Partagez | 
 

 Zoé Kyros [Edit]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Zoé Kyros [Edit]   Jeu 25 Nov - 18:36

ZOE KYROS

"LA GRAINE SEMEE PAR LA SOUFFRANCE, N'ENGENDRE QU'UNE FLEUR FANEE PAR L'ENGRAIS DE LA HAINE"
.


▬ Nom ; Kyros
▬  Prénom ;Zoé.
▬ Surnom ; Vos différents surnoms si toutefois vous en avez.
▬ Âge ; Vingt-Cinq Ans. 
▬ Sexualité ; Hétérosexuelle
▬ État Civil ; Célibataire.
▬  Nationalité ; Amestrienne(duNord)
▬  Genre ; Chimère (Ours Polaire)



❝ DESCRIPTIONS MENTALES

Zoé était délicate. A fleur de peau, elle ne se comportait que très rarement impolie envers les autres. D'une éducation à l'ancienne, patiente et modeste, elle gardait toujours sur elle un éternel sourire qui ne veut pas toujours décrire son état d'esprit. Elle considère que les pensées sont faites pour rester dans la tête, et ne parlera jamais de ce qu'elle croit ou pense pendant une conversation. Ayant peut de connaissance à l'heure, elle ignore peut-être le tact, cherchant désespérément à se fondre au sein d'un groupe.
De nature curieuse, elle pose sans cesse des questions et il faut parfois prendre soin de lui expliquer le certain malaise que cela peut engendrer, car elle ne s'en rendra pas compte toute seule !
Elle n'est pas solitaire et cherche toujours une quelconque présence, surtout pour combler les vides en son intérieur et peu parfois se montrer trop joyeuse ou trop spontanée. Mais elle regrette bien vite parfois. Par contre...Zoé ne sait pas s'excuser. Les mots se perdent souvent dans sa tête sans qu'elle arrive à dire ce qu'elle...Pense ?!
Douce, elle garde souvent pour elle les réelles douleurs. Peu chatouilleuse, elle n'aime pas qu'on la pousse à déclarer ses soucis. C'est sans doute la seule chose qui puisse la mettre en colère.
Mais généralement, Zoé sait garder la tête droite, affichant un air tout à fait équilibré. Ignorant la nature animale qui réside en elle...
En combat, elle essaye de ne jamais paniqué trop rapidement. Mais il lui arrive aussi d'avoir peur même si elle est consciente que son adversaire peut être intimidé par l'expression vierge comme une feuille blanche de son visage... Peut-elle tuer ? Toucher donc un son petit... Et vous verrez...




❝ DESCRIPTIONS PHYSIQUES

Grande et mince, Zoé est d'une beauté nature du pays du nord. De longs cheveux de jais tombent en cascade dans son dos et de fines prunelles vertes, grises éclairent sa joie de vie et son visage d'une couleur mat. Une peau laiteuse et douce se cache sous ses vêtements. De longs et fins doigts se dissimulent sous ses manches alors qu'une ceinture faite de bandages blancs affine sa silhouette. Elle porte des bottes, remontantes jusqu'aux cuisses dont les talons lui donne une taille plus imposante pour une jeune femme. Le sourire modeste, elle conserve ses états d'âmes et ne montre que très rarement ses différents aspects.
Ses gouts vestimentaires sont en fait un petit plaisir qu'elle à décidé de se permettre suite aux deux années machiavéliques qu'elle a passée.
Elle a reprit du poil de la bête depuis son accouchement. (voir Histoire) .




❝ HISTOIRE DU PERSONNAGE

I/ L'Alarme.
Zoé a longtemps vécu en harmonie. Durant vingt années consécutives, elle vivait dans le nord d'Amestris à travers la neige féroce, et les roches glaciales. De parents tout à fait normaux, elle aimait vivre sous la neige. Les seuls bouleversements dans sa vie étaient de ne pas pouvoir toujours sortir lorsque durant certaines guerres, ils assistaient à la bataille frénétique des intempéries et des militaires, la base n'étant pas loin de leur habitat.
...La petite fille derrière la fenêtre regardait passer ces hommes en uniformes avec grande curiosité.
Les années passaient, toujours plus vite et avec moins d'ardeur. Adolescente, Zoé commençait à comprendre son cœur, à chercher le rapport avec son corps et rédigeait souvent le soir, après l'école, ce qu'elle ressentait de sa vie. En somme, une jeune fille comme les autres à qui l'avenir ouvrait ses bras en grand et n'attendait plus que son étreinte. Elle se jeta dedans en fermant les yeux, choisissant de faire secrétaire à la base militaire car ceci lui permettait de ne pas trop s'éloigner du domicile familial.
A vingt ans, elle ne se souciait plus vraiment d'autre chose que de son travail et de sa vie sentimentale. Elle se fiança avec un Colonel de dix ans son ainé sans honte ni remord avec qui elle débuta une nouvelle vie. A l'aube de son déménagement chez lui, ses parents étaient septiques mais elle n'écoutait rien. Ceci aurait pourtant dû l'alarmer...Que ses parents soient si craintifs. Ils avaient l'âme d'un loup, la force d'un ours et l'esprit d'un aigle à eux deux. Son père se montrait agressif et morne, bien que très patient tendis que sa mère était plutôt maternelle, passive, et prudente.
Mais elle ne vit rien... Zoé se retrouva dans le trou noir de la vie conjugale mal improvisée mais rapidement elle sentait des signes de la part de son mari peu encourageants. Son but avait l'air d'être plus sombre que l'amour...
C'est un soir alors, qu'elle se retrouva dans l'obscurité la plus totale, assise sur son lit, le murmure implacable de son mari dans l'oreille qui lui disait simplement de...ne...plus...Bouger.
« - Mais... Tyles, je... »
Plus...Bouger...
Elle tomba à ses pieds alors qu'il l'assommait avec la douceur égale à celle d'un lion.
Ou était-elle emmenée ? Elle l'ignorait complètement mais commençait alors, dans sa tête, à se dire que ses parents ne lui pas assez reproché sa relation et qu'ils avaient eu peu de chance en ayant cette pauvre petite fille comme descendance...

II/Le Rugissement.
Elle fut réveillée dans un endroit vide de toute splendeur. Les murs caverneux et le sol bouillonnant et crasseux contre ses genoux la faisait grimacer. Un bandeau sur les yeux, elle levait le nez, les sourcils chatouilleux et la gorge sèche alors qu'elle ne voulait faire plus qu'une chose...Pleurer.
Des bruits fracassants lui parvenaient jusqu'aux pavillons, titillant ses tympans avec douleur puis un hurlement surgit ! Il fut tellement brusque que Zoé avait cru l'entendre juste à côté d'elle, mais à bien y écouter, ceci provenait de la pièce à côté. Des coups de marteaux frappaient contre une table métallique... Puis les cris...
« - Une seringue ! Injectez moi-le et enfermez le dans la cellule 21 ! »
La jeune femme frissonna, n'ayant qu'une seule envie, celle de fuir tout en criant et en tapant contre les murs. Son cœur battait à la chamade dans sa poitrine tendis qu'elle sentait une main glaciale sur son épaule. Elle reconnaissait là, la poigne de son « mari » et voulut aussitôt vomir sans y parvenir.
On l'obligea à délaissé le sol glissant pour passer une porte à l'aveuglette, le nez contre la poignet à force d'être trainée à même le carrelage. On la porta et la posa sans délicatesse contre une matière métallique avant qu'elle ne sente des liens lui emprisonnés les mains, les chevilles et le cou. Son bandeau glissa de ses yeux et elle fut aussitôt aveuglée par la lumière jaunâtre au dessus d'elle.
La voix brisée, elle suppliait;
« - S'il vous plaît...Je n'ai rien fais... »
On ne l'entendait presque pas alors qu'une porte au fond de la salle s'ouvrait soudainement, dévoilant un animal aussi féroce que les montagnes. Un Ours. Attachez et enchainé, il rugissait, le mal dans la peau. Zoé aurait put en pleurer un peu plus si ses larmes n'étaient pas toutes écoulées.
Ils le placèrent contre une autre table en métal et se fatiguèrent à l'attacher de la même manière que la jeune femme.
Un regard sur le côté lui indiqua qu'elle pleurait autant que ce pauvre animal effrayé.
Elle les observa, impuissante, le torturer et l'empêcher de bouger avant qu'il ne succombe presque à ses blessures...Alors les regards se retournèrent vers elle.
Ils approchaient, encore et encore, avant de lui injecter quelque chose dans le bras. Ils lui plantèrent une dent de l'ours dans l'épaule et riaient presque;
« - Pour que ça te porte chance ! Ça ne réussit pas toujours tu sais. »
Une douleur affreuse s'empara de son corps alors qu'elle hurlait à plein poumon, les mâchoires grandes ouvertes. Des minutes passaient, des éclairs rougeâtres semblaient flottés.
Puis … Tout disparu.
La douleur elle-même n'était plus. Elle sentit sur elle un œil désapprobateur et en colère.
« - Ça à échoué, encore une fois. Seringue... Vous la mettrez dans la cellule 59. »
Et encore une fois, elle ne comprenait plus rien...
Ses membres étaient mous, elle ne sentait plus ses jambes. Sa vision floue fixait avec ivresse l'ours qui était resté sur le brancard...
Pardon...

III/Le Précipice
59...59...59...
Cinquante Neuf petites gouttes qui tombaient d'un lavabo non loin d'elle. Dissimulée dans l'obscurité la plus totale, la jeune femme observait le nuage de poussière qui filtrait à travers l'embrasure de la porte close, éclairée par la lumière de derrière.
Le regard vide, elle tentait de comprendre. Mais que fallait-il comprendre ? Son mari l'avait trahit...
Une blessure telle une griffure lui piquait l'épaule et tout son corps était endoloris par cette « séance ». Des frissons plein le dos, elle soupira avant de renifler.
Combien de temps allait-elle rester là ?
Parfois, on lui emmenait à manger et avant même qu'elle n'est put hurler ou demander ce qu'elle faisait là, la porte se refermait devant elle.
Zoé demeurait une tombe...
Le temps défila à une lenteur comparable à des siècles s'il se fut. Elle sentait passer l'âge comme une cave qui vieillit. En réalité, deux années se sont écoulées.
Au bout de deux ans alors...La porte se rouvrit. Lentement. Elle n'y croyait pas et d'ailleurs ne semblait plus rien y voir. Le petit filet de lumière jaunâtre l'aveugla suffisamment pour qu'elle couine en rechignant, priant presque pour rester dans le noir !
Un bras l'agrippait fermement , la relevant de sa position accroupie au fond du mur puis l'obligea à se relever. Titubante, elle n'arrivait même plus à aligner deux mots. Les cheveux aussi longs qu'une corde, elle tentait de les ramener sur son épaule avant de passer dans un couloir, les yeux mi-clos.
Un mur aussi fin qu'une aiguille, aussi transparent que sa peau et aussi clair que le ciel. Elle n'en pouvait plus...
Pourquoi n'avait - elle donc pas succombé ? …

Elle sentait dans son dos, la table métallique piquante, à force d'être glaciale ainsi que les liens autour de ses poignets et de son cou.
Ignorante mais suffisamment seine d'esprit, elle comprit alors que ce qui avait été tenté sur elle, allait de nouveau se produire.
Zoé ferma les yeux, toujours embrumés par des larmes vieilles de deux ans, et inspira longuement.
« - ...Et bien...J'espère que cette fois-ci ce sera la bonne ! »
Cette voix fut aussi répugnante à ses oreilles que l'odeur putride qui régnait dans la pièce.

IV/Re-tentative.
Le rugissement d'un ours souffrant éclaira la pièce de sa lueur mauvaise. Bizarrement des applaudissements fusaient autour de ce bruit cinglant.
« - Bravo ! La deuxième opération à fonctionné ! Vite donnez moi un calmant ! »
Quelques minutes après, la bête devint plus sage, poussant des cris comparables à ceux d'une femme torturée.
« - Passez-là au lavage, donnez lui de nouveau vêtement et prenez un échantillon de son sang. »
Alors c'était comme ça ? Il allait la remettre dans sa cellule.
Épuisée d'avoir trop crier, on l'aida à se soulever de la table. L'attrapant par les épaules, elle regardait inconsciemment ses pieds trainer par terre. Lentement mais surement, de la fourrure semblait disparaître de ses jambes menues tout comme de longues griffes à ses ongles. Elle avait cru rêver, elle gémissait fortement, inquiète de ce qui lui arrivait sans parvenir à le prononcer...

Sous la douche, ce n'était pas elle qui se lavait, mais un inconnu qui s'occupait de la plaquer contre le carrelage tout en l'épongeant. L'eau chaude sur sa peau lui donnait envie de dormir. Pour une fois, l'impression de se sentir bien commençait à se sentir, mais dès lors qu'on l'arracha à l'étreinte si infime de l'eau, elle comprit qu'elle n'était pas là pour un bain relaxant...
Les yeux fatigués, elle se laissa faire, transportée dans une serviette avant d'être amener à faire des gestes aussi souples qu'une gymnastique pour rentrer dans les vêtements qu'on lui donnait.
Une tunique en coton et un pantalon délavé. Le surplus de l'année fut les petites chaussures, presque pantoufles. Sa cellule ne changea pas pour autant. Toujours aussi vide et obscure...
Elle se surprit cependant, lorsqu'elle rouvrit les yeux, seule, que le noir... N'était plus noir. Elle pouvait y voir... Dans l'obscurité.

V/ La Graine.
La seule fois où quelqu'un était revenu la voir, ce fut pour lui prendre du sang. Après...De nouveau, plus rien...Les jours se succédaient les un des autres sans vraiment de but, et Zoé comprenait de moins en moins quelle tournure prenait sa vie et à quoi pouvait-elle bien servir.
Bien que le don de pouvoir distinguer les formes dans le noir la rassurait un peu, elle ignorait encore combien sa torture serait des plus contagieuses...
Un beau soir, quelqu'un frappa à sa porte, galamment comme si elle attendait qu'on vienne.
La tête basse, elle ne répondait évidemment pas. On siffla alors derrière le métal lisse. La poignée tourna d'elle-même dans le silence et une silhouette immense s'immisça dans la pièce, une lampe torche à la main.
Grâce à sa vue, elle reconnue le visage de son ex-mari. Le bouche formant un « O » caractéristique, elle se releva subitement, effrayée et se colla le dos au mur.
« - N'est pas peur mon ange... »
L'envie brulante de renvoyer sa réplique au visage effleura les lèvres de la jeune femme, mais ses mots restaient des pierres au fond de sa gorge.
Pourquoi venait-il dans sa cellule, les yeux exorbités par un sentiment des plus exigus. Il portait ses doigts au menton de la brune tout en chuchotant, fier;
« - Tu vois...Tu y est finalement arrivé. Je suis content. Content...De t'avoir choisis. Montre moi donc...Comment tu saurais t'en servir ! »
Elle ne comprenait pas un traitre mot de ce qu'il disait. Mais il ne lui laissa pas le temps se méditer et l'empoigna par la gorge, la soulevant de terre...
Elle se souvint alors d'avoir reçu un poing féroce dans la figure, l'assommant presque sur le coup et sentir ses vêtements partir en lambeau...
L'esprit vagabond, l'âme en fuite et le corps douloureux, elle pleura.
Elle forçait pour se défendre, mais rien ne l'aidait entre ses petites jambes, ses bras menus et ses longs cheveux. Juste la douleur...
Une odeur immonde émanait de l'homme en dessus d'elle qui râlait comme un vieillard à la recherche d'un point imprenable. Lorsqu'il atteint son but, la bave aux lèvres, il ressemblait à un chien enragé et globuleux. Elle avait tellement envie de le frapper à cet instant...Mais sans pouvoir exaucer son souhait.

Comme les enfants se plaisent à croire, une graine poussa à l'intérieur de son ventre. Elle poussa le petit chou de l'enfance et se couva eu milieu du ventre...

Mais ça, Zoé ne le savait pas.

VI/Le Début.
Les jours passaient, la douleur dans l'âme. Elle pensait ne plus ressortir du gouffre quand...Surgit alors une explosion venue de nulle part !
Elle fut si spontanée que de la fumée sortait de partout. Une toux irrécupérable, Zoé se relavait doucement, les mains sur la bouche et les yeux plissés. Cherchant l'espoir où le trouver, elle courait dans les couloirs inondés de la fraicheur de dehors. Pieds Nus, et les vêtements débraillés, elle cherchait la sortie désespérément, le cœur haletant.
Soudain une porte battante ne riposta pas quand elle la poussa violemment. Les pieds aussitôt dans la neige, Zoé tomba la tête la première la poudre blanche.
Le nez rouge et la respiration inquiète, elle se releva avant de continuer de courir sans même faire attention à sa température corporelle. De là où elle était, elle apercevait les dunes lointaines du village du Nord d'Amestris !
Malgré le froid, la fumée, le drame, elle se mit à rire.
Délivrée comme elle ne l'avait jamais été, elle riait aux éclats, courant toujours plus loin, plus vite !
...


Lorsqu'elle eu réussit d'atteindre la porte du domicile familiale, elle s'écroula presque dans les bras de sa mère qui avait ouvert la porte. Un cri sauvage retentit, mais ce ne fut que le pleur incessant de la maternelle qui retrouvait enfin son enfant disparu... Le père accouru aussitôt, observant ses deux femmes, puis se rua dans le salon pour récupérer une couverture avec laquelle il enveloppa Zoé.
Deux semaines passèrent.
Zoé récupérait lentement l'énergie qui lui avait été dérobée, en cherchant chaque jour ses mots pour expliquer à ses parents ce qui s'était passé. Bien-sûr, ils savaient que le responsable était son ex-mari, mais à quoi bon ? Zoé espérait juste qu'il soit mort dans l'explosion...
Que faire maintenant ? Voguer sans but ?
Pendant qu'elle réfléchissait à tout cela, installée dans son fauteuil, une couverture autour des épaules et la main sur l'estomac, elle sentit une douleur presque paralysante autour de son ventre. Les doigts crispés sur la peau, elle grimaça avant de baisser la tête vers le malheureux.
Que se passait t-il ? .

VII/La graine de la Folie !
Neuf Mois passèrent, aussi seule qu'une mauvaise herbe. Entre ses parents, et sa misère, Zoé devenait folle. Enfermée dans sa torpeur, ses craintes et ses capacités physiques étranges...
Elle avait la HAINE en elle...
L'accouchement se passa bien. Aucun artifice ne vint perturber la famille Kyros dans cet événement, pas même une quelconque déformation du bébé. Malgré tout, la jeune femme remettait beaucoup en questions cet enfant. Ayant peur de l'aimer... Elle n'osait trop le toucher. Mais ceci devint plus une douleur qu'un pansement sur son cœur. Sa volonté était telle qu'elle souhaitait vouloir l’élever dans l'amour et la prospérité mais sa haine était plus forte...
Une fois que l'enfant atteint l'âge de un an, elle finit par quitter la maison familiale. Plus décidée que jamais d'en finir avec l'homme qui l'a violée et mise en cloque, elle décida de lui montrer son "œuvre". Toujours ignorante de la bête en cage qui était réfugiée dans son corps, elle se mis en route...
Elle détestait le monde autour d'elle, et ne voulait que destruction ! Pourtant sa vraie nature était loin d’être définie d'une pareille manière.
Sa folie maternelle la poussait à détester sa propre descendance...
Et de l'aimer à la fois.

Elle entendit parler d'une organisation dont les mœurs étaient de détruire l'armée. Son ancien époux, persécuteur avait fait parti de l'armée... Avait-il survécu pour que Zoé puisse lui montrer de quoi elle était capable à présent ?
Elle l’espérait... De tout son cœur !




▬ Qualités ; Sociable ~ Sincère ~ Courageuse ~ Maternelle ~ Dégourdie. .
▬ Défauts ; Naïve ~ Sensible ~ Têtue ~ Maladroite ~ Jalouse(a little!).
▬ Craintes  ; Zoé à peur de beaucoup de choses. C'est parfois très brusque, mais on ne peut plus rien y faire. Cependant la jeune femme à par exemple horreur d'être seule dans le noir, ainsi qu'avec quelqu'un. Les aiguilles l'a font frissonner et elle à aussi très peur des Ours.
▬ But ; Montrer à l'homme qui l'a violée et transformée en Chimère la progéniture qui en a suivit...Une vengeance mentale qu'elle n'est pas prête d'étouffer.


❝ AUTRES INFORMATIONS

▬ Spécialité ; Puisque Zoé à été fusionnée avec un ours au bout de deux tentatives, elle a acquis quelques spécificités telle qu'une modification de la vision dans le noir où elle peut y voir parfaitement. Sans le savoir, elle a aussi le don d'une force très colossale et d'un instinct sensationnel au niveau des dangers.
Une transformation est parfois nécessaire, mais bien-sûr elle ignore tout cela. Dès lors qu'elle se "transforme", elle est mi-humaine, mi-animale.
Un instinct maternel lui est aussi décuplé !
▬ Signe d’Ouroboros ; Où se situe-t-il ?
▬ Test Rp ; Veuillez poster votre test Rp sous la balise spoiler s’il vous plait. Celui-ci nous aideras à établir votre niveau et si vous êtes aptes ou non à jouer un personnage important du manga. Aucun test Rp issu d’un autre forum ne sera accepté. 
▬ Code ; Validée 
▬ Comment avez-vous connu le forum ? ; Google , par un ami , grâce à un partenariat , autre chose ?




Dernière édition par Zoé Kyros le Lun 24 Oct - 17:25, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Zoé Kyros [Edit]   Ven 26 Nov - 21:45

Bienvenue.

Bon ce que j'avais à dire a été dis sur la CB.
Donc, pour ma part c'est tout bon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riza Hawkeye
Oeil du faucon | Névrosée de la gâchette ♪

avatar

■ Mes messages : 60
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : Manipule parfaitement les armes à feu ! ♪
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Zoé Kyros [Edit]   Ven 26 Nov - 22:08

Je dis ok aussi miss =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Zoé Kyros [Edit]   Sam 27 Nov - 11:04

Merci =D

Et dites, est-ce que je peux avoir un rang s'il vous plait ?
"Soeur des Ours" xD
Revenir en haut Aller en bas
Kyle E. Wayne
~ Crystal'Ice // Capt. du QG Nord ~
avatar

■ Mes messages : 833
■ Age : 26

Feuille de Compétence
■ Niveau:
■ Capacités : allez savoir...
■ Barre D'XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Zoé Kyros [Edit]   Sam 27 Nov - 11:43

Yep!
Bon jeu!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Zoé Kyros [Edit]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Zoé Kyros [Edit]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Takumi Vs Kyros
» Edit royal sur la libre circulation des clercs
» titre edit (ça fait pas propre)
» [Vds] Gi pour WH40k (edit du 29/01/09)
» [Idée Pour instaurer la magie(Edit)]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fullmetal alchemist ::  :: Présentations abandonnées-