Partagez | 
 

 De l'autre côté ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: De l'autre côté ...   Sam 25 Mar - 23:13

Un nouveau tournant venait de bouleverser définitivement ta vision et principalement la considération envers ton maître qui elle, s'en retrouvait à jamais brisée. Ébranlée depuis plusieurs mois, le dégoût avait mit un terme à ton ambivalence. Malgré tout, en prouvant ta dévotion par tes agissements et ton comportement faussement malléable et passif, Gin retrouvait son jouet préféré en t'accordant son entière confiance. Cela au prix de quelques sacrifices morale pour une cause que tu jugeais noble.

T'en avais marre de rester dans l'ombre qu'un beau jour fleurisse tes espoirs de retrouver ta mémoire. Tu savais que cet espoir ambiguë ne tenait qu'à toi et tes efforts. Gin conservait
son discours manipulateur envers et contre tout.  Alors quand il t'offrit les rennes de son "entreprise" tu vis là une unique opportunité. En effet, tu comptais contrecarrer ses plans dans l'ombre même si pour cela tu devais mettre un terme à ta couverture. L'histoire tendait à se répéter, Amestris allait encore être le théâtre d'une "apocalypse" avec l'Alchimie toujours en bourreau. Cette fois, Gin avait découvert comment ouvrir la "Porte", celle qui régit l'alchimie. En sacrifiant quelques vies humaines il lui avait été permis de passer à travers la Porte. Quelle fut sa surprise de découvrir un monde de l'autre côté. Tu l'accompagnais la seconde fois en réalisant l'horreur que vous alliez commettre. Fasciné et bouleversé par cette découverte, tu ne pouvais plus fermer les yeux sur les agissements de Gin même si à la longue tu étais convaincu de parvenir à tes fins. Ce dernier cherchait un moyen d’utiliser l'alchimie dans ce nouveau monde afin de se servir de sa population pour alimenter son pouvoir. Il était désireux de créer une Pierre Philosophale surpuissante. Il s'était mis au défis de créer la Pierre la plus puissante que l'histoire n'ait jamais connue. En s'appuyant sur l’échec de Father, jadis, Gin comptait détourner l'alchimie à son avantage plutôt que de se prétendre Dieu. Persuadé qu'il n'échouerait pas, il était convaincu que rien ne pourrait l'arrêter.
Ainsi, le maître parti, c'est toi, Kyle, qui reprenais le flambeau en t'assurant des préparatifs. Une lourde tâche que tu ne comptais absolument pas réaliser. Au contraire, ta folie te poussais à mettre un terme définitif aux ambitions de ce vieillard inhumain. A ton retour de cet autre monde, ton humeur s'était assombrie. Tu étais complètement obnubilé par cette découverte.

Deux jours s'étaient écoulés depuis l'absence du maître, il restait encore trois jours avant qu'il ne revienne. Le repère était plus animé que d'ordinaire à cause des conflits interne entre homonculus. A aucun moment tu comptais faire la discipline, espérant qu'ils s’entre tuent un maximum pour te faciliter la tâche. Tu restais enfermé dans cette immense pièce où se trouvait le portail improvisé par multiple sacrifice humain. Inactif, ce n'était qu'un vulgaire cercle de transmutation dessiné à terre, un brin surélevé. Deux jours déjà que tu te torturais l'esprit pour trouver la meilleure solution face aux sombres desseins de Gin. Tant d'idées te traversaient l'esprit mais aucune ne semblait suffisamment gonflée pour te faire bouger. Ton esprit malade cherchait un moyen de bloquer Gin sans pour autant perdre sa confiance. Chose impossible. Tu savais pertinemment que dés lors où tu agirais à nouveau contre lui, il le saurait.Le premier jour, plusieurs fois tu t'étais abstenu de prévenir l'Agence, indécis et personnel. Tu devenais de plus en plus agressif tant la frustration te gagnait. Alors le deuxième jour tu sautais le pas et tentais une petite manipulation pour sortir à la surface et informer Archer. Tu lui avais laissé plusieurs indices pour le conduire à ton message définitif concernant le délais d'absence de Gin et la possibilité  pour l'Agence de faire une descente dans la ville souterraine. Tu ruminais toute l'après-midi, refusant toute présence ou encore dialogue. Tu leur avais donné tes instructions à chacun sans pour autant les diriger et ce depuis le premier jour. Vous étiez huit, dont trois à posséder votre libre arbitre. Ca faisait deux gêneurs en moins, seulement, les cinq autre étaient aussi cruels que débiles et leur force n'égalait que leur dévouement envers Gin. Autant dire qu'ils étaient costauds en plus d'être à moitié immortels. Tu retournais un tas de scénarios plausible pour affronter cinq, voire six homonculus. Le plus simple et réfléchi était de les supprimer chacun leur tour car cela, tu en étais capable. C'était de loin ta meilleure solution et plus tu y songeais plus tu jubilais. Bientôt, ton excitation était telle qu'elle en devenait malsaine. Alors quand le crépuscule commençait à noircir les sombres nuages orageux tu prenais ta décision.
Assis dans le pseudo trône de Gin, tu serrais les dents tandis qu'une fougue irrationnelle venait envahir ton corps. Tu te donnais trois jours pour éliminer chaque homonculus et ta première cible tomberait ce soir-là. C'est ainsi que tu supprimer l'homonculus le plus faible le soir-même. Tu ne laissais pas la moindre trace de lutte ni même d’existence de l'homonculus en le désintégrant complètement. Tu en profitais pour égorger deux chimères qui traînaient par là. Il n'en restait plus que quatre sur les huit, chacune de doublure avec un homonculus. Depuis ta rencontre avec Maya tu avais commencé à lentement les éliminer en prenant conscience du camps auquel t'appartenait. Mais cela, personne ne s'en doutait, comme la plupart des merdes qui se pointaient, tu en étais le responsable. Tu sabotais toujours tout, manipulant même certains de tes collègues pour renforcer ta crédibilité.  

Le troisième jour, le crépuscule matinale fut accompagné par les explosions divertissantes de l'Agence qui n'avait pas perdu de temps pour se manifester. L'Agence n'avait pu cracher sur cette rumeur que tu avais fais véhiculer discrètement. Leur intrusion était plus qu'apprécier par ton fort intérieur initialement désireux d'agir seul. Il devait être cinq heures et pourtant t'étais encore là dans ce trône à scruter le cercle de transmutation dépouillé de ses sacrifices en face de toi. T'avais tué les deux humains qui s'y trouvaient, c'était de sang froid que tu l'avais fais. Réduis à l'état de légumes, leur esprit était mort depuis longtemps et c'était une forme de pitié qui avait guidé ta main. Tu recasais encore et encore comme depuis des mois, complètement perturbé par cette double identité. Il t'arrivait encore de remettre en question ton réel but. Des réflexions remises à plus tard car en l’occurrence, tu te demandais plutôt QUI venait vous déterrer aussi tôt. Tu savais pertinemment que c'était l'Agence sans savoir qui se trouverait dans ses rangs.
Alors qu'un élan de folie t'envahissait, Tira franchissait les lourdes portes de la cathédrale souterraine pour venir t'informer d'une menace imminente. T’accueillais la brunette avec un sourie malsain qu'elle te découvrait pour la première fois. Si tous pensaient que le pouvoir t'avait déjà sublimé, elle -et l'autre électron libre-, elle savait que c'était tout autre et fut presque troublée par ton manque d'affolement. Aucune inquiétude sur ton visage glacial, juste ce rictus sadique sur ton minois habituellement inanimé. Tu dérivais sur ton siège de quelques degrés sur un côté pour te retrouver accoudé. Ton poing gauche vaguement appuyé contre ta joue, tu l'observais avec ce regard brillant à travers la pénombre non sans rappeler ton géniteur. L'homonculus se figeait un court instant avant de ne reprendre pour demander quels étaient les ordres. Des coups de feux retentirent au loin alors que tu restais passif sur ton trône d'emprunt. Tu songeais à la manière dont tu allais participer à cette fête, terré dans un silence pesant. « Je vois... Tu devrais prendre cette menace au sérieux d'autant plus que c'est la première fois qu'on nous trouve et que le Maître n'est pas là! » Grognait-elle les dents serrées par l'appréhension. Oh, elle te faisait confiance, un peu trop même, elle avait plus tendance à t'écouter toi plus que Gin lui-même. Elle te savait assez déganté pour apprécier la situation afin de pouvoir exploser au maximum. Un défaut de personnalité qu'elle t'accordait en rapprochement évident du sien. Tira tournait les talons de crainte de laisser l'ennemi progresser d'avantage. Elle était certaine que tu jouerais un rôle majeur dans cette bataille.
Les portes refermées, tu restais dans ce silence de courte durée en cherchant un plan final à tout ce bordel. Estimer le nombre des fêtards et leurs potentiel avant de venir mettre ton grain de folie. Si la possibilité d'exterminer tous les homonculus ici présents était favorable alors tu comptais faire péter ta couverture d'entrée de jeu. Quitter Gin t'étais encore insupportable à cause du manque d'information que tu rencontrerais dés lors. Être au plus près de lui  te permettait de mieux placer les bâtons que tu lui fourrais dans les roues. D'où ce long moment d'absence assis sur ce trône. De plus, cil était évident que certains homonculus étaient en vadrouille, n'écoutant pas les ordres de ta personne non insistante.

Quand tu daignais enfin lever ton cul pour participer à la fête le cercle de transmutation se mit à grésiller légèrement. Au même moment les portes s'ouvrirent avec violence pour laisser entrer un homonculus furieux. C'était Efrit, l'homonculus enflammé autant par son tempérament que son pouvoir. Il venait te reprocher ton manque de participation que tu déclinais en le renvoyant d'un revers de main lent agacé . Alors Efrit vit rouge au lieu de déguerpir comme tu l'entendais. Sauf que, obnubilé par le cercle de transmutation comme tu l'étais, tu ne tiltais pas quant à qui se trouvait planté là en face de toi. Tout feu tout flamme, il approchait avec rage tandis que tu t'étonnais de son comportement soudain. Son corps enflammé t'éblouissait à mesure qu'il approchait. Tu n'avais pas vu le jours depuis près de vingt quatre heures plus ou moins. Par conséquent tes yeux émeraudes étaient enflés et rougies par cette absence de lumière récurrente. Tu daignais enfin te lever, pressé d'en finir vite. Vous conversiez brièvement tandis que t'approchais le cercle en n'ayant d'yeux que pour lui, intrigué.  Tu faisais exprès de l'ignorer histoire de bien l’exciter et l'amener à t'approcher dangereusement. Alors quand il fut bien agacé, l'homonculus en vint aux mains et tu fis exprès de le laisser vaciller. L'effet escompté fut plus efficace que tu ne l'aurais cru et l'enflammé venait grimper deux marches des cinq qui distribuaient la butée sur laquelle se trouvait le cercle avant de s'arrêter net. Là, tu le repoussais d'avantage, le forçant ainsi à atterrir dans le cercle sur la butée. Le cercle se mit à réagir face à la composition exclusive du corps de l'homonculus. Une transmutation eut lieue tandis que tu reculais de deux pas, ébahis. Tu fis refermer les portes de la cathédrale par alchimie pour la condamnée sans quitter ta position près du cercle. Tu comptais bien avoir la paix un court instant. Tu t’empressas alors de grimper les cinq petites marches pour rentrer dans le cercle avant de rejoindre cet espèce d'espace temps dans lequel se trouvait la Porte. Gin te l'avait déjà présenté une fois. D'un coup ce fut le calme absolu, sur le moment tu ne savais pas du tout quoi faire ayant agi par impulsivité et curiosité. Efrit par sa pierre incomplète payait le prix de cette transmutation. Mais, quelle transmutation ? Tu te demandais si c'était forcément l'autre monde ou bien une manière d'accéder à la fameuse "Vérité" sans payer le prix soi-même. C'était mesquin mais tu n'avais pas ce sentiment, prêt à sacrifier Efrit pour ta mémoire et plus encore si son énergie te le permettait. Combien d'âmes abritait-il, lui déjà ? Gin n'avait jamais communiqué la puissance de ses homonculus ni même leur création.
Et tandis que tu songeais à toute vitesse, la Porte s'entrouvrit timidement à travers laquelle tu perçu le cri lointain d'une femme. La pièce s'assombrit soudainement et ce fut la voix d'Efrit qui résonnait au dessus de ta tête, comme un grondement de tonnerre. Question résolue, quelqu'un avait tenté de faire réagir le cercle de l'autre côté sauf que d'habitude un portail apparaissait et non une porte. L'homonculus luttait pour ne pas fusionner avec le cercle et se laisser consumer sauf que l'alchimie agissait d'elle même sans même que tu ne face quoi que ce soit.C'était bien plus fort que lui. Ton air surpris laissait place à ton naturel blasé alors que tu songeais à l'idée que Gin eut des ennuies et revienne difficilement dans votre monde. Difficile d'y croire mais tu étais du genre à ne pas te faire de fausses illusions. De retour dans la cathédrale, il y avait cette Porte gigantesque qui se dressait en face de toi sur cette estrade en béton. Tu fronçais les sourcils et t'apprêtais même à réagir lorsque la porte s'ouvrit d'avantage laissant apparaître une tâche blanchâtre au milieu de ce vide sombre. Tu t'approchais et pus très rapidement distinguer une main. Efrit grognait de plus bel, agonisant, il te maudissait, ignorant totalement ce qu'il lui arrivait. Toi même tu n'y comprenais rien, incertain de la provenance de la voix de ton confrère. La main tendue vers toi semblait crispée et minuscule et l'idée d'allait la saisir te faisait froid dans le dos. Alors quand tu entendis comme un appel au secours étouffé et exténué tu t’aventurais d'avantage piqué par la curiosité. Tu tentais d'agrandir les pans de la Porte avant de tendre d'avantage l'oreille et entendre une voix féminine. La main s'approchant toujours d'avantage tu commençais à en apercevoir une partie de bras. Tu soupirais face à ton appréhension et prit un bol de courage avant de tendre le bras à ton tour, ton autre main agrippée à la porte. Le contact chaud de la main étrangère dans la tienne te fit réagir brusquement et tu tentais d'attirer vers toi le corps étranger. Une lourde résistance s'opposait aussitôt à toi et tu fis un pas de plus dans la porte. Cette fois ce fut une vague momentanée d'angoisse qui te parcourais lorsque tu vis un œil gigantesque dépourvu d'iris ou encore de paupière t'observer. Aussitôt un tas de mains sans la moindre chaleur ou texture corporelle te saisissaient sans pour autant t'attirer en son sein. Une substance noire étrange qui t’entourait de bras et de mains comme agrippées à toi te recouvrait presque le visage. D'un œil tu pouvais observer le grand œil rivé sur toi. Tu ne le quittais pas du regard, effrayé instinctivement, tu redoutais ce qui pouvais se passer. Il faisait tout noir, tu ne voyais ni ta main ni celle de l'inconnue ou encore son bras. Tu savais combien l'alchimie pouvait être dangereuse mal manipulée et en l'occurrence tu te remettais en question concernant tes agissements. Si tu ne lâchais pas prise et t'enfuyais pas en courant c'était grâce à ton courage et au fait que tu sentais ton coude se replier et donc la main approcher. Tu savais qu'en payant un certain prix, tu ne risquais rien... Tu gardais ton sang froid jusqu'au bout, défiant presque cet œil gigantesque au fond de cette Porte en extirpant l'inconnue. Espèce de malade ! D'ailleurs celle-ci sortait plus rapidement que prévu. Lentement les mains la libéraient jusqu'à la lâcher complètement alors instantanément la Porte se referma soudainement dans un vacarme assourdissant. Tout se déroulait si vite en réalité.

C'était une jeune femme pour sûre, à peine relâchée que tu la sentis flancher.  Son buste penchait dangereusement en avant, menaçant de dégringoler les quelques marches. Ton unique réflexe fut de tendre ton bras comme une corde et la retenir au niveau de l'abdomen. Très délicat de ta part, m'enfin t'avais du mal à t'en remettre. Cependant tu te reprenais très vite, conscient qu'il te fallait sortir de là. Dans la foulée tu la contournais pour la soutenir et la contraindre à descendre les marches pour quitter le cercle. Tu la relâchais directement et t'en éloignais de quelques pas.
Tu comprenais qu'elle avait invoqué le portail de l'extérieur et que la coïncidence magnifique d'Efrit tombé dans le cercle était un sacré coup de chance... Les quelques rayons de soleil qu'offrait cette fin de crépuscule permettait de baigner l'immensité de la pièce dans un infime rayon de soleil, celui du trône. Une infime lumière qui t'avais permis de détailler rapidement l'inconnue. Maintenant qu'elle s'en remettait à terre tranquillement, tu soupirais brièvement, tentant de reprendre ton souffle comme si que tu l'avais retenu jusqu'à maintenant. Tu venais d'encaisser une bonne vague d'adrénaline, ton corps tremblait de lui même face à cette courte expérience bien que ton esprit bouillonnait d'interrogations bien moins choqué. Tu tentais de te reprendre tandis que l'inconnue faisait de même derrière toi. Tu passais plusieurs fois ta main sur ton visage pour chasser la vision de l’œil et ton étrange pressentiment en sa présence. La jeune femme balbutiait après avoir vomit son dernier repas. Elle avait l'air aussi mal en point physiquement que psychiquement. Elle empestait l'hémoglobine et tu n'avais pas la moindre idée si c'était le sien ou non. Tu n'y voyais rien, te tenant à contre jour. Tu ton pantalon blanc se trouvait une tâche de sang identique à celui que tu humais.
Au bout d'une minute tu reprenais ton calme habituel en réalisant que l'Agence était en train de foutre le bordel dans la ville souterraine. Ton mur d'argile avait tenu, pour le moment personne n'avait atteint cette zone et les bruits de bataille restaient encore loin. Tu te tournais d'un quart pour observer l'inconnue et réfléchir rapidement. Tu replaçais ta lourde veste noir et rouge aux épaulettes d'acier, ta tenue "officielle" de vilain ; un pantalon blanc et un débardeur noir sous ta lourde veste. Ton regard reluquait brièvement la silhouette assombrie de l’étrangère à terre complètement tétanisée. Tu croisais son regard à travers la pénombre et levais le menton pour lui adresser la parole, hautain presque. « D'où tu sors comme ça ? Qui es tu ? Que fais-tu là ?! » A mesure que tu la questionnais ton intonation devenait plus dure. Tu te méfiais de cette femme comme de la peste. Elle avait du mal à se reprendre, complètement affolée par ce qu'elle venait de traverser. Inutile de tergiverser, il était évident que cette femme était une victime. Toi et ton esprit fulminant faisiez un tas de scénarios possibles. T'étais légèrement irrité, en proie au doute et à un nouveau dilemme. Que faire d'elle ? Connaissait-elle Gin ? Si oui, ta tête risquait encore plus de l'inquiéter. Tu l'approchais, agacé par son manque de réponse claire. Tu étais loin d'être tendre oubliant même de ménager cette pauvre femme en état de choque. Tu matérialisais une fine lame de glace que tu braquait sur son menton avant de revenir à la charge avec de nouvelles interrogations. « Gin ! Aboyais-tu, autoritaire, tu connais ce nom ? » sifflais-tu entre tes dents serrées tandis qu'une explosion très proche cette fois-ci retentissait. Ça n'arrangeait en rien l'état de l'inconnue que tu menaçais sans relever les festivités en arrivage. « Où est-il ?! » A l'appellation de ce nom, la jeune femme réagissait enfin. S'étai-il déjà fait connaître de l'autre côté?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 7
■ Age : 27

MessageSujet: Re: De l'autre côté ...   Dim 26 Mar - 15:59

"Il n'y a rien de plus à faire ? "- L'interpellé secoua la tête de manière négative et lui tendit le dossier en arborant une mine contrite. La rousse fixa de son regard clair les traits du chirurgien, y cherchant la moindre lueur d'espoir avant de tendre une main pour s'emparer de la liasse de documents qu'il lui présentait, le laissant s'éloigner sans ajouter la moindre parole réconfortante. Délaissée, elle se laissa aller sur les sièges parsemant le couloir vide et feuilleta rapidement la liasse de feuilles, ses yeux s'attardant sur des termes qu'elle ne connaissait que trop bien avant de refermer délicatement le dossier, consciente que son confrère était dans le vrai. Son père ne passerait probablement pas l'année, la tumeur était à un stade bien trop avancé, et elle en avait parfaitement consciente. Elle serra les dents pour tenter de ne pas céder à l'émotion qui la submergeait et chercha à retrouver son professionnalisme au moment où son père déboulait dans le couloir, visiblement en forme quant à lui. Serrant ses doigts sur le dossier, elle se releva pour le rejoindre, un léger sourire pour ne pas l'inquiéter davantage. La jeune femme savait qu'elle devrait le lui annoncer tôt ou tard, mais le moment n'était pas encore le bon, d'autant plus qu'elle n'avait pas la moindre idée de comment s'y prendre et personne pour la soutenir dans ce genre de moment délicat. Son père était, depuis des années, son unique point de repère, l'un des deux piliers sur lequel tournait son petit monde, l'autre étant son engouement manifeste pour sa profession. Si l'un des deux disparaissait, ce qui en soit était une achèvement logique d'une vie humaine, elle n'avait pas encore eu le temps de trouver comment stabiliser son univers sans lui, d'autant plus en ces temps troublés. Mais le politicien qu'était Alan Morgenthal savait aisément lire sur les visages, et décela bien vite que quelque chose rongeait sa fille alors qu'elle tentait désespérément de le lui dissimuler. Son état était peut-être plus préoccupant qu'il ne l'avait imaginé au final. Feignant l'ignorance, il rejoignit son unique descendance tout en calant tranquillement ses mains calleuses dans les poches de son costume. -"Alors, qu'en dit l'experte ? Pourquoi n'est-ce pas toi qui a fait l'examen d'ailleurs ?" - Emily secoua légèrement la tête ne faisant danser son épaisse crinière flamboyante et jeta un regard qui traduisait sa lassitude à son géniteur avant de répondre comme s'il s'agissait d'une évidence qu'elle lui avait mainte et mainte fois répétée. - "Je n'en ai pas le droit d'une part, question de déontologie. De plus, je ne serais pas objective, et tu le sais très bien. "- Le vieil homme haussa les épaules, visiblement peu convaincue par l'aspect rigoriste de sa fille qui, il le savait, n'était qu'une façade qu'elle devait à son devoir de médecin, et continua sa route tranquillement, embrayant sur un autre sujet comme si de rien n'était. Inutile de tenter de lui tirer les vers du nez, la jeune femme étant aussi butée que sa défunte mère, elle ne lui aurait probablement rien lâcher.

Les jours passèrent tranquillement, où ils se virent pourtant rarement, la jeune médecin se plongeant à corps perdu dans son travail où la main d’œuvre manquait cruellement en ses temps d'après-guerre encore bien proche, et fuyait le domicile familiale autant que possible pour ne pas avoir à affronter ce qui l'attendait. Son père n'était pas tellement plus présent à dire vrai, régulièrement en vadrouille pour son travail qui restait un mystère au yeux de la demoiselle, il ne revenait que tard et souvent bien trop fatigué pour se permettre de traîner à discuter avec sa fille lorsque cette dernière n'était pas encore à l'hôpital. Il fallut presque un mois entier à la rouquine pour trouver le moment propice, et c'est le corps brisé par une fatigue chronique et l'esprit abattu qu'elle fini par lui révéler que son avenir qu'il croyait bien plus long se révélait restreint à quelques mois à peine en raison de sa maladie se propageant à toute vitesse. L'emplacement de la tumeur, proche d'une partie intouchable du cerveau, la rendait inopérable, et la vitesse à laquelle elle grossissait interdisait tout espoir de rémission quelconque. A force de se développer, elle en viendrait en comprimer le cerveau contre l'os, provoquant au passage de nombreux dommages pour au final déboucher sur le décès inévitable du vieil homme. C'est en ces termes concis qu'elle lui exposa la situation, laissant sa peine sortir sans que sa voix ne tressaille pour autant. Mais alors qu'elle s'attendait à voir son père abattu, terrorisé par ce finalité bien plus proche que ce qu'il aurait pu envisager, elle se trouva face à un homme serein, trop serein, à tel point qu'elle le cru un instant dans une phase de dénis. C'est pourquoi elle se décida à user de mots extrêmement durs pour lui faire comprendre la situation. - "Papa, ce que j'essaie de te faire comprendre, c'est qu'il ne te reste plus que quelques mois à vivre. En étant optimiste … "- L'ancien militaire jaugea un moment le visage dépité de son enfant et esquissa un sourire penaud avant de soupirer doucement, puis tendit le bras au dessus de la table et se saisit de la main de sa fille unique avec délicatesse pour la serrer dans les siennes. - "J'ai compris Emily. Et je te remercie d'avoir été aussi franche. Mais ne t'en fait pas, ça va aller. J'ai eu une vie assez longue comme ça, et je n'ai pas envie d'en voir tellement plus à vrai dire. Donc, c'est presque une bonne chose. Si j'ai une raison de m'inquiéter, c'est plutôt pour toi." - La jeune femme serra les mains de son père dans les siennes et se laissa aller à sa peine sous les mots réconfortants de ce dernier. Les rôles étaient échangés. Mais maintenant que le plus dur semblait presque fait, la jeune femme se promit de passer le plus de temps possible avec lui, du moins pour le temps qu'il leur restait. Elle ne se doutait pas une seule seconde de la raison véritable qui poussait son père à s'inquiéter à son sujet.

Ce fut presque deux mois plus tard que la vie de la demoiselle bascula définitivement. Sur demande de son père, elle avait prit sa journée et l'avait accompagné lors de ce qu'il lui avait décrit comme une réunion politico militaire. Si elle ignorait tout du domaine dans lequel il évoluait vraiment, elle avait accepté en voyant peu à peu l'état de ce dernier décliner au fil des jours. Qui plus est, il semblait de plus en plus nerveux et inquiet, particulièrement lors des dernières 48h où il n'avait cessé de surveiller les alentours de l'endroit où il se trouvait, comme s'il craignait d'être suivi. Mais contrairement à ce que s'imaginait la demoiselle, il ne la conduisit pas dans les bureaux ministériels où il était censé travailler, mais dans une ancienne usine s'étendant sur plusieurs hectares, désaffectée depuis la fin de la guerre et tombant plus où moins en ruines au fil du temps. Sauf que l'endroit était loin d'être désert, et ce détail ne manqua pas d'interpeller la jeune femme qui une fois dans l'enceinte de l'usine stoppa la progression de son père pour s'informer de ce qui se tramait. - "Où est-ce que tu m'emmènes ? Je croyais que tu voulais que je t'accompagnes à une réunion ou je ne sais quoi … " - De nouveau, il observa les lieux avec appréhension et tira sa fille à l'écart dans un poste de contrôle abandonné avant de fermer la porte sous le regard plus qu'inquisiteur de la rouquine qu'il fuyait d'ailleurs. Fouillant dans sa veste de costume, il en sortit une arme de poing qu'il logea dans les doigts délicats de sa fille et braqua son regard sur son visage, l'air grave. - "Écoute moi bien Emily. Il se passe au gouvernement des choses graves ces derniers temps, et je veux savoir de quoi il s'agit. Je sais de source sûre que la dirigeante doit venir ici aujourd'hui, elle a demandé un escorte d'une demi-douzaine d'hommes armés pour la journée, sans donner de destination. Je la soupçonne depuis un moment déjà de vouloir davantage de pouvoir qu'elle n'en a déjà, et je ne suis pas le seul, quelques collègues voient aussi en elle un loup dangereux. J'ai besoin de ton aide, car je ne suis pas sûre d'être apte à tout comprendre, et ton intelligence sera un atout non négligeable.  Je sais que c'est dangereux ce que je te fais faire, mais le pays ne doit pas retomber entre les mains d'une désaxée à nouveau." - La jeune femme le fixa, l'air grave, incapable de savoir s'il délirait ou s'il était sérieux. Les sphères politiques n'avaient jamais vraiment intéressés la scientifiques qu'elle était, ce n'était que mensonges, magouilles et complots, et ça la rendait malade. Mais son père était habitué à cela depuis des décennies maintenant, or si même lui en venait à s'inquiéter à ce point, l'instant devait être grave. Peu rassurée pour autant, elle rangea l'arme dans la ceinture de son pantalon et acquiesça, indiquant qu'elle était prête à le suivre. Sortant de la guérite, ils se dirigèrent vers l'entrepôt principal et pénétrèrent dans ce dernier au moment où ils entendirent le ronronnement significatif d'un moteur non loin. L'ancien soldat envoya la jeune femme se dissimuler derrière un mur, elle eut toutefois le temps d'apercevoir d'étranges symboles gravés dans le sol bétonné du lieu avant que la pièce ne disparaisse de son champ de vision. Son objectif était clair, écouter le plus possible et tenter de percevoir des choses pouvant échapper à son père, ce dernier devant prendre part à la réunion.

Des voix s'élevèrent bien vite dans les locaux, résonnant contre les murs nus, et elle mit un certain temps avant d'en reconnaître certaines, d'autres lui étant totalement inconnues toutefois. Le nom de son géniteur fut prononcé, provoquant visiblement la surprise en ayant fait cavalier seul pour venir. Ils présentèrent également un nouveau venu semblait-il, répondant à un simple pseudonyme, du moins c'était ce que s'imaginait la jeune femme. La discussion démarra rapidement, les protagonistes étant visiblement impatients d'en venir au sujet le plus importants, pour autant Emily ne saisissait pas tout, pas mal de termes lui échappaient et elle ne comprit pas l'utilisation du mort alchimie, une science relevant de la pure fiction que l'on pouvait trouver dans les contes pour enfants. Or ces personnes, parfaitement adultes au demeurant, en parlaient comme s'il s'agissait de quelque chose de bien réel, tout comme la fameuse pierre philosophale censée transformer le plomb en or et rendre immortel. Elle se demanda l'espace d'une seconde si son père ne l'avait pas traîner dans une réunion des alcooliques anonymes, mais le sérieux de leur propos lui laissait croire qu'il s'agissait de quelque chose de concret, ce qui la perturbait grandement. La voix la plus grave qui conversait allègrement au début s'était tût depuis un bon moment désormais, et inconsciemment, la demoiselle prit cela comme une menace imminente et se tassa dans son recoin. Le silence se fit soudain alors qu'un crépitement assourdissant résonna dans la pièce, incitant la rouquine à jeter un infime coup d'oeil hors de sa cachette. Mal lui en prit, car comme s'il semblait précisément attendre cela, l'inconnu croisa le visage de la rouquine alors que les autres s'approchaient prudemment du cercle crépitant. Délaissant la foule, il rejoignit l'a gêneuse en deux enjambées souples et la tira sans grande délicatesse à la vue de tous, la maintenant fermement par le bras, ignorant sa mine apeurée. -" Quelqu'un peut me dire ce que fait cette fille ici ? Je croyais avoir été clair Katarina. La moindre entourloupe, et vous subirez le même sort que les autres." - Le père de la rouquine blêmit en voyant sa fille malmenée et visiblement apeurée mais ne broncha pas alors que la dirigeante s'approchait nerveusement de la visiteuse imprévue qu'elle dévisagea quelques secondes avant de se tourner vers son géniteur après l'avoir reconnu. - "Que fait votre fille ici Morgenthal ? Est-elle au courant de quoi que ce soit ?" - Le vieux soldat ne se démonta pas et esquissa un sourire penaud avant de faire quelques pas en direction de sa progéniture. - "Non, elle ne sait rien. J'imagine qu'elle a du me suivre, inquiète pour son pauvre père. Vous pouvez la lâcher, elle n'est pas une menace." - L'argentée esquissa un sourire mauvais et jeta un regard à sa prise. - Je n'ai pas le même jugement, bien au contraire. - "Gin, vous pouvez la libérer, je m'occuperais d'elle personnellement. Cela ne change rien à notre accord, soyez-en assuré." - L'interpellé lui jeta un regard froid de ses étranges iris jaunes avant de relâcher brusquement la jeune femme, la poussant délibérément vers ce qui semblait être son père. - "Faites ce que vous voulez, je ne veux pas d'imprévus, tenez-vous le pour dit." - Sur ces mots il gagne le cercle n'inspirant que de la crainte à la jeune médecin et leva l'une de ses mains au-dessus jusqu'à ce qu'il prenne une couleur rouge sombre, laissant finalement apparaître un halo lumineux semblable à un portail avant de se tourner à nouveau vers la plus haute autorité présente. - "Je reviens d'ici quelques jours, j'espère pour vous que tout sera prêt, je n'ai pas beaucoup de patience." - La fausse blonde acquiesça, un sourire mauvais sur ses lèvres carmines et fit un geste en direction de la rouquine et de son père aux peu de soldats présents à ses côtés. - "Emmenez-les, je déciderais de ce que j'en fais plus tard." - Le premier miliciens n'eut pas le temps de faire deux pas qu'il reçut une balle dans le genou qui le stoppa net. Le père avait réagit avec l'efficacité de l'ancien soldat qu'il était, et n'escomptait pas laisser sa fille dans ce pétrin, même s'il en pâtissait. Même à la retraire, il sortait rarement désarmé, et l'endroit fut bien vite submergé de fumée lorsque la fumigène qu'il avait lâché dans la foulée explosa. Saisissant le bras de sa fille, il l'attira non pas vers l'extérieur du bâtiment, mais vers le centre, l'endroit où se trouvait le fameux cercle. Repoussant les quelques assaillants sans parvenir à les distinguer, il trouva finalement le halo lumineux et poussa sa fille en avant jusqu'à ce qu'elle ne freine d'elle-même avant de mettre un pied là-dedans. -" Mais qu'est-ce que tu fais ?" - "Va-t-en ! Le pays est compromis, toi aussi désormais. Va dans l'autre monde et trouve un moyen d'arrêter ça !" - Il hurla soudain de douleur alors que son flanc se colorait d'un rouge bien significatif sous son costume. Emily se rua vers lui, posant une main sur sa blessure pour stopper l'hémorragie de manière instinctive mais il la repoussa et la força avec la force qu'il lui restait à pénétrer dans le portail. Elle se sentit happée en arrière, tenant toujours le bras de son père qui semblait pourtant retenu de l'autre côté. Elle aperçut quelques seconde le visage furieux de l'homme à la tignasse blanche qui l'avait repéré avant de disparaître complètement, consumée par le halo de lumière, qui laissa finalement place à une immense porte de pierre. Elle resta devant, perdue, jusqu'à ce que cette dernière ne s'ouvre pour laisser s'échapper une multitude de mains noires qui l'agrippèrent pour la traîner à l'intérieur de la porte. Elle se débattit pour se dégager de cette prise informe, prise de panique, puis ferma les yeux, se prit la tête dans les mains lorsque la pression qu'on infligeait à son esprit s'accentua et hurla alors qu'elle avait l'impression que tout autour d'elle cherchait à lui enfoncer un million d'informations de force dans le crâne. Des choses qu'elle ignorait, qu'elle croyait impossible. Lorsque ses paupières se rouvrirent douloureusement, elle croisa les traits de son père dans le néant où elle se trouvait, comme une dernière image qu'on lui offrait avant de mourir, car elle était persuadée que c'était là ce qu'il lui arrivait. Et c'était horriblement douloureux. Elle voulut le rejoindre, elle hurla pour qu'il l'entende, mais son corps était complètement paralysé et elle ne pouvait plus faire que cela, hurler à s'en déchirer la voix. Le noir se fit soudain, et un nombre incalculable de mains formées de ce qui semblait être de l'ombre l'assaillirent, comme pour la dépecer de part en part. Au milieu des ténèbres, elle aperçu une lueur plus claire, la fameuse lumière blanche dont parlait les livres traitant de la mort. C'était donc vrai … Elle tendit le bras vers ce point lumineux, ne désirant plus que se soustraire à cette douleur insoutenable, juste laisser aller. Tout ses membres semblaient sur le point d'exploser et elle allait renoncer à garder les paupières ouvertes lorsqu'un contact froid se fit sur son bras, la ramenant à une certaine forme de lucidité. Désespérée, elle s'y accrocha de toutes ses forces, refermant ses doigts teintés de l'hémoglobine de son propre père sur cette paume salvatrice et tira. Si rien ne se passa au début, la lumière finit toutefois par s'élargir et la pression de la main inconnue se raffermit sur la sienne, l'incitant à lutter davantage. Ce qui lui sembla être de longues et pénibles minutes ne furent en réalité que quelques secondes à peine avant qu'elle ne se retrouve à l'air libre à nouveau.

Le regard de la jeune femme balaya l'endroit, épuisée, mais ne reconnaissait rien, et sitôt qu'elle eut mit un pied sur le sol, elle se sentit partir en avant, cessant de lutter. Quelque chose la retint pourtant avant qu'elle n'aille s'écraser contre le sol et la soutint jusqu'à ce qu'elle s'éloigne des marches et de la chose d'où elle venait d'être tiré. Les informations encore trop nombreuses pour son cerveau malmené, les derniers événements. Tout cela était trop pour la jeune femme qui à peine délaissée sur le seul se retourna et lâcha le peu de contenu qui se trouvait dans son estomac, les membres tremblants. Des gouttes de sueurs perlaient sur son front pâle et elle dû s'y reprendre plusieurs fois avant de parvenir à se redresser sans menacer de tomber à nouveau. Ses yeux azur balayèrent les lieux mais elle ne reconnaissait rien, et surtout pas l'endroit d'où elle venait de partir pour finalement venir se poser sur l'unique présence humaine de l'endroit qu'elle observa sans pour autant oser manifester sa présence. Ce fut d'ailleurs cet homme qui brisa le silence en premier après avoir observer la nouvelle venue d'un air froid durant quelques secondes, lui posant une question à laquelle la jeune femme aurait également aimé pouvoir répondre. Encore tremblante, elle le détailla et remarqua l'étrange similarité entre le chevelure neigeuse du jeune homme lui faisant face, et celle de l'homme à qui elle devait sa présence ici. Mais face à ces propos, et au fait qu'elle ne reconnaissait rien, elle commença à imaginer la possibilité que son père ne lui ait pas raconté que des chimères et qu'elle soit bel et bien passé d'un monde inconnu. Cette idée l'amena à deux doigts de la panique et elle baissa les yeux jusqu'à retomber sur ses doigts tâchés de sang. -" Papa … "- Emily chercha à se relever soudain, se rappelant l'avoir vu gravement blessé mais son mouvement fut stoppé par une arme blanche dirigeait contre sa gorge alors que la voix dure de l'inconnu résonnait de nouveau, faisant tinté un nom désagréable à ses oreilles. Effrayée par la menace de l'arme, elle chercha à se protéger de ses mains, les croisant devant son visage. La suite la laissa un peu plus perdu. Sous ses doigts sales, un éclair bleuté illumina la pièce un dixième de secondes avant qu'une bande de terre ne se dresse entre elle et son agresseur, la protégeant de l'arme blanche. Ses yeux s'ouvrirent sous la surprise et elle en profita pour se reculer hors de portée du jeune homme avant de prendre appui contre un mur pour se redresser, sa main saisissant l'arme à feu dans sa ceinture pour la braquer sur l'inconnu à deux mètres d'elle. Les mains tremblantes, elle retrouva pourtant l'usage de la parole tout en essayant vainement de remettre de l'ordre dans ses idées. - "Il a … Avec Seyfried, il veut détruire le pays. Mon père, je crois qu'il voulait l'arrêter … On est où ici ? Qui es-tu ?" - Un nouvel élan de panique s'emparait de la rouquine qui peinait grandement à récupérer son sang-froid. Elle baissa légèrement l'arme à feu sans s'en rendre compte et balaya la pièce du regard, la gorge nouée avant de reprendre en relevant immédiatement le canon en direction de jeune homme – "Où est mon père ? Il m'a suivi dans ce truc. Il n'est pas sorti ?" - Une détonation proche la fit violemment sursauter mais elle n'osa pas détourner la tête, persuadée que l'homme face à elle pouvait être dangereux, il suffisait de voir son visage. Elle n'avait pas non plus prêté d'avantage attention au prodige qui s'était déroulé sous ses yeux quelques secondes plus tôt, trop obnubilée par ses deux idées fixes, trouver son père et savoir ce qui se tramait. Elle aperçu néanmoins non loin un cercle similaire à celui de l'entrepôt et le fixa, comme si elle s'attendait à voir de nouveau le halo lumineux s'élever et son père en sortir. Mais rien, juste le silence et ce regard glaçant qui l'observait. Perdant le peu de calme qui lui restait, elle haussa la voix, à nouveau prête à céder à la panique. - "Qu'est-ce qui se passe ici ?! C'est quoi ce cauchemar ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: De l'autre côté ...   Lun 27 Mar - 12:40

Contre toute attente, l'inconnue matérialisait un mur d’argile pour se protéger de ta menace te laissant perplexe. Tu dématérialisais ta lame avec la plus grande nonchalance alors qu'elle semblait se remettre difficilement de cet enchaînement d'action. Cependant, elle ne perdit pas le nord en se saisissant de son arme à feu pour te menacer à son tour. Elle ne faisait que se défendre et ton unique réaction fut cet haussement de sourcil, toujours aussi perplexe. Tu demeurais passif, tu n'avais pas bouger d'un pouce alors que ses mots te parvenaient enfin. Elle mentionnait le nom de Seyfried, LE bouc émissaire de Gin dans l'autre monde. Tu fis une moue, comprenant parfaitement qu'elle venait bien de l'autre côté et qu'elle était une simple victime. A nouveau elle te braquait avec cette attitude de brebis effrayée. Tu l'écoutais, fronçant inconsciemment les sourcils face aux interrogations désespérées de la rouquine. Quelle galère. Un truc pareil n'était pas anodin, cependant, tu accueillais la chose avec lassitude sans vraiment réaliser le petit cadeau qu'on te faisait. L'alchimie elle-même lui était inconnue et c'était tout à fait logique vu qu'elle venait de l'autre côté de la Porte. Le moment était mal choisi pour accueillir la demoiselle. T'avais déjà du mal à trouver un plan de fuite pour ta pomme et à cela venait s'ajouter une poire ! Tu n'avais ni envie de jouer les nourrisses ni les bons saint Maritain ! Le plus simple était de la tuer. L'idée te traverser l'esprit et s'y installer momentanément. Assez longtemps pour que tu perdes déjà patience en l'entendant s'affoler d'avantage après l’explosion. Tu t'approchais à nouveau sans la moindre précaution, tu n'avais pas vraiment d'avis quant au fait qu'elle eut usé d'alchimie précédemment. Et tandis que tu supprimais le peu de distance qui vous séparait, tu songeais encore à toute vitesse. Trop tard, tu tendais le bras pour lui arracher son arme et la saisir à la gorge de ton autre main glacée. Comme une piqûre de rappelle à ta personne. T'avais agi avec mécanisme. Tenant la jeune femme ainsi, tu te rendis compte de ce que tu allais faire et détournais cette attention en rapprochant l'inconnue vers toi. « Ecoutes-moi bien, tu vas faire tout ce que je te dis si tu veux survivre de ce côté. Tu relâchais ton emprise de barbare avant de lui rendre son flingue en main et l'attirer vers le fond de la cathédrale, derrière la vieille Statut du Dieu Leto. J'ignore comment mais, tu viens de traverser la Porte. Le monde tel que tu connais est tout autre ici bien qu'il soit similaire. » Tu la faisais passer derrière la statut, empoignant son bras avec force pour l'inciter à ne pas flancher. Bien que la pénombre régnait dans ce recoin, tu lui souriais férocement en ajoutant avec une certaine délectation de la position de l'inconnue. « C'est paradoxal, j'te l'accorde. En attendant ne pose pas de question et reste derrière-moi. » Tu étais très dur, conscient que tu ne la rassurais absolument pas. Tu te gardais de lui soumettre tes théories selon le sort de son père car toi-même tu n'avais pas tout saisi. Tu comptais la confier à un membre de l'Agence, persuadé que sa simple existence en dirait long sur les intentions de Gin et le grand danger qui guettait les deux côtés. Enfin, les plans de Gin serraient connus de Pandora. La jeune femme blottie dans un coin, tu disparaissais quelques secondes de son champs de vision pour transmuter à distance le petit podium et le déformer totalement en un pic d'argile. Ainsi, le cercle était brisé et le portail devenait inactif. Tu compliquais le retour de Gin au sacrifice de nombreuses vies de l'autre côté. Ce genre d'initiative était devenue ton quotidien que tu commençais à banaliser amèrement.

Tu empruntais le premier le passage secret derrière la statut pour t'empressais d'analyser les lieux. La voix te paraissait libre, les coups de feux incessants se trouvaient à deux rues d'ici. Tu sortis dans la rue et incitais l'inconnue à faire de même. Là, lumière matinale orangée du soleil inondait la ville souterraine d'une lueur agréable. La rouquine sortit timidement mais prestement dévoilant enfin son identité et une chevelure flamboyante qui n'avait rien à envier à une certaine thérapeute. Elle te rejoignait et s’arrêtait à mi-chemin en découvrant la particularité magnifique du plafond. En effet, Gin avait dressé une vitre énorme sous l'étang qui avait engloutit la ville. Le plafond devenait un paysage magnifique qui changeait en fonction de la voûte céleste, offrant ainsi la lumière. Tu la ramenais à son devoir et tu lui fis traverser les rues au travers de passages que tu empruntais sous improvisation. Très vite tu atterrissais dans un bâtiment dont tu reconnaissais l'emplacement dans la ville. Tu intimais à la rouquine de s'abaisser toujours en lui offrant unique ton dos comme soutiens. Autant dire qu'elle faisait preuve d'une force psychique respectable, concentrée sur sa survie. Des mouvements au loin attiraient ton attention et tu rejoignais l'une des fenêtres pour t'enquérir de l'identité de la petite escouade. La chance étant avec toi, tu reconnu Willem, blessé et pourtant bien actif en train de se cacher dans une bâtisse. Il était accompagné de deux soldats, eux aussi amochés. « Viens par-là. » demandais-tu à l'étrangère qui se déplaçait avec discrétion.
La rue traversée, tu gagnais le bâtiment occupé par l'Agence sans ménager ses soldats dissimulés. Ton intrusion t'attirais aussitôt les foudres des trois hommes qui te braquaient avec des armes bien sophistiquées. Il y avait un alchimiste dans le lot. La rouquine se dissimulait dans ton dos alors que Willem demandait à ses hommes de baisser leurs armes. Un ascenseur émotif très amusant. Tu fis un pas de côté et saisissais à nouveau le bras de la jeune femme pour l'amener au brun en proie à une certaine appréhension. Tu ne l'écoutais pas, il était en train de t'annoncer que la mission était un échec. « On devait juste repérer les lieux, estimer le nombre, analyser les structures... On s'est retrouvés pourchassés on a pas eu d'autres choix que de se retrancher dans la gueule du loup... » Tu plaçais la jeune femme près de lui en gardant ta nonchalance implacable. Tu ne lui laissais pas le choix, tu t'écartais ensuite pour saisir le col du brun et le ramener plus ou moins à lui. Ton regard colérique braqué dans celui inquiet du mercenaire tu lui dis. « Reprends-toi ! » Tu le repoussais aussitôt après l'avoir saisis comme une provocation. « Tu vas te tirer d'ici et emmener cette fille avec toi. Je ferrais diversion. »Tu lui assurais cela avec calme d'une voix quelque peu rauque. Willem se reprenait, ta présence semblait l'avoir rassurée suffisamment pour espérer fuir. La mission que tu lui confiait lui laissait croire qu'il en viendrait à bout sans problème. Malgré toi, tu arrivais tout de même à faire naître de bel espoir chez les autres. Tu lui expliquais quel chemin emprunter, sans te soucier des deux autres, ignorant jusqu'à leur présence. Tes instructions données, tu tournais les talons, conscient qu'il restait deux Homonculus. Les coups de feux qui jusque là s'estompaient peu à peu s'étaient arrêtés. Qui en était sorti vainqueur, tu l’ignorais. Dans tous les cas, t'allais devoir couvrir leurs arrières. Willem et l'étrangère quittèrent le bâtiment tandis que tu sortais pour mieux retrouver tes confrères.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 7
■ Age : 27

MessageSujet: Re: De l'autre côté ...   Lun 27 Mar - 14:08

Pas le temps de réagir ni même de faire preuve d'un minimum d'instinct de survie en tirant sur son agresseur lorsque ce dernier réduisit la distance les séparant, la jeune femme se retrouva bien vite désarmée et rudement plaquée contre le mur derrière, les doigts glacials de l'inconnu lui enserrant dangereusement le cou, ne laissant que peu de doutes quant à ses intentions. A côté de lui, elle faisait fragile et n'avait clairement pas la force de se dégager de sa poigne puissante, elle eut seulement le réflexe de saisir le poignet de l'homme de ses deux mains dans l'espoir vain de le faire changer d'avis. Emily n'avait rien d'une guerrière, et les confrontations physiques l'avaient toujours faite fuir, c'est pourquoi elle restait presque passive face à cette agression brutale, ne semblant qu'être spectatrice des actes de l'argentée. Mais contre toute attente, il ne sera pas sa prise jusqu'à la faire suffoquer, et la rapprocha de lui pour l'inciter à se montrer docile si elle tenait à sa survie. Malgré la situation plus que complexe, l'esprit pragmatique de la jeune femme fit son œuvre et il lui semblait désormais évident qu'elle n'était pas en position de marchander, encore moins d'imposer son avis. Se soumettre au bon vouloir de ce type était donc la meilleure option, surtout compte tenu les explosions qu'elle pouvait encore entendre non loin. Son arrivée en ces lieux étranges ne se faisait pas en temps de paix à l'évidence, et elle s'en retrouvait un peu plus vulnérable. C'est pourquoi elle se contenta d'acquiescer difficilement aux paroles de l'argenté sans le quitter des yeux pour lui assurer sa bonne volonté, autant que sa poigne le lui permettait, après quoi il la relâcha en lui rendant son arme qu'elle se hâta de remettre à sa ceinture, se sachant incapable d'en faire usage en fin de compte. Elle le suivit lorsqu'il ne lui laissa pas franchement le choix, la saisissant rudement par le bras, et ne put pourtant s'empêcher d'observer les alentours avec une certaine forme d'appréhension. La pièce immense ressemblait à une église, ou une petite cathédrale, mais la divinité qui semblait présider l'assemblée momentanément vide lui était totalement inconnu. Rien à voir avec le Christ ou une quelconque symbolique pouvant y être lié. Chose étrange toutefois qui la frappa malgré la situation, elle remarqua que malgré les propos absurdes de son père, ou ceux tout aussi étranges de cet homme, malgré le fait qu'elle semble bel et bien avoir basculée dans un monde différent du sien, elle comprenait pourtant le langage de cet inconnu, ce qui excluait l'hypothèse d'avoir simplement changé de pays. Il l'abandonna momentanément dans un recoin sombre, dissimulée derrière l'immense statue pour s'engager dans un passage précédemment dissimulé derrière le mur, ce qui laissa le loisir à la jeune femme de tenter de reprendre ses esprits. Ses yeux se posèrent sur sa main ensanglantée et elle serra les doigts, cherchant à se faire une raison. Où que puisse se trouver son père, il ne l'avait pas suivi derrière cette porte étrange dont l'existence ne semblait pas être un mystère pour tout le monde. La jeune femme avait beau être d'un naturel optimiste, elle comprit pourtant bien vite qu'il ne restait que peu de chances qu'il ait pu survivre, fut-ce d'un côté ou de l'autre. Cette pensée, même si finalement elle s'y préparait depuis plusieurs semaines désormais, la laissa vidée, abattue, mais eut au moins le mérite de réduire l'état de panique dans lequel elle se trouvait jusqu'à présent. Le retour de l'inconnu la tira de ses sombres pensées mais elle se garda pourtant bien de prononcer la moindre parole tant cet énergumène l'effrayait que ce soit pas sa stature imposante ou bien son attitude glaciale, de ce fait elle n'avait clairement pas envie de le provoquer en ne suivant pas ses recommandations.

Suivant l'argenté docilement, Emily ne manquait pas d'observer autour d'elle, toute information était bonne à retenir compte tenu du fait qu'elle se retrouvait totalement ignorante de l'endroit où elle avait bien pu atterrir. Même l'architecture aurait probablement pu l'aiguiller légèrement, si tant est qu'elle parvienne à en reconnaître l'origine, ce qui malheureusement, n'était pas le cas. Il sortit du tunnel et la pressa de faire de même, ce qu'elle s'empressa de faire, non sans une forme de crainte non dissimulée toutefois. Il la pressa davantage en l'incitant à avancer alors qu'elle avait inconsciemment ralentie le pas après avoir découvert l'endroit étrange où ils se trouvaient. Comme plongée dans une vie sous marine, elle pouvait profiter de la beauté aquatique en toute quiétude grâce à une immense voûte de verre. Malgré la situation qui semblait pressante, le jeune médecin se laissa quelques secondes envoûtée par la beauté froide de l'endroit jusqu'à ce qu'une nouvelle pression sur son avant-bras ne se fasse sentir, la tirant en avant sans ménagement. Elle détourna son regard du décor enchanteur et reprit sa course, sans pour autant se soucier réellement de la destination, ignorant tout de ce qui l'entourait. Au fur et à mesure de l'avancée dans les rues, l'inconnu finit par les conduire dans un bâtiment partiellement abîmé où il lui intima de se baisser pour éviter d'être aperçu de l'extérieur, ce qu'elle fit sans broncher. Emily n'avait toujours pas prononcer la moindre parole depuis qu'ils avaient quitter l'église, et l'envie de savoir où il l'emmenait comme ça commençait à la titiller, pour autant sa prudence lui dictait de faire profil bas. Il observa la ruelle au travers d'une fenêtre défoncée avant de lui intimer de le suivre une nouvelle fois pour traverser cette dernière pour rejoindre le bâtiment en face où d'autres voix pouvaient se faire entendre. Il ne fallut pas longtemps pour que les deux fuyards soient mis en joug, et la jeune femme se dissimula instinctivement derrière l'argenté qui semblait parfaitement maître de la situation malgré tout. Si elle n'avait pas la moindre idée des enjeux qui pouvaient se tramer ici, elle comprenait pourtant bien une chose, elle était tributaire de cet homme étrange si elle voulait rester en vie, cela paraissait comme une évidence à ses yeux. La menace ne dura guère longtemps toutefois, il semblait connaître les hommes lui faisant face et ne tarda pas à tirer la jeune femme hors de son dos pour l'approcher du jeune homme lui faisant face. D'aucun aurait principalement repéré l'arme imposante qu'il tenait pointée vers le sol, la rouquine elle s'arrêta sur l'épaule saignant abondamment du brun près de qui elle venait de se faire traîner. Elle écouta les propos d'une oreille distraite, comprenant rapidement qu'elle avait probablement atterrie au beau milieu d'une guerre, et sa gorge se serra légèrement. Elle en avait déjà connu les effets indirectement par le passé, se retrouver sur une champ de bataille l'angoissait et faisait remonter de mauvais souvenir qu'elle se pressa de refouler pour rester lucide. Les deux hommes semblèrent en venir brièvement aux mains alors que son sort à elle semblait passer d'un côté à l'autre sans même qu'on ne lui demande son opinion. Etre traitée comme un simple objet déplaisait fortement à la jeune femme, toutefois elle était prête à passer l'éponge si cela lui permettait de sortir intacte du champ de bataille. Elle acquiesça lorsque le brun lui lança un regard mitigé, puis il échangea quelques paroles avec l'inconnu aux cheveux blancs avant d'inciter la jeune femme à le suivre d'un mouvement de la main, remettant son fusil à l'épaule en ignorant totalement sa blessure au grand damne de la demoiselle qui n'osait imaginait les dégâts occasionnés par ce simple geste. Elle jeta un dernier coup d'oeil à l'argenté, avant de suivre le mouvements des trois soldats qui sortaient en formation dans la ruelle toujours déserte.

Ils traversèrent trois rues sans le moindre problème jusqu'à ce que le brun ne ralentisse soudain le rythme, conscient de la jeune femme dont il avait la charge peinait à suivre la cadence. Profitant de ce ralentissement forcé, il se porta à son niveau et vint s'enquérir de son état alors qu'elle lui semblait affreusement pâle, puis la questionna, gardant la voix basse. - "Que faites-vous ici exactement ? Qui êtes-vous ?" - La rouquine, essoufflée par le rythme soutenue qu'on lui imposait peina à prendre sa respiration pour pouvoir répondre, et le fit très rapidement, peu encline à s'épancher auprès du premier venu. - "Je m'appelle Emily, mais je ne sais pas vraiment comment j'ai atterri ici en réalité." - Son regard se posa sur l'épaule blessée du soldat et elle grimaça avant de reprendre en la pointant de sa main. - "Vous devriez soigner ça rapidement, au moins stopper l'hémorragie." - "Ca attendra, on doit d'abord sortir d'ici en un seul morceau. Ca va aller, vous pourrez suivre ?" - La rouquine acquiesça, pourtant pas vraiment convaincue malgré la belle assurance qu'elle affichait, et cela parut suffire au brun qui remonta au niveau de ses camarades pour reprendre la tête, laissant le soin au plus âgé de veiller sur leur protégée. Le silence qui régnait autour d'eux ne laissait en rien présager ce qui allait suivre et lorsque le premier soldat tomba au sol, inerte, la jeune femme resta stupéfaite, incapable de bouger l'espace de quelques secondes. La tête du concerné roula sur le sol pour aller s'échouer contre le mur le plus proche alors qu'une rire moqueur résonnait contre les parois. Emily recula de quelques pas alors que le brun la rejoignait prestement, et il la força à se mettre à couvert derrière un mur partiellement effondré. Son collègue se mit également en planque un peu plus loin et chercha l'origine de l'assaut sans parvenir à le localiser jusqu'à ce qu'une silhouette filiforme ne se dessine dans la lueur naissante du jour. Un jeune garçon, relativement fin et élancé à la chevelure blonde et particulièrement bouclée malgré leur coupe courte et le visage rieur. En un mot, absolument pas menaçant. -" Allez sortez de vos cachettes les enfants, ça sera rapide ! Comme votre pote." - Le brun jura, et tenta bien de lui coller une balle à l'aide de son fusil, mais l'énergumène esquiva la balle bien trop vivement pour que quiconque ne puisse vraiment l'apercevoir. Willem comprit alors à quoi il avait à faire et son sang se glaça. Sa dernière rencontre avec un homonculus avait tourné à la catastrophe, et cette fois, il n'y aurait personne pour le seconder. Son comparse tentait toujours de trouer de balles leur ennemi, sans succès, alors que le brun abandonnant son fusil de précision pour se baisser vers la jeune femme. - "Vous avez eut le temps de retenir les informations qu'il nous a donné ?" - La rouquine acquiesça, tremblante, avant qu'il n'enchaîne rapidement. - "Dès que vous voyez la moindre porte de sortie, partez d'ici et fuyez, sans vous retourner. C'est bien compris ?" - De plus en plus inquiète, la jeune femme indiqua une nouvelle fois son approbation, hésitante, après quoi le brun s'arma d'une arme de poing plus maniable et d'un sabre. Le jeune homme avait disparu, quelques secondes plus tard, un cri strident mais bref envahit l'endroit. Le second soldat venait de tomber. Willem blêmit, il savait qu'il n'était pas de taille seul à affronter un tel être, pas sans Maya ou Kyle en soutien. Mais le choix ne lui était pas offert cette fois, et il tira la jeune femme par la main pour changer de planquer, la forçant à pénétrer dans une bâtisse proche avant de lui-même prendre place derrière une ruine.

"Où te caches-tu petit être ? Je n'ai pas envie de jouer aujourd'hui, le maître ne doit pas tarder, j'ai plus important à faire, alors sort de ta cachette qu'on en finisse rapidement." - La voix fluette de leur agresseur ne traduisait clairement pas la cruauté qui l'habitait. Emily s'éloigna quelque peu de l'entrée, s'enfonçant plus profondément dans la maison partiellement détruite lorsque des bruit de lutte lui parvinrent. Relativement court, et elle ne tarda pas à entendre la voix fluette s'élever de nouveau, visiblement satisfait. Il la cherchait à elle désormais. Consciente que rester blottie quelque part sans bouger ne l'aiderait certainement pas, elle chercha à trouver une autre sortie à la demeure et déboucha en contrebas de la ruelle où se trouvait désormais les corps sans vies des trois soldats. Mais il ne fallut guère longtemps pour que l'autre ne la repère malgré sa discrétion. Il lui barra la route et repéra bien vite l'air craintif de la jeune femme, ce qui élargit un peu plus son sourire. - "Oh, tu as peur ? Suis-je si effrayant que cela ?" - Il étendit les bras et tourna sur lui-même comme pour vérifier avant de braquer ses yeux mauves sur la jeune femme. Cette dernière, en désespoir de cause, non consciente que se trouver face à un elle un être bien différent d'un homme, se saisit de son arme et la braqua vers le blond, tirant un rire moqueur à se dernier. Sans qu'elle n'eut le temps de le voir bouger tant il était rapide, elle sentit son bras violemment tiré en arrière, la douleur l'obligeant à lâcher l'arme, jusqu'à ce qu'un coup de pied derrière le genou ne l'oblige à tomber au sol, le bras maintenu dans le dos. Cette position avilissante et douloureuse la forçait également à fixer le sol, incapable de relever la tête. La jeune femme trembla, persuadée pour la troisième fois en peu de temps qu'elle était sur le point de passer de vie à trépas, ce qui sembla faire jubiler son agresseur, ce dernier se penchant au-dessus de sa future victime pour susurrer à son oreille. - "Supplie-moi. Peut-être que je pourrais me montrer magnanime avec toi." - Malgré toute la peur qui le vrillait les entrailles, la rouquine fronça légèrement les sourcils et secoua la tête lentement, de manière négative avant de formuler un mot de sa voix apeurée. - "Non." - Le blond se redressa, un sourire carnassier aux lèvres et tira davantage sur le bras de la rousse qui en gémit de douleur, l'épaule à deux doigts de se déboîter. - "Dommage pour toi."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: De l'autre côté ...   Lun 27 Mar - 15:47

Tu t'élançais sur les toits afin de prendre plus de recul et mieux repérer les derniers homonculus. T'étais déçu de cet échec, irrité par la faiblesse des humains. Combien d'humain fallait-il pour venir à bout d'un seul homonculus ? Ce scénario-ci commençait à chiffrer dangereusement et tu trouvais cela ridicule. Alors quand tu entendis des bruits d'affrontement derrière toi, soit en direction de Willem et la rouquine tu jurais furieusement.
Sur place tu découvrais au loin le cadavre des trois derniers membres de l'Agence pris au piège. Au bout de la ruelle se trouvait le coupable de ces meurtres. Il tenait l'étrangère à sa merci, taquinant celle-ci au profit du besoin sadique qu'il éprouvait. Tu continuais d'avancer avec cette cadence décontractée sous le regard inquisiteur de l'homonculus. Il suspendait ses sévices pour t'informer de la situation alors que t'enjambais un corps dépourvu de sa tête. « C'est fini, j'ai écrasé tous les insectes qui s'étaient infiltrés. Heureusement que Pitô et moi étions là, ce n'étaient que des éclaireurs. Ha ha ! Un peu plus et nous étions découverts ! » Tu ralentissais brièvement à l'approche du corps sans vie de Willem, tu lui jetais un regard méprisant avant d'accélérer. « Tsss... » Ton regard noir se posait sur celui mauve du monstre qui reprenait son discours auprès de l'étrangère. La rouquine tentait de se défaire de l'emprise avec une faiblesse digne d'un humain lambda. Elle n'avait rien d'une combattante et cet épisode en attestait parfaitement. L'homonculus te réprimandait, agacé par ta progression, déconcerté par ta présence et ton silence à mesure que tu approchais. « Que... qu'est-ce que tu fais encore-là ? Ce- cette humaine est à moi, laisses-moi! » Les deux protagonistes en face de toi firent tout deux les gros yeux lorsque tu tendis le bras tout en transmutant dans la continuité de celui-ci l''humidité ambiante pour former une lance. Cette fois-ci tu matérialisais une lance de glace qui visait radicalement la gorge du monstre. Ce dernier l'esquivait in extremis en délaissant sa proie au risque de perdre une vie. La rouquine s’effondrait sur ses genoux au même moment où tu la rejoignais. Là, tu lui portais un bref coup d’œil avant de te ruer sur ton ancien camarade.

Ta proie était complètement perturbée par ton changement de camp, par conséquent la première ouverture qu'il t'offrit fut la dernière. En effet, tu transmutais de manière acharnée afin de l'empêcher de se régénérer. Le combat durait à peine une trentaine de seconde car tu te saisissais de sa pierre lorsque celle-ci fut à découvert. Tu brisais l'objet entre tes doigts sans la moindre pitié délaissant une tâche d'hémoglobine entre tes doigts tandis que son enveloppe charnelle s'évaporait. Un spectacle toujours aussi beau, en quelque sortes. Avant de te tourner, tu fus quelque peu horrifié de constater que le liquide rouge réagissait avec ta peau et que tu en absorbais l'énergie. Ca te remettait en question bien que le moment n'était pas opportun. Tu tournais les talons, chassant cet événement horripilant pour rejoindre la rouquine. Sans un mot de plus ou bien la moindre compassion, tu lui indiquais de reprendre la route. Déconcertée, elle le fit, toujours aussi solide malgré tout ce bordel. Ta démonstration d'alchimie et l'assassinat d'un homonculus comme ceci à vif avait de quoi la rendre dingue.
Tu la rattrapais afin de le lui soumettre une cadence plus rapide. Chemin faisant tu te questionnais quant à tes intentions. Maintenant que tout les membres de la fête étaient morts, tu avais la possibilité de disparaître un court temps pour ensuite de décrédibiliser dans ce merdier. Cette fille était la preuve pour Pandora et peut-être même le monde entier qu'un autre monde existait. Le danger que représentait Gin était imminent et poussait nos protagonistes à agir vite. En l'occurrence, tu étais prêt à ramener cette fille toi-même à Pandora pour enfin démarrer la réelle contre-attaque. Tu étais plus que prêt à rencontrer le chef de l'Agence pour enfin lui exposer les réelles enjeux. Le désire de retrouver ta famille ne t'avais même pas effleuré et ce depuis longtemps. Pourtant, ramener l'étrangère en personne à Pandora revenait à rencontrer cette génitrice et peut-être à retrouver ta mémoire. Une angoisse que tu tentais de te dissimuler. Convaincu que tu n'avais plus peur de rien et que même des souvenirs d'un siècle ne pourraient t'ébranler d'avantage. Tu avais tord et heureusement pour toi et tes proches. Pour le moment, tu te terrais dans ce mur de glace qui noircissait ton humeur en plus de ton facial. Malgré le peu d'attention que tu lui portait, la rouquine te suivit jusqu'au bout. Si tu la voyait comme un outil intéressant, tu ne démentais pas le côté boulet que représentait ta responsabilité de devoir la conduire à l'Agence. Le retour à la surface fut accompagné des premiers rayons de soleil qui perçaient au grand jour. C'était très aveuglant vu la position topographique dans lequel vous aviez atterri.

Sans perdre de temps, tu attirais l'inconnue dans le bosquet en la tenant fermement par le bras.Tu fis  une centaine de mètres avant qu'elle ne te ralentisse subitement en daignant enfin se rebeller.  Tu la relâchais en adoptant son allure, le visage plus dur qu'intrigué. « On a pas le temps de s'arrêter... On devrait tomber sur un village à cinq cent mètres plus bas. » Tu comptais pas t'arrêter, tiens, juste emprunter un véhicule.
A une dizaine de mètres on pouvait voir briller la vaste étendue d'eau sous laquelle se trouvait la ville souterraine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 7
■ Age : 27

MessageSujet: Re: De l'autre côté ...   Lun 27 Mar - 17:14

L'arrivée inespérée de l'argenté eut pour effet de déstabiliser son agresseur et lui faire légèrement relâcher sa prise, suffisamment pour que la jeune femme puisse respirer à nouveau de manière correct. Consciente sans trop savoir comment qu'elle n'était probablement guère plus qu'un insecte insignifiant entre leur main, elle se fit la plus discrète possible pendant qu'ils échangeaient, semblant comprendre au passage que l'inconnu qui l'avait tiré de la porte semblait jouer sur plusieurs camps. Sans laisser à l'autre être la possibilité de comprendre véritablement la situation, il attaqua, le forçant à lâcher sa prise qui atterrit sur les genoux le temps de se rattraper, après quoi elle se dépêcha de sortir de la zone de combat, se réfugiant le plus loin possible en se redressant. Si son instinct lui dictait de prendre ses jambes à son cou tant les deux protagonistes présents semblaient dangereux, elle resta pourtant tétanisée face au spectacle qui se déroulait face à elle. L'argenté tira quelque chose hors du corps de son adversaire qui ne mit que quelques secondes avant de s'évaporer en une fumée sombre et fluide sous les yeux ébahis de la rouquine. Sans véritablement lui laisser le temps de comprendre la situation, il se dirigea vers elle et la saisit par le bras pour l'attirer dans sa course, loin d'adapter son rythme à celui de la jeune femme comme l'avait fait son prédécesseur ce qui compliquait grandement la tâche de cette dernière. Mais vu la situation, et les dangers qui devaient encore rôder dans les parages, elle se contenta de suivre docilement le rythme jusqu'à ce qu'il les fasse finalement sortir de cette ville sous marine pour retrouver ce qui semblait être la terre ferme. La jeune femme leva le bras pour se protéger des rayons du soleil qui les agressèrent à peine le premier pied hors de la cité, et mit un certain temps à s'adapter à la luminosité ambiante. Mais son pseudo-ravisseur ne lui laissa pas le temps de s'acclimater davantage à la tira une nouvelle fois à sa suite, adoptant un rythme soutenu qui ne semblait pas gênait sa condition d'athlète le moins du monde. Ce fut la pression de trop pour la jeune femme qui retira vivement son bras et stoppa net, le dardant de son regard clair, presque implorant. - "Ca suffit ? On va où comme ça ? Qui êtes-vous ?" - Tant de questions qui taraudaient son esprit pour lesquelles elle n'avait toujours pas eu le moindre esquisse de réponse, et ce type qui la traînait comme une vulgaire marchandise, ce qui commençait sérieusement à l'agacer malgré sa position de faiblesse dans ce monde inconnu. L'inconnu se contenta de ralentir l'allure, lui portant enfin un semblant d'attention malgré le faciès dur et froid qu'il arborait, avant de finalement reprendre la parole pour lui donner une vague indication sur leur destination, qui compte tenu de l'absence de repère de la rouquine, ne l'avançait en rien.

L'argenté lâcha finalement son bras, calquant son pas sur celui lent de l'étrangère dont le regard balaya l'étendue sauvage autour d'eux. Elle remarqua la masse aqueuse non loin et en déduisit bien vite que la fameuse ville en ruine où elle venait de voir tant de morts se trouvait en dessous. Elle tenta d'en mémoriser l'emplacement, consciente que se trouvait également là la porte de sortie vers son propre monde si tant est qu'elle puisse en comprendre le mécanisme. La devançant d'un pas à peine, il lui laissa le loisir de le détailler de dos, alors qu'elle prenait peu à peu conscience de la situation malgré la fatigue qui menaçait de la faire s'effondrer par terre. Les dernières paroles de son père lui revenaient en tête peu à peu, elle parvenait à réfléchir de manière plus posée désormais, et comprit qu'elle se trouvait désormais dans un pétrin sans nom, dans un monde inconnu, et clairement régit par des lois qu'elle ne comprenait pas vraiment. Des êtres humains qui n'avaient rien d'humains, ce qui ressemblait fort à de la magie et mettait à mal son esprit logique, et ce type sortit de nulle part qui l'entraînait visiblement dans un endroit précis sans pour autant se montrer enclin à l'informer de leur destination. Toutefois, en accord avec ses paroles, ils parvinrent rapidement à un petit village, et la jeune femme eut le loisir de découvrir partiellement le monde où elle avait atterrie. Certains points ressemblaient en tout point au sien, mais celui-ci était clairement moins avancé que le sien, à moins qu'il ne s'agisse là que d'un cas isolé. Elle fronça les sourcils en observant les lieux, ralentissant le pas en croisant quelques spécimens de la population locales qui les observaient avec insistance. Son guide lui ne semblait pas du tout enclin à ralentir, ni même à se soucier le moins du monde des badauds. IL traversa bien vite l'artère principale de la petite bourgade et ralentit le pas quelques secondes, semblant chercher quelque chose avant de se diriger vers des véhicules stationnés en retrait. Emily se laissa devancer, observant les quelques échoppes du lieu jusqu'à ce qu'il ne la rappelle à l'ordre, le nez dans les câbles d'une moto parquée dans l'ombre d'une maison. La jeune femme fronça les sourcils et croisa les bras, peu encline à le rejoindre, aussi lorsqu'il lui intima de monter, elle lui lança un regard sceptique. - "Où va-t-on ? Je pensais que nous prendrions un peu de repos ici. "- La fatigue se lisait aisément sur le visage pale de la demoiselle, l'abattement aussi, et un semblant de crainte dont elle ne parvenait pas à se défaire totalement. Reprenant un peu de contenance maintenant qu'ils se trouvaient à l'arrêt et à priori hors de tous dangers, elle poussa l'affront jusqu'à le questionner. -" Quel est ce monde ? Pourquoi m'emmenez-vous loin d'ici ?" - Tout en parlant, la jeune femme prenait appui contre une rambarde proche, les jambes brisées par la fatigue. Elle avait du mal à ne pas se laisser aller et à s'asseoir, et de ce fait la simple idée de monter sur la bécane la mettait mal à l'aise, l'exercice lui semblait impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: De l'autre côté ...   Lun 27 Mar - 19:46

Ton côté égoïste s'était d'avantage développé depuis que tu ne côtoyais plus l'Agence et notamment Maya et Beth. Tu étais bien moins sociable qu'à l'époque et d'autant plus exécrable et ronchon. Un rien t'irritait, tu n'avais plus de patience. Tout devait allait dans ton sens au risque de t'agacer. Jusque là, tout allait bien, vous arriviez dans le petit village sans trop de peine et tu trouvais rapidement un véhicule. Tu optais pour une moto pour la rapidité et efficacité en dénigrant totalement le côté confortable. C'était l'unique véhicule possédant suffisamment d'essence pour te traîner où tu désirais aller. C'était un gros engin, une belle bête capable d'encaisser ce voyage impromptu. Tu sommais à l'inconnue de grimper derrière-toi au risque de l'abandonner ici. Surtout qu'elle commençait à être bavarde et s'autorisait enfin à poser des questions. Ca aussi ça t'agaçait, toi qui était très peu loquace. Tu n'avais nullement envie de répondre, toi même ignorant ce que tu étais. Elle se serrait sûrement contenté d'un nom ou prénom mais, tu ne lui offris rien de tout cela. Tu gardais le mystère,n'ayant plus envie de te mêler par manque d'envie à la longue. Cette fille pourtant était tout aussi différente que l'avait été Maya les premières fois. Elle était dans une situation plus que désespérante et pourtant elle gardait cette force d'esprit. Si son corps flanchait, son esprit résistait. Avant qu'elle ne grimpe tu répondais à l'une de ses interrogations pour avoir la paix. « On est de l'autre côté de la porte, un monde parallèle au tiens. C'est tout ce que je sais alors magnes-toi de te poser sur cette moto avant que je ne rechange d'avis. » T'annonçais cela d'une manière lasse bien que tes intentions et menaces n'étaient pas à remettre en doute. Tu avais fais preuve d'un tac inattendu en ne l'invitant pas vulgairement à poser son cul. Non pas que ça te démangeait mais, tu voulais vite déguerpir d'ici sans plus tergiverser. Quelque peu têtue, elle était assez intelligente pour comprendre que tu n'allais pas lui faire de mal mais que tu étais capable de l'abandonner. Pas totalement satisfaite elle te demandait d'être un brin plus explicite. Tu inspirais profondément alors que tu démarrais l'engin, enfin en place. « Je t'emmène en lieu sûr, quelque part où tu auras tes réponses, cesses de me questionner maintenant. » Ton ton de voix était quelque peu plus neutre bien que ton attitude restait froide.

Tu prenais les rennes du bolide et tout deux firent la route non pas sans peine car l'étrangère réclamait du repos. Tu faillis t'arrêter pour l'abandonner définitivement sur le bord de route. Cependant, tu trouvais cela ridicule en vue des sacrifices endurés pour elle. Peut-être qu'elle était aussi importante que tu le pensais. Probablement rattachée à ce vieille homme qui semblait digne de confiance de l'autre côté. T'en avais pas la moindre idée et tu remettais ces interrogations à plus tard. Vous passiez pas loin de trois heures sur cette moto, l'absence d'étreinte de la jeune femme t'inquiétait tout le long de peur qu'elle ne lâche prise sous la fatigue. Ce qu'elle ne cessait de te répéter d'ailleurs ! Le réservoir d'essence à sec, il te restait quelques cent mètres avant d'arriver. L'étrangère était à bout de force et se refusait d'avancer. Agacé, tu te détournais avant de l’assommer sous une pulsion malsaine. Tu reconnaissais au loin le trompe l’œil de la montagne qui abritait le domaine de l'Agence. La rouquine était épuisée, elle n'avait plus le désire de te suivre ne se sentant plus totalement dépendante de toi. La voir ainsi capricieuse t'énerver d'avantage d’autant plus que tu étais proche du but. T'allais enfin pouvoir te débarrasser d'elle et vider ton sac pour mieux réfléchir à une stratégie. C'était là tous ce qui t'animait. Tu comptais bien pénétrer dans le sanctuaire de Pandora sans la moindre précaution en y allant tout simplement au culot. Tu n'étais plus à ça près. Car quand la rouquine se mit en tête de ne plus avancer tu n'eus pas d'autre choix que de l'y contraindre. Tu l'approchais devant son regard craintif. Sa docilité te troublait presque tant elle avait l'air fragile. Alors que tu approchais d'un pas assuré, elle, elle reculait jusqu'à s'empêtrer dans une branche de ronce passant par-là... La rouquine se retrouvait le fessier dans la terre, les pieds dans les ronces. Tu soupirais en te stoppant net face à son attitude effrayée. « Ecoutes, t'as pas vraiment le choix, princesse. J'ai pas de temps à perdre avec tes caprices.  » Sur ces mots tu reprenais ta marche pour réduire la distance et lui tendre une main en guise d'aide. Après hésitation, l'étrangère daignait accepter l'aide offerte sans voir arriver l'entourloupe. Une fois de plus, elle devait encore pensé que tu allais céder à une pause bien méritée. Ce fut tout autre, au lieu de ça tu la relevais avec fermeté avant de la soulever pour la hisser sur ton épaule gauche. Ainsi, tu la dispensais de marche et tu ne perdais pas de temps. Tu te permettais une petite ironie tandis que tu t’accommodais de son poids. « Là, voilà tu l'as ta pause. » balançais-tu avec sarcasme en faisant exprès de faire sauter ton épaule pour la déranger.

L'étrangère sur ton épaule tel un ogre ayant enlever une princesse, tu gagnait l'entrée du domaine. Le premier garde en poste repéré, tu l’assommais sans sommation pour ensuite progresser ainsi en fracassant les deux autres gardes d'une main un à un. Tant que tu n'étais pas repéré c'était facile. Quand ce fut plus le cas, très vite les gardes en poste se multipliaient et leur champs de vision avec ce qui fit que ta présence fut avertie. Sur le qui-vive, les soldats te prenaient pour cible réagissant quasiment instantanément en répliquant par alchimie. Tu te défendais, dressant des murs de glace et d'argile autour de toi pour vous protéger et te permettre de progresser. Il t'arrivais de répliquer pour assommer quelques gêneurs dans un angle dangereux. Tu traversais la cours principale en rameutant petit à petit un tas de garde. Soudain, une silhouette familière apparaissait devant toi, tu ralentissais avant de t'arrêter complètement. Là, tu levais le menton en signe de salutation. Archer sortait de sa torpeur pour venir te rejoindre et hurler aux gardes de cesser le feu. Sa présence seule suffisait à calmer la garde qui cessait toute activité. De ton côté tu dématérialisais tes barrières protectrices tout en replaçant correctement la jeune femme sur ton épaule. Le brun t’accueillait avec son optimisme habituel, il accourait difficilement avec sa condition physique. Ton ancien élève semblait s'être relevé d'un sacré combat en vu de sa difficulté à se mouvoir. Le danger écarté, Archer t'intimait d'approcher après t'avoir rallié sur la créature féminine inerte sur ton épaule. Tu lui faisais part de ton désire urgent de voir Pandora, ce à quoi Archer s'attendait sans grande surprise. Tu lui emboîtais le pas tandis qu'il te questionnait sans ménagement.

-Ca fait presque douze heures que l'escouade de Willem est partie, se pourrait-il que tu les ai croisé ?
-Ils sont morts.
-Quoi ?! S'étranglait-il en te dévisageant.
-Ils n'étaient pas préparés ... rétorquais-tu en serrant les dents.

Sur cette note, Archer se figeait avant de te laisser le dépasser pour ensuite se reprendre. « J'aurais du les accompagner, je suis le meilleur pisteur ! » Le brun se jetait la pierre alors que tu avançais avec détermination sans la moindre empathie pour ces hommes sacrifiés. Un sacrifice non futile étant donné que tu assumais enfin tes responsabilités.  Des soldats vous suivaient de loin, très rassurés. Ta présence réveillait presque les murs ! Archer jetait un œil à l’étrangère, sa présence l'intriguait enfin. Il te dépassait afin de t'ouvrir la voix et tu longeais un couloir en pierre ancien avant d'atterrir devant le bureau du chef. Archer s'était arrêté à mi-chemin, persuadé que tu ferrais une pause en appréhendant cette rencontre longuement attendue par certains. Seulement, tu n'étais pas aussi excité que ton ami. Non, tu voyais là une porte de sortie, une chance à ne pas gâcher. Les cartes étaient entre tes mains et il était évident que tu étais le seul à pouvoir les distribuer. Tu voulais des réponses et t'en apportais au passage dans ton interet. Le manque de souvenir te rendais bien moins émotionnel que la normale. C'est pourquoi ton intrusion dans le QG principale laissait penser que tu venais en territoire conquis.
C'est de tes deux mains que tu repoussais la porte du bureau avant de pénétrer plus ou moins brusquement dans la pièce. Imposant ta présence devant le regard ébahis d'une vielle femme assise dans le fond de son siège et un soldat venu lui informer peu à l'avance cet événement inévitable. Tu dévisageait brièvement cette femme en espérant au fond de toi un bride de souvenir qui ne se manifestait pas. Tu détournais le regard tandis que tu déposais l'étrangère.
Le soldat se fit tout petit, désireux de se fondre dans le décors il allait presque se confondre avec le mur le plus proche de la porte. Là, dans ton dos, il t'observait avec crainte alors que tu te délestais de ton boulet dans un des divans latéral. Le visage implacable, tu te redressais avant de venir faire face à la vieille femme debout derrière son bureau. Les mots lui manquaient et l'émotion se lisait sur son visage. Rien d'affolant jusque là, elle voulut prendre la parole la première, mais tu la devançais. Tu retirais ton médaillon que tu déposais sur le bureau avec un semblant de délicatesse avant de l'ouvrir.

-Je m'attendais à plus de résistance de la part d'une organisation ayant traversé les âges. Tu prenais cet air arrogant et méprisant alors que tu t'écartais du bureau en entamant presque les cent pas. Pas le moindre alchimiste digne de ce nom, aucun entraînement contre l'ennemi. Pendant que tu te planquais en essayant d'oublier l'alchimie, Gin découvrait un autre monde capable d'alimenter son alchimie sans heurter celui-ci. Tu te retournais pour pointais du doigts l'étrangère en retrait sur le sofa et appuyer tes propos. Cette fille vient de l'autre côté de la Porte. Tu auras tout le loisir de la questionner. Tu rapatriais ta main, ton regard émeraude soutenait avec une colère mystérieuse celui identique de la vielle chimère. Tu repris alors d'un ton plus las en quittant ta rage soudaine. Tes hommes étaient morts dés lors où ils ont trouvé le repère car ils n’étaient pas préparés. Pourquoi ne pas avoir essayé de me récupéré ?! Tu croyais que m'envoyer ton meilleur élève me ramènerait? Tu n'as pas confiance ? Tu crois peut-être que je n'ai pas mon libre arbitre ?
-Ca suffit ! Ordonnait Pandora sous le coup de la colère. Comment oses-tu te présenter à moi ainsi après tout ce temps ? Tu penses pouvoir me faire la morale alors que tu agis toi-même par intérêt. Tu n'as jamais tenté de prouver ton camps!
-Je l'ai fais pour t'aider !
-Tu l'as fais pour toi avant tout ! Tu aurais dû rejoindre l'Agence dés lors où Maya est venue à toi !
-Il comptait se servir d'elle pour t'atteindre, je ne pouvais pas prendre de risque !

Pandora écarquillait d'avantage les yeux, elle marquait un temps d'arrêt. Ce que tu venais lui rapporter ne faisait que confirmer ses pires craintes qu'elle avait toujours tenté de se dissimuler. Elle ne te faisait pas confiance et tu le voyais dans son regard emplie d'émotions. Son visage lui-même était indéchiffrable tant elle semblait bouleversée. A aucun moment elle n'aurait imaginé retrouver son fils dans de telles circonstances. Apprendre de ses erreurs ainsi était plus que honteux pour cette femme humble qui avait toujours tout fais pour protéger les siens. Aujourd'hui, elle était sur le point de comprendre combien elle avait été négligente en ignorant l'alchimie et ce fils qu'elle pensait corrompu. Quant à toi, tu prenais appuie sur le bureau, unique rempart entre toi et ta génitrice. Pandora se ressaisissait, elle passait sa main sur sa longue tresse grisée par les années tout en reprenant son sang froid. Elle affrontait de nouveau ton regard insistant, bien que la couleur différait, la forme et leur intensité lui rappelait celle de Gin plus jeune. Elle fut presque gênée en te regardant. Son silence t'agaçait.

-Même si ce que tu dis est vrais, pourquoi ne pas être venu plus tôt ?
-Je ne voulais pas me rappeler ! Mais là n'est pas la question ! Ne me reproches pas ce que tu as toi-même fais ! Si je suis venu en personne c'est pour te prouver combien l'heure est grave, c'est plus qu'une histoire de famille !
-... Tu ne te souviens toujours pas...
-Tsss... Ne changes pas de sujet...

Toi aussi tu donnais l'impression de détourner la conversation à ton avantage en essayant de squeezer le scénario du câlin. Rien que d'y penser t'avais la nausée et ce détail émotionnel te laissait penser que tu étais détaché. C'était tout autre mais la colère et la crainte te dictait cette attitude défensive très offensive. Tu lui en voulais de t'avoir envoyé Maya pour ensuite te la reprendre ainsi. L'amitié était un luxe que tu ne pouvais pas te payer et la mercenaire t'avait ruiné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 7
■ Age : 27

MessageSujet: Re: De l'autre côté ...   Lun 27 Mar - 21:33

Il ne lui laissa pas le choix et après avoir légèrement rassasié sa soif d'informations la contraignit à poser ses fesses sur la bécane qu'il venait de réussir à démarrer. Peu encline à le suivre docilement, la jeune femme n'était pas stupide au point de ne pas se douter qu'il finirait bien par mettre ses menaces à exécution et à la laisser en plan dans cet endroit parfaitement inconnu où tous ses repères étaient mis à mal. Consciente qu'il était probablement son seul espoir de survie dans ces contrées inconnus, sans pour autant être vraiment sûr de ces véritables intentions, elle monta précautionneusement à l'arrière du véhicule emprunté ( pour ne pas dire volé ) et se chercha une prise sous la selle pouvant lui éviter tout contact avec l'inconnu. Elle trouva deux poignées fines et s'y cramponna tant bien que mal alors que le conducteur ouvrait en grand pour quitter les lieux rapidement, sans vraiment se soucier de la condition de sa passagère qui luttait pour garder un semblant d'équilibre et surtout ne pas céder à la fatigue croissante de ses membres. A croire que son passage de la fameuse porte dont il lui avait parlé l'avait tout particulièrement affaiblie, et les événements qui avaient suivis avaient clairement aggravés le phénomène. Ce n'était donc que par une volonté de fer qu'elle parvenait encore à rester consciente et surtout stable sur la moto qui filait, menaçant par moment de l'éjecter en prenant des trajectoires douteuses. Aussi, dès lors que le bruit du moteur diminuait suffisamment, elle tenait rapidement le conducteur informé de son état de forme faiblissant dangereusement et du fait qu'elle ne tiendrait pas éternellement ainsi. La moto sembla avoir pitié d'elle car le réservoir fut à sec plus rapidement que prévu, les forçant à l'arrêt au beau milieu d'une route de forêt. La rouquine descendit prestement de l'engin et gagne les haies proches en déliant ses jambes endoloris avant de faire comprendre au conducteur qu'elle ne bougerait pas sans une pause, incapable de suivre la cadence qu'il risquait de lui imposer en marchant. Pour confirmer ses propos, elle croisa les bras et détourna le regard pour chercher un endroit où s'asseoir et récupérer suffisamment. Mais l'argenté ne l'entendait pas de cette oreille et son visage traduisait parfaitement l'agacement qu'il ressentait vis à vis de la demoiselle. Cette dernière avisa le regard sombre du jeune homme et recula lorsque ce dernier commença à s'approcher d'elle, à nouveau inquiète de ce qu'il pourrait en venir à lui faire. Son attention braquée sur lui, elle ne fit pas attention où elle mettait les pieds et sa cheville fut rapidement aux prises des ronces qui l'agrippèrent pour l'envoyer au sol après quelques mouvements un peu trop précipités de sa part. Voyant qu'il la rejoignait, elle releva légèrement un bras, prête à se protéger sans trop savoir de quoi en lui portant un regard légèrement craintif. Il stoppa devant elle et soupira en lui indiquant que le choix ne lui était pas offert après quoi il lui tendit une main en guise d'aide pour s'extirper de sa prison végétale. Hésitante, Emily saisit finalement la paume tendue s'en se douter de ce qu'il tramait. Non content de l'aider, il la redressa vivement pour ne pas lui laisser le temps de réagir et la hissa en travers de son épaule comme un vulgaire sac. D'abord surprise, la jeune femme se rebiffa finalement, particulièrement agacée désormais d'être simplement traitée en objet et lui asséna plusieurs coups dans le dos sans pour autant le faire réagir alors qu'il reprenait sa route. - "Ca va pas non ?! Lâchez-moi ! "- La seul réaction de l'argenté fut d'user d'ironie en arguant qu'elle pouvait ainsi se reposer, faisant au passage cesser rapidement la lutte inutile de la jeune femme. Dépitée, cette dernière se laissa tomber de tout son poids sur l'épaule de l'inconnu, s'accommodant de ses mouvements inconfortables avant d'appuyer sa tête sur sa main en regardant le paysage défiler tranquillement. C'était particulièrement humiliant pour la demoiselle de se faire trimballer ainsi et elle était particulièrement satisfaite qu'ils soient seuls dans les bois pour que personne ne puisse l'apercevoir. Toutefois, l'épuisement finit par avoir raison d'elle et les mouvements au premier abord désagréables de la marche rythmée de l'inconnu finir par la bercer, la faisant sombrer dans un sommeil presque comateux, incapable de lutter davantage.

Maya lisait, allongée à plat ventre sur son lit, elle avait réussi à récupérer tout ce qu'elle pouvait sur l'élaboration des chimères de classe S – soit très peu de documents en fin de compte – et tentait désormais d'en déchiffrer le plus possible à ce sujet dans le but d'accroître son contrôle sur elle-même. Les semaines avaient passées, Archer avait bien récupérer et ne semblait toujours pas lui tenir rigueur de ce qui s'était produit. Pouvant désormais se déplacer sans aide d'aucune sorte, il se contentait pourtant de rester au QG à la demande explicite de la jeune femme qui malgré tout avait besoin de son aide dans son entraînement. Elle craignait également qu'il ne risque sa vie à l'extérieur vu l'état déplorable dans lequel il se trouvait encore. Elle-même avait toujours interdiction de quitter l'endroit, soumise à l'autorité de la doyenne que pour une fois elle respectait, craignant trop les conséquences d'une nouvelle perte de contrôle. Concentrée sur ses recherches, elle mit un temps certain à s'extirper de sa bulle lorsque des exclamations se multiplièrent en provenance de la place principale, rapidement suivi par quelques grondements sourds. La cendrée se redressa en vitesse, manquant de s'empêtrer dans sa paperasse et de tomber, avant de rejoindre précipitamment la fenêtre donnant sur la cour. Le spectacle qu'elle y trouva l'inquiéta, car au milieu des blocs de glaces et de roches, elle put aisément apercevoir une silhouette en portant une autre au travers des gardes cherchant à les atteindre pour les stopper. Sa vision lui permit de définir rapidement l'identité de l'intrus et elle en eut rapidement confirmation lorsqu'Archer déboula sur les lieux et stoppa ce dernier avant de calmer le jeu avec les gardes. Kyle avait finalement décidé de venir volontairement voir sa mère. La poitrine de la jeune femme se serra légèrement au souvenir de leur dernière rencontre, elle redoutait ce qui pourrait suivre. Déportant très légèrement son regard sur le poids qu'il portait, elle tenta également d'en définir l'identité, mais une épaisse tignasse rousse lui barrait le visage. Si sa première pensée alla à Beth, elle se reprit bien vite, cette dernière habitant au QG depuis un bon moment désormais. Sans attendre davantage, la jeune femme sortit en trombe de sa chambre, et dévala les escaliers pour rejoindre les deux hommes le plus rapidement possible. Elle arriva au bas des escaliers peu de temps après qu'ils soient passés devant et tenta de les rattraper avant de les entendre discuter. Un peu trop curieuse, la jeune femme freina son élan et écouta leur propos avant de se figer, une main sur le mur proche lorsque Kyle balança la nouvelle sans une once d'émotion dans la voix. Willem était mort. Elle accusa difficilement le coup, se retenant au mur immobile, les laissant ainsi prendre une avance certaine. Prise de vertige, la chimère se trouvait incapable de réagir à l'annonce qui ne lui était pas destinée. Même les larmes ne semblaient pas en mesure de traduire le sentiment qui lui enserrait la gorge et son regard resta désespérément sec et vide. Par automatisme dans un premier temps, elle fit un pas, puis deux, avant de reprendre sa marche pour poursuivre les deux amis en direction du bureau de son maître, car il lui semblait évident qu'il s'agissait là de leur destination. Elle arriva sur les lieux alors que Kyle semblait déjà à l'intérieur et clairement en plein conflit avec sa mère au vu des éclats de voix. Elle repéra également la silhouette d'Archer légèrement en retrait vis à vis de la porte mais qui ne semblait pas perdre une miette de ce qui se disait et s'approcha finalement doucement jusqu'à ce qu'il repère enfin sa présence à la différence des autres. Elle croisa son regard flamboyant, voyant bien l'hésitation qu'il avait à prendre la parole, c'est pourquoi pour couper court à toute parole maladroite elle le coupa net et lâcha d'une voix froide, mécanique. - "Je sais. J'ai entendu." - Détournant les yeux, elle les posa sur le dos du fils prodige en plein règlement de compte et garda le silence, peu encline à montrer la moindre forme d'émotion.

Affronter ainsi son propre fils mettait à mal la vieille chimère qu'était Pandora. Cet homme qui se dressait face à elle n'était clairement plus l'enfant qu'elle avait perdu, et son visage si froide lui rappelait tant celui de son père qu'il lui était difficile de faire la part de chose. La seul différence avec Gin, c'était cette flamme émeraude qui animait le visage impassible de l'alchimiste. Pendant longtemps elle avait appréhendé cette confrontation, depuis le jour où Maya était revenu avec la certitude de l'avoir trouvé, et force était de constater que sa jeune élève ne s'était pas tromper, elle ne pouvait avoir le moindre doute quant au fait que ce fût bien son enfant qui se trouvait face à elle, la mettant ainsi face à ses propres erreurs. Ses yeux marqués par le temps dérivèrent de son enfant pour venir se poser sur l'inconnue inerte sur le divan tout en faisant un lien rapide avec les propos de Kyle. Un autre monde. Comment était-ce possible ? La porte ouvrait sur la Vérité, non pas sur un monde différent. Gin avait-il poussé ses expérimentations jusqu'à plier la Vérité elle-même à sa propre volonté ? Cette simple idée effraya la doyenne qui prit alors conscience de la puissance que détenait véritablement son ancien amant, bien plus dévastatrice qu'elle ne le craignait. La vieille chimère passa une main fatiguée sur son visage avant de la reposer à plat sur le bureau, faisant à nouveau face à son fils. -"Combien de temps nous reste-t-il exactement ?" - La réponse n'eut pas lieu car un gémissement douloureux se fit entendre du côté de la nouvelle arrivante qui semblait reprendre conscience difficilement.

Ignorant le mal de tête envahissant qui la taraudait, Emily réussit à ouvrir péniblement les paupières, déjà consciente qu'elle ne se trouvait plus sur l'épaule qui l'avait malmené jusqu'alors, mais sur un matériaux bien plus confortable. Et qu'elle n'était également plus seule avec l'argenté puisque diverses voix s'élevaient désormais autour d'elle. Reprenant conscience bien plus rapidement après s'être rendu compte de ce fait, elle se redressa vivement, ignorant l'engourdissement de ses membres et posa un regard inquiet autour d'elle avant de finalement observer les personnes présentes. L'inconnu qui l'avait traîné jusqu'ici, une dame bien plus âgée au regard tout aussi magnétique et perçant que le jeune homme, et en dehors de la pièce, légèrement en retrait près la porte, deux jeunes gens qui visiblement tenaient à rester discrets pour le moment. La jeune femme voulut prendre la parole mais la doyenne ne lui en laissa pas le temps et s'adressa à elle avec une certaine douceur en voyant son visage éreinté et anxieux. -" N'ayez crainte, nous ne vous ferons aucun mal, vous êtes en sécurité ici. Il me semble que vous avez besoin d'un peu de repos à votre mine fatiguée. Nous parlerons plus tard." - Pandora posa son regard clair sur sa jeune disciple qu'elle savait dans l'ombre du brun malgré sa discrétion et reprit. - "Maya, occupe-toi de cette jeune femme s'il te plaît. Je vous rejoindrais un peu plus tard, je dois parler à mon fils." - La cendrée sortie de la pénombre, quelque peu agacée que son maître ait révélé sa présence et pénétra dans le bureau pour se diriger vers la jeune femme rousse, non sans un regard discret en direction de l'alchimiste qui ne daigna pas lui accorder la moindre attention. Encore sous le choc de ce qu'elle venait d'apprendre, la chimère prit sur elle pour ne pas paraître trop froide et tendit une main qu'elle voulait rassurante à l'inconnue. - "Venez avec moi, on va s'occuper de vous." - La rouquine leva les yeux vers la seule tête un tant soit peu familière présente dans la pièce, clairement pas encline à quitter ainsi celui qui l'avait sorti de la porte, mais la situation l'exigeait. C'est pourquoi, malgré la manière dont il l'avait traité, elle avait quand même conscience qu'il l'avait aidé, et lorsqu'elle le leva, au lieu de suivre la mercenaire, elle s'approcha timidement du garçon et hésita quelques secondes avant de prendre la parole. - Même si j'ignore pourquoi vous avez fait ça, je vous en remercie. - Malgré ses paroles, Emily avait toutefois conscience d'être une sorte d'éléments importants à leurs yeux, comme le vestige d'un monde dont il ignorait tout, le sien. L'idée d'être traitée comme un objet durant un long moment encore lui traversa l'esprit, mais si cela lui permettait d'en apprendre un peu plus sur l'endroit où elle se trouvait et ce qui se tramait concernant son propre pays, c'était une concession qu'elle était prête à faire. Maya s'agaça légèrement en observant la rousse et l'incita une fois de plus à la suivre, délaissant la mère et son fils, fermant même la porte du bureau à la demande de cette dernière.

Encore sur la défensive malgré tout, la vieille femme se laissa aller sur son siège et invita le jeune alchimiste à faire de même. Ils n'étaient plus que tous les deux désormais et elle éprouvait le besoin de parler avec lui, ne serait-ce que pour comprendre le plan d'action de Gin et ce qui les attendait réellement. Elle reprit finalement la parole, faisant ainsi écho aux derniers propos de son enfant. - "Tu dis ne pas vouloir te souvenir. Pourquoi ? La vérité t'effraie-t-elle à ce point ?" - Elle porta son regard de jade sur le jeune homme avant de se reprendre, consciente qu'une fois de plus, elle avait mal choisi ses mots. - "Oui, je le concède, j'ai eu du mal à te faire pleinement confiance. J'ai vu ton père sombrer dans la folie sans pouvoir rien faire. J'aurais du le tuer avant … que tout cela n'arrive, je n'ai pas pu. Et j'ai craint que tu ne suives le même chemin dans l'ombre de cet homme. C'est pourquoi je t'ai envoyé Maya, je savais que je ne pourrais pas faire ce que je devais si par malheur tu avais suivi le même destin que Gin. Maintenant que tu es là, je comprends que tu n'es pas ton père, et je te présente mes excuses pour ne pas t'avoir fait confiance mon fils. J'espère que tu pourras comprendre … "- S'adonner à une telle confession n'était pas dans les habitudes de la vieille femme qui malgré tout était au fond heureuse de revoir son enfant. Toutefois, et comme il l'avait soulevé lui-même, l'heure n'était pas aux retrouvailles familiales, mais à un plan d'action, et avec la perte de très bon éléments, l'agence se retrouvait mise à mal. Elle enchaîna alors bien vite, retrouvant son autorité naturelle et reprit, le visage marqué par l'inquiétude. - "Concernant cette jeune fille, tu dis qu'elle vient d'un autre monde ? Gin compte s'en servir pour refaire une pierre ? Et d'ailleurs, comment est-elle arrivé ici ? C'est lui qui l'a ramené ?" - La louve était prête à s'expliquer avec le jeune homme aussi longtemps que nécessaire pour trouver un nouvel angle d'attaque plus efficace, et elle avait pleinement conscience que le concours de son fils serait un atout non négligeable.

Devançant la rousse, Maya rejoignit les escaliers en silence, sans prendre vraiment conscience que cela pouvait inquiéter un peu plus la nouvelle arrivante qui semblait clairement perdue dans cet environnement ne lui évoquant rien. Elle ne parvenait pas encore à assimiler la nouvelle et se décida à parler pour donner le change et surtout s'occuper l'esprit. - "Alors comme ça il existe un autre monde … A quoi ressemble-t-il ?" - Emily qui jusqu'alors respectait le silence pesant que lui offrait cette femme froide et intimidante lui lança un regard surpris avant de réfléchir quelques secondes à la question. -" Cela ne semble pas être très différent d'ici en réalité. Enfin, pas de ce que j'ai pu en voir en tout cas, j'avoue ne pas être là depuis bien longtemps et votre … collègue ne m'a pas vraiment laissé le temps de visiter à vrai dire." - Elle esquissa un timide sourire teintée de fatigue à l'encontre de sa guide temporaire qui ne releva pourtant pas et enchaîna, quelque peu poussée par la curiosité. - "Par contre, il y a une chose qui m'échappe. Comment faites-vous pour manipuler les choses sans les toucher ? Je veux dire … j'ai vu des hommes créer des lances à partir de terre en quelques secondes, comme ça. "- Maya se stoppa net, manquant de se prendre la rouquine dans le dos avant de se tourner vers cette dernière, les sourcils froncés. - "L'alchimie n'existe pas chez toi ?" - Une fois de plus la cendrée oubliait les bases de la politesse sous la surprise. Voyant que sa protégée secouait la tête de manière négative, elle soupira doucement. -" Quelle chance … Enfin, on verra tout ça plus tard." - La jeune femme tendit l'oreille en saisissant des bruits de pas qui semblaient les rejoindre depuis le haut de la bâtisse avant de tourner les talons. - "Viens, on va te trouver des vêtements propres et de quoi manger." - "Ce n'est pas de refus. " Maya lui indiqua une chambre pour les invités de passage avec tout le nécessaire à l'intérieur et lui indiqua l'emplacement de la cuisine et de la cantine, lui demandant de l'y rejoindre lorsqu'elle serait prête après quoi elle lui laissa une certaine intimité et fit demi-tour pour croiser Archer dans le couloir sans s'en rendre réellement compte tant elle était plongé dans les méandres de ses interrogations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: De l'autre côté ...   Mar 28 Mar - 11:42

Sage et réfléchie, Pandora consentait probablement à reconnaître u s'écraser devant ses tords en évitant de provoquer d'avantage ta colère. Elle l'avait vu cette lueur enflammée dans ton regard et s'était résolue à t'accorder la crainte dont tu semblait te dissimuler à travers cette colère et ces reproches. Ce regard d'acier lui rappela non pas son ancien amant mais un jeune héros de jadis, Edward Elric. Ce garçon fut animé par une volonté d'acier qui se lisait dans son regard ambré. Pour toi, c'était un brin différent car ton regard était perçant.
Elle se terra dans un court silence avant de ne poser une main sur son bureau pour reprendre le fils principal de la conversation. A présent elle consentait à te prendre au sérieux en te questionnant. Tu t'apprêtais à rétorquer quand l'étrangère se manifestait de manière peu discrète. Pandora l'interpellait aussitôt sans trop la brusquer, un tact délicat qui t'intriguait sur le coup. Un instant de quiétude pendant lequel tu dévisageais enfin cette vieille femme qui se révélait être ta mère. Tu tentais de forcer ta mémoire à se manifester, désespéré à l'idée que cet espoir fut vain. Tu détournais le regard rapidement dans un profond soupire tandis que l'attention était toute tournée sur la rouquine. Tu présentais les signes du type agacé en tournant d'un quart sur toi-même. Là, tu remarquais brièvement la présence d'Archer. Instinctivement, celle de Maya ne faisait aucun doute. D'ailleurs ce sentiment fut très vite confirmé par la doyenne qui s'adressait à la mercenaire tapis dans l'ombre. Lui confier l'étrangère était la meilleure solution qu'avait la vieille chimère. Si le nom de la mercenaire te fit presque frissonner, l'adjectif qu'utilisait Pandora en te désignant, ça, ça t'irritait les oreilles. Tu levais le menton en tournant de nouveau le dos à tout ce petit monde, la vieille toujours dans ta ligne de mire. Maya faisait son apparition dans la foulée pour s’exécute, ton regard alourdit s'attardait sur les murs qui te faisaient face. Ton regard  balayait la bibliothèque murale sans le moindre intérêt. Tu sentis la jeune femme décolorée se mouvoir derrière-toi sans daigner lui prêter la moindre attention.
Tu fus surpris lorsque l'étrangère vint se planter près de toi pour te remercier. Sur le coup tu eus du mal à saisir le sens de ces remerciement tant il était peu évident pour toi de saisir ce genre d'émotions. Tu lui jetais un regard inquisiteur, l'observant un court comme si qu'elle t'avait posé une  colle. Maya rappelait la jeune femme auprès d'elle tandis que tu croisais le regard de Pandora.
Une chose était sûre, les trois que tu avais cherché à protéger étaient en sûretés et présents. Bientôt vous alliez vous retrouvés seuls et tu appréhendais cet instant en ayant pourtant envie de soulever le mystère.

La porte clos, Pandora fut la première à briser le silence après t'inciter à t'installer. Terminé les intonations de voix en tout genre et autre reproches douteux. Cette fois elle revenait à la charge en reprenant tes précédentes paroles. Elle n'avait pas l'air de comprendre ce qui pouvait bien t’effrayer dans ton passé. Ce manque de jugement de sa part te rebutais quelque peu ça t'aurait braqué quelques mois auparavant. En l'occurrence, tu pouffais avec sarcasme sans l'ombre d'un sourire. Face à ton cynisme, Pandora adoptait une manière plus emprunte de tact pour dialoguer avec toi. Elle était méfiante et tu ne pouvais lui en vouloir. Tu étais conscient de l’ambiguïté de ta position et l'assumais parfaitement. La vieille chimère tenta d'ailleurs de se justifier en teintant ses paroles d'excuses que tu acceptais par ton silence investigateur. Gin avait perdu la tête des siècles auparavant, le pouvoir l'avait corrompu et il s'était totalement détaché de sa condition d'humain. Tu étais assez lucide pour réaliser que ton géniteur tentait de te noircir à son image. Tu n'avais pas son vécu ni sa manière de réfléchir, même l'esprit manipulé tu avait réussi à garder ton libre arbitre. Une force de caractère que tu devait à ta mère et non à ce père sombré dans sa propre noirceur.
C'est pourquoi, dépourvu du moindre souvenir de ton passé tu n'arrivais pas à te rassasier de ses excuses, ce n'était pas suffisant pour ce surplus de haine entremêlée à la frustration en toi. Toi-même tu ignorais ce que tu voulais ou encore ce que tu espérais réellement en venant ici. Pour le moment, parler des plans de Gin était mieux que de laisser un blanc inonder la pièce d'émotion diverses. Quelle horreur. Tu te voilais la face en réprimant tes ressenties par anticipation. Comme si que tu te protégeais, tout simplement. Car l'idée de l'étreindre t'était impensable tant tu te refusais la moindre faiblesse.
« Quelque chose comme ça, je crois qu'il va créer une Pierre et un cercle à l’échelle démesurée. J'ignore comment il compte s'y prendre, je manque d'information... » Tu détournais le regard, quelque peu gêné. Conscient que sans ta mémoire tu n'étais autre que l'ombre de toi-même. Sans toute ta connaissance tu n'étais pas assez efficace et compensais par tes aptitudes physiques que tu surmenais.Tu repris la parole avec un soupçon de reproche dans ta voix, tu étais tellement frustré. « Je pensais que tu saurais comment me rendre la mémoire.  Tu feintais de ne pas être plus touché par cet échec en renchérissant. En sacrifiant une poignée d'humain il a réussi à atteindre un autre "privilège". J'ai également passé cette Porte, j'ai vu ce monde et j'ai extirpé cette fille de cet endroit pour une raison que j'ignore, je crains que ce soit un accident. Quoi qu'il en soit, Gin devrait revenir d'ici six à sept jours …  tu te perdais momentanément dans tes réflexions avant d'ajouter pour toi-même, selon le temps qu'il mettra à revenir... » Tu soupirais, excédé par cette situation qui t'échappait, tu passais ta main fraîche sur ton visage épuisé. Tu n'avais pas dormi depuis environs quarante huit heures et cet effort tu le devais à ta condition d'homonculus. L'absence de Gin te tracassait tellement que tu n'avais pas voulu gâcher la moindre heure à dormir, ridicule. Tu restais vague sur le sujet, n'osant lui parler des nombreux sacrifices qu'occasionneraient ton initiative. La vieille femme n'était pas dupe et connaissait l'enjeu de l'alchimie tout comme ses principes.
La conversation continuait de bon train, vous laissiez tout deux de côté cette histoire familiale au profit d'échange d'information. Pandora retrouvait peu à peu sa combativité, quelque peu frustrée d'avoir portait des œillères tout ce temps. Mais, comment l'en blâmer ? Tu restais dans son bureau à parler pendant pas loin de trois heures tant tu avais long à lui raconter depuis ton réveil. Tu lui dévoilais tout sans omettre le moindre détail, lui prouvant au passage combien tu étais sincère. La fatigue menaçait de te rattraper bien que tu l'ignorais. Quand la doyenne reconnu les signes de la fatigue, elle te fit la morale concernant la mise au point du plan. En effet, il fut compliqué de te résonner tant tu voulais tout régler dans la foulée. Cependant, avec la disparition de l'escouade de Willem et ce nouveau tournant de l'histoire qui s’apprêtait à exploser, l'Agence n'était pas prête à remettre le couvert. Ton manque de compréhension te rapprochais d'avantage de ton maître, te rendant impulsif.et fermé. Alors tu te relevais un tantinet irrité de l'entendre suggérer que le restant de cette journée serrait consacré au deuil de Willem et ses soldats. Le jour suivant servirait à mettre un plan au point concernant la suite des événements. Pandora comptait bien profiter de ta participation et de l'absence de Gin dans ce monde-ci.

Archer demeurait passif, tapis dans l'ombre de la porte il s'était éloigné peu après que Maya ne sorte l'étrangère. Il était redevable à l'argentée de lui avoir coupé le sifflet avant qu'il ne se mêle de quelque chose qui le dépassait. Ca le mettait en rogne d'encaisser passivement cet échec de Willem. Si lui avait serré les poings, Maya s'était contentée d'écouter passivement. Comme toujours, elle avait gardé pour elle ses émotions en faisant profil haut. Alors quand elle quittait le bureau accompagnée de l'inconnue, notre alchimiste l'observait s'éloigner avec un sentiment de frustration. Les portes fermées, il décidait par la suite de s'éloigner en direction de Maya. Décidé à débriefer de suite avant qu'un coup de sang ne lui monte à la tête. Binômes depuis un petit moment, ils avaient traversé peu et suffisamment à la fois pour êtres confiants. La mort de Willem et l'arrivée inopinée de Kyle était un mal pour un bien assez pesant. Surtout que l'alchimiste de glace avait le chic pour annoncer les mauvaises nouvelles. Il était si expressif...  Là, à quelques pas dans le couloir où se trouvait la chambre de l'étrangère, Archer ne cessait de cogiter. Ça lui ressemblait peu de réfléchir autant. Il se demandait si Kyle serrait revenu si Willem n'avait pas échoué. La Fatalité avait très probablement poussé les choses à leur avantage à tous.
La porte s'ouvrit lentement, sortant le brun de ses songes pour lever un regard inquiet sur l'argentée. Cette dernière le dépassait d'un pas neutre sans remarquer sa présence. Archer levait un sourcil, bras croisés, épaule appuyée contre le mur. Il dû quitter sa position pour rejoindre la mercenaire perdue dans ses pensées. Elle était encore plus perturbée qu'il ne l'avait imaginé. Il avait un plan pour l'aider à se reprendre et la jeter face à ses responsabilités. Le pas pressé, il enjambait les quelques mètres qui les séparaient avant d'effleurer son épaule. « Hey ! Où tu vas comme ça ? Demandait-il de sa voix calme alors qu'il la dépassait en marche arrière pour être certain qu'elle ne le loupe pas en lui faisant ainsi face. Viens avec moi, il faut calmer les troupes. » Un moyen comme un autre de la distraire momentanément bien que ce rôle lui devait être attribué d'office. Archer seul n'était pas suffisant pour calmer les meurs, Maya était bien plus respectée en plus d'être crédible. Au delà de ça, il voulait par la suite lui parler et être les premiers à accueillir Kyle quand il sortirait du bureau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 7
■ Age : 27

MessageSujet: Re: De l'autre côté ...   Mar 28 Mar - 13:55

La jeune médecin se sentait perdue. Lâchée ainsi dans cet endroit dont elle ignorait, elle devait bien reconnaître que les dernières personnes qu'elle venait de rencontrer étaient un peu plus sociable que l'argenté et ne semblait pas avoir de velléité à son encontre, mais maintenant que la situation semblait plus calme et qu'elle trouvait enfin un moment de répit, ses pensées se retournèrent une nouvelle fois vers son père dont elle ignorait le sort ainsi que ce pays qu'elle avait quitté sans même savoir si elle pourrait y retourner un jour. Ses amis, son travail, tout ce qu'elle connaissait semblaient avoir irrémédiablement disparus. Une fois la porte de close, elle se laissa aller contre le bois de cette dernière, les yeux clos en prenant une grande inspiration pour retrouver son calme et son esprit pragmatique maintenant que l'épuisement avait quelque peu reflué. Se changer et se débarrasser de ses vêtements souillés d'hémoglobine serait une première étape intéressante. La jeune femme ne se pressa pas, les muscles encore engourdis de fatigue, et passa dix bonnes minutes à se prélasser sous l'eau chaude avant de partir en quête de vêtements propres dans les placards. Son choix se porta une tunique en lin clair, légèrement trop grande, et un pantalon simple, histoire de ne pas attirer l'attention. Pour se faire elle noua sa chevelure trop voyante en une natte qu'elle passa sous sa tunique et finit par prendre place sur l'unique lit de la pièce, indécise. Elle n'avait même plus l'arme que lui avait confié son père, l'étrange garçon blond lui ayant arraché. Emily soupira doucement, même s'il n'était pas dans sa nature de baisser les bras, elle ressentait clairement une vague de crainte quant à ce qui l'attendait. Elle repensa au jeune homme qui l'avait conduit entre ces murs tout comme à l'étrange inconnu à qui elle devait sa présence ici, et leur trouva un lien physique plus profond qu'une simple chevelure pâle, sans parvenir à définir quoi précisément. L'idée saugrenue de n'avoir non pas changer de monde mais d'époque lui traversa également l'esprit lorsqu'elle promena son regard sur l'endroit dont les installations semblaient moins avancées que de la où elle venait. Et puis il y avait cette magie étrange que la pragmatique qu'elle était ne parvenait pas à saisir. Pourtant à bien y repenser, elle avait vu beaucoup de choses en croyant mourir, mais malgré sa concentration, tous ses souvenirs restaient flous, elle ne saisissait que des bribes inconsistants et inutiles pour l'aider à comprendre. La jeune femme soupira doucement, elle avait besoin de se remettre les idées en place alors que sur sa rétine repassaient les dernières images de ce qu'elle venait de vivre. Le répit que lui offrait ces gens n'était pas un luxe, loin de là.

Maya avançait sans voir la route qu'elle empruntait, son esprit cogitait, incapable d'accepter une vérité qu'elle ne pouvait pas affronter. Pas comme ça. Il lui fallut quelques secondes pour sentir la main sur son épaule et réagir enfin en entendant la voix grave d'Archer résonner non loin d'elle. Levant ses yeux froids vers le visage du brun, elle le fixa comme s'il venait de parler dans une autre langue, sans la moindre réaction, avant de ne saisir enfin les paroles qu'il lui adressait. Les troupes, effectivement, il allait bien falloir s'en préoccuper, l'agitation se faisait sentir sans même qu'elle se trouve sur place maintenant qu'elle y prêtait davantage attention. La cendrée soupira doucement, ses épaules s'affaissèrent légèrement alors qu'elle détournait les talons, prête à le suivre. - "Tu n'as pas tort, allons-y. "- Ils traversèrent rapide le hall principal où ils se trouvaient encore pour rejoindre la cour centrale, encore marquée par l'arrivée fracassante de l'argentée et emplis de troupes armées, visiblement indécises. La jeune femme jeta un coup d’œil rapide en direction de son acolyte avant de s'avancer davantage au milieu de l'esplanade, seule cette fois-ci. Levant la voix, son timbre grave pour une femme porta sans mal, amplifié par les épais murs de la bâtisse proche qui provoquait un écho conséquent. -" Tout va bien ! Le nouvel arrivant est un proche de Pandora, il n'y a aucune crainte à avoir ! Reprenez sans crainte vos activités, je me porte garante de lui, et la doyenne avec moi." - La cendrée s'attira des regards surpris et quelques commentaires méfiants malgré ses propos qui se voulaient rassurants, ce à quoi elle rétorqua rapidement qu'en cas de litige, ils pouvaient toujours en référer directement à leur supérieur. Néanmoins, peu de gens au sein de cette bâtisse ne désirait s'attirer les foudres de la vieille femme, sachant pertinemment qu'ils n'en sortiraient pas intacts. Son devoir achevé sans grande conviction, Maya rejoignit Archer qui l'attendait légèrement en retrait et lui indiqua brièvement qu'elle devait retourner à l'intérieur récupérer la nouvelle venue. Sur le chemin, elle resta silencieuse malgré la présence de son comparse, mais le regard persistant qu'il lui portait commençait à lui peser et elle se décida à lui avouer une partie de ce qui la rongeait une fois arrivée près de la chambre de la demoiselle, le temps de l'attendre. - "Je ne peux pas croire qu'il soit mort. Kyle s'est peut-être trompé, après tout il n'a amené aucune preuve de ses propos. L'un d'eux aurait pu survivre. Il n'était que trois et étaient formés pour l'infiltration alors …" - Une présence dans son dos la fit taire et elle se retourna légèrement pour apercevoir la jeune femme dont elle était censée s'occuper qui arborait une mine contrite, ayant visiblement surprit une partie de la conversation. Maya fronça légèrement les sourcils et fixa la rousse jusqu'à ce qu'elle daigne prendre la parole. - "Pardon de vous avoir écouté, mais j'ai bien peur que ces hommes ne soient morts. Votre ami qui m'a ramené leur avait demandé de me conduire quelque part, probablement ici j'imagine, jusqu'à ce qu'un jeune garçon ne décime le petit groupe. Sans lui j'aurais probablement subit le même sort d'ailleurs." - Si Maya avait attentivement écouté les premiers propos de la jeune femme, elle fut prise d'une bouffée de colère en comprenant que Kyle avait non seulement croisé Willem et son groupe, mais les avait délibérément laissé aux prises de leurs adversaires qu'il savait inhumain. L'homonculus qu'ils avaient combattus ensembles avait été un exemple flagrant qu'un être humain ne pouvait rien contre de telles créatures. La cendrée tourna les talons sans un mot en plan,tant les deux jeunes gens et avala l'escalier menant au bureau de Pandora en grimpant les marches deux par deux avant d'envoyer valser les deux lourdes portes menant à ce dernier.

"Tu les as laissé mourir !" - Le ton de la chimère n'annonçait clairement rien de bon et elle se fichait complètement d'interrompre une quelconque discussion, aveuglée par la peine, la colère et ses déductions erronées. Elle avança dans la pièce en incendiant l'argenté du regard et reprit, venimeuse. - "Tu les as croisé, tu leur à confier la fille alors que tu savais qu'ils n'étaient pas de taille face à un homonculus ! Tira a tous faillis nous tuer la dernière fois, et là il n'était que trois ! Tu aurais pu les aider, simplement les faire sortir de la ville, mais non, tu les as laissé mourir !" - Les yeux de la chimère se modifièrent, arborant désormais une belle et inquiétante couleur dorée, ornant deux pupilles fendues, parfaitement fixes pendant qu'elle fixait toujours l'alchimiste de glace dont la réaction n'allait probablement pas tarder avant quoi elle reprit bien vite. - "Tu connaissais Willem, mais même ça ça n'avait pas la moindre importance. Alors dit-moi maintenant, de quel côté es-tu vraiment Wayne ?" - C'était rare qu'elle l'interpelle par son nom et cette distanciation était loin d'être anodine au fond. Elle sentit dans son dos plusieurs présences, dont une se rapprochait bien vite, trop vite. Aussi lorsqu'elle sentit un contact sur son bras cherchant à la retenir, la jeune femme de plus en plus instable ne réussit pas à contenir l'élan de sauvagerie qui la traversa et se retourna avec une vivacité redoutable en montrant les crocs alors qu'un grognement sourd se fit entendre. - "MAYA REPRENDS TOI !" - Seul le bruit d'une chaise trop vivement reculée se fit entendre dans la pièce les secondes suivantes pendant que Pandora fixait son élève avec inquiétude en la voyant perdre tout contrôle. Le regard animal de la jeune chimère passa de son compagnon à l'inconnue derrière lui dont le regard traduisait sans peine une peur intense et comprit qu'elle commençait à perdre pied. Le simple rappel de son acolyte dans une mare de sang réussit à lui faire reprendre un semblant de contrôle alors que la doyenne contournait son bureau pour la rejoindre. Chose que son fils ne lui laissa pas le temps de faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: De l'autre côté ...   Mar 28 Mar - 15:43

La tension redescendue, tu consentais à laisser un peu de répit à l'Agence avant de mettre ton grain de folie dans la contre-attaque en préparation. Sans trop savoir si tu allais accepter l'invitation de Pandora à rester ici quelques jours, tu te levais. Tu comptais mettre un terme à cet entretiens qui commençait à peser. Tu n'étais plus assez objectif pour échanger convenablement. Une main sur le dessus du dossier de ta chaise, tu la contournais sans un mot alors que Pandora tentait de te convaincre de rester. Elle s'apprêtait à se saisir de ton pendentif que tu avais bazardé sur son bureau précédemment pour te le rendre. Un détail auquel elle tenait. Ni toi ni elle ne pouvait prévoir que Maya se manifesterait au bout de ces deux heures passées pour te réprimander. Tu avais déjà traversé la moitié de la pièce lorsque la porte alourdie en matériau s'ouvrit brusquement. Pandora relâchait le pendentif fraîchement saisi, stupéfaite par l'interruption de son élève. Tu restais figé un court instant alors qu'elle dénonçait ton erreur. Tu relevais lentement le menton en croisant pour la première fois son regard après des lustres. Sans que tu n’aie le temps de comprendre, Maya rugissait de colère en te reprochant avoir été négligeant quant à la mort de Willem. Elle n'avait pas tord en soit, à un détail près. En effet, tu pensais surtout les couvrir, tu n'avais pas soumis l'idée qu'un homonculus ait pu les attendre dans cette partie du repaire. Une faute d'analyse de ta part, ton arrogance commençait à empiéter sur ton jugement et ton analyse. Tu avais eu tout le temps de te remettre en question lors du voyage jusqu'au QG. Seulement, voire Maya débarquer pour te balancer cela ainsi sans le moindre ménagement te rebutait.

A présent la mercenaire t'observait de ce regard mauvais que tu lui connaissais que trop bien. Un mélange d'émotions noir que tu parvenais à discerner à travers ce torrent. Après tout, tu l'avais lâchement abandonné aux profits d'un tas de spéculations quand tu avais compris que son amitié t'étais suffisamment cher pour l'écarter du danger. Tu n'avais pas songé aux conséquences des émotions, juste aux faits. Tu étais ainsi, méprisant les émotions par peur et n'arrivais toujours pas à comprendre qu'à la longue ça te retombait toujours dessus. La voir ainsi te déstabilisait non pas de crainte mais de stupeur. L'espace d'un instant ton visage exprimait une incompréhension naïve avant de virer à la noirceur à l'entente de ce pseudonyme. Tu serrais poings et dents en restant de marbre face au courroux de la chimère.  C'était trop facile de te reprocher ainsi la mort de l'escouade. Il y avait un tas de facteur selon toi et tu consentais à en faire partie. L'entière responsabilité ne te revenait pas intégralement contrairement à ce que la cendrée te reprochait. Alors tu commençait à voir rouge toi aussi. Ta patience était déjà presque à son paroxysme mais, la voir aussi rageuse et prête à te sauter à nouveau à la gorge te mettait hors de toi. Comment en étiez-vous arrivés là ? Tu l'ignorais et n'avais pas encore songé à la question.
Archer décidait de prendre réellement les choses en main en voyant la chimère sortir les griffes, enragée. Ton esprit malade ne voyait là que provocation plutôt que détresse. Toi-même tu étais conditionné à répondre à l’agressivité par l’agressivité et ce coup-ci ne loupait pas. Maya te tendait presque une perche en venant te titiller d'entrée de jeu de la sorte. Archer se dressait entre toi et la chimère, tentant de canaliser cette dernière en la retenant par les épaules.
Tu fis deux grandes enjambées avant de saisir Archer posté devant la cendrée. Malgré sa carrure quelque peu plus imposante que la tienne tu le repoussais avec une facilité déconcertante. Ta main droite sur l'épaule gauche du brun, tu l'envoyais boulet sur le côté pour accéder à ta la colérique. Là, tu tendis ton autre main dans la foulée pour saisir le col de la mercenaire et l'attirer vers toi. Jamais ton regard n'avait été aussi glacial, les dents serrées par cette colère mystérieuse tu lui balancer d'une voix très venimeuse,   « Mais qu'est-ce que tu crois? tu plissais légèrement les yeux en inclinant la tête pour insister sur tes insinuations, tu veux le venger, mais vas-y !! » Tu montrais du menton ses griffes avant de la repousser avec force de sorte à ce qu'elle ne heurte le mur derrière-elle. Avec cela, tu lançais les hostilités. Enrôlé sur cet océan de colère ton humeur ravageuse refaisait surface. Pandora était complètement désemparée, elle s'était arrêtée près d'Archer, de plus en plus stupéfaite par cette scène. Maya rétorquait en tentant d'arracher ta main de son col. Tu croisais une vague de crainte dans son regard déformé par la rage de la chimère. Elle eut probablement un instant de faiblesse et se rendant compte de son état. Un instant que tu gâchais en enchaînant des propos tout aussi provocateur que l'attitude de la mercenaire. « Je n'ai pas à me justifier auprès de toi ! » Tu étais presque méprisant sans t'en rendre compte en la toisant de ton mètre quatre vingt bien passé. Maya ne pouvait rester indifférente face à ton attitude détachée pour la simple et bonne raison qu'elle ne te connaissait pas ainsi. Tu comprenais que le doute se soit immiscé en elle concernant ta position. C'était douloureux à porter mais au lieu de calmer la tension et de discuter avec elle, tu rentrais dans son jeu. Abruti. Tu pensais que remettre vos explications à plus tard n'aurait pas d'impact, seulement, le mal était déjà fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

■ Mes messages : 7
■ Age : 27

MessageSujet: Re: De l'autre côté ...   Mar 28 Mar - 16:45

Légèrement en retrait par rapport à la situation, Emily observait la scène, stupéfaite et surtout passablement effrayée par ce qu'elle découvrait. Lorsque la cendrée avait prit les devants le visage empreint de colère, elle avait suivi le brun presque par automatisme mais regrettait presque désormais de ne pas avoir sagement regagner la chambre qu'on lui avait attribué. Au lieu de quoi elle se retrouver spectatrice d'un spectacle tout aussi fascinant qu'effrayant, et malgré sa position quelque peu éloignée du centre de la pièce, elle était certaine d'avoir aperçu des crocs sur le visage de la jeune femme colérique. La réponse ne tarda pas de la part de l'accusé qui se montra tout aussi virulent que la jeune femme qui venait de s'en prendre lui. Si tous semblaient prêt à se mêler de la discussion houleuse, ce n'était pas son cas et elle se contenta de rester dans l'ombre de la porte, persuadée de ne pas être à sa place dans cette dispute. Maya elle ne se démonta pas et luttait contre le brun qui tentait de l'éloigner de son ami avant qu'elle ne commette un acte qu'elle regretterait sans le moindre doute. A l'évidence pourtant, il n'était pas de taille à s'interposer entre les deux chimères et Kyle l'envoya bien dans le décor pour s'en prendre physiquement à la jeune femme. L'attrapant par le col de sa chemise, elle eut tout le loisir d'observer le regard assassin qu'il lui balança, qu'elle ne manqua pas de soutenir d'ailleurs, prête à en découdre puisqu'il semblait relancer les hostilités en la provoquant délibérément. Profitant de sa force plus conséquente, il la repoussa avec violence jusqu'à ce qu'elle ne heurte le mur derrière elle, le souffle malmené par la prise puissante de l'alchimiste. Le peu de contrôle qu'elle avait recouvrer durant quelques secondes était de nouveau en passe de disparaître alors qu'ils s'affrontaient du regard, la jeune femme cherchant à se défaire de sa prise en même temps avant qu'il ne lui assène des paroles tout aussi dures que les propos qu'elle lui avait balancé. La froideur dont il fit preuve au travers de ces quelques mots blessa la chimère bien plus que nécessaire, son esprit déjà fragilisé par tous les récents événements, et elle trouva finalement la force requise pour le repousser brusquement, faisant voler les deux premiers boutons de sa chemise au passage. Se dégageant vivement avant qu'il n'ait le temps de l'intercepter à nouveau, elle hésita en l'observant tant l'envie de s'en prendre physiquement à lui grandissait dans son esprit, désir que seul sa conscience parvenait encore à juguler de crainte d'en arriver à l'irréparable. Comment avaient-ils pu en arriver à se déchirer à ce point en si peu de temps ? Son regard dévia, croisant celui inquiet de son maître qui fit un pas en direction de son fils et une sensation de solitude la gagna. Reportant ses yeux métamorphosés sur l'alchimiste, elle reprit la parole, tout aussi mauvaise que lui. - "Tu n'as jamais eu à te justifier auprès de personne. "- Arrachant la chaîne qui pendait autour de sa gorge, elle la déposa sans délicatesse sur le meuble le plus proche et l'y abandonna avant de tourner les talons. Elle n'eut pas fait deux pas dans l'idée de quitter la pièce qu'une main saisit la sienne pour la retenir. Instinctivement, croyant qu'il s'agissait de Kyle dans un premier temps, elle se retourna et gifla le gêneur qui n'était autre qu'Archer. Rendu plus mal par sa bévue, elle arracha sa paume à la prise du jeune homme comme s'il l'avait brûlé et recula d'un pas avant de tourner les talons pour quitter la pièce. Ignorant la rouquine qui se terrait non loin de la porte, elle la dépassa et dévala les escaliers non pas pour se rendre dans son appartement mais vers l'extérieur, une seule idée en tête, fuir. Loin du QG, loin de Pandora, loin de tous. Elle devait s'aérer la tête, l'esprit, oublier tout ça faute de quoi son esprit malmené risquait fort de lâcher prise. Ignorant les ordres de la vieille chimère, elle ne laissa pas le temps aux gardes de la questionner et déboula hors du QG comme une furie, désireuse de mettre le plus de distance possible entre elle et la source de tout ce merdier.

Pandora n'avait pu qu'assister à l'explosion sans parvenir à freiner l'un ou l'autre des protagonistes faute de rapidité, et en voyant que même le brun en était incapable, l'inquiétude l'avait gagné, ne pouvant prévoir les réaction de sa jeune élève depuis ses capacités nouvellement éveillées. Toutefois, autre chose frappa la vieille femme en voyant les deux argentés s'affronter de la sorte. Le même genre de flamme les animait tous les deux, et au final, l'instant où elle les avait vu les plus vivants c'était lorsqu'ils s'affrontaient, ce qu'elle ne put s'empêcher de remarquer malgré la situation plus que précaire. Le départ précipité de Maya compliquait les choses vu son état plus que préoccupant, et elle voyait dans le fait de s'être débarrassé du médaillon comme une sorte de rupture avec elle. La doyenne craignait que sa disciple ne fasse une grave erreur, et elle ne put que la voir disparaître hors de la cour centrale au travers de sa fenêtre avant d'avoir pu prévenir la garde pour la stopper. La vieille femme soupira et se tourna vers les jeunes gens restants, particulièrement vers le brun vers qui se dirigèrent ses prochaines paroles. -" Il va falloir la retrouver avec qu'elle ne commette une erreur. "- Elle craignait comme la peste les écarts de conduite de la cendrée, encore plus maintenant qu'elle savait que la chimère était de plus en plus instable. Elle reporta son attention vers son fils et reprit d'une voix calme tranchant avec sa mine fatiguée. - "Personne ne te tient responsable de la mort de l'escouade, c'est évident. Elle finira par changer d'avis. J'ai conscience qu'après cela tu préfères nous quitter, tâche simplement de faire que tu es en vie pour l'instant. Nous établirons un premier plan d'attaque demain après la veillée et une discussion plus poussée avec cette jeune femme." – Elle indiqua la rouquine toujours tapie dans l'ombre, consciente qu'elle n'était pas à sa place. Kyle échangea rapidement avec sa génitrice et leva le camp, après quoi la doyenne congédia Archer rapidement pour s'entretenir en privée avec la nouvelle arrivante. Emily reprit suffisamment d'aplomb face à cette femme d'apparence étrangement froide mais qui parvenait à faire preuve de douceur et d'une certaine compassion à son égard. Elles discutèrent longuement, sur le pays d'origine de la rouquine, sur la manière dont elle avait atterri dans ce monde, du moins le peu dont elle se souvenait, et de ce qu'elle avait pu apprendre avant de quitter son monde. Pandora comprit rapidement que la demoiselle serait un atout non négligeable compte tenue de la situation lorsqu'elle lui évoqua rapidement l'étrange incident s'étant produit face à Kyle à sa sortie de la porte. Même si la louve n'était pas pratiquante, sa vie passé en compagnie de Gin lui avait tout de même apprit énormément de choses concernant l'alchimie, et elle déduisit bien vite que la demoiselle devant elle avait vu la porte sans pour autant payer le moindre prix de sa propre personne. Aussi lorsqu'elle évoqua son père rentré avec elle dans le portail, elle comprit rapidement qu'elle avait été le réelle sacrifice de la jeune femme mais n'eut pas le cœur à le lui dire compte tenu de ce qu'elle avait déjà enduré. Un problème se posait toutefois à la doyenne, cette femme savait pratiquer l'alchimie inconsciemment, mais n'en connaissait absolument rien, il allait donc falloir que quelqu'un lui enseigne son fonctionnement, mais en tenant compte du fait qu'il faudrait prendre le problème à l'envers par rapport à un entraînement classique. L'idée de la confier à Archer lui effleura l'esprit et elle s'y accrocha. Il lui fallut presque cinq heures d'audition et la rouquine au bord de l'évanouissement à cause de la fatigue pour qu'elle ne daigne enfin la laisser aller se reposer. Pandora resta ainsi seule avec ses questions et ses démons, fixant un long moment depuis son bureau le point dans la pénombre où avait disparu son élève. Maya perdait pied, elle l'avait bien vu, mais tout s'était enchaîné bien trop vite pour qu'elle ne puisse juguler cette descente de la jeune femme. Consciente qu'elle-même avait besoin de repos et que ses troupes devaient faire de même, elle décida d'attendre le lendemain pour quérir Archer et lui demander de l'aide concernant la nouvelle venue.

Debout aux aurores, Pandora régla quelques problèmes à l'ouest du pays dans une courte conversation téléphonique puis appela un garde pour aller demander au jeune alchimiste de la rejoindre avant la réunion de préparation pour qu'elle puisse discuter tranquillement avec lui de son idée d'éduquer la jeune femme concernant l'alchimie. Assise à son bureau, elle attendait désormais le jeune homme tout en faisant danser entre ses doigts le médaillon abandonnée de la chimère. Un bruit dans le couloir l'interpella et elle rangea le bijou dans un tiroir avant de porter son attention sur la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: De l'autre côté ...   Mar 28 Mar - 18:16

Maya ne mâchait pas ses mots, consciente de ce qu'elle insinuait elle aussi par ses propos détournés. Tu savais très bien qu'elle te reprochais ton manque de sociabilité et ce néant creusé du jour au lendemain pour la protéger. C'était idiot de ta part et il allait falloir un peu de temps pour que tu t'en rende compte. En attendant que tu te remette en question, tu prenais les choses aussi brutalement qu'elles venaient sans la moindre réflexion au profit de la colère. Tu la laissais partir après avoir rendu le symbole de sa détermination. Ce simple geste aussi anodin fut-il était bien plus chargé en émotion que ses paroles. Sans plus de cérémonies, Maya quittait la pièce pour disparaître dans la foulée. Archer fit ce que tu aurait dû faire et récoltait à ta place la gifle qui t'aurait probablement réveillé. Une gifle étant moins violente qu'un coup de poing, on pouvait apercevoir une certaine ambiguïté à ce déchirement.
La mercenaire venait de rendre les armes sans que tu ne le saisisse sur l'instant. Avec son départ, l'Agence se fragilisait quelque temps. Pandora faisait appel à Archer pour débriefer, n'ayant pas d'autre élément plus confiant que lui maintenant que son élève avait déserté.
La jeune rouquine congédiée dans sa chambre, Archer entretenait une conversation des plus constructives avec la doyenne te concernant. Le nouveau binôme en venait à la conclusion qu'un lien puissant vous relié mais que le manque de communication vous brisait. Deux adolescents en proie à leurs émotions incapables de faire profil bas devant l'autre.

Le lendemain Pandora convoquait ton ami devant ton regard passif et inexpressif. Elle soumettait l'idée qu'Archer s'occupe de l'enseignement d'Emily concernant l'alchimie. Une idée que tu jugeais bonne étant donné qu'elle avait vu la Vérité. La tâche risquait d'être lourde et ô grand jamais tu aurais eu cette patience en l'état actuel. Le cas de l'étrangère réglé, vous passiez ensuite au plan d'infiltration de la ville souterraine. Emily restait, tentant toujours un peu plus de s'imprégner de cet univers et de la vie de ces personnes qui l’entouraient sans y trouver la moindre réponse à son propre malheur. Refoulant sa peine, elle cherchait toujours à être utile. Archer convenait avec elle qu'il s'occuperait de son apprentissage au retour de leur virée dans le repaire des homonculus. Vous consacriez donc le reste de votre journée à préparer cette ultime intrusion dans la ville souterraine. Le plan était simple bien que réfléchi. Tu dirigeais l'assaut avec les volontaires sans rencontrer le moindre grabuge étant donné qu'aucun ennemi se trouvait sur place. Pandora restait en retrait ordonnait qu'Archer et toi de laissait l'eau recouvrir la ville souterraine jusqu'à maintenant protégée. La mission fut plus rapide et facile que prévue. La déserte de tes confrères t'étonnait quelque peu. Des déductions échangées permettaient d'en déduire qu'un autre repaire existait. Tu n'avais pas la moindre connaissance d'un tel endroit ce qui forçait ton désire de retrouver la mémoire. Autant dire que ce fut un échec total.
L'Agence était plus que fragilisée à présent. Le départ de Maya et ton arrivée faisaient énormément jaser les membres. Beaucoup craignaient ta présence et regrettaient celle de la mercenaire. C'est pourquoi, tu décidais de repartir afin de retrouver les derniers homonculus en même temps qu'un moyen de recouvrer la mémoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De l'autre côté ...   

Revenir en haut Aller en bas
 

De l'autre côté ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» UN AUTRE CAS D'USAGE DE FAUX ! SENBLE JUDE CELESTIN PA INGENIEUR VRE !
» Une Etoile s'éteint, une autre renait... [Mort d'Etoile de Satin, Ceux qui veulent lui rendre hommage]
» Club de Karaté et autre du meme genre
» Tout peut basculer, d'une minute à l'autre. [Luffy!]
» [FINI]Oups... Ou comment penser à autre chose ! [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fullmetal alchemist ::  :: Les plaines désertiques :: Lior :: Temple du dieux Leto-