et vicieux, voilà pourquoi sa présence me mettait à ce point mal à l’aise. Je parlais bas, chuchotant presque pour ne pas être entendu par des oreilles indiscrètes car je tenais vraiment à garder mon anonymat dans ces lieux, et j’espérais qu’il en vienne rapidement au fait. Mais alors que je dévisageais le haut-gradé avec froideur, un détail me sauta aux yeux sans pour autant que je parvienne à comprendre ce qui clochait. En y réfléchissant, je n’avais jamais vu sourire cet homme. Jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 70
■ Age : 25

Feuille de Compétence
■ Niveau: Maite Alchimiste
■ Capacités : encore inconnues
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Cruels Dilemmes...   Ven 12 Oct - 9:38

-La tête de trois opportunistes.

Voilà ce qu’il voulait. Qu’elle le veuille ou non, d’une manière douce ou non, elle lui offrirait son désire. La jeune femme arborait ce même visage froid, implacable. Sa tenue entièrement composée de noire n’était pas sans rappeler le surnom qu’on lui avait collé. Le jeune homme réprimandait son vile sourire alors qu’elle lançait des regards inquiets tut autour d’elle. Il n’y avait pas de quoi s’alarmer en ce début de soirée, pour cause il n’y avait pas grand monde. Chacun semblait concentré dans leurs occupations. Seuls le barman louchait dans leur direction. Après ce rapide échange, la belle rousse prit pour initiative de changer d’endroit. Judicieux, notre Homonculus allait pouvoir reprendre forme convenable. La prochaine fois il prendrait les traits d’un bel homme ou d’une belle femme pour venir la quérir. Sans un mot de plus hors mis l’intimation de la suivre, la chimère se mouvait vers l’escalier avec lequel elle avait apparu. Une démarche gracile et silencieuse, telle une panthère ou un chat. Ils montèrent pour ensuite descendre, direction la cave.

Une odeur de renfermé et une atmosphère froide. Voilà ce que représentait la cave. Ils étaient seuls, Cahelyn prit le soin de fermer la porte à clef. Toujours sur la défensive et prudente quoi qu’elle fasse. C’est ce qu’elle laissait penser du moins. Envy reprenait sa forme humaine alors qu’elle se retournait pour lui faire face. Un mouvement d’épaule et de lèvre traduisait son dégoût à l’égard de l’identité falsifiée. Après ça il balayait la pièce du regard et prit place sur la table en bois où étaient disposaient tout autour plusieurs chaises. Les jambes croisées, il soulevait sa chevelure ébène d’un revers de main pour éviter de s’asseoir dessus et leva son regard améthyste sur l’humaine. Il l’a détaillait de haut en bas, sa tenue la moulait, ca lui donnait un air de femme fatale. Les bottes n’arrangeant en rien. M’enfin, ca lui allait bien. De sa voix fluette et quelque peu narquoise il reprit…


-Des rumeurs planent sur la survie du Capitaine Wayne. Mais pire encore, les rebelles sont implantés à Central, je veux que tu les trouve et que tu les élimine tous.

Il aurait pus le faire. Il aurait pus s’infiltrer dans les rangs ennemis pour découvrir la planque de cette fameuse « Agence ». Cependant cette démarche était longue car il fallait trouver un rebelle. Tout comme l’idée de s’introduire à Drachma sous les traits d’un haut gradé. Trop long, trop loin, autant implanter des espions. Ca servait à ca l’influence, l’autorité… Le brun observait le visage de la rouquine, tentant de percer son jeu pour voir si une de ses réactions confirmerait ses attentes. Avait-elle une troisième facette ? Il reprit…

-C’est de la même trempe que les frangins Elric, Hugues ou encore Macdougall.

Il repensait à Wayne, il avait tiré une balle en pleine tête de ce type après l’avoir trompé sous les traits d’un autre. Mais au final, l’enflure avait survécu et leur avait échappé pour la seconde fois. C’est la rancune qui poussait l’Homonculus envieux à se mêler lui-même. Il achèverait son job et exterminerait les dirigeants de l’Agence une bonne fois pour toute. Il haussait les épaules, d’un air évident..

-Peut être que je devrais éliminer l’intégralité de la famille Hugues. Ce sont de vrais fouineurs…

Il reposait les mains sur la table et ajoutait en plongeant son regard meurtrier sur la jeune femme.

-Trouves-les et ramène-moi leurs têtes. Ils serraient trois. Je veux que tu retrouve leur chef, nous savons qu’il n’est pas mort..

Il fit une moue blasée. Il retenait des jurons, il aurait bien insulté celui qui l’avait aidé à s’échapper ainsi que les frères Elric. Ca faisait beaucoup d’épine dans le pied toit ca !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: Cruels Dilemmes...   Ven 12 Oct - 12:54

Je me figeais instantanément à l’entente de la voix nasillarde de mon interlocuteur, comme foudroyé sur place. Impassible, je fixais le regard sombre du gradé qui me faisait face, ne trahissant absolument aucune réaction autre que celle de l’indifférence alors que dans mon esprit, j’essayais de comprendre le sens caché de ces quelques paroles. Je finis par jeter quelques coups d’œil autour de nous, l’endroit ne me semblait pas assez sûr pour pouvoir discuter librement. Aussi, je me relevais tranquillement en fixant le colonel avant de lâcher d’une voix placide.

"Suivez-moi."

Sans un regard en arrière, j’étais sûr qu’il le ferait, je traversais la pièce sous le regard inquisiteur du barman, lui faisant un signe rapide de la fermer avant de rejoindre la porte de service donnant sur l’accès aux caves. Un escalier montant, suivit d’une seconde porte verrouillée, et enfin nous entamions la descente vers le QG à proprement parler. C’était encore l’endroit le plus sûr que je pouvais offrir pour une discussion à ne pas laisser trainer dans toutes les oreilles. De plus, je n’étais jamais à l’aise au milieu du monde lorsqu’il s’agissait du domaine professionnel. Par chance, l’endroit était désert, seul un vestige d’un passage récent constitué par une bouteille de vodka vide et deux verres usagés posés sur l’unique table laissaient à croire qu’il y avait de temps en temps du mouvement dans cet endroit lugubre. Refermant la porte à clef une fois le militaire passé, je me tournais à nouveau vers mon supérieur pour lui faire face lorsqu’une toute autre personne m’accueillit en fin de compte. Je réprimais un geste de recul, traduisant ma surprise et mon dégoût par un imperceptible mouvement de la lèvre avant de reprendre un masque glaciale. Voilà donc pourquoi je le trouvais suspect, je repérais immédiatement le même sourire sur son visage que sur celui du colonel. Envy me faisait face, assis sans aucune gêne sur la table, à la place du militaire. L’un ou l’autre en fin de compte, c’était du pareil au même, tous deux étaient aussi peu fréquentables. Le croisais les bras et m’adossais à la porte close en observant le jeune brun qui me fixait de son regard étrange, me rappelant vaguement des pupilles félines par moment.

"Envy … J’aurais dû me douter que quelque chose clochait."

Le brun enchaina sans même porter attention à mes mots, alors que je me remettais rapidement du fait de l’avoir plus ou moins vu changer de forme sous mon nez. Même si je me doutais que cela avait un fort lien avec l’alchimie, cette capacité me semblait toujours aussi inimaginable, et rajoutais au côté inhumain du jeune homme. Néanmoins, mon attention fut happée par ses paroles et je fronçais les sourcils à la prononciation d’un simple nom. Wayne. C’était la cinquième fois que j’entendais ce nom depuis que j’étais en poste à Central, je trouvais la coïncidence un peu trop grosse. Le capitaine Wayne était un membre recherché de l’organisation 0, reconnu et admiré pour ses faits d’armes, mais ce dernier avait disparu et beaucoup le croyait mort. Grâce à certaines sources, j’avais pu comprendre que Wayne avait fini par se retourner contre les siens et Amestris en se liant avec mon père pour former cette fameuse agence dont me parlait présentement le brun. Je restais impassible à l’annonce de cet arrêt de mort qu’il me demandait d’exécution et tentais toutefois vainement de contrôler les battements de mon palpitant. Même si en extérieur, rien ne trahissait la pression, mon pouls avait toutefois une tout autre mélodie. Mais je ne pus masquer indéfiniment mes émotions, car lorsqu’il mentionna le non de mon père parmi d’autres, je ne pus retenir une expression de haine profonde envers lui. Je savais grâce à Reï qui avait assassiné mon père, l’homme pour qui j’étais censée travailler et me battre et le désir de vengeance n’était pas vraiment loin, même si pour l’instant, ma priorité se portait bien évidemment sur les êtres encore vivants. Toutefois, je doutais que le jeune homme sache qui était McDougall vis-à-vis de la subordonnée que j’étais, en effet peu de gens savaient qu’il avait une famille et un enfant. Je notais également le nom d’Elric que j’avais plusieurs fois entendu en recherchant des informations. Mes supérieurs drachmiens m’avaient même demandés plus d’une fois de me renseigner sur eux pour savoir s’il serait possible de les enrôler contre Amestris. Mais le plus vieux des frères faisant partie intégrante de l’armée en tant qu’alchimiste d’état, j’en avais déduis que ça n’était pas envisageable. Mais ses paroles laissaient entendre le contraire. Quant à Hugues … j’avais aperçu ce nom au cimetière militaire en allant voir mon père, mais je n’en savais pas plus là-dessus. J’ignorais qui était cette famille, néanmoins je leur souhaitais de se tenir à l’écart de la route du brun de tout cœur. Mais pour l’instant, j’avais bien plus urgent en tête. Je retrouvais la voix au bout de quelques secondes pour lancer froidement à mon interlocuteur.

"Leur chef est mort. Je le sais de source sûre. "Je marquais un temps de pause avant de reprendre sans bouger d’un pouce après quelques secondes de réflexion. "Je m’occuperais des autres."

Si j’avais d’abord voulu refuser tout net dans un premier temps, j’avais réfléchi rapidement et avait compris que si ce n’était pas moi qui m’en chargeait, un autre se verrait probablement confier la tâche, et alors Reï et son équipe serait vraiment en danger. Une chance que cela soit tombé sur ma personne en fin de compte, je pourrais trouver le moyen de les prévenir et les faire fuir avant d’inventer quelque chose de crédible pour faire croire à leur mort ou à leur fuite. Je revoyais furtivement le visage et le regard de la chimère qui m’avait suivi dans ma fuite du laboratoire, je ne pouvais pas les laisser ignorants, même si je prenais ainsi de gros risques. Je levais les sourcils, feignant l’ennui en observant toujours le brun alors que j'étais en réalité tendue et anxieuse. Un talent de comédienne que j'avais réussi à développer avec le temps sans avoir vraiment le choix en fait.

"Autre chose ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 70
■ Age : 25

Feuille de Compétence
■ Niveau: Maite Alchimiste
■ Capacités : encore inconnues
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Cruels Dilemmes...   Ven 12 Oct - 13:36

Telle une pierre, la militaire restait de marbre, insensible. L’Homonculus déchantait l’espace d’un instant, son visage se refermait et il songeait à l’idée de s’être trompé sur son compte. Sa probable trahison, lui seul était au courant, il n’avait pas averti ses semblables. Le garçon avait cette tendance à agir seul et parfois secrètement. Probablement l’Homonculus le plus imprévisible et indomptable après Greed. Il lui arrivait d’en faire qu’à sa tête, comme en ce début de soirée.
Passons. La chimère gardait cette attitude passive, notre ami n’aurait jamais pus se douter qu’elle bouillonnait intérieurement elle était si persuasive. Envy pouffait narquoisement lorsqu’elle lui avouait avec certitude que le chef, soit Wayne était mort. Son sourire réapparut, plus malsain qu’auparavant. Finalement elle n’était peut être pas si innocente que ça. Pour cause, Wayne n’était pas mort, l’Homonculus avait loupé son coup… De plus il doutait fortement que le larron se laisse tuer facilement malgré la perte de la mémoire. Il descendit de son perchoir et s’approchait dangereusement alors qu’elle l’invitait de manière détournée à quitter les lieux. La rouquine étant déjà plaquée contre la porte, elle ne put reculer mais on pouvait tout de même sentir une certaine retenue.
Le visage déformait par un rictus malveillant il ajoutait d’un ton quelque peu glauque…


-Wayne n’est pas mort…

Il se trouvait à sa hauteur, avec une rapidité inattendue le jeune homme plaquait sa main près du visage de la rousse. Il fit raisonner le bois dans un bruit sourd et désagréable. Une forme d’intimidation, il approchait son visage de son oreille tout en gardant une certaine distance pour ne pas avoir à la toucher. Ca le débectait en cet instant tant il était remonté. Il reprenait dans un quasi murmure à en glacer le sang…

-Ne t’avise pas de comploter, sinon c’est ta tête qu’on m’apportera sur un plateau.

Sa main libre saisissait la poignée, la jeune femme eut un léger mouvement de recul sous l’effet de la surprise ou peut être la pression. Il n’en savait rien mais d’après sa respiration on comprenait qu’elle tentait de calmer quelque chose en elle. Envy ouvrit la porte et sortit avant de reprendre la forme du défunt colonel de Drachma.

-Je crois que ton frère ne supporterait pas une perte en plus. Un sourire provocateur sous les traits du viel homme, c’était peut être pire que son vrais visage. Tu as une semaine, annonçait-il en partant. Passé ce délai j’irais lui faire sa fête…

Plutôt significatifs comme propos. Si l’espionne était bel et bien une traîtresse alors ce serrait un cruel dilemme qui s’offrirait à elle. Sauver ses amis ou son frère ? Le choix semblait évident. Cependant, quoi qu’elle face, son cadet n’était déjà plus… L’Homonculus quittait le bar sans un mot, sans daigner répondre à la salutation du barman. Un juron, c’est tout ce qu’il se décidait à sortir. Le pas lent il marchait en direction de la sortie d'un air satisfait. Une fois dehors il prit la forme d’un chat, l’idée était d’espionner la rouquine. Le garçon attendrait patiemment qu’elle révèle sa vraie face.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: Cruels Dilemmes...   Ven 12 Oct - 14:31

Plus le garçon avançait dans ma direction, plus je me tassais contre le bois de la porte comme si j’espérais secrètement réussir à y faire un trou pour pouvoir m’y dissimuler telle une souris face à un chat. Ce type me mettait mal à l’aise avec son sourire sadique, et j’avais eu vent plus d’une fois des horreurs dont il était capable, je ne doutais pas une seconde de sa capacité à convaincre de manière plutôt violente. N’ayant pas franchement envie de tester la chose, je tenais à rester à l’écart de lui le plus possible, mais en l’occurrence, ça ne l’était pas. Je fronçais imperceptiblement les sourcils lorsqu’il m’annonça que le dénommé Wayne n’était pas mort. Cela ne pouvait signifier qu’une chose qui au fond rejoignait mes précédentes déduction. Le chef et cette fameuse agence était effectivement le capitaine Wayne tout droit sorti de l’organisation 0, celui-là même que j’étais sensé rechercher activement et que j’avais plus ou moins zappé en apprenant sa soit disant mort. De plus, cela me confirmait que mon père avait bel et bien trahi sa patrie en s’associant avec un militaire drachmien pour faire tomber Amestris. Quelque part, je le comprenais un peu lorsqu’on voyait à quel genre d’énergumènes je pouvais avoir à faire ici. Des pourris, des psychopathes, de menteurs, les gens honnêtes étaient plutôt rares, ceux animés de bonnes intentions se comptaient sur les doigts de la main. Un magnifique exemple de cruauté se dressait en ce moment même devant moi et je soutenais son regard en luttant pour ne pas fléchir tant l’inquiétude me rongeait le ventre. Je tressaillis lorsque sa main se plaqua violemment contre la porte à quelques centimètres de mon visage. Des menaces, toujours des menaces. Peu de ceux qui avaient déjà utilisé ce genre de méthodes avec moi avaient finalement obtenu gain de cause, car au fond, je me foutais de qu’il pouvait advenir de ma vie. Cela ne m’importait pas assez pour me forcer à faire quelque chose contre mon grès.

Mais ça, il du le comprendre en croisant l’expression dure et froide de mon visage car une fois qu’il m’eut repoussé pour ouvrir la porte et reprendre l’apparence du vieux colonel, il se tourna vers moi avec un sourire digne d’un pervers sur ce visage, avant d’enchainer. L'écho de ces paroles se fit dans mon cerveau alors que je serrais les poings pour me retenir de muter et lui sauter net à la gorge. J’inspirais profondément, et à en voir le rictus satisfait du vieux militaire, Envy venait de comprendre qu’il avait touché un point sensible, et il tourna les talons sur ses quelques mots pour rejoindre la surface. Je l’observais partir de dos avant de refermer lentement la porte, encore sonnée. Il me fallait le temps d’enregistrer la situation, et lorsque cela fut fait, j’affichais une grimace de profonde haine avant d’asséner un coup de poing d’une violence rare contre le mur le plus proche, faisant se détacher quelques petits morceaux de bétons qui tintèrent sur le sol avant de gueuler alors que personne ne pouvait m’entendre.

"ENVY ESPECE D’ENFLURE !"

Je sentis un filet de sang couler sur mes phalanges douloureuses alors que j’appuyais mon front sur la brique froide, les yeux fermés. Je me retenais à grand peine de pleurer, ça n’était pas le moment, et essayais d’analyser posément la situation, bien que la vague de rage qui m’ait envahi ne simplifiait pas vraiment les choses. D’un côté, je devais protéger mon frère quoi qu’il arrive, de l’autre, je ne pouvais pas les laisser se faire tuer sans rien faire. Et pire encore, je ne pouvais pas les tuer moi-même, ça m’était totalement impossible. Tout en réfléchissant, je donnais des petits coups de tête contre le mur en marmonnant.

"Réfléchis bordel … réfléchis, fait marcher ta tête pour une fois !"

Je restais un long, très long moment ainsi, ignorant la douleur relative de ma main pour me concentrer sur l’essentiel avant de soupirer longuement. Un bruit résonna dans le couloir proche qui me fit enfin relever la tête. Quelqu’un approchait, je n’avais pas la moindre envie d’être surprise ainsi, aussi je pris la tangente par la porte opposée pour rejoindre ma chambre. Je jetais un coup d’œil rapide à ma fenêtre, le soir était tombé, j’avais du passer plusieurs heures dans cette putain de cave à me prendre la tête sans grand résultat. J’observais la ruelle avec minutie, essayant de repérer un individu suspect, immobile, qui pourrait faire le guet ou attendre quelqu’un. D’après les paroles du brun, je m’attendais très certainement à ce que lui ou un autre me suive, espérant ainsi que je les conduise tout droit chez les rebelles. J’allais effectivement bien y aller, mais ne prendrait pas le risque de passer par les rues, bien trop risqué. Attendant que la nuit étende définitivement son voile sombre sur la ville pour mieux me dissimuler et en profitais pour aller m’harnacher un peu plus prudemment. Retirant mes vêtements, je passais ma tenue sombre ainsi que mes bottes, vérifiant que mes armes étaient bien en place. Une dague de jet dans celle de droite, un flingue à gauche. A la ceinture, je portais deux lames courtes croisées contre les reins ainsi qu’un second holster où était rangée ma deuxième arme de poing. J’observais mon sabre quelques secondes avant de le délaisser, j’avais besoin d’être rapide, aussi autant rester légère. Enroulant à la va vite ma chevelure envahissante, je la dissimulais sous l’espèce de bonnet que je portais avant de positionner correctement le masque de tissu qui me recouvrait les trois quart du visage. J’espérais qu’ils soient tous à l’agence, cela m’éviterait d’avoir à les chercher. Plus vite ils seraient prévenus, plus vite ils pourraient se planquer efficacement.

J’éteignis la lumière de ma chambre et fermais la porte à clef de l’intérieur avant de me diriger de nouveau vers la fenêtre. Toujours rien d’alarmant en contrebas, toutefois, je décidais tout de même de ne prendre aucun risque. Je fermais les volets, laissant la vitre ouverte à l’intérieur avant de rejoindre la salle de bain possédant également une vitre floutée celle-ci. Repoussant le battant, je me laissais tomber sur le toit en contrebas avant de tirer le plus possible le carreau. Ceci fait, je partis à toute vitesse en direction de l’agence, vérifiant régulièrement que je n’étais suivi par personne. Les seules présences que je pouvais sentir sur les toits étaient des animaux que la plupart du temps je faisais fuir en passant à toute vitesse près d’eux. Sautant de toit en toit lestement, je finis par atterrir au bout de dix minutes de course rapide sur le toit d’un immeuble décrépit, faisant face à une bâtisse imposante. Je m’immobilisais sur ce dernier, agenouillée telle une gargouille pour rester la plus discrète possible, et observais l’immeuble d’en face avec attention. Les fenêtres étaient toutes closes ce soir, sans exception, mais de la lumière filtrait entre les lattes des volets au niveau du rez de chaussé. La chance semblait avec moi, l’endroit n’était pas vide. J’avisais la corniche la plus proche et m’y suspendit pour me laisser tomber souplement sur le balcon en dessous, répétant cette opération jusqu’à atteindre le sol avant de me diriger vers le porche dans l’idée de frapper. Mais après tout, le temps pressait, aussi j’actionnais la poignée dans la foulée, priant pour ce soit ouvert, ce qui fut le cas, et pénétrais dans la pièce avant de refermer prestement derrière moi. En relevant la tête, j’aperçus des regards inquisiteurs qui me scrutaient avec stupéfaction, et quelque part, c’était compréhensible. J’allais leur expliquer brièvement cette brusque apparition lorsque je fus coupé net.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 70
■ Age : 25

Feuille de Compétence
■ Niveau: Maite Alchimiste
■ Capacités : encore inconnues
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Cruels Dilemmes...   Ven 12 Oct - 15:23

Le temps à attendre avait semblé long, mais comme prévu, le chat était de sortie ce soir. La patience du brun avait été rapidement récompensée.
Impatiente, elle n’avait probablement pas pus attendre un ou deux jours pour aller quérir les rebelles. La jeune femme n’était pas du genre à patienter, plus du genre à foncer. Et ca, pour le bonheur de l’Homonculus. Sous les traits d’un chat noir il la suivait avec discrétion. Il jubilait, il avait hâte d’apercevoir le visage des renégats. La seule question qui lui titillait l’esprit était celle de savoir si oui ou non il les tuerait tous. Father serrait très certainement en rogne s’il tuait les sacrifices. Des sacrifices utiles, qui plus est. C’était un peu comme cette fois-là où il avait dû extirper le Fullmetal des décombres pour lui éviter une mort pitoyable. Ne pas tuer Wayne, ni Cahelyn. Ca l’emmerdait au plus haut point. Il leur arracherait sûrement un membre pour passer sa frustration.

Filant de toit en toit, il suivit la chimère. Après une bonne trotte ils arrivèrent aux abords des quartiers dépravés de Central City. Cet endroit, il l’avait fouillé de fond en comble sans avoir trouvé un endroit suspect. Se trompait-il ? Etait-elle en mission ? Le félin était blasé par l’idée de s’être mépris… Pourtant il achevait sa filature jusqu’au bout. La jeune femme descendit du toit pour gagner un espèce de vieux bâtiment. L’homonculus reprenait forme humaine avant de ne sauter du toit pour atterrir sur le sol. Les volets étant fermés, il du batailler pour tenter d’apercevoir les locataires. Un sourire carnassier illumina son visage dés l’instant où il reconnu la jeune femme brune au centre de la pièce. Par le passé il l’avait vu aux côté du Capitaine, nul doute sur la personne. Ses fondements étaient réels et il n’en fut pas plus étonné. Il reculait, serrant les poings, la jubilation ne cessait de l’envahir. Sans plus attendre il s’approchait de la porte et y administrait un puissant chassé qui força les deux battants à s’ouvrir simultanément.
Surprise !!

Les regards étaient déjà rivés sur lui vu que la rouquine se trouvait juste devant. Sans leur laisser le temps de s’exclamer il saisissait le bonnet de Cahelyn, saisissant au travers sa chevelure imposante. Là il l’a forçait à s’agenouiller à l’aide d’une pression surhumaine et d’un coup au niveau de la pliure des genoux. La jeune femme n’eut pas d’autre choix de se plier à la volonté de son agresseur. Sa main enserrait le cou de la jeune femme, prêt à lui briser la nuque au moindre geste. Au même moment la jeune femme en question se levait avec vivacité, accompagnée d’un type inconnu. Il en manquait un. S’écriant suffisamment fort pour masquer le son de la musique, il ironisait à l’aide d’un grand sourire…


-Surprise !

Deux pairs de yeux rivés sur lui, l’une haineuse, l’autre arrogante. Le type en question lâchait son jeu, soit des cartes et se levait à son tour.

-Qu’est-ce que c’est que ça ?
-Hmm…On dirait que j’ai tiré le gros lot. Mais dites moi les microbes, il en manque un, nan ? Lâchait-il avec un amusement malpropre.

La jeune femme tentait de s’extirper, Envy lui assénait un coup de genoux en pleine côte avant de reprendre du même ton railleur…


-Allon, allon, tiens toi tranquille, je te laisserais la vie sauve pour te remercier de me les avoir livré aussi prestement. Hé hé !
-Qui êtes vous ?! Demandait la brune, effrayée.

L’homonculus haussait les épaules, son visage devenait de plus en plus terrifiant. Bientôt il ne pourrait retenir cette envie meurtrière qui égayait son humeur. Il relâchait Cahelyn la repoussant d’un chassé négligé avant d’intimer aux deux autres d’approcher. Hisashi retenait la jeune femme masquée.


-C’est moi qui ai tué votre chef ! Venez donc le venger !

Reï fut la première à lancer les hostilités, pour ce faire elle s’était vivement baissée pour saisir les deux flingues judicieusement placés sous le bureau en cas d’urgence. Elle lança une arme à son coéquipier qui avait relâché la miss pour aussitôt imiter la jeune femme. Des coups de feu retentirent, un combat pas très équilibré débutait. Cahelyn était à l’instant probablement la seule à pouvoir réellement rivaliser grâce à ses capacités surhumaines. L’Homonculus esquivait et envoyait valser Hisashi, au même moment Wayne apparaissait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: Cruels Dilemmes...   Ven 12 Oct - 15:56

La porte fut défoncée avec violence et je me baissais pour éviter les quelques projectiles qui volait, mais avant que je ne puisse réagir davantage, je me retrouvais à genoux, maintenue au sol par une poigne puissante qui m’enserrait la nuque, un pied sur mes jambes pour empêcher tout mouvement. Serrant les dents, j’attrapais le poignet de mon agresseur sans pour autant parvenir à le forcer à desserrer sa prise et renonçais rapidement, restant immobile en guettant un moment propice. JE n’avais pas prononcé la moindre parole encore, mais je sentis la culpabilité come la crainte m’envahir lorsque je reconnus la voix aigüe du brun s’élevait dans la pièce où perçait une joie malsaine. Mon regard balaya la pièce, et je sentis mon sang se glacer en n’apercevant que deux des trois compères, l’argenté manquait à l’appel. Dans un sens, c’était une bénédiction, il restait ainsi hors de danger pour le moment. Mais les deux autres n’avaient toujours pas bougés, les yeux rivés sur mon agresseur et se contentaient de questionner. Une once de colère déboula en moi comme une puissante vague, et je voulus leur crier de foutre le camp pendant qu’il le pouvait encore mais le brun resserra sa prise, me forçant à baisser davantage la tête. Agacée, je tentais de me dégager d’un geste brusque, mais sa poigne était trop puissante, et il s’énerva en m’assénant un violent coup en pleine côte, m’arrachant un gémissement pitoyable.

Je cessais tout mouvement pour reprendre ma respiration le temps de quelques secondes avant de me figer en observant la brune. Cette dernière semblait effrayée et ne savait visiblement pas vraiment sur quel pied danser. Le brun me repoussa violemment, et j’atterris contre le seul membre de l’agence que je ne connaissais pas qui m’immobilisa aussitôt, me tirant un soupir de lassitude. Allons bon, ce n’était pas vraiment le moment du faire du zèle, il allait avoir bien d’autre chat à fouetter d’ici peu de temps, je le devinais aisément au regard de prédateur qu’arborait Envy. Ce dernier ne manqua pas d’afficher son sourire carnassier avant de provoquer ouvertement les deux acolytes. Lorsque l’inconnu me relâcha, je me redressais d’un bond en ignorant la douleur le plus possible pour me précipiter vers la brune, mais il était trop tard, cette dernière venait de lancer l’assaut sans réfléchir.

"NON ! Tirez-vous d’ici ! VITE !"

Mais la jeune femme n’écoutait pas, et lançant également une arme à son congénère, elle se précipitait vers l’assassin probable de son chef, une moue de haine sur le visage. Je lâchais un juron avant de dégainer également, visant la tête du brun. Mais il était rapide et agile le bougre, et lorsque les balles l’atteignaient, elles ne semblaient pas l’endommager plus que ça. C’en était d’ailleurs relativement frustrant, à croire qu’il était impossible de le blesser. Il semblait d’ailleurs s’acharner sur les deux autres plutôt que sur moi, ce qui avait également tendance à m’énerver étant donné que je cherchais à capter son attention pour leur permettre de se tirer. Le jeune inconnu fit un vol plané remarquable et atterrit contre un mur proche, assommé net, alors que le prédateur se tournait désormais vers la brune qui s’acharner à vider son chargeur sur lui. Visiblement, il ne désirait absolument pas coopérer, j’allais donc changer de méthode. Balançant mon flingue presque vide à terre, je tournais imperceptiblement la tête lorsqu’il heurta quelque chose, et croisais le regard d’un nouveau protagoniste avant de pester ouvertement. Manquais plus qu’il soit là également. Pour le coup, il jouait le boulet. Je ne m’en préoccupais pas vraiment pour le moment, il restait loin de la zone dangereuse, visiblement choqué par la scène sous ses yeux, et me précipitais sur le brun sans attendre en courant, prenant appui contre une poutre pour lui sauter dessus. Ce dernier esquiva comme les autres fois, mais je recommençais mon manège incessant pour l’empêcher d’atteindre la brune qui s’éloignait de nouveau sans cesser de tirer. Petit à petit, j’arrivais à placer quelques coups pour faire reculer le jeune homme, rien de significatif, mais suffisamment pour l’énerver et faire en sorte qu’il concentre sa colère sur moi plutôt que sur les autres. Une fois la brune suffisamment éloignée, j’atterris devant le brun avant de lâcher.

"Reï ! Embarque les autres et tirez-vous, il veut vos têtes ! Ton chef n’est pas mort, il ne cherche qu’à t’énerver, alors écoute moi et va-t-en bordel ! "

Je ne lâchais pas Envy des yeux qui avait enfin cessé de bouger et observait la scène avec attention et un air visiblement réjoui, ce qui me fit hausser un sourcil avant de lâcher d’un ton froid.

"T’emballes pas, je n’ai pas dit mon dernier mot."

Légèrement penchée en avant, je m’apprêtais à esquiver le prochain coup, me doutant qu’il ne tarderait probablement pas trop, mais son attention semblait plus portée sur ce qui se trouvait derrière moi. Toutefois, hors de question que je le laisse passer. Je laissais toutefois l’animal en moi prendre le dessus par sécurité, et sentis aisément une vague de sauvagerie déferler dans mon ventre, les pupilles réduites à deux fentes verticales. Mes côtes restaient douloureuses, mais rien d'insupportable pour l'instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 70
■ Age : 25

Feuille de Compétence
■ Niveau: Maite Alchimiste
■ Capacités : encore inconnues
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Cruels Dilemmes...   Ven 12 Oct - 16:53

Le poste radio cinglait dans toutes les pièces où âmes se trouvaient. Soit dans la pièce principale et dans la cuisine. Plongé dans une partie de poker, nos trois compagnons profitaient du calme de la soirée pour se détendre. La partie fut mise en pause dés lors où Lyl annonçait être affamé. L’heure du repas passée n’étant pourtant pas loin… Ainsi il avait allumé le poste pour rester dans l’ambiance de la pièce principale. Là, musique pleine balle dans les oreilles il se confectionnait un de ces sandwichs délibérément plein à craquer. Avant de ne regagner la pièce principale il croquait un bon nombre de fois dans son sandwich. Il manquait de tâcher son t-shirt noir à cause d’un surplus de sauce. Enfin décidé à quitter la cuisine, notre ami éteignait la radio. C’est alors qu’il entendit plusieurs coups de feu. Soudainement alarmé et se précipitait vers la porte. C’est d’une mine blasée qu’il constatait une lutte acharnée dans le « salon ». L’ennemi était un type étrangement vêtu qui arborait une chevelure ébène sacrément longue pour un mec. Un mec ? Il n’en était pas sûr, mais d’après l’absence de poitrine il pouvait le désigner ainsi. En effet, il avait eu le temps d’observer ce détail.
Il fit un pas, au même instant Hisashi atterrissait contre le mur brisant au passage un des tableaux.

-Vous faites une fête sans moi.
-T’as jamais été ponctuel…

Notre ami déposait son délicieux sandwich sur la commode à sa droite alors que son regard se posait sur un autre joueur. Soit la visiteuse d’un certain soir. C’est alors qu’une idée lui vint en tête, il fit un rapprochement entre la rouquine venu l’agacer un soir et la voleuse masquée venue aussi l’embêter. Les deux étant probablement la même personne et également la belle demoiselle avec qui il avait passé une soirée d’enfer avant de se faire expulser comme un vulgaire rat. Lyl ne semblait pas tellement interloqué, il avait cette habitude parfois mal vue de rester calme et…fanfaron.
Reï se débattait avec Envy à l’aide de Cahelyn. Cette dernière s’interposait afin d’attirer sur elle le courroux de l’Homonculus.

-T’emballes pas, je n’ai pas dit mon dernier mot.

L’Homonculus souriait, passablement irrité. Son regard avait croisé celui de Lyl, il en fut que plus excité. Mais tandis que la rouquine jouait les héroïnes, Reï revenait à la charge près d’elle, elle tenait une autre arme, plus grosse. C’est d’une voix froide et sûre d’elle qu’elle annonçait…

-Ne soit pas ridicule, et puis… tu n’as pas à culpabiliser.

Sur ces mots elle repoussait l’Homonculus à l’aide de ses tirs, celui-ci esquivait sauf la dernière grâce à Cahelyn. Envy s’arrêtait, son épaule venait d’être touchée. Mais sous les yeux ébahis de chacun, son épaule se régénérait. Reï fronçait les sourcils, tentant de garder son calme, elle jeta son flingue avec négligence avant de transmuter à l’aide du tatouage sous son pied une lance. Elle tapa du pied et fit apparaître l’arme entre ses jambes sans avoir à se baisser ou quitter l’Homonculus des yeux. C’était la première fois que Reï et Hisashi voyaient une telle aberration. Lyl s’en souvenait juste plus…La jeune femme s’écriait…

-Les balles ne lui font rien ! Elle ajoutait pour elle-même, changeons de tactique.

A peine avait-elle brandit sa lance qu’Envy la brisé et l’expulser comme son collègue précédemment. D’ailleurs celui-ci s’était relevé, sa clavicule était cassée, pourtant il avait prit qu’un seul coup… Le regard de Lyl s’assombrit, il était temps pour d’entrer en scène. Il répondit à la réplique de sa partenaire alors qu’il faisait craquer ses doigts…

-Alors c’est là que j’entre en scène…

Le corps à corps, c’était le domaine de prédilection du reptile. Aussitôt l’Homonculus abandonnait la traîtresse pour se ruer sur l’ex-capitaine. Lyl contrait, c’est mains nues qu’il tentait de se battre contre le brun. Reï s’était relevée, abimée par le coup. Elle avait atterri sur l’espèce de Jukeboxe, brisant celui-ci sous l'impact violent.

-Attention !!! Il peut se régénérer !

En réalité elle avait surtout peur que le type ait dit la vérité concernant le meurtre loupé de leur chef. Si c’était le cas, il tenterait probablement de finir ce qu’il avait commencé. Sans son alchimie et la maîtrise complète de ses anciennes capacités, Lyl restait vulnérable. Reï s’approchait d’Hisashi pour s’informer de son état. Après un rapide échange, ils convenaient d’aider.

De leur côté, Lyl et Envy s’affrontait, l’argenté contrait plus qu’il ne frappait. Mais son corps comme simple bouclier ne tiendrait pas longtemps. Sa garde fut brisée par l’androgyne qui prenait un malin plaisir à sauter dans tous les sens. D’un vif coup de pied retourné il repoussait notre chimère contre le mur derrière. Wayne reculait tout en croisant les bras devant lui mais la fourberie d’Envy était plus forte. L’espace de quelques secondes le brun changeait son visage pour prendre les traits d’un certain Macdougall et tandis qu’il lui fonçait dessus il transformait son bras faisant apparaître une arme à feu dans sa main. Tout se passait à une vitesse fulgurante, pourtant, l’amnésique eu le temps de revoir une image brève semblant sortir tout droit d’un souvenir. Le dernier. Lyl atterrissait plaqué contre le mur derrière-lui, au même moment la balle d’Envy fut déviée et il plantait son bras dans le mur dans le bute d’exploser la tête de sa proie. Cette dernière restait figée, choquée par l’image qui venait d’apparaître devant ses yeux. Il fondit à terre, assis. Réalité ou fiction, il l’ignorait, la scène ressemblait à celle actuelle. Reï et Hisashi n’ayant pas vu la scène mais entendu le coup de feu, ils se ruèrent avec rage et crainte sur les deux hommes.

-Qu’est-ce que tu fous ?!
-Bute-le !

Hisashi n’avait toujours pas digéré la perte de son ami et de son supérieure. Le voir aussi faible le frustrait. Malgré sa clavicule brisée il tentait un assaut soutenu par la brune. Seulement, une fois son bras libéré, Envy fit volte-face trop rapidement et embrochait le premier venu, soit le brun… Lyl reprit conscience dés lors ou le sang de son confrère vint souiller son visage.

-NOOOOOON !!!!NOON!!!

C’était la première fois que l’amnésique ressentait la peur. Un mauvais pressentiment mélangé à la sensation d’avoir perdu quelque chose de chère. La bouché entrouverte, il resta passif face à l’horreur.
Envy riait de façon machiavélique, d’un chassé il repoussait le corps du brun avec une négligence irrespectueuse et hautaine. Un de moins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: Cruels Dilemmes...   Ven 12 Oct - 17:24

Je grimaçais sous mon masque, je n’étais pas franchement d’accord avec la jeune femme, bien au contraire, j’avais de nombreuses raisons de m’en vouloir, la plus récente était que c’était de ma faute si leur planque avait été découverte et leurs vies à tous mises en danger. Néanmoins, je me contentais de garder le silence, certaines choses pressaient plus que d’autres, et puisqu’elle ne voulait pas fuir, ça au fond je m’en serais douter, ce n’était pas franchement le genre à reculer de ce que j’avais pu voir, je me rangeais à ses côtés pour faire face au brun toujours souriant. L’argenté ne tarda pas à rejoindre le spectacle alors que son acolyte reprenait brièvement conscience, l’épaule visiblement amoché si l’on en jugeait par la forme étrange de cette dernière. J’espérais que mon possible amant d’une nuit sache se battre, dans le cas contraire nous serions rapidement dans la merde.

La suite fut confuse. Essayant de capter l’attention du brun pour permettre aux autres de l’attaquer de concert, je fis de moins à moins attention à ses mouvements et me retrouvais à demi assommée par un coup de pied retourné de ma cible, projeté ainsi contre la porte détruite. Les yeux mi-clos, j’essayais de reprendre un minimum conscience alors que je voyais les divers protagonistes se mouvoir avec une vitesse remarquable dans la pièce, cherchant par tous les moyens à atteindre le brun. Les cris se multiplièrent, c’est ce qui me tira de ma léthargie, provoquant une sorte de décharge électrique dans mon cerveau pour m’aider à me relever. Je secouais la tête pour retrouver un certain équilibre avant de prendre à nouveau connaissance de la situation. Cela n’avait pas duré plus d’une minute, mais c’était suffisant pour que les choses aient plus ou moins mal évoluées. Toutefois, je me figeais, statufiée, en voyant un visage bien connu menaçait la jeune chimère d’une arme. Les traits durs, des cheveux longs d’un noir de jais, si ce n’était ce rire malsain qui déformait son visage, j’aurais pu croire que j’hallucinais tant la ressemblance était frappante. Les hurlements de la brune résonnèrent dans ma tête alors que je ne pouvais me détacher de la scène que je voyais. Il ne m’en fallut guère plus pour perdre toute notion de calme et je sentis tous mes muscles trembler de rage. Envy ne portait d’attention qu’au petit groupe, j’en étais presque devenu invisible pour lui.

Avec le silence et l’agilité qui caractérisait mon hôte, je franchis les quelques mètres qui me séparait de lui, sautais sur le mur proche pour prendre l’élan avant de lui atterrir dessus avec toute la force dont j’étais capable, crocs et griffes dehors tellement je ne contrôlais absolument plus rien. Dans un hurlement de rage, j’assénais une droite remarquable à l’image de mon père, le défigurant quelques secondes de quatre entailles profondes avant d’enchainer les coups à toutes vitesse, portée par la colère et la haine. Je me foutais d’être blessée, je voulais lui juste le faire souffrir, même si cela semblait impossible. Aveuglée, je laissais juste la bête agir à ma place, me contentant de grogner comme l’animal que j’étais. Il parait bien, mais je finis par repérer un faille dans sa garde et en profitais pour lui faire un croche patte doublé d’un crochet violent qui l’envoya au sol.

"JE T’INTERDIS DE PRENDRE SON VISAGE, ESPECE D’ENFOIRE !"

Je du m’arrêter, essoufflée par mon effort et affaiblie par la douleur mais ne jetais pas le moindre coup d’œil derrière moi. J’avais compris qu’un des leurs était mort. Reï ayant hurlé, et l’argenté étant au sol, j’en déduisais qu’il s’agissait du brun. Cela ne fit que décupler ma colère, m’empêchant d’agir avec raison et j’allais m’élancer pour recommencer un assaut lorsque la jeune femme me retint par le bras. Je tournais un regard furieux vers elle, cherchant à comprendre pourquoi elle m’empêchait de continuer, mais je croisais les larmes sur ses joues et j’eus un moment de doute l’espace de quelques secondes.

"Attends."

Je secouais négativement la tête et la repoussais légèrement tout en me dégageant, je devais en finir seule avec ce type, même si je savais pertinemment que j’en étais totalement incapable. Mais après tout, la colère permet parfois de se dépasser. Toutefois ce léger contretemps permis au sosie de mon père de contre attaquer et je dû rouler à terre pour éviter ses coups. Voir le visage de mon paternel me fixait avec cet air carnassier était probablement une des choses les plus dures que j’avais à affronter ce soir. Je sentis rapidement un mouvement diffus sur ma droite, l’argenté venait de bouger, mais avant que je ne le repousse lui aussi, j’étais à nouveau entre les griffes du brun, me débattant avec fureur en balançant mes griffes dans tous les sens. Plus que la haine, c’était également la peur qui me motivait. Pas pour moi, mais pour eux, car d’où j’étais, je voyais distinctement le visage laminé de la brune et celui perdu de son ami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 70
■ Age : 25

Feuille de Compétence
■ Niveau: Maite Alchimiste
■ Capacités : encore inconnues
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Cruels Dilemmes...   Ven 12 Oct - 18:52

Alors qu’il riait, Envy fut soudainement prit d’assaut par la chimère masquée. Telle une tornade furieuse elle enchaînait coup sur coup ne laissant aucun répit à l’Homonculus. Il ne cessait de se régénérer, mais rien de bien méchant en fait. Il n’avait pas encore perdu la vie. Quatre contre un, maintenant trois, et il les avait tous déstabilisé. En commençant par leur chef il avait porté une atteinte directe aux deux autres qui avaient agi avec émotion et non réflexion. Etaient-ils si redoutables qu’on le dit ? Pour le moment non. Surtout l’argenté qui se pensait en proie à une folie passagère. Cahelyn, quant à elle, ce qui l’avait déstabilisé était le visage de Macdougall. Rapidement il fit un lien entre la rouquine et le décoloré. Il sortit des décombres dans lesquelles la masquée l’avait envoyé valsé. Son apparence récupérée, il comptait bien revenir sur scène. Il le fit avec une fureur noire, sans quitter son air sauvage. Cette fois il était en colère. Il propulser les débris qui gênait sa relève. Une fois sur pieds, l’Homonculus se vengeait. Persuadé que les deux chimères étaient liés, probablement la raison de la traîtrise de Cahelyn, Envy décidait de tuer cette dernière. Tant pis ! Il se prendrait une brasse par Father mais au moins il aurait lavé l’affront. De plus, sa rancune était telle qui s’était mis en tête de buter tous les proches de Wayne. Après Hugues, Hisashi puis maintenant Cahelyn et pour finir Reï. Etre le seul survivant d’une tragédie, n’était-ce pas pire que la mort ? Il ruait de coup la rouquine, brisant en partie son avant-bras gauche, fêlant un de ses tibias puis vint au tour des côtes. Pour finir il voulut lui couper un bras mais la précipitation jouant toujours contre lui il lui entaillait le dos. Elle tombait sous les coups, hors course pour le reste de la nuit…

De son côté, Lyl essuyait distraitement le sang qui couvrait son visage. Le visage de son subordonné tourné vers lui, il sentit la colère l’envahir. Dans un coin, Reï tentait de revenir à la charge, transmutant une nouvelle arme. Le reptile se levait doucement, c’était probablement lui le moins blessé du fait de sa courte interruption. L’homonculus avait arraché le masque de la jeune femme confirmant au passage les réflexions de l’amnésique. Maintenant Cahelyn en joug et par la tignasse il était prêt à lui trancher la gorge. C’est d’un air de fou furieux qu’il annonçait en riant…

-HA HA HA !!!! Si je ne peux pas te tuer, alors j’buterais tous les tiens ! Une moue hargneuse, sa main aiguisée était prête à séparer la tête du corps. N’ais-je pas déjà commencé !

Il avait déjà tué deux êtres chers au reptile, en tuant Cahelyn il pensait l’atteindre directement. Cependant, Lyl ignorait de quoi il parlait et encore plus du probable lien avec la rouquine. Elle lui était inconnue… Le jeune homme approchait dangereusement, comme si que les paroles de l’Homonculus ne l’atteignaient pas. Et tandis qu’il approchait, Reï profitait de cette courte diversion pour attaquer ce qu’elle voyait comme étant un monstre. Envy fut contraint de lâcher Cahelyn, Reï réquisitionnait la demoiselle pour l’éloigner du champ de bataille. Elle revint alors au combat et formait un duo soudé et efficace avec son supérieur. Tandis que Lyl se servait de son corps pour ruer de coups le brun, Reï usait d’alchimie pour lui ôter la vie. Envy perdit la vie à de nombreuses reprises et de manière différente à chaque fois.
La roue tournait à nouveau et Reï fut prise pour cible à cause d’un mauvais coup mal placé. Pour cause, l’Homonculus avait contré son coup de pied retourné et s’était aussitôt empréssé de lui retourner la jambe, faisant craquer sa cheville. Hors course, Lyl reprenait la relève, décidé à ne plus flancher.

Armé d’un sabre fraichement transmuté, Lyl reprenait du poil de la bête, le regard noircit, son visage récupérer son expression froide habituelle. Un combat acharné débutait entre les deux hommes. La chimère tranchait un bras de l’Homonculus, puis la tête, mais très vite il se régénérait. Et c’était ainsi à chaque fois. Envy fit un salto arrière pour se dégager de la portée du reptile. Il ne songeait même pas à sa Pierre, l’envie de briser ces êtres était si forte qu’il en oubliait de ménager son cœur artificiel.

-Hé hé hé… C’est ça, approche…

Lyl s’exécutait, fonçant sur a cible sans la moindre retenue. Le brun en avait profité pour l’attirer dehors, le larron suivit… Reï suivait du regard la scène, Cahelyn dans ses bras, celle-ci perdait progressivement conscience lorsque la brune cessa de lui parler. Le cœur déchiré par la peine d’avoir perdu un ami, d’avoir été inutile et de ne pas pouvoir retenir son dernier proche qui courait droit dans la gueule du loup. En suivant l’Homonculus il courait droit à sa perte, pour la seconde fois. La jeune femme brune hurlait, serrant ses doigts sur les bras de la rousse à demi inconsciente. Elle hurlait comme une forcenée sans pouvoir se lever, incapable de marcher ou de plus… Juste observer sa silhouette poursuivre le démon.

-NAAAAAN !!! REVIENS ! JE T’EN PRIE ! C’EST UN PIEGE !!

Elle ne cessait de crier, tentant vainement de rappeler son ami près d’elle. Ses larmes perlaient sur le visage inerte de l’autre jeune femme.

Envy courait, s’enfonçant de plus en plus dans les ruelles sombres, écartant le plus possible sa proie du bâtiment. Sa course folle prit fin dans une ruelle dénuée de lumière. Là, dans la pénombre, il pensait prendre en traître la chimère. Cependant, cette dernière étant mi-homme mi-serpent il pouvait ressentir la présence de l’Homonculus comme il pouvait voir son faible halo de chaleur. Par conséquent le combat était loin d’être terminé. Ils luttèrent encore pas mal de temps. Jusqu’à épuisement, mais l’Homonculus était bien plus redoutable que la chimère. Peut être qu’avec son alchimie retrouvée il aurait pus débattre plus efficacement et plus longtemps. Lassé par la l’éternité du combat, Envy commençait à agir maladroitement se fichant bien d’user ses vies tant qu’il pouvait arracher un à un les membres de la chimère.
Lyl se retrouvait au pied du mur, épuisé… La lame de son sabre était cassée, comme toutes les autres armes transmutées… Et alors que l’Homonculus changeait encore et encore de forme pour briser l’humain, une voix au bord de l’hystérie s’élevait au dessus du décoloré…

-ENVYYYY !!!!
-Ed ! Attention !!!

Le Fullmetal Alchemiste faisait une brève apparition, il atterrissait devant la chimère et se relevait pour asséner une ruée de coup très dynamique à l’Homonculus. Le cadet inquiet par le saut qu’il venait de faire avait presque ralenti alors qu’il courait pour cerner la cible. Pas le temps de souffler pour le brun, le blondinet était visiblement d’une forme olympique ce soir-là ! Et tandis que l’ennemi esquivait, le cadet des Elric attaquait par derrière. Une équipe bien efficace. Lyl trouvait encore la force de se relever et de réprimander ses « sauveurs ».

-Dégage de là l’mioche !!
-Qui sait qu’tu traites de gamin, enfoiré !
-Ed !! Il s’échappe !
-Rattrape-le !

Edward Elric pointait du doigt le fuyard, au même moment Lyl le poussait pour le devancer. Alphonse Elric courait devant, et en tête de file, bien évidement Envy. L’interruption des frangins avec ce quelque chose comique par leur vitalité fougueuse. Ils se lancèrent tout trois à la poursuite de l’Homonculus. Fuir était pour le coup le meilleur stratagème pour rester en vie, Envy en était conscient. Sa pierre était affaiblie et avec l’arrivée des frères Elric il n’avait aucune chance de s’en sortir. C’est pourquoi il était judicieux de fuir, pour lui ca n’avait rien de lâche. Seules la frustration et la colère l’envahissaient. Il prit la forme d’une panthère et semait les alchimistes plus rapidement que prévu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cruels Dilemmes...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Cruels Dilemmes...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dilemmes
» Petit Cri ­? Parfois, la torture rends les gens plus cruels ?
» Dilemmes et super-héros || PV Sunny Hauptmann

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fullmetal alchemist ::  :: Les Rps terminés ou abandonnés-