Partagez | 
 

 Révélations

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Révélations   Ven 12 Oct - 19:52

Précédemment => http://fmaleretour.asiafreeforum.com/t1189-cruels-dilemmes#24227

Les coups s’enchainèrent bien trop vite pour que je puisse comprendre réellement ce qu’il était en train de se passer. Je sentis les douleurs de multiplier une à une de part et d’autres de mon corps, ne pouvant retenir un hurlement strident lorsque je sentis mon dos se déchirer violemment. A demi consciente, je sentais ma tête tirée en arrière, un contact froid le long de ma gorge et j’en déduisis que je ne devais pas être loin de rejoindre mon père. La douleur lancinante de chaque blessure m’anesthésiait pourtant peu à peu, je devais perdre du sang de manière importante quelque part. Mais alors que je me sentais sombrer tranquillement, je retrouvais peu à peu ma lucidité et compris que l’erreur que je venais de commettre en abandonnant ce qu’il me restait de self contrôle risquait de coûter la vie à tout le monde. L’air absente, je fixais le visage de l’argenté qui se rapprochait tranquillement d’Envy, ignorant sa mise en garde, et je finis même par esquisser un sourire discret et épuisé. Ce garçon semblait avoir encore moins de cœur que moi, et j’étais ravie qu’il n’écoute pas mon tortionnaire pour tenter de lui mettre la trempe qu’il méritait. Je sentais mon corps s’engourdir lentement, aussi lorsque le brun me lâcha violemment et que ce fut Reï qui me tira hors de la zone de combat, je ne sentis presque rien. Levant un regard vers le visage strié de larmes de la jeune femme, la culpabilité qui m’habitait refit surface et je fermais les yeux pour ne pas voir ce qui était arrivé par ma faute, sombrant dans l’inconscience, souhaitant ainsi rejoindre mon paternel. Au moins, je n’aurais plus à me battre, plus de trahisons, juste le néant, le vide. C’était tout ce que je voulais, et j’étais soulagée de le voir enfin arriver.

Mais cela aurait été bien trop simple de partir ainsi sans vraiment de souffrances. Car une fois la douleur passée, mourir ne semblait pas si douloureux en fin de compte. C’était comme s’endormir, en plus définitif. Enfin, c’est ce que je croyais. En réalité, je venais simplement de sombrer dans un léger coma. Ce qui suivit, je l’ignorais mais l’apprit bien plus tard par la jeune femme qui m’avait enlevé au griffes de la faucheuse. Le combat ne s’était pas éternisé. L’argenté et elle-même avait réussi à repousser le brun, et avec l’aide de personnes extérieures, l’avaient finalement mis en déroute total. La jeune femme s’occupa de mes blessures en nous mettant toutes deux à l’abri. Je ne me souviens que de peu de choses, certaines étant flous, d’autres totalement effacées.

Prise par la fièvre, je m’étais mise à délirer, parlant dans un sommeil agité. Un nom revint souvent, celui de mon frère que je prononçais le plus souvent en pleurant. Je parlais également de Drachma, du capitaine Wayne, du laboratoire, de mon père, finissant par répéter des phrases sans aucun sens. J’ouvris brièvement les yeux, incapable de savoir où je me trouvais ni même le jour et l’heure qu’il pouvait être. Je voulais boire, j’avais chaud et soif, et ce fut la jeune femme qui accéda à ma requête, une fois de plus, puis je sombrais à nouveau dans le sommeil dangereux de la fièvre. Cette fois-ci fut plus violente, je me débattais contre un ennemi inconnu, tombant plusieurs fois du lit ce qui n’arrangea pas les blessures profondes que je portais avant de sombrer à nouveau dans le silence. Mon état d’inconscience et de délire dura presque trois jours.

La toute première chose que je ressentis fut une douleur fulgurante dans le dos, suivie rapidement par celle irradiant une jambe et un avant-bras. J’ouvris les yeux avec difficulté cherchant à comprendre la situation et posais un regard inquisiteur autour de moi. J’étais encore dans le flou, la vision pas tout à fait rétablie, mais pourtant, je me souvenais bien avoir cru mourir, alors pourquoi je me retrouvais ici, et surtout, pourquoi j’avais mal ? Je tentais de bouger, c’est alors que je réalisais que j’étais allongée sur le flanc. J’émis un gémissement de douleur lorsque je tentais de me retourner sur le dos et abandonnais bien vite la manœuvre en haletant tant ce simple geste m’avait semblait éprouvant. Des bribes de souvenirs me revinrent. Envy, le groupe, le combat, le mort. Ne voir personne autour de moi me fit légèrement paniquer et je cherchais une fois de plus à me redresser en ignorant la douleur, mais cela restait impossible et je poussais cette fois un cri du douleur en me laissant retomber lamentablement sur le matelas, les larmes aux yeux de frustration et de souffrance. J’entendis des pas précipités non loin et la porte s’ouvrit vivement alors que je levais les yeux vers l’intrusion. C’est avec joie que je reconnus la jeune femme brune qui affichait un masque d’inquiétude tout en avançant vers moi. Une fois encore, je tentais de me redresser mais cette dernière posa une main sur mon épaule en secouant négativement la tête avant de me fixer d’un air grave. D’une voie affaiblie que je ne reconnaissais pas, je m’empressais de la questionner.

"Les au- …. Autres ? Envy ? Depuis quand …. Depuis quand je dors ?"

J'étais tellement empressée que je ne prenais même pas le temps d'essayer de retrouver un souffle correct pour parler. Ma faiblesse flagrante me frustrait au plus haut point, et en voyant les yeux rougies de la demoiselle je sentis que la culpabilité ne m’avait pas quitté, bien au contraire, elle ne faisait que se renforcer de secondes en secondes alors que j’attendais une réponse de sa part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Révélations   Ven 12 Oct - 20:48

PNJ

Luttant contre son chagrin, contre la perte de l’espoir, Reï tentait tout de même de s’accrocher à la vie, ne serait-ce que pour cette fille, pour tout ce qu’ils avaient entrepris des années. Se faire décimer par un seul être, c’était impensable. Elle ne pouvait s’empêcher de regretter le passé, regretter la mémoire de Wayne. Si seulement il savait, il aurait probablement vaincu… Délaissant momentanément la fille de Macdougall, Reï se dirigeait vers l’unique téléphone de la pièce. Il était sous les décombres d’une des commodes. La brune repoussait les débris avec hargne, ses larmes s’étaient taries car au fond elles ne servaient à rien. Elles n’étaient que la défaite de son corps. Ses mains tremblaient, elle avait peur que le téléphone soit hors service. Mais par chance celui-ci était encore en service. Elle saisit un numéro, un numéro qu’elle n’aurait jamais voulu avoir à composer dans une telle situation. A l’autre bout du fil une faible voix masculine retentit…

«-Allô ?...allô ?!
-les sanglots reprenaient, ses lèvres bougeaient mais rien ne sortit
-Reï ?!
-La…la neige…s’est dissipée…
-*tuut tuut tut*

La jeune femme raccrochait et rampait jusqu’à la rouquine. « La neige s’est dissipée », c’était le code instauré par Lyl le jour où un grand malheur se produirait à l’Agence de Central. Chaque QG avait son code, celui de Central était en rapport avec son chef, ou plutôt son élément. Cette précaution était obligatoire, ils ne divulguaient jamais rien au téléphone de peur d’être sur écoute.
Environs une heure plus tard une équipe débarquaient pour porter secours aux restant du groupe, soit les deux survivantes.



Trois jours plus tard…
Assise dehors, sur le banc en pierre qui bordait un mince bout de la façade arrière du manoir, Reï fumait, distraite. En trois jours il s’était passé un tas de choses. Le QG avait été déplacé à Aquorya, Hisashi avait été enterré dans le fond du jardin et Wayne était porté disparu. Un manoir meublé et habité par quelques membres de l’agence. Mais rares étaient les fois où ils venaient. C’était son nouveau « chez elle ». La brune avait du mal à accepter la seconde mort de Wayne et puis elle ne se sentait pas de reprendre l’affaire. Pour elle, n’avait pas l’étoffe d’un chef, elle n’était pas assez forte.

Elle avait eut le temps de faire son deuil, de pleurer la mort de son ami à la disparition de l’autre. Si cet après-midi-là elle arborait un visage serein, c’est parce qu’au fond elle était persuadée que son supérieur était en vie. Vagabondant dans Central, probablement à sa recherche… Elle n’y croyait pas trop vu le caractère indifférent du garçon. Mais il suffisait de se rappeler l’acharnement du décoloré pour comprendre qu’il protégeait ses les derniers survivants, quitte à se jeter dans la gueule du loup. Ce trait-là de caractère il ne l’avait pas perdu. Le garçon était distant et solitaire aux premiers abords, mais lorsqu’on taquinait un peu la bête on y découvrait une autre facette. Reï la connaissait, ils s’étaient aimé, même si cela ne dura pas longtemps. C’était la nostalgie qui rendait son visage moins maussade.
Mais tandis qu’elle songeait, un gémissement de douleur retentit dans la chambre au dessus de sa tête. La brune balançait son mégot avant de rejoindre prestement sa patiente, la pauvre était en béquille.

Pandora Cahelyn était allongée dans une des chambres du manoir, les plus belles, plus grandes et surtout plus proches de l’escalier central ! Le volet fermé laissait tout de même filtrer quelques rayons du soleil, c’était moins déprimant ainsi. Dans la chambre se trouvait encore tout le nécessaire pour soigner la rouquine. Sa plaie dans le dos ne cessait de s’ouvrir à cause du sommeil agité de la demoiselle. Les points de Reï n’avaient pas été assez serrés, manque d’entrain. Pourtant elle en avait raccommodé des plaies ! Mais celle de la jeune femme était très mal placée… La brune déposait ses béquilles, deux bout de bois bricolés alchémiquement, par terre près du lit et prit place sur le rebord de celui-ci. Pandora, c’est tout ce qui lui restait. Sans parler de l’homme qu’elle avait eu au téléphone cette nuit-là… Elle avait prit soin de la jeune femme, précieusement. Lorsqu’elle la vit éveillée elle fut ravie et lui adressait un sourire monotone mais chaleureux quelque part. Automatiquement la rouquine s’inquiétait du sort des « autres » et du dénommé « Envy ». Elle décollait les quelques mèches qui barraient le visage de sa patiente avant de lui répondre tout en plongeant un linge blanc dans la bassine d’eau froide.

-Tu es en sécurité. Ne t’en fais pas, pense plutôt à récupérer.

Elle déposait le linge sur son front bouillant pour la rafraichir avant de lui servir un verre d’eau. Elle lui tendit et ajoutait…

-Je sais ce que tu ressens…mais c’est inutile de t’infliger ca…

La brune était perspicace et très empathique. Elle savait combien la rouquine devait culpabiliser, après tout, c’est elle qui avait mené l’ennemi à leur porte. Mais il fallait être réaliste, tôt ou tard ca devait arriver. Ils étaient juste pas près, pas près d’affronter un être immortel. Cet homme, était-ce lui le bourreau de Lyl ? Etait-ce ce genre de monstre que le garçon avait évoqué vaguement un jour ? Quel secret pouvait-il savoir lui et Macdougall pour avoir subi un tel acharnement ? Tant de questions…Il devenait de plus en plus impératif que Wayne recouvre la mémoire. Ses souvenirs étaient précieux. S’ils avaient su, ils auraient pus se préparer à affronter un tel être. Elle chassait ses interrogations et reportait son regard sur la rouquine exténuée…

-Ca devait arrivé, tôt ou tard. Tu nous a sauvé, sans toi ils nous serraient tombé dessus sans crier et gare et alors…et alors il n’y aurait aucun survivant. Peu importe le nombre sauvé, les informations que nous avons serviront à sauvé des vies. Alors…s’il te plait… soulage ton cœur.

Elle baissait ses grands yeux bleus puis les déportait sur le volet.

-Nous sommes à Aquorya, il est 16h et nous sommes le 12 Octobre.


Dernière édition par Lyl.G Wayne le Ven 12 Oct - 23:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: Révélations   Ven 12 Oct - 21:22

Mon regard tomba rapidement sur les béquilles de la demoiselle alors qu’elle tentait vainement de me calmer. Je relevais les yeux vers elle à l'entente de ces mots, la peine et la culpabilité devait se lire aisément sur mon visage à moins qu’elle ne soit très perspicace ce dont quelque part je ne doutais pas en fait. Je soupirais de soulagement lorsqu’elle posa un linge froid sur mon front, ce simple contact me faisait déjà un bien fou, cependant, je n’arrivais pas à me débarrasser de la lueur d’inquiétude qui brillait au fond de mes yeux alors qu’elle ne cessait de retarder la réponse à mes questions précipitées. La suite de ses paroles me confirma que quelque chose clochait et je retins un hoquet de stupeur en entendant le jour et l’heure. J’avais dormi plus de 72h au final. Repoussant la main bienveillante de la jeune femme doucement, je braquais mon regard sur le sien en retenant légèrement ma respiration, mais elle ne semblait pas vouloir m’en dire davantage.

"C’est ma faute … "

J’avais retrouvé un semblant de voix correct, bien que l’on sente l’épuisement percer sans mal au travers, mais j’arrivais au moins à ‘aligner deux mots sans être essoufflée. Je repris, les larmes aux yeux sans plus oser la regarder.

"Tu ne comprends pas … c’est moi qui devait vous tuer. Je voulais vous prévenir mais au final j’ai … merdé. Connement …"

Maintenant que j’y repensais, que je revoyais la scène qui s’était déroulé trois jours plus tôt, je revoyais distinctement l’ami brun de la jeune femme se faire tuer sans aucune pitié. Je ne l’avais pas rêvé, j’en étais désormais certaine. Mes doigts serrèrent les draps alors que je retenais un sanglot et je tendis le bras pour attraper le verre d’eau sur la table de chevet, mais ma main refusa de s’activer et je la laissais retomber dans le vide avec un soupir déçu. Même pas capable d’attraper un verre … Je finis par affronter le regard de la jeune femme, m’attendant à être jugé et traitée en traitresse que j’avais dû être à leurs yeux, mais cela ne m’empêcha pas de demander.

"Où est-il ?"

Elle savait probablement pertinemment de qui je parlais. Maintenant que j’avais reprit un semblant de calme, je me doutais que l’issu de la bataille avait été en défaveur d’Envy puisque la jeune femme était encore en vie, et que ce dernier ne laissait jamais un travail inachevé lorsqu’il en avait l’occasion. Il avait forcément été mit en déroute d’une manière ou d’une autre. J’essayais de penser à trop de choses à la fois et je fermais les yeux en esquissant une légère grimace devant cet effort important. Ma position devenait douloureuse, aussi je roulais sur le ventre, tenant mon oreiller d’une main, la seule que je pouvais bouger sans avoir mal, et posais ma tête de côté afin de toujours apercevoir le visage de la jeune femme, néanmoins c’était désormais le mur que je fixais d’un air absent. Je repris au bout de quelques secondes.

"Je suis désolée Reï. Je suis vraiment … désolée. "

J’avais encore chaud, et de mon pied valide je repoussais la couverture loin de moi, laissant le peu d’air de la pièce me caresser le dos doucement, du moins la partie qui ne semblait pas couverte de bandage. J'’ignorais ce qui m’était au final arrivé, et je m’en foutais, une idée fixe en tête. Je devais sagement écouter la brune, car plus tôt je serais capable de me relever, plus tôt je serais utile. Je repensais également à mon frère. Combien y avait-il de chances qu’il soit actuellement en mission et que je puisse le retrouver avant l’assassin ? Tant de choses qui faisaient que je devais pouvoir me rétablir au plus vite. Quelques jours tout au plus. Je fronçais les sourcils en essayant de bouger à nouveau, mais impossible, j’avais l’impression que mon corps entier se rebellait. Je laissais tomber, affalée sur le ventre, j'attendais de savoir ce qu'il était devenu, j'attendais de savoir comment elle allait, j'attendais d'être rassurée, même si je savais au fond que c'était impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Révélations   Ven 12 Oct - 22:45



PNJ
La jeune reprit en sanglot, se versant la faute délibérément. Reï l’observait, le visage mi-figue mi-raisin. Contrairement à la demoiselle face à elle, elle savait mieux dissimuler sa peine. Le trou béant dans sa poitrine…Qui le refermerait si ce n’est le temps ? Elle était suffisamment réfléchie et forte pour traverser cette épreuve. L’espoir lui revenait, elle voulait achever le travail des fondateurs, le travail de son ami et de son subordonné pour honorer leur mémoire. Mais comment ? Est-ce que cela impliquait prendre la tête de l’agence implantée à Aquorya ? Non, elle comptait déjà un chef, même si celui-ci était au même grade que notre amie. Elle soupirait, l’état d’esprit de Cahelyn l’atteignait. Malgré le fait qu’elle eut apporté le malheur trop tôt, la brune ne pouvait lui en vouloir. La convalescente abordait la question douloureuse, à savoir où était Wayne. Bonne question… Notre amie rebutait sa réponse, elle n’était pas certaine de vouloir lui infliger la mort de son ami. Pourtant, elle n’aurait pas dû être aussi chagrinée pour nos trois inconnus. Reï savait combien elle était sincère, combien elle devait souffrir. Sa position, ou plutôt son boulot devait la peser. Alors que la rouquine changeait de position, Reï soupirait à nouveau. Elle ne verserait plus de larme. De toute façon, Lyl était mort depuis bien longtemps maintenant… D’une voix faiblarde et emplie de mélancolie sincère, Cahelyn s’excusait. Elle lui jetait un regard, les sourcils à demi froncés…

-Moi aussi… chuchotait-elle en reportant son regard sur la fenêtre, moi aussi…

Un silence pesant les enveloppait, Reï jugeait tout de même utile de répondre, de l’informer sur la situation…

-Hisashi n’est pas mort en vain, et puis…il est mort fière, en le protégeant. C’est une belle mort ; elle observait le visage de Cahelyn, le sacrifice.

Elle marquait un temps d’arrêt, elle sentait que la rouquine retenait sa peine, sa culpabilité. Alors elle reprit, parlant simplement et justement …

-Tu as été investie d’une lourde tâche, j’ignore quel en était l’enjeu, mais tu as préféré risquer ta couverture pour une bande d’inconnu. C’est courageux.

Finalement la question Wayne attendrait plus tard.
Elle aidait la demoiselle à repousser la couverture, pliant celle-ci de manière ordonnée pour faciliter son attrapage si la fièvre revenait. Reï se levait.

-Dors, tu dois vite récupérer.

Sur ces mots elle récupérait ses béquilles et se levait, quittant la pièce délicatement.





Une semaine plus tard…
Spoiler:
 
Reï était assise sur l’un des sofas de profil à la cheminée, son pied brisé était posé sur un pouf pour limiter la douleur. Là, un bol de café dans une main, elle tenait un journal de l’autre. Les nouvelles de Centrale, c’était les seules qui l’intéressaient. Durant tous ces jours passés elle avait le mince espoir de lire quelque chose en rapport avec Wayne. Mais c’était futile. Elle jetait le journal à gauche, sur le restant de place et renversait sa tête en arrière. Son bras droit pendait par-dessus l’accoudoir du sofa, tenant toujours son bol. Elle fermait les yeux, au même moment la porte d’entrée s’ouvrit.

-Ding dong !

Une voix familière, celle de l’homme qu’elle avait contacté le soir de la tragédie. Un homme intéressant, le seul sur qui elle pouvait compter. Koujaku le Magnifique, c’était son surnom. Un Xinois spécialisé en médecine, il était le professeur de Reï dans ce domaine. C’était un subordonné direct de Wayne, mais depuis sa disparition il avait été promu et se trouvait sous les ordres d’une ordure. Lui aussi jouait double jeu, c’est lui qui avait rapporté la mort d’Hisashi et Reï à Drachma. Ainsi la jeune femme était libre de ses mouvements. D’ailleurs elle avait changé physiquement, elle n’était plus brune, elle avait même coupé sa longue chevelure ébène. Afin de ne pas être reconnue, elle s’était teinte les cheveux en un rose pas vilain. Original. Elle suivait les traces de son chef quelque part… Mais malgré l’originalité, elle en était que plus ravissante en fait. La jeune femme redressait sa tête, l’homme approchait.

-Tu pourrais toquer
-J’ai sonné !
-Peuh…

Il prit place sur la chaise en face, posant délicatement la jambe de la demoiselle sur ses genoux.

-J’ai un très bon mécanicien qui pourrait te confectionner un….un truc.
-Si je peux marcher sans ces trucs, elle indiquait du pouce et d’un air blasé les béquilles parterre, fais-le.

Kojaku marquait un temps d’arrêt.

-...Des nouvelles ?

Reï levait son regard ambré sur lui, un brin froide avant de rapatrier son bras pour boire une gorgée du contenu de son bol, elle lâchait juste avant…

-Non.
-Un de mes gars a parlé d’une femme qui aurait la capacité d’allonger ses doigts. Il l’aurait vu faire, mais j’hésite. Fabulation ou réalité, à son retour de mission il m’a parut choqué.
-Alors il y en aurait d’autre…
-Il faut le retrouver Reï ! Il faut qu’on découvre pourquoi ils s’entêtent à prendre sa vie. J’ai déjà mis trois de mes meilleurs hommes. La jeune femme lui jetait un regard perplexe, froid et monotone en même temps. Il marquait une courte pause en observant l’expression blafarde de son visage, des hommes de confiance ! Ils sont déjà sur place, ils le retrouveront si toute foie…
-Si toute foie quoi ? demandait-elle, passablement irritée, à fleur de peau
-un soupire, Reparles-moi de cet Envy, redis-moi ce qui s’est passé lorsqu’il a changé de…

Tandis que les deux amis échangeaient des informations, Cahelyn apparaissait, déjà en bas des escaliers. Le Xinois s’arrêtait net alors que Reï qui lui faisait dos s’énervait doucement, tentant de retirer sa jambe pour se redresser.

-Je te l’ai déjà raconté une dizaine de fois ! Tu n’imagines pas combien c’est…Quoi ?!
-Reï, qui est-ce ?
La jeune femme comprit de suite de qui il s’agissait. Elle reprit son calme, mettant de côté son amertume et annonçait d’un ton moins agressif…

-Elle est avec moi.

Elle était un peu tendue, incertaine que l’inconnue ne revienne au Xinois. Ce dernier c’était levé pour quérir la jeune femme rousse. Sensible à son charme il prit sa main pour lui faire un baisemain. Un geste de courtoisie dans son pays lointain. Les femmes d’Amestris étaient si différentes des Xinoises, pour lui elles étaient toutes plus ou moins belles. Reï en favori dans sa liste, il envisageait de la faire descendre d’un cran en découvrant Cahelyn. La rosée levait les yeux en l’air tandis qu’elle observait la scène par-dessus son épaule et donc le dossier du sofa. Le principal défaut de Kojaku était les femmes.

-Enchanté ! Je me nomme Kojaku ! Vous êtes ?
-Pas intéressée, fous lui la paix !

Nul doute que le Xinois était séduisant, mais Reï se mettait à la place de a protégée et pouvait parfaitement imaginer sa gêne. Un instant de « détente » dans cette période morose. Le Xinois apportait une certaine chaleur en diffusant sa jovialité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: Révélations   Sam 13 Oct - 7:40

Les mots de la jeune femme n’étaient pas dénués de bon sens, bien au contraire, et même si elle ne prononçant pas un seul mot concernant ma question principal, à savoir où était passée la dernière personne du petit groupe que j’avais vu en vie hormis elle, je sentis la douleur qui me cisaillait la poitrine depuis que j’avais rouvert les yeux s’estompait légèrement. Pas assez pour pouvoir l’estompait complètement, mais assez pour pouvoir vivre avec, du moins je l’espérais. Dans le cas contraire, la solution la plus simple aurait bien entendu été de mettre fin à mes jours directement, mais cela aurait gâché tout le travail et l’attention que la jeune femme m’avait porté pour m’aider, et puis, je m’y refusais tout simplement. C’était une solution lâche qui consistait à prendre la fuite plutôt que d’affronter ses démons, choses que je n’avais jamais fait jusqu’alors. Je poussais un profond soupir en fixant de nouveau le mur devant lorsque la jeune femme m’annonçait son départ. Tendant ma main valide dans sa direction, j’attrapais son poignet avec une force dérisoire qu’elle n’aurait peut-être même pas pu sentir si elle était partie plus vite, mais elle tourna le visage vers moi quelques secondes et je le remerciais avec toute la sincérité dont j’étais capable. S’occuper d’une sombre inconnue, ce n’est pas tout le monde qui aurait fait ça. La jeune femme esquissa un léger sourire avant de quitter la pièce et je sombrais presque aussitôt dans le sommeil dont j’avais besoin pour récupérer.

Plusieurs jours plus tard.

Ma blessure à la jambe était finalement loin d’être aussi grave que ce que j’avais pu penser en premier lieu. Je n’avais désormais à celle-ci plus qu’un simple bandage et elle restait encore noire et gonflée par endroit, néanmoins, j’arrivais à la poser par terre et à marcher, moyennement l’aide d’une béquille de fortune que m’avait gentiment confectionnée la jeune femme à ma demande au bout de quelques jours. A peine avais-je retrouvée assez de force pour me tenir assise dans le lit que je ne supportais plus de rester en place. J’avais besoin de bouger, je me sentais inutile et d’autant plus diminuée en restant un poids inerte dans un plumard. Néanmoins, si j’avais voulu passer toutes mes journées debout, ça ne m’était pas franchement permis non plus, la jeune femme surveillé bien cet état de fait, me forçant à m’assoir lorsqu’elle l’estimait nécessaire, autrement dit lorsque ma blessure dorsale se rouvrait ou que je tanguais trop sur place.

Visiblement, l’estafilade profonde entre mes omoplates avait bien plus de mal que le reste à guérir. Elle avait l’air profonde et à chacun de mes geste un peu brusques, et ces derniers n’étaient pas rares, la convalescence ne me plaisait pas vraiment et j’avais tendance à m’exaspérer pour certaines choses que je n’arrivais pas à faire correctement. Mais si cette entaille était visiblement la plus embêtante pour ma soigneuse, c’était bel et bien mon bras qui me gênait le plus. Fracture du radius, j’en avais pour un bon moment. Dans une attelle habilement confectionné avec les moyens du bord, mon bras resté immobilisé toute la journée. Encore une chance que ce fut mon bras gauche et non le droit. Mais cela rendait nombre de choses du quotidien plutôt fastidieuses.

Ce matin la faim qui m’avait tiré du sommeil, et c’est le ventre grondant que j’ouvrais les yeux et observais la pièce sombre dans laquelle je dormais depuis un bon moment déjà. M’étirant le plus possible, je bâillais à m’en décrocher la mâchoire avant de me redresser lentement sur le matelas en cherchant à apercevoir l’heure sur l’horloge murale, mais mes yeux étaient encore bien trop endormis pour ça. A la place, je poussais ma jambe abîmée vers el bord du lit en la posant à terre avec prudence et me penchais en avant pour attraper un des vêtements que la jeune femme avait eu la gentillesse de me prêter. Par soucis de commodité, je ne mettais plus que des robes plutôt amples et dont l’ouverture de trouvait à l’arrière, à l’aide d’une fermeture éclair, pour qu’en cas de problèmes elle puisse y accéder rapidement. Futée. Celle-ci était gris anthracite. Mais j’oubliais une fois de plus que me penchais était une chose quasi impossible et grimaçais en sentant mon dos brûler d’un coup. Avec un soupir d’exaspération, je me levais carrément, en équilibre précaire sur une jambe et à l’aide du mur, m’approcher du meuble sur lequel trônait les vêtements pour en enfiler un.

Béquille en main, direction la cuisine désormais. Même si Reï m’avait expliqué que le manoir était habité de bien d’autres personnes, je n’en avais encore croisé aucun durant toutes mes déambulations incontrôlées. Par contre, j’avais bien vite repéré le garde-manger, même si il me fallait en général du temps pour y accéder car il n’était pas à côté. Moins d’un quart d’heure plus tard, je ressortais de la pièce, un croissant à demi entamé dans la main et entrepris d’aller faire un tour dehors après avoir vu qu’il faisait beau. Rester enfermée aller me pousser à la crise à force. Mais lorsque je passais devant le salon, j’entendis des voix s’élever à l’intérieur, dont une voix masculine. Les sourcils légèrement froncés par la curiosité, j’enfournais ce qu’il restait de la viennoiserie dans ma bouche pour l’avaler avant de me diriger vers cette pièce où je savais que je trouverais au moins la jeune femme. Je n’avais pas dans l’esprit de surprendre une quelconque conversation, j’étais simplement curieuse, mais lorsque je poussais la porte, j’entendis distinctement Reï en train de s’énervait, me faisant dos alors qu’en face d’elle se trouvait un jeune homme brun et visiblement pas du coin. Les sourcils haussés sous la surprise, j’avançais d’un petit pas à l’aide de ma béquille que je posais contre le mur presque aussitôt, je pouvais très bien tenir debout sans même si c’était plus ardu.

D’un air calme l’inconnu me dévisageait, coupant la demoiselle en lui réclamant mon identité. Sans même se retourner pour prendre connaissance de la squatteuse que j’étais, elle lui répondit presque instantanément, lui faisant comprendre que je n’étais pas une menace. A ça, c’est sûr, j’aurais probablement même pas pu faire de mal à une mouche dans mon état actuel. En le voyant approcher sans un mot, j’eus un geste de recul plutôt léger, et ne réagis quasiment pas lorsqu’il s’empara de ma main valide pour y déposer ses lèvres quelques secondes. Ce ne fut que lorsqu’il se redressait en se présentant que je retrouvais l’usage de la parole, presque choquée par ce geste en fin de compte. Reprenant possession de ma main que je laissais retomber contre mon flanc, je sentis mes joues se teinter d’une couleur rose pâle avant d’enfin répondre.

"Enchantée …" Je jetais un coup d’œil rapide vers la jeune femme qui nous observait par-dessus son épaule, un sourire en coin aux lèvres et la questionnais du regard sur la présence de cet homme. Cette dernière acquiesça doucement à ma question muette et je me sentis déjà légèrement plus détendue, aussi je continuais en esquissant un sourire timide. "Pandora, une .... amie de Reï. "

Utilisé le terme "amie" me semblait étrange, je ne la connaissais pas vraiment en fin de compte, mais au vu de ce que cette dernière avait fait pour m'aider, c'était à mon sens le moyen le plus logique de me définir vis à vis d'elle. Instinctivement, je tendis la main, mais son précédent geste devait valoir un serrage de mains, aussi je me retrouvais comme deux ronds de flancs à ne pas savoir comment réagir, et je décidais de me diriger vers le fauteuil le plus proche pour m’assoir et soulager ma jambe en la tendant devant moi. J’observais le jeune homme d’un air curieux alors que celui-ci nous rejoignait. Ses traits me rappelaient vaguement quelques choses, mais rien de bien distinct aussi je reportais mon attention sur la demoiselle avec une moue penaude.

"Je vous dérangeais peut-être … j’ai cru comprendre que vous discutiez."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Révélations   Sam 13 Oct - 11:14


PNJ

-Non, nous avions terminé.


Elle observait la jeune femme qui venait de prendre place près de notre amie. Kojaku reprenait place sur la chaise, veillant à positionner celle-ci entre les deux jeunes femmes, les deux éclopés. D’ailleurs cette vision le fit sourire et il ne put retenir un commentaire…

-Vous avez l’air fines comme ça toutes les deux.

Reï l’observait d’un air blasé, le Xinois ajoutait avec un sourire en coin pragmatique…

-Vous avez besoin de quelqu’un pour vous protéger.. Bon allez, c’est décidé ! Je resterais avec vous jusqu’à la fin de votre convalescence.

Il souriait, fiere de lui. Reï jugeait utile de lui faire remarquer ;

-Et QUI va s’occuper du bloc ouest ?
-
-Imbécile.

Le jeune se frottait l’arrière de la tête d’un air embarrassé. Ce qu’il voulait c’était surtout s’entourer des deux beautés. Après un petit rire il reprit son sérieux et demandait, posant son regard ébène sur la rouquine.

- De quel bloc êtes-vous ?

Aucun, elle était probablement son supérieur d’ailleurs. Le jeune homme la dévisageait, persuadé d’avoir rencontré la demoiselle quelque part. Une jambe croisée sur l’autre, il s’accoudait pour ensuite appuyer son menton à son poing. Il songeait. Reï connaissait l’identité de la jeune femme mais ce qu’elle exerçait ou côtoyait au boulot, elle l’ignorait. Pourtant elle avait confiance en elle, la fille de Macdougal ne pouvait qu’être à la hauteur de son paternel. Respectant la vie personnelle de celle-ci, notre militaire gardait ce détail fort intéressant pour elle. Une amie, comme l’avait soulevé Cahelyn, voilà ce qu’elle était et ce qu’elle serrait aux yeux des autres. Personne ne l’accuserait de traîtrise à tord car tous ceux qui avaient assisté à la tragédie du bloc Central avaient disparus… Avant que Cahelyn ne réponde, Reï enchaînait…

-Elle est de passage
-Oh ?
-Je …j’ignore ce que je dois faire…Kojaku.

Reï se redressait, la mine partagée entre deux émotions négatives. Elle passait d'un extrême à l'autre.

-Je ne peux pas prendre sa place
-Reï, tu as été à ses côtés depuis le début, tu es la plus amène de reprendre les rennes.
-Je ne sais pas…
-Wayne l’aurait probablement souhaité.

Il baissait les yeux, quelque peu morose. Ils en parlaient comme si que Wayne était mort mais au fond les deux compères étaient persuadés du contraire. Il avait échappé une fois à la mort de manière incroyable, pourquoi pas une seconde fois ? Reï tournait son visage blafard vers Cahelyn.

-Aide-moi, rejoins l’agence !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: Révélations   Sam 13 Oct - 12:11

Le jeune homme se joignit à nous, installant sa chaise entre les deux fauteuils que la jeune femme et moi-même occupions avant de se mettre à discuter tranquillement avec cette dernière. Tranquillement n’était peut-être pas le mot. Lui avait l’air enjoué alors qu’elle resté relativement morose, et je la comprenais, mon état d’esprit devait être similaire. Le dénommé Kojaku me posa une question qui me laissa perplexe quelques secondes avant que je ne fasse le lien avec l’agence, et je fus prise d’une certaine gêne lorsque je m’apprêtais à lui expliquer qu’en aucun cas je ne faisais partie de l’agence. Sauf que la jeune femme croisa mon regard et dû comprendre mon malaise car elle me devança pour répondre, laissant le flou quant à ma situation auprès du groupe. Je détournais le regard, gênée lorsqu’ils se remirent à discuter. Leurs paroles laissaient bel et bien sous-entendre que leur chef était mort cette fois-ci, et je ne pus m’empêcher de faire le lien avec le jeune homme que dont j’attendais des nouvelles depuis plusieurs jours. Je soupirais, perdue dans mes songes lorsque la voix de Reï résonna soudain dans ma direction et m’incita à tourner la tête pour l’observer, l’air perplexe. Que je quoi ? Je l’observais comme si elle venait de dire une insanité avant de secouer les mains devant moi.

"Je ne peux pas ! "

Le visage de ma vis-à-vis se décomposa quasi instantanément et je me repris aussitôt.

"C’est plus compliqué que ça … Je veux bien t’aider, mais pour l’instant, je ne peux pas vous rejoindre. "

Je jetais un léger coup d’œil vers le jeune homme, je n’avais confiance en personne, et surtout pas en un inconnu, aussi sympathique et mignon soit-il. Les termes que j’avais employés avaient un but précis, je voulais lui faire comprendre que je n’étais pas totalement contre l’idée, mais qu’il me fallait du temps. Je lui adressais un regard d’excuses mais la jeune femme enchaina aussitôt sur autre chose, attirant de nouveau l’attention du brun sur elle et je pus retourner dans mes réflexions. J’étais là sans vraiment l’être. La journée passa ainsi, entre discussions sérieuses et plus détendues. Le jeune homme resta quelques jours au manoir avant de rejoindre ses obligations, et je me retrouvais à nouveau seule dans la grande bâtisse avec la jeune femme. Je finis par discuter davantage avec cette dernière, baissant petit à petit la barrière que je m’imposais d’ordinaire avec n’importe qui pour en venir finalement à avouer ce que j’étais vraiment.

C’est durant ma séance de soin de la journée que je pris sur moi pour lui confier le fond des choses. Allongée de tout mon long sur le ventre, je serrais le coussin d’une main alors que la jeune femme s’occupait de ma blessure avec une bonté qui lui était propre. Un silence s’était installé depuis quelques minutes et je repris la parole d’un ton plus grave.

"Reï … Ce n’est pas que je ne veux pas t’aider tu sais … Mais je crois qu’il est temps que tu saches à qui tu as à faire au final. "

"Hm ?"

Je fixais le montant du lit en face de moi, le menton posé sur ma main valide, cherchant au fond le courage qu’il me fallait pour lui dire ce qui me faisait peur d’avouer.

"Je suis une traitresse. A l’origine, je n’étais qu’une gamine des rues, rien de plus. La force des choses à fait que je finis cobaye puis meurtrière. J’avais un petit frère à l’époque, devenu militaire à Amestris. Alors que je croupissais comme tant d’autre au laboratoire, on m’a fait sortir de ma cage pour me donner un choix. Soit j’infiltrais une puissante organisation d’assassins à Drachma en me faisant passer pour l’une des leurs, soit mon petit frère payerait mon refus de sa vie. "

Je marquais une pause, lui laissant le temps de digérer l’information, avant de poursuivre malgré le fait que je sentais fort bien qu’elle venait de suspendre le geste qu’elle effectuait. Je n’osais pas tourner la tête pour croiser son regard, j’avais trop peur d’être jugée quelque part, mais si ce ne serait que justice.

"Ce Wayne … votre chef. Une fois admise lieutenant à Drachma, on m’a chargé de retrouver le capitaine Wayne, disparu en mission. Et de le ramener mort ou vif là-bas. Mais comme je jouais double jeu, je reçus les mêmes ordres de la part d’Amestris. Envy, le monstre que tu as du affronter, c’était lui qui voulait la peau de votre chef. La suite tu la connais … Je ne pouvais pas obéir, j’ai voulu vous aider, ça a foiré. "

Je me redressais sur mon coude pour me tourner vers la jeune femme qui me fixait le visage interdit, ses mains tenant encore un morceau de coton posé sur ses genoux. Je me mordis la lèvre légèrement avant de baisser les yeux, honteuse.

"Je veux toujours t’aider Reï … mais rejoindre l’agence vous mettrais encore plus en danger toi et les autres, si toutefois c’est encore possible, et ça, je m’y refuse."

J’eus un rire amer avant de me rallonger docilement et lâchais d’une voix morne.

"Je ne suis pas mon père. Il aurait honte de moi, je n’ai même pas su protéger son élève correctement … "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Révélations   Sam 13 Oct - 12:52


PNJ

-Hm…C’est peut être trop précipité…


C’est ce qu’elle déduisit de son air lasse sans porter jugement à la jeune femme. Reï en concluait qu’elle avait des choses à faire, des choses personnelles. Quelque part ce n’était pas plus mal ainsi ca permettrait à la décolorée de se prendre en main sans compter sur les autres.
Kojaku apportait son aide et ses compétences médicale répondant aux question de notre amie concernant les plaies de la rouquine. Grâce à lui elle put lui apporter meilleurs soins.
Quelques jours plus tard il lui apportait une sorte d’attelle mécanique qui lui évitait de prendre appuie sur son pied et donc faire appel à sa cheville brisée. Un mécanisme couteux et prodigieux car il facilitait les mouvements sans pour autant dispenser la jeune femme de béquille. Elle n’en avait plus qu’une. Retrouver une mobilité un peu plus aisée lui redonnait du plomb au moral. Et puis il y avait Cahelyn, elles étaient plus proches. Discuter avec cette femme la soulageait et lui permettait de briser la solitude. Elle redoutait le jour où la rouquine partirait…

C’est quelques jours plus tard, une fois le Xinois absent que les deux éclopées se décidaient à parler sérieusement. Etalée de tout son long sur son lit de douleur, Pandora se confiait à notre amie. Momentanément coupée par le premier jet d’information, Reï fronçait les sourcils. Lors que la rouquine marquait un temps d’arrêt, la jeune femme reprenait sa tâche. Silencieuse et attentive elle écoutait. Elle n’en était que plus chagrinée car les soupçons qu’elle avait à son égard étaient en train de se confirmer, et pire encore. Le visage pourtant passif, elle compatissait intérieurement.
Le discours de la rouquine prit fin avec cette dernière phrase…

-Je ne suis pas mon père. Il aurait honte de moi, je n’ai même pas su protéger son élève correctement …

Reï s’était encore arrêtée, elle fronça les sourcils d’un air dure avant d’appliquer de manière légèrement brute le coton sur sa plaie. La jeune femme gémit de douleur, Reï ouvrait la bouche pour la sermonner de manière autoritaire…

-Idiote ! Ce qui compte, ce n'est pas d'être la fille d'un tel ou d'un tel, car le sang qui coule dans tes veines n'appartient qu'à toi!
Choisir entre la vie d’un proche et de trois inconnus, c’est un choix cruel ! Comment peux-tu te blâmer d’avoir voulu sauver trois vies ?

Elle marquait un temps d’arrêt, la colère l’entraînait petit à petit, c’était d’ailleurs elle et elle seule qui lui donnerait le courage de poursuivre. La colère, c’était une bonne motivation, non ? Le ton de sa voix avait changé, il était d’avantage sévère.

-Nous sommes tous des traîtres, Wayne le premier. Il nous a menti, il a préféré se battre seul pour au final crever dans son coin ! C’est une forme de trahison. Sa colère s’estompait, elle ajoutait d’une petite voix, Macdougal l’ayant trahi juste avant. Tu ne peux pas t’en vouloir, tu dois retrouver ce petit frère. Quant à moi, j'ai trahi ma patrie, mes parents pour suivre les dessins de deux écervelés.

Elle appliquait la compresse stérile sur la plaie puis se levait pour aller nettoyer le matériel. De profil à la jeune femme elle ajoutait…

-Tu…Tu savais ? Depuis quand ?

Elle parlait du lien que Cahelyn avait fait avec Wayne et leur chef. Peut être qu’elle savait, ou bien peut être que sa perspicacité l’a aidé. Sur le coup elle voulu partir, elle était frustrée d’être handicapée et donc incapable de partir en mission avec Kojaku ou bien d’essayer de retrouver Lyl. Elle se sentait inutile et l’histoire de la rouquine l’avait touché rendant sa haine envers Amestris plus féroce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: Révélations   Sam 13 Oct - 15:58

Je frémis lorsque la jeune femme derrière moi haussa le ton tout en me répondant avant de froncer les sourcils. Elle ne semblait pas comprendre ce que j’avais voulu lui expliquer et ses paroles laissaient à penser que je n’étais peut-être pas si fautive que ça, ce qui était totalement faux et absurde. Je me redressais sur un coude pour l’observer, le visage fermé, je repris un instant le masque froid qui caractérisait si bien celle que j’étais avant de soupirer. Têtue comme elle semblait être, il ne servait probablement à rien d’essayer de la raisonner, car au fond, c’était de bonté dont elle faisait preuve dans son obstination. Elle me força à m’allonger à nouveau, appliquant la compresse avec une certaine violence qui me tira un gémissement surpris. Je l’écoutais en silence, touchée par ses paroles, j’ignorais les liens qui s’étaient tissés entre les trois compères, le rôle qu’avait fini par jouer mon père dans cette association suicide, voilà pourquoi je me taisais, elle m’apprenait ce que j’avais voulu savoir. Je comprenais également, comme si j’avais pu en douter encore, que ma couverture à Amestris était désormais brisée. Tout comme eux, j’allais désormais être traquée comme une bête jusqu’à ce que mort s’en suive. Il ne me restait plus que mon rôle à Drachma, mais est-ce qu’on fond j’y accordais une quelconque importance ? Pas vraiment … J’avais été contrainte d’infiltrer leurs rangs, m’étais rendue coupable de haute trahison avant même d’être devenu militaire là-bas, quel intérêt aurais-je d’y rester maintenant ?

Je réfléchissais à la proposition de la jeune femme sans avoir vraiment pris de décision à ce sujet, j’y songeais. Cette offre était alléchante, et mon rang dans l’armée drachmienne pourrait ainsi me servir, me permettant également de conserver une certaine sécurité là-bas. Avoir deux pays à ses trousses au lieu d’un seul n’était pas franchement recommandé, et ainsi, je pourrais également y envoyer mon petit frère après l’avoir retrouvé. Mais plus le temps passait où je devais rester ici, inutile et incapable de faire quoi que ce soit, plus mon espoir de le retrouver sain et sauf s’amenuisait. Mon acte de « courage » allait probablement coûter la vie à trois personnes, les seules que j’ai jamais voulu protéger depuis que j’étais devenue une meurtrière implacable.

Je sentis du mouvement à mes côtés, la jeune femme venait de se relever, les compresses souillées en main, et je m’empressais de faire de même pour m’assoir sur le lit en remontant le haut de ma robe pour me rhabiller lorsqu’elle m’interrompit en me posant une question curieuse. Je fronçais légèrement les sourcils avant de comprendre, et lâchais un léger soupir en détournant le regard.

"Depuis un moment … Depuis qu’Envy l’ait pris pour cible, j’ai commencé à avoir des doutes, qui se sont confirmés par la suite. "

Je massais ma nuque endolorie d’une main, le regard balayant le parquet terni en essayant de trouver quoi dire de plus, avant de relever les yeux vers la jeune femme qui n’avait toujours pas bougé.

"Je sais qui est le capitaine Wayne, également votre chef … et j’ai compris qu’il s’agissait de la jeune chimère que tu avais aidé à notre sortie du laboratoire. Mais j’ai compris trop tard ce que ce garçon représentait réellement pour vous … et pour moi. "

Je repliais les genoux, laissant ma jambe blessée pendre dans le vide, l’autre en appui sur le rebord du lit, et je posais mon menton dessus, l’air songeuse avant de reprendre d’un ton las.

"Enfin … j’aurais voulu être un peu plus utile … "

J’esquissais un sourire reconnaissant envers la jeune femme avant de continuer, un léger rire dans la voix.

"Je ne te remercierais jamais assez Reï ! Tu es une vraie mère poule par moment ! Si j’avais pu imaginer ça …"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Révélations   Sam 13 Oct - 16:51

PNJ

-Je sais qui est le capitaine Wayne, également votre chef … et j’ai compris qu’il s’agissait de la jeune chimère que tu avais aidé à notre sortie du laboratoire. Mais j’ai compris trop tard ce que ce garçon représentait réellement pour vous … et pour moi.

Sur tout ce que Cahelyn avait dit, Reï percutait que sur la fin. Le visage neutre elle se tournait un peu plus en direction de la rouquine, perplexe. D’abord hésitante, elle la laissait terminer. La jeune femme était restée de marbre lorsque Pandora la remerciait, mettant en avant son côté protecteur. Ca c’était une mauvaise habitude, celle de s’inquiéter. Etant la seule femme à côtoyer de près Hisashi et Lyl elle les avait légèrement maternisés. Elle fit une légère moue puis après réflexion elle demandait…

-Pour toi ? Que peut-il représenter de plus qu’une cible, la probable source de la mort de ton frère et de tous tes malheurs…

Son visage traduisait la tristesse ressentie à l’égard de la rouquine. Ses propos avaient été crus mais au fond c’était la vérité. Reï avait jugé utile, bien que ce fut dure, de lui faire comprendre que son frère était peut être déjà mort. Il suffisait de voir comment l’agence avait été décimée. Macdougal, puis le soir même Lyl, ensuite Hisashi. Aucune pitié, aucune ! Il fallait lui ouvrir les yeux pour la préparer à cette cruelle éventualité. Elle détournait son regard, chagrinée puis quittait la pièce avec lenteur, refermant dans un silence de mort la porte en bois. Pandora aurait sûrement besoin de solitude, pour songer, jauger la situation, leur situation !



Le lendemain.
Il était environs dix-huit heures, le crépuscule pointait son nez, baignant l’immense salle de séjour de sa lumière orangée. Debout à l’extrémité de la grosse table en bois, Reï tapait du poing.

-On devrait frapper ici en premier. Je suis sûre qu’ils ont d’autre laboratoire.
-Hmm…Kojaku songeait, fixant la carte imposante qui couvrait la table. Non on a déjà fouillé.
-Et sous terre ?
-Aussi. Macdougal nous avait prévenus de cette possibilité.
-Hmm…Je vois.
-Il y a un camp Ishbal par-là, il paraît que Scar s’y cachait. Il a dû buter les militaires qui s’y trouvaient, commentait un type blond, avachi sur sa chaise en train d’éplucher une pomme avec un couteau de chasse.
-Il faudrait retourner à Central, je sen qu’il y a un truc louche qui s’y trame.
-Tiens en parlant de Central, Kojaku tu savais que le prince de Xing y était ?
-Revenons-en aux faits, messieurs.

Divagations et informations, à cette table étaient regroupées en tout cinq personnes. Reï, Kojaku et trois autres hommes de confiance qui avaient œuvré avec Reï et ses compères. La décolorée fronçait les sourcils, elle détachait son regard de la carte pour apercevoir Pandora, assise de manière posée sur un des sofas en parallèle de la table. Elle ne prenait pas part, les raisons pouvaient être diverses mais au fond, ils étaient tous concernés par Amestris et ses affaires louches. Elle détournait son regard, les hommes continuaient de débattre. Son regard se posait sur le ciel orangé, momentanément déconnectée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: Révélations   Sam 13 Oct - 17:16

Je fixais le soleil qui tombait à l’horizon, à travers la grande baie vitrée du salon principal. La bâtisse était volumineuse et comportait un nombre de pièce impressionnant, malgré tout nous n’en utilisions que très peu au final, et toujours les mêmes bien entendus, vivotant entre quatre parcelles de la demeure. Je repensais aux dires de la jeune femme, ses dernières paroles avant qu’elle ne quitte ma chambre et que nous ne passions à autre chose. Que représentait exactement Wayne pour moi ? Difficile à dire, difficile à définir, ou même à comprendre. Il avait eu un lien étroit avec mon père, rien que ce fait taquiner ma curiosité et mon intérêt. Cependant, il me fallait bien me rendre à l’évidence, le jeune homme m’avait marqué dès notre première rencontre, dès le laboratoire. Même s’il m’était encore impossible de définir dans quelles mesures il l’avait fait, je n’étais pas parvenu à me le sortir de l’esprit après ce passage. Un semblable, un allié, un ami, un amant même, qui sait ? Plus je songeais, plus j’étais perdue car au fur et à mesure que je voulais le fuir, je n’avais fait que m’en rapprocher inexorablement. Je repensais également à mon frère, les paroles de Reï étaient dures à entendre, mais je savais qu’elle disait la vérité, j’avais déjà envisagé cette hypothèse plus d’une fois sans vraiment vouloir m’en convaincre. D’ailleurs, je ne le voulais toujours pas et luttais dure comme fer contre cette possibilité. La chute serait plus dure mais tant pis, s’il restait un maigre espoir, je voulais m’en saisir.

Je soupirais en me redressant légèrement, je ne pouvais rester appuyée contre le dossier bien longtemps. C’est en se blessant au dos que l’on comprend à quel point c’est handicapant lorsque l’on est partiellement privé de son usage normal. J’entendais les voix énergiques des divers protagonistes s’élevaient non loin de moi. Tous étaient réunis autour de la table centrale, débattant sur ce qu’il y avait de mieux à faire, mais je n’avais pas voulu m’en mêler au départ. Ils se connaissaient tous, étaient tous liés par un même objectif, et même si désormais je le partageais, la culpabilité qui me rongeait encore vis-à-vis d’eux m’empêchait de les rejoindre. Du moins au départ. Je tendis l’oreille en entendant certains termes avant de froncer les sourcils légèrement, fixant toujours l’horizon orangé. Les voix se turent lorsque la jeune femme demanda un peu plus de concentration et j’en profitais pour lancer d’une voix claire.

"Reï a raison, il reste une cellule ici. Je ne sais pas exactement où, mais je les ai entendu en parler plusieurs fois. "

Je finis par me lever pour les rejoindre en boitant légèrement, aidé de ma béquille que la jeune femme m’avait amélioré, et me penchais sur le plan doucement avant de froncer les sourcils.

"Je sais juste qu’ils voulaient continuer leur armée de super soldats en élargissant leur zone de « recrutement ». Il faut surtout surveiller les disparitions. Les disparitions d’enfants ou d’adolescents. "

Et voilà, je n’avais pas pu m’empêcher de m’y joindre, mais au fond, ce n’était peut-être pas plus mal. Même si je ne pouvais pas les aider concrètement, si je pouvais avoir des informations utiles, ça serait toujours bon à prendre. Qui plus est, je me sentais concernée, même si j’estimais ne pas avoir le droit de pouvoir être conviée. Mais je passais outre pour une fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Révélations   Sam 13 Oct - 18:11

Lyl arrivait aux abords d’un vieux manoir semblant être abandonné. Le regard froid, il demandait sans quitter du regard la vieille bâtisse…

-C’est ici ?
-O..Oui ! oui !, rétorquait une voix masculine passablement effrayée pour bégayer.
-J’espère pour toi.
-J’vous jure !!!!

Le type était effrayé, son visage traduisait la peur et surtout la lâcheté. Pourtant la chimère ne l’avait pas tant martyrisé. Il lui avait mis la pression, il l’avait menacé de mort, il l’avait cogné mais rien de vraiment méchant d’après lui. Il traînait le type en question depuis Central-City. Il l’avait forcé à voyager avec lui sous peine de mort -trois fois rien- afin d’être certain que le type ne se foutait pas de lui. Le mec était connu sous le nom de « La fouine ». A première vue on ne l’aurait jamais soupçonné d’avoir des relations costauds et un statut intéressant. C’était une mauviette entourée de gorille qui jouait les intermédiaires entre Drachma, Amestris, l’Agence. Un triple traître quoi. Un petit joueur tout de même, il savait ce qui se passait à Amestris et n’avait jamais mis de bâtons dans les roues de ceux placés dans le camp des « gentils ». Pourtant il avait bossé au laboratoire n°5 en tant que gardien de cellule, après la destruction de celui-ci il fut augmenté à cause d’une déficience dans les rangs. Il avait un minimum de fierté, c’est pourquoi le jeune homme ne lui avait pas trop décalqué le portrait.

Mais remontons brièvement quelques jours en arrière. Après la fuite définitive d’Envy, Lyl et les frères Elric avaient eu une longue discussion. Il apprenait l’existence d’Homonculus, un nom qui lui était familier, et de quelques détails qu’il connaissait mais qu’il avait juste oublié. Il en venait à conclure que l’armée n’était pas si pourrie que ca de l’intérieur. Il promit aux deux gamins et inversement d’être là le jour fatidique. En entendant le fiasco de l’armée et l’explosion de la vérité ils se séparèrent. Lyl était retourné à l’agence mais il n’y avait trouvé que des décombre, celle-ci avait prit feu.
Durant les jours qui suivirent il se mit en tête de retrouver Reï ou d’autre membre de l’Agence. Le larron venait enfin de trouver un but pour meubler sa vie si vide. Les Homonculus, Bradley, ils étaient liés d’une manière ou d’une autre, ils étaient l’auteur du tatouage sur son bras et de toutes les horreurs depuis la Guerre d’Ishval. Plus y pensait, plus sa colère augmentait.
Un soir Lyl s’était rendu au bar où il s’était retrouvé la nuit où il avait raccompagné la rouquine. Après des heures passés à tenter de trouver des informations sur celle-ci il finit par s’adrésser au barman. Le type fit la sourde oreille. A la fin de son service, Lyl venait le trouver pour le faire parler. Après un léger passage à tabac le mec lui avouait la vérité sur la rouquine qui avait disparu depuis un petit moment déjà. Une espionne. Sans chercher à comprendre, Lyl fit le lien avec Envy, d’autant plus que celui-ci avait la capacité de se métamorphoser. Il en déduisait que la belle l’avait dupé, qu’elle avait tenté de gagner leur confiance pour mieux les trahir. Frustré, Lyl lui avait brisé le nez.
C’est une semaine plus tard qu’il rencontrait la fouine et qu’il se débarrassait de ses gardes pour le forcer à parler. Celui-ci avait fini par lui révéler que Reï avait quitté Central pour Aquorya. Sa semaine passée à vagabonder l’avait rendu plus féroce, plus sauvage. Le jeune homme ne s’était pas laissé un instant pour fanfaronner.


Lyl tenait la fouine par la tignasse au niveau de la nuque pour qu’il garde la tête baissée. Tel un chien, n’est-ce pas ce qu’il était ? A près avoir examiné de l’extérieur la façade, Lyl se décidait enfin à entrer dans l’enceinte, il passait le portail. Celui-ci s’ouvrait dans un grincement glauque avertissant au passage les gardes. Deux gorilles se trouvaient là, en train de le jauger avec mépris et arrogance. Ils lui étaient supérieurs physiquement, en âge et en carrure, pourtant le jeune homme gardait cette nonchalance implacable. Lyl était habillé de manière peu commune, un pantalon noire, une paire de botte en cuire et un long menton rouge enfilé sans présence de t-shirt ou quoi ce soit en dessous. Plutôt curieux comme dégaine.

-Tire-toi, c’est une propriété privée.
-Ouais, j’espère qu’ils pourront rajouter un couvert.

Sur cette ironie mal placée, Lyl avançait. Ses pas furent immédiatement stoppés d’une main sur son torse par celui qui n’avait pas parlé.

-Joue pas le mariole, dégage !

Le regard jade du décoloré s’assombri et il saisissait la main gêneuse pour la tordre puis coller une droite au type. Le mec ne sentit pas la droite tant il était costaud. Notre ami soupirait d’un air blasé, mais le petit sourire qu’il arborait traduisait une certaine délectation pour le combat qui allait suivre. Il balançait la fouine par terre et entamait un combat. Pendant ce temps le lâche tentait de fuir, chacunes de ses tentatives furent interrompues in extremis par la chimère qui prenait un malin plaisir à le faire valser. Sa carrure était si ridicule que le moindre coups de notre reptile le faisait valser. Se débattant avec rapidité et aisance, Lyl vint à bout des deux gardes sans avoir à dégaine son arme à feu volée à la fouine.

-Pff… p’tits joueurs…

Quelle arrogance ! Lyl saisissait de nouveau son prisonnier, sa main faisait pression sur sa nuque et le forçait à se courber. Pitoyable. Le type chialait légèrement suppliant son bourreau de ne pas le tuer, Lyl l’ignorait avec nonchalance et indifférence.

De son côté, Reï regardait Pandora avec un grand intérêt. Celle-ci venait de divulguer des informations importantes. Kojaku était indigné…

-C’est impossible…Nous avons fouillé partout.
-Pas assez apparemment. Kojaku ! Il faut que tu…

La porte d’entrée venait de s’ouvrir, les deux battants grands ouverts. Tous les regards étaient braqués sur l’intrus, tous outrés qu’on vienne les déranger. Reï s’apprêtait à réprimander Kojaku par rapport à ses deux gardes trop impatients lorsqu’elle reconnu la chevelure blanche de l’intrus. Le blond s’était redressé, bouche bée. Chacun affichant une expression interloquée, comme en proie à une hallucination. Lyl faisait juste son entrée avec la fouine de manière…bien à lui. Kojaku souriait, comme si qu’il avait toujours été certain que cette vision apparaîtrait tôt ou tard.

-C…C’est le Capitaine !
-Wayne ?!

Lyl avait cette démarche frimeuse, se fichant bien de la tête de l’assemblée car au fond il ignorait qu’ils étaient et ce qu’il se tramait. Le cœur de Reï fit un bond, sans pouvoir bouger elle se contentait de le regarder, incertaine. Ce fut Kojaku qui fut le premier à le rejoindre alors que Lyl annonçait en fixant Reï de son regard froid et enjôleur à la fois…

-On en a recensés 4.
Mais pire encore... Bradley veut créer la Pierre Philosophale, Macdougal le savait.

Reï refermait la bouche, prenant conscience de l’horreur des choses malgré ces retrouvailles fortuites. Elle baissait les yeux, les « 4 recensés » elle savait qu’il s’agissait de 4 comme Envy. Quoi d’autre ? La fouine tentait de se dissimuler derrière les jambes du jeune homme mais celui-ci le ramenait en avant. Kojaku était sur le point de lui tapoter l’épaule, fier de retrouver un vieux frère mais Lyl fit quelques pas et le Xinois restait juste con…

-Toujours aussi indifférent..

Lyl s’approchait de Reï, la seule tête connue. Il n’avait pas aperçu la rouquine, pas encore. Elle était étonnée qu’il l’ait reconnu malgré son changement de look. Lyl balançait la fouine aux pieds de la table et le tenait en joug avec son flingue sans pour autant le regarder. Elle le dévisageait quelques secondes avant de lui annoncer…

-Bienvenue à la maison…
-Oué…Il enchaînait, ce type est en relation directe avec Drachma.
-Noooon !! Il ment !…c’est une connaissance qui sert d’intermé-..
-La ferme. C’est un haut gradé, il travaillait au laboratoire n°5.
-Aaargh…

Le type croisait le visage de Cahelyn alors qu’il tentait de se dissimuler, se recroquevillant comme une larve. Il reconnu la jeune femme et eut un gémissement d’horreur. Qui sait ce qu’il lui avait fait, ou inversement.

Le résumé qu’il avait eu lui permettait de savoir que les informations qu’il disait étaient importantes. La fouine risquait de passer un sal quart d’heure… D’autant plus qu’il y avait deux chimères dans cette pièce.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: Révélations   Sam 13 Oct - 20:06

La jeune femme reprenait devant l’indignation de son comparse, lorsque la porte s’ouvrit avec fracas, forçant toute l’assemblée à lever la tête de manière indignée. Je suivais le regard de mes voisins, j’étais légèrement en retrait derrière Reï et du pencher imperceptiblement la tête sur le côté pour m’enquérir de l’identité du visiteur. Je sentis ma respiration se couper en reconnaissant un visage atypique surmonté d’une chevelure blanche bien particulière. Sous le choc, je gardais le silence alors que des exclamations s’élevaient déjà pour saluer le retour de leur chef. Réjouissances que coupa net ce dernier en trainant l’homme qu’il tenait devant lui, le projetant sans aucune délicatesse aux pieds de la table avant de le tenir en joug à l’aide de son arme à feu. Le visage du capitaine était devenu méconnaissable tant le mépris et la froideur semblait en irradier. Je jetais un bref coup d’œil à ma voisine avant de baisser les yeux sur le captif. Celui-là non plus il n’était pas totalement inconnu, les propos du jeune homme ne firent que confirmer ce que je pensais déjà. Il s’agissait bel et bien d’un ancien gardien du laboratoire numéro 5. Ce dernier, d’une lâcheté remarquable, avait plus d’une fois profité de son statut pour faire preuve de sa supériorité par rapport aux bêtes enfermées que nous étions alors, non sans l’aide de deux ou trois hommes pour maintenir sa victime tranquille. Pas foncièrement mauvais, il était simplement attiré par le pouvoir et le besoin de se savoir puissant. Le genre de personne qui me faisait vomir. J’ignorais où il l’avait dégoté, mais sa venue ici faisait ressurgir une foule de mauvais souvenirs, me tirant un air froid et haineux à son égard. La joie de revoir l’argenté vivant s’en trouvait quelque peu ternie ainsi.

L’homme à genoux croisa mon regard et gémit lamentablement, je ne doutais pas qu’il m’ait reconnu, j’avais eu à faire à lui plus d’une fois durant ma captivité. Néanmoins, je gardais le silence, me contentant de le fixer en train de se recroqueviller comme une bestiole craintive sur le sol. Pour une fois, il était peut-être à même de comprendre ce qu’il avait fait subir à un bon nombre de personnes. Je finis par faire un pas timide sur le côté, remontant au niveau de mon amie pour poser mon regard sur le jeune homme semblant revenu d’entre les morts aux yeux de tout le monde. Ce dernier semblait plus obnubilé par sa cible que par tout le reste, je me contentais de repenser à ces quelques mots avant qu’il ne balance l’ancien gardien au sol. 4 autres comme Envy … Combien de monstres l’armée avait-elle créée ainsi ? Mon père était donc au courant de ce bordel, c’est pour ça qu’il s’était retourné contre ses supérieurs sans le moindre regret. Quelque part dans le regard du garçon je voyais en effet la même flamme haineuse que j’avais pu voir dans celui de mon paternel la dernière fois que j’avais pu le voir avant sa mort. Ce qui n’avait rien de rassurant au fond.

Voyant qu’isl discutaient tous, visiblement les informations arrivaient en masse avec le retour du garçon, je détournais le regard légèrement en observant l’extérieur, tenant ainsi à garder ma discrétion, cependant, je ne perdais pas une seule parole de ces échanges, écoutant le tout attentivement. Mais cette arrivée impromptue avait fait ressurgir davantage le léger malaise que je ressentais depuis l’arrivée des autres membres de l’agence. Aucun d’entre eux ne savaient ni même ne pouvaient se douter que c’était moi l’origine de la mort de leur ami. Combien d’entre eux auraient cherchés à le venger s’il l’avait su ? Je l’ignorais, mais le nombre devait être important, je n’en doutais pas. Seule la jeune femme pouvait comprendre mon retrait, je ne lui avais rien caché. Quelque part, j’étais soulagé que Wayne soit toujours en vie, rassurée et contente également. Mais cela ne faisait que renforcer ma crainte. Lui était là lors de l’attaque. Lui risquait fort de réagir de manière diamétralement différente par rapport à la jeune femme. Et cette option m’inquiétait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Révélations   Sam 13 Oct - 20:55

-Ohh…Qu’est-ce que…Il…
-Qu’est-ce que t’as ?

Le blond se trouvait sur le seuil de la porte d’entrée toujours ouverte où parvenaient de faibles gémissements. Son compagnon le rejoignait et tout deux s’étonnèrent de voir les deux gorilles mordre la poussière. Ne pas se fier aux apparences, c’était la leçon qu’on tirait de leur défaite. Les deux hommes se mirent à rire, fiers d’avoir retrouvé un des leur. Si sa mémoire flanchait, ses méthodes non. Ils quittèrent le manoir pour aller porter secours aux deux gardes passablement amochés pour se lever. L’un des deux comatant.

-Appel John, on va avoir besoin d'aide pour les lever.

Leur absence n’était pas plus mal pour la suite des évènements…

-…Lyl…Que c’est-il passé ?

Reï l’examinait, le jeune homme était blessé à de multiples reprises au niveau de son torse nu, il avait une arcade et un coin de lèvre fraichement amochés. Des séquelles diverses et variées qui laissaient imaginer la vie qu’il avait du mener durant ces 11 jours. Seul au milieu d’une ville inconnue que depuis quelques mois, sans foyer. Et puis ces informations qu’il venait de divulguer, comment les avait-il eu ? Tant de question. Mais alors que le silence enveloppait nos quatre protagonistes présents dans la pièce, Reï voulut enlacer son supérieur. Elle fit un pas, seulement un. Ses yeux bleu rencontraient une tout autre expression chez le garçon. Il fixait Cahelyn avec froideur. Il venait de l’apercevoir alors qu’il se permettait enfin d’observer les lieux avec nonchalance. Il en oubliait la fouine, Kojaku prit la relève alors que Reï l’observait.
Elle sentit le malaise, le reptile dégageait une sorte d’aura malveillante alors qu’il s’approchait de la rouquine. Cette dernière avait reculé de quelques pas, comme elle le pouvait à cause de ses blessures. Lyl avait contribué à protéger sa vie et elle l’avait poignardé dans le dos. C’est avec vitesse et brutalité qu’il saisissait la rouquine par le cou, celle-ci se retrouvée plaquée contre le mur derrière elle. Le menton levé, elle ne pouvait que voir le visage glacial de la chimère, aussi froid que la main qui l’enserrait. Sa main armée vint poser le canon de son pistolet sur la tempe gauche de la belle, là où lui-même s’était prit une balle. Une moue de dégoût au bord des lévres il lui dit dans l’intimité de leur proximité…

-A charge de revanche…

Le cran de sécurité sautait et il ajoutait…

-Je me disais bien que tu étais trop belle pour être mon ange gardien.

Pourquoi est-ce que toutes les belles femmes sont dangereuses ? En effet, il avait deviné que c’était elle qui l’avait sorti du laboratoire. Lyl était persuadé que c’était un coup monté depuis le début. Il n’avait aucune preuve, comme il n’en avait pas non pour la balle qu’il s’était prit. Mais est-ce que le hasard pouvait être le seul responsable de leurs divers rencontres ? Il ne savait pas, il était juste perdu, troublé par tant de chose. Ces onze jours avaient été un calvaire… Le larron ne ménageait pas la jeune femme, pourtant, il hésitait. Il se souvenait de leur soirée folklorique, il se souvenait l’avoir embrassée. Elle avait l’air si sincère ce soir-là, combien pouvait-elle être cruelle et bonne actrice ? Il serrait les dents. Ses yeux trahissaient ce sentiment d’incompréhension. Alors que tout se déroulait vite sous les yeux ébahis de Kojaku, Reï accourait dans leur direction.

-LYL NON !

La jeune femme s’était jetée sur l’amnésique, agrippant son bras armé. Elle le forçait à baisser son bras, Lyl résistait quelques secondes avant de lâcher prise. Il détournait enfin son regard d’elle, Reï l’attirait plus loin. Kojaku venait rejoindre la rouquine pour lui porter secours, accroupi près d’elle. Il ne put lui adresser le moindre mot, Lyl était son supérieur même sans la mémoire mais avant tout un ami. Mais Reï avait accordé sa confiance à cette demoiselle, alors que faire ? Il déglutit alors qui fixait son supérieur. Le Xinois avait perdu sa fougue dés l’instant ou ca avait dégénéré. Pendant ce temps la fouine s’évader, mais très vite ramassée par les deux soldats dehors. Quel malchanceux…

Lyl refusait de regarder le visage de son amie alors que celle-ci l’en suppliait.

-Elle n’y est pour rien ! Tu m’entends !! Elle n’y est pour rien !!

Les larmes lui montèrent et elle en perdit la voix, trop d’émotion en si peu de temps. Le jeune homme était touché, vexé, perdu, voire la jeune femme pleurer le faisait culpabiliser sans savoir pourquoi. Le visage à présent adoucit, c’était le visage d’un homme troublé qui surgissait… Son regard meurtri se posait sur la rouquine, puis dans un soupire hargneux il tournait les talons pour fuir l’ambiance. Il sortit par la baie vitrée qui était entrouverte, s’enfonçant dans le jardin.

-Ne lui en voulez pas, il est perdu… Relevez-vous.

Reï restait planté là où il l’avait laissé, ne sachant quoi faire, frustrée. Elle essuyait ses larmes alors qu’elle se tournait face à Cahelyn. Pauvre femme, le Destin semblait s’acharner sur elle et Wayne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: Révélations   Sam 13 Oct - 21:36

Je tournais la tête en sentant un changement soudain dans l’atmosphère de la pièce, tout à coup bien plus tendu, apercevant ainsi juste à temps le jeune homme qui s’avançait vers moi, une moue haineuse aux lèvres. Rien à voir avec ce que j’avais déjà pu lui voir. Je reculais d’un pas précipité, manquant de tomber en m’appuyant sur ma cheville blessée, mais au fond je comprenais parfaitement sa réaction en fin de compte. La colère et la rancœur étaient les seules issues possibles au drame qui s’était déroulé par ma faute. Si je reculais, c’était plus à cause de l’aura effrayante du jeune homme que par ce qui m’attendait réellement en fin de compte. Quelques secondes plus tard, je me retrouvais plaqué contre le mur par la poigne glaciale de la jeune chimère, ce dernier m’observait comme un monstre, un insecte dangereux qu’il fallait éradiquer. Mon dos se déchira à nouveau sous la violence et je me mordis la lèvre pour ne rien dire. Le moins que je puisse faire à cet instant était de la boucler et d’accepter sans broncher ce qui allait suivre. Je sentis le canon de son arme effleurer ma tempe et finis par lever mon regard vers le sien, ne croisant qu’un concentré de haine. Mais plus que son regard, plus que ces gestes, ce sont ses paroles qui achevèrent de me miner avant qu’il ne m’exécute. Les sanglots me nouèrent la gorge d’un seul coup, et je voulus lui dire que je n’avais jamais voulu ça, que j’avais toujours été sincère avec lui. Les larmes coulèrent le long de mes joues alors que le souffle me manquait pour pouvoir lui dire tout ça, quand bien même aurais-je pu le faire qu’il ne m’aurait sûrement pas écouté. Je gardais mon regard porté sur le sien, larmoyant, décidé à affronter son mépris jusqu’à ce que la balle ne parte mais je vis le doute obscurcir ses prunelles l’espace de quelques secondes.

Ce que je n’avais en revanche pas prévu ce fut la réaction de Reï. Cette dernière se jeta sur lui, maintenant son bras le plus fortement possible pour éloigner l’arme de ma tête en criant avant de l’embarquer directement ailleurs après avoir réussi à le faire momentanément renoncer. Je m’écroulais au sol, incapable de tenir debout tant la douleur de mon dos était violente, et je toussais pour reprendre ma respiration, une main au sol, l’autre sur ma gorge. Quelques instants plus tard, je sentis une présence près de moi et relevais la tête pour apercevoir le brun aux origines xinoises, mais repoussais doucement l’aide qu’il me proposait. Je fixais mon amie qui s’évertuait à chercher à convaincre l’argenté que j’étais innocente, ce qui était totalement faux par ailleurs, mais nous n’avions décidément par la même notion du degré de culpabilité dans cette affaire. Une fois mon souffle retrouvé, je voulus demander à la jeune décolorée d’arrêter, mais cette dernière fondit en larmes avant même que je n’ai le temps de prononcer le moindre mot, coupant l’élan meurtrier de son acolyte. Ce dernier finit par tourner les talons après m’avoir jeté un regard perdu et je baissais la tête de déception. Les larmes coulaient toujours le long de mes joues, j’avais l’impression d’avoir perdu à nouveau quelque chose de précieux. Le brun à mes côtés me poussa à me relever, mais lorsque je tentais de lui obéir, j’émis un gémissement de douleur sonore avant de retomber lamentablement au sol, sentant un liquide chaud couler doucement le long de mon dos.

La force avec laquelle l’argenté m’avait collé contre le mur avait rouvert les points de suture de la jeune femme, et le sang s’était remis à couler lentement, imbibant petit à petit la chemise que je portais. Je croisais soudain le regard de mon amie, rougie par les pleurs, avant de lâcher d’une voix vide.

"Désolée ... "

Sans un mot de plus et avec l’aide du médecin, je me relevais péniblement en me mordant la lèvre pour ne pas gémir davantage et le laisser me sortir de la pièce avec lenteur, non sans jeter un dernier coup d’œil meurtrie à la silhouette du jeune homme qui ressortait à l’extérieur du bâtiment. Le Xinois me dirigea vers la pièce la plus proche, soit un salon bien plus petit et me fis assoir sur une chaise de bois, le dossier plaqué contre mon torse et je croisais les bras difficilement sur ce dernier en posant mon menton dessus alors qu’il découpait le tissu humide. Je l’entendis soupirer en observant la plaie puis bouger sans trop savoir ce qu’il faisait. Sa voix s’éleva quelques secondes plus tard.

"Les points ont sautés, il va falloir en refaire d’autres, mais avant tout, enlever ceux qui restent. Ca risque d’être … un peu douloureux."

Je haussais les épaules en grimaçant sous le pic de douleur, le regard triste, fixant le mur devant moi, avant de répondre d’une voix blanche.

"Il n'y a aucun autre moyen ? "

Sentir à nouveau la morsure de l'aiguille n'avait absolument rien d'engageant, même si c'était vraiment un moindre mal à côté de ce qu'avait déjà subit mon dos, mais ça ne coûtait rien de demander même si je n'y croyais pas vraiment. Seul le silence me répondit et je finis par tourner la tête pour jeter un regard au jeune homme qui semblait indécis.

"En fait si. Je pourrais refermer vos plaies avec l'aide de l'alchimie. Mais les cicatrices risquent d'être moins jolies et -..."

"Faites-le."

La simple idée d'avoir à nouveau à faire à l'alchimie ne me rassurait pas, bien au contraire,néanmoins, il s'agissait là d'un avantage non négligeable. S'il pouvait tout refermer et régénérer d'un coup, peu importe ce qu'il fallait endurer. Après quelque secondes de silence durant lesquelles il sembla observer mon dos avec une grande attention, il accepta et posa ses deux mains sur mes épaules, me tirant de légers frissons d'appréhension au passage. Je fixais mon regard sur un point précis avant de ne me concentrer dessus pour tenter d'ignorer ce qu'il allait se passer derrière moi. La lumière bleuté apparu, plus diffuse que dans mes souvenirs, toutefois je revis bien devant moi l'immense félin comme s'il me faisait face et fûs obligée de fermer les yeux pour le faire disparaitre, légèrement tremblante. Mais une fois les yeux clos, ce n'était plus la bête que je voyais, mais la chimère et son regard haineux qui m'était destiné. Je frémis à nouveau, qu'est-ce qui était le pire au fond ? Je sentis mon dos chauffer, tout comme mon bras et ma jambe blessée, au point d'en être presque brûlant avant que la douleur ne diminue grandement. Je rouvris les yeux, surprise, et tournais la tête pour observer le xinois qui semblait observer son travail avec une pointe de contentement.

"Ca ne devrait pas beaucoup se voir, mais il faudra vous ménager quelques jours."

Même si je n'étais pas apaisée le moins du monde psychologiquement, les paroles du jeune homme me poursuivaient, tout comme la réaction violente de mon amie, physiquement, je me sentais déjà mieux, me relevant prudemment pour poser une jambe par terre puis deux, ravie de pouvoir tenir debout. Le visage morose malgré la reconnaissance que je ressentais envers l'alchimiste à cet instant, je le remerciais, prenant les derniers conseils de sa part en note avant de vouloir quitter la pièce lorsque je me rendis compte de ma tenue déplorable. Le brun posa son kimono sur mes épaules et j'en profitais pour couvrir totalement mon torse avant de l'observer quelques secondes. Je n'allais pas l'écouter, j'allais partir dès ce soir. La chimère m'avait bien fait comprendre que ma place n'était pas parmi eux, qui plus est je devais impérativement retrouver mon frère avant qu'Envy ne parvienne à lui mettre la main dessus. Sans le savoir, le xinois venait de me rendre un immense service en me permettant de retrouver mon autonomie. Je l'observais quelques secondes, un légère vague de culpabilité m'envahissant à nouveau mais je la repoussais bien vite. Si gentil et serviable soit-il, je ne le connaissais pas. Je le remerciais d'un infime sourire avant de quitter la pièce pour rejoindre ma propre chambre, me précipitant sous la douche où je jetais tout de même un coup d'oeil à mon dos où ne restait plus qu'une courbe un peu blanche, tranchant net mon dos au centre des omoplates. Le travail était remarquable. Je me glissais sous la douche sans attendre, une idée précise en tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Révélations   Sam 20 Oct - 21:45

-Désolée…

La concernée lui jetait un regard empli de chagrin, elle secouait la tête négativement avant de lui répondre, ses mains joints sur son cœur meurtri.

-Ce n’est pas à toi de t’excuser…pardonne-nous.. !

Elle détournait la tête, ses nerfs venaient de lâcher, pourtant quelques jours plutôt elle s’était promis de ne plus pleurer. Elle n’avait que trop repoussé l’échéance, ce soir elle était à bout de nerf. Elle avait retrouvé un ami et avait pourtant l’impression de le perdre encore et encore. Sur ces mots elle partit sous le regard ébahis de son ami Xinois. La situation avait prit une ampleur tragique sur l’effet d’un malentendu ou d’informations déformées… Elle quittait la pièce en courant, décidée à rejoindre son ami vu que Kojaku était décidé à soutenir Cahelyn. Si tôt qu’elle eut mis un pied dehors le ciel grondait, un peu comme le jeune homme précédemment. Les épais nuages orageux étaient rougis par le crépuscule. Lyl pouvait sentir le changement de température et l’humidité, sachant parfaitement quand le rideau de pluie toucherait la terre. Il marchait, s’enfonçant d’avantage dans le jardin, s’enfonçant d’avantage dans sa solitude. Reï courait à en perdre haleine, une fois parvenue à sa hauteur elle lui fit barrière, n’osant pas le toucher pour l’arrêter…

Pendant ce temps Kojaku emmenait la rouquine dans une pièce annexe. Le dos de Cahelyn était ensanglanté, sa plaie s’était rouverte. Bien qu’il ne l’eut jamais vu il savait combien elle devait être profonde pour avoir autant de mal à cicatriser. Les deux jeunes gens s’échangèrent de cours propos avant qu’il soit décidé d’user d’alchimie. C’est en un éclair lumineux que le xinois soignait le corps de la rouquine. Peut être aurait-il due le faire plutôt… Alors qu’il la soignait, il se disait que le Wayne connu était probablement mort avec la balle qu’il s’était prit. Sa mémoire manquante, pour le coup il ignorait si l’homme retrouvé était mieux sans son passé ou avec.

-Séchez vos larmes. Si Reï vous fais confiance ce n’est pas pour rien. Ce n’est pas le genre de la maison de ramasser des éclopés. Tandis qu’il parlait les blessures se refermaient progressivement.La plaie ne s’est pas entièrement ouverte, juste en haut. Heureusement. Il marquait un temps d’arrêt, il remarquait un début de tatouage dans le bas de son dos sans y porter un intérêt. De sa voix rassurante il reprit, Wayne a traverser beaucoup d’épreuves, la perte de son maître à causer sa propre perte. Il a toujours été méfiant, impulsif . Reï saura lui faire entendre raison. Il a juste besoin d’être mit dans le droit chemin…Il hésitait. Un peu comme vous. Vous êtes un livre ouvert, bloqué sur une double page mélancolique. Vos yeux hurlent le tourment de votre âme. Macdougal avaient les mêmes, l'avez vous connu?...Erf... oubliez. A présent, je retrouve cette lueur dans le regard de mon vieil ami... Il cessait d’exercer l'alchimie, ne pouvant la guérir d'avantageExcusez-moi, ne prêtez pas attention... Il se levait de sa chaise et ôtait son kimono afin de le déposer soigneusement sur la jeune femme dont la poitrine se retrouvait à l’air si elle se détachait de la chaise. Sa chemise étant en lambeau. Croyez-moi Cahelyn, la roue finira par tourner, il suffira de saisir la main tendue.

Ce fut là la fin de son discours. La main en question était l’agence. Kojaku semblait quelque peu épris pour cette jeune femme. Elle lui paraissait si fragile, son côté protecteur appréciait la rousse. Il aurait souhaité lui proposer d’être sa lanterne, mais ce n’était pas le moment. Quoi que…elle avait justement besoin d’un remontant. Le brun s’essuyait les mains dans un tissu blanc.

-Laissez-moi-vous raccompagner à votre chambre.


~~~~~~

-Lyl ! Il faut que je te parle !
-J'ai rien à ne te dire!
-Moi si!

L’intéressé n’entendait pas à cause de la symphonie naturelle qu’était la pluie. Sa chevelure s’était aplatie sur son visage, cachant presque ses yeux. La jeune femme renouvelait sa phrase en s’approchant.

-Qui était Macdougal ?!Demandait-il avec autorité
-La jeune femme était interloquée, indécise je…Lyl…
-Je ne voulais pas être ce mec ! J’aurais jamais du rester ! Rien de tout ça ne se serrait produit. Hisashi est mort parce que je suis revenu.criait-il désemparé.
-Hisashi est mort pour te protéger ! Que tu sois-là ou non ! Qu’elle l'ait emmené ou non ! Tout ca aurait fini par arriver ! Si tu n’avais pas été là nous aurions été morts tous les deux ! S’il elle n’avait pas été là nous le serrions tous les trois ! Que tu le veuilles ou non tu es Lyl.G Wayne! Notre Capitaine! Alors cesse de fuir, il y a des gens qui comptent sur toi!! criait-elle pour se faire entendre au-delà de la pluie.

Les sourcils froncés, elle ne cessait de cligner des yeux à cause de l’eau. Elle fit un pas en plus, s’approchant progressivement de la chimère avec précaution. Lyl baissait la tête. Les propos de Reï étaient dure à entendre pour notre ami. Pour cause elle lui avait balancé en pleine poire ce que lui-même refusait d’accepter, soit sa fuite. Le visage assombri par une douleur inconnue il lui demandait d’un ton plus calme, voire déchiré par cette douleur mystérieuse…

-Réponds-moi…qui était-il ?
-Quoi ?!
-Qui était-il ?!!reprenait-il avec plus d’entrain
-C…Il était ton maître ! La pluie masquant sa nouvelle vague de larme, elle seule savait que ses sanglots reprenaient. Je croyais que tu ne voulais pas savoir !
-Il y a trop de chose en jeu ! Toi-même tu le dis ! Je ne suis pas fais pour vivre normalement ! Il marquait un temps d’arrêt, ne tenant plus en place il ressemblait à un loup en cage, J’ai essayé… mais je ne peux pas.

La jeune femme l’enlaçait, le garçon restait passif, la tête tout de même baissée, le menton posé sur son épaule.

-Cahelyn a tenté de nous mettre en garde, elle ne pouvait pas savoir qu’Envy la suivrait. Personne n’a sa part de culpabilité…
-Je n’ai pas confiance…j’ai l’impression qu’on cherche à me piéger…

Elle resserrait son étreinte, incertaine de vouloir lui révéler ce qui la pesait…et puis il y avait l’identité de Cahelyn, était-ce réelleemnt utile de lui révéler qu’elle était la fille d’Isaac. Automatiquement elle prendrait une place importante pour Lyl, rien que pour la mémoire de cet homme qu’il avait tant aimé.

- C’est le hasard qui l’as mis sur notre route, pas l’armée ! Écoute ce que j’ai à te dire…

Lyl retirait l’un des bras de la demoiselle avant de l’observer, perplexe. Toujours sous le rideau de pluie, la jeune femme lui fit part de ce que la rouquine lui avait révélé. Le jeune homme s’était calmé. Ils entreprirent de rentrer. La jeune femme s’était gardée de lui révéler l’intégralité sur Cahelyn, notamment son lien avec Macdougal.

Ils regagnèrent le manoir, Kojaku était de nouveau dans le salon, dépourvu de kimono et sur le poing d’embarquer Anderson. Ils échangèrent plusieurs minutes et convinrent qu’il fallait mieux que la fouine soit enfermée dans une des cellules au QG de Kojaku qui était bien mieux gardé et peuplé… Avant de partir, le xinois demandait à notre chimère de bien vouloir laisser une chance à Cahelyn. Sur cette demande, il quittait le manoir malgré la pluie…
Reï et Lyl se séparèrent au premier étage, trempés jusqu’aux os, si Reï tremblait, Lyl ne frissonnait même pas. La jeune femme lui attribuait l’une des nombreuses chambres vides de l’étage. Ils se séparèrent quelques minutes plus tard, une fois certaine qu’il ne repartirait pas.
La nuit s’annonçait longue pour chacun d’entre eux…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: Révélations   Dim 21 Oct - 9:36

Une fois dans ma chambre, raccompagnée par le jeune homme qui en fin de compte n’avait pas voulu me laisser seule immédiatement, je fermais la porte avant de me laisser glisser dos contre cette dernière, la tête dans les mains. Je ressentais encore la douleur de mon dos, mais avais décidé de l’ignorer tant elle semblait bégnine comparé à celle qui me taraudait l’esprit. Lorsque j’y réfléchissais, je me rendais compte à quel point ma décision avait probablement été stupide, que j’aurais dû les laisser se débrouiller seuls à défaut de les supprimer moi-même. Mais alors que c’était là ce que la logique m’aurait imposé, mes émotions avaient parlés avant et j’avais mis en péril plusieurs vies dont celle de mon propre frère, et ça, pour au final être considéré comme une manipulatrice et une traitresse. L’affection que j’avais pour Reï désormais m’empêchait toutefois de leur en vouloir vraiment et me permettait de relativiser les choses car le seul véritable coupable dans cet affaire restait Envy sans le moindre doute, les membres de l’agence n’ayant fait que subir sa cruauté. J’essayais de retourner ma frustration contre quelqu’un, et ce fût contre l’homonculus qu’elle fut finalement dirigée, c’est cette colère dormante qui me donna finalement la force de me relever, laissant glisser le kimono du xinois au sol sans y faire attention.

Je filais sous la douche sans attendre, me décrassant, retirant ainsi le sang qui avait commencé à sécher sur ma peau bouillante. Je n’y restais pas longtemps, contrairement à mon habitude, et ressortis de la pièce, une serviette enroulée autour de ma crinière rousse, cherchant quelque chose du regard. Ce dernier tomba sur ma tenue rapiécée et nettoyée par les soins de la jeune femme, et j’eus un léger pincement au cœur en sachant ce que j’allais faire, mais j’estimais que c’était mieux ainsi. Sans un bruit, j’enfilais ma combinaison, serrant les dents lorsque cette dernière passa sur mes plaies pas tout à fait guéries, l’alchimie pouvait s’avérer utile, mais les miracles restaient encore impossibles. J’enfilais mes bottes, vérifiant que l’arme planquée à l’intérieur s’y trouvait toujours et qu’elle était chargée. L’autre avait disparu le soir où Envy nous été tombés dessus, probablement sous les décombres de l’agence à Central désormais. Je finis d’essorer mes cheveux avant de les nouer en une tresse serrée que je laissais retomber dans mon dos négligemment, puis m’emparais du ceinturon qui pendait sur le dossier du siège pour le passer autour de mes hanches avant de poser mon regard sur la pièce. Je refis le lit rapidement, effaçant ainsi toute trace de mon passage ici, avant de m’emparer d’une feuille et d’un stylo présent sur le bureau qu’abritait la chambre.

Je sortis dans le couloir sans un bruit, même si me déplacer tranquillement exigeait davantage d’effort, je tenais avant tout à rester discrète. Le kimono du brun plié sous le bras, je l’embarquais avec moi tout en me dirigeant vers la chambre de Reï. La main sur la poignée de sa porte, j’hésitais à la prévenir directement, cette dernière devant probablement déjà dormir. Finalement, je renonçais et posais le kimono sur le seuil de sa chambre, rédigeant un mot rapide à son intention que je posais dessus.

« Je n’ai rien à te pardonner. Tu m’as aidé alors que tu aurais pu me laisser là-bas, je t’en remercie.
Je vais retrouver mon frère.
Prenez-soin de vous.

Pandora »


Un dernier regard sur la porte de la demoiselle avant de tourner les talons pour me diriger vers la sortie en silence. Au passage, je pouvais entendre la respiration des différentes personnes présentes dans les chambres annexes tant le silence était pesant. Ces dernières étant relativement paisible, j’en déduisis que tout le monde dormait, ce qui m’arrangeait.

Dehors, la pluie tombait drue, véritable déluge que j’observais quelques secondes en maintenant la porte du hall ouverte avant de prendre une inspiration pour me diriger vers l’extérieur, frissonnant d’avance au contact de l’eau froide. Je refermais la lourde porte de bois en prenant soin à ce qu’elle ne claque pas, mais ce fut peine perdue, cette dernière résonna légèrement dans le vaste hall. Peu importe, si tout le monde dormait bien, ce n’était pas ça qui les réveillerait. Sans un regard en arrière, je suivais le sentier qui menait au portail de la propriété, concentrée sur ma destination alors que j’ignorais totalement où je me trouvais. Je ne connaissais ni la ville, ni la région, néanmoins, j’étais sûre de pouvoir trouver une gare à Aquroya, comme dans toute grande ville digne de ce nom. Mes pensées étaient désormais toutes tournées vers mon petit frère, où qu’il puisse être, je laissais derrière moi l’épisode déplorable de ces derniers jours.

Finish ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Révélations   

Revenir en haut Aller en bas
 

Révélations

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La santé au cours de l'Histoire : Révélations inattendues
» Enfer et révélations {Tenzouzouille}
» Planète Révélations
» Le temps des révélations
» L'étau se ressère autour de Aristide, révélations accablantes de Ketant,

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fullmetal alchemist ::  :: Les Rps terminés ou abandonnés-