Partagez | 
 

 "You are a pirate !"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: "You are a pirate !"    Sam 17 Oct - 1:41

La situation et comme toutes celles qu'ils avaient rencontré ensemble jusque là ne prêtait toujours pas à la plaisanterie. Pourtant, Gin ne s'en était pas délesté et visible la jeune femme non plus. Cracher sa colère sur Jefferson lui avait peut être permis de prendre du recul d'où son comportement apaisé. Envolé son animosité. C'était tant mieux, les choses en aurait d'autant plus compliquées.
La jeune femme reprit du service et ce fut cette fois-ci pour faire des reproches. Elle échangeait les rôles à leur juste valeur mais Gin ne voyait pas le mal causé. Imbécile. Il fit une moue, comme à son habitude, il était très peu émotif en réglé générale. Si la voix de la jeune femme était crue celle du jeune homme demeurait enjouée. La colère n'animait toutefois plus celle de Wolf.

Il sentit un mouvement et ses yeux ne distinguèrent pas l'eau de sa jambe. Ainsi il baissait le menton sur l'objet questionné et touché. Ne pouvant pas être entièrement concentré dans une telle situation, il effleurait le mollet de la soldate avec sa main droite jusque là inerte tandis qu'elle rapatriait lentement son membre, aussitôt. Il voulut répondre à la question mais il hésita un court instant,  refermant le poing dans l'eau, immergé. Il est a noter que les moindres contacts de la jeune femme le surprenait, passablement amusé. Ça le torturait dans un sens. Il se saisit de l'objet et reprit un poil plus sérieux. « Il me fallait brouiller les pistes... ». L'espace d'un instant il l'imaginait nue, là, en train de rendre des comptes. Sans le savoir, la jeune femme perdait en crédibilité aux yeux du capitaine. Il se fit également la remarque sur l'absence de pudeur de la jeune femme. Il avait beau être aveugle, il restait un sale type nu dans une source thermale. De plus, il ne détectait pas la colère et ça renforçait son assurance, son arrogance. Un court silence les enveloppait. Gin soupirait d'aise en massant son avant-bras endoloris. Débarrassé de tous ses bandages il ne pouvait plus se ménager correctement. Alors chaque mouvement était une déchirure aux côtes, une douleur lancinante. De ce fait il n'osait bouger, mais n'oubliait pas de fanfaronner. Il ne donnait pas l'impression d'avoir été victime d'un passage à tabac des plus violents. Un humain normalement constitué serait décédé suite aux blessures. Mais lui, il était là, fumant sa clope dans un bassin des plus agréables. Qui plus est accompagné.

La pluie ne cessait de remuer le bassin de son voile léger. Wolf reprit la parole d'une voix qu'il jugeait paisiblement lassée. Ce nouveau ton attirait l'attention du serpent. Il tiquait en entendant un surnom qu'il détestait, mystérieusement. Les paroles de la jeune femme lui décrochèrent un soupire tout aussi mystérieux que son expression. Il était un brin peiné d'apprendre qu'elle pensait n'être qu'un jouet dans les mains du brun. Ce n'était pas l'effet souhaité, i n'y avait d'ailleurs pas songé. Wolf étant une personne qu'il respectait, une des seules. Si la première partie de son sac n'eut aucun effet chez le garçon s'en fut autrement pour la suite. Il se sentit insulté. Il est vrai qu'il agissait beaucoup par intérêt et que ses actions pouvaient être mal interprétée tant il était maladroit. Alors au lieu de réagir convenablement il eut un sursaut colérique alors qu'il troublait le calme de l'au qu'il faisait couler entre ses doigts en surface. Le mouvement partait de son bras droit et lui soutira un grognement colérique de douleur. Ses côtes meurtries se trouvant du même côté secoué. Cette fois-ci il ne put garder le silence plus longtemps et rétorquait dans un sifflement, dents serrées « Je n'ai pas de tel projet. » Son regard bleu l'aurait foudroyé s'il ne s'était pas éteint quelques années plus tôt. Aussi incroyable que ça pouvait paraître, Gin découvrait l’humilité. Le visage déformait par une vague de colère, vexé qu'elle ait pu penser une telle chose. Il ne voulait pas ressembler à ses aînés et pourtant il s'en approchait d'avantage à chacune de ses actions. Histoire d'emballer le tout, Wolf l’assommait avec des paroles bien plus relevées cette fois-ci. Il traduisit cela comme un reproche, peut-être même du mépris. Alors Gin relevait doucement le menton, silencieux. Son visage se fermait au fur et à mesure qu'il se décoller du rebord avec difficulté. L'hémoglobine lui titillait les narines alors que ses plaies le taquinaient d’avantage. L'eau n'aidait pas du tout ses plaies à cicatriser, et maintenant qu'il avait passé trop de temps dans l'eau il s'en apercevait.  

« Arrêtes, je vais rougir. »

Il traversait le bassin, décidé a en sortir. Les marches se trouvaient du côté de la jeune femme et il n'avait aucune attention de se compliquer encore plus la tâche. Ébranlé par ce portrait réaliste de sa personne, Gin ne put d'avantage calmer ses esprits. Il avait affronté ses démons pendant presque douze heures, lutant contre un coma inapproprié. Car en effet il était trop tôt pour qu'il ait put songer à abandonner. Bien qu'il affichait cette attitude nonchalante du type insaisissable, il n'en restait pas moins un être animé. Wolf avait un avis bien opposé sur ce sujet. Le pas lent il remontait les quelques marches, au passage sa main frôlait l'une des serviettes pliées sur rebord. Il en saisit une qu'il enroulait autour de sa taille et fit tenir indépendamment.  Avec une partie de sa serviette il tamponnait la plaie qui lui avait suggéré de vite s'extirper du bassin. Depuis combien de temps se vidait-il de son sang ? Et alors qu'il y réfléchissait passivement la faim lui arrachait les entrailles. Il voulut reprendre la parole mais un pseudo malaise le surprit et il le réprimandait en se terrant dans le silence, chancelant. Ses doigts humides et fripés s’empruntaient des murs. Non, il ne cherchait pas la sortie, juste une assise. Il rencontrait le comptoir et vu que celui-ci fut à hauteur de son fessier il s'y hissait. Gin formulait un juron dans un murmure inquiet. « Je n'avais pas prévu de te trouver la veille de la réunion. Je ne l'ai pas calculé, mais je t'accorde le reste, si t'y tiens. Je voulais te le dire, un jour... »

A présent il était frappé de toux. Il réprimandait très vite cette gêne de peur que ses côtes ne se brisent. C'était ce que la douleur lui laissait sous entendre. Il sentit la nécessite, le besoin de se justifier auprès de la jeune femme. « Tu... qu'est-ce que t'attends de moi ? Que je te fasse des excuses, les choses en auraient été autrement si tu n'étais pas sa fille... » Lui aussi faisait un reproche dissimulé. En effet, il aurait pus brouiller les pistes s'il avait su dés la première rencontre. Il semblait agacé, taraudé par tant de choses en cet instant. Il devenait moins éloquent, momentanément proie à une succession de contre coups. « Je n'ai rien demandé... » Voilà qui était égoïste, Gin donnait matière à le détester en se refermant d'avantage. La fatigue reprit le dessus et le capitaine restait assis un instant, le temps de reprendre ses esprits.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 27

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: "You are a pirate !"    Sam 17 Oct - 9:02

Les paroles de la jeune femme n'eurent pas vraiment l'effet escompté, car au lieu de prendre ses dernières paroles comme une incitation à s'ouvrir davantage face à elle, le brun, au contraire, se renferma un peu plus, son visage devint un masque inexpressif semblable à celui qu'il portait lors de leur première rencontre officielle, il y avait quelques nuits de cela. Déçue de constater à quel point l'ancien avait eut raison, elle baissa les yeux sur l'onde qui s'agitait doucement, n'ayant rien de plus à ajouter.Toutefois, le silence pesant qui régnait à nouveau ne dura pas, des vagues se formèrent à la surface du bassin, incitant la jeune femme à s'enquérir des mouvements du brun et constata bien vite qu'il ne semblait plus décidé à rester dans l'eau. Les effluves d'hémoglobine charriées par la vapeur d'eau lui firent bien vite comprendre l'origine de cette fuite soudaine. Sans le vouloir, le regard de la louve tomba sur le corps dévêtu du capitaine qui s'approchait d'elle, désormais debout, et elle eut tout le loisir de se rendre compte des dégâts occasionnés à la lueur des quelques lampions présents. Elle avala difficilement en détaillant le torse et le ventre de son comparse, comprenant enfin l'étendue de ce qu'il avait pu subir durant les quelques heures où il s'était trouvé captif. Et si cela ne l'étonna pas vraiment, ce qu'elle vit lui provoqua un profond dégoût néanmoins, non pas envers le jeune homme, mais envers l'armée, envers les miliciens, envers tous ceux capables d'une telle barbarie. Une fois de plus, elle avait envie de tuer, alors que ses poings se serraient convulsivement sous la surface de l'eau sous l'effet de la rage. Mais la jeune femme se calma bien vite, évaluant les intentions du garçon et piqua un fard avant de détourner pudiquement la tête lorsqu'elle comprit qu'il sortait. L'heure n'était absolument pas au voyeurisme, qui plus est ce n'était pas franchement dans ses habitudes un tel comportement. Elle ne bougea pas d'un pouce et resta ainsi à fixer la pluie s'abattre sur l'eau, crépitant presque douloureuse aux oreilles de la chimère. Elle attendait, quoi, elle n'en était pas sûre. Qu'il se couvre, qu'il parle, qu'il décide de partir … Ce fut la seconde option qui la tira de son observation silencieuse. Elle ne put s'empêcher d'avoir un rire amer à sa dernière remarque.

"Un jour, quand je serais grande, c'est ça ?"

Combien de fois avait-elle entendu cette réplique étant enfant ? Elle ne les avait compter, et aurait probablement perdu le fil de ses comptes rapidement si tel avait été le cas. Néanmoins la quinte de toux qui secoua le jeune homme derrière elle l'inquiéta compte tenu de son état qu'elle jugeait fragile, n'en déplaise au concerné, aussi elle se retourna vivement pour s'enquérir de sa santé, se rassurant brièvement en le voyant posté sans la moindre gêne les fesses sur l'unique comptoir des lieux. Préférant le gardant dans son champ de vision, elle se tourna complètement vers lui et posa ses avant bras sur le sol de pierre, le reste du corps allongé dans l'eau. Il ne semblait pas enclin à bouger au vu de son installation, aussi elle-même comptait bien délasser ses membres engourdis autant qu'elle le pouvait. De plus, il n'avait pas fini à l'évidence, et reprit la parole, presque sur un ton de reproche envers la jeune femme qui fronça légèrement les sourcils en l'entendant avant de reprendre fougueusement, bien plus éveillée tout à coup.

"Eh, qu'est-ce que tu crois « capitaine » ? Que cela aurait changé quelque chose si je n'avais pas été sa fille ? Si un illustre inconnu à tes yeux avait été mon père ? C'était encore le cas au laboratoire, tu ignorais tout de moi et pourtant tu n'étais déjà pas très honnête si mes souvenirs son bons ! Je dois admettre que je ne l'étais pas vraiment non plus, m'enfin peu importe. "


La jeune femme posa son menton sur ses avant-bras croisés et soupira doucement, elle réfléchissait à ses dernières paroles. Au fond si, sa parenté avait une certaine importance, sans cela elle n'aurait peut-être pas été aussi curieuse et avide de connaître l'identité du brun à Xerxes. Du moins, pas pour les mêmes raisons. Il l'avait intrigué, avait développé en elle des sentiments suffisamment puissants pour la pousser à le questionner sur sa véritable nature alors qu'en règle général elle n'en avait que faire de ses pairs, mais c'était alors une curiosité saine, qu'elle avait pu refréner en voyant qu'il ne désirer pas se dévoiler. Jusqu'à ce qu'elle eut comprit qu'il avait un lien fort avec ce père assassiné. En bien ou en mal. N'y aurait-il pas eu Isaac en facteur commun entre les deux jeunes gens, il était certains que les choses auraient tournées autrement. Voire même se seraient achevées avant même de commencer. Sauf qu'il n'en était rien et dans un sens, la jeune femme le déplorait. Durant toute son enfance, elle n'avait vécu que comme étant « la fille de », « la petite fille de », sa captivité avait juste fait d'elle un pantin pathétique, bon à obéir et à se taire. Elle avait eu l'espoir délirant en retrouvant la liberté grâce à ce père sortit de nul part qu'enfin elle allait pouvoir vivre en tant que personne entière et unique et voilà que cet avenir dont elle avait rêvé lui renvoyait la cruelle vérité en pleine face. Elle n'avait toujours été et ne serait toujours que « la fille de », fusse-t-il général illustre drachman ou alchimiste renégat. C'était difficile à admettre pour la chimère, mais sur ce point là tout particulièrement, il avait raison. Ce qu'elle se garda bien pourtant de formuler à haute voix. Il ne lui en aurait guère laissé le temps de toute manière, marmonnant soudain dans sa barbe inexistante. La jeune femme se redressa dans l'eau, désormais debout, l'onde lui arrivant aux hanches, elle observait le brun qui n'avait plus rien d'un chef en cet instant.

"Arrête un peu de jouer les gamins. Evidemment que tu n'as rien demandé, faudrait être sacrément con pour souhaiter un merdier pareil. C'est arrivé, c'est comme ça, point final. "

La jeune femme se tut, empruntant le même chemin que le brun pour quitter le bassin. En lui parlant, elle avait aperçu la plaie rouverte et sanguinolente du garçon, bien que ce dernier ne sembla pas s'en émouvoir plus que ça, et se décida à le faire se bouger. Elle ne tenait pas à se faire lyncher par l'ancien pour l'avoir laisser se vider de son sang en ayant voulu faire trempette. La louve avait assurée s'occuper du blessé jusqu'au retour de son second, elle escomptait bien faire ce qu'on lui avait demandé, même si une fois Jefferson revenu, elle laisserait alors le capitaine au bon soin de son compagnon. S'emmitouflant bien vite dans la serviette dont elle venait de se saisir, elle se dirigea en boitillant vers le jeune homme toujours assis tout en coinçant le tissu de manière à lui donner une allure décente. Sa démarche restait encore très raide compte tenu des points présents sur son flanc, de plus elle ne faisait pas attention à le dissimuler, son unique compagnon ne pouvant distinguer son handicap passager. En effet, il ignorait qu'elle avait été blessée lors de son sauvetage improvisé, et elle escomptait bien que cela reste ainsi. A portée du brun, elle posa une main sur la jambe de ce dernier pour se stabiliser momentanément avant de ne jeter un coup d'oeil plus poussé sur sa blessure avant de lâcher un léger soupir, inquiète.

"Bon, on remonte. Tu vas te vider de ton sang à ce rythme, et j'ai promis de te garder vivant jusqu'au retour de ton ami."

La jeune femme releva les yeux vers le visage fermé de l'homme lui faisant face et fronça les sourcils légèrement, sentant déjà arriver le refus, ce à quoi elle s'empressa de parer.

"N'imagine même pas me dire non, tu n'es absolument pas en état physique de lutter contre moi. Et je n'hésiterais pas à t'assommer pour te traîner, autant te prévenir !"

Le ton tranchant de la jeune femme ne souffrait pas la négociation, même si elle se sentait bien incapable de lever la main sur le brun en cet instant, d'une part à cause de sa propre faiblesse physique, ce qu'il était censé ignorer, d'autre part, elle craignait trop qu'il ne se réveille pas affaibli comme il semblait encore l'être malgré ses airs de fanfaron. La demoiselle ne s'y trompait pas, il peinait et faisant visiblement de gros efforts pour le dissimuler. C'est pourquoi elle tenta de ne pas insister sur ce point et se recula d'un pas, lâchant enfin sa jambe pour lui laisser le loisir de descendre seul de son perchoir. Sans lui proposer une quelconque aide, elle scrutait néanmoins le moindre de ses gestes, craignant de le voir s'effondrer sans prévenir tant sa blessure la plus imposante semblait perdre de sang désormais. L'inquiétude gagnait peu à peu la chimère, qui était désormais pressée de rejoindre la chambre et ainsi le forcer à se rallonger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: "You are a pirate !"    Sam 17 Oct - 13:10

La jeune femme rétorquait, la provenance de sa voix indiquait qu'elle s'était tourné à l'attention du garçon. Alors la conversation continuait de bon train. Plutôt que des cris et pleurs on avait le droit à des sarcasmes et reproches à tire larigot. Pour seul témoins, les décors et le ciel, cette immensité insaisissable. Désormais à l'abri de l'averse, Gin portait sa main sur son flanc meurtri, effleurant à peine ses côtes. Il tentait de reprendre son souffle avant qu'elle ne reprenne la parole. Il essuyait le sang qui s'écoulait tranquillement d'une de ses narines. D'un revers de main nonchalant il supprimait la traînée rougeâtre. Voilà qu'il recommençait à lécher son sang, un sacré trouble dû à ses gênes troublés. Son esprit combattait l'animal tandis que l'humain combattait la fatigue. Ca dura quelques secondes, le temps que ses lèvres soient dégagées du liquide. Alors il reprit vite, ne se doutant pas qu'on l'observait. « Je t'ai dis que je brouillais les pistes. » le dos de sa main relevé au niveau de sa bouche, Gin faisait un geste d'incompréhension alors qu'il amplifiait ce sentiment sur son visage. Le jeune homme ne voyait pas ce qu'on lui reprochait. « Bordel... » Il pinçait ses narines avant de balancer sa main sur le comptoir et se tenir, légèrement. Un brin courbé par ses côtes fêlées, il ne perdait pas en stature, gardant cet prestance qui lui connaît à la peau. Cependant, la jeune femme n'avait probablement pas une telle image du capitaine et elle se fit un malin plaisir de le réprimander une fois de plus. Sauf que cette fois, elle déchantait.

A présent Wolf reconnaissait l'ironie de la situation et feintait même de l'empathie. Gin se mit alors à rire narquoisement, tandis que le dos de sa main qu'il avait relevé masquait légèrement ses lèvres. Ce geste précédait d'une autre toux, plus timide cette fois-ci. Alors la jeune femme s'approchait, et le garçon écartait lentement sa main, intrigué par ce mouvement soudain. Elle approchait dangereusement à ses yeux. Une nouvelle odeur venait alors titiller son palais, il y avait d'autres traces d'hémoglobine dans l'air. Malgré ses sens en discorde, il put remarquer le pas irrégulier de la jeune femme approchante. Elle lui donnait l'impression de ne pas s'appuyer pleinement sur ses deux jambes. Le brun penchait légèrement la tête sur le côté qu'il pensait atteint. Il donnait l'impression de l'observer. Puis la miss se permit un contact qui fit contracter le muscle touché. Un frisson lui parcouru l'échine alors que l'argenté prenait la parole. Elle lui fit comprendre avec un certain tact qu'elle ne lui laissait pas le choix d'aller se reposer. C'est ce qu'il comprit. Elle avait anticipé sa réaction, ça l'aurait amusé s'il ne s'était pas senti en position de défense. Se sentant observé il avait cette impression d'être traqué.

Le petit manège de la jeune femme eut l'effet inverse une fois de plus, Gin n'étant pas le genre de type qu'on appâte aussi facilement avec des belles paroles. La noirceur de son âme le poussait à croire que tout le monde était comme lui, égoïste. Des amis il n'en avait pas, il avait un bon compagnon mais ce n'était pas de l'amitié. Gin était bien trop enfermé dans sa bulle pour ouvrir une porte en parallèle à sa colère. Faut dire qu'on lui avait arraché son innocence avec la plus grande horreur. C'est sarcastique et le visage implacable qu'il repoussait de sa main humide d'hémoglobine celle de la soldate. « Conneries... j'ai pas besoin de votre foutue empathie. ». Intelligente, la jeune femme s'est retirée d'elle même. Visiblement elle n'avait plus cette animosité envers notre ami. Mais l'aveugle refusait de voir autre chose que ce que son esprit lui matérialiser. « Tu crois que j'capte pas ton manège ? C'est quoi la prochaine étape ? Une partie de jambe en l'air pour m'domestiquer? » Sa voix avec cette pointe d'ironie entremêlée à l'enjouement. C'était un petit trash de sa part, persuadé qu'elle se jouait de lui à son tour. Pourtant il réussit à camoufler sa rage, grondant simplement de sa voix froide. « Tu auras tes réponses quand j'aurais repris mes esprits... » Il se sentait faible, effrayé par ses propres émotions, par ce qu'il pourrait ressentir. Il sentait que son esprit était embrumé et peut-être déjà en train de lui faire défaut. Peut-être même qu'il avait imaginé les répliques de la jeune femme. Cependant, une part de lucidité lui susurrait qu'il avait tord de traduire ainsi. La fille de MacDougal, il ne pouvait se résoudre à ce qu'elle lui soit détestable. Il fallait mettre un terme à cette conversation qui n'avait plus de valeur avec son absence de recul.
Et puis, surtout il avait peur de perdre connaissance comme une pauvre pucelle au milieu des bains. Vu la masse musculaire du jeune homme et l'état de Wolf, elle ne risquait pas d'être très utile. Ça glissait et un tas de scénarios ennuyeux pouvaient arriver.

Gin jouait la carte du donneur d'ordre sans scrupule, préférant rester seul plutôt que de demander de l'aide. Sa fierté pouvait lui être mortelle mais il n'avait pas le recul nécessaire pour s'en libérer. Alors il fit ce qui lui interdisait toujours les portes de l'affection ; « Maintenant va t'en. Je ne veux pas d'une nounou... » C'était à contre cœur et il fut surpris de le ressentir, gêné par ses propres paroles alors qu'il fixait un point dans le vague.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 1689
■ Age : 27

Feuille de Compétence
■ Niveau: Chimère Confirmée
■ Capacités : Infiltration
■ Barre D'XP:
0/2000  (0/2000)

MessageSujet: Re: "You are a pirate !"    Sam 17 Oct - 13:54

La violence de la réaction du brun la laissa perplexe, passablement perdue alors qu'elle l'observait en silence, ayant reculé d'un pas face à lui. Décidément, les rôles s'inversaient à toutes vitesses, et alors même qu'elle avait retrouvé son calme et un semblant de quiétude – du moins pour le moment – c'était au tour du capitaine d'exploser. Le ton agressif qu'il employa pour lui balancer sa pique blessa la jeune femme au delà de ce qu'elle aurait pu imaginer, se persuadant d'être insensible et froide. Toutefois, ce ne fut pas à la tristesse qu'elle céda, mais bel et bien à la colère qui une fois de plus reprenait les devants malgré son désir précédent de rester calme. Sauf que là, il venait de dépasser les bornes en lui prêtant des intentions viles et méprisantes en arguant qu'elle cherchait à le manipuler. Oubliant les risques, oubliant les précautions qu'elle s'était promis de prendre, la jeune femme réagit instinctivement et sa main se leva brusquement, comme pour le frapper. Elle ne s'y résolut pas pourtant et à la place agrippa la chaîne autour du cou du capitaine pour le tirer brutalement vers elle et s'adressa à lui d'une voix calme, froide, venimeuse, son visage à quelques centimètres à peine de celui du brun.

"Si j'avais voulu d'un pantin, je t'aurais laissé tes chaînes. Crétin."

Elle le repoussa tout aussi brusquement, manquant de le faire tomber de son perchoir et tourna les talons dans la foulée, boitillant furieusement en direction de ses vêtements en lambeaux roulés en boule. Définitivement, la cendrée comprit qu'elle n'avait plus rien à faire ici. Son visage pâlissait sous l'effort qu'elle s'infligeait, et elle lâcha un gémissement douloureux en se penchant pour ramasser son paquetage. Devoir ou non, promesse ou pas, il voulait rester seul ? Qu'il se démerde ! Elle avait eu tort d'espérer. Espérer quoi en plus ? Elle n'en savait fichtrement rien, toujours est-il qu'une fois de plus l'adage qui disait que la seule personne sur qui l'on pouvait compter, c'était soit même était parfaitement vérifié. Il reprit mais la jeune femme était désormais enfermée dans sa colère froide, elle se moquait de ses paroles et lui répondit sans prendre de gants.

"Tes réponses, met-les toi où je pense, capitaine de mes deux !"

Rageuse, la jeune femme traînait de plus en plus la jambe à force de la solliciter trop vivement, toutefois elle ne songea pas à ralentir l'allure, même lorsqu'un mince filet de sang commença à couler le long de sa cuisse. Trop aveuglée par sa rage, elle voulait fuir le plus rapidement possible ces lieux, le laisser avec sa solitude à laquelle il semblait tant tenir et ne plus entendre parler de lui. Atteignant la porte, elle ouvrit cette dernière avec force mais ne la passa pas immédiatement, écoutant malgré elle les dernières paroles de l'alchimiste qui lui intimait justement de déguerpir.

"C'est ça, morfond toi dans ta solitude. Tu finiras comme Lui à ce rythme-là,  mais peut-être qu'au fond c'est ce que tu recherches n'est-ce pas ? Adulé mais mort. T'as raison, continue sur cette voie si ça t'amuse, moi, je ne t'y suivrais pas. Tu n'entendras plus parler de moi, soit en sûr."

Sur ces mots, elle ferma prestement la porte et déboula dans le couloir en serviette, encore humide par endroit et laissant quelques gouttes d'hémoglobine au sol. Elle croisa le maître des lieux qui l'observa passer, incrédule, et ne lui accorda pas le moindre regard, se pressant vers sa chambre. Elle voulait fuir avant qu'il ne réagisse – s'il réagissait – et ne chercha à la rattraper, ce dont elle doutait pourtant avec ce qu'elle venait de lui envoyer en pleine face. Jefferson ou le capitaine amestrien avait été prévoyant et de nouvelles tenues avaient été trouvés pour les deux blessés, soigneusement déposées sur le dossier de l'unique chaise de la chambre. Elle épongea d'un geste tremblant le sang perlant sur son flanc avant de passer la chemise qu'on lui avait trouvé avec précaution. Un pantalon lourd, sombre, semblable à ce que portait les trappeurs en hiver dans ce coin du pays vint complètement sa tenue. Pandora rattacha son arme sur son dos avant de ne passer son éternel manteau sur ses épaules, dissimulant cette dernière à d'éventuels regards une fois dehors. La louve ne s'attarda pas et referma la pièce avant de se diriger vers la sortie, déposant la clef sur le comptoir sans un mot pour le maître d'hôtel. La pluie tombait toujours dehors, elle rabattit sa capuche sur sa chevelure neigeuse encore humide et s'enfonça dans l'obscurité sans un regard en arrière. Elle n'avait plus aucune raison de rester, plus l'envie également et sans l'ombre d'un regret elle repartit sur les routes, prêtes à aller chercher ses réponses ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "You are a pirate !"    

Revenir en haut Aller en bas
 

"You are a pirate !"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Les chansons de pirate !
» Et un, et deux, et trois ! C'est l'histoire du pirate de l'îleuuuuuuuuuuuh ?
» Une quête pour devenir un pirate !
» [mini-event] Raviver une legende : le conseil pirate
» [libre]La Gourmande Contrebande. [West Blue, Rang B, Pirate, Baston]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fullmetal alchemist ::  :: Drachma :: Centre ville-