Partagez | 
 

 Léger malentendu [ Pv. Harry / Lyl ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Léger malentendu [ Pv. Harry / Lyl ]   Jeu 13 Déc - 16:36

"Lieutenant !"

Je soupirais doucement avant de tourner la tête vers mon supérieur hiérarchique que je ne pouvais pas voir en peinture, lui adressant un visage froid pour toute réponse. La raison de sa colère ? Aucune idée … Mon inattention flagrante peut-être, même si depuis le temps, il aurait largement dû y être habitué. Je n’étais pas spécialement reconnue pour être très attentive. L’organisation avait deux chefs, et il était fort rare qu’un des deux pointe directement son nez dans nos affaires, et encore moins qu’il prenne part lui-même à une mission quel qu’elle soit. Il semblait donc évident que celle qui nous attendait devait être d’une importance capitale, mais ça ne m’empêchait pourtant pas de discuter à voix basse avec une de mes comparses. La seule autre femme de l’O0 en réalité. Recrutée depuis peu, elle était placée sous les ordres d’un de mes « collègues » que je n’avais pas eu l’occasion de voir très souvent, un certain Derkin, avec nous également. En fait, la mission comportait quatre groupes de trois. Je n’avais plus personne sous mes ordres, j’avais demandé à travailler seule depuis l’épisode fâcheux avec Chen – qui était officiellement mort en mission – et je me retrouvais donc en compagnie de la jeune femme répondant au nom de Leïla et de son supérieur. Et curieusement je m’entendais plutôt bien avec elle, cette dernière possédait un humour décalé et rafraîchissant, si bien que je me demandais ce qu’elle pouvait bien faire dans un regroupement de ce genre. Elle n’avait rien d’une guerrière. Ses boucles brunes encadraient son visage fin semblant sculpté à la serpe et sa petite taille lui donnait un air de gamine, accentué par le sourire quasi permanent qui illuminait ses traits. Je croisais le regard sombre de la jeune femme avant d’esquisser un sourire railleur alors qu’elle se retenait à l’évidence de rire.

"Si le plan d’attaque ne vous intéresse pas, partez devant et allez faire la mission seule ! "

"Oui chef, bien chef !"

Je levais les yeux au ciel en faisant mine de me détourner pour quitter les rangs lorsque des doigts agrippèrent mon bras pour me maintenir en place. Je m’attendais à trouver mon supérieur derrière moi mais ce n’était autre que la jeune femme en réalité qui me retenait discrètement.

"Reste, j’ai pas envie d’être la seule … "

"Hmph …"

De mauvaise grâce, je repris place, écoutant en silence la fin du sermon interminable du gradé en posant mes yeux sur tout et n’importe quoi. Branlebas de combat, dix minutes plus tard, les groupes s’étaient séparés et harnachés convenablement, ils se dirigeaient vers leurs objectifs. Entièrement vêtue de blanc – une grande première en ce qui me concernait, j’avais horreur de ça ! – nous parcourions désormais les étendues enneigées des montagnes délimitant la frontière, à la recherche de notre point de rencontre. Le plan en tête, j’avais pourtant du mal à rester concentrée avec les conneries que nous balançait Leïla pour détendre l’atmosphère. Harry au milieu, nous avancions tous trois en ligne, la brune et moi sur ses flancs. Un mauvais pressentiment me prenait les tripes toutefois, je trouvais les lieux un peu trop bien dégagés pour nécessiter un tel afflux de militaires. En réalité, cela ressemblait presque plus à un guet-apens qu’à une mission d’infiltration. Imperceptiblement, je ralentissais et rejoignais le militaire, le visage redevenu sérieux, et après un dernier regard autour de nous, je me tournais vers lui.

"C’est beaucoup trop calme, on aurait déjà dû croisés des militaires amestriens … A écouter l’autre décati, ils grouillent dans les montagnes, et là rien. J’aime pas ça du tout … "

La jeune femme avait continué à avancer alors que nous discutions lorsqu’un coup de feu retentit dans sa direction, suivit de plusieurs autres. Dégainant presque en même temps que le brun, je m’approchais lentement de la zone avant de blêmir en voyant déjà plusieurs corps au sol, dont celui de la jeune femme. A l’orée du bois se tenaient plusieurs militaires vêtus de l’uniforme amestrien, aussitôt, je levais le bras, prête à me défendre, sauf qu’un détail m’interpella. Ce n’était pas nous qu’ils observaient et sur qui ils tiraient, mais sur des cibles provenant visiblement de l’autre côté des arbres. Instinctivement, je tendis le bras pour stopper la course du brun avant de le repousser sous le couvert des arbres, non sans lâcher les tireurs des yeux. Leïla bougeait encore, ce simple fait me rassura et je me concentrais sur ses agresseurs. Inutile de prendre part à un conflit qui ne nous concernait pas directement. Avec un peu de chances, les militaires battraient en retraite et je pourrais aller aider la brune. Plus les secondes passaient, plus la situation semblait d’ailleurs évoluer dans ce sens, et je commençais à avancer en direction de la jeune femme lorsque sans comprendre pourquoi ou comment, nous nous retrouvions encerclés par une douzaine d’hommes en armes, probablement les cibles des militaires.

Je déglutis tout en me redressant avant de soupirer, jetant un coup d’œil au brun qui ne se trouvait guère dans une meilleure position, avant de laisser tomber mon flingue dans la neige. Inutile de chercher à contester, même à deux, nous serions transformés en passoire avant d’avoir pu bouger une oreille. Un sourcil haussé, je finis par prendre la parole non sans jeter des regards inquiets à la jeune femme qui s’était adossée à un arbre non loin.

"On n’est pas avec eux, inutile de nous cribler de balles aussi … "

L’un des hommes rompit le cercle et s’avança vers moi sans la moindre crainte, posant le canon de son arme sous mon menton pour me forcer à croiser son regard, avant d’esquisser un sourire moqueur.

"Les militaires sont de bons comédiens … Qu’est-ce qui nous prouvent que vous n’étiez pas avec eux ?"

"Le fait qu’ils aient plombées notre amie peut-être ? "

"Ça ne suffit pas … "

Je soutenais son regard fauve durant de longues secondes avant qu’il ne dévoile ses canines, un air de profond contentement sur les traits avant de se détourner, relâchant ma tête brusquement et fit signe à plusieurs de ses hommes.

"Ligotez-les, on les embarque. Oh et … - il se tourna vers trois de ses acolytes – vous deux, allez récupérer la petite aussi. On ne laisse aucune trace de notre passage. "

Je fermais les yeux, retenant ma colère et ma frustration lorsque l’un d’eux vint me passer une corde autour des poignets avant de me pousser en avant pour suivre la marche. Finalement on avait fini par tomber sur du monde, même si ce n’était absolument pas ce à quoi je m’attendais. Je jetais un coup d’œil vers le brun qui ne semblait pas franchement enclin à se laisser faire avant de sentir une main sur ma nuque qui me força à remettre la tête droite et je ne pus m’empêcher de lui répondre sèchement, les dents serrées.

"Lâche-moi, ‘foiré …"

Je dégageais ma tête brusquement et accélérais le pas même si j’ignorais encore où je me rendais. La peur au ventre, je craignais pour la santé de la brune, j’ignorais totalement à quel point elle était blessée et cela m’inquiétait. Qui plus est, nous étions vraiment dans la merde maintenant …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Léger malentendu [ Pv. Harry / Lyl ]   Jeu 13 Déc - 18:28

Après avoir écouté un discours sans réel intérêt, Harry et les deux femmes étaient, comme tous les autres, partis patauger dans la neige. Le soldat était énervé de devoir être affublé d'un uniforme. Et comme si ce n'était pas assez, ce dernier était blanc. Si cela n'avait pas été un ordre, il aurait certainement refusé. Mais il n'avait pas pu et cela le rendait fou, intérieurement bien sûr. Il gardait le plan en tête mais ne pensait à rien d'autre qu'à cet uniforme. À rien d'autre ? Bon d'accord, il était aussi en train de regarder les deux jolis minois de ses collègues. Elles étaient d'ailleurs toutes deux très avenantes. C'est à ce moment que l'une d'elles se retourna.

"C’est beaucoup trop calme, on aurait déjà dû croisés des militaires amestriens … A écouter l’autre décati, ils grouillent dans les montagnes, et là rien. J’aime pas ça du tout … "

La première chose qu'il remarqua, c'est qu'elle était encore plus belle quand elle était sérieuse. Harry se souvenait juste qu'elle s'appelait Pandora Cahelyn. Il analysa ensuite ce qu'elle lui avait dit. Il commençait à se dire qu'elle avait certainement raison et allait lui répondre quand un coup fut tiré. Le bruit venait de la direction de l'autre jeune femme. Celle-là, il la connaissait mieux. C'était son assistante et elle était vraiment jolie. Malheureusement, il comprit immédiatement que les hostilités avaient commencé. Il sortit son flingue et se rapprocha de la bataille. Son assistante était au sol. C'est la seule chose qui interpella Harry. Il se rua vers elle tandis que la rousse l'attrapa et l'emmena plus loin. Leïla avait bougé mais elle avait besoin d'aide. Cela obnubilait Harry. Dès que les militaires battirent un peu en retraite, ils se rapprochèrent doucement de la blessée et se retrouvèrent encerclés avant d'avoir pu faire deux pas. Le soldat regarda ses ennemis sans comprendre d'où ils venaient.

Il aurait été déterminé à se battre si seulement il avait pu bouger. Mais il savait qu'il serait mort avant d'avoir pu en tuer un. Il lança son arme au loin, plus par énervement que par acceptation de la défaite. Cahelyn ne faisait pas parti de l'armée pour rien. Elle était lucide et réfléchi. Elle essaya de les raisonner et de leur prouver qu'on était pas avec Amestris. Par malchance, le chef était plus que méfiant. Harry ne tenta même pas de négocier, il savait d'office que ça n'aboutirait à rien.

"Ligotez-les, on les embarque. Oh et … - Le chef se tourna vers trois de ses acolytes – vous deux, allez récupérer la petite aussi. On ne laisse aucune trace de notre passage. "

Le brun était déjà énervé de porter un uniforme blanc. C'en était trop. Se faire prendre en embuscade le faisait sortir de ses gonds. Un des hommes se rapprocha de lui et il grogna. Cela n'empêcha en rien qu'on lui attacha les mains dans le dos. Il était dans un état de rage. Il aurait voulu tous les détruire un par un. Mais s'il essayait, les deux filles mourraient. Dès que l'on finit de lui attacher les mains, il jeta sa tête en arrière et asséna un coup de tête au mec derrière lui. Il avança ensuite sans rien dire, restant derrière la jeune femme, comme pour la surveiller. Bien entendu, le mec le rattrapa et lui mit un coup de cross dans le dos. Harry tomba par terre avant de se relever, grognant encore plus, animé par un instinct bestial qu'il n'avait aucune raison de posséder.

Ils marchèrent dans la neige durant très peu de temps. Après seulement quelques minutes de marche, tout le monde s'arrêta et quelqu'un mit un sac sur la tête d'Harry. Ils continuèrent à marcher après cela pendant quelques temps. Ils arrivèrent dans un endroit humide mais pas enneigé. Harry comprit que c'était un réseau souterrain lorsqu'il entendit un des hommes alluma une torche. Ils marchèrent comme cela pendant quelques temps. Harry perdit totalement la notion du temps. En réalité, il s'en foutait royalement. Après un long moment, ils arrivèrent à une porte. Le chef l'ouvrit et ils pénétrèrent dans ce qui semblait être une immense pièce. Ça sentait le moisi. Ils avaient probablement atterri dans une cave.

On les enferma chacun dans une cellule différente avant de retirer leurs masque. Sauf son assistante qui fut emmenée. Harry la regarda partir et ragea encore une fois. Durant tout le voyage, il n'avait absolument pas perdu son esprit combatif et hargneux. Il n'avait qu'une envie, tous les buter. Dans sa position, c'était difficilement possible. Il observa Pandora. Elle aussi, elle avait l'air énervée. Ça se comprenait en même temps. La brune revint, soignée, et elle fut emprisonnée à son tour. Après cela, le chef alla voir Harry.

« Ne vous faites pas d'illusions, vous serez tous exécutés. Je suis certain que vous êtes des soldats d'Amestris » ajouta-t-il avec un sourire vil.

Il ne pouvait pas résister et lui cracha à la figure. Son ennemi s'essuya le visage avec un air de dégoût et lui asséna un coup de cross dans le ventre. C'était le deuxième aujourd'hui, ça commençait à piquer. Surtout au niveau de sa colère.


Dernière édition par Harry Derkin le Ven 14 Déc - 16:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Léger malentendu [ Pv. Harry / Lyl ]   Jeu 13 Déc - 23:56

Un homme âgé d’une quarantaine d’année, la peau mate, des yeux couleur rubis. C’était le seul Ishbal de la troupe. Ils étaient à peine une vingtaine. L’Ishval se tenait près de la porte et remplissait à merveille son rôle de garde. Il regardait avec une pointe d’amusement son nouveau supérieur et un pseudo’ médecin échangeaient. Les deux hommes se prenaient la tête, ca allait que dans un sens. L’un assurait à son cadet qu’il savait y faire tandis que l’autre menaçait son aîné de lui couper les roubignoles si ses promesses étaient fausses. Des menaces qu’il n’exécuterait pas. En effet, Lyl avait ce côté grognon qui le rendait parfois très exécrable au point de prodiguer toutes sortes de menaces diversifiées. Le médecin était un des soldats parmi les vingt autres et ne disposait en réalité d’aucune connaissance réelle en médecine. C’était l’expérience qui le faisait parler, pas la connaissance…
Assis sur la chaise placée en bout de table, Lyl se tenait le bras gauche, une grimace traduisant sa douleur déformait ses traits déjà bien endurcis. L’aîné se tenait devant lui et insistait pour remettre en place l’épaule du jeune homme. Pour cause, notre chimère avait une luxation de l’épaule. La douleur était cinglante et grandissait avec son irritation. Lyl acquiesçait de manière pas perplexe et l’homme s’apprêtait déjà à manœuvrer. Quelques secondes plus tard il tentait quelque chose qui n’eut pour effet qu’un cri de douleur du décoloré. Par réflexe impulsif Lyl balançait un crochet du droit à son aîné. La force n’avait pas été assez grande pour blesser l’homme. Une vraie galère pour ce garçon qui débectait l’impuissance.
Bientôt on fit entrer une autre personne, puis une autre. Lyl voyait en chacun d’eux des charlatans ! Des vicieux sadiques. C’était plutôt amusant comme situation, ca mettait une certaine ambiance qui tranchait net avec la pression de chacun des soldats. C’était la présence de cet être aux cheveux blancs qui changeaient toutes leurs habitudes, leur monotonie. Leur chef étant en excursion les ficelles lui revenaient entre les mains. Renommé le Crystal Alchimiste, Lyl avait vu sa réputation croître d’avantage malgré les rumeurs de sa mort.
Sa mémoire lui faisait encore défaut, cependant, avec les souvenirs de l’alchimie étaient revenus d’autre plus ou moins…marquants. Mais il n’en parlait pas, feintant d’être resté le même homme.

Enfermé dans la salle de réunion, le décoloré tapait du poing sur la table pour qu’on lui ramène un compétent. C’est alors qu’une femme âgée d’une trentaine d’année entrait en scène après avoir saluer son ami Ishval, le seul homme calme de la pièce. Traversant la pièce elle s’était faufilée et se trouvait face au reptile lorsqu’une autre personne fit son apparition.

-Capitaine !

Le concerné penchait la tête sur le côté pour apercevoir l’émetteur. Le type reprit.

-Nous avons trouvé et ramenés trois soldats. Nous soupçonnons des espions d’Amestris.

Silencieux, Lyl observait l’homme. Son visage traduisait son irritation, son expression laissait comprendre le fond de sa pensée « foutez-moi la paix ». Le moment était mal choisi. Alors qu’un silence s’installait dans la salle de réunion, la chimère demandait sans conviction, juste histoire de lâcher ce qui lui passait par la tête en cet instant…compliqué.

- Ils ont un médecin ?

L’annonciateur semblait troublé par la question du jeune homme. Il ouvrit la bouche mais ne sut quoi répondre, prit au dépourvu.

-Mon Capitaine, l’une d’entre eux est blessée
-… Pourquoi les soupçonnez-vous ? demandait-il en détournant le regard sur la brune trentenaire, agacé. Ont-ils montré les crocs ?
-Non Monsieur. Ils ont…-
-Non ?

La discussion continuait et Lyl restait perplexe malgré le bref rapport du garçon. Il fit demander deux autres soldats afin d’avoir un rapport plus complet ainsi que d’autre avis. Pendant ce temps, Lyl avait fait demander les deux prisonniers en état.
Pendant que les deux soldats de l’Agence exposaient leur rapport, Lyl acceptait enfin de délaisser son épaule à la brune. C’était bien parce qu’elle était une femme et qu’il la soupçonnait gracieuse, par corrélation générale, qu’il la laissé toucher son épaule. Sa main gauche sur la table son bras formé un carré la table et son torse. Une position qui laissait en suspens l’impression qu’il allait se lever à tout moment. Son regard glacé braqué sur les deux hommes, il les écoutait alors que la brune l’ « auscultait ». Il lui aurait volontiers demandé de se manier le cul s’il n’avait pas été absorbé par le récit des deux hommes. Une rousse, une brune et un brun… ? Il envisageait l’idée qu’ils se soient mépris comme ils aient pu avoir raison. C’était ambigu, il lui fallait les voir.
On toqua à la porte et au même moment deux types armés rentraient et la brune remettait en place dans un geste sec l’épaule du jeune alchimiste de glace. Un nouveau gémissement de douleur retentit alors qu’on faisait rentrer les deux prisonniers, toujours couvert d’un sac noir pour les empêcher de s’imprégner des lieux. Le menton baissé, le garçon serrait les dents en attendant de canaliser la douleur. La brune tapotait son épaule de manière fière…

-Vous devez-vous ménager.
-Vos noms… enchaînait-il sans relever les bonnes paroles de son aînée à son côté.

Un des gardes donnait une petite tape sur l’épaule des deux prisonniers dont le visage était encore dissimulé.

-Répondez.
-Ce sont des soldats d’Amestris !
-On devrait attendre avant de soigner leur blessée !
-Mais qui nous dit que ce n’est pas un leurre ! Amestris n’a aucun sens du patriotisme et ses gouverneurs non plus !
-Si ca se trouve c’est ce qu’ils voulaient…entrer dans notre base…
-La ferme ! ordonnait Lyl d’une voix rauque et autoritaire. Laissez-les s’exprimer bordel!

On fit silence et on attendit que les prisonniers daignent enfin parler.
Lyl se faisait masser l’épaule, comme si …de rien n’était. Sa nonchalance de retour il laissait le soin à la trentenaire de lui soulager un des poids qui l’emmerdaient. Le menton de nouveau baissé, il fixait un point sur la grande table carrée. Parfois on lui cachait la vue des deux prisonniers, la tension était de retour.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: Léger malentendu [ Pv. Harry / Lyl ]   Ven 14 Déc - 14:28

Enfermée comme un vulgaire animal, je voyais déjà ressurgir des souvenirs particulièrement désagréables. Prise d’une nervosité chronique, je faisais les cent pas dans la cellule, les mains toujours attachées dans le dos, nos ravisseurs n’avaient pas daignés les retirer, à croire qu’ils craignaient tout particulièrement pour leur sécurité ou que nous serions sous peu amenés à bouger. Mon regard se posait à intervalles réguliers sur la porte de la pièce puis sur l’autre captif qui avait l’air tout aussi tendu, et pour cause, sa subordonnée était toujours aux abonnés absents et il ignorait tout de son état de santé. Moi-même je m’inquiétais un peu pour le sort qui avait été réservé à la jeune femme. Le fait même d’ignorer totalement où nous nous trouvions et de nous savoir entre les mains de sombres inconnus avait le don de me frustrer au plus haut point. Finalement, Leïla fini par nous rejoindre, à son tour installer dans sa propre cellule, hors de portée des nôtres cependant, aussi incapable de savoir ce qu’elle avait subis comme dégâts. Ce que je ne pouvais m’empêcher de trouver curieux malgré les dires du geôlier, c’était le fait qu’ils l’aient soignée. Pourquoi un tel geste si c’était pour nous exécuter par la suite ? Ca n’avait aucune logique … Le brun avait laissé parler sa propre rage en crachant au visage d’un des geôliers, récoltant ainsi un violent coup de crosse dans le ventre qui le plia en feux. Je serrais les dents, même si je ne connaissais pas vraiment le militaire, la lâcheté du mec me mettait en rogne mais alors que je voulus lui balancer une pique, la porte s’ouvrit laissant passer une cohorte d’hommes armés qui s’étalèrent dans la pièce pour couper toute retraite.

"Vous deux, vous venez avec nous voir le chef. La brunette reste ici. "

Je haussais un sourcil synonyme de suspicion en observant approcher de ma geôle le blond qui venait de prendre la parole, armé d’un morceau de tissu noir, relativement ample. Je soupirais. Quel intérêt de nous bander les yeux maintenant ? Nos tronches étaient à ce point affreuses pour vouloir en épargner la vue à leur chef ? Parce que si c’était pour nous dissimuler la route, je ne pouvais m’empêcher de penser qu’ils auraient peut-être dû y réfléchir avant … Mais peu importe. Vu la cohorte de surveillants, il était fort inutile de faire du zèle, c’est pourquoi je le laissais venir sans pour autant bouger, l’observant d’un regard légèrement blasé avant que ma vue ne s’obscurcisse soudain. Bordel, on y voyait vraiment rien là-dedans ! Je n’étais plus habituée à ce genre de handicap, c’en était franchement déroutant, et je commençais même à appréhender le moindre mouvement, de peur qu’ils décident de nous envoyer dans le mur pour faire une mauvaise blague, bien que ça n’est pas trop l’air d’être le genre de la maison. Des doigts m’enserrèrent le bras pour me guider et je suivis les pas doucement, guère à l’aise. Un silence pesant s’était abattu sur l’endroit, même si j’ignorais où nous nous trouvions exactement, et seuls les pas résonnaient dans le couloir, traduisant la présence de beaucoup d’hommes encore. Sans grande gêne, je finis par m’adresser à celui qui me guidait en me penchant un peu dans sa direction.

"Il y aurait moyen de faire un trou là-dedans histoire que je puisse m’en griller une avant d'être exécutée ? "

Pas de réponse, pas de réaction significative, j’en déduisis que la réponse était non et lâchais un soupir non retenu en reprenant ma position initiale. J'affichais un semblant d'assurance que j'étais pourtant très loin de posséder - je pouvais remercier ma formation "militaire" pour le coup - car je commençais sérieusement à m'inquiéter sur le sort qui nous serrait réservé. A mesure que nous avancions, je commençais à m’habituer au rythme de marche, et évidemment il avait fallu que ce soit à ce moment précis qu’ l’on nous force à stopper. Partie dans ma lancée, je n’avais gaffe et mon geôlier me tira violemment en arrière alors que je continuais à tailler la route sans même voir où j’allais. Une vraie brute … La galanterie c’était pas franchement leur fort ici ! Une voix grave résonna dans la pièce nous ordonnant de décliner nos identités. Je sentis l’odeur du militaire brun proche de moi, je pouvais également le sentir bouger, à l’évidence ce dernier était toujours nerveux. A l’inverse, j’avais fini par me calmer légèrement, provoquer un bain de sang ne servirait à rien, et la provocation menait souvent à ce genre de réaction impulsive. Je fronçais imperceptiblement les sourcils sous ma cagoule, interpellée par la voix qui venait de nous interroger, sans pour autant parvenir à savoir pourquoi. J’avais la vague impression de la connaitre parce que je le trouvais … belle ? Noooon …. C’était le manque d’air qui me faisait délirer … Un mouvement brusque se produisit près de moi et je regrettais d’avoir ce machin sur la tête qui m’empêchait de voir quoi que ce soit. Il pouvait sa passer tout et n’importe quoi que je ne m’en apercevrais même pas et ça m’horripilait. Un brouhaha s’ensuisivit sans que rien ne l’ait prévu. Il se coupait tous la parole les uns les autres, et je ne pus m’empêcher d’esquisser un sourire amusé malgré la gravité de la situation. En fait, ils n’avaient vraiment aucune idée de qui nous pouvions être, c’était vraiment drôle à écouter, même si ce qui en découlerait serait probablement plus tragique que marrant. La voix retentit de nouveau et le silence se fit, inutile d’être un génie pour comprendre qu’il s’agissait là du chef et que visiblement la parole de ce dernier primait sur le reste. Le silence se posa sur la pièce, long, lourd, pesant. A l’évidence, Harry n’avait aucunement l’intention de répondre docilement, ce qui était également mon cas. Un coup à l’arrière de la tête me força à baisser légèrement cette dernière et je serrais les dents, agacée, tout en tentant de réfléchir. Mon instinct belliqueux d’animal sauvage m’incitait à l’envoyer chier, lui et sa voix envoûtante, à lui rappeler les règles de la politesse et à exploser le nez du mec qui s’amuser à me frapper derrière la nuque. Mais ça, s’était LE truc à faire su je voulais finir plomber en plein milieu de … je savais même pas où je me trouvais d’ailleurs !

A la place, je pris une profonde inspiration fixant l’endroit où devait être le sol à travers le tissu opaque, avant de finir par répondre d’une voix tendue malgré la décontraction que j’essayais d’y instiller.

"Nous sommes drachmiens. Si vous êtes ennemis avec amestris, sachez que nous aussi."

C’était un risque à prendre d’avouer cet aspect des choses, mais j’avais cru comprendre en les écoutant parler, que leurs liens avec l’arme amestrienne étaient plutôt basés sur la traque et la guerre que sur une entente quelconque. J’espérais que ce soit là un moyen d’obtenir un sursis, même si nous n’avions rien hormis notre parole pour étayer nos dires, et à l’évidence, ça ne suffisait pas pour la plupart d’entre eux.

"Le chef t’a posé une question. Réponds !"

Je tentais de dégager mon bras nerveusement, mais rien à faire. Alors je fis ce que ferait toute personne un minimum sensée dans une telle situation. Je finis par répondre.

"Lily Colins. "

Et je mentis. Les yeux fermés, j’espérais qu’Harry comprendrait la manœuvre, et qu’il ferait pareil s’il finissait toutefois par parler. Pas question de laisser qui que ce soit découvrir mon identité, j’étais déjà traquée à un endroit, je n’avais guère envie d’en rajouter une couche. Moins il y aurait de gens au courant, moins de traitres potentiels il y aurait à surveiller. Le dernier épisode en date m’avait amplement suffit, je n’en étais que plus prudente désormais. Nerveusement, je me mis à piétiner le sol, faisant tourner mes poignets dans les cordes qui me les enserraient. J’aurais pu les cisailler à coups de griffes, mais pour faire quoi ensuite ? Me retrouver face à cinq hommes armés, voire plus, à mains nues ? Mauvaises idées … Toutefois, l’appréhension qui me nouait le ventre et le sac que j’avais sur la tête commencer à me donner une suée et je repris d’un ton quelque peu tendu.

"C’est pas qu’il fait chaud là-dessous mais presque … ça serait trop demandé d’avoir un peu d’air ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Léger malentendu [ Pv. Harry / Lyl ]   Ven 14 Déc - 21:08

« Lily Colins. »

C'était vraiment une mauvaise journée aujourd'hui. Ça commençait par un raid en uniforme blanc, puis une embuscade et enfin un interrogatoire express. Et c'était pas encore fini. Harry rageait. Sa nature impulsive lui soufflait de foncer dans le tas, les yeux dans l'sac et les mains dans le dos. Heureusement, il savait se raisonner un minimum et il n'en fit rien. Mais ce n'est pas pour autant qu'il se laisserait faire et qu'il répondrait à leurs questions, surtout si on le pressait. Sa collègue en revanche était certainement plus lucide que lui et avait décliné une identité. Son identité ? Non, elle avait menti. Harry ne faisait pas attention à grand-chose mais il connaissait son nom. Et c'était pas celui qu'elle avait donné. Malgré le fait qu'elle avait l'air tendue, elle restait vachement calme et feintait bien. Derkin n'aurait rien vu s'il ne savait pas que c'était un mensonge. Pour sa part, il décida de ne pas répondre. Se mettre à répondre tous les deux au même moment alors qu'il rechignait même à avancer leur ferait comprendre qu'ils n'avaient pas dit la vérité. Il se tut alors, ce qui lui réussissait assez bien jusque là. Il sentait pourtant son tour venir. Le fait de résister comme cela n'avait pas l'air d'être apprécié par ceux qui le détenaient. Il resta tendu et énervé, il essayait de réagir de la même façon que si elle avait dit la vérité.

« C'est pas qu'il fait chaud là-dessous mais presque … ça serait trop demandé d'avoir un peu d'air ? »

Harry sourit derrière son sac. C'était bien la parole de quelqu'un qui était à bout de forces. Il préférait ne pas voir la tronche des mecs qui l'encerclaient, cela amplifierait son envie de meurtre. De plus, s'ils s'en sortaient, le point de vue de la femme pour retrouver l'endroit serait suffisant. Par contre, il ne voyait pas bien comment ils allaient se sortir de là. Il aurait bien commencé à se faire du mouron pour son sort quand il réalisa que c'était sûrement ce qui avait amené sa collègue à manquer d'air. Il récupéra donc son self-contrôle. Dans une moindre mesure, bien sûr. Il se calma uniquement sur le point de sa mort future, il n'avait pas envie de rester calme et réfléchi. Son impulsivité l'empêchait inéluctablement d'être totalement calme. Autour de lui, le brouhaha avait reprit depuis la réplique de la jeune femme. À ce qu'il en comprenait, certains étaient pour, d'autres étaient contre. Le chef à la voix grave ne semblait pas parler. Les débats entre les blaireaux qui les avaient emmené ici étaient d'une nature enfantine. Il n'y avait pas d'argument. Dans un camp comme dans l'autre, ils se basaient juste sur leur instinct. Harry commençait à se lasser de les entendre et ce ne fut pas de trop quand la voix grave retentit. Ils s'arrêtèrent tous d'un coup, comme si le père d'une grande famille venait de parler. Il y avait du respect dans ce silence. Mais ce n'était pas la seule chose, il y avait également d'autres choses. Le brun n'arrivait pas encore à cerner quoi jusqu'à ce qu'il entende le souffle énervé d'un type à côté de lui. C'était ça, il y avait de l'énervement. Comme si certains enviaient sa place. Harry était sûr que beaucoup se taisaient uniquement parce qu'il était au-dessus d'eux et cela ne plaisait pas à tous. Enfin c'est ce qu'il pensait. Mais sur quoi s'appuyait-il pour dire ça ? Lui qui avait un sac sur la tête et les mains liées. Il s'appuyait uniquement sur son instinct et ce n'était pas toujours une bonne chose. Il en savait quelque chose mais ne changerait certainement jamais sa façon de faire. Pendant tout ce temps de réflexions futiles, leur chef avait ordonné qu'on retire le masque de la jeune femme. Cela avait interpellé Harry qui n'était pourtant pas attentif en temps normal. Mais cette voix lui rappelait un truc. Sans savoir pourquoi, ça lui rappelait le passé. Il préféra ne pas y penser, ce n'était pas réellement un nostalgique. Il se concentra donc sur les paroles, seulement les paroles. Et ça tiqua. Pourquoi ordonner ça ? C'était insensé on pouvait être n'importe qui, il aurait dû se méfier. En premier lieu, personne n’exécuta l'ordre. Ils étaient certainement trop surpris pour ça. De son côté, Harry commençait à me demander pourquoi ils se taisaient s'ils ne l'écoutaient pas. Finalement, son ordre fut exécuté et la jeune femme souffla. Il y eut après cela un silence. Un silence profond, comme ceux qui gênent mais là.. c'était différent. Sans savoir pourquoi, Harry sentait que c'était pas ça. Il voulait savoir ce qui ce passait. Que ce soit bon ou mauvais, il avait envie de savoir. Il se calme et tenta d'une voix calme.

« C'est possible qu'on me retire ça aussi ? »

Tout d'abord, rien ne se passa. Il se demanda si ce n'était finalement pas un silence gêné. Sans aucune parole, quelqu'un s'approcha de lui et lui retira le sac. Harry respira. Il observa les lieux, c'était une salle impressionnante. Grande et simple, de son point de vue. Il remarqua ensuite qu'ils étaient entourés de quelques dizaines d'hommes. Pas plus de quatre dizaines se disait-il. Après cela, il jeta un coup d'œil à sa collègue, voulant savoir dans quel état elle était. Elle s'avéra qu'elle était... stoïque. Elle ne disait rien et regardait un point fixe avec une mine étonnée. Le brun tourna immédiatement la tête dans la direction de son regard. Le choc. C'est tout ce qui parvenait à son esprit. Il n'aurait jamais cru le croiser là. Ce n'était pas du tout ce à quoi il s'attendait. Il s'imaginait souffrir, mourir, courir, tuer, ramper, suer, hurler de terreur même, dans le pire des cas. Mais croiser Lyl ici, c'était sans conteste la seule chose à laquelle il n'aurait pas cru, même si on lui avait prédit avant de partir.
Revenir en haut Aller en bas
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Léger malentendu [ Pv. Harry / Lyl ]   Ven 14 Déc - 22:35

-Amestris, Drachma, peu importe, je crois qu’ils veulent tous la même chose au final…
-Ce sont des soldats de Drachma…
-Hmm…

La jeune femme reprenait la parole en déclinant une identité qui était inconnue à notre ami. Las de leur manège, Lyl comprit très vite qu’ils avaient une couverture à dissimuler et qu’ils ne coopéraient pas. En effet, ils ne semblaient pas si effrayés que ca pour deux prisonniers en position de faiblesse… Il aurait du reconnaître cette voix, il l’aurait fait si les évènements n’avaient pas joué contre lui quelques heures plus tôt. Cette situation laissait un arrière goût suspect à notre chimère. Ca puait l’embrouille. N’ayant aucune envie de tergiverser avec les deux soldats, le jeune Capitaine soupirait et demandait d’une voix lasse…

-Faites-les sortir. On réglera ça plus tard, j’ai la flemme de jouer aux cons…
-…Oui Capitaine.
- Non attendez…

Les prisonniers soulevés, on les incitait déjà à avancer d’une main sur leur épaule. Les soldats de l’Agence n’étaient pas tous des militaires, seulement des personnes diversifiées culturellement et socialement. On avait donné du pouvoir à ceux qui étaient d’anciens soldats un peu gradés. Par conséquent, ils ne se rabaissaient pas à la sensation de supériorité à l’égard des prisonniers. Indécis, le jeune homme repoussait la brune qui tentait de diminuer la douleur de son épaule. Quelque chose d’indéchiffrable. Troublé par ce quelque chose le jeune homme demandait à ce que soient dévoilés le visage des deux prisonniers. C’était un risque mais peu importe, ils avaient le pouvoir. Qu’est-ce que deux soldats face au dévouement d’une vingtaine de soldats tous liés contre la tyrannie d’Amestris ? Rien. Personne ne daignait exécuter cet ordre. Un des subordonnés tentaient de dissuader son supérieure. Ce dernier due admettre que les sages paroles de l’homme qui lui était supérieur en âge avait raison. Et si c’était ce que désiraient les deux prisonniers. Tant de méfiance. L’Agence était dans ses débuts et déjà les dilemmes commençaient à les dépasser. Ils avaient tendance à trop dramatiser.
Épuisé, notre chimère abandonnait vite l’idée et ce ressenti pour se laisser tomber dans le fond de son siège. Une main sur le front comme pour dissimuler ses paupières momentanément fermées.

-Traitez-les normalement. On ignore si ce sont des membres de l’Organisation en mission ou bien des renégats comme nous.
-Comment savoir Monsieur ?
-le jeune homme soupirait. On avisera plus tard.

Le repos, voilà ce dont il aspirait en cet instant précis. C’est alors qu’un des soldats prit l’initiative tardive d’ôter le tissu foncé du visage de la jeune femme. Une voix rauque retentit pour réprimander le soldat, aussitôt accompagné d’un silence de mort. Ce n’est que quelques secondes plus tard que le décoloré daignait enfin lever le menton. Il le fit lentement alors que sa main valide quittait son front. Instantanément son regard de jade s’était posé sur le visage familier de la prisonnière dévoilée. C’est d’abord une expression d’incompréhension qui traversait le visage morose du jeune homme. Pandora Cahelyn, que faisait-elle là ? Était-elle en mission pour Drachma ? La situation devenait nettement moins affligeante. Malgré le visage blême du garçon, c’était la joie qui animait son cœur. Pourquoi est-ce que leurs retrouvailles étaient toujours plus ou moins…animées ? Il déglutit. L’homme qui accompagnait Pandora brisait le silence en demandant à ce que son visage soit également dévoilé. Tous les regards se braquèrent sur notre jeune capitaine. Ses yeux braqués sur la belle rousse, Lyl détournait ces derniers en acquiesçant. De sa main valide il prit appuie sur l’accoudoir de son siège en bois et se relevait avec l’aide superficielle de la brune à son côté.

-Bordel…détachez-les.
-Capitaine !
-Ils sont avec moi.

Son second hésita plusieurs secondes, troublé par ce changement subit et quelque peu rassuré pour la sécurité et l’anonymat de leur QG. Lyl approchait, de son bras valide il repoussait l’homme en train de délivrer son amie pour s’atteler à cette tâche lui-même. Un genou à terre, l’autre plié, le décoloré se penchait en avant et par-dessus l’épaule de la rouquine pour terminer le travail de son subordonné. C’est d’une voix un brin enjoué pour sauver les apparences qu’il demandait…

-j’espère que tu es porteuse de bonne nouvelle et de changement.

Les poignets de la jeune femme libérés, Lyl s’écartait et se relevait en haussant un sourcil, un demi-sourire en coin. Peu importe le temps passé, il ne changeait pas. Pas encore. Il porta alors son regard sur le brun qui l’accompagnait. Son regard s’attarda sur l’homme. Il semblait un peu plus âgé, probablement une trentaine d’année, peut-être moins. L’homme soutenait son regard et Lyl ne put déceler ce qui animait le regard bleuté du garçon. Etait-ce une connaissance ? C’était fort probable car son visage lui disait vaguement quelque chose. En le regardant il repensait à un souvenir flou. Un souvenir dans lequel Reï et un homme qui lui tournait le dos avançaient face à un grand bâtiment qu’il avait plus tard identifié comme un quartier du QG militaire de Drachma. Intrigué, perplexe, Lyl reportait son regard sur la rouquine qui lui faisait face. D’un mouvement de tête désignateur il demandait à la chimère rousse…

-T’as ramassé ça où ?

Un moyen détourné de dire « qui est-ce ? ». Toujours aussi peu de tact, l’homme aurait pu être vexé par la désignation « ça ». Mais notre alchimiste de glace était ainsi, dénué de délicatesse verbale. Entre temps plusieurs soldats étaient sortis et il ne restait plus que le garde Ishval, le second du vrai chef du QG de Briggs et la brune trentenaire. Attendant sa réponse, le garçon s’était affaissé à la longue et grande table en bois parfaite pour les réunions.

- Encore un peu et vous étiez bon pour croupir dans ce trous… Qu’est-ce que vous foutiez ?

Demandait-il de son air enjoué. Pourquoi ce soupçon d’amusement ? N’y avait-il pas une blessée dans le trinôme ! Ca lui était égal en fait car seule Pandora lui était familière. Et puis, la blessée était déjà à la charge d’une équipe médicale, celle pas foutue d’être réquisitionnée pour son bras. En effet, le garçon avait ses moments de faiblesses et se trouvait quelques minutes plus tôt en train de gémir pour son épaule déboitée.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: Léger malentendu [ Pv. Harry / Lyl ]   Sam 15 Déc - 13:10

Tendue à l’extrême, ma respiration commençait à être un brin saccadée à force de manquer d’air. Serais-je restée calme que je n’aurais eu aucun mal à respirer, mais j’avais une sainte horreur de ne pas savoir ce qu’il se passait, jusqu’à ignorer même l’endroit où je me trouvais ou bien les personnes à qui je m’adressais, et cette voix qui résonnait dans ma tête agréablement ne m’aidait pas à réfléchir correctement, mettant mon esprit en ébullition pour en retrouver l’origine. Cette voix grave résonna une fois de plus, distribuant les demandes et les ordres d’une voix lasse. Ceux que je supposais être ses subordonnés répliquèrent, visiblement inquiet et je ne pus m’empêcher de retenir un soupir d’exaspération, sur le point de balancer une pique à mes geôliers, toutefois, un mouvement de leur part me coupa dans mon élan, et une seconde plus tard je me retrouvais de nouveau à l’air libre, plissant les yeux pour m’adapter à la luminosité aveuglante. Il me fallut une dizaine de secondes pour retrouver une vision normale et mon regard tomba sur le dernier visage au monde auquel je m’attendais. J’accrochais son regard ébahi, lui renvoyant probablement le même sans même m’en rendre compte alors que j’avais le souffle coupé. Combien y avait-il de chances pour que l’on soit tombé dans un camp allié, qui plus est face à lui ? Un sourire habilla mes lèvres sans que je ne puisse m’en empêcher et j’esquissais un pas dans sa direction en oubliant immédiatement tous ceux qui m’entouraient lorsqu’Harry prit la parole en quémandant qu’on lui retire également le sac qu’il avait sur la tête.

Lyl acquiesça sans me lâcher du regard, j’arrivais à lire la surprise dans ses yeux même si son visage garder son impassibilité habituelle. Je finis par détourner le regard peu de temps qu’il ait demandé à ses coéquipiers de nous libérer, et observais le blond qui s’acharnait sur les liens dans mon dos, envisageant presque de lui proposer de l’aide vu comment il semblait peiner lorsque l’argenté nous rejoignit et le repoussa avant de prendre le relais. J’appuyais imperceptiblement ma tête sur son épaule lorsqu’il se pencha vers moi, rassurée par sa présence, avant de reprendre un air relativement sérieux une fois libérée, me retenant de lui sauter au cou. Je me contentais de chuchoter afin que lui seul m'entende.

"Si tu savais combien j'suis contente de te voir !"

L’instant n’était pourtant pas franchement à l’effusion de sentiments. Me massant doucement les poignets en me redressant, je jetais un coup d’œil rapide au brun qui venait également d’être détaché avant de faire de nouveau face à mon ami en réfléchissant à ses paroles. Visiblement il était intrigué par la présence du brun, et par son identité et ne s’empêcha pas d’ailleurs de me questionner. J’esquissais un sourire amusé devant le manque de tact du garçon avant de lui répondre.

"C’est un collègue. Harry Derkin, officier à Drachma également. Aucune risque ne t'inquiète pas."

La plupart des gardes étaient partis, il ne restait plus que deux inconnus aussi je pris l’initiative de bouger dans crainte de représailles, suivant le mouvement de mon ami qui se dirigeait vers une longue table de chêne brut. Affalé dessus, je m’arrêtais face à lui, observant du coin de l’œil les réactions du militaire. J’avais cru comprendre que ce dernier était du genre impulsif, j’étais sérieusement surprise qu’il n’ait pas tenté de se venger, et son absence de réaction m’intriguait sérieusement, il semblait presque choqué à vrai dire. Délaissant mon collègue, je posais de nouveau mon regard sur le visage du jeune homme et lui répondit d’un air sombre.

"On était en mission. Amestris multiplie les raids à la frontière et nous étions à la recherche de la cohorte qui vous ait tombée dessus. Je te passe les détails, mais pour faire simple, on devait saboter leur base. D’ailleurs … - je marquais une pause et jetais un bref coup d’œil au brun avant de reprendre – nous ne sommes pas seuls sur le coup, il y a d’autres groupes qui tournent, vous feriez bien de rester prudents. "

J’étais tellement soulagée par sa présence que je m’autorisais à relâcher la pression et laissais mes épaules retomber, l’air las. Un demi-sourire aux lèvres, je fixais les yeux de jade de mon interlocuteur quelques secondes, avant de reprendre soudain, une pointe d’inquiétude venait de me rappeler à l’ordre.

"Lyl, la jeune femme qu’il y avait avec nous, comment va-t-elle ? "

Je n’avais pas pu parler à Leïla depuis l’affrontement, je ne savais pas ce qu’elle avait vu ou entendu, à condition qu’elle ait saisit quelque chose, et j’ignorais même jusqu’à quel point elle avait été blessée. Harry venait de nous rejoindre et je reculais d’un pas pour le laisser face à l’argenté. Sans trop comprendre pourquoi, j’avais la nette impression pourtant que quelque chose clochait entre les deux hommes, probablement lié au regard tendu qu’il avait échangé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Léger malentendu [ Pv. Harry / Lyl ]   Dim 16 Déc - 9:40

Harry regardait sa collègue et Lyl se parler discrètement. C'était comme si de rien était, comme s'ils s'étaient toujours connus. Et il ne pouvais absolument pas s'empêcher de rester pantois. LYL ! C'était Lyl ! Il... Il était mort... Le soldat ne pouvait croire ce qu'il avait devant les yeux. C'était impossible, on se foutait de sa gueule. Et pourtant, il voyait les deux individus se parler et se déplacer. Lyl avait même détaché lui-même sa collègue. Depuis quand se connaissaient-ils ? Depuis quand savait-on qu'il était vivant ? Qui était au courant ? Pourquoi garder le silence si longtemps ? Harry avait la tête remplie de questions, il ne pouvait répondre à aucune d'elles. En plus de ça, comme si ce n'était pas assez, ils se parlaient réellement sans gêne, avec nonchalance... Il y avait même de la joie dans la voix de sa collègue. Ses yeux toujours grands ouverts, le brun entendait ce qu'ils se disaient. Pandora l'avertissait du but de la mission et du danger que cela représentait pour Lyl, apparemment. Mais Harry s'en foutait. Depuis tout ce temps, il n'avait pas arrêté de fixer Lyl. Il secoua la tête après avoir soufflé un grand coup pour reprendre ses esprits. Il ferma les yeux et prit une respiration lente. Quand il les ouvra à nouveau, il était toujours là, à quelques mètres, ses cheveux tirant vers le blanc et ses yeux verts. Le brun avança quelques peu, il crut entendre à nouveau la voix de la rousse mais il l'ignora ouvertement, concentré, obnubilé par la présence de Lyl. Tout ce qu'il remarqua, c'est qu'elle lui céda sa place et qu'il put se planter devant lui... C'était troublant... Harry repensa à toute la journée qu'il avait vécu. Un raid en montagne, une embuscade, enfermé dans une cage et Lyl. Il ne pouvait se résoudre à le croire. Pourtant, c'était lui, c'était forcément lui. Ce ton las, ces cheveux, ces yeux, même sa façon de s'asseoir lui correspondait. Mais voilà, Lyl était mort. Mais ce n'était pas tout. Comme si cela ne suffisait pas, comme si c'eut été trop simple, l'ancien soldat ne semblait pas le reconnaître. Pourtant, Harry aurait juré voir une pointe d'incompréhension dans son regard. C'était fou. C'était incroyable. C'était impossible. Harry se rendit compte que les mêmes pensées revenaient sans cesse dans sa tête et il comprit que cela ne le ferait pas avancer. Et ne pas avancer, ça l'énervait. Il changea donc d'expression pour soutenir un regard dur. Son esprit était toujours embrouillé mais il verrait cela petit à petit. Il fallait commencer par le plus simple, le plus flagrant, le plus important.

« T'es pas mort ? »

Harry comprit ensuite la dureté de ses paroles. Il était allé trop vite, il avait encore brûlé des étapes. Il fronça les sourcils, comme pour s'énerver après lui-même. C'est d'ailleurs à ce moment là qu'il se rendit compte, sans commune raison, que ses mains avaient été détachés. Il n'en avait certainement pas eu besoin avant. Il se rendit compte au même moment que les liens avaient été bien serrés. Il ignora tout cela pour lever le bras droit et se gratter la tête, signe profond d'incompréhension. Sa question était trop directe et cela n'allait pas. Il se rectifia.

« Tu... tu t'appelles bien Lyl ? »


Il attendait une réponse, sans savoir de qui elle viendrait. Il lança même un regard à la rousse qui semblait ne pas comprendre ce qui se passait entre Lyl et lui. Il reporta de suite son attention sur Lyl, qui était, le seul objet qui bloquait dans son esprit. C'était le seul « truc » qui n'allait pas. Se faire prendre dans une embuscade, ça passait. Voir sa collègue se faire, plus ou moins bien, soigner, c'était ahurissant mais ça passait. Mais voir un revenant et le voir discuter avec une collègue comme si tout était normal, c'était absolument incohérent. Il avait toujours les sourcils froncés et il attendait une réponse.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Léger malentendu [ Pv. Harry / Lyl ]   Dim 16 Déc - 22:23


Enfouie sous les traits de la fatigue on pouvait lire une certaine gaieté sur le visage du jeune homme. Silencieux il écoutait Pandora lui faire un bref débriefing sur la situation, sa situation. Il savait que la rouquine était retournée dans les rangs de Drachma, l’idée lui avait déplu même s’il devait reconnaître qu’elle était pratique. Pendant qu’elle jouait double jeu, Lyl montait une armée entièrement formée d’hommes loyaux et prêts à défendre la cause de l’Agence jusqu’à la mort. Un rôle qu’il avait fini par de nouveau endosser pour le bien de tous. Alors que Pandora exposait sa mission, le garçon songeait. Amestris qui tentait d’envahir Briggs. Briggs lui appartenait déjà. Cependant, les militaires qui se trouvaient dans la base étaient dirigés par une seule femme aussi impénétrable que sa forteresse. Les faits lui semblaient maladroits seulement un détail cuisant lui revint en tête…
L’alchimie lui étant revenue, avec elle des souvenirs importants. Parmi ces brides de souvenir il avait retrouvé celui qui lui avait apporté la mort. C’était-là une des raisons d’avoir choisi de redevenir le Capitaine qu’il était. Ce souvenir était un détail qui changeait toute la donne concernant l’armée d’Amestris. L’information n’avait pas encore été divulguée, trop récente dans son esprit. Il y avait réfléchi et avait attendu le bon moment pour en faire part à ses confrères. De plus, il avait enfin descellé la montre en argent de Macdougal… il devait en informé son amie… plus tard. C’est le court silence et le changement de ton subit de la jeune femme qui le sortirent de ses songes.

-Lyl, la jeune femme qu’il y avait avec nous, comment va-t-elle ?

Le garçon levait lentement son regard de jade sur le visage de son amie. Ses yeux firent navette entre les deux prunelles claires de la rouquine alors qu’il réfléchissait à sa question. Momentanément il mit de côtés ses réflexions pour se concentrer sur la jeune femme interrogatrice. Il ignorait combien la blessée était précieuse aux yeux de Cahelyn, par conséquent il avait soupiré et s’était dérobé, une main gommant les mèches blanches rebelles sur son front. Un peu de tact, voilà ce qu’il cherchait durant ce court silence. C’est de sa voix douce et froide à la fois qu’il lui répondit en relevant son regard sur elle…

-Je ne sais pas… il secouait lentement et négativement la tête pour appuyer ses dires, indécis. C’est un petit refuge… ils sont limités en matériaux… mais peut-être qu’avec de l’alchimie…

Il n’eut pas le temps de terminer qu’elle reculait. Le décoloré observait la rouquine quelques instants avant que son attention ne soit captée par le brun qui l’accompagnait, Harry Derkin. Surpris que le brun ait planté son regard sur lui, il levait un sourcil, intrigué. Notre ami passa sa main valide sur sa tempe cicatrisée, frottant cette partie de son front par mécanisme conscient. Il repensait à sa réponse « peut être par alchimie ». Peut-être que la fille serrait sauvée si la chance était avec elle. Le reptile en était probablement capable. Il l’avait déjà fait pour la rouquine alors que son savoir alchimique était restreint. En ce jour, il pouvait peut-être pousser son savoir… Derkin s’était approché et Lyl stoppait son geste, sa main bloquée à hauteur de sa tempe.

-T'es pas mort ?

Perplexe, Lyl jetait un furtif regard à Cahelyn avant de replanter son regard sur le brun. Une connaissance apparemment. De plus, Derkin le tutoyait, signe d’une familiarité. Cela échappait au garçon dont la mémoire avait été brisée par une balle à l’endroit même où ses doigts étaient figés. Il baissa enfin la main et haussa un sourcil avant d’esquisser une moue perplexe. A présent il lui demandait confirmation sur son identité. C’était gênant. Le visage du garçon s’assombri et la fatigue rendait son visage morose, nostalgique. Ce qu’il lisait dans le regard du dénommé Harry était l’incompréhension entremêlée à une allégresse retenue. Comment réagir ? Il détournait le regard et demandait avec une autorité lasse…

-Sortez, tous.

Seuls Cahelyn et Derkin restèrent. Lyl fit le tour de la table et prit place à la table. Assis sur une des chaises en bois lourd, le jeune homme se frottait les yeux de sa main valide à l’aide de son pouce et son majeur. L’alchimiste préférait s’entretenir seul avec ses deux connaissances, question de tranquillité et non de confiance. Quoi que… Il était passablement exténué, là, planté sur sa chaise il prit enfin la parole une fois seuls.

-J’ai survécu. La balle n’a pas traversé mon crâne… disait-il de cette voix monotone.

L’alchimiste de glace retirait sa main et la posait sur la table avant de ne jeter un regard à ses deux acolytes fraichement retrouvés. Dans un énième soupire las il penchait la tête pour renchérir avec froideur :

-J’ai perdu la mémoire. Comment me connais-tu ? Question intrigante qui lui permettrait, au passage, de savoir si le garçon était digne de sa vraie confiance pour écouter son « discours ». Son regard de jade fixait avec attention Harry, cherchant une réaction chez le brun. Quelques secondes plus tard il se redressait sur son siège et enchaînait d’une voix un peu plus animée, d’après ta familiarité j’en déduis que nous étions…proches. J’espère que tu sais garder les secrets car j’ai ma petite idée concernant la présence de soldat à Briggs. Il pointait le menton en direction de Pandora, quelque part il espérait que celle-ci lui donne son accord pour s'ouvrir au garçon brun, et reprit, nonchalant malgré les évènements. Cahelyn, sais-tu qui sont ces soldats ? S’ils appartiennent à Olivia Armstrong ou s’ils sont ici incognito sous les ordres de Bradley ?

Sa théorie incertaine, Lyl attendait de glaner quelques informations avant de ne faire part de ses souvenirs et interprétations aux deux protagonistes face à lui. Si sa théorie était vraie, il lui faudrait la vérifier au cœur des actions.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: Léger malentendu [ Pv. Harry / Lyl ]   Lun 17 Déc - 15:50

Le jeune homme ne me rassura pas vraiment quant à l’état de santé de Leïla, mais sa proposition d’utiliser l’alchimie si besoin il y avait me redonner espoir. Il l’avait déjà fait pour m’aider et ce alors qu’il ne possédait pas encore la totalité du savoir de mon père. Ce savoir, aujourd’hui, il l’avait enfin récupéré, son niveau devait s’en être largement ressenti et ses capacités décuplées. Je ne doutais dont pas de l’aide qu’il pourrait apporter à la brune s’il acceptait de la soigner, aussi je laissais momentanément cette question de côté lorsque Harry se mit à questionner le jeune capitaine. Perplexe j’échangeais un regard avec l’argenté alors que ce dernier semblait également surpris par la remarque du militaire. Serait-il possible que ces deux-là se connaissent également ? A l’évidence, c’était le cas, ou bien ce fût le cas par le passé, car le brun connaissait le pseudonyme de mon ami, ainsi que la rumeur qui courrait comme quoi il était décédé. L’alchimiste resta de marbre quelques secondes avant d’ordonner d’une voix intraitable à ses subordonnées de quitter la pièce. Sans l’ombre d’un doute, c’était le charisme d’un leader qui émanait de mon ami en cet instant, malgré son air passablement las. Je fronçais imperceptiblement les sourcils en le voyant se mouvoir avec moins d’aisance qu’habituellement me semblait-il, à moins que ce ne fut-ce le résultat du fait de ne pas l’avoir vu durant un long moment. Malgré son air posé, il ressortait autre chose de mon ami, même si je n’arrivais pas à mettre le doigt dessus et ça m’exaspérait déjà. Lui si mystérieux et moi qui avait toujours besoin de savoir, parfois ça créait quelques étincelles. Néanmoins aujourd’hui, la présence du brun à nos côtés me poussa à me contenir et je me contentais de m’assoir à demi sur la grande table sans aucune gêne tout en les observant converser. Peu de temps après leur échange, Lyl se tourna de nouveau dans ma direction mon m’interroger. Je fronçais légèrement les sourcils, cherchant dans ma mémoire à qui appartenait ce nom que j’avais déjà entendu lorsque l’évidence me frappa. C’était ni plus ni moins le général chargée de la forteresse de Briggs donc Drachma cherchait à s’emparer depuis bien longtemps sans aucun succès. Je lâchais un léger soupir en détournant mon regard vers mon collègue.

"Je n’en ai aucun idée … Tout ce que je peux te dire, c’est qu’un des généraux responsable de l’Organisation s’est déplacé lui-même pour cette mission, comme s’il voulait s’assurer que les camps seraient bien sabotés et détruits. Donc j’aurais tendance à croire qu’il s’agissait là d’un gros poisson car ce ne sont pas leurs méthodes habituelles. Il y a anguille sous roche, c’est presque sûr, voilà pourquoi j’aurais tendance à croire qu’il s’agirait plutôt des hommes de Bradley ... Qui sait, Ils cherchent peut-être un nouveau coin pour s'implanter."

Je reportais de nouveau mon regard sur celui du jeune alchimiste avant de froncer légèrement les sourcils une fois de plus, traduisant ma curiosité de cette manière avant de reprendre.

"Pourquoi tu me demandes ça ? A quoi penses-tu ?"

J’avais momentanément oublié Derkin, obnubilé par les informations potentielles que pouvaient détenir la chimère. Depuis que j’avais « perdue » ma place dans l’armée amestrienne, je m’étais également éloignée des informations sensibles que j’aurais pu obtenir concernant le généralissime et par la même occasion concernant le passé de mon père. Même si le jeune homme m’en avait déjà pas mal apprit, j’en voulais toujours plus. Je voulais retrouver toute son histoire, tout son passé, tout ce que je n’avais pas connu. C’était là une des raisons pour lesquelles j’étais restée dans l’armée de Drachma, l’autre étant que je servais également d’émissaire pour l’agence, à condition bien sûr de ne pas passer pour un ennemi à leurs yeux comme cela avait bien failli se produire aujourd’hui. A force de vouloir garder mon identité plus ou moins secrète pour éviter les fuites, ça finirait bien un jour par me coûter cher. Une fois de plus, je ne pouvais que remercier le jeune homme de nous avoir repêché sans le vouloir, sinon nous serions probablement encore cloitrés dans les geôles.

D’une main distraite, je dégrafais le col de ma veste et ouvris cette dernière avant de la retirer pour la nouer autour de ma taille. Je crevais de chaud ici, rien à voir avec la température qu’il faisait à l’extérieur, à moins que ce ne fut l’adrénaline qui m’avait provoqué une bouffée de chaleur par la même occasion, toujours est-il que je respirais mieux ainsi. Assise sur la table non loin de l’argenté, les jambes croisées, j’observais tour à tour les deux hommes, attendant la réponse de mon ami tout en scrutant les réactions du brun. Après réflexion, la seule solution que je voyais pour qu’il l’ait connu était qu’ils aient tous deux servit dans l’organisation. Après tout, Lyl y avait été capitaine durant un certain temps avant de perdre la mémoire. Peut-être y avait-il également des proches, des amis. Sûrement même, il était difficile de résister au charisme du jeune homme, consciemment ou non, on avait tendance à se lier à lui d’une manière ou d’une autre, il suffisait de voir le nombre de personnes qu’il avait réussi à réunir sous une même bannière pour la cause qu’il défendait. Ce simple fait m’impressionnait lorsqu’on connaissait la nature froide du jeune alchimiste. J’en profitais pour promener mon regard sur la pièce, notant tous les petits détails qui me tombaient sous les yeux. Une vieille habitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Léger malentendu [ Pv. Harry / Lyl ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Léger malentendu [ Pv. Harry / Lyl ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Harry Vederchi [Pouffy]
» Harry Potter Et La Coupe De Feu
» Harry Potter [Gryffondor, 5ème année]
» Le survivant, alias Harry Trouble
» Harry Potter ( l'Elu )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fullmetal alchemist ::  :: Les Rps terminés ou abandonnés-